La 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles





télécharger 379.12 Kb.
titreLa 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles
page8/10
date de publication18.11.2017
taille379.12 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

En plus de « célibataire » et « mariée », la mention « حطو عليا اليد » apparaîtra bientôt sur les formulaires d’état civil


Par Anis Benallegue sur 20/11/2015
https://el-manchar.com/2015/11/20/en-plus-de-celibataire-et-mariee-la-mention-%D8%AD%D8%B7%D9%88-%D8%B9%D9%84%D9%8A%D8%A7-%D8%A7%D9%84%D9%8A%D8%AF-apparaitra-bientot-sur-tous-les-formulaires/

À partir du 1er Décembre 2015, tous les formulaires d’état civil comporteront une nouvelle mention. Celle ci concerne le statut civil. En plus de « célibataire » et « mariée », la case : « On a mis la main sur moi (Hettou alia lyed) » fera son apparition.
Cette modification répond à un récent sondage dont les résultats sont édifiants. En effet 54 pour cents des femmes célibataires questionnées sur leurs statut matrimonial ont répondu « Hettou 3lia lyed ». Les 46 pour cents restantes ont quant à elles répondu « Khetbouni à plusieurs reprises bessah makbeltch ».
Toujours selon cette étude, il semblerait que cocher la case « célibataire » soit une épreuve extrêmement pénible pour les femmes. On pense d’ailleurs à la remplacer par « Rani nessena f’el mektoub »
Cette petite nouveauté s’inscrit dans le cadre de la réforme qu’a entrepris l’état algérien sur le plan administratif afin d’affiner les données sur l’état civil des citoyens.
Enfin, suite à cette annonce, les hommes réclament la mention «Je la prends petite pour l’éduquer sur ma main» (neddiha sghira ou nrebbiha 3la yeddi).

El-Manchar -

un site d’informations fausses et complètement saugrenues.
Islamophobie en France: les boucheries halal sommées de vendre du porc pour faire preuve d’intégration

Par Yas Meen sur 22/11/2015
https://el-manchar.com/2015/11/22/islamophobie-en-france-les-boucheries-halal-sommees-de-vendre-du-porc-pour-faire-preuve-dintegration/

L’observatoire national contre l’islamophobie du Conseil français du culte musulman (CFCM) a fait part de son inquiétude concernant la hausse des actes anti-musulmans depuis les attentats de Charlie hebdo et de Paris, ces actes se manifestent par les dégradations de mosquées et agressions physiques faites essentiellement aux femmes voilées.
Rien n’est fait pour arranger les choses, pire encore, une note a été envoyée à toutes les boucheries halal les obligeant à vendre du porc pour prouver leur intégration dans la société française, Boualem Eldjazar, boucher dans le 18ème arrondissement, nous a confié ses inquiétudes «mes clients sont tous musulmans, qui voudra préparer une chorba au porc ou bien une chtit’ha halouf, de plus cette note ne stipule pas si on peut égorger le porc suivant le rituel musulman ou pas».
Hassan Charles-Roumi, l’imam vedette des médias français et autoproclamé représentant des musulmans de France, se dit favorable à cette initiative qui a pour unique but l’intégration de la communauté musulmane en France «Il est temps que les musulmans de France fassent des efforts pour s’intégrer dans la société, vendre du porc c’est pas si compliqué que ça, certaines boucheries halal dans un pays musulman vendent même des ânes», à la question de savoir si, manger le porc est halal ou pas, il a répondu « le porc égorgé en direction de la Mecque est halal, il faut juste éviter de le manger durant le mois de ramadan, pour les autres mois tout est permis et mon ami cheb Khaled vous le confirmera, sinon pour le reste je ne peux pas vous dire plus »

El Watan - Vendredi 27 novembre 2015

(Algérie)

Journée mondiale contre les violences à l’égard des femmes

Plus de 9000 victimes recensées l’année dernière en Algérie




le 25.11.15 | 10h00
http://www.elwatan.com/actualite/plus-de-9000-victimes-recensees-l-annee-derniere-en-algerie-25-11-2015-308434_109.php


http://www.elwatan.com/images/2015/11/25/femmes_2609836_465x348.jpg

Au moment où une campagne internationale contre les agressions des femmes est lancée pour dire stop aux violences, en Algérie, la loi incriminant ces faits est toujours bloquée, alors qu’au niveau de la justice, le nombre des affaires liées à cette violence est passé de 28 916 en 2013, à 86 000 en 2014.
Les auteurs sont soit des personnes étrangères à la victime, soit les époux. Le constat est alarmant… Aujourd’hui, sera lancée à travers le monde une campagne pour dire stop aux violences contre les femmes. Menée par l’Onu femmes, cette action sera portée par une grande partie des médias, dont ceux de l’Algérie, qui mettront leurs supports à la couleur orange, celle de la lutte contre les violences à l’égard des femmes. Cette action intervient au moment où la loi contre cette violence, adoptée par l’Assemblée nationale au mois de mars dernier, est toujours bloquée au Sénat, par un président sous la pression des islamo-conservateurs qui voyaient en ce projet de texte une menace pour leur ego.
Pourtant, le phénomène de la violence à l’égard des femmes ne cesse de prendre de l’ampleur, et le cas de Razika, cette femme tuée dans la rue à M’sila, par un homme auquel elle a refusé des avances, hante encore les esprits. Si du côté de la police, le nombre de victimes est passé d’un peu plus de 7000 cas en 2013 à plus de 9000 en 2014, les chiffres avancés par le ministère de la Justice montrent une réalité beaucoup plus inquiétante. Ainsi, l’année passée, les tribunaux ont enregistré 86 007 affaires liées aux violences contre les femmes, alors qu’en 2013, ce nombre était de 28 919. Les cas de coups et blessures volontaires sont passés de 5866 à 6605, alors que les coups légers ont atteint 5572 cas en 2014 et 4987 en 2013.
L’abandon de famille, qui est une forme de violence, est passé de 3555 affaires en 2013 à 4038 en 2014, alors que le harcèlement connaît lui aussi une hausse. Il a atteint le nombre de 73 affaires en 2014, alors qu’en 2013, les tribunaux ont enrôlé 53 affaires. Les tribunaux ont enregistré, en outre, 5054 procédures pour menaces contre les femmes en 2014 et 4834 l’année d’avant. Même s’il n’a pas évolué, le nombre d’assassinats a représenté 59 affaires en 2013 et 34 autres en 2014, alors que les tentatives d’assassinat étaient au nombre de 22 procédures en 2013 et de 18 autres l’année d’après.
Le nombre des auteurs a lui aussi connu une hausse, puisqu’il est passé de 23 888 en 2013 à 27 318 en 2014. Sur les 23 888 auteurs enregistrés en 2013, 6895 sont les époux, 2668 des proches, 515 des collègues et 13 810 sont d’autres personnes ; alors qu’en 2014, sur les 27 318 auteurs, 7737 sont les époux, 3209 des proches, 667 des collègues et 15 707 sont d’autres personnes. Remarquons que ces auteurs d’agressions sont en général des individus qui n’ont aucun lien de parenté avec leurs victimes et les agressions s’exercent dans l’espace public.
Ce qui est par contre très révélateur est cette violence conjugale, puisque le nombre d’époux agresseurs ne cesse d’augmenter d’année en année. Raison pour laquelle, il y a urgence de mettre en place une législation qui protège les femmes aussi bien dans le foyer conjugal que dans l’espace public. A ce jour, et en dépit de la volonté politique exprimée occasionnellement, des voix rétrogrades et conservatrices empêchent toute action allant dans le sens de la protection de la dignité et de l’intégrité physique et morale de la femme.
Salima Tlemçani

El Watan - Vendredi 27 novembre 2015

(Algérie)
Meriem Bellal. Présidente de SOS Femmes en détresse

«On ne guérit jamais de la violence»
le 25.11.15 | 10h00
http://www.elwatan.com/actualite/on-ne-guerit-jamais-de-la-violence-25-11-2015-308433_109.php

Présidente de l’association SOS Femmes en détresse et directrice du Centre de prise en charge des femmes victimes de violence,  Meriem Bellal déclare, dans l’entretien qu’elle nous a accordé, que la vie des femmes victimes de violence est un cauchemar. «On ne guérit jamais d’une agression. Les pesanteurs sociales, le sentiment de culpabilité et l’absence de thérapie attisent le traumatisme et le laisse toujours vivace», selon elle.
- Cela fait plus de 25 ans que le Centre que vous dirigez reçoit des femmes victimes de violence. Quel constat faites-vous ?

Le constat que je pourrais faire est qu’il y a de plus en plus de femmes victimes de violence et que cette violence est exacerbée par des maladies mentales. Plus on avance et moins nous avons de moyens pour faire face à ce nombre de femmes qui arrivent au Centre, qui nous font part de leur détresse sur le numéro vert ou qui cherchent juste à être orientées pour s’extirper d’une situation de violence. Selon vous, cette situation est-elle la conséquence de l’augmentation de la violence ou de la raréfaction des moyens de prise en charge des victimes de violence ?

En fait, vous avez les deux. D’abord une augmentation de la violence et en même temps  la raréfaction des moyens de prise en charge des victimes. Les pouvoirs publics ont une grande responsabilité. Leur réaction doit être à la hauteur de ce fléau. Les associations tentent, tant bien que mal, de répondre avec le peu de moyens dont elles disposent, mais cela reste insuffisant. On se rend compte que tout ce qui a été fait n’a pu atteindre le minimum de ce qui est attendu. Nous nous engageons avec un ministre sur des actions et des projets, mais dès qu’il part, il n’y a rien et son successeur efface tout et reprend à zéro. Il n’y a pas de continuité et de pérennité dans le travail des responsables…

- Quelles sont les formes de violence les plus récurrentes ?

Les plus répandues sont les violences conjugales et familiales. Mais nous constatons aussi qu’il y a de plus en plus de femmes et d’adolescentes qui refusent d’accepter ces violences, dont les auteurs sont d’abord les maris, les frères, les sœurs et aussi les mères. Ce ne sont pas des phénomènes nouveaux.

C’est juste que nous sommes dans ce système de culpabilité qui rend la dénonciation d’un membre de la famille plus dure que celle d’un mari violent. Il y a aussi un fait nouveau constaté ces dernières années. Celui de la séquestration. Les auteurs de violences enferment leurs victimes à la maison, jusqu’à ce que les traces des sévices subis disparaissent. Nous avons enregistré plusieurs cas au niveau du Centre qui nous ont raconté des histoires hallucinantes.

Certaines sont menottées ou attachées à des meubles pendant au moins deux semaines avant qu’elles ne retrouvent la liberté. Lorsqu’elles vont se plaindre, c’est trop tard. Les traces de violence ont déjà disparu. Aucun médecin légiste n’accepte de leur faire un certificat médical qui atteste ce qu’elles ont subi. Une autre violence qui les maintient dans un état de vulnérabilité extrême. Les victimes viennent de toutes les catégories sociales.

Nous avons également reçu des cadres supérieurs de l’Etat. Par exemple, un cas révélateur : une femme directrice d’une entreprise publique battue par son mari. Elle a pris un congé de maladie et s’est réfugiée au Centre durant des jours et avait très peur que ses employés sachent ce qu’elle avait subi. Généralement, ces femmes se reconstruisent rapidement, mais supportent très mal leur vécu et ont le plus honte de leur situation.

Elles se culpabilisent souvent. Les autres ont du mal à retrouver la vie active, mais finissent par surmonter leur douleur. Nous avons de moins en moins de mères célibataires qui, elles aussi, subissent la violence au quotidien, surtout dans les structures hospitalières. Ici à Alger, des mères célibataires continuent à être insultées, sermonnées et violentées par le personnel médical qui fait pression sur elles lors de l’accouchement pour la pousser à l’abandon du nouveau-né.

Aucune chance ne leur a été offerte pour le garder. Nous recevons aussi des ressortissantes étrangères, des Syriennes, comme cette maman qui a été renvoyée quatre fois de la Turquie vers le Qatar, avec un bébé de 5 mois, avant qu’elle n’arrive à Alger comme réfugiée, où elle a été prise en charge. Il y a également les Subsahariennes qui vivent le cauchemar.

Certaines, après un long silence, racontent comment elles sont entraînées de force dans des réseaux de prostitution par leurs compatriotes qui les obligent à avoir un parrain, et dans le cas où elles refusent, elles subissent des viols collectifs et des agressions de tous genres. Celles qui veulent retourner chez elles ou partir en Europe sont obligées de payer les passeurs et, de ce fait, elles sont sommées de vendre leur corps. Ce sont vraiment des situations horribles soumises à la loi du silence, ces femmes doivent être prises en charge.

Cela étant, il y a quand même des choses positives, mais elles restent invisibles en raison des mauvais comportements de certains. Il y a trop de blocage sur le terrain. Nous n’avons jamais vu autant de violence dans une Assemblée nationale, contre une loi faite pour se protéger des violences. L’impact du travail des islamo-conservateurs a été tel qu’il a suscité des doutes, sans connaître le contenu du texte.

- Comment ces victimes arrivent-elles au Centre ?

La décision de quitter le domicile familial est un traumatisme. Elles sont donc terrorisées à l’idée de se retrouver dans la rue. Comme elles ne sont pas informées des structures d’accueil, elles se dirigent vers les commissariats qui souvent leur donnent notre adresse. De peur de ne pas être acceptées, ces victimes vont aggraver leur histoire et passent leur temps à pleurer. Après une période d’adaptation, un repos et une écoute, elles commencent à se confier. Nous faisons de la thérapie de groupe afin d’encourager les femmes à parler et souvent cela se fait avec d’anciennes pensionnaires, elles-mêmes victimes de violence.

L’idée est de faire comprendre aux nouvelles pensionnaires qu’elles ne sont pas les seules dans leur douleur, qu’il y a eu d’autres avant elles qui ont réussi à se reconstruire. Nous faisons en sorte que ces anciennes victimes deviennent elles-mêmes des actrices dans l’accompagnement et le soutien. Ces victimes qui viennent au Centre n’ont généralement pas de papiers. Pour leur faire délivrer une carte d’identité, il faut batailler.

La commune de Sidi M’hamed n’accepte plus les certificats d’hébergement que le Centre établit à ses pensionnaires pour leur permettre d’avoir des papiers et de trouver du travail. C’est anormal qu’on continue d’exiger un livret de famille pour un simple extrait de naissance ! Nous sommes toujours en train de recourir aux connaissances des uns et des autres pour leur faire délivrer des documents, parce que ces femmes ne sont pas considérées comme des personnes à part entière.

- Acceptent-elles facilement d’aller devant le tribunal lorsqu’il s’agit d’un membre de la famille ?

Ce n’est pas toujours facile. Il y a souvent le poids de la famille mais aussi l’environnement. Elles ont peur du qu’on-dira-t-on au village, de la vengeance de l’agresseur une fois sorti de prison, etc. Cela est légitime…

- Pensez-vous que les lois ne protègent pas suffisamment les femmes ?

Je le crois profondément, mais il n’y a pas que le côté législatif. Cette situation est le résultat de l’absence d’un système d’alerte sur les violences, de structures d’accueil et de réseaux de prise en charge psychologique pour les victimes. Il faudra penser à des audiences dans les tribunaux spécialement dédiées aux violences à l’égard des femmes, pour éviter que celles-ci ne soient mêlées aux voleurs de téléphones, aux dealers et délinquants en tous genres. Comment peuvent-elles raconter leur histoire en public, elles qui sont déjà dans une situation de culpabilité ?

Comment peuvent-elles désigner l’auteur de leur agression dans un environnement hostile, où souvent elles sont renvoyées des commissariats et des brigades de gendarmerie par des agents pris d’excès de zèle ? Nous sommes très en retard dans la prise en charge, alors que le phénomène de violence a évolué d’une manière inquiétante.

- Combien avez-vous reçu de femmes victimes de violence ces 20 dernières années ?

Un peu plus de 8000 femmes sont passées par le Centre. Vingt sont actuellement hébergées. Nous avons connu des pics durant la décennie 1990 et ces dernières années.                                              
 
Salima Tlemçani



El Watan - Vendredi 27 novembre 2015

(Algérie)

Victimes des attaques du 13 novembre à Paris

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

La 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles iconPréface de la seconde édition Quelques remarques sur les groupements professionnels

La 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles iconEcole pratique des hautes etudes
«biographie impossible» ? Quelques remarques critiques au sujet de la Sīra et de «biographies» du Prophète

La 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles iconRèglement concours «des racines et des pousses 2ème édition»

La 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles iconDispositif de soutien à l’édition imprimée ou numérique en région Centre 2ème session 2012

La 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles iconBibliographie ouvrages generaux
«Les Etats-Unis, une géographie régionale», Armand Colin 2eme édition 1996, coll. U, 304 p

La 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles iconGuide du cigalier édition 2001 : Si votre club ne dispose pas de...
«l’économie autrement…la communauté d’agglomération du pays de Montbéliard fait l’expérience depuis quelques années de l’économie...

La 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles iconCalendrier des épreuves ccf, ponctuelles et pfmp en bac pro sen

La 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles icon«Les deuxièmes Rencontres francophones sur les recompositions en santé» 9 et 10 avril 2015
«Rencontres franco-québécoises sur l’ingénierie des recompositions hospitalières» de Québec, en février 2014

La 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles iconBibliographie -«les ri» Serge Suz édition Montchrestien Jean Roche...

La 2ème édition des rencontres régionales du csefrs : Quelques remarques ponctuelles icon10 recommandations pour soutenir l'édition en Midi-Pyrénées
«L’édition en Midi-Pyrénées» qui comporte dix recommandations destinées à réajuster le dispositif existant d’aides à l’édition






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com