I. a la decouverte des differents marches financiers





télécharger 135.92 Kb.
titreI. a la decouverte des differents marches financiers
page1/4
date de publication04.07.2017
taille135.92 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4
CHAPITRE 5

QU’EST-CE-QUE LA GLOBALISATION FINANCIERE ?
Le concept de globalisation financière désigne le processus d’intégration des différents marchés de capitaux et d’ouverture de tous les marchés nationaux à l'international pour aboutir à un …………………………………………

……………………………………….. Elle est le résultat du développement des innovations financières et des nouvelles technologies dans un contexte général de déréglementation. Elle se caractérise par l’explosion des activités et des institutions bancaires et financières que l’on désigne parfois sous le terme général de marchés financiers pour montrer l’importance de leur rôle dans certaines évolutions monétaires, boursières ou bancaires.

Outre l’intensification des transferts internationaux d’épargne qui est une des caractéristiques de cette globalisation, on peut ajouter que le phénomène est caractérisé par une triple unité :

Unité de ………………………….. : les places financières sont interconnectées les unes aux autres par des réseaux modernes de communication ;

Unité de ……………… : le marché international des capitaux fonctionne en permanence (24 heures sur 24) ;

Unité de ………………………………. : les mêmes produits financiers sont proposés partout.
I. A LA DECOUVERTE DES DIFFERENTS MARCHES FINANCIERS
Introduction : Les rappels de premières sur le financement de l’économie

a) Autofinancement ou financement externe ?

Les agents économiques tels que les ménages, les entreprises ou les administrations sont en permanence confrontés à des dépenses qu'il leur faut financer, c'est-à-dire pour lesquelles ils doivent trouver des ressources équivalentes à leur montant.

S'ils possèdent eux-mêmes ces ressources, ils procèdent à un ………………….………………………………

Si les ressources disponibles d'un agent ne suffisent pas à financer ses dépenses, on dit qu'il est un agent à besoin de financement. Ne pouvant pas se suffire à luimême, il doit compter sur un …………………………………………. C’est-à-dire faire appel à l’………………………… d’autres agents.
b) Financement externe direct ou financement externe indirect ?

Le financement externe peut prendre deux formes :
- Le financement externe indirect :

C’est le cas d’un agent qui, pour financer une dépense s’adresse à une banque ou à une autre institution financière pour obtenir un ……………… Il s'agit là d'un financement externe indirect. L'établissement financier accorde le ……………… après avoir préalablement collecté les fonds auprès d'un agent à capacité de financement, c'està-dire auprès d'un agent dont les ressources excèdent les emplois. Si l'établissement financier est une banque, il peut aussi octroyer le ……………………… sans utilisation d'un dépôt initial, mais par ……………………………………………, en portant simplement sous une forme manuelle / scripturale sur le compte courant de l'emprunteur la somme demandée par celui-ci. On parle ici ………………………………………………………….

L’une des fonctions des institutions financières est donc de ………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. C’est l’intermédiation.

Il existe cependant deux types d’intermédiation.

– L’intermédiation de marché est caractérisée par le fait qu’une institution financière s’emploie à mettre en relation un agent qui émet des ……………….. et des épargnants qui souhaitent effectuer des ………………….. Par exemple, lorsque une entreprise émet des obligations, elle a recourt à un financement direct, mais elle peut charger une ou plusieurs banques de la vente de ces obligations auprès de leurs clientèles. Il y a alors intermédiation de marché. L’épargnant est directement créancier de l’entreprise émettrice des obligations. En cas de défaillance de l’entreprise débitrice, l’épargnant …………………………………………………………………………… (les banques qui ont servi d’intermédiaire ne subissent aucun risque).

- L’intermédiation de bilan ou intermédiation de crédit dans laquelle l’institution financière utilise ………………… de ses clients en capacité de financement (épargnants) pour octroyer des ……………………………………… à des agents à besoin de financement. Ces opérations apparaissent au bilan des banques qui …………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………..……

Parmi l’intermédiation de crédit, il convient ensuite de distinguer intermédiation financière et intermédiation bancaire.

L’intermédiation financière consiste en une transformation d’échéance de titres : les intermédiaires financiers font du long terme avec du court terme. Leur rôle principal est en effet d’accorder aux entreprises des crédits à moyen ou long terme au moyen de la capacité de financement d’agents non financiers excédentaires.
Cette capacité de financement peut être captée soit en offrant des titres courts (livrets d’épargne populaire, livret A, livret bleu) et la transformation réalisée consiste en une transformation dépôts/titres ;
soit en offrant des titres longs en intervenant sur les marchés financiers et la transformation assurée est une transformation titres/titres qui porte sur la durée des titres émis et acquis.
Dans les deux situations il n’y a pas création de ressources de financement nouvelles. Le financement est ici assuré, comme tous les financements qui relèvent de la finance directe, par les ressources d’épargne ex-ante. Dans ce cas, ce sont les crédits / dépôts qui font les crédits / dépôts.
Dans le deuxième cas on parle d’intermédiation bancaire, puisqu’il s’agit d’une transformation de nature de titres. La création monétaire consiste en effet, en la monétisation de créances de nature non monétaires. Dans ce cas, ce sont les « crédits / dépôts qui font les crédits / dépôts » et il y alors de ressources nouvelles de financement. La création monétaire équivaut à une promesse de production future et correspond à une anticipation d’épargne.

Le financement externe direct :

Certains agents (comme les Etats ou encore les grandes entreprises) qui ont des capacités / besoins de financement (pour financer un investissement ou faire face à un déficit budgétaire) peuvent avoir recours à un financement direct. Dans ce cas, l’agent émet sur le marché un titre dont les caractéristiques sont liées au projet à financer.

Si le financement est à long terme, ces titres sont appelées des valeurs mobilières on parle aussi d’actifs financiers * (c’est la demande de capitaux ou de fonds prêtables).

Quant à l’offre de fonds prêtables (offre de capitaux) elle émane des agents à capacité / besoin de financement.

(*) Les actifs financiers sont des actifs qui se présentent sous la forme de moyens de paiement ou de créances. Ils comprennent la monnaie et les devises détenues par les agents (notamment sous forme de dépôts), les titres qui peuvent être vendus sur les marchés financiers (actions, obligations, etc) et les crédits octroyés à d’autres agents.

Les actifs financiers peuvent procurer des avantages à leurs propriétaires tels que des revenus liés à leur détention (……………………………………………….) ou ………………………… réalisées lors de leur vente.

On peut distinguer les actifs financiers selon :

- Leur degré de …………………….., c’est-à-dire leur capacité à être transformés sans délai et sans coût en monnaie.

- Leur …………………………………., c’est-à-dire le revenu et les perspectives de plus-values qu’ils procurent

- Les ………………………………… de moins-values qui leur sont associés.

c) Financement externe direct : Emissions d’actions ou émissions d’obligations ?
En cas d'augmentation du capital, une entreprise à la recherche de nouveaux fonds à long terme peut émettre des ………………… (titres de propriété, part d’une partie de l’entreprise) ou des ………………………………………. (elle a alors recours à l’emprunt).

Les Etats quant à eux ne peuvent émettre que des actions / obligations (généralement appelés les bons du trésor, qui vont constituer la dette souveraine des Etats). De même que historiquement, les villes
d) Marché primaire et marché secondaire, quelles différences ?

L’émission initiale de titres s'effectue sur le marché primaire / secondaire, marché du neuf, mais une fois émis, ils peuvent être revendus sur le marché primaire / secondaire, marché de l'occasion.

Le marché secondaire est donc le marché sur lequel des titres déjà émis changent de main. S'il est organisé, comme c'est le cas pour les titres émis par les administrations publiques ou par les grandes entreprises, il s'agit du marché boursier. Il est la garantie pour l’épargnant de ne pas être contraint de garder les titres financiers acquis jusqu’à leur échéance.
e) Marché au comptant ou marché à terme ?

La situation la plus simple sur les marchés financiers est celle des marchés au comptant / à terme : dans ce cas, il y a simultanéité entre la transaction, le paiement et la fourniture du titre. Mais les marchés au comptant / à terme cèdent de plus en plus la place à des marchés au comptant / à terme. Dans ceux-ci, il y a dissociation entre le moment de la transaction et celui de la livraison et du paiement du titre. La transaction peut être conclue aujourd'hui, mais le titre ne sera par exemple échangé et payé que dans trois mois par exemple, et ce à un prix convenu à l’avance.

Initialement les marchés à terme ont concernés les marchés des ………………………………………… Puis, progressivement, les marchés à terme ont également concernés les marchés financiers.

Le vendeur à terme a la garantie qu'il écoulera son titre à l'échéance prévue. En outre, il sait d'avance quel prix il en retirera. Certes, l'opération pourrait se révéler plus avantageuse si le titre connaissait une progression / baisse de son cours entre le moment de la transaction à terme et l'échéance, puisqu'en le cédant au comptant à cette échéance, le vendeur retirerait alors un meilleur prix ; mais en choisissant de vendre à terme, l'offreur met fin à une double incertitude : celle sur la possibilité de trouver effectivement un acquéreur pour son titre et celle sur son prix.

De même, l'acheteur aurait pu éventuellement profiter d'une augmentation / baisse des cours en acquérant son titre au comptant ; mais en le faisant à terme, il sait qu'il disposera du titre à la date prévue et en connaît le prix à l’avance.

Le prix du marché à terme diffère généralement de celui du marché au comptant, car il intègre les ………………………………………. des agents sur l'évolution attendue du cours.

A. Le marché des taux d’intérêt
Ce marché est lui-même divisé en deux à savoir : le marché monétaire et le marché obligataire.
1) Le marché monétaire

Le marché monétaire désigne le marché où les institutions financières – Trésors nationaux, banques centrales, banques commerciales, gestionnaires de fonds, assureurs, etc. – et les grandes entreprises (marché des billets de trésorerie), placent leurs avoirs ou empruntent à court terme / long terme (moins d'un ou deux ans).

On peut le subdiviser en 2 compartiments :

…………………………………………………………………..

……………………………………………………………………
a) Le marché interbancaire

Le marché interbancaire est le nom du marché global où les banques commercent entre elles afin d’avoir des liquidités et de répondre aux demandes des clients concernant leurs retraits, et emprunts.

Les banques de second rang s’y prêtent et s'empruntent entre elles des liquidités sous forme de monnaie ………………………………………………………

En effet, quotidiennement les banques de second rang s’échangent entre elles des liquidités. Celles qui ont un excédent / besoin de liquidité prêtent sur un jour à celles qui ont un excédent / besoin de liquidité, moyennant bien sur une rémunération, un ………..

………………………………… appelé le taux Eonia. Précisément, ce taux « Euro Overnight Index Average » se définit comme la moyenne, pondérée par les montants, des taux effectivement traités sur le marché monétaire interbancaire par 57 grandes banques, pour les dépôts/prêts jusqu'au lendemain ouvré.

L’évolution du taux Eonia permet donc de juger du besoin de liquidité des banques : un fort besoin de liquidité se traduira par une hausse / baisse du taux Eonia, les banques étant contraintes de payer plus cher / moins cher pour obtenir des liquidités auprès des banques surliquides qui sont en position de « force », et inversement.

En règle générale, ce taux oscille autour du taux directeur de la Banque Centrale Européenne. Rappelons que le taux directeur de la BCE est le taux des opérations principales de refinancement des banques : il s’agit du taux auquel les banques vont se refinancer chaque semaine auprès de la BCE, soit, en d’autres termes, le taux auquel les banques vont emprunter des liquidités auprès de la BCE sur une semaine.

On comprend pourquoi le taux Eonia, en temps « normal », reste proche de ce taux : les banques sont prêtes à payer un peu plus cher que le taux directeur pour disposer quotidiennement de liquidités, mais pas trop non plus, sinon quoi, elles préfèrent attendre l’opération principale de refinancement pour disposer de liquidités à un prix plus faible, au prix du taux directeur.
Lorsque la Banque centrale apporte des liquidités sur le marché monétaire, ce dernier est dit « ouvert » (open market).

Si elle veut faire baisser le taux, elle prête (donc elle achète / vend des titres aux banques, aux entreprises, aux institutionnels qu'elle paye en créant de la monnaie).

Si elle veut faire monter les taux, elle emprunte (donc elle achète / vend des titres, détruisant ainsi de la monnaie).

b) Le marché des titres de créances négociables

Les titres de créance négociables peuvent se définir comme des titres émis au gré de l'émetteur, négociables sur un marché de gré à gré, et représentant chacun un droit de créance pour une durée déterminée.

On peut citer :

…………………………….. : Bon du Trésor à taux Fixe. Ce sont des titres à court terme émis par les États, d'une durée inférieure à 1 an à l'émission et négociés par les investisseurs sur le marché secondaire ;

……………………………. : Bon du Trésor à intérêts annuels. Ce sont des titres à moyen terme émis par le Trésor, d'une durée de 2 ou 5 ans à l'émission ;

………………………………………………………. : émis par les entreprises (1 jour à 1 an) ;

………………………………………………………… : Il s’agit de titres à court terme dont la durée est supérieure à 1 jour et inférieure à un an, qui sont émis uniquement par des établissements de crédit, résidents ou pas, ainsi que par la Caisse des Dépôts et consignations ;

………………………………………………………………………………, émis par les entreprises et les établissements de crédit (> 1 an). Il a un montant nominal élevé (supérieur à 150 000 €) et une durée de vie à l'émission comprise entre 1 jour et 7 ans.

2) Le marché des obligations
Le marché des obligations, également appelé « marché obligataire », est le marché qui permet aux États et aux entreprises de se financer.

a) Qu’est-ce qu’une obligation ?

En effet, lorsqu’un état ou une entreprise a besoin de financement, il peut émettre des titres spéciaux appelés « obligations ».

Cette obligation est une forme ………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….……..

Il existe différents types d'obligations, mais elles présentent toutes une caractéristique commune : le versement d'un intérêt (ou « coupon ») en contrepartie du prêt fourni par l’investisseur.

En ce sens, il s'agit d'une forme intermédiée / désintermédiée de prêt entre un offreur et un demandeur de capitaux.

b) Quelles sont les principales sortes d’obligations ?
  1   2   3   4

similaire:

I. a la decouverte des differents marches financiers iconRessenti par tous ceux qui ont tenté de mesurer le développement financier
«marchés financiers» tient largement à la distance entre le concept et la réalité historique et vécue. En théorie, les marchés financiers...

I. a la decouverte des differents marches financiers iconRecherchez les définitions pour chacun des acteurs mentionnés
«les principaux marchés financiers (marchés des changes et marchés des capitaux) et le rôle économique de chacun d’entre eux» et...

I. a la decouverte des differents marches financiers iconSommaire
«agriculture biologique» en vente direct à la ferme et/ou sur les différents marchés de la région (marchés spécialisés ou non)

I. a la decouverte des differents marches financiers iconMondialisation autres définitions
«Mondialisation ou globalisation signifient d’une part l’intégration des productions et l’interconnexion des marchés de biens et...

I. a la decouverte des differents marches financiers iconChapitre 7 : Mondialisation / Régionalisation
«dictature» des marchés financiers sur les «dictateurs» ? changes flottants obligatoires ??

I. a la decouverte des differents marches financiers iconSolutions envisageables ? I. Les differents systemes de retraite...

I. a la decouverte des differents marches financiers iconLes experts du fmi notaient en avril 2007 «en dépit de la volatilité...
...

I. a la decouverte des differents marches financiers iconRésumé : Un phénomène de «marchés-routiers»
«marchés-routiers» se développe aux différents barrages dressés par les forces de sécurité et de contrôle sur les grands axes de...

I. a la decouverte des differents marches financiers iconLa diversité au cœur de la finance
Marchés financiers inorganisés C’est la première réflexion sur un phénomène qui reste encore aujourd’hui trop peu connu

I. a la decouverte des differents marches financiers iconDécouverte des métiers secteur professionnel – La découverte des services






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com