Correspondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34)





télécharger 0.93 Mb.
titreCorrespondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34)
page4/24
date de publication05.02.2020
taille0.93 Mb.
typeDocumentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24

Synthèse générale

Une reconfiguration démographique en cours



La population du Pays augmente plus que celle du département, avec un solde migratoire élevé : 6184 nouveaux arrivants entre 1990 et 1999, soit près d’un habitant sur cinq, provenant des environs ou des grandes métropoles.

Les nouveaux arrivants rajeunissent la population locale (la moitié a entre 25 et 59 ans), mais la part des plus de 60 ans reste encore particulièrement élevée et le creux démographique concernant les 20-25 ans (les jeunes allant étudier dans la métropole toulousaine) n’est pas enrayé.
L’attractivité du Pays Bourian se perçoit également par la forte augmentation des logements (+12%) et leurs caractéristiques : diminution des logements occasionnels ou vacants au profit des résidences principales et secondaires, forte progression des logements collectifs et des locataires.

Le cumul d’une population vieillissante et des flux de migrations amènent à une configuration singulière des ménages. On constate ainsi une proportion importante de couples sans enfants et un âge avancé pour les personnes vivant seules. Les familles monoparentales sont nombreuses (9% des ménages) mais moins que dans le reste du département. Comme les personnes seules, ces familles résident plutôt dans les bourgs, au centre du Pays (cantons de Salviac et Gourdon) ou au sud-est du territoire. Corrélativement, ce sont bien les cantons de Salviac, Gourdon et Catus qui comptent le plus de bénéficiaires de l’Allocation de Parent Isolé.
Hors des chefs lieux de canton, on trouve une proportion importante de personnes ayant un faible niveau de formation, alors que les plus diplômés sont plutôt installés le long de l’axe autoroutier ou à proximité des centres urbains (Cahors et Gourdon). C’est également dans ces zones que résident les actifs les mieux rémunérés. Mais globalement les revenus moyens restent moins élevés que dans le reste du Lot et confirment les disparités de salaires entre les hommes et les femmes.

Une évolution du profil socio-économique des actifs salariés



65% de la population active du Pays est salariée, généralement en emploi stable et plutôt dans des petites entreprises, et pour les deux tiers dans cinq secteurs principaux : agroalimentaire, santé et action sociale, construction, commerce de détail et services aux personnes. En dehors du salariat, l’activité économique est importante dans l’agriculture (nombreux établissements, souvent unipersonnels) et l’artisanat (notamment dans le secteur du bâtiment).
La structure des actifs salariés est fortement sexuée, tant en ce qui concerne les secteurs d’activité que les types d’emploi occupés : les femmes sont particulièrement employées dans les services aux personnes, la santé et l’action sociale ou les activités associatives. D’autre part, elles bénéficient moins souvent d’un CDI que les hommes (mais sont plus fréquemment employées dans la fonction publique : 28% d’entre elles).
Par ailleurs, les emplois aidés concernent 4,1% de la population active (et les femmes sont particulièrement concernées). Les bénéficiaires du RMI représentent quant à eux 3,2% des actifs du territoire et sont surtout concentrés dans le canton de Gourdon.
Si l’emploi progresse de manière globale sur la période 1990 – 1999, il fait apparaître de forts contrastes selon les secteurs d’activité qui modifient fortement le profil socio-économique du territoire. En effet, parallèlement au renouvellement de la population, les agriculteurs et les artisans-commerçants sont en diminution tandis que les professions intermédiaires et intellectuelles affichent une nette progression.

L’émergence d’une dualité entre l’emploi local et les actifs mobiles



Dans le Pays Bourian plus encore que dans le département, les actifs ayant un emploi sont de plus en plus mobiles : ils sont de plus en plus nombreux à travailler ailleurs que sur leur commune de résidence.

Ce phénomène fait donc intervenir la mobilité des personnes et le potentiel d’emploi extérieur au périmètre du Pays. En effet, les offres d’emploi émises par les seules entreprises du Pays Bourian restent focalisées sur certains secteurs comme l’hôtellerie/restauration (en contrats courts sur Payrac notamment, ainsi que Gourdon et Catus), les services aux particuliers et le bâtiment (avec plus de CDI, sur l’ensemble des cantons). Les offres concernant l’agriculture et le commerce concernent principalement le canton de Gourdon.
Entre juillet 2002 et juin 2003, l’ANPE a enregistré 500 offres d’emploi sur le territoire, principalement concentrées sur les cantons de Gourdon, Payrac et Catus. Les autres cantons proposent moins de postes, mais principalement en CDI.

En rapportant le nombre d’offres d’emploi proposées par le Pays Bourian et enregistrées à l’ANPE au nombre d’actifs recensés sur le territoire, on s’aperçoit que les offres sont relativement importantes sur les cantons de Gourdon et surtout de Payrac, mais c’est aussi sur ces territoires que l’on enregistre de nombreuses propositions de contrats courts.

Des particularités du chômage et une certaine hétérogénéité selon les cantons



Les demandeurs d’emploi se caractérisent par une proportion importante de femmes, de personnes de 50 ans et plus, même si les moins de 25 ans sont nombreux.

En effet, les femmes sont particulièrement présentes parmi les demandeurs d’emploi (59,5% sur le Pays Bourian), avec quelques particularités selon les zones (67% de femmes dans le canton de Cazals). D’autre part, les personnes de 50 ans et plus sont relativement nombreuses parmi les demandeurs d’emploi (28,6% sur le Pays Bourian), et c’est plus particulièrement le cas dans le canton de Cazals (33,9%). Les jeunes constituent également une part non négligeable, puisque 15% des demandeurs d’emploi ont moins de 25 ans (ils sont relativement nombreux sur les cantons de Catus et Payrac).
L’inscription en catégorie 2 (recherche à temps partiel) ou 3 (travail saisonnier ou intérim) est souvent synonyme de chômage de très longue durée (plus de 3 ans). Les hommes sont préférentiellement inscrits en catégorie 1, et les femmes en catégorie 2 ou 3. De fait, elles subissent un chômage de plus longue durée que les hommes.
Il apparaît donc une certaine hétérogénéité des chômeurs selon les zones géographiques :


  • Catus : chômage élevé, mais de courte durée, avec une population jeune

  • Gourdon : proportion importante d’un chômage de très longue durée (plus de 3 ans)

  • Saint-Germain : chômage assez élevé et de longue durée, avec des hommes en catégorie 1

  • Salviac : chômage assez élevé, personnes plutôt qualifiées et disponibles (catégories 1 à 3)

  • Cazals : chômage faible, mais surtout des femmes ou des plus de 50 ans inscrits en 2 et 3

  • Payrac : chômage faible, « actif » (inscrits en 4 à 8) et de courte durée, avec des jeunes


Selon les données de l’INSEE, le taux de chômage n’est pas très élevé sur le Pays Bourian, mais il a fortement augmenté entre 1990 et 1999. L’évolution entre 2001 et 2003 indique que le chômage se stabilise, mais aussi qu’il se transforme, avec une augmentation récente des inscrits en catégorie 1, notamment sur Catus et Saint-Germain et une baisse des autres catégories de demandeurs d’emploi.

Des modalités de chômage selon le niveau de formation et la mobilité ?



Cette hétérogénéité peut se lire au regard des caractéristiques socio-démographiques du territoire :

  • Gourdon/Catus : population jeune et proportion d’actifs élevée, avec des personnes diplômées, mobiles et bien rémunérées ainsi que de nombreux bénéficiaires du RMI ; forte présence de résidences locatives (HLM) ; offres d’emploi en CDD.

  • Autres zones : personnes moins diplômées, moins bien rémunérées, parfois en situation de mono parentalité ; présence de résidences secondaires et de logements vacants. Offres d’emploi peu nombreuses mais en CDI.


Mais si l’on observe les niveaux de formation des demandeurs d’emploi du Pays Bourian, on constate une répartition différente de celle des actifs :

  • Ce sont les cantons de Cazals, Saint-Germain et Salviac qui présentent des chômeurs relativement diplômés (au moins le niveau IV).

  • A l’inverse, Gourdon, Payrac et Catus comptent des personnes moins diplômées (niveaux VI, Vbis ou V).


A travers ces constats, on peut renforcer l’hypothèse d’une certaine diversité de la population active selon son ancrage sur le territoire du Pays Bourian :


  • Un chômage urbain sur les cantons de Gourdon et Payrac : des chômeurs peu diplômés et précarisés (RMI, quelques CES et CDD) et des actifs salariés plus diplômés et mieux rémunérés travaillant sur place ou à l’extérieur du Pays Bourian.

  • Un chômage « rurbain » sur les cantons de Catus et Saint-Germain du Bel Air : aux chômeurs peu diplômés viennent s’ajouter de plus en plus de nouveaux chômeurs, plutôt des hommes et des jeunes, plus diplômés.

  • Un chômage rural sur les cantons de Salviac et Cazals : des actifs peu diplômés mais stabilisés sur des emplois locaux (peu d’offres mais en CDI) et des quelques chômeurs plus diplômés qui peinent à trouver un emploi même sur un périmètre élargi.

Approche quantitative et qualitative des bénéficiaires potentiels du PLIE



Selon les données au 30/06/03, l’ensemble des demandeurs d'emploi inscrits à l'ANPE et habitant le Pays Bourian représente 1136 personnes (demandeurs d’emploi catégories 1 à 8).
Parmi ces catégories on compte :


  • 942 personnes immédiatement disponibles (catégories 1 à 3),

  • dont 638 inscrits en catégorie 1 (recherche d'un CDI à temps plein), soit 68%,

  • et 304 inscrits en catégories 2 et 3 (recherche d'un CDD ou d'un temps partiel), soit 32%

  • Et parmi eux, on peut comptabiliser 111 bénéficiaires du RMI, 129 personnes reconnues Travailleurs Handicapés (surtout inscrits en catégories 2 et 3).


Nous savons que 70% des bénéficiaires du RMI ne sont pas inscrits à l'ANPE et nous remarquons également l’augmentation récente des demandeurs d'emploi de catégorie 1, surtout sur les cantons de Catus et Saint-Germain, qui s'apparentent à un chômage "rurbain" (personnes plutôt qualifiées, plutôt des hommes, mobiles dans leur recherche d'emploi) et la baisse relative des chômeurs des catégories 2 et 3, qui correspondent plutôt à un chômage rural (personnes peu qualifiées cherchant un emploi de proximité) ou urbain (personnes au RMI, ou TH, inscrits dans des parcours d'insertion : CES, AI, ...). En outre, l'analyse de notre échantillon montre qu'un tiers des demandeurs d'emploi interrogés cherche un équilibre professionnel sur le Pays Bourian.
Ainsi, compte tenu de ces éléments de pondération la population susceptible de s’inscrire dans le PLIE (résidant et recherchant un emploi sur le Pays Bourian) serait de l’ordre de 300 (et parmi eux, une proportion importante de bénéficiaires du RMI ou de la Reconnaissance Travailleur Handicapé).
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24

similaire:

Correspondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34) iconB. chabot ademe la méthode tec: applications aux projets et programmes énergétiques 31/07/2002

Correspondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34) iconLe Président Olivier audeoud

Correspondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34) iconPublications d’Olivier favereau

Correspondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34) icon2 Colombe apportant un rameau d’olivier à Noé

Correspondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34) iconB 1 – identité du responsable du dispositif de lcb-ft et du (des)...

Correspondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34) iconDes sciences cognitives à la classe : Entretien avec Olivier Houdé

Correspondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34) iconRapport réalisé par Olivier Lesne avec la collaboration de Bertrand Liaudet

Correspondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34) iconRapport entre les coûts fixes et la contribution marginale, y correspondant...

Correspondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34) iconInformatisation du circuit du médicament
«sans objet» dans le paragraphe correspondant. Ceci, pour des raisons de maintenabilité du document

Correspondant : Olivier Chabot (06. 66. 26. 73. 34) iconLes principes de non-discrimination
«mesures appropriées» pour permettre à ce salarié d’accéder à un emploi correspondant à ses qualifications et de l’exercer






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com