Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ?





télécharger 341.48 Kb.
titreQuel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ?
page4/7
date de publication07.12.2019
taille341.48 Kb.
typeDocumentos
1   2   3   4   5   6   7
Partenariat :

  • Faire venir les professeurs au CDI : « pas le temps j’ai mon programme », veulent-ils des propositions toutes ficelées ?

  • Travail d’équipe non existant, pas d’habitude malgré les incitations constantes des programmes. Parfois il existe des concertations pour traiter certains points du programme d’une discipline à un moment demandé par une autre discipline. On constate donc pas ou très peu de concertation en ce qui concerne l’EEDD

  • Peu de réponses au questionnaire pour les professeurs : n’était-il pas assez clair ? N’y avait-il que trop peu de temps pour y répondre ? (deux semaines) ? Avait-il été oublié ?...

Objectif documentaire

  • Quand les élèves sont au CDI, très peu de temps est consacré à l’acquisition de méthodes de recherche d’information. Je constate donc des manques sans remédiation. Espère-t-on que c’est en faisant des recherches qu’ils y arriveront ?...L’objectif documentaire est-il trop peu reconnu par les professeurs ?

  • L’absence d’horaire défini pour la recherche documentaire est un handicap, même si elle est inscrite transversalement dans beaucoup de disciplines, elle n’est pas pratiquée de manière cohérente, c'est-à-dire avec un référentiel et une progression sur les différents niveaux et en utilisant le CDI.

Pédagogiques

  • La pédagogie de projet n’est pas envisagée car elle prend trop de temps… : cloisonnement disciplinaire

  • J’ai des difficultés à prévoir une évaluation

  • L’utilisation des médias pourrait être beaucoup plus importante

  • pas de vision claire de ce qu’est L’EEDD, c’est une éducation en train de se faire, la notion de développement durable est sujette à débat, des documents ont paru au fur et a mesure de l’année sur les sites Internet pôle de ressources en EEDD


Points positifs

Matériels/organisation

  • Salle vidéo permettant de projeter des films et de recevoir des conférenciers

Partenariat avec les enseignants

  • Des professeurs ont répondu présents, le partenariat a existé, même limité

  • J’ai mené des actions sans être seule

  • Des professeurs réalisent des actions dans le cadre de leur discipline : visite de la station d’épuration en classe de 5ème et en physique, travail sur les énergies en Alsace en classe de 3ème en LCR

  • Des professeurs ne fréquentant pas souvent le CDI y sont venus : les professeurs de SVT

  • Des professeurs de français se sont aussi sentis concernés par ce thème

  • Une action est pluridisciplinaire : français + arts plastiques + documentation

  • Les professeurs auront entendu parler EEDD à diverses reprises, peut-être chercheront-ils à en faire quelque chose de plus cohérent

  • Des professeurs me donnaient de la documentation concernant des achats possibles

  • J’ai très brièvement contacté la CPE (heure de permanence) et la principale (journée banalisée et financement) pour savoir ce qu’il était possible de faire. Elles souhaitent que je présente une action cohérente, mais je rencontre un problème de temps disponible pour m’en occuper valablement

  • Des enseignants auront découvert la richesse du CDI sur cette thématique

Documentaires

  • Enrichissement du fonds : en fiction et documentaires

  • Liste de sites référents

  • Manipulation de documents au CDI

  • Exercice mettant en œuvre les différentes capacités documentaires

  • Possibilité de diagnostiquer les manques

Pédagogiques

  • Valoriser une action existante : le recyclage des papiers

  • Organisation de la venue d’une intervenante qui a présenté les enjeux énergétiques tout en faisant participer les élèves par le remplissage d’un questionnaire

  • Valorisation des réalisations des groupes d’élèves

  • Sensibiliser est déjà un (grand) pas, changer les mentalités est beaucoup plus long

  • Toucher beaucoup de personnes est positif, d’autant plus si l’impact s’élargit


3.1.2 Impact sur les élèves

Indicateur : les productions

Peu de travail est rendu à cette date. En ce qui concerne les articles rédigés par les élèves de 3ème, la plupart ont fait des efforts pour soigner la forme, certains élèves ont rencontré de gros problèmes de reformulation et d’orthographe, ils ont presque tous oubliés de référencer les documents utilisés.

En ce qui concerne la table ronde en classe de 5ème, le livre est souvent bien présenté, le thème très légèrement abordé, la présentation plus complète du thème se fera sur les panneaux. Peu de livres ont été réempruntés à la suite de la table ronde
Aucune évaluation du comportement n’est prévue : ce n’est guère possible. Celle-ci devrait se mesurer sur le long terme, avec une évaluation de départ, mais sous quelle forme ?

Le test « super-test : prends-tu soin de ta planète ? » pourrait-il être une ébauche d’évaluation ?

3.1.3 Image du professeur-documentaliste 

Le fait de s’intéresser à une problématique plus scientifique permet peut-être une autre vision du documentaliste souvent perçu comme un littéraire.

En SVT et en histoire-géographie, les enseignants traitent déjà des aspects d’EEDD, ils sont peut-être plus conscients qu’il serait nécessaire de travailler davantage en équipe.

Je me suis perçue davantage comme force de propositions et d’ouverture en travaillant avec des enseignants de français sur cette thématique.
Cette expérience me permet de me rendre compte que je ne dois pas mettre la barre trop haut, en effet « Les exigences de travail collectif, d’interdisciplinarité, d’ouverture sur le monde sont en rupture avec les habitudes historiques des systèmes français d’enseignement, on comprend donc que beaucoup hésitent. Il faudra pourtant bien y faire face et maîtriser ce monde nouveau. »21.

J’ai œuvré au premier niveau de l’EEDD qui est la sensibilisation à la fois des enseignants et des élèves. J’espère avoir semé quelques graines…
3.2 Autres pistes 

  • Mon action future :

Il est préférable de commencer par une petite action avec une classe et un ou deux professeurs motivés et laisser faire tâche d’huile si c’est « réussi ». Je prévoirai un coin EEDD dans le CDI où j’exercerai, ainsi que l’achat d’ouvrages sur l’EEDD comprenant des ouvrages pédagogiques.

Dès la prérentrée j’en parlerai pour lancer l’idée d’un petit projet pouvant s’insérer (cf. liste des exemples sur le site Eduscol) dans le projet d’établissement. Un projet pourra peut-être se raccrocher à une opération académique où les inscriptions sont encore possibles en Octobre.

Je m’informerai sur l’environnement local de l’établissement et j’apprendrai à connaître les différents partenaires possibles.

J’afficherai en salle des professeurs une sitographie concernant l’EEDD.

J’effectuerai une veille documentaire et j’informerai les enseignants sur la mise en place de l’EEDD



  • Faire le lien avec d’autres éducations

Education scientifique : éduquer aux méthodes scientifiques et relancer l’intérêt pour la science au travers de l’EEDD.

Education à la citoyenneté et à l’esprit critique : parce qu'il participe de nombreuses disciplines, l'apprentissage de la citoyenneté est propice aux approches transversales permettant d'aborder des sujets très variés : solidarité, mémoire, défense, droits de l’homme, développement durable22. L’EEDD est une éducation à l’éco-citoyenneté et comme l’éducation à la citoyenneté, elle constitue un apprentissage en termes de connaissances et de valeurs à transmettre, mais aussi de pratiques et de comportements et est déclinée à tous les niveaux de la scolarité : à l’école, dans les nouveaux programmes du primaire ; au collège et au lycée, dans le cadre de contenus disciplinaires (notamment en éducation civique et en éducation civique, juridique et sociale).

Education aux médias : l’information sur ces questions d’environnement a beaucoup progressé mais les médias ont un rôle ambigu. Il est trop souvent fait abstraction de l’incertitude scientifique et trop souvent les médias contribuent à entretenir la peur des crises environnementales et un sentiment d’impuissance face à elles. On peut les utiliser pour sensibiliser et mettre en situation d’interroger l’environnement. Mais attention la formation est plus qu’une somme d’informations. « Le professeur-documentaliste étudie et exploite les informations de la presse et les met à la disposition des élèves afin de susciter leur intérêt et de faciliter une meilleure compréhension et interprétation des faits, événements et problèmes. »23

Education aux TICE : «Le professeur-documentaliste favorise l'initiation des élèves à la lecture des documents graphiques et audiovisuels et à l'utilisation de l'informatique, en liaison avec les professeurs. »

De nombreux exemples  développés lors de l'expérimentation nationale de l’EEDD montrent que le recours aux TICE est fréquent dans les pratiques mises en œuvre, que ce soit pour la recherche des informations en ligne, pour traiter des données,  pour utiliser des animations sur une thématique donnée, ou pour communiquer les travaux des élèves (des sites référencés, des quiz, des jeux de simulation, des animations, les Systèmes d’Informations Géographiques…)

Conclusion
La mise en œuvre de l’EEDD soulève de nombreuses questions, remet en cause l’éducation telle qu’elle est conçue dans notre pays. Depuis un certain temps les textes officiels essaient d’induire des pratiques pédagogiques interdisciplinaires mais de nombreux obstacles de toutes sortes perdurent. De plus, l’EEDD implique, entre autres, l’enseignement de savoirs controversés et la promotion de valeurs, d’où de nombreuses interrogations sur le rôle des enseignants et de l’école.
Je me suis posée la question du rôle du professeur-documentaliste dans cette éducation, je le voyais comme facilitateur, initiateur de projet. Comme enseignante, j’ai cherché à créer des partenariats avec d’autres enseignants pour participer à l’éducation à l’environnement d’un certains nombre d’élèves. Ma démarche a été plus pragmatique que théorique au départ. Il s’agissait de monter des séances pédagogiques incluant des objectifs documentaires à l’intérieur d’objectifs de sensibilisation à l’environnement. L’obstacle majeur est celui du temps : temps de concertation, de réalisation du projet, d’apprentissage de méthodologies documentaires. Tout ce temps pour beaucoup d’enseignants, il n’est pas possible d’en dégager suffisamment.

Ma démarche a donc été plus de sensibilisation, il s’agissait d’une première pierre. A la fois pour me sensibiliser moi-même à cette éducation, en découvrir les enjeux, les positions possibles du professeur-documentaliste et à la fois pour toucher un maximum d’élèves.
Les élèves sont des adolescents souvent en manque de motivation pour le travail scolaire, peut-être en partie parce que celui-ci manque de sens et qu’ils ne se sentent pas responsabilisés. Monter un projet interdisciplinaire en EEDD permettrait-il de remédier à ces manques ?

L’EEDD a comme ambition de toucher les adultes aussi bien que les enfants. Dans le cadre scolaire, les élèves ayant mené des actions autour de l’environnement pour un développement durable peuvent devenir des ambassadeurs, des transmetteurs auprès d’autres élèves ou de leurs familles en présentant leur travail lors de rencontres organisées.

C’est pourquoi, avant fin juin, d’autres élèves de l’établissement pourront découvrir ce qui aura été fait par les classes avec lesquelles j’ai travaillé.
J’ai approfondi, tout du long de mon travail et de mes recherches, les différents concepts regroupés dans l’EEDD. Je me rends compte que la réalité offre de multiples contraintes et comme beaucoup d’enseignants prêts à se lancer dans l’EEDD, je ressens un manque de formation au travail en équipe, à l’interdisciplinarité, à la promotion de valeurs.

J’ai joué un rôle d’incitateur à mon échelle et déclenché de petits projets en partenariat avec des enseignants. Il me faudra encore beaucoup réfléchir et trouver des partenaires pour commencer à prendre ma place dans cette éducation. Le professeur-documentaliste a bien un rôle à jouer, dans les multiples facettes de son métier, il est là comme le garant d’une interdisciplinarité et d’une transversalité possible dans l’éducation tout en permettant l’ouverture sur le monde.
«Il s’agit de bien autre chose que d’un emballage recyclé ou d’économie, ces principes (précaution, solidarité dans le temps et l’espace, responsabilité, participation de tous) n’expriment rien moins qu’une vision du monde qui renoue avec les formes de sagesse les plus ancestrales tout en exprimant les nécessités du présent. »24

Bibliographie
- Bayard-Pierlot Jacqueline, Birglin Marie-José. Le CDI au cœur du projet pédagogique. Hachette Education, 1991

- ECOLE ET NATURE. Guide pratique d’éducation à l’environnement : monter son projet. CHRONIQUE SOCIALE, 2001.

- CHARRON Denis, CHARRON Jacqueline, ROBIN Jean-Paul. Education à l’environnement : la pédagogie revisitée. CRDP de l’académie de Grenoble, 2005

- Cahiers Pédagogiques, 2002, n°405 : L’éducation au développement

- Cahiers Pédagogiques, 2003, n°413/414 : Pratiquer les IDD, les TPE, les PPCP.

- Les dossiers de l’ingénierie éducative, 2005, n°53 : Aborder les enjeux de l’environnement

- Textes et Documents pour la Classe, 1/06/2003, n°857 : Le développement durable
- Adome. Page consultée le 26/02/2006). L'Encyclopédie Planetecologie, [en ligne]. Adresse URL : http://www.planetecologie.org/Fr_default.html
- CDDP07 académie de Grenoble. (Page consultée le 25/02/2006). Portail académique de ressources pour la mise en œuvre de la généralisation de l’Education à l’Environnement pour un Développement Durable, [en ligne]. Adresse URL : http://www.ac-grenoble.fr/cddp07/eedd/article2.php3?id_article=97
- CNDP. (Page consultée le 23/02/2006). Éducation à l'environnement pour un développement durable : Se documenter, [en ligne]. Adresse URL : http://www.cndp.fr/eedd/selectionweb/documenter.htm
- CRDP académie Amiens. (Page consultée le 23/02/2006). Pôle national de compétence Éducation à l’environnement pour un développement durable, [en ligne]. Adresse URL : http://crdp.ac-amiens.fr/enviro/index0.htm#
- CRDP académie de Besançon. (Page consultée le 23/02/2006). ÉDUCATION À L'ENVIRONNEMENT ET AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Se documenter dans le réseau CNDP/CRDP/CDDP, [en ligne]. Adresse URL :  http://crdp.ac-besancon.fr/eedd/aca.htm
- CRDP académie de Paris. (Page consultée le 23/02/2006). ÉDUCATION À L'ENVIRONNEMENT ET AU DÉVELOPPEMENT DURABLE. , [en ligne]. Adresse URL : http://eedd.scola.ac-paris.fr/
- Direction de l’Enseignement scolaire du ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. (Page consultée le 23/02/2006). Education à l’environnement pour un développement durable, [en ligne]. Adresse URL: http://eduscol.education.fr/D0185/accueil.htm

- Magdelaine, Christophe. (Page consultée le 26/02/2006). Notre-planète.info le portail Internet de référence en environnement, géographie et écologie, [en ligne]. Adresse URL : http://www.notre-planete.info/
- Médiaterre. (Page consultée le 24/03/2006). L’information mondiale francophone pour le développement durable.[en ligne]. Adresse URL : http://www.mediaterre.org/
- Meunier Olivier (Page consultée le 23/02/2006). Education à l'environnement et au développement durable, [en ligne]. Adresse URL : http://www.inrp.fr/vst/Dossiers/EEDD/sommaire.htm
- Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement et de la recherche. (Page consultée le 23/02/2006). Généralisation de l’éducation à l’environnement pour un développement durable : circulaire n°2004-110 du 8/7/2004. Bulletin Officiel, 15 juillet 2004, n°28. [en ligne]. Adresse URL : http://www.education.gouv.fr/bo/2004/28/MENE0400752C.htm
- UNESCO. (Page consultée le 23/02/2006). Education en vue du développement durable : Décennie des Nations Unies (2005-2014). Adresse URL: http://portal.unesco.org/education/fr/ev.php-URL_ID=27234&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html
Textes concernant les missions des documentalistes

- Circulaire des missions de 1986. Disponible sur Internet

http://savoirscdi.cbdp.fr/metier/textesofficiels/1980-1989/c860313.htm
- Extrait du plan de modernisation du service public de l’Education nationale : développer les centres de documentation et d’information. Note du 10 avril1991. Disponible sur Internet

http://savoirscdi.cbdp.fr/metier/textesofficiels/1990-1999/n910410.htm

Annexes


Annexe A : Généralisation d’une éducation à l’environnement pour un développement durable (EEDD) - rentrée 2004 BO n°28 du 15 juillet 2004 39

Annexe B : les étapes de la mise en place de l’EEDD en France 42

Annexe C : les méthodes pédagogiques les plus fréquemment utilisées en EEDD 43

Annexe D : s’appuyer sur des dispositifs 44

Annexe  E: Séance 6ème : questionnaire et liste des documents consultés 49

Annexe F: Séance 5ème : liste des ouvrages étudiés, fiche élève 51

Annexe  G: Séance 4ème : liste des thèmes avec les documents proposés 53

Annexe  H : Séance 3ème : fiche élève, liste des documents consultés, un travail d’élève 54

Annexe I : Test planète 58

ANNEXE A
La circulaire n°2004-110 du 8 juillet 2004, parue au BO n°28 du 15 juillet 2004, relative à la généralisation de l'éducation à l'environnement pour un développement durable

INSTRUCTIONS PÉDAGOGIQUES
Généralisation d’une éducation à l’environnement pour un développement durable (EEDD) - rentrée 2004
NOR : MENE0400752C
RLR : 525-0
CIRCULAIRE N°2004-110 DU 8-7-2004
MEN
DESCO A11



Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs des services départementaux de l’éducation nationale ; aux chefs d’établissement ; aux directrices et directeurs d’école



La présente circulaire remplace celle du 29 août 1977 (n° 77-300) et vise à donner une dimension pédagogique nouvelle à l’éducation à l’environnement en l’intégrant dans une perspective de développement durable. Elle s’inscrit dans la stratégie nationale en faveur du développement durable, adoptée par le Gouvernement en juin 2003, qui souligne le rôle déterminant du système éducatif. Elle s’appuie sur les recommandations du rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale remis au ministre en 2003 et sur les conclusions de l’expérimentation menée en 2003-2004 dans les écoles et établissements de dix académies.
L’éducation à l’environnement pour un développement durable doit être une composante importante de la formation initiale des élèves, dès leur plus jeune âge et tout au long de leur scolarité, pour leur permettre d’acquérir des connaissances et des méthodes nécessaires pour se situer dans leur environnement et y agir de manière responsable.
La prise de conscience des questions environnementales, économiques, socioculturelles doit, sans catastrophisme mais avec lucidité, les aider à mieux percevoir l’interdépendance des sociétés humaines avec l’ensemble du système planétaire et la nécessité pour tous d’adopter des comportements propices à la gestion durable de celui-ci ainsi qu’au développement d’une solidarité mondiale.
Selon le souhait du Président de la République, la Charte de l’environnement intégrée à la Constitution française aux côtés des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et des droits économiques et sociaux de 1946 implique la responsabilité de tous ; c’est pourquoi “l’éducation et la formation à l’environnement doivent contribuer à l’exercice des droits et des devoirs” définis par la Charte (art. 8).
L’environnement peut être défini comme “l’ensemble, à un moment donné, des aspects physiques, chimiques, biologiques et des facteurs sociaux et économiques susceptibles d’avoir un effet direct ou indirect, immédiat ou à terme, sur les êtres vivants et les activités humaines” (circulaire n° 77-300 du 29 août 1977). D’une façon plus générale, l’environnement est constitué de “l’ensemble des éléments qui, dans la complexité de leurs relations, constitue le cadre, le milieu, les conditions de vie pour l’homme” (Pierre George, géographe).
Conformément à la stratégie nationale, l’étude de l’environnement doit donc se placer dans la perspective du développement durable, défini comme “un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs” (selon les termes du rapport Brundtland de 1987, “Notre avenir à tous”).
Le concept de développement durable revêt une dimension éducative particulièrement riche, en ce qu’il conduit à prendre en compte :
- les différentes échelles de temps et d’espace ;
- la complexité du domaine dont les multiples composantes, interagissant entre elles, appellent une approche systémique ;
- les différents axes d’analyse scientifique qui fondent un développement durable (composantes environnementales, économiques, sociales, culturelles) ;
- la complexité des questions et des réponses envisagées, ce qui implique une approche critique et met en valeur l’importance des choix et la responsabilité de chacun dans ces choix.
L’éducation à l’environnement pour un développement durable intègre pleinement, par le regard porté aux territoires, les valeurs associées à un développement solidaire.
Cette nouvelle dimension pédagogique doit permettre de mieux identifier et d’organiser une éducation cohérente et progressive à l’environnement pour un développement durable au bénéfice de tous les élèves, sur l’ensemble de leur parcours de l’école primaire au lycée.

1 - Une éducation ancrée dans toutes les disciplines

À compter de la rentrée 2004, les élèves bénéficieront d’une éducation à l’environnement pour un développement durable qui leur assurera une formation progressive tout au long de leur cursus scolaire.
L’éducation à l’environnement pour un développement durable ne constitue pas une nouvelle discipline. Elle se construit de façon cohérente et progressive tant à l’intérieur de chaque discipline ou champ disciplinaire (entre les différents niveaux d’enseignement) qu’entre les différentes disciplines (à chaque niveau).
Elle doit donc s’appuyer :
- sur les enseignements disciplinaires dont les objectifs sont définis par les programmes scolaires, chaque discipline contribuant à l’analyse des situations avec ses contenus et ses méthodes spécifiques ; la souplesse introduite dans certains programmes et les thèmes laissés au choix des enseignants doivent être pleinement utilisés ;
- sur les croisements des apports disciplinaires préconisés dans les programmes et adoptant une approche systémique ;
- sur les dispositifs transversaux inscrits dans les grilles horaires et permettant la mise en œuvre de démarches de projets : itinéraires de découverte au collège, travaux personnels encadrés dans la voie générale des lycées, projets pluridisciplinaires à caractère professionnel au lycée professionnel. En effet, il convient également de développer l’expérience concrète et directe permettant de susciter des prises de conscience susceptibles d’engendrer des comportements responsables ;
- sur les temps de débat organisés à l’école, au collège et au lycée dans le cadre notamment des séances de “vivre ensemble” ou d’éducation civique.
À l’école primaire, l’éducation au développement durable est fondée sur l’acquisition de connaissances et de comportements ancrés dans une démarche d’investigation des problématiques liées à l’environnement. Les programmes de l’école primaire arrêtés le 25 janvier 2002 ( B.O. hors-série n°1 du 14 février 2002) fournissent de nombreuses occasions d’aborder les questions se rapportant à l’environnement et au développement durable.
Au collège et au lycée, l’ensemble des disciplines doit concourir à l’éducation à l’environnement pour un développement durable.
Outre des entrées inscrites dans les programmes d’enseignement, comme la biodiversité, les changements climatiques, la gestion des ressources..., l’environnement pour un développement durable doit intégrer certaines dimensions de l’éducation à la santé et au risque, à la citoyenneté et, plus généralement, au développement solidaire. Ainsi, les élèves seront capables de mesurer les conséquences de leurs actes sur l’environnement.

2 - Une éducation aux modalités diversifiées

Compte tenu de sa spécificité, l’environnement pour un développement durable doit reposer sur des démarches pédagogiques diversifiées privilégiant des situations concrètes qui développeront chez les élèves la sensibilité, l’initiative, la créativité, le sens des responsabilités et de l’action.
Les sorties scolaires sous toutes leurs formes (y compris les classes de mer, de neige, les classes vertes...) constituent dans cette optique un cadre particulièrement favorable. En fonction des ressources locales, les enseignants mettront en place des partenariats propres à enrichir les démarches pédagogiques. La pratique des partenariats a été largement développée dans le cadre des actions culturelles et éducatives (notamment les ateliers de culture scientifique et technique). Il conviendra donc de s’en inspirer.
Depuis 1993, date du deuxième protocole d’accord entre les ministères en charge de l’éducation et de l’environnement, la collaboration interministérielle se décline localement, avec des services déconcentrés des ministères concernés, des collectivités territoriales et locales, des institutions internationales, de grands organismes et les réseaux du secteur associatif. Les initiatives prennent les formes les plus diverses : éducation à l’environnement, politique culturelle, charte territoriale ou européenne, création de pôles de ressources spécifiques ou mise en place de formations avec des centres ou des instituts spécialisés.
http://www.education.gouv.fr/systeme_educatif/academie/default.htm
Un certain nombre d’actions éducatives conduites depuis plusieurs années en concertation avec d’autres ministères (agriculture, environnement, culture, justice) ou avec des collectivités, peuvent entrer dans les orientations présentées ici. Reposant sur l’engagement des enseignants et des élèves, elles gagneront à être inscrites au projet d’école ou d’établissement, en liaison directe avec la réflexion menée sur les enseignements.
Les ressources et partenariats, dans leur diversité, doivent contribuer à servir les objectifs d’une éducation à l’environnement pour un développement durable, tels qu’ils sont fixés par le ministère de l’éducation nationale. Au niveau national, diverses instances comme le Centre national de documentation pédagogique, participeront activement à cette démarche. Au niveau régional, dans le cadre de démarches partenariales contractuelles, seront développés des relais pour le recueil et la diffusion des ressources relatives à l’EEDD.

3 - La généralisation de l’éducation à l’environnement pour un développement durable

L’éducation à l’environnement pour un développement durable est généralisée dès la rentrée 2004. La prérentrée offrira l’opportunité de travailler, dans les écoles et les établissements scolaires, à une mise en œuvre concertée et cohérente de cette démarche.
Dans ce cadre, les équipes pédagogiques sont appelées à définir de manière collégiale des temps forts et des points d’ancrage dans chaque discipline pour construire une progression coordonnée. Dans le premier degré, le projet d’école définit, au niveau de chaque cycle, une programmation annuelle des thèmes à aborder et des projets. Au collège et au lycée, l’environnement pour un développement durable participe au projet d’établissement : sensibilisation à l’écoresponsabilité, élaboration de projets conjoints avec d’autres écoles ou établissements scolaires en France ou à l’étranger, construction de partenariats. L’investissement des personnels non enseignants renforcera la dimension éducative, favorisera la transmission intergénérationnelle et encouragera des comportements exemplaires hors de la classe.
Un document d’accompagnement pédagogique élaboré par l’inspection générale et la direction de l’enseignement scolaire apportera des éléments méthodologiques et présentera les points d’ancrage dans les programmes. La généralisation de l’environnement pour un développement durable sera également accompagnée par des actions de formation, tant dans le cadre du programme national de pilotage que dans celui des plans académiques de formation.
Les recteurs sont invités à prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la mise en œuvre de l’éducation à l’environnement pour un développement durable.


Pour le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et par délégation,
Le directeur de l’enseignement scolaire Jean-Paul de GAUDEMAR


ANNEXE B
Les étapes de la mise en place de l'EEDD en France


En avril 2003, c’est un état des lieux de l'éducation à l'environnement qui propose une stratégie d'action.

  • Colloque de la DESCO et de l'IGEN : « Eduquer à l’environnement, vers un développement durable » en décembre 2003. Ce colloque permet de dresser un état des lieux, partager les expériences et repérer les difficultés rencontrées dans les 80 établissements scolaires qui ont expérimenté cet enseignement depuis septembre 2003.

  • Création de l'Observatoire national de l'éducation à l'environnement pour un développement durable en janvier 2004. Son rôle sera d’élaborer et diffuser des programmes et des supports pédagogiques ; recueillir, valider et mettre à disposition des données scientifiques actualisées se rapportant à la problématique de l'EEDD ; recenser les activités, outils et expérimentations développés dans le cadre de partenariats entre milieux éducatifs, collectivités territoriales et société civile.

  • Colloque sur l'éducation à l'environnement vers un développement durable en avril 2004, réunissant acteurs français, francophones et internationaux pour effectuer des recommandations.

  • Mai 2004 : bilan des expérimentations pédagogiques et réunions inter académiques pour valider les recommandations qui serviront de cadre à la généralisation des démarches de l'EEDD à la rentrée de septembre 2004 dans l'ensemble des établissements scolaires.

  • Septembre 2004 : début de la généralisation des nouvelles approches éducatives en EEDD dans l'ensemble des établissements scolaires


ANNEXE C
LES METHODES PEDAGOGOQUES LES PLUS FREQUEMMENT UTILISEES EN EEDD


  • la méthode expositive de type cours magistral qui vise à transmettre un ensemble de connaissances structurées (cette méthode n'est pas adaptée aux jeunes élèves) ;

  • la méthode interrogative ou de redécouverte qui semble la plus couramment utilisée : par un jeu de questions/réponses, l'enseignant conduit les élèves à la redécouverte de savoirs (le savoir est donc structuré en dehors de l'élève) ;

  • La méthode sensible (approches sensorielle, ludique, jeu de rôle) relève plutôt de la maternelle et des premières classes du primaire (utilisée surtout pour développer le respect de la nature et clarifier les valeurs) ;

  • La méthode scientifique utilise le raisonnement analogique et la méthode hypothético-déductive : elle est pratiquée pour faciliter la compréhension des concepts de base ou pour étudier des problèmes d'environnement comme la pollution (les facteurs socio-économiques ou culturels sont souvent occultés) ;

  • La méthode de projet est généralement la méthode privilégiée pour atteindre les objectifs de l'éducation à l'environnement : elle peut être limitée à des actions ponctuelles et ciblées ou s'inscrire dans des partenariats nécessitant une coordination entre eux ;

  • Enfin, nous retrouvons la méthode d'éducation aux valeurs, comme la clarification des valeurs sous-jacentes aux décisions environnementales et celles qui vont favoriser différentes possibilités de choix environnementaux (ce qui convient à des élèves ayant une certaine capacité de raisonnement).



Consulté sur le site de l’inrp : http://www.inrp.fr/vst/Dossiers/EEDD/didactiques/ocde.htm
ANNEXE D

S’appuyer sur des dispositifs

(En partie consulté sur le site du CRDP d’Amiens http://crdp.ac-amiens.fr/enviro/index0.htm#)
IDD, TPE, PPCP

Quand ces dispositifs interdisciplinaires existent encore…il est possible de choisir une thématique EEDD

Heures de vie de classe

Public : élèves de lycée. Texte officiel en vigueur : note de service n° 99-073 du 20.05.1999.

Objectifs :

- Étudier les conditions de l’amélioration des comportements des élèves dans l’établissement et dans la classe ainsi que les conditions de l’accès à une réelle civilité.
- Permettre un dialogue permanent entre les élèves de la classe, les enseignants ou d’autres membres de la communauté scolaire, sur des questions liées à la vie de la classe, à la vie scolaire ou tout autre sujet intéressant les lycéens.

Mise en œuvre :

- L’organisation et le contenu de ces heures sont définis par le conseil d’administration après avis du conseil de la vie lycéenne. Les heures de vie de classe sont inscrites dans l’emploi du temps et doivent avoir lieu au moins une fois par mois. Le déroulement est sous la responsabilité du professeur principal ou des conseillers principaux d’éducation, avec le concours des autres professeurs et des autres membres du lycée (conseiller d’orientation, documentaliste, infirmière…).

Liens possibles avec l’éducation au développement durable :

- Ce thème peut très bien faire l’objet d’heures de vie de classe. Exemple : réflexions sur les OGM, l’effet de serre, les risques majeurs mais aussi propositions pour améliorer le cadre de vie et mieux prendre en compte l’environnement dans l’établissement scolaire, le quartier, la ville.

Les projets d’école et d’établissement

Réalisés par les membres de l’équipe pédagogique sous la coordination des responsables des établissements, leurs enjeux sont d’ordre pédagogique, éducatif et institutionnel. Pour chaque établissement scolaire, ils intègrent son histoire, son environnement et les contraintes auxquelles ils sont soumis ainsi que les atouts dont ils disposent. Ils sont élaborés dans une démarche participative des personnels associant les usagers et les partenaires extérieurs. Ils peuvent intégrer des dispositifs et des démarches spécifiques à l’éducation au développement durable.

Projets d’actions éducatives

Public : élèves du second degré. Texte officiel en vigueur : Circulaire n° 89-160

Objectifs :

- Favoriser l’implication active des élèves dans la conception, la réalisation, et l’évaluation du projet ;
- Exploiter les complémentarités entre les différentes disciplines ;
- Ouvrir l’établissement sur l’extérieur.

Mise en œuvre :

- Projet qui se veut à l’initiative d’une équipe d’élèves entourés d’enseignants et de partenaires extérieurs autour d’un sujet commun.
- Le ou les PAE sont inscrits dans le projet d’établissement.
- Une évaluation du projet est prévue.
- Cofinancement du rectorat.

Liens possibles avec l’éducation au développement durable :

- Les PAE sont des dispositifs particulièrement favorables pour développer cette forme d’éducation. En effet, les élèves sont très sensibles aux problématiques environnementales. Leur mise en œuvre s’inscrit dans une démarche de projet. Les thèmes et les partenariats possibles sont nombreux et variés. La valorisation des travaux peut se faire à l’occasion de manifestations locales, nationales voire internationales…
Une demande d’aide financière peut être demandée auprès des DIREN pour les projets « environnement » et voir à certaines collectivités.

Initié en 1987 (anciennement projets d’activités éducatives et culturelles (PACTE)). Ces projets s’appellent actuellement projet éducatif et culturel
Les classes à projet artistique et culturel

Texte officiel en vigueur : Circulaire 2001-104, BOEN : 14-06-2001

Public : une classe de l’école primaire, du collège ou d’un lycée professionnel.

Objectifs :

- Réduire les inégalités d’accès aux arts et à la culture.
- Former de nouvelles générations plus sensibles et plus cultivées.
- Faciliter l’épanouissement des enfants et des jeunes.
- Établir des passerelles entre l’école et le monde de la culture, de la recherche…

Mise en œuvre :

- Action annuelle, inscrite dans le projet d’établissement qui se déroule dans le cadre horaire des enseignements obligatoires.
- Répondre à la pédagogie de projet.
- S’appuyer sur un partenariat avec un artiste ou un professionnel de la culture.
- Les projets retenus par une commission rectorale reçoivent une subvention de l’EN et de ses différents partenaires.
- Prévoir dans la mesure du possible la restitution des travaux.

Liens possibles avec l’éducation au développement durable :

- L’étude de l’architecture, des paysages, des formes urbaines, du patrimoine…
- Certaines problématiques du développement durable peuvent faire l’objet de réflexions et de créations en arts plastiques, photographie, littérature, cinéma…

Initié le 14 juin 2001 dans le cadre du Plan de cinq ans pour les arts et la culture.
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconJuin au 13 octobre 2013, les Initiatives régionales pour l’environnement...
«prix Mobilité», «prix Economie des ressources», «prix Santé environnement», «prix Patrimoine naturel» «prix Education à l'environnement...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconRapports entre les différents groupes sociaux, y compris inter-générationnel
«éducation relative à l’environnement», éducation «au», «pour le» développement durable, sont des appellations non neutres. Le choix...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconQuelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet...
«Les compétences» de la semaine 8 du mooc «Environnement et Développement durable». Ce n’est donc pas un cours écrit au sens propre...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconTrinôme academique éducation-ihedn-defense
«Une Base de Défense dans son environnement économique : quel impact de l’activité militaire pour l’économie locale ?»

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconI. une education definie dans un contexte institutionnel
«Art. Les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. A cet effet, elles concilient la protection et la mise...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconL’un des axes prioritaires du pddd concerne l’éducation et la sensibilisation...
«développement durable» au sein des collèges intégrant ses piliers fondamentaux : équité sociale, préservation de l’environnement,...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconLa lettre du Réseau des Professeurs Relais Culture Scientifique et...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconAction innovante I15 – lycée Condorcet belfort
«Jeunes Reporters pour l’environnement» organisé par l’office français de la fondation pour l’Education à l’environnement en Europe....

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconLa difficile mise en place du Parc Amazonien Guyanais reflète-t-elle...
«Le parc amazonien, un projet de territoire pour un développement durable» a donné lieu à une confrontation entre deux approches...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconLa difficile mise en place du Parc Amazonien Guyanais reflète-t-elle...
«Le parc amazonien, un projet de territoire pour un développement durable» a donné lieu à une confrontation entre deux approches...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com