Td 1 semestre 2 : le comportement du consommateur





télécharger 41.38 Kb.
titreTd 1 semestre 2 : le comportement du consommateur
date de publication08.12.2019
taille41.38 Kb.
typeDocumentos
TD 1 semestre 2 : le comportement du consommateur


Exercice 1.1 :

1-

Tout besoin voit son intensité diminuer à mesure qu’il est satisfait. L’utilité marginale associée à la consommation d’un bien est forcément décroissante

L’utilité cardinale c’est l’utilité mesurée par des nombres qui sont des unités de mesure.

L’utilité ordinale, c’est l’idée selon laquelle l’utilité ne peut être mesurée mais qu’elle peut donner lieu à une échelle de préférence.

2-

L’utilité marginal d’un bien X c’est la dérivée de la fonction d’utilité totale, c'est-à-dire la variation de plaisir, d’utilité totale, quand la quantité de bien consommé augmente d’une unité en valeur relative.


Quantité

Ux

U’x

Uy

U’y

Uz

U’z

0

0

0

0

0

0

0

1

4

4

120

120

40

40

2

6

2

220

100

76

36

3

10

4

300

80

106

30

4

12

2

360

60

128

22

5

12

0

400

40

140

12

6

10

-2

420

20

140

0

Le choix optimal, c’est le maximum d’utilité des trois biens. Ce choix optimal est à la quantité 1 de bien qui offre la plus grande utilité marginale pour les trois biens.




U’x=dU/dx

Avec x la quantité de bien

U l’utilité totale du bien

U’ l’utilité marginale

Exercice 1.2
Selon l’approche ordinale que met en œuvre la théorie microéconomique du consommateur, chaque consommateur dispose d’une carte d’indifférence reflétant ses goûts et ses préférences. Les courbes d’indifférence expriment graphiquement la fonction d’utilité du consommateur. Une courbe d’indifférence exprime des niveaux de consommation différents entre deux biens. Elle traduit les différentes combinaisons de biens qui procurent la même satisfaction. Une courbe d’indifférence qui se trouve au dessus d’une autre représente des combinaisons qui vont être préférées à celle qui se trouvent en dessous. Les courbes d’indifférence ne peuvent se couper.
Niveau U1


Niveau U2



Le taux marginal de substitution de X à Y TMS x à y est le rapport, défini comme étant positif, entre la quantité/\y que le consommateur est prêt à céder et la quantité/\x qu’il désire recevoir en contrepartie

TMS= dx/dy

Commentaire des textes
La bataille du pouvoir d’achat
L’article étudié, appelé la bataille du pouvoir d’achat, a été publié dans le numéro du 9 septembre 2006 de l’hebdomadaire la nouvelle lettre dirigé par jacques Garello. Dans celui-ci, l’économiste revient sur le projet de Dominique de Villepin relatif à la création d’un chèque transport. Projet qui s’explique par la pression des syndicats et le mécontentement d’une partie de la population qui pense voir son pouvoir d’achat diminuer. Ce pouvoir d’achat est d’ailleurs un thème de campagne et un sujet régulièrement évoqué par les médias français. Pour répondre aux attentes naissantes Dominique de Villepin a donc avancé son chèque transport. Il a même affirmé que la rentrée se ferait «sous l'égide de la justice sociale et que le chèque transport en serait un élément central ». Mesure qui ne fait pas l’unanimité dans le gouvernement, mais aussi chez les libéraux français. C’est ainsi Jacques Garello et son équipe explique en premier lieu pourquoi ce ticket n’aura pas d’apport bénéfique et en second lieu qu’elles seraient plutôt les mesures à prendre.

1-Un ticket perdant pour la France
A- les modalités du ticket et de la bataille du pouvoir d’achat
Le prix de l’essence et des énergies a augmenté, c’est indéniable. Et le pouvoir d’achat n’a lui guère évolué. Quelles est la solution trouvée par le gouvernement français ? Celle de créer un chèque transport proche dans sa forme du célèbre ticket restaurant et la tenue d’une conférence sur les revenus et l’emploi. La première mesure consisterait en une distribution facultative ou obligatoire de chèque au salarié et fonctionnaire par leurs employeurs, ces chèques s’échangeant contre de l’essence. L’Etat prendrait ainsi en charge la moitié de ces charges nouvelles, principalement par le biais de prélèvement fiscaux sur les entreprises et les ménages. Il s’agit donc d’une redistribution, redistribution qui serait négative sur l’économie d’après les auteurs de la nouvelle lettre.
B- une redistribution a somme négative
En fin de compte, on prend au un pour donner aux autres. Mais qui sont ces uns et ces autres et quels seront les effets de ces prélèvements sur l’économie française ?

Ces victimes du prélèvement supplémentaire seront « les riches », c'est-à-dire souvent des entrepreneurs. L’imposition aura donc peut être comme effets pervers de démotiver ces acteurs de la vie économique, tout comme les entreprises, les investissements, l’épargne, et donc le travail. Pour reprendre l’article de la nouvelle lettre « faire payer les riches et imposer en moyenne plus de 50% de prélèvement sociaux c’est une façon immanquable de démotiver l’entreprise, l’épargne et le travail ». On peut donc imaginer qu’une telle mesure conduirait à augmenter le nombre de chômeur, à créer « chômage supplémentaire ». Cette idée est répétée dans la troisième partie du texte. Y est écrit que « comme on prend aux plus entreprenants, cela débouche sur une récession, du chômage et une baisse du pouvoir d’achat pour tous ».

Pour appuyer cette hypothèse, les auteurs de l’article prennent ensuite l’exemple de la prime pour l’emploi, autre redistribution qui aurait eu des effets négatifs. Ainsi au lieu d’encourager l’emploi, elle a conduit à distribuer des fonds à des personnes qui n’y avaient plus droit, du fait du changement de leur situation. L’Etat a donc privé de ces fonds les personnes prélevés pour les donner à des personnes qui n’aurait pas du les recevoir. Le résultat est donc doublement négatif. Les auteurs de l’article expliquent les conséquences néfastes d’une telle redistribution par la complexité de son fonctionnement, le dynamisme des situations sociales des personnes.

2- Les moyens d’augmenter le pouvoir d’achat
A- une politique libérale de hausse du pouvoir d’achat

Les auteurs donnent quatre voies à suivre pour accroitre le pouvoir d’achat. Ils proposent en premier lieu « d’accroitre le revenu de tous les salariés en leur versant un salaire complet et en les autorisant à choisir leur protection sociale». Il ne faut pas voir ici le souhait d’une politique de revenu par l’Etat rejeté également par l’auteur. C’est bel et bien « au pire » que Jacques Garello imagine « fixation autoritaire revenus par l’Etat ». La première véritable piste offerte par l’économiste français consisterait « à diminuer les prélèvement ». Le consommateur dispose alors d’un revenu plus élevé et donc automatiquement d’un pouvoir d’achat plus élevé. Néanmoins cette baisse des prélèvements signifie aussi une baisse des subventions de l’Etat et la baisse de son budget. A moins, comme le préconise l’auteur de « diminuer les dépenses publiques, privatiser les services publics et la protection sociale ». En second lieu il faudrait selon l’économiste français permettre au français de produire, travailler et gagner plus, et ce en supprimant les 35 heures. Là encore l’accroissement du revenu du travailleur et du capital de l’entreprise est le catalyseur de l’augmentation du pouvoir d’achat. C’est la même idée qui se retrouve dans la dernière piste du disciple de Bastiat, à savoir améliorer la compétitivité des entreprises pour augmenter la croissance et la productivité garantes de l’accroissement du pouvoir d’achat par l’augmentation du salaire et la baisse des prix des biens. Pour cela il faut comme nos voisins anglais notamment, rendre plus flexible le secteur de l’emploi, afin de dynamiser celui. Mais aussi « privatiser le secteur public, ouvrir les services publics à la concurrence, rendre l’Etat libéral. Pour Garello, « moins d’Etat, c’est plus de pouvoir d’achat »
B Une approche libérale critiquée par le modèle socialiste
Parmi les propositions de Jacques Garello, on retrouve celle de privatisation et de mise en concurrence du service public, de baisse des prélèvements sociaux, de la flexibilité du travail, la suppression des 35 heures et la privatisation de la protection sociale. Toutes sont des propositions libérales qui sont, en tout cas sur le court terme, des propositions qui avantagent les capitalistes aux dépens des prolétaires. En effet elle relance l’activité économique et relance en théorie le marché et augmente le pouvoir d’achat de tout le monde. Mais les théoriciens socialistes avanceront que le pouvoir d’achat des classes riches et les capitaux des entreprises augmenteront beaucoup plus vite que ceux des classes moyennes et pauvres, créant ainsi pour eux une frontière sociale intolérable. On a donc d’un côté une politique socialiste qui vise plutôt à égaliser le pouvoir d’achat des français quitte à tirer l’ensemble vers le bas, et de l’autre une politique libérale qui vise à augmenter le pouvoir d’achat de tous au risque de voir un gouffre social s’approfondir entre les classes. A l’heure des élections présidentielles où ce pouvoir d’achat est un sujet majeur, les électeurs auront le mot de la fin. Le bon, il faut l’espérer.


La cigale sauvera-t-elle l’économie française
Alors que 32% des français considèrent que leur pouvoir d’achat a diminué, alors que la plupart des instituts lui ont trouvé une valeur stable, la consommation de bien par les français a augmenté en 2006. Si les néo-keynésiens y voient un signe de croissance, les libéraux, tel Jacques Garello dans ce numéro de la nouvelle lettre, n’y voit rien d’autre qu’un endettement des foyers français. En premier lieu, l’économiste dissèque les chiffres de la consommation et les compare a ceux du pouvoir d’achat, dans le même temps il en profite pour expliquer en quoi cette consommation serait « un moteur de l’économie » selon les keynésien, avent de rejeter cette illusion keynésienne et d’avancer une solution libérale pour une relance économique.
1- Une hausse de la consommation
A- une hausse de la consommation bénéfique pour les keynésien
Selon les keynésiens et les malthusien avant eux, les capitalistes sont poussés par la concurrence à trop épargner sur leur revenu. En effet les inconditionnels de Keynes pense soutienne que la demande, la consommation, est le premier facteur de la croissance. L’épargne et pour eux un sacrifice de consommation, un faible vouloir de consommation. Un excès d’épargne signifie pour un keynésien une pénurie d’investissement, ou « de consommation productive. D’autre part l’épargne ne va pas faire l’objet de dépense car elle ne sera pas investie. Il n’y aura pas d’investissement car il n’y aura pas de demande. Toute la théorie économique keynésienne est basée sur un accroissement de la demande qui garantirait celui de l’économie.
B- les chiffres et leurs explications
Jacques Garello relève la forte progression de la consommation en 2006, dont un mois d’Aout avec une croissance exceptionnelle, mais aussi l’enthousiasme et l’étonnement des médias et politique. Ainsi remarque-t-il non sans ironie que le ministre de l’économie s’est précipité aux micros des journalistes pour annoncer la bonne nouvelle, celle-ci n’ayant pas été prévu par les spécialistes. Il souligne aussi, comme ses confrères dans les Echos, « la frénésie d’achat des français assez impressionnante », mais aussi le fait que cette consommation n’est pas vraiment rationnelle. En effet Garello se demande comment les français peuvent consommer plus alors que leur pouvoir d’achat stagne. Par le crédit et en puisant dans leur épargne affirme-t-il. Plusieurs facteurs seraient la cause de cette fièvre des achats : un effet de richesse en premier lieu, du fait de la hausse des prix de l’immobilier les propriétaires se sentiraient plus riches et se sentirait plus libre de dépenser, « même si leur revenu ne suit pas ». Deuxième fondement pour l’auteur, la perception de l’inflation par les français. Ils la perçoivent plus forte qu’elle ne l’est réellement. Il en résulte « une sorte de fuite de la monnaie » selon l’auteur, qui rajoute que se produit une « course aux valeurs réelles », c'est-à-dire en fin de compte une consommation exagérée par les foyers sous une contrainte imaginaire. Exagérée d’autant que la consommation ne serait pas la solution pour une croissance économique

2- Un sacrifice d’épargne et d’investissement
A- critique de la vision keynésienne
En effet, Jacques Garello, en bon disciple de Bastiat, considère qu’il est faux de voire dans la consommation la garantie d’une croissance économique. Il parle d’ailleurs « d’illusion keynésienne » pour stigmatiser cette école qui « veut faire croire que toute hausse de la demande est en soi bonne pour l’économie et créatrice de richesse ». Par ailleurs le rédacteur de la nouvelle lettre affirme que les biens achetés sont pour la plupart produit par des entreprises étrangères. C’est donc une fuite de consommation, les français ont « importé à tour de bras ». Les français se sont endettés sans en avoir fait profiter l’économie française. Témoin de ce constat pour Jacques Garello, le déficit commercial extérieur depuis 2003, qui est pour lui « le signe des faiblesses de notre économie ».
B- la solution libérale

Pour Jacques Garello, « le vrai moteur de l’économie, c’est l’investissement ». C’est une idée emprunté à tous les libéraux. En effet la constitution du capital nécessite l’investissement dans des moyens de production, dans la recherche ou l’augmentation du volume de travail. En finançant l’amélioration de l’offre, par la nouveauté du produit ou l’augmentation de sa rentabilité, l’investisseur peut améliorer son profit tout en dynamisant l’économie. Parce que comme le pense les néo-classiques depuis Say l’offre créait sa propre demande, il y aura aussi un accroissement de la consommation, mais celle-ci sera concentré sur des produits qui vendus dégageront un profit pour l’économie française au lieu d’enrichir la concurrence étrangère. Et c’est là que l’épargne joue un rôle actif dans l’économie car elle permet l’investissement. L’épargne est certes un sacrifice d’investissement et de consommation dans l’immédiat mais elle permet la plus grande rentabilité de l’investissement futur. Cette épargne est donc l’origine de l’investissement. Indirectement, c’est en épargnant que l’on augmente donc la productivité, la compétitivité des entreprises française, le volume de l’emploi, et finalement la consommation.

Mais Jacques Garello, ne s’arrêtant pas à une critique de l’enthousiasme suscité par cette croissance de la consommation. Aussi condamne-t-il les taxes et les impôts qui pèsent sur les investisseurs. D’ailleurs il ne eput s’empêcher de finir sur une touche pessimiste et satirique, en faisant référence à La Fontaine et ses fourmis, « ruinées par le fisc ».

similaire:

Td 1 semestre 2 : le comportement du consommateur iconLe comportement du consommateur

Td 1 semestre 2 : le comportement du consommateur iconRésumé Première Partie Chapitre 1 : les mutations de comportement...
«transférer» l’autonomie dont IL use dans son quotidien pour vivre ou consommer dans ses actes dans le cadre de son travail ou de...

Td 1 semestre 2 : le comportement du consommateur iconBibliographie : Revue : jcp (juriste classeur périodique)
«les obligations» Tome 1 : «l’acte juridique» (1er semestre); tome 3 (2° semestre) «le rapport d’obligation)

Td 1 semestre 2 : le comportement du consommateur iconCe système permet l’auto-évaluation du comportement et la responsabilisation...
«aïkido-cat» du comportement à l’école : s’élever dans la liberté, l’égalité et la fraternité

Td 1 semestre 2 : le comportement du consommateur iconChapitre 11 Politiques budgétaires et monétaires
«The Role of Monetary Policy»; Phelps (1967, 1968); courbe de Phillips ‘augmentée’; Nordhaus (1973) (modèle de comportement opportuniste...

Td 1 semestre 2 : le comportement du consommateur iconRecherche recherche en comportement du consommateur : Upcycling,...
«Les motivations de la consommation verte, une approche par les chaînages cognitifs», sous la direction du Pr. Pierre Valette-Florence,...

Td 1 semestre 2 : le comportement du consommateur iconConcepts fondamentaux de l’analyse economique I conférence de methode d’economie approfondie
«galop de galop» destiné à préparer les étudiants au galop d’essai de mi-semestre comme à la partie «littéraire» de l’épreuve de...

Td 1 semestre 2 : le comportement du consommateur iconUne présentation de l'aba pour ceux et celles qui veulent s'informer...
«être calme» : chacun peut avoir son propre point de vue de ce comportement alors que «rester assis» va correspondre au même comportement...

Td 1 semestre 2 : le comportement du consommateur iconAdresse Professionnelle
«le degré selon lequel le catalogue électronique facilite la capacité du consommateur à trouver son chemin») et la stimulation perçue...

Td 1 semestre 2 : le comportement du consommateur iconAvis du Conseil National de la Consommation relatif à la Protection...
«tout professionnel vendeur de biens ou prestataire de services doit, avant la conclusion du contrat, mettre le consommateur en mesure...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com