Manuels





télécharger 145.97 Kb.
titreManuels
page1/2
date de publication14.12.2016
taille145.97 Kb.
typeManuel
e.20-bal.com > droit > Manuel
  1   2




Introduction
I : De la géopolitique pour quoi faire ?

A : Pour comprendre notre monde

L’environnement n’est pas simple et pas prévisible. Notre monde est turbulent et complexe.
B : Pour comprendre l’environnement de l’entreprise
II : Qu’est-ce que la géopolitique ?

A : Etymologie des mots.

Géographie × politique = compréhension des conflits.

Manière allemande : elle insiste sur le primat de la géographie. C’est la géographie qui conditionne la politique.

Logique française : c’est la politique qui façonne la géographie.

Il y a une réalité objective mais aussi subjective.

La politique : réalité fondée ou simple réalité contractuelle.

La géopolitique recherche sur la longue durée des continuités pour comprendre l’inscription de la politique d’un état dans sa géographie.
B : Définition.

Yves Lacoste :

« Il ne s’agit pas d’une science ni d’une recherche de loi mais d’un savoir penser l’espace terrestre et des luttes qui s’y déroulèrent pour essayer de percer les mystères de ce qui est en train de se passer afin d’agir plus efficacement. » 
Trois concepts :

- la géographie : le donné l’espace

- les stratégies : le construit les pouvoirs

- Idéologie : les visions les enjeux
Connaissance de l’histoire : le temps, la mémoire.

Connaissance de la géographie : l’espace, la surface

→ Culture, esprit, sens

Revues :

  • Hérodote de Yves Lacoste

  • Géopolitique de Marie France Garot


Presse :

  • Courrier international

  • Le monde diplomatique


Manuels :

  • Aymeric Chauprade, intro à la géopolitique, constantes et variables de la géopolitique, éditeur ellipses.

  • Désir de territoire de françois Tual


Livres contemporains :

  • Rapports Ramsès de l’IFRI

  • La crise des civilisations par Samuel Huttington

  • Bernard Lewis que s’est-il passé ?


Chapitre I - La question des frontières

Les frontières sont souvent vus comme étant quelque chose de négatif. La frontière est importante et il n’y a pas de vie sociale sans frontières. La frontière c’est un enclos, là où l’on est en sécurité. Aujourd’hui on assiste à une mise en cause des frontières.

I : l’origine des frontières.

Il y a frontière dès le moment où il y a groupe. Dans notre conscience, on voudrait être uni à l’humanité. Quand il y a un groupe, il se définit par l’identification et la différenciation. Il y a un sentiment d’inclusion et de différenciation qui exclue. Dans toute société, il y a inclusion et exclusion. Il y a des cercles d’inclusion qui vont de la famille à la nation. Les frontières entre les états, d’où viennent-elles ?

La géographie fait la frontière et la première chose c’est l’insularité. C’est le phénomène des îles. Ca donne des identités fortes. Le Japon a développé une culture très spécifique. Les déserts vont produire à peu près la même chose. Les fleuves sont historiquement des frontières. Les forêts et les montagnes. Il y a des éléments qui sont facteurs d’affrontement. La non continuité géographique est facteur d’affrontement. Les passages obligés sont des passages qui sont sources d’affrontements. Les détroits sont autant de facteurs de conflits.

Ces frontières géographiques sont bouleversées par la démographie. Les guerres changent les frontières.

C’est la frontière qui fait la géographie.

Ex : Australie, 15 fois la France. Population : 20 millions. La relation au temps et la relation à l’espace des aborigènes n’est pas la même que nous. En 1788 : 300000 aborigènes. Les anglais déclarent la terre « terra nulius ». En 1938, les aborigènes occupent 5% du territoire et en 1911 il reste 30 000 aborigènes. Droit du sol ? Thèse du 1er occupant. Vision occidentale : c’est l’homme qui possède la terre. Vision aborigène : c’est la terre qui prend l’homme. La relation au sol n’est pas la même. Pour l’aborigène, la terre contient les ancêtres. En 1967, Mabo a changé totalement les choses. Il va faire différents procès et va demander et obtenir en 1967 que les aborigènes soient reconnus comme citoyens. Ils ont le droit de vote. En 1972, Mabo demande à réfuter le critère de terra nulius de l’Australie. Il a obtenu une réappropriation d’un sixième des terres aux aborigènes (plus de 2,5 fois la France).


II : La frontière construite par l’économie.

  1. La technologie remet en cause les frontières.




  1. Progrès dans les moyens de transports.

Autant les marchandises que les communications.

Les frontières géographiques ont disparues car les coûts de transports sont devenus très faibles. Mais il y a des frontières fiscales.

Au niveau des moyens de communications.

Mais la réalité politique ne change pas, elle reste territoriale.


  1. Au niveau technologique.




  1. L’actualité des frontières.

Les frontières sont surtout des frontières fiscales et sociales. On est dans une philosophie de destruction des frontières. L’OMC, le GATT, le marché commun ont pour but de faire baisser les frontières fiscales afin de faciliter la libre circulation. Frontières fiscales et sociales ou frontières de civilisations.
Conclusion :

Il faut faire attention à l’imaginaire, à la ligne maginot. La ligne maginot c’est une erreur contre la géographie, contre la technique, contre la culture.
Exemple : l’Irak.
Coptes : chrétiens d’Egypte.
1917 : fin de l’empire Ottoman.
En 1921, un roi d’Irak est mis en place par les anglais.

En 1922, la frontière avec les saoudiens et le Koweït est mise en place.

En 1932, la SDN reconnaît l’indépendance de l’Irak.

En 1941, coup d’état par Rachid Ali favorable aux allemands.

Les anglais réoccupent l’Irak.

En 1958, coup d’état, le roi est assassiné et c’est le général Kassem qui prend le pouvoir.

A partir de 58, l’amitié n’est plus une amitié avec les anglais mais avec Moscou.

En 1963, Kassem est assassiné et Aref lui succède.

En 1972, traité d’amitié et de coopération en l’Irak et l’URSS.

En 72, l’Irak Petroleum Company est nationalisée.

En 1980, début de la monopolisation du pouvoir de Saddam Hussein qui faisait parti du parti baas.

Parti baas : nationaliste et socialiste, parti laïc.

Il va vivre en Syrie et en Irak. Il est prosoviétique.

De 80 à 88 : guerre avec l’Iran.

2 août 90 : invasion du Koweït.

Février 91 : 1ère défaite militaire

2002 : 2ème guerre d’Irak

2003 : arrestation de Saddam Hussein
L’ensemble du monde est derrière l’Irak pendant la guerre contre l’Iran. En 1979 : 2ème choc pétrolier. Il provient du renversement du Shah par l’ayatollah Khomeiny. Il arrive avec une idée théocratique. Il confisque les puits de pétrole. Khomeiny se déclare l’adversaire de l’Amérique.

Saddam Hussein a besoin d’argent pour acheter du matériel militaire aux russes. Il décide d’annexer la zone du golfe. Il veut profiter de la désorganisation de l’Iran et utiliser la révolution de l’ayatollah pour récupérer cette zone. 3ème objectif : enlever tout espoir aux ayatollah iraniens d’étendre leur état islamiste vers Kerbalah.

L’islam se partage en plusieurs familles.

La fin de la guerre est marquée par l’utilisation de gaz asphyxiants par Saddam Hussein.

Conflit du Koweït. Dans l’esprit des irakiens, le Koweït est une annexion illégitime. 1er motif : contestation historique. 2ème motif : débouché sur la mer. 3ème motif : pétrole koweïtien. 4ème motif : Saddam Hussein sortait d’une guerre qui l’a ruiné et il pensait pour récompenser que s’il récupérait le Koweït il pourrait rembourser les frais de guerre. C’est la 1ère grande guerre post-Yalta. Les américains vont attaquer depuis la Turquie, l’Arabie Saoudite et la mer. L’armée s’arrête à 300 kms au sud de Bagdad. Création de no fly land. L’Irak est menacé d’un éclatement. Pourquoi les américains se sont arrêtés à 300kms de Bagdad. Ils craignaient une implosion de l’Irak.






3ème guerre : guerre de Bush junior.

Début de la guerre : 20 mars 2003. Les américains vont attaquer sans l’accord de l’ONU. Facteur expliquant : 11 septembre 2001. Il faut modifier les cartes. Le changement est peut être déjà amorcé.

En Arabie Saoudite, 4 millions d’immigrés. Elle a les puits de pétrole et les lieux saints. Elle finance la subversion contre Israël. Hyp : séparer le pétrole des lieux saints. Il y a une crise de succession très forte. Il y a une crise économique. C’est un pays endetté. Les revenus baissent. En 1981 : 18800 $ par habitant. Maintenant : 10000 $.

La deuxième cible c’est l’Iran. Les américains veulent que l’Iran se reconstruise mais avec les réformateurs. L’Iran ne veut pas que le sunisme emporte tout. Un Iran fort équilibre les pouvoirs.

La troisième cible c’est la Turquie. Pays allié de l’Amérique. Elle est membre de l’OCDE, de l’OTAN. Elle a toujours défendu les USA mais en 2002, elle n’a pas laissé passer les américains pour rentrer en Irak. Elle s’oppose à aider l’Amérique. L’armée turque est proaméricaine. On voit apparaître à la tête de la Turquie des gens islamistes.

4ème pays : la Syrie. Pays le plus allié de l’Irak de Saddam Hussein. Elle est multiconfessionnelle. A sa tête, il y a un alaouite. C’est une minorité shiite. La Syrie est contre l’Israël.

5ème pays : Israël. Il est évident qu’en s’installant en Irak, les américains peuvent obliger la diplomatie locale a reconnaître l’Israël et obliger l’Israël a reconnaître la nécessité d’un état palestinien.

Chapitre II - Le désordre mondial.

I : Le monde entre ordre et désordre.

« Deux choses sont dangereuses l’ordre et le désordre » Paul Valéry.

  1. Les différents types d’ordre.

3 types : l’ordre par l’empire, par l’équilibre, par la loi.

a) L’ordre par l’empire.

L’imposition. Ordre qui impose un centre et une périphérie. Le centre commande cette périphérie. Pour qu’un empire fonctionne, cela suppose que ce centre crée suffisamment de richesses. Préférence de l’ordre extérieur à l’ordre intérieur. L’empire c’est une logique d’expansion. C’est une logique où la force est importante.

b) L’ordre par l’équilibre.

Composition. La base de l’équilibre c’est la diplomatie. On trouve l’équilibre en négociant. C’est toujours des relations bilatérales.

Elle suppose un ordre intérieur maîtrisé.

c) L’ordre par la loi.

L’adoption ou la supposition. On prétend qu’il y a une loi au dessus des nations et que l’ensemble des nations n’y soumet. Ca suppose l’universalité des lois. Si vous ne respectez pas cette loi universelle, on a le droit d’aller conquérir votre pays.

  1. L’ordre de Yalta à nos jours.

a) Deux blocs : l’empire capitaliste et l’empire soviétique. Ces empires s’opposaient. Partage qui s’appuyait sur une opposition idéologique ferme. Ce conflit entre l’est et l’ouest oublie le tiers-monde.

b) L’ordre après 1989.

C’est le déséquilibre qui va dominer. L’Amérique explose quand l’URSS implose. Le monde devient unipolaire et ce caractère met en cause en l’empire.

c) L’ordre actuel.

4 paradoxes qui commandent la géopolitique actuelle :

- on ne sait plus qui est l’ami, qui est l’ennemi.

- société qui ne repose que sur un seul ordre économique : la concurrence.

- cet ordre mondial pose une légalité. Enormément de points sont dans l’illégalité.

- plus le monde s’uniformise, plus le monde devient un monde à la Walt Disney.

Ces 4 problèmes amènent un nouveau rapport de force. Ce qui fait que notre monde n’est pas menaçant mais dangereux.


  1. Les solutions.

  1. L’ordre par loi.

L’organisme qui va poser ça c’est l’ONU. L’ordre imposé par l’ONU est-il objectif ? Qui finance l’ONU ? Problème des forces armées. Problème du nombre des états. En 2003 la suisse est rentrée à l’ONU en 2003. Il ne manque plus que Taïwan. Le nombre d’état a considérablement augmenté. Article 2 paragraphe 7 ce la charte de l’ONU : les états sont souverains. Problème de l’universalisme qui n’est pas accepté par tout le monde. La conception n’est pas la même selon les pays. Comment réformer ? Avoir une instance supranationale suppose d’avoir les mêmes normes, valeurs, chefs et que l’on sache qui finance.

Problème de la justice internationale. Le TPI ça peut être dangereux. L’histoire est toujours dominée par les vainqueurs.

  1. L’ordre par l’empire.

Confédération : nations qui vont se mettre ensemble mais qui ne sont pas encore des empires. Les pays s’associent sur un principe d’unanimité. Souveraineté nationale.

Fédération (RFA) : on crée autour des pays une superstructure = l’état fédéral et chacune des nations va s’appeler état fédéré. La logique est celle de la majorité. Souveraineté supranationale. Ces fédérations peuvent devenir très facilement des états unitaires.

  1. L’ordre par l’équilibre.

Famille → clan → tribu → ethnie (lien du sang) → nation → état → civilisation → genre humain.

Les nations peuvent se pervertir.

La société va s’organiser en groupes de pressions.
La démocratie n’a été possible que dans les nations.
Cas pratique : la Yougoslavie.


  1. Le donné.

L’histoire, la géographie.

  1. Le processus des guerres

  2. Le Kosovo



  1. Avant 1991 : 280000 km²

22 millions d’habitants.

Pays de hauts plateaux de calcaire → pays aux vallées profondes.

Au sud l’adriatique. Sur la côte ouest : Dalmatie. Au nord : l’Autriche, la Hongrie, Bulgarie, Roumanie, Grèce, Albanie.

Pays crée juste après la guerre par Clémenceau en 1919 pour démanteler l’empire des Hasbourgs.

Région du nord : Slovénie

Région du sud : Macédoine.

En dessous de la Slovénie : Croatie.

Voidine sur l’est.

Montenegro à l’ouest.

Au milieu les serbes et la Bosnie-Herzégovine.

Répartition historique.

Au nord, Eglise catholique romaine. Au sud, orthodoxes. Fracture sociologique, religieuse, économique.

1er régime : monarchie.

2ème régime : en 1939 Hitler annexe l’Autriche-hongrie. La Slovénie et la Croatie optent pour le nazisme. Les serbes organisent la résistance. En 1945 se crée la république fédérative auto-gestionnaire de Yougoslavie. En 1989 demande son indépendance du pacte de Varsovie.

  1. Le processus des guerres.

La Slovénie demande son indépendance au nom du principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Guerre entre l’armée officielle de Yougoslavie et les slovènes. La guerre se passe en Croatie et va elle aussi demander son droit d’autodétermination et des peuples à disposer d’eux-mêmes. L’Allemagne fédérale reconnaît l’indépendance de la Slovénie ainsi que l’ONU. Le Vatican est d’accord avec l’Allemagne. Même processus avec la Croatie. Le conflit se porte en Bosnie. En Bosnie, il y a 3 peuples : serbes (31,3%), croates (17,3%), bosniaques (43,7%). Les dirigeants de Bosnie demandent un référendum pour savoir si l’indépendance aura lieu. Les croates et les bosniaques s’associent pour demander l’indépendance. Les serbes de Bosnie ne veulent pas de cette indépendance. Le vote a lieu et l’indépendance a lieu à 60%. Les serbes de Bosnie sont localisés dans la Krajina. Ils n’ont pas la continuité territoriale avec la Serbie. Quand il n’y pas continuité, il y a très souvent conflit. On va arriver à une guerre ethnique. Le but de cette guerre c’est de déplacer les peuples pour se retrouver par ethnie. L’UE proposait au début une cantonisation. C’est une guerre médiatique car ils veulent faire peur pour faire fuir les populations. A la fin du conflit, c’est ce qui s’est passé. En 1995, les américains arrivent. Les accords de Dayton sont signés en 1995. Ils s’installent militairement en Bosnie. La Bosnie est un état dirigé par un triumvirat.

3) Le problème du Kosovo
C’est une guerre qui va intervenir 3 ans plus tard. Milosevic veut reprendre le Kosovo. Il fait partie de la Serbie. C’était une région ruinée car Hitler avait déporté tout le monde du Kosovo. Tito ne voulait pas que les serbes tombent dans une universalité trop forte et il n’a jamais reconstruit le Kosovo. Le Kosovo touche l’Albanie et est le pays qui s’était déclaré le pays le plus anticlérical. Les Albanais sont allés s’installer au Kosovo. Le Kosovo c’est la patrie des serbes. 1389 : le prince Lazar va perdre une grande bataille « le champ des merles » contre le prince Mourad. Du 14ème siècle jusqu’en 1551, ils sont sous domination musulmane. De 1551 à 1776, ils redeviennent indépendants. De 1776 à 1918 : Turc. En 1998, Milosevic dit le Kosovo c’est à nous récupérons le. Il envahit le Kosovo. La France, l’Angleterre et l’Allemagne, sans délégation de l’ONU déclarent la guerre à la Serbie. On voit apparaître l’UCK : retour à une grande Albanie.

Chapitre III - Les enjeux géopolitiques

Quelle est la motivation des conflits ?
I : 1er enjeu : contrôle des ressources naturelles.

  1. Les matériaux.

  1. Les hommes contrôlent le sol.

Rechercher les sols à forte productivité naturelle a toujours été source de conflits. 11% du globe. Ce n’est pas véritablement un enjeu. L’enjeu sera beaucoup plus la question de l’agriculture. Néanmoins, il ne faut pas croire que sans enjeu de contrôle de ressources naturelles, il n’y a pas d’économie. Les USA font de l’agriculture une arme stratégique. En Europe, c’est comment indemniser les paysans. Il est évident que la préoccupation des américains c’est le monde latino-américain.

  1. Le sous-sol.

  • les minerais :

La géopolitique des minerais est de moins en moins intéressante depuis 1989 car les minerais sont devenus abondants. Les grandes ressources en minerais sont le zaïre et la CEI. La géopolitique de la ressource naturelle depuis 1989 a chuté car l’Afrique et la CEI sont en concurrence pour vendre des matières premières abondantes et dont la demande n’augmente pas. Les USA importent 91% de leur chrome, 93% du cobalt, 97% de leur manganèse, 73% du nickel ou 47% du titane. L’offre est substituable. Il y a la fibre de carbone, le kevlar. On sait faire des fils à partir de pétrole qui sont plus solides que l’acier. On fait des moteurs en céramique (à partir de sable) qui sont plus résistants que l’acier. Il y a des matériaux au fond des mers mais à qui appartiennent les mers ? Le pétrole est matière première et source d’énergie. On utilise énormément de pétrole pour l’énergie. Comment fonctionne le marché du pétrole ? Marché soumis à la loi de l’offre et de la demande. Le pétrole en 1973 coûtait rien (2$ le baril). L’OPEP a joué un rôle de cartel et a limité l’offre et le prix du pétrole monta. En 1979, le pétrole monte à 35$ le baril. Les puissances pétrolières s’enrichissent. En montant le prix du pétrole, l’Europe réagit face à l’augmentation du pétrole. Avec une baisse de la demande, le prix du pétrole va baisser à 14$. La Chine importe plus de pétrole que le Japon et augmentera encore sa consommation.


  1. Le cas singulier du pétrole.

→ Question de l’énergie en général.

• La diversité des sources d’énergie :

Vecteur privilégié d’énergie : électricité.

Sources d’énergies :

  • énergies renouvelables

  • énergies épuisables


Energies renouvelables :

  • soleil

  • énergie hydraulique

  • énergie éolienne

  • énergie des vagues

  • énergie des marées


Ressources épuisables :

  • charbon

  • pétrole

  • gaz naturel

  • uranium

  • énergie géothermique


Ressources inaccessibles mais quasi-illimitées :

  • fusion thermonucléaire


Sources d’énergies qui ne passent pas dans les circuits commerciaux :

  • bois, déchets végétaux, la bouse de vache.


3ème génération de réacteurs nucléaires : EPR, réacteurs à eau pressurisée. Beaucoup plus sécurisé.
3ème génération : cogénération, mise en place dans 15-20 ans. Grande sécurité, très peu de déchets et très appauvris, haute température. Production d’électricité et d’hydrogène.
Vecteurs :

• Directs, ex : auto : pétrole → mouvement

• Indirects, ex : train : pétrole → électricité → mouvement

→ électricité → éclairage

→ chaleur

→ mouvement

→ hydrogène

• L’avenir :

  • Le contrôle des ressources :

Est-ce qu’on a du stock ? Combien de temps on va tenir ?
3 premiers pays producteurs de pétrole :

- CEI

- USA

- Arabie Saoudite

Marché du pétrole :

  • producteur => prix monte

→ recherche et développement : 2$ / baril

→ distribution = 1$ / baril

→ production

Prix plafond : 32$

Prix plancher : 20 à 22$.
Il faut réévaluer le pétrole.

Il faut connaître le taux de récupération : rapport réserve / ressource du gisement.

Ce taux de récupération est entièrement variable d’un gisement à un autre : de 5 à 50%.

La norme communément admise était de 20-25% il y a 20 ans et est passé à 30-35% aujourd’hui.
Perspectives :

  • D’après les géologues : plafonnement de la production entre 2010 et 2020 pour le pétrole et 2030 pour le gaz.

  • Objectif : atteindre un taux de récupération de 60%

  • financement de la recherche viendra d’elle-même :

- rareté du pétrole fait monter le cours

- le budget recherche croît avec l’augmentation du cours.

- pétrole de haute mer dans les zones arctiques.

- ressources non conventionnelles
Problème important : transport du pétrole.
Problème du raffinage.

La valeur ajoutée se fait dans la transformation.

La valeur ajoutée ne se fait pas en contrôlant les puits de pétrole.
Evolution de la demande :

La demande croît avec la croissance économique.

Croissance économique → spécialisation → échanges → transports → commercialisation.

2% par an : accroissement énergétique de la demande. Si l’offre ne suit pas, les prix augmenteront.

GMC : 9 millions par an

Ford : 8 millions par an

Toyota : 6 millions par an

Renault / Nissan : 5 millions par an

PSA : 3 millions par an
Est-ce que les américains sont fragiles face à la demande ?

Non : 15% de la demande vient du Moyen Orient. 1/3 de leurs importations.
• Le problème écologique :

Accords de Kyoto.

Négociations de permis négociables.

Chaque pays a un quota de CO2 rejeté dans l’air. Un pays qui pollue moins vendra son droit de polluer, un pays qui pollue plus achètera son droit de polluer.
Hydrocité :

→ pétrole → électricité

→ station d’essence


  1. L’espace.

d.1 : les visions.

d.2 : les enjeux.

d.3 : Kourou
d.1 : Les visions.

• Ptolémée : il a donné une vision géocentrique de l’espace. Le soleil tourne autour de la Terre.

• Remise en cause par Copernic (1543) : vision héliocentrique. La Terre tourne autour du soleil.
• Système solaire :

→ système solaire : la voie lactée (100 000 millions d’étoiles)

→ sous-produit d’un groupe de 30 galaxies = groupe local

→ ce groupe local fait partie d’un amas qui lui-même fait partie d’un super amas.

d.2 : Les enjeux.

Espace aérien lié aux avions.

Enjeux qui nous intéresse aujourd’hui : satellites.

  • satellites en orbite basse

  • satellites géostationnaires


Ca sert à toutes les technologies d’information : TV, radio, GPS, téléphones portables, prospection minière, pêche, cartographie, renseignement militaire, météo, surveillance des prisonniers.

Enjeu colossal.
2ème enjeu : physique des matériaux.

Recherche dans la ISS.

Goulots d’étranglement.

On fabrique des nouveaux matériaux dans l’espace.

Pharmacie, biologie.
Comment accéder à ces orbites ? A qui appartiennent les orbites géostationnaires, les orbites basses ?
Chaque pays tend à avoir sa base de lancement pour conquérir l’espace.
d.3 : L’intérêt de Kourou.

• 1ère raison : l’effet de fronde.

La vitesse de rotation de la Terre est plus forte à l’équateur donc on peut lancer des charges plus lourdes en économisant de l’énergie.

• 2ème énergie : orbite zéro.

• 3ème raison :

Kourou est sur la côte et donc si accident, récupération dans l’océan.

2 satellites par semaine.

Chapitre IV - La géopolitique de l’eau.

• 97% de l’eau est salée : 96% dans les mers et 1% dans les mers intérieures et les lacs salés.
• Eau douce : - de 3% de l’eau totale.

+ des 2/3 est en glace.

Eau liquide : 1% de l’eau totale

30% en nappes phréatiques.

Permafrost : 0,8%

Eau de surface et atmosphérique : 0,4%
• Eau de surface et atmosphérique :

  • lacs : 67%

  • atmosphère : 6 fois plus d’eau que dans les cours d’eau


• Utilisation :

  • agriculture : 70%

  • industrie : 20%

  • domestique : 10%



I : L’eau douce : celui qui tient l’eau douce tient les peuples.
4 caractéristiques géopolitiques.

1) L’eau a souvent servi de frontières interétatiques.

Shart el Arab.
  1   2

similaire:

Manuels iconManuels cpge

Manuels iconManuels cpge

Manuels iconManuels cpge

Manuels iconManuels cpge

Manuels iconManuels cpge

Manuels iconManuels scolaires

Manuels iconManuels cpge

Manuels iconManuels scolaires

Manuels iconManuels de cours

Manuels iconManuels cpge






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com