Introduction : la conférence de Yalta





télécharger 45.92 Kb.
titreIntroduction : la conférence de Yalta
date de publication16.11.2017
taille45.92 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > droit > Documentos
La Guerre Froide :
Introduction : la conférence de Yalta :

C’est le partage du monde. Elle a lieu à la fin de la seconde guerre mondiale, du 4 au 11 février 1945, en présence des 3 grands : les USA, la GB, et l’URSS.

Staline est en position de force, car il a repoussé Hitler jusqu’aux frontières de la Pologne.

De plus, Yalta se trouve en Russie soviétique ( en Crimée, partie de l’Europe libérée par les Soviétiques ) , ce qui apparaît comme une victoire diplomatique de sa part.

Chacun a ses propres buts : Staline veut faire payer fort les concessions et augmenter son territoire ( veut constituer une zone tampon pour protéger sa frontière occidentale => avoir une mainmise sur l’Europe centrale )  ; Roosevelt se sait condamné à mort. Il veut une paix durable ( empêcher un renouvellement de Versailles ) et veut mettre en place l’ONU ; Churchill veut garder la Grèce ( il y a une guerre civile en Grèce entre la résistance communiste et les forces royalistes ), car c’est la route qui mène à l’Inde. Churchill veut conserver l’empire britannique.
Les mentalités sont donc bien différentes. Churchill se méfie du dictateur Staline.

La grande réussite de Staline, c’est d’avoir pu mettre Roosevelt comme président permanent, de sorte à ce qu’il ne puisse plus argumenter si ardemment.
La faiblesse de l’URSS, c’est son état économique : elle a encaissé la moitié des pertes matérielles de la guerre. Staline veut donc obtenir les moyens de se reconstituer. Il veut donc des réparations de l’Allemagne, mais évidemment différemment qu’à Versailles.
C’est la division de l’Europe qui aura lieu à Yalta : le rideau de fer.

5 états sont partagés entre l’URSS et l’Occident : la Grèce, la Bulgarie, la Roumanie, la Tchécoslovaquie ; la Yougoslavie.
Pendant ce temps, c’est la guerre civile en Chine, entre les nationalistes et les communistes, jusqu’en 1949 et la proclamation de la république populaire de Chine.
La France et la Grande-Bretagne ont des problèmes avec leurs colonies. D’un côté, la France avec l’Indochine « libérée » par l’invasion du Japon. De l’autre, les Indiens n’ont rien reçu après la 1ère guerre mondiale. Le 15 août 1947, c’est la déclaration d’indépendance.
Onu : 51 pays fondateurs. Elle peut s’opposer à toute guerre avec une armée à l’appui. Ce qui lui échappe, ce sont les affaires intérieures.
L’occupation de l’Allemagne :

Allemagne ne doit plus troubler la paix mondiale, elle est séparée en 4 parties.

La Grande-Bretagne et les USA ne veulent pas affaiblir l’Allemagne face à une URSS puissante, c’est inutile d’affaiblir l’Europe centrale, ça risquerait de provoquer une nouvelle guerre (idéologique)

Ils veulent en faire une vraie démocratie, avec un bon soutien du peuple. Faire en sorte que la population reconnaisse les torts du nazisme et prennent parti pour la démocratie.

L’occupation se fait très différemment en Allemagne de l’Est. Plus la même mentalité. Les Allemands de l’Est se considèrent vainqueurs car communistes.
Roosevelt meurt le 12 avril 1945. Il est remplacé par Harry Truman, son vice-président. Le vice-président a d’habitude un rôle effacé. Truman venait de l’ouest, pour que Roosevelt présente un ticket électoral qui ait le plus de chance de convaincre un maximum d’Américains.

Sa formation intellectuelle est minimale. Il a une lecture des enjeux politique simple. Il prend des décisions rapides, sans tellement consulter ses conseillers. Cela est partiellement dû également au fait que les USA ont développé la bombe atomique, ce qui donne un sentiment de puissance intense.

Au début du mois de mai, il coupe l’aide américains à l’URSS, car il avait peur de créer une puissance menaçante pour la sécurité des USA.
La conférence de Boltsdam :

Elle a lieu le 17 juillet, dans des conditions très différentes que la conférence de Yalta. Les 3 grands ne s’apprécient plus beaucoup. Autre changement, la bombe atomique américaine.
Deuxième changement, le rideau de fer de Staline. Un durcissement de sa politique, en rien atténué par Truman.

Le troisième changement est que Churchill a été battu aux premières élections en Grande-Bretagne, remplacé par le travailliste Attelee : les Anglais veulent tourner la page de la seconde guerre mondiale.

C’est la dernière conférence qui réunira les trois grands.
Les accords conclus :

  • le jugement des criminels de guerre => le procès de Nuremberg.

  • La lutte contre les nazis : la dénazification

  • 20 milliards de dollars de réparation (la moitié pour l’URSS)

  • Le partage de la Corée, qui était occupée par le Japon

  • On refuse à l’URSS un mandat sur la Libye et sur les détroits.

  • Le traité de paix précis sera négocié plus tard (en présence de la France)

  • Un ultimatum est adressé au Japon


Du point de vue des frontières, l’URSS sort en grande gagnante. Elle a repris la Finlande, alliés d’Hitler. Elle reprend les pays Baltes, conserve la Pologne perdue, gagne la Prusse orientale (Königsberg rebaptisée Königsgrad) : port militaire ; une partie de la Tchécoslovaquie, la Bessarabie ( à la Roumanie ), quelques îles au Japon
Il n’y a pas d’accord sur l’avenir de l’Allemagne (occupations, etc.)

La France ne veut pas de reconstitution, ni de réunification.


La bombe atomique sur Hiroshima et la bombe plutonium sur Nagasaki :

Les attaques ont lieu le 6 août 1945 sur Hiroshima : la ville est anéantie et la population dévastée. Le 9 août 1945, la bombe à plutonium est larguée sur Nagasaki, détruisant un tiers de la ville.
Ces attaques avaient été décidées avec la conférence de Boltsdam.

Les objectifs de ces attaques :

  • Mettre fin à la guerre du pacifique sans qu’il y ait une intervention soviétique. Truman voulait empêcher une intervention de l’URSS pour ne pas avoir à négocier avec Staline comme l’avait fait Roosevelt pour l’Europe Orientale.

  • Economiser des soldats américains : cela aurait coûté cher en armes et en hommes de récupérer chaque île conquise par l’armée nipponne.

  • Voir les effets réels de la bombe atomique.


Par ailleurs, l’arme atomique fut donnée à l’URSS plus tard dans le but d’équilibrer les forces.
La fin de la guerre et le traité de paix :

Le gouvernement américain va demander une étude anthropologique sur le Japon, pour mettre fin à la guerre sans créer un désordre interne et une révolution.

Il en résulte qu’ils ne peuvent demander à l’empereur de se retirer. Cela aurait créé un désordre interne et l’armée américaine aurait eu l’obligation d’occuper le Japon, ce qu’ils ne voulaient pas.

Par contre, ils ont pu lui retirer le caractère divin dont il avait la caractéristique. Ils ont diminué sa responsabilité dans la guerre.

Leurs actes réalisés finement ont permis aux Américains de régler la question du Japon en moins de deux ans, en créant des changement politiques et économiques importants, sans créer de désordres, donc sans faire bouger la société japonaise.
La rupture entre l’URSS et les USA : le début de la guerre froide :

Après la guerre, la reconstruction est difficile, surtout en France et en Italie. L’Europe orientale est noyautée par l’armée rouge. Les Occidentaux font diminuer les prélèvements que font l’URSS sur l’Allemagne.

Pendant ce temps, c’est la guerre civile en Chine (nationalistes contre communistes) et en Grèce (Monarchistes contre Communistes)
Les communistes ont été élus en France et en Italie après guerre, car, ils avaient beaucoup contribué à la résistance, étant bien organisés (on leur doit quelque chose en quelque sorte), et en raison du marasme économique qui frappe ces deux pays et qui interroge sur l’efficacité du capitalisme.

La Grande-Bretagne est également très affaiblie économiquement, son industrie l’a été par les bombardements nazis, et elle ne bénéficie plus du trafic commercial avec les colonies, récupéré par les USA.
Truman va énoncer sa doctrine le 12 mars 1947 devant le Congrès.

Il veut se prémunir d’une nouvelle guerre avec l’URSS, maintenir ainsi une paix mondiale et contribuer au bonheur de la nation.

La mise en application de cette doctrine : le plan Marshall.

Pour endiguer le communisme, on ne les exclut pas, mais on s’arrange pour qu’uls ne puissent pas accepter ce plan, qui signifierait pour eux ingérence, et perte de souveraineté, ils seraient en effet sous la tutelle américaine.

L’Union soviétique est ainsi accusée de perpétuer la misère humaine.

Ce plan est politique et économique.
Le 2 avril 1948 est donné l’ordre de versement des 13 milliards de dollars, à verser sur 4 ans, et distribués sous forme de don, pour la plupart à la Grande-Bretagne, à la France, à l’Italie et à l’Allemagne.

Le plan économique est efficace, et permet aux pays de se reconstruire.

L’impact politique est considérable également, il permet la naissance de la solidarité transatlantique.
L’URSS prend des mesures économiques et idéologiques pour arriver à la cohésion du bloc communiste.

Il y a le Kominform, le bureau d’information des partis communistes, créé en octobre 1947 et a pour but d’harmoniser tous les partis communistes. Ainsi, les pays alliés deviennent des pays satellites et obéissent aveuglément aux ordres du Kremlin.
La Guerre froide commence. Le monde est divisé en deux camps. Il n’y a pas de conflits armés en Europe, mais il y en a quelques uns dans le monde (Viet-nâm, Chine, Corée) Si on dit que la guerre froide est une guerre sans conflit armé, c’est par pur ethnocentrisme.
A la fin de la seconde guerre mondiale, le niveau de vie entre l’Europe occidentale et l’URSS était presque identique. Le Plan Marshall va accentuer les différences.
En Europe, il y a un baby boom depuis 1942 jusqu’en 1958, lié à une relative insouciance économique. Il y en aura un autre plus cours entre 1985 et 1986.
Le blocus de Berlin :

Les 4 pays qui contrôlent l’Allemagne ne se sont plus rencontrés depuis 1947.

En avril-juin 1948, il y a une réunion des 3 occidentaux à Londres. Ils convoquent une assemblée constituante, qui doit préparer la future constitution de l’Allemagne, qui sera approuvée par le peuple.

Staline proteste, ce qui signifie une séparation, la constitution ne pouvant être appliquée qu’à la zone occidentale de l’Allemagne. Son atout : Berlin.

Les Occidentaux adoptent une nouvelle monnaie réévaluée : le Deutsche Mark.
Le 24 juin 1948, Staline coupe les moyens de communication entre Berlin et la zone occidentale de l’Allemagne. Ainsi, Berlin-Ouest est isolé.

Comme les Occidentaux ne veulent ni la guerre, ni abandonner Berlin, ils vont créer un pont aérien, qui va leur coûter très cher. Ils vont ravitailler la zone ouest de Berlin par avion. Il y a un avion qui atterrit à Berlin-Ouest toutes les 45 secondes.
Le 12 mai 1949, Staline lève le blocus, voyant son inefficacité. C’est la première défaite de Staline dans la guerre froide.

Une semaine plus tard est créée la République démocratique allemande (RDA), l’Allemagne de l’Est, un régime communiste sous les auspices de l’Union soviétique.

Le 23 mai est prononcé la République fédérale d'Allemagne (RFA), démocratie politique à l'économie de marché que soutiennent les États-Unis, le Royaume-Uni et la France.

Les pactes atlantiques :

L’OTAN : Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), alliance régionale de défense, régie par l’article 9 du traité de l’Atlantique Nord, signé le 4 avril 1949. Les premiers pays signataires en furent la Belgique, le Royaume-Uni, le Canada, le Danemark, la France, l’Islande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège, le Portugal et les États-Unis.

La Grèce et la Turquie firent leur entrée dans l’alliance en 1952, l’Allemagne de l’Ouest les rejoignit en 1955 et l’Espagne en 1982. L’OTAN a pour objectif essentiel de garantir la stabilité, la liberté et la prospérité de ses membres grâce à un système collectif de sécurité. En 1990, l’Allemagne réunifiée succéda à l’Allemagne fédérale au sein de l’OTAN.

Cette organisation fut créée pour contrer de la puissance menaçante soviétique, essentiellement après son refus de signer le Plan Marshall et la création du Kominform.
COMECON : Pour répondre à l’OTAN, l’URSS constitua la même année à Moscou un Conseil d’assistance économique mutuelle (Comecon) entre l’URSS et les pays communistes d’Europe de l’Est, dans le but de favoriser les échanges économiques et la coopération scientifique et technique, mais aussi afin d’accélérer l’intégration économique des démocraties populaires à l’URSS.
PACTE DE VARSOVIE : la RFA ayant joint l’OTAN en 1955, elle pouvait se réarmer. En réponse à cette adhésion, l’URSS créa une alliance militaire signée le 14 mai 1955 entre sept États d’Europe de l’Est. Le pacte de Varsovie, qui a pour nom officiel Traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle, regroupait l’Albanie, la Bulgarie, la Tchécoslovaquie (aujourd’hui République tchèque et Slovaquie), la République démocratique allemande (RDA), la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, et l’URSS.
TRAITE DE RIO : traité interaméricain d'assistance réciproque (TIAR), traité de défense mutuelle, signé en septembre 1947 par dix-neuf États américains dont les États-Unis. Les principales dispositions du traité de Rio sont le règlement pacifique des conflits entre les États signataires et une défense commune contre toute agression, le principe étant posé qu'une attaque dirigée contre un État américain serait une attaque contre tous les États américains.
Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est (Otase) : Alliance d'États conçue comme un pacte de défense destiné à prévenir une extension du communisme en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique Sud, qui comprenait également un volet économique et culturel.

L'alliance fut fondée le 8 septembre 1954, moins de deux mois après les accords de Genève, qui consacraient le retrait français d'Indochine. Les membres fondateurs de l'Otase, dont le siège fut fixé à Bangkok, furent l'Australie, la France, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande, le Pakistan, les Philippines, la Thaïlande et les États-Unis.

À la différence de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN), le pacte de l'Otase ne prévoyait pas d'entraide militaire automatique en cas d'attaque de l'un des membres. Il était spécifié que les États-Unis n'interviendraient qu'en réponse à une agression communiste, une consultation des autres États membres étant nécessaire pour les autres cas. Bien que l'Otase eût cautionné l'intervention militaire américaine au Viêt Nam, et que plusieurs de ses membres y eurent envoyé des combattants, l'organisation en tant que telle ne joua aucun rôle direct dans la guerre.
PACTE DE BADGAD : traité de défense conclu entre la Turquie et l’Irak le 24 février 1955. Ce pacte de Bagdad est un « Pacte de coopération mutuelle, et a pour objet la coopération militaire et politique des signataires. Ce sont les Etats-Unis, qui ont voulu mettre en place une structure d’alliance défensive au Moyen-Orient face à la menace soviétique. Fin 1955, la Grande-Bretagne, le Pakistan et l’Iran adhèrent au pacte.
Grâce à tous ces pactes, les USA ont réussi à constituer une ceinture autour des pays communistes (le bloc communiste).
Le Coup de Prague :

Après la guerre, il y a en Tchécoslovaquie un gouvernement de coalition entre la droite et les communistes. La paix sociale existe.

Au cours de l'année 1947, le contexte international se modifia. Beneš, qui souhaitait accepter le plan Marshall proposé par les Américains, fut contraint d'y renoncer sous la pression des Soviétiques.

Le 23 février 1848, c’est le coup d’état des communistes, soutenus par les socialistes. Ce coup d’état a un aspect légal, et un aspect illégal. En fait, les libéraux ont démissionné du gouvernement, quand les communistes avaient 38 % des voix, espérant ainsi augmenter leur proportion au parlement et obtenir des meilleures ministères. Cependant, le premier ministre communiste, Gottwald, ne mit pas en place d’élections et mit des ministres communistes partout, car il estimait reposer sur une majorité (communistes-socialistes). C’est parfaitement légal.

Les communistes étaient toujours en majorité au gouvernement et le contrôle qu'ils exerçaient sur la police et les milices ouvrières leur permirent d'organiser des manifestations de rue. Le président Beneš, malade et effrayé des risques de guerre civile, capitula le 7 juin 1948 et nomma un nouveau gouvernement dominé par les communistes et leurs alliés. Considéré comme la victoire du peuple sur les réactionnaires (soutien populaire => légal) Ne pas oublier que les Communistes ont le prestige de la résistance. Cependant, menace de grève général et noyautage des directions (illégal)
Beneš démissionna en juin et fut remplacé par Gottwald à la présidence. La Tchécoslovaquie se transforma rapidement en démocratie populaire satellite de l'URSS. Le Coup de Prague a renforcé la domination soviétique sur l’Europe centrale et a accéléré la division en deux blocs antagonistes.

Le rôle de l’URSS dans ce coup de Prague n’est pas plein et entier. Certes, Gottwald a été formé en URSS, mais il n’a pas complètement été manipulé durant la crise.

Par contre, une fois la crise dénouée, la Tchécoslovaquie appartiendra au futur pacte de Varsovie, et sera nettement contrôlée. A rappeler que la Tchécoslovaquie sera le premier pays mis au pas par l’URSS.
Les différents présidents des Etats-Unis durant la guerre froide :

  • Harry Truman

Il est né en 1884 au Missouri. Il veut s’engager dans l’armée et fait une école militaire, à Westpoint. Il n’a aucune formation universitaire.

En 1917, il s’engage comme volontaire.

Après avoir fait faillite dans un commerce, il entre dans l’organisation du parti démocrate en 1922. Il est élu juge, puis sénateur du Missouri en 1935.

Pendant la deuxième guerre, il préside un comité de recherche. En 1944, il est inclus au ticket de Roosevelt comme vice-président, pour avoir un homme du Sud, Roosevelt étant un bourgeois de l’est.

Le 12 avril 1945, Roosevelt étant mort, il prend la présidence des Etats-Unis. Il doit affronter des graves décisions (fin de la guerre). Il prend la décision d’envoyer deux bombes atomiques au Japon.

Il définit sa politique d’endiguement du communisme (doctrine Truman) et propose le plan Marshall.

Sur le plan intérieur, il poursuit sur la lancée de Roosevelt et crée le fair deal, un programme de contrôle des prix. Il rencontre une forte opposition.

En 1948, il est réélu. Il propose l’aide aux pays sous-développés, qui sera concrétisée en juin 1950. Il est à l’origine de l’OTAN.

En 1950, il attaque la Corée. La lutte contre le communisme fait partie de ses priorités. Il sait se montrer comme quelqu’un de fort. Par exemple, il n’hésite pas à limoger un ancien héro, McCarthur, en 1951.

En 1952, il ne se représente pas, et va se consacrer à rédiger ses mémoires.

Aux élections de 1952, un républicain lui succède, Dwight David Eisenhower.


  • Dwight David Eisenhower :

Il est né en 1890 au Texas. Il a aussi fait Westpoint, en 1911. Il a une carrière militaire modeste et rentre en pentagone en 1941. Il est nommé général, et prépare le plan d’invasion de l’Europe, et s’occupe du débarquement en Afrique du Nord. Il se charge de l’opération Overlord du 5 juin 1944. Il parvient à faire capituler l’Allemagne le 8 mai 1945, ce qui montre son efficacité. Il prend sa retraite en 1948.

Il devient président de Columbia, et puis en 1950 Commandant suprême des forces de l’OTAN. En 1952, il est le candidat républicain à la présidence. Les républicains reprennent le pouvoir, après 20 ans. Il restera jusqu’en 1961.

Il est très populaire. Son secrétaire d’état s’appelle John Foster Dulles, quelqu’un de très anticommuniste.

Dans la guerre de Corée, il n’arrive pas à conquérir la Corée du Nord.

En 1954, il crée l’organisation des pays du Sud-Est. Il soutien Taiwan nationaliste.

Dulles meurt en 1959. Devenu plus libre, il visite Kroutchev, le secrétaire du parti communiste, en septembre 1959. Ce sont quelques années de plus grande ouverture entre les deux puissances. Cette ouverture durera jusqu’en 1964, à l’exception d’une période plus difficile en mai 1960 avec les avions espions américains U2 survolant l’URSS, et la crise de Cuba de 1959, avec l’arrivée de Fidel Castro.

Eisenhower sera gêné par les activités de McCarthy, un sénateur américain, qui mènera la chasse aux sorcières de 1950 à 1954. Il s’agissait de dénoncer ceux qu’il accuse être des communistes. Eisenhower s’entend peut-être mieux avec eux, ayant collaboré pendant la grande guerre.

En décembre 1954, McCarthy est condamné par le Sénat.
Le bilan économique d’Eisenhower est mauvais et il ne se représente pas en 1960. C’est Nickson qui représente les républicains, Eisenhower le californien étant son vice-président. C’est John Kennedy qui est élu.


  • John Fitzgerald Kennedy

Il vient de Brooklyn à Boston. C’est un intellectuel aristocrate, catholique et provenant d’une famille très riche. Il a des origines irlandaises.
Il est élu sénateur du Massachusetts en 1952. En 1956, il est candidat à la présidence. C’est un partisan du syndicalisme et de l’aide au développement.


C’est grâce au 1er débat télévisé, où il est très à l’aise, qu’il remonte dans les suffrages pour la présidence de 1960 et bat Nickson. C’est le plus jeune président élu, et le premier catholique.

Sur le plan de la politique intérieure, il a deux objectifs : sortir les USA de la récession et lutter contre ségrégation raciale.

Sur le plan de la politique étrangère, il hérite du projet de la CIA de débarquer sur Cuba, avec 1'200 hommes, ce qui se révèlera totalement erroné. Les soldats sont fait prisonniers par la population cubaine, à la baie des cochons.

En octobre 1962, c’est la crise des missiles, 40 missiles soviétiques ayant été découverts à Cuba. On est pas passé loin d’une guerre.

Castro est devenu communiste à cause de l’attitude américaine. Il était démocrate chrétien.

Kennedy crée la NASA pour rattraper le retard sur l’URSS.

Il a un problème, le Viet-Nâm, et son président encombrant et pseudo-démocratique, Ngô Dinh Diem. La guérilla communiste s’élève, les Vietminh.

Kennedy envoie des armes, des hélicoptères et des troupes pour maintenir la « démocratie ».

similaire:

Introduction : la conférence de Yalta iconSolution : Conférence de Yalta (1945)

Introduction : la conférence de Yalta iconConférence Marcel Dorigny, maître de conférence à Paris VIII, 27/11/2013

Introduction : la conférence de Yalta iconConférence Marcel Dorigny, maître de conférence à Paris VIII, 27/11/2013

Introduction : la conférence de Yalta iconOccupations in the school system
«Introduction and conclusion of the conference «Management and policy in the Europe of Education», Université d’été des personnels...

Introduction : la conférence de Yalta iconIntroduction Générale Objectifs de la conférence
«vulgarisation éclairée», aucune prétention à faire des spécialistes de dp mais des formateurs capables de donner du sens à ce nouveau...

Introduction : la conférence de Yalta iconRésumé : Activité documentaire portant sur les douze principes de...
«La chimie verte», conférence du 25 mars 2009 de Margarida CostaGomes dans le cadre des «mercredis de la science», Pôle Audiovisuel...

Introduction : la conférence de Yalta iconConférence de presse 1ère conférence annuelle de l’économie et de l’emploi durables
«positions dominantes sur le marché» comme disent les économistes. Voilà la motivation de notre choix de renforcer 6 de nos filières...

Introduction : la conférence de Yalta iconPlan du cours Conférence de méthode : Histoire des faits économiques et sociaux
«fiche» (coeff 4) sur l’exposé, résumé si possible pas trop long, où les articulations, principaux arguments et chiffres sont bien...

Introduction : la conférence de Yalta iconIntroduction (ou insérer dans les chapitres géogr et rédiger une introduction commune)

Introduction : la conférence de Yalta iconSommaire introduction 2 Conclusion 18 Introduction
«IntelliHome», une société Belge qui s’est imposée comme un des leaders de la surveillance et de la domotique ouvert à un large public...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com