La «révolution française» : 1789-1799





télécharger 25.94 Kb.
titreLa «révolution française» : 1789-1799
date de publication06.02.2020
taille25.94 Kb.
typeDocumentos


La « révolution française » : 1789-1799

Introduction :

Devant les difficultés financières que le Royaume de France traverse, le ministre de Louis XVI : Necker propose au Roi d’imposer les deux ordres privilégiés : Noblesse et clergé.

Louis XVI refuse cette solution. Il doit donc : convoquer les ETATS GENERAUX pour le 5 mai 1789. Cette assemblée des trois ordres étant la seule à pouvoir voter de nouveaux impôts.

Séance 1 : Les débuts de la révolution : 1789

les débuts de la révolution :

Le 5 mai 1789, les députés du Tiers Etats aux Etats Généraux se présentent à Versailles avec des cahiers de doléances.

Le nombre de députés du Tiers a été doublé : les espoirs sont donc grands.

Les espoirs sont vite déçus car le Roi demande en fait de nouveaux impôts, ne semble pas vouloir tenir compte des cahiers de doléances et demande aux trois ordres de voter « par ordre » et non «  par tête ».

Le Roi ayant fait fermer la salle de Versailles, les députés du Tiers se retrouvent dans la « salle du jeu de paume ».

Sous la présidence de Bailly, les députés jurent de ne pas se séparer avant d’avoir donné une CONSTITUTION à la France :

C’est le « SERMENT DU JEU DE PAUME ». Le 20 juin 1789.

UNE CONSTITUTION : ensemble de lois qui organisent un gouvernement.

Les députés se proclament «  Assemblée nationale constituante ».

Le Roi renvoie Necker et rassemble des troupes autour de Paris.

Le peuple parisien se sent menacé et veut défendre l’Assemblée.

Les parisiens récupèrent des armes aux Invalides puis vont chercher de la poudre à la Bastille.

Prise de la Bastille le 14 juillet 1789.

La Bastille était un symbole d’Absolutisme car on y emprisonnait sur « lettre de cachet » la prise de la bastille montre que le peuple intervient désormais directement dans la révolution.

En juillet et en août 1789, les paysans attaquent les châteaux des nobles. C’est la « Grande peur ».

Le 4 août 1789, l’Assemblée Nationale abolit les privilèges.

Le 26 Août 1789 : « Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen. »

En octobre 1789, les parisiens ramènent le Roi de Versailles à Paris.

Le Roi se considère comme prisonnier.

En juin 1791, le Roi tente de fuir mais il est reconnu à Varennes et ramené à Paris.

Depuis avril 1791, la France est en guerre contre l’Autriche, la Prusse. Le Roi est soupçonné de trahison.

Le Duc de Brunswick ( Autrichien) menace les parisiens de représailles s’ils s’en prennent au Roi et à la famille royale.

Le 10 aout 1792, le peuple de Paris attaque les Tuileries, le Roi se réfugie à l’Assemblée. La Monarchie est abolie en France.

La réorganisation de la France .

Avec la révolution tout était désorganisé dans le pays.

L’Assemblée a rédigé une CONSTITUTION de :

« MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE » (octobre 1791- 10 août 1792)

Séance 2 : De la REVOLUTION à L’EMPIRE.

Après le 10 aout 1789, il a fallu rédiger une nouvelle Constitution. La nouvelle Assemblée Constituante porte le nom de « CONVENTION ».

La Constitution de le « PREMIERE REPUBLIQUE » est rédigée.

Elle ne sera pas appliquée car la France traverse de graves dangers.

La République en danger.

Depuis 1792, la France est en guerre.

Après la mort du Roi en janvier 1793, la COALITION de pays contre la France s’agrandit avec : l’Angleterre, les Hollandais, les espagnols, les Piémontais.

Des révoltes éclatent du fait des Royalistes et des français choqués par la politique anti cléricale des révolutionnaires.

La révolte en Vendée, devient une terrible guerre civile.

La Provence, la Normandie, le Bordelais se soulèvent.

Toulon ouvre son port à la marine anglaise.

Devant une situation si grave à l’extérieur mais aussi à l’intérieur. L’assemblée décide d’ajourner la mise en application de la Constitution de la 1ère république et de mettre en place un pouvoir fort : Il va conduire à la DICTATURE.

La « TERREUR » ( 1793-1794)

Ce terme désigne une peur très forte, la période est une DICTATURE : La DICTATURE du COMITE DE SALUT PUBLIC.

L’Assemblée constituante : la Convention désigne un « Comité de Salut Public » constitué de 12 personnes.

Les trois pouvoirs sont réunis entre les mains du Comité,

Les libertés sont supprimées

Une police politique est crée,

Un tribunal révolutionnaire soumis aux ordres du Comité.

C’est un régime de DICTATURE.

ROBESPIERRE s’impose au Comité.

La répression est terrible :

Les Royalistes, les Nobles et les membres du clergé sont massacrés et guillotinés.

Les « Girondins » députés n’ayant pas voté la mort pour le Roi sont guillotinés.

Les « indulgents » avec Danton, Desmoulins qui veulent mettre un terme à la Terreur sont exécutés.

Les députés de la Convention se sentent menacés, ils font arrêter et exécuter Robespierre et les membres du Comité de Salut Public.

C’est la fin de la TERREUR.( juillet 1794)

Pendant quatre ans une « République bourgeoise » dirige la France (Le « DIRECTOIRE ») 1795- 1799.

Napoléon Bonaparte, un général victorieux prend le pouvoir grâce à un COUP D’ETAT le 9 novembre 1799.

Séance 3 : le Consulat et l’Empire terminent la Révolution.

Napoléon Bonaparte poursuit l’œuvre de modernisation de la France commencée pendant la révolution :

Les départements avaient été créés en 1790.

Ils portent le nom d’un élément de la nature, du relief ( Le Var est un fleuve qui se jette dans la mer près de Nice à Saint Laurent du Var) Ils sont maintenus.

Les préfectures sont situées à peu près au centre du département ( Pour le Var c’était Draguignan)

On a unifié les unités de poids et de mesures : le mètre, le Kilo, le litre.

Napoléon a créé les LYCEES.

Il a fait rédiger un CODE DE LOIS, toujours utilisé de nos jours : le CODE CIVIL (1804)

Napoléon instaure la « BANQUE DE FRANCE » pour relancer l’économie et une monnaie stable : le FRANC GERMINAL.

Pourtant des principes de la REVOLUTION sont abandonnés :

  • Les LIBERTES sont limitées (CENSURE de la PRESSE…)

  • L’EGALITE est remise en cause par la création d’une NOBLESSE D’EMPIRE.

  • La DEMOCRATIE est supprimée car Napoléon devient « CONSUL à vie » puis en 1804 : « EMPEREUR des Français ».

NAPOLEON poursuit les guerres victorieuses commencées sous « la TERREUR » : les campagnes s’enchainent.

Napoléon place des personnes de sa famille à la tête de pays d’Europe : ses frères… Il introduit dans ces pays les idées de la révolution, le « code civil ».

Dans les pays occupés la population commence par bien accueillir les français mais le mécontentement augmente du fait des impôts, des levées de soldats, des difficultés économiques.

LE SENTIMENT NATIONAL alimente les révoltes.

Les résistances se généralisent. En Espagne GOYA dénonce dans le tableau : «  Très de Mayo » la tyrannie de Napoléon.


file:el tres de mayo, by francisco de goya, from prado in google earth.jpg


Les défaites militaires de Napoléon entrainent un redécoupage des frontières européennes au :

CONGRES DE VIENNE : 1815.

Les dynasties royales sont rétablies mais les idées nouvelles sont diffusées dans la Bourgeoisie et les élites intellectuelles.



similaire:

La «révolution française» : 1789-1799 iconRecherche d'un régime politique 1789 1792
«l'ordre»; c'est à dire les conservateurs, ou bien un régime où l’on conserve les principes de la Révolution Française de 1789 :...

La «révolution française» : 1789-1799 iconL’égalité Définitions de la notion
«développement régulier» (1690, égalité de style). Égalité s’est employé par métonymie pendant la Révolution française (1789) pour...

La «révolution française» : 1789-1799 iconC’est l’évolution de la société française en premier lieu. Evolution...

La «révolution française» : 1789-1799 iconRéunion des eg demandée à Louis 16 en 1787
«une guerre des pauvres contre les riches.» Réel décalage entre révoltes paysannes et urbaines. Députés abolissent privilèges dans...

La «révolution française» : 1789-1799 iconRéunion des eg demandée à Louis 16 en 1787
«une guerre des pauvres contre les riches.» Réel décalage entre révoltes paysannes et urbaines. Députés abolissent privilèges dans...

La «révolution française» : 1789-1799 iconEdouard Molinaro, Le Souper, 1992. Eve Suzanne, «Révolution informationnelle...
«Paroles, échanges, conversations, et révolution numérique» : d’une définition à l’autre

La «révolution française» : 1789-1799 iconEtude d’un corpus «complet», narratif et thématique, de la Révolution française
«Arts, créations, cultures», l’œuvre d’art et ses formes populaires (imagerie populaire)

La «révolution française» : 1789-1799 iconDocument : dorlin elsa, Introduction : Black feminism Revolution...

La «révolution française» : 1789-1799 iconRéunion terme officiel du traité de
«mauvaise». L’idéal de la nation française est depuis la Révolution la République. La Réunion, en 1860 a lieu sous le Second Empire,...

La «révolution française» : 1789-1799 iconDe nouvelles techniques commerciales Les solidarités entre marchands
«arts» ou «hanse». L’activité professionnel s’exerce à partir du ma selon trois forme jusqu’à la Révolution française. Cette organisation...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com