Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d'information a des causes multiples : ce sont des professions nécessitant des compétences variées et communes pour certaines,





télécharger 317.05 Kb.
titreRésumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d'information a des causes multiples : ce sont des professions nécessitant des compétences variées et communes pour certaines,
page5/12
date de publication08.12.2019
taille317.05 Kb.
typeRésumé
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

1.4Deux professions en constante mutation

1.4.1De nouveaux champs d'exercice

ALe documentaliste en crise identitaire


Le malaise des documentalistes n’en fini pas de faire couler de l’encre. Laurent BERNAT, il y a dix ans, [19] lui consacrait son mémoire de DESS INTD. Il soulevait déjà la difficulté de positionnement du métier vis-à-vis d’autres professions (archiviste, bibliothécaire, journaliste, communication…). Le développement d’Internet et des technologies de l’information et de la communication (TIC), a ensuite ravivé ce besoin de repositionnement par une remise en cause des méthodes de travail jusqu’au cœur des activités documentaires. De nouveaux professionnels venus du monde des TIC viennent de plus les concurrencer sur des domaines que les documentalistes pensaient être naturellement les leurs : Le « knowledge management »10, la GED (voir note Error: Reference source not found p.22) etc… De plus, la médiation personnelle qu’effectuait le documentaliste entre l’utilisateur et l’information se retrouve largement remise en question par la diffusion large des TIC dans la société.[29][23][20]

Jean Michel, conseiller du Directeur de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées (Paris), expert en matière de management de l'information-documentation-connaissance et de la formation, a rédigé de nombreux articles sur ce malaise.[22][23]. Il souligne que résoudre ce malaise, qui porte souvent sur l’intitulé même de la profession, est longue à venir. L’hétérogénéité de la profession rend difficile le consensus notamment avec le clivage entre jeunes générations qui raisonnent en terme d’opportunité de carrière et anciens aux valeurs « service public ».

La profession se heurte également à la difficulté à évaluer la valeur ajoutée du documentaliste qui entre dans les lignes budgétaires sous le vocable peu valorisant de « personnel improductif ». La difficulté est alors grande pour les documentalistes de « décrocher » les budgets dont ils auraient besoin pour évoluer et pour démontrer aux responsables d’organisme que la documentation n’est pas, parfois, le lieu privilégié de placement des salariés « en difficulté ». [22]

BLe blues de l'informaticien


Pour les « non-informaticiens », les informaticiens ne sont pas menacés sur leur terrain d’action. Pourtant, les rivalités internes grondent entre les « vrais » informaticiens qui savent programmer, dépanner une machine et les « consultants » qui conseillent et communiquent. On peut également noter l’opposition entre l’informatique industrielle (« noblesse d’épée » selon Isabelle Collet [7]) et l’informatique de gestion (« noblesse de robe » [7]). Il est clair que le terme d’informaticien regroupe de nombreuses réalités professionnelles. Le Laboratoire d'Études sur les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication de l’université de Liège souligne la difficulté de délimiter le champ professionnel des professionnels des technologies de l’information dans son rapport sur les TIC et les métiers en émergence [30]p.50. Comme pour les documentalistes, il devient nécessaire de positionner les différents acteurs de ce champ selon différentes dimensions : produits / services, hardware / software, connaissance techniques / connaissances de l’environnement professionnel …

Mais ces différenciations à l’intérieur de ce champ professionnel ne sont que théoriques ; dans la réalité, les informaticiens (et à fortiori les recruteurs !) ne savent pas toujours comment se positionner ni comment compléter leurs qualifications pour évoluer dans leur profession.

Paradoxalement, si beaucoup d’informaticiens revendiquent le « modèle-type » du hacker, de l’informaticien passionné, parfois plus intéressé par ses machines que par ses congénères, ils souffrent de leur image négative, de l’incompréhension dont ils se sentent victimes. Les forums de discussion sur le web se font souvent l’écho de ce blues qui concerne plus l’image de leur métier dans la société civile que dans leur environnement professionnel.11

Enfin, suite à l’éclatement de la bulle Internet en 2001, les services informatiques sont plus que jamais pointés du doigt et accusés d’avoir engagé des investissement en utilisant un miroir aux alouettes.

1.4.2Un environnement commun => des mutations communes ?

AL'apport des TIC


Le développement incessant des TIC et des réseaux est sans conteste un fait marquant de la société, particulièrement pour les métiers de l’information et de la communication, qu’ils travaillent sur le « contenant » ou le « contenu ».
aPour les documentalistes

Pour le documentaliste, c’est d’abord leur matière première qui change avec le document numérique. La désacralisation du document papier, qui fut parfois traumatisante pour la profession, permet de recentrer le documentaliste sur ce qui intéresse en fin de compte l’utilisateur : l’information et non le document lui-même. ([19] p.44)

De plus, les documentalistes audiovisuels ne sont plus les seuls à devoir se préoccuper des moyens techniques permettant d’accéder à l’information contenue dans le document12. Il est nécessaire de conserver trace de la configuration de l’ordinateur (système d’exploitation, version logiciel…). Les professionnels de l’I-D, traditionnellement issus des sciences humaines, se retrouvent ainsi confrontés quotidiennement à des objets techniques en perpétuelle évolution. Avec les nouveaux formats comme le XML qui dissocient l’information du support, la « dématérialisation » de l’information semble chaque fois atteindre son apogée.

Enfin, l’accessibilité infinie et générale à des informations grâce à l’Internet mène le documentaliste à gérer la surabondance de l’information plutôt que la rareté comme l’explique Jean Michel dans son analyse de la transformation des techniques documentaires par les TIC [23]. « Accumuler pour accumuler (ce qui était la finalité de nombre de structures documentaires dans les années 1970-1990) perd brutalement de son intérêt et la priorité est désormais mise sur le qualitatif, sur la sélectivité, sur l'intelligence et la valorisation des contenus informationnels. ». Les progrès en matière de moteur de recherche en texte intégral utilisant la linguistique, les techniques statistiques et d’intelligence artificielle sont tels que les documentalistes sont poussés à ce recentrer sur leur mission fondamentale de médiation de l’information, de service et de pédagogie, indépendante de toute innovation technique.[22][25]
bPour les informaticiens

Avec le développement des TIC, plus que jamais, la carrière de l’Ingénieur Informaticien dépend de sa capacité à rester à la pointe des évolutions technologiques. Tous les observateurs de l’emploi sont d’accord pour (pré)dire que : « tout en restant dans la même profession, chaque informaticien changera beaucoup plus souvent de métier et de spécialité qu’auparavant ». La « pénurie d’informaticiens » fait régulièrement les gros titres : ce ne sont pas les ressources qui manquent, mais les compétences. Restent malheureusement sur le carreau ceux qui n’ont pas su négocier le virage technologique. En 2004, c’est la maîtrise du langage JAVA et des logiciels « libres » (dont le code source est accessible à tous) qu’il ne fallait pas manquer pour rester « désirable » aux yeux des SSII.13

Michel VOLLE, président du Club des maîtres d’ouvrage des systèmes d’information souligne dans un article de 01-DSI [31] combien l’aspect technique du métier de Directeur des systèmes d’information (DSI) se complique et se compliquera encore. Il s’agit de gérer de nouveaux modes de programmation (programmation objet, UML..) qui nécessitent une information voire des formations en continue, il faut faire cohabiter logiciels maison et progiciels achetés. La spécialisation devient obligatoire entre middleware, sécurité informatique, réseaux etc…

En 2002, le rapport du laboratoire LENTIC, dans son enquête sur l’émergence de nouveaux métiers liés aux TIC propose quatre modalités types d'impacts des TIC sur les métiers. Celles-ci ont été constituées en prenant comme point de départ les compétences TIC et non TIC et en les combinant. [30] p.39

(source LENTIC [30])



Figure 3 : quatre modalités d'impacts des TIC sur les métiers
Le cas 1 correspond aux métiers traditionnels de l’informatique : les compétences techniques sont complétées par d’autres compétences sous l’influence des TIC.

Le cas 2 correspond aux métiers émergents, issus de l’hybridation de métiers de types 1 et 3. Leur cœur de métier regroupe un ensemble de compétences TIC et non-TIC.

A l’issue de l’analyse effectuée par le laboratoire LENTIC, les chercheurs ont dégagé des indicateurs permettant de caractériser les nouvelles logiques professionnelles dans le secteur des technologies de l’information et de la communication. Les 3 indicateurs liés à la variable professionnelle sont :

  • L’hybridation des compétences

  • Incertitude sur le champ professionnel de référence

  • Diversité des parcours de formation

  • Développement de certifications décernées par des organismes privées

L’analyse préconise notamment en conclusion la révision des nomenclatures existantes relatives aux métiers liés aux TIC (p.178) et de favoriser le développement des filières initiales où se pratiquent l’hybridation des compétences et une pédagogie préparant à des contextes d'autoformation (p.179)
cUn impact sur tous les métiers

Irrémédiablement, documentalistes et informaticiens sont impactés dans leurs logiques professionnelles comme tous les métiers.[32] Certains d’entre eux doivent compléter leurs compétences avec de nouvelles, plus éloignées de leur cœur de métier. D’autres vont fusionner leur cœur de métier avec un autre pour exercer de nouvelles fonctions qui deviendront des nouveaux métiers. (Figure 3) Cet impact semble être une tendance généralisable à l’ensemble des métiers dans les années à venir.

BDes nouvelles pratiques des utilisateurs de l'information


De plus en plus de personnes disposent d’un ordinateur et d’un accès au web, que ce soit à leur domicile ou leur lieu de travail. L’accès à des millions d’informations est possible grâce aux moteurs de recherche. Avec les documents numériques, la tentation est grande de reléguer les documentalistes à la gestion de la documentation papier, l’utilisateur pouvant accéder seul à la masse d’information numérique dont il dispose. La recherche et le traitement de l’information seraient réduits à une dimension purement technique.

Or c’est justement vis-à-vis de ce trop plein de données que le documentaliste joue son rôle de sélection des sources, de vérification de la fiabilité des informations et la création de produits documentaires synthétisant les informations.

Par ailleurs, les responsables ont tendance à supposer qu’à partir du moment où le bon outil est installé, tous les utilisateurs sauront l’utiliser de façon optimale. Mais si la mise en place d’un nouvel outil n’a pas été préparée, accompagnée par des changements dans les sphères organisationnelles et cognitives, les utilisateurs se contenteront de se servir de l’outil pour simplifier les tâches qu’ils ont toujours fait sans utiliser les nouvelles possibilités offertes. Comme de plus, les indicateurs fréquemment utilisés pour vérifier l’impact d’un nouvel outil sont des indicateurs d’adhésion et non des indicateurs d’usage, la sous-utilisation des possibilités des outils peut passer longtemps inaperçue. [34]

Supposer, lors de la mise en place d’un système d’information, que l’on connaît le besoin d’un utilisateur mieux que lui, peut s’avérer une erreur lourde de conséquences. Lorsqu’il analyse le dépôt de bilan d’ARISEM dont il était le président, Jean FERRE donne comme l’une des explications le fait d’avoir oublié, en cours de route, les besoins de leurs clients :« A partir du moment où nous avons levé beaucoup d’argent, nous avons moins éprouvé le besoin de savoir ce que les clients attendaient, et les équipes de développement très nombreuses que nous avions recrutées se sont engagées dans un projet qui revenait quasiment à redévelopper une grande partie de ce que Microsoft vend sur étagères. […] Aujourd’hui encore, des clients d’Arisem continuent à me dire que la technologie est formidable, mais que le produit est trop compliqué à utiliser »14

CDe nouvelles organisations dans les entreprises


Les liens sont ténus entre les modes d’organisation du travail et les dispositifs de diffusion de l’information ces 40 dernières années. On peut noter une évolution générale d'un nouveau rapport aux organisations favorisant la responsabilisation du travailleur. Le travailleur a deux schémas possibles pour son évolution de carrière ; la progression hiérarchique ou le modèle « nomade », où les parcours sont marqués par l'autogestion et la mobilité interorganisationnelle, voire interprofessionnelle [30]. Ce phénomène touche les documentalistes qui se voient proposer de plus en plus de missions ponctuelles en CDD. C’est aussi vrai pour les informaticiens qui sont en plus concurrencés par les faibles salaires de sous-traitants indiens. Aux USA, le taux de chômage des informaticiens est passé de 2% à la fin des années 90 à 6,7% aujourd’hui.15

À chaque moment du développement de l'informatique correspondent des caractéristiques particulières du groupe professionnel des informaticiens et des documentalistes, mettant ainsi un relief historique à son évolution, tout en montrant l'étroite coexistence de ces diverses caractéristiques encore actuellement. Le moment actuel serait marqué par une double tension entre, d'une part, les rôles de paramétrages ou de programmation de logiciels, et, d'autre part, entre l'externalisation ou l'internalisation des fonctions informatiques dans les entreprises.

Au cours des 40 dernières années, on peut identifier 4 modèles organisationnels, tous liés à des moments différents dans les professions d’informaticien et de documentaliste.




1. Centralisation
1950-70

2. Déconcentration
1980

3. Intégration
1990

4. Ouverture
2000

Base technique

Unité centrale avec pool de saisie ou terminaux distribués

Mini et micro-informatique

Réseaux locaux, intranet, gestion intégrée de base de données, systèmes expert

Internet, EDI, commerce électronique, groupware

Mode d’organisation du travail

Modèle taylorien (forte division verticale et horizontale du travail)

Modèle scandinave (autonomie locale, enrichissement des tâches)

Modèle japonais (qualité totale, culture d’entreprise, polyvalence)

Modèle californien (entreprise virtuelle, entreprise –réseau, gestion de la chaîne de la valeur)

Caractéristiques du « champ informatique »

Spécialisation et hiérarchie des métiers

Convivialité / autonomie des utilisateurs ;
« la fin des informaticiens ? »

Re-spécialisation sous l’effet de la convergence ; importance des usagers

Paramétrage versus programmation ; externalisation versus internalisation

Caractéristiques du « champ documentaire »

Les centres de documentation existent essentiellement dans les centres de recherche.

Fin 1978 : Mise en place du réseau TRANSPAC16. Les banques de données bibliographiques deviennent des produits documentaires

les pratiques info-décisionnelles, intelligence économique et dispositifs de veille montent en puissance. Mise en concurrence des professionnels de l’information, éclatement du monde de la documentation, apparition de la notion de documentation interne

technologiques numériques omniprésentes, réponses globales aux besoins d’information, dislocation des modèles traditionnels de l’édition

Tableau 3 : Organisation et champs professionnels17
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\L'articulation entre bep et baccalauréat professionnel
«compétences professionnelles» en droit et en économie. En revanche, l'acquisition et la mise en pratique des compétences professionnelles...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé du référentiel d’emploi ou éléments de compétences acquis...
«Droit, gestion et gouvernance des systèmes financiers publics» est à finalité recherche. Elle comporte deux types de débouchés

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé des principales modifications
«Communes» ne sera plus un menu déroulant mais un simple raccourci vers la page «communes» dont les évolutions sont détaillées sur...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé Ce papier part du constat qu’il existe un décalage significatif...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Recherche : Pierre-Jean Benghozi Sujet
«s’enfermer» dans la sociologie des professions mais d’utiliser certaines approches institutionnalistes issues de ce champ pour les...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé Évolution des transports et mobilités africaines sont liés....
«Du taxi au migrant ou l’inverse ! Influences réciproques du transport et de la migration internationale en Afrique de l'Ouest»....

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé : les carrières des hauts fonctionnaires français sont, plus...
«La carrière des diplomates français : entre parcours individuel et structuration collective»

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Résumé du référentiel d’emploi ou éléments de compétences acquis...
«A» des collectivités (directeur financier, directeur général des services, etc.); de chargés d’études et chargés d’évaluation des...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Les logiciels proposés sont principalement des logiciels gratuits...
«Gestion de l’information touristique» dans le cadre du tronc commun en premier année de bts tourisme et de la deuxième année (approfondissement...

Résumé Le conflit apparent entre documentaliste et informaticien dans le cadre de projet de systèmes d\Les logiciels proposés sont principalement des logiciels gratuits...
«Gestion de l’information touristique» dans le cadre du tronc commun en premier année de bts tourisme et de la deuxième année (approfondissement...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com