Partie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines





télécharger 166.9 Kb.
titrePartie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines
page1/8
date de publication28.11.2019
taille166.9 Kb.
typeDocumentos
  1   2   3   4   5   6   7   8

Monnaie et Financement – Partie II : Financement – Semestre 4

Partie 2 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DES ÉCONOMIES CONTEMPORAINES


I - INTRODUCTION ………………………………………………………………………………………

I.Introduction 2

II. La création monétaire 2

1) Histoire partielle de la création monétaire 2

a.La référence métallique 2

b.Des repères théoriques : 3

2) Créer la monnaie contemporaine : éléments contextuels 4

a.La monnaie contemporaine 4

b.Créer la monnaie scripturale : 6

3) Réguler la création monétaire : 10

a.Le taux de refinancement : 10

a.Les fuites : 11

b.La réserve obligatoire : 11

4) Les multiplicateurs de la base monétaire : 12

5) La BC au sommet de la hiérarchie bancaire : 12

6. Conclusion : 12

III - Inflation, déflation offre de monnaie : 13

1) Inflation et déflation : 13

a. Définition, mode de calcul 13

b.Les causes de l’inflation : 14

c. Les conséquences de l’inflation 14

d.L’inflation dans une perspective historique : 16

Conclusion : 19

2) L’offre de monnaie : 19

a. Le principe essentiel à l’analyse instrumentale : 19

b. La théorie institutionnelle : 20

3) Conclusion : 21

IV. Conclusion générale : 22

I. Les objectifs de la politique monétaire : 23

II. Les instruments de la politique monétaire : 23

1)Procédure de contrôle administratif : 24

2)Par les opérations de marchés : 24

III. Les différentes politiques monétaires : 24

1)Exemple de la PM de la BCE : 25

2)L’indépendance d’un point de vue théorique : 27

IV. Conclusion 27



PARTIE 2 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DES ÉCONOMIES CONTEMPORAINES

  1. Introduction



Le statut théorique de la monnaie ne traduit pas son influence (« la monnaie est partout ». A-t-elle un effet sur l’économie ? La quantité de monnaie influence-t-elle le développement économique ? Si oui les quantités de monnaie qui circulent doivent être contrôlées. Mais comment la création monétaire est-elle contrôlée et qui créé la monnaie ?


Indépendant du pouvoir politique



Remarques :

  • Les théories n’expliquent pas de la même façon un même phénomène

  • Ne pas faire de liens trop rapides entre théories et phénomènes

  • On identifiera clairement les phénomènes et ensuite on se penchera sur les cadres théoriques

II. La création monétaire

1) Histoire partielle de la création monétaire




  1. La référence métallique



Les monnaies métalliques en France :

  • Elles sont imposées et constituent la référence

  • Plusieurs monnaies circulent ainsi que des lettres de change

  • Innovation conceptuelle : Etalon métallique (or) (début XIX)




  • Création de la Banque Centrale (1800)

  • Bimétallisme (loi du 7 germinal an XI (28 mars 1803). Nono métallisme, 1870

  • Franc Germinal (franc Germinal, sa valeur or durera presque un siècle)

Pourquoi une banque centrale :

  • Prêter à l’Etat

  • Emettre des billets convertibles pour financer le commerce et l’industrie

Les billets ont un cours légal (1848) et la banque centrale a le privilège de l’émission. La création monétaire dépend de la quantité d’or.



15/02/2011

Les monnaies métalliques en France : le fait qu’il n’y ait qu’une seule monnaie en France est assez récent, cela fait environ 350 ans, ensuite il y a eu évolution de la monnaie. Après la révolution, on a commencé à faire de plus en plus de billets et le principe était d’avoir un franc en or que l’on a dans les caisses de la Banque et on peut changer ce franc en billet parce que ca circule plus facilement. Rapidement on n’avait pas assez d’or pour répondre à la demande de monnaie. Le billet est une dette qui circule.
A partir de 1848, il y a eu le cours légal et on ne peut plus refuser la monnaie papier car les gens n’avaient pas confiance mais elle est quand même échangeable en or. Dans le bilan de la Banque de France, on avait à l’actif de l’or et au passif de la monnaie. On va mettre à l’actif ce dont on a besoin et au passif comment on l’a acquis. Dans le bilan de la Banque de France au 19e siècle, on avait donc dans l’actif l’or. Rapidement on s’est rendu compte qu’il était difficile de se procurer de l’or et rapidement on s’est mis à émettre beaucoup de papier alors qu’on n’avait pas d’or mais les banquiers pensaient que ca fonctionnerait parce que tout le monde n’irait pas chercher son or en même temps. Mais il y a eu des petits problèmes et avant la guerre 14-18 la quantité d’or ne représentait même pas 30% de la quantité papier donc tout le monde ne pourrait pas récupérer son or. Il a donc été appliqué une loi : le cours forcé : un franc or = un franc papier mais vous n’avez plus le droit de récupérer votre or. A partir de la première guerre mondiale, on a abandonné la référence or parce qu’elle ne fonctionnait plus.
Important : avant 1ère guerre mondiale : monnaie papier = or. Après cette équivalence a été abandonné et la monnaie papier ne correspond plus à des quantités d’or.

En France, il y a eu un court épisode : le franc Pointcarré en 1928, il a réimposé la référence or mais cela n’a vécu qu’un an.

La monnaie véritablement forte c’est le dollar car de 1944 (Bretton Woods) à 1971, le dollar équivaut à l’or. Mais en 1971, on s’est rendu qu’il y avait trop de dollar pour la quantité d’or. Donc aujourd’hui il n’y a plus de monnaie qui ait de référence métallique.
Remarques :

  • Les banques centrales n’apparaissent pas toute au même moment : Suède : 1667, RU : 1664, US : 1913. Avant 1913, aux USA, il y avait différentes monnaies, les états pouvaient frapper la monnaie. Par exemple, si l’état de Louisiane avait besoin d’argent pour payer son fonctionnaire, l’état créer une monnaie spécifique à la Louisiane avec laquelle il pouvait les payer. Mais cette forme de monétarisme a posé des problèmes nationaux, il y avait des états qui possédaient beaucoup de richesses et il voulait prendre de l’indépendance par rapport à l’état central au niveau monétaire pour pouvoir jouer avec les taux de change. Ces logiques mettaient en cause l’unité nationale et le gouvernement fédéral des USA a dit stop à toutes ces monnaies en 1913 et ce fut le dollar. Le symbole de cette monnaie unique c’est 1 dollar car le 1 signifie le dollar mais aussi UNE monnaie aux USA (unification monétaire aux Etat-Unis)




  • Historiquement, les banques privées avaient le droit de seigneuriage. Exemple : la France a occupé la péninsule indochinoise, la France lui a imposé la piastre d’Indochine et la France avait donné à une banque privée le monopole de la création de la monnaie. C’était très intéressant pour cette banque privée car elle achetait sur le marché de l’argent et faisait des bénéfices avec ce monopole.


  1. Des repères théoriques :



Avant 1914, monnaie papier équivalente à l’or ou l’argent et si on voulait augmenter la masse monétaire, il fallait augmenter la masse de l’or et de l’argent. Pour certains ce système et bon mais pour d’autres non car le métal est en quantité limitée et on ne peut pas garantir la convertibilité. Quoiqu’il en soit, le fait que la monnaie soit accepté repose sur la confiance, et avec le système métallique cette confiance est basée sur le fait que le billet est traductible en or. Il faut créer la monnaie sur d’autres systèmes. Ces deux types de pensées sont :

  • La banking school avec le philosophe écossais Hume : il disait que la monnaie ne devait pas être gagée sur le métal, on devait créer la monnaie avec d’autres mécanismes




  • La currency school inspiré par Ricardo et beaucoup de classiques : ils disaient que la monnaie doit avoir une référence en métal pour avoir confiance en elle.



On voit qu’historiquement la currency school a été abandonné et c’est uniquement la banking school qui maintenant a pris le dessus.

Gresham : la mauvaise monnaie chasse la bonne monnaie. Il disait cela parce qu’il constatait que dans les économies de sa période, il n’y a que des monnaies métalliques, quand il y avait une mauvaise monnaie on voulait s’en débarrasser. Puisque les gens veulent garder de la monnaie donc ce qui circule c’est la mauvaise monnaie. Il appelle bonne ou mauvaise monnaie par rapport à la réserve de valeur (l’épargne).

  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Partie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines iconPartie I : Le rôle de la monnaie dans le financement des agents économiques

Partie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines iconPartie I : La monnaie et le financement de l’économie

Partie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines iconQuel est le rôle de l’Etat dans la régulation des économies contemporaines

Partie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines iconCours : Depuis Aristote, la monnaie est définie par les trois fonctions...
«Qu'es-ce que la monnaie et qui la crée ?», in La monnaie et ses mystère, H. S. Alter Eco avril 2015

Partie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines iconTd : monnaie et financement

Partie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines icon2ème Partie –Les représentations macroéconomiques contemporaines

Partie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines iconMonnaie et financement de l’économie

Partie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines iconMonnaie et financement de l’economie

Partie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines iconComment distinguer monnaie et financement ?

Partie 2 : la monnaie et le financement des économies contemporaines iconChapitre VI : monnaie et financement de l’economie






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com