Cours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l'uniformisation du monde 29 Le paradigme essentialiste 31 Le paradigme de l’hybridité 34 «L'exception française»





télécharger 243.72 Kb.
titreCours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l'uniformisation du monde 29 Le paradigme essentialiste 31 Le paradigme de l’hybridité 34 «L'exception française»
page4/7
date de publication02.10.2017
taille243.72 Kb.
typeCours
e.20-bal.com > droit > Cours
1   2   3   4   5   6   7

Le paradigme de l'uniformisation du monde



Le paradigme initial tend à considérer que la mondialisation entraine une uniformisation des cultures ainsi qu'une perte de la diversité culturelle humaine. II se dédouble en deux formes générales : une approche positive, cosmopolitique, et une approche négative, celle de l'hégémonie.
L’approche cosmopolitique est à la fois la plus ancienne et la moins partagée des théories de la mondialisation culturelle. Ce sont, dans l'Antiquité, les philosophes grecs qui lui ont donné ses lettres de noblesse, ainsi que les philosophes stoïciens de Rome. Bien qu'il soit habituellement considéré comme « idéaliste », le cosmopolitisme a été remis au gout du jour par le sociologue allemand Ulrich Beck, qui pense qu'après le nationalisme, le communisme, le socialisme, et le néolibéralisme, le cosmopolitisme sera la prochaine grande idée qui permettra a l'humanité du XXIème siècle de survivre sans sombrer à nouveau dans la barbarie7. Selon Beck, la phase actuelle de mondialisation, qu'il appelle la «deuxième modernité », est propice à l'apparition d'un authentique cosmopolitisme, défini comme une double appartenance pour tous : le citoyen est à la fois citoyen du monde et citoyen de la cité. Ce cosmopolitisme implique la reconnaissance de l'Autre, de sa différence et de son égalité, il ne s'agit en aucun cas d'un universalisme qui abolirait les différences en imposant une identité commune, et qui conduirait a I’ hégémonie d'une culture dominante. Il ne s’agit pas non plus du multiculturalisme, qui est un modèle de cohabitation des cultures. Le multiculturalisme suppose en effet une définition essentialiste des cultures, pouvant induire des rivalités entre elles et une négation de l’individu qui se voit dès lors enfermé dans une culture donnée. Selon Beck, le cosmopolitisme pourrait devenir un principe politique central qui s’exprimera à travers une nouvelle forme de pouvoir transnational, dont les premières manifestations sont le méta-pouvoir économique et le méta-pouvoir de la société civile mondiale, qui s'exprime dans la résistance contre les fléaux de la mondialisation. L’approche de Beck reste pour l'instant marginale. Bien que de nombreux sociologues attestent de l'émergence de certains éléments de cosmopolitisme, la majorité des chercheurs en sciences sociales sont sceptiques quant à l’émergence d'une vaste solidarité mondiale et mettent plutôt l’accent sur les dangers induits par la mondialisation culturelle et les réactions contre-hégémoniques qu'elle suscite. Toutefois, la version cosmopolitique du paradigme de l'uniformisation englobe le discours universaliste de l'ONU, qui fait la promotion des valeurs universelles que sont les Droits de l’homme.
C'est pourquoi le second volet du paradigme de l'uniformisation est beaucoup plus pessimiste. C’est la thèse de l’unification du monde par le marché, autrement dit de l’hégémonie de la culture américano-occidentale. C'est par exemple ce que défendit Benjamin Barber dans son best-seller mondial Djihad vs. Mac World8. Selon Barber, le développement d'un marché capitaliste sans contraintes et sans le contrepoids d'un autre système de valeurs serait un danger pour la diversité culturelle. Le marche uniformiserait les cultures en un style de vie fondé sur la consommation et l’amusement, et se transformerait en un système totalitaire par défaut ou les hommes ne seraient plus gouvernés par des tyrans mais par leurs appétits manipulés. Cette hégémonie de Mac World générerait la rébellion de Djihad, concept générique désignant les fondamentalismes et mouvements de révolte contre l’hégémonie occidentale.
De nombreux auteurs postmarxistes ont développe des thèses allant dans le même sens. La dénonciation de l'uniformisation culturelle par le marché et l'économie libérale constitue en effet une rénovation de l'ancienne théorie marxiste de l’impérialisme. On peut citer dans cette mouvance Les travaux de Samir Amin dans L'Empire du chaos9, de Jean Ziegler dans L'Empire de la honte10, ou de Michael Hardt et Antonio Negri dans Empire11. Ces deux auteurs soulignent le fait que l'uniformisation du monde par le marché et la culture qu'il génère entraine des résistances. Et dans leur ouvrage Multitudes, ils appellent de leurs vœux à une lutte internationale visant à abolir l'économie capitaliste12. En cela, leur argumentaire s'inscrit dans la filiation des incantations marxistes à la Révolution, bien que le concept de «Révolution» ne soit plus guère explicitement employé, et qu'il laisse la place à un vocabulaire mains effrayant (résistance, lutte) mais pour un objectif similaire et non moins combatif.
Ce paradigme de l'uniformisation du monde connait un large succès, dû très largement à sa simplicité manichéenne, car il a pour avantage d'ordonner la complexité des relations internationales en identifiant un ennemi absolu. Ce succès est aussi favorisé par l'antiaméricanisme ambiant, notamment en France13, ou ailleurs dans le monde, par l'anti occidentalisme sous-jacent14.
Cependant il faut remarquer que cette thèse, déjà ancienne, ne semble pas tenir ses promesses. Déjà, en 1970, Jean Baudrillard (que tous ces auteurs ont relu) annonçait l'uniformisation du monde par la culture de consommation. Le livre de Barber, qui a dix ans, regorge par ailleurs de prophéties non advenues15. D'autre part, cette thèse ignore les Iecons de l'anthropologie. En effet, de très nombreux travaux anthropologiques ont démontré que, même en situation d'acculturation inegalitaire, on assiste à un phénomène de réappropriation d’éléments culturels étrangers par les cultures locales. II n'y a pas d'hégémonie culturelle pure, mais recréation de la culture hégémonique par les cultures locales. On peut prendre l'exemple des modèles de l'Etat Nation et de la démocratie pluraliste exportés par l’Occident. De nombreux historiens, ethnologues ou politologues ont montré que ces modèles, même dans les cas où les constitutions ont été littéralement recopiées sur celles des anciennes métropoles, ont fait l'objet de multiples réappropriations par les cultures locales, qui les ont accommodés au terrain préexistant des dimensions tribales, clientélistes ou religieuses du pouvoir16... Enfin, le défaut majeur de la thèse de l'uniformisation est qu'elle est sous-tendue par une définition très appauvrie de la culture : la mondialisation induit des flux massifs, mais rapides et partiels d'éléments culturels. S'il existe bien des éléments culturels globalisés, ils ne sont pas synonymes d'homogénéisation de la totalité des systèmes culturels... On peut remarquer néanmoins que le maniement du paradigme de l'uniformisation du monde et de l'hégémonie de la culture occidentale, a une fonctionnalité politique évidente : il peut servir de levier à des appels à la révolte, à la Révolution. II rejoint ici notre deuxième paradigme, le paradigme essentialiste, qui est doté d'un fort potentiel « stratégique ».

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Cours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l\L’ideologie en économie elle existe car on a deux paragdigme principaux...

Cours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l\1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences...
«transformisme» (les modifications des espèces sont dues à l’influence directe du milieu)

Cours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l\«Le grand changement de paradigme : du capitalisme de marché aux...
«Le grand changement de paradigme : du capitalisme de marché aux communaux collaboratifs») (3)

Cours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l\Régularités et intégration du «techno-push» et du «demand pull» dans...
«techno-push» et du «demand pull» dans l’approche en terme de paradigme technologique et de trajectoire

Cours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l\Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine :...

Cours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l\Lieu : salle de réunion du Laboratoire Population Environnement Développement
«Le paradigme de la fragmentation urbaine approches critiques : E. Dorier et J. Farah.»

Cours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l\Congrès Marx International V section Etudes Féministes Atelier 7...

Cours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l\La nouvelle societe du cout marginal zero. Que retenir pour une education...
«Le grand changement de paradigme : du capitalisme de marché aux communaux collaboratifs») (3)

Cours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l\«Ne prenons pas la terre pour une dinde ! A noël, réchauffons nos cœurs»
«Vivre autrement» sont l’initiative d’un collectif d’associations, mouvements et services chrétiens, 8 lors de la 1ère campagne de...

Cours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l\Le développement «humain» : un mot lourd de sens éthique et politique
«d’un chemin révolutionnaire»3 «d’une nouvelle vision du progrès humain» ouverts par le recours à ce paradigme






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com