B/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944)





télécharger 26.92 Kb.
titreB/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944)
date de publication10.07.2017
taille26.92 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > droit > Documentos

B/ Le système de Bretton-Woods

1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944)


La conférence de Bretton-Woods a lieu en juillet 1944 à l'appel des Étast-Unis. 44 États y sont représentés, essentiellement des pays alliés. La France y est représentée par Pierre Mendès-France; il y a aussi un observateur soviétique, et aucun représentant allemand. Une triple volonté préside à cette conférence monétaire et financière :

  1. Éviter les désordres de l'entre-deux-guerres et les erreurs dues au traité de Versailles;

  2. Stabiliser les changes;

  3. Créer des conditions favorables à une croissance harmonieuse des échanges et à la prospérité.

Cependant, les intérêts des pays ne convergent pas forcément, et les pays ne sont pas à égalité sur le plan économique. Deux thèses s'affrontent rapidement, la Grande-Bretagne avec Keynes et les États-Unis avec Harry White (sous-secrétaire aux Finances) :

  • Les deux s'accordent sur un système de change fixe (fixité de la parité des monnaies), et sur la création d'un organisme international chargé de prêter à qui en a besoin.

  • Mais il y a des divergences. Keynes est favorable à un système monétaire supranational éliminant l'or, sans donner de privilège à une monnaie internationale. Il est favorable au bancor, un monnaie qui ne serait pas gagée sur l'or, mais définie par ses rapports avec les diverses monnaies.

White refuse une institution à laquelle les États-Unis devraient transférer leur souveraineté. Il est favorable au rôle du dollar, seule monnaie convertible en or, dont le pouvoir d'achat s'était maintenu, qui donnait accès à un marché abondant, diversifié, répondant aux besoins de l'époque.

C'est la thèse américaine qui l'emporte.

2) Principes du nouveau système


Chaque État doit définir sa monnaie soit en dollars soit en or. Une once d'or équivaut à 35 dollars. Le dollar «as good as gold» a supplanté la livre sterling. En effet, les États-Unis détiennent les deux tiers du stock d'or mondial.

Chaque État doit s'engager à maintenir la parité définie. On condamne le système des changes flottants. Une marge de 1% est autorisée par rapport à la parité définie. Les banques centrales s'engagent à veiller à ce que cette fluctuation ne soit pas dépassée.

Chaque État doit veiller à l'équilibre de sa balance des paiements.

Dans certains cas, des fluctuations plus importantes sont tolérées, mais elles sont réglées par le FMI (fond monétaire international), mis en place en 1947. C'est une caisse de secours mutuels, financée par chacun de ses membres et venant en aide à ceux qui sont en difficulté. Chaque État a un droit de vote proportionnel à l'importance de sa quote-part. Chaque État a le droit d'obtenir un crédit proportionnel à sa quote-part, versée pour 25% en or et pour le reste en monnaie nationale. Le crédit automatique est égal à deux fois la somme d'or versée. Le crédit conditionnel est égal à 125 fois la quote-part (vérifier!).

Il existe une seconde organisation, la BIRD (Banque internationale de reconstruction et de développement), qui aide les pays à se développer.

Enfin, on a essayé de créer une troisième organisation, qui s'efforcerait d'harmoniser le commerce. Aucun organisme n'est créé, mais un accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (General Agreement on tarifs and trade : GATT) est signé en 1947 par de nombreux pays. Le GATT conduit à des négociations, les Rounds (par exemple, dans les années 1960, le Kennedy Round entre les États-Unis et la CEE).

Il y a une exception à Bretton-Woods : un pays prêt à acheter et à vendre librement de l'or est dégagé de l'obligation de maintenir la parité de sa monnaie. D'autre part, les États-Unis sont dispensés d'intervenir sur le marché des changes pour maintenir le dollar : le système de Bretton-Woods va finir par se dégrader et échouer.


III- Le système de Bretton-Woods à l'épreuve



A/ Le fonctionnement du système de 1944 à 1971

1) Les premières difficultés (1944-1949)


Le système ne commence vraiment à fonctionner que dans les années 1950. En effet, la supériorité américaine contraste avec la destruction et les ravages des pays qui ont fait la guerre, la désorganisation dûes aux mouvements de populations et la pénurie :

  • La balance commerciale des États-Unis est excédentaire (peu d'investissements, réduction des dépenses militaires, peu d'importations);

  • Les autres pays manquent de moyens de paiement : le dollar gap est bien plus important qu'après la première guerre mondiale. C'est dangereux pour les États-Unis (surproduction, chômage, etc, s'ils ne vendent pas), et pour les autres pays (menacés par la misère qui est «le meilleur allié de Staline»).

  • En 1951, la parité des changes a été fixée, mais les pays manquent d'or et de dollars.

Les États-Unis apportent une aide massive à l'étranger. Ils annulent la dette de la plupart des pays étrangers (en France, accord Blum-Byrnes en mai 1946). Il y a aussi le Plan Marshall. Le FMI autorise la dévaluation :

  • En Allemagne, la réforme monétaire a lieu en juin 1948. Le Deutchsmark remplace le Reichsmark. Une dévaluation de 20% a lieu en 1949.

  • En France, le franc est dévalué de 18% en octobre 1948, puis à nouveau en septembre 1949, après la dévaluation de la livre.

En 1949, presque tous les pays européens dévaluent. On crée l'UEP (Union européenne des paiements) pour essayer de limiter les échanges de monnaie.

2) Les années 1950


C'est l'apparition du déficit de la balance des paiements américaine qui va permettre au FMI de fonctionner. Ce déficit n'est pas dû à un déficit de la balance commerciale, qui est largement excédentaire. Mais les sorties de capitaux américains ont largement augmenté à cause :

  • Des guerres (Corée, etc);

  • Des accords, des aides militaires, des systèmes d'alliances (OTAN, OTASE);

  • Des investissements à l'étranger, très importants à partir de 1944 et de plus en plus tournés vers l'Europe : en 1950, ce sont 19 milliards de dollars, à la fin des années 1950, 40 milliards.

Ces sorties de capitaux correspondent au renforcement de la puissance américaine. Le déficit ne pose pas de problème aux États-Unis, car ils paient leurs dettes en billets verts. On voit aussi se multiplier les balances-dollars (dollars détenus par les étrangers et accumulés par les banques à l'étranger). À cette époque, le stock d'or américain est plus important que l'ensemble des balances-dollars réparties dans le monde : c'est donc sans danger et l'on a confiance. Ce déficit présente en plus un double intérêt pour les pays étrangers :

  • Il renforce les réserves. En 1958-1959, l'UEP est liquidée car la convertibilité des monnaies étrangères est à nouveau possible;

  • Les échanges marchent bien.

Le FMI fonctionne bien dans une période où les besoins mondiaux correspondent avec les intérêts américains. Il fonctionne à l'avantage non seulement des Américains mais aussi des autres pays qui peuvent reconstituer leur monnaie puis leur économie.

3) Les années 1960 et le déficit américain


Le déficit de la balance des paiements augmente beaucoup, l'excédent commercial diminue. Le déficit commercial apparaît en 1971, ce qui n'était pas arrivé aux États-Unis depuis 1893. Pourquoi le déficit américain augmente-t-il?

  • Les États-Unis ont de plus en plus de mal à exporter;

  • Les salaires américains sont élevés, les prix le sont donc aussi;

  • Les gains de productivité sont moins élevés, et le chômage d'environ 6%;

  • La concurrence est vive avec l'Allemagne et le Japon. C'est aussi l'époque où les États-Unis dénoncent la forteresse européenne, la concurrence déloyale du Japon, la sous­évaluation du yen, l'importance des frais de la défense européenne;

  • Les dépenses civiles et militaires restent massives :

    • Mars 1961 : c'est l'Alliance pour le Progrès, c'est-à-dire des crédits destinés à l'Amérique Latine, dans un contexte de guerilla castriste. L'Alliance pour la paix prend corps à la conférence de Punta del Este en août 1961.

    • Septembre 1961 : Le Corps de la Paix (peace corps) créé en mars par Kennedy devient un organisme spécialisé du Département d'État, faisant appel à des spécialistes, hommes et femmes, volontaires pour contribuer gratuitement au développement des pays sous-développés. En 1965, il compte 10 000 membres, surtout en Afrique et en Amérique Latine.

    • La guerre du Viet-Nam.

Les investissements à l'étranger ne cessent d'augmenter dans les années 1960 : 19 milliars de dollars en 1950, 40 milliards en 1959, 130 milliards en 1971.

L'émission massive de dollars provoque l'inflation dans les pays étrangers; l'augmentation de la masse monétaire en circulation fait augmenter les prix. Les eurodollars sont prêtés aux entreprises européennes, voire américaines.

La confiance dans le dollar faiblit. Beaucoup demandent la conversion de leurs dollars en or, mais dès le début des années 1960 ce n'est plus possible : il y a moins d'or aux États-Unis que de dollars dans le monde. Les demandes de conversion croissent, si bien qu'entre le printemps 1961 et le printemps 1968, le stock d'or diminue de moitié. Les Américains doivent prendre des mesures, car ils refusent de dévaluer.

- Mesures américaines - En 1961, le pool de l'or est organisé, groupant huit banques centrales qui s'engagent, pour stabiliser le prix de l'or, à acheter et vendre toutes quantités d'or au cours de 35,2 dollars l'once. Plus exactement, elles s'engagent à maintenir le cours de l'or autour de 35 dollars l'once, en rachetant en cas de baisse et en vendant en cas de hausse. La France se retire du pool en 1967.

Les contributions nationales au FMI sont relevées de 25%.

Le Kennedy Round (mai 1964-mai 1967) discute l'abaissement des droits de douane entre les États-Unis et la Marché commun.

Les États-Unis réduisent leurs dépenses.

Mais ces mesures ne suffisent pas à rétablir la confiance. Les États-Unis suspendent en 1968 la convertibilité en or pour les particuliers étrangers. Elle n'est désormais possible que pour les banques centrales. Parallèlement, le pool de l'or est dissous suite à une ruée sur l'or à Londres en 1967-1968. En mars 1968, on crée deux marchés parallèles de l'or :

  1. Le marché officiel, réservé aux banques centrales, sur la base du prix maintenu de l'once d'or à environ 35 dollars.

  2. Le marché libre, où la valeur dépendra de l'offre et de la demande des particuliers.

En même temps sont instaurés les DTS (droits de tirage spéciaux) par le FMI. C'est une nouvelle liquidité internationale qui se substitue à l'or, mais son utilisation est limitée aux transactions entre banques centrales; le dollar garde une place prépondérante.

B/ À la recherche d'un nouvel ordre économique mondial

1) La fin du système de Bretton-Woods


Le système est critiqué pour son injustice, son incohérence et son caractère inflationniste. Dans les années 1960, les pays pauvres réclament une refonte du système lors des réunions de la CNUCEC (Conférence des Nations-Unis pour le Commerce et le Développement) :

  • CNUCED I : mars-juin 1964, demandée par le groupe des 77 constitué en 1963.

  • CNUCED II : février-mars 1968 à New-Dehli. Les PVD se sont réunis à Alger en octobre 1967 pour résumer leurs revendications (c'est la charte d'Alger).

  • CNUCED III  : avril-mai 1972 à Santiago du Chili.

  • CNUCED IV  : mai 1976 à Nairobi.

  • CNUCED V  : mai 1979 à Manille.

Les pays non-alignés refusent cette demande lors de la conférence d'Alger en septembre 1973.

Le système monétaire international est incohérent : ou bien les États-Unis ont une balance excédentaire et le dollar est fort, mais le monde manque de dollars; ou bien la balance est déficitaire et les autres pays ont plein de dollars, mais ces dollars ne sont pas sûrs. Ces critiques ont trouvé de l'écho chez De Gaulle.

Le 15 août 1971, Nixon annonce la suppression totale de la convertibilité du dollar en or. 10 pays entérinent cette inconvertibilité en décembre 1971, le yen et le Mark sont revalorisés. Les accords de Washington accordent aux monnaies une marge de fluctuation de 2,5%. Les principes fondamentaux de Bretton-Woods ont donc disparu :

  • Inconvertibilité du dollar;

  • La parité est moins importante qu'une évolution plus réaliste, plus proche de la valeur réelle de la monnaie en question.

Il existe dans le cadre de la CEE les montants compensatoires monétaires, créés pour protéger le revenu des agriculteurs des variations des taux de change à l'intérieur de la CEE. Le Serpent monétaire européen naît le 24 avril 1971, mais il ne dure pas. Avec le système monétaire européen (17 mars 1979) les pays de la CEE s'engageait à ne pas faire varier leur monnaie de plus de 2,25%.

Les difficultés sont grandes pour les pays de l'OPEP : le prix du pétrole est faible, mais l'affaiblissement du dollar les encourage à augmenter leurs prix. En effet, les États-Unis dévaluent le dollar de 10% en janvier 1973.

À partir de 1973, c'est un flottement généralisé des monnaies. L'on entre dans un système de changes flottants : les monnaies n'ont plus entre elles de parité fixe. Le cours est défini en fonction du marché.

2) Les accords de la Jamaïque (janvier 1976)


Ils officialisent les bases du nouveau système :

  1. L'or est démonétisé; on ne peut plus définir une monnaie par rapport à l'or;

  2. Les banques centrales n'ont plus d'or, mais des DTS ou des monnaies nationales;

  3. Les DTS deviennent monnaie internationale, définie à partir de 16 (ou 19?) monnaies. Mais leur rôle est marginal;

  4. Les taux de change sont flottants, avec à terme une parité stable non ajustable.

Le dollar évolue de façon contrastée. Il subit une forte dépréciation dans les années 1970, en particulier à partir de 1976. Un dollar vaut 5,5 francs en 1971, 4 francs en 1979. Mais cela ne permet pas d'augmenter les exportations.

À partir de 1979, la politique est complètement différente. C'est un renchérissement du dollar («un dollar rare et cher»). Le hausse des taux d'intérêts entraînent une arrivée massive de capitaux étrangers. Le dollar monte énormément (1 dollar vaut 10 francs en 1985). Cela a des conséquences très lourdes pour les autres pays qui payent le pétrole en dollars; à partir de ce moment l'on annonce le cours du dollar aux informations télévisées.

Cela n'empêche pas l'affaiblissement de la balance commerciale aux États-Unis, et un regain de protectionnisme dans les années 1980. Les États-Unis sont désormais les débiteurs du monde. La dette atteint 2 000 milliards de dolllars en 1985.

Depuis 1985, l'on revient à une certaine concertation mondiale. Le rôle du dollar n'est pas affecté par ces problèmes, il continue à jouer le rôle de monnaie internationale, parce qu'aucune autre monnaie ne peut jouer ce rôle. En ce qui concerne le SMI, le Marché commun et l'écu obligent les Européens à une solidarité de fait. Il existe en outre des monnaies fortes (Deutchsmark, yen).

similaire:

B/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944) iconLe marché des changes
«l’étalon-or»); ou la valeur d’une devise précise, telle que le dollar (système mis en place lors des accords de Bretton Woods en...

B/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944) iconPrincipes de Bretton Woods

B/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944) iconTranscription mc dupuis séquence 3
«habituels» préconisés par les institutions de Bretton Woods n’ont pas fonctionné. Le volume des capitaux hors statistiques a faussé...

B/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944) iconRésumé : La mondialisation est le recouvrement progressif du monde...
«à développement humain élevé», les 88 suivants comme «à développement humain moyen», et les 32 derniers (dont 30 en Afrique) comme...

B/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944) iconConference du 30 novembre 1944 de M. Frédéric joliot-curie

B/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944) iconNote d’information pour les organisations de la Cgt
«feuille de route» de la Conférence sociale de juillet 2012, mais elle n’a pas été appliquée à ce jour

B/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944) iconProgression Système géographique Seconde I epistémologie du système
«Système spatial et complexité territoriale», extrait de Annette Ciatoni, Yvette Veyret (sdd)

B/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944) iconConférence Marcel Dorigny, maître de conférence à Paris VIII, 27/11/2013

B/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944) iconConférence Marcel Dorigny, maître de conférence à Paris VIII, 27/11/2013

B/ Le système de Bretton-Woods 1) La conférence de Bretton-Woods (juillet 1944) iconLundi 21 juillet 16 h 30 Entretien avec Françoise vilain, membre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com