Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d'information a des causes multiples : ce sont des professions nécessitant des compétences variées et communes pour certaines,





télécharger 317.05 Kb.
titreRésumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d'information a des causes multiples : ce sont des professions nécessitant des compétences variées et communes pour certaines,
page9/12
date de publication08.12.2019
taille317.05 Kb.
typeRésumé
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

Partie 3:
Le règne de l'idéologie informationnelle


Je viens d’un monde où on ne peut rien dire.

J’arrive dans un monde où on peut

tout dire et où ça ne sert à rien

Alexandre Soljenytsine

3.1Un chaînon manquant dans la circulation des informations

3.1.1Au sein du service DP.SQ de Air France


Cette expérience (traitée volontairement sur un ton humoristique) au sein d’Air France relatée dans la partie 2 peut sembler caricaturale : ce stage ne peut se résumer à ce que je décris. La loupe a été placée sur mes relations de documentaliste avec les services informatiques plutôt que sur mes activités documentaires et techniques. Si mon stage avait été effectué dans un service dont le métier est proche du cœur d’activité de Air France (maintenance des avions, services aux utilisateurs, gestion du personnel navigant etc...), les observations auraient sans doute été différentes. Il est compréhensible que les activités perçues comme « les plus critiques » dans la réalisation du chiffre d’affaire et dans la sécurité des vols soient « chouchoutées » par les systèmes d’information. Toutefois, l’entretien avec LB, adjoint exécutif du directeur de la DG.SI semble montrer que les difficultés rencontrées dans la mise en place de produits informatiques au sein de DP.SQ ne s’expliquent pas uniquement par un éloignement du Service Central Sécurité du Travail de l’activité de transport aérien. Le sentiment est généralisé à la DGSI que tous les utilisateurs des systèmes d’information sont des utilisateurs avertis : capables d’utiliser toutes les fonctionnalités des outils et en mesure de demander l’aide adéquate en cas de difficulté. En réalité, j’ai constaté à quel point il est difficile d’obtenir de l’aide en cas de difficulté, combien les ressources sur l’intranet étaient méconnues.

En m’imaginant, à l’issue de ce stage, sollicitée en qualité de consultante en gestion documentaire devant faire un état de lieux et donner des orientations souhaitables pour poursuivre les évolutions requises, mon constat serait le suivant :

  1. Le déploiement de la base Secur e Doc et du portail DP.SQ méritent de se faire dans le cadre d’une démarche de conduite de projet cadrée avec un chef de projet, au sein de DP.SQ. Au préalable, ce chef de projet devrait être formé au développement Lotus Notes et au moteur de recherche RetrievalWare afin d’être en mesure de spécifier aux départements de développement informatique les modifications attendues. Ce projet devrait continuer à être soutenu par le responsable de service DP.SQ afin qu’il puisse appuyer la démarche auprès de l’équipe DP.SQ, du réseau Sécurité du Travail et des services informatiques.

  2. Le projet était à l’origine une démarche d’innovation par rupture souhaitée par le chef du service DP.SQ. Rupture technique par l’introduction de la numérisation de documents, leur stockage dans une base de donnée sur laquelle les recherches s’effectuent avec un moteur de recherche inconnu par les utilisateurs ; rupture organisationnelle car de nouveaux processus de travail devaient être introduits et enfin : rupture cognitive puisque la démarche intellectuelle de passer du document papier disponible en un lieu géographique déterminé au document numérique pertinent accessible en réseau introduit un changement radical dans sa manière de penser. Intégrer en conception ces trois dimensions dans un projet innovant s’avère souvent une gageure…

  3. Une personne disponible qui s’investisse dans le projet grâce à des aptitudes informatiques et documentaires a certainement manqué dès le début… Mais ce sont également au niveau des compétences connexes, liées au comportement humain (dans sa globalité) que se sont révélées certaines carences, par exemple : Accompagner et expliquer aux utilisateurs du service et du réseau les changements, les gains et les opportunités qu’apportait cette rupture.

  4. La troisième orientation préconisée serait d’impliquer au maximum l’AMO dédié à DP.SQ afin de l’inciter à s’intéresser à la problématique documentaire de DP.SQ pour qu’il soit force de proposition et facilitateur dans les démarches avec la DG.SI.

Durant le stage, c’est en partie ce rôle de pivot entre management, documentaliste/utilisateurs et services informatiques que j’ai eu l’occasion d’expérimenter. Le fait d’avoir été en mesure d’expliquer ce qu’il était possible (ou impossible) de faire pour rénover (par évolution ou innovation) le système documentaire aux différents acteurs a sans doute facilité leur appropriation du projet, même si celui-ci est encore loin d’être achevé.

Cette expérience met bien en lumière, selon moi, l’utilité voire la nécessité d’un acteur projet, personne dotée des compétences/aptitudes vue en 3, travaillant en duo avec le veilleur. La confrontation des points de vue dans une même dynamique serait un puissant moteur d’émulation et d’innovation.

3.1.2Les marchands du temple de l'illusion technologique


Illusion, absurdité, bluff technologique, qu’il s’agisse des techniques informatiques ou de métier à tisser, les progrès techniques ont toujours trouvé leurs détracteurs.

Ellul en 1988 y a consacré une trilogie dont le dernier volet particulièrement polémique dénonce la course technique dans laquelle nous nous sommes engagés [42]; le progrès technique (et notamment l’informatique) soulève souvent des problèmes plus difficiles qu’il n’en résout effectivement : Atteinte à la vie privée, droits d’auteur et droits de l’utilisateur, pouvoir secret, excessif, complexité croissante, nuisances environnementales… La réalisation de l’Homme ? Comme si l’Homme n’avait jamais été tout à fait lui-même...

« Le développement de la technique n’est ni bon, ni mauvais, ni neutre (...) il est impossible de dissocier les facteurs [qui composent la technique] de façon à obtenir une technique purement bonne » (p.55). Dans l’usage de la technique, « nous sommes modifiés à notre tour » (idem), nous « sommes adaptés en vue d’une meilleure utilisation de la technique grâce aux moyens psychologiques d’adaptation » (idem). Il faut s’adapter à la technique sous peine d’être exclu de la marche du monde. Et des exclus de la technologie, il y en a ! Sans parler de questions financières, tout le monde n’a pas le niveau d’attraction nécessaire pour choisir d’utiliser la technologie quand il le peut, ou qu’il l’utilisera dans le sens où elle a été conçue pour produire les résultats attendus.[34]

D’autre part, l’illusion est souvent entretenue que l’informatisation même d’une activité va générer des gains de productivité ; pourtant c’est loin d’être le cas alors que le but premier d’une entreprise est bien de gagner de l’argent 37![34] L’implantation de nouvelles technologies ne peut « prendre » sans une réflexion collective sur la préparation et l’accompagnement des nouveaux usages. Une entreprise n’est pas qu’une somme de processus modélisables mais elle repose en grande partie sur l’humain38 et cet aspect doit être pris en compte dès le début (évaluation des besoins fonctionnels de l’entreprise) et durant toute la phase d’exploitation (vérification avec les outils adéquats de l’utilisation, de l’efficacité et de la satisfaction des utilisateurs)

Le « succès » de la technologie est, de plus, alimenté par ceux qui en bénéficient directement avec, en premier lieu, les fabricants et distributeurs du secteur informatique qui entretiennent l’illusion, ou plutôt la croyance envers les entreprises et les particuliers qu’ils pourront résoudre tous leurs problèmes avec de la technologie. Face à eux, les « marchands d’information » ne font pas le poids ![38]

Le phénomène est particulièrement remarquable pour les ERP qui sont des progiciels39 de gestion intégré. Ces solutions sont vendues comme étant des outils « intégrés », fournis clef en main, alors que l'hétérogénéité des composants venant de fournisseurs différents rend le travail d'intégration très délicat40. Il est alors généralement fait appel à des sociétés externes en infogérance41. Il devient alors très difficile de s’affranchir de la dépendance vis-à-vis de l’éditeur du progiciel (le renoncement à un ERP est parfois aussi coûteux que son installation) mais aussi de la société d’infogérance qui détient toutes les clefs du fonctionnement de l’application et qui a tout intérêt à promouvoir la nécessité d’investissements supplémentaires en matière de matériel et logiciels informatique. [40]

De la même façon, avec la multiplication des formations et certifications que proposent les éditeurs de logiciels, les informaticiens sont de plus en plus spécialisés dans le développement et l’intégration de certains logiciels. Ils pousseront tout naturellement les entreprises où ils travaillent à investir dans les logiciels qu’ils connaissent (« Il nous faut SAP » ou « « Il nous faut Lotus Notes »), sans prendre le temps d’analyser le besoin de l’entreprise (« A-t-on besoin d’un outil ? Pour quoi faire ? Pour quels gains ? »). Mais ils ne sont pas les seuls ; les non-informaticiens aussi peuvent se laisser aveugler par les promesses des constructeurs à moins de se trouver dans la situation inverse de méfiance après avoir été échaudé.

Le juste milieu, ou plus exactement le barycentre est donc à trouver grâce à de nouvelles fonctions qui nécessitent des compétences « hybrides » et des savoirs être fondamentaux pour faire le lien entre utilisateurs, informaticien et management.

3.1.3Une nouvelle construction professionnelle: management de l'information et des connaissances

AChamps professionnels


Dans la norme ISO 900442, le paragraphe 6.5 donne 6 étapes fondamentales du traitement de l’information : « La direction doit considérer les données comme une ressource fondamentale à convertir en information pour le développement continu des connaissances de l’organisme, ce qui est essentiel pour la prise de décision factuelle et peut stimuler l’innovation. » Un fascicule est d’ailleurs en cours de rédaction par l’AFNOR (FD X 50-185). Il se base sur ce paragraphe 6.5 pour fournir des pistes de réflexion pour la mise en place de dispositifs de management de l’information, en tant que support à la fonction de direction, aux fonctions opérationnelles et aux autres fonctions de support.



Figure 7 : Management de l’information : représentation fonctionnelle

Eric Sutter, consultant en I-D, est l’un des auteurs de ce document.[37] Il passe en revue les rôles et compétences des acteurs du management de l’information.

Il aborde notamment le rôle de l’info-manager qui doit être en relation étroite avec la direction de l’entreprise afin d’avoir un poids suffisant dans des actions qui impliquent des personnes dont il n’a pas la responsabilité hiérarchique. Comme le responsable qualité, il définit, pilote, surveille les dispositifs de management de l’information.

Cette position lui permet aussi d’avoir une visibilité correcte au sein de l’entreprise en apparaissant sur les organigrammes de l’organisation Le besoin de médiation n’est en effet pas toujours bien identifié et il est alors nécessaire de faire connaître cette possibilité au plus grand nombre.

Les enjeux de tels dispositifs sont multiples :
aIdentifier les besoins en information

Les besoins en information sont divers selon qu’ils concernent l’aide au fonctionnement quotidien, à la prise de décisions stratégiques, à la diffusion de bonnes pratiques (sécurité du travail, confidentialité …). Une même information peut avoir des usages différents et il est donc important d’identifier ces finalités différentes afin de mettre en place les dispositifs adaptés.
bIdentifier et accéder aux sources d’information

Les sources d’informations peuvent être internes ou externes. Chaque personne en interface avec d’autres services de l’entreprise peut être considérée comme une source d’information. Toutes les sources devront être caractérisées par leur lieu de production de l’information, leur niveau de qualité, le support de transmission.
cConvertir les informations en connaissances utiles à l’entreprise

Seul l'homme est capable de transformer l’information en connaissance. La connaissance est une affaire complexe puisqu'elle vise à donner du sens aux informations. Elle se situe dans la sphère cognitive et non technique ou organisationnelle car elle suppose interprétation des informations, appropriation, expérimentation et intériorisation. Il y a connaissance lorsque cet individu est capable de faire évoluer, de compléter, de transformer l'information acquise.
Pour transformer des données en information puis en connaissance, il est nécessaire de garantir la qualité des informations produites (exhaustivité, fiabilité, traçabilité, sélection, pérennité) ce qui implique que les compétences et les moyens techniques adéquats sont disponibles.
dEtablir des stratégies et atteindre les objectifs de l’organisme

L’intelligence économique, très en vogue en ce moment, démontre l’importance considérable de la maîtrise de la connaissance de l’environnement économique de l’organisme. La maîtrise de l’information interne est aussi fondamentale pour les prises de décision à tous les niveaux hiérarchiques de l’organisation.
eAssurer l’accessibilité, la confidentialité, la sécurité et la pérennité des informations

Pour cela, les méthodes d’analyse de la valeur sont indispensables pour identifier le coût de l’information et ainsi évaluer les conséquences d’une indisponibilité.
fEvaluer l’efficacité du dispositif dans la durée

Comme tout dispositif de management, il doit être doté d’indicateurs significatifs sur l’influence du management sur les performances de l’entreprise, les performances du dispositif. Il doit s’inscrire dans la démarche d’amélioration continue et de capitalisation des connaissances de l’organisme.

BCompétences et formation


Informaticien et documentaliste ont tous les deux leur place dans un tel dispositif, y compris dans la forme « traditionnelle » de leur métier. Les fonctions de pilotage d’un tel système de management nécessitent toutefois une hybridation des compétences : Management, gestion de l’information-documentation, technologies de l’information et de la communication.

Les « savoirs-êtres » de fait, deviennent aussi importants que les compétences : le courage et la persévérance pour mener à bout la mise en place de tel dispositif, l’humilité, permettant de reconnaître qu’on ne sait pas tout et qu’on a besoin des autres, la capacité d’adaptation, l’empathie… Ces traits de caractère, autrefois peu amènes dans la sphère professionnelle (car relevant plus de la sphère dite « hors travail ») s’avèrent dorénavant des atouts (pas forcément désirés mais nécessaires) dans tout projet d’une certaine taille.

On peut remarquer que les compétences identifiées dans le référentiel européen pour les experts en information documentation (Tableau 1: Tableau des niveaux 3 et 4 de qualifications I-D établi par l’ECIA, p.13 de ce document) correspondent tout à fait aux exigences de la fonction de manager de l’information.

Si, pour l’instant, il semblerait que les compétences et les qualités nécessaires puissent être acquises essentiellement par l’expérience venant en complément d’une formation initiale (informatique, documentation..). On peut imaginer, à l’avenir, des formations préparant directement à ce nouveau métier (qui perdrait ainsi son caractère hybride) en proposant un programme abordant les différentes facettes de cette fonction, comme il en existe pour se spécialiser dans le management de la qualité par exemple.

La sensibilisation aux aspects cognitifs du management de l’information pourrait également être introduite dans les cursus des écoles d’Ingénieurs. En effet, face aux situations complexes, certains ingénieurs « s’envolent » vers l’abstraction vertigineuse, d’autres réduisent tout à l’humain, au registre de l’émotionnel. Certains ont une conception très pauvre du langage et de la communication. Ils sont souvent obsessionnels du « mot juste » (c'est-à-dire qui a du sens à leurs yeux !) et ont ainsi des affinités intellectuelles très grandes avec la bureaucratie où le « mot juste » prime souvent. Les situations de communication sont toujours équivoques et il n’y a pas de situation de compréhension parfaite entre les personnes, tout est question de contexte et de « représentation du monde ». Une fois que l'ingénieur a parlé, il comprend mal que «l'autre», en face, puisse avoir compris autre chose… Ce type d’enseignement, incluant les facteurs humains, faciliterait par la suite l’intégration des ingénieurs dans des équipes projets aux profils divers.

CPerspectives


Le management de l’information pourrait tout à fait, sans en perdre son « âme », être inclus dans les systèmes de management intégré (SMI) de grandes entreprises. Pourquoi ne pas envisager un système IQSE incluant l’Information au management de la Qualité, de la Sécurité et de l’Hygiène et ainsi profiter des structures d’audits et de pilotage existants pour implanter le management de l’information ?

Les professionnels du management de l’information pourraient se spécialiser dans certains domaines, dans les grosses structures,43 telles que : préparation et accompagnement du changement, identifications des besoins etc… De nouveaux vecteurs d’information pourraient être imaginés. On peut souligner, dans cette optique, l’idée de la société Documental44 consistant à faire revivre le métier de conteur ; puisque les salariés n’ont pas le temps de sélectionner les informations sur leur secteur, de les lire et d’y réfléchir, cette entreprise novatrice « conte » 2 heures par trimestre, 5 à 6 sujets marquants (ici, dans le domaine des NTIC) à l’ensemble du personnel. C’est ce qu’ils appellent l’ « avisement », a savoir : un entraînement qui a pour vocation d’habituer les individus à pratiquer, en nombre, de manière naturelle, le questionnement à propos de l'utilité collective des TIC pour l'entreprise. Une telle pratique, incorporée dans l'activité régulière, doit (selon Sté Documental) amener de la sérénité à ceux qui la pratiquent, indispensable pour agir de manière avisée.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

similaire:

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\L'articulation entre bep et baccalauréat professionnel
«compétences professionnelles» en droit et en économie. En revanche, l'acquisition et la mise en pratique des compétences professionnelles...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé du référentiel d’emploi ou éléments de compétences acquis...
«Droit, gestion et gouvernance des systèmes financiers publics» est à finalité recherche. Elle comporte deux types de débouchés

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé des principales modifications
«Communes» ne sera plus un menu déroulant mais un simple raccourci vers la page «communes» dont les évolutions sont détaillées sur...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé Ce papier part du constat qu’il existe un décalage significatif...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Recherche : Pierre-Jean Benghozi Sujet
«s’enfermer» dans la sociologie des professions mais d’utiliser certaines approches institutionnalistes issues de ce champ pour les...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé Évolution des transports et mobilités africaines sont liés....
«Du taxi au migrant ou l’inverse ! Influences réciproques du transport et de la migration internationale en Afrique de l'Ouest»....

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé : les carrières des hauts fonctionnaires français sont, plus...
«La carrière des diplomates français : entre parcours individuel et structuration collective»

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé du référentiel d’emploi ou éléments de compétences acquis...
«A» des collectivités (directeur financier, directeur général des services, etc.); de chargés d’études et chargés d’évaluation des...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Les logiciels proposés sont principalement des logiciels gratuits...
«Gestion de l’information touristique» dans le cadre du tronc commun en premier année de bts tourisme et de la deuxième année (approfondissement...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Les logiciels proposés sont principalement des logiciels gratuits...
«Gestion de l’information touristique» dans le cadre du tronc commun en premier année de bts tourisme et de la deuxième année (approfondissement...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com