Chapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction





télécharger 108.98 Kb.
titreChapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction
page3/7
date de publication11.07.2017
taille108.98 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

SECTION II -Les Aides de l’État au Commerce extérieur.




Quelle que soit la structure politique d’un pays, il y a toujours une intervention de l’État dans le commerce extérieur. Il existe 2 grandes catégories d’aides :

  • les aides d’information et de promotion ;

  • les aides pour les assurances et le financement.


Ces dispositifs sont généralement publics, sauf en RFA, où ils sont privés.
Deux exemples :

  • pour l’information et la promotion : les démarches pour faire de la publicité sont financées par l’État. C’est le cas par exemple de voyages du Chef de l’État dans des pays commercialement importants, accompagné de chefs d’entreprise, dans le but de faire connaître les produits du pays, et d’ouvrir des négociations pour contracter des accords commerciaux.

  • pour le financement : l’État peut prendre à sa charge une partie du risque lié à l’exportation. L’État assure la couverture du paiement. L’État ne le fait pas pour toutes les destinations, ni pour tous les produits : il préfère adopter une politique sectorielle. Les taux d’intérêts bas, voire nuls, pour financer la production et l’exportation des produits prisés par les marchés étrangers ciblés peuvent aussi être considérés comme une forme d’aide.


SECTION III -Les Barrières non-tarifaires (BNT).




Ces BNT montent depuis 1973, alors qu’en même temps, il y avait un démantèlement des tarifs douaniers. Le GATT en a parlé depuis 1979. Au-delà des tarifs douaniers, il existe tout un mécanisme de protection.

Les BNT sont toutes les mesures commerciales non-tarifaires prises par un État ou par des groupes privés ; les réglementations nationales et les normes sanitaires sont exclues.
Quels sont les pays qui utilisent le plus les BNT ?

Ce sont l’Union Européenne (18 %), les USA (18 %) et le Japon (8 %) pour l’industrie ; l’UE (45 %), les USA (34 %) (et le Japon 0 % !!!) pour l’automobile.
Comment jouent les BNT ?

  1. Bloquer l’accès au marché : interdire à tout exportateur étranger de connaître la réalité du marché national (goût des consommateur,…). Par exemple, le Japon impose aux firmes étrangères de venir et de s’installer directement. Mais alors, il faut verser 60 mois de caution pour s’installer dans un magasin situé sur le Ginzar. Il faut ensuite engager du personnel national, etc.

  2. Imposer la règle de l’origine, c'est-à-dire le pays dans lequel a été accompli le dernier cycle de fabrication. On peut ruser avec cela, pour détourner les quotas d’importation ou les contingentements.

  3. La réglementation nationale : elle est utilisée extrêmement souvent pour gêner l’importation.

  • Exemple 1 : les médicaments. Les nouveaux médicaments importés doivent se faire homologuer. Or, la procédure peut durer de 8 à 10 ans.

  • Exemple 2 : les règles sanitaires. Les Japonais sont les plus forts là-dessus. Si l’on décrète que l’on ne peut plus consommer de lait cru, presque tous les fromages français sont exclus. Ou encore, L’Oréal a du faire des tests pour faire enregistrer ses produits, parce que « la physionomie japonaise serait différente ». Rossignol (marque de produits pour sports d’hiver) a dû batailler 6 ans pour faire vendre ses skis, qui devaient se faire adapter à la « nature différente » de la neige japonaise.

  1. La politique des groupes privés. Par exemple : majoration de la prime d’assurance pour les voitures étrangères. Au Japon, la prime est de 135 %.

  2. Le protectionnisme mental et individuel.


SECTION IV -Les Intégrations régionales et les Cartels de Producteurs.




Ce domaine est beaucoup plus en amont dans les échanges.


A -Les Intégrations régionales.




1.Définition et typologie des intégrations régionales.



Les intégrations régionales sont les accords entre pays d’une même région du Monde. Elles sont pour le GATT un premier pas vers une intégration mondiale. Il est plus facile de développer le libre-échange et la coopération entre pays voisins et de même niveau économique.

Mais en fait, l’intégration peut devenir un protectionnisme à plusieurs.

On distingue 4 types d’intégrations régionales :

  • la zone de libre-échange : libre circulation des marchandises ;

  • l’union douanière : système douanier commun adopté vis-à-vis des pays tiers ;

  • le marché commun : libre circulation des hommes et des capitaux ;

  • la communauté : définition de politiques communes (agricole, économique, éducative, juridique,…).



2.Exemples d’intégrations régionales dans le Monde.



On peut en citer quelques exemples.

L’ALENA (août 1992). Les USA veulent renforcer leurs positions face à un élargissement de l’UE. Ils vont donc « profiter » du Mexique, ce qui permettra en outre de limiter les flux migratoires en provenance des pays latino-américains.

Le MERCOSUR : c’est le marché commun du cône sud, qui regroupe l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay et le Paraguay.

Il existe un certain nombre d’intégrations commerciales de la méso-Amérique. Est-ce que les USA réussiront à étendre l’ALENA à tout le continent américain ? Ou bien devra-t-on assister à la mise en place de 2 grands blocs régionaux ?
En Europe, il ne reste que l’UE. Mais jusqu’où celle-ci va-t-elle s’étendre ?
En Asie, il y a très peu d’intégration régionale, pour des raisons historiques et géographiques. Ainsi, la Chine a très longtemps choisi un développement autocentré. L’Inde aussi. Le Japon est encore considéré par les pays de l’Asie du Sud-est comme un pays colonisateur. Ces mêmes pays de l’Asie du Sud-est semblent avoir cependant fait un pas durable dans l’intégration régionale, avec l’ASEAN (depuis 1977) (avec l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande).
L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont un accord de libre-échange depuis 1965.
En Afrique, il existe 5 intégrations régionales, mais aucune d’entre elles n’a de poids sur la scène internationale.
22/iv/98

B -Les Cartels.



Les cartels sont par principe un frein au libre-échange, et la plupart du temps, ils se révèlent de courte durée. Du point de vue économique, les réussites sont très localisées dans le temps et dans l’espace.

L’objectif est de limiter la concurrence entre pays producteurs, dans le but d’élever artificiellement les prix. Cet objectif impose une organisation particulière, en particulier, une répartition stricte de la production et une offre inférieure à la demande.

C’est ce genre de coalition qui fait que la durée de vie du cartel est courte. En fait, l’histoire des cartels est jalonnée d’échecs.

Il faut pour qu’un cartel réussisse des conditions favorables réunies en même temps :

  1. une augmentation de la consommation du produit concerné, ce qui veut dire une demande mondiale qui connaisse la surchauffe ;

  2. que les pays du cartel (à défaut de tous les pays producteurs) comporte une bonne moitié de la production mondiale (ou mieux, les 2/3), afin de pouvoir peser sur l’offre et la demande ;

  3. la cohésion des pays du cartel, ce qui nécessite que ceux-ci aient les mêmes intérêts économiques, voire politiques.

On peut prendre l’exemple de l’OPEP. De 1960 à 1980, l’organisation allait bien. Mais à partir de 1980, les membres sont caractérisés par des intérêts divergents, d’où la fin de leur cohésion, et du respect des quotas de production. Mais l’OPEP a néanmoins réussi à tenir ses objectifs durant une dizaine d’années.

Tous les autres cartels sur le zinc, l’étain, ou le cacao, ont été voués à l’échec.

Une politique de cartel est un frein à la libéralisation des échanges. Mais ce frein n’est que momentané, puisque les cartels coulent vite.


1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Chapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction iconSujet : Comment peut-on expliquer les échanges internationaux de marchandises ?
«On s’interrogera sur les déterminants des échanges internationaux de biens et services et de la spécialisation» dans la partie 1...

Chapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction iconChapitre 5 l’Organisation des échanges internationaux

Chapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction iconChapitre 1 : L’évolution et les théories des échanges internationaux...

Chapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction iconLes échanges internationaux

Chapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction iconI. au niveau mondial depuis le 01/01/1995, les échanges internationaux...

Chapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction iconLa mesure des échanges internationaux

Chapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction iconPremière partie : Le développement des échanges internationaux

Chapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction iconL’explosion des échanges internationaux depuis 1945

Chapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction iconAnalyse empirique des échanges internationaux : les entreprises dans...

Chapitre I -l’organisation générale des échanges internationaux. Comment fonctionnent les échanges internationaux ? Introduction iconChapitre 1 : Les fondements théoriques des échanges et des investissements internationaux
«facteurs spécifiques» : plus la dotation en facteur spécifique est grande, plus le pays aura de chances d’avoir un avantage comparatif...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com