La Lettre du Cercle





télécharger 208.86 Kb.
titreLa Lettre du Cercle
page1/5
date de publication05.07.2017
taille208.86 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5

La Lettre du Cercle


CERCLE POUR L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

Siège social : 14, rue de la Tour, 75116 PARIS

Numéro 28 – Mai 2006

www.cpat.asso.fr




Éditorial





Serge Antoine nous a quittés.

Au delà de la perte d’un ami, la disparition de celui qui, pendant 50 ans, a été l’une des figures les plus marquantes à la fois de l’aménagement du territoire et des politiques françaises et mondiales de l’environnement laisse un sentiment de vide bien difficile à exprimer.

Administrateur particulièrement actif du Cercle, Serge était pour nous tous une source permanente d’idées, une référence, un miroir qui nous aidait à réfléchir, et parfois un censeur aimable mais ferme et toujours pertinent.

Un émouvant hommage a été rendu à Serge Antoine le 30 mars dernier, à Bièvres, au cœur de cette vallée qu’il aimait tant et à laquelle il s’est tant consacré. Nous publions ici les trois textes prononcés à l’église.

Triste coïncidence, c’est en janvier dernier que la Lettre du Cercle a publié dans son numéro 27 un article intitulé « Serge Antoine, l’homme qui a dessiné les régions. Dans la rubrique « Pages d’histoire », chère au cœur de Serge qui militait depuis plusieurs années avec d’autres membres du cercle pour la création d’un Comité d’histoire de la Datar ou de l’aménagement du territoire.
Mais la vie du Cercle continue. Et nous aurons le plaisir de nous retrouver tous dans les jardins de l’avenue Charles Floquet le mardi 20 mars prochain pour notre traditionnelle et si conviviale Garden Party.

Quant à notre voyage en Belgique, nous avons dû le reporter fin septembre ou début octobre en raison de la tenue à la date prévue en juin d’un sommet européen. La nouvelle date sera très prochainement fixée.

Hervé NORA






Sommaire


editorial

Hervé NORA


1

Hommages à Serge Antoine

Jean-François THERY


2

Florence PIZZORNI-ITIE

3

Jean ECOCHARD

4

Internet : outil révolutionnaire

Anita ROZENHOLC


4

compte rendu assemblee generale

Hervé NORA


6

expose de pierre mirabaud

Jean-Marie SIMON


9

crise du logement et amenagement du territoire Jean-Paul LACAZE


10

Page d’histoire

Amenagement du golfe de Fos

Philippe BRONGNIART



13

A propos de la mise a jour du que sais-je ?

Philippe de castelbajac


14






HOMMAGES A SERGE ANTOINE

Jean-François THERY



Serge Antoine nous a quittés samedi 25 mars, jour de la fête de l'Annonciation .
Or, en vérité, c'est toute sa vie qui a été annonciation. Il n'a pas cessé d'annoncer, d'initier des ères nouvelles, des boulever-sements, de nouvelles façons de penser et de vivre.
Dès 1956, jeune auditeur à la Cour des Comptes, il définit et dessine la carte des 22 circonscriptions d'action régionale, qui donneront naissance, seize ans plus tard, à nos régions.

En 1966, avec Olivier Guichard, il lancera les Parcs naturels régionaux, au cours de cet incroyable colloque de Lurs où architectes, forestiers et agronomes, philosophes, pédagogues, urbanistes, ministres et préfets, poètes et bergers, discutèrent ensemble sous les amandiers d'une manière nouvelle de préserver les paysages, en proposant aux habitants d'inventer ensemble de nouveaux modes de développement, liant l'écologie à l'économie, au service de l'homme……
Presque quarante ans plus tard, ces parcs existent toujours, plus nombreux et plus vivants que jamais….

Il fut le principal pourvoyeur d'idées de la DATAR, dont il dirigea jusqu'au début des années 70 le service des études et de la prospective. Il fut l'animateur de la revue "2000", toute pleine des nouveaux chantiers que la DATAR ouvrait pour reconstruire et rénover la France, et qui, pendant la crise de mai 1968, élabora un vigoureux manifeste en faveur de la décentralisation (Partage des pouvoirs, partage des décisions) que nous appelions entre nous "Le petit livre rouge" ….. parce que sa couverture était rouge, tout simplement ….
Puis ce fut, à l'orée des années 70, l'orientation de la DATAR vers la prospective à long terme, les rencontres avec Hermann Kahn et Daniel Bell, et la préparation des "Cent mesures pour l'environnement", suivies de peu par la création du Ministère de l'Environnement. Dans ces deux domaines, prospective et environnement, Serge Antoine va donner toute sa mesure. C'est dans ces deux domaines qu'il va désormais déployer toute son activité d'initiateur, d'instigateur, et de créateur….


Car il était un créateur, mais d'un genre très particulier. Lorsque la Ministre de l'Environnement lui a remis sa cravate de commandeur de la Légion d'Honneur, il avait dit comme pour s'excuser : " On ne fait jamais rien, on facilite l'éclosion des choses…."
Mais c'était trop de modestie : il a passé son temps à faire des choses, à faire éclore des groupes, des institutions, souvent sans moyens, mais en s'appuyant sur des hommes passionnés, atypiques, qui lui ressemblaient .

Et tout ce qu'il a créé comme cela, par son verbe et son enthousiasme, s'est mis à vivre, s'est développé. Rien de ce qu'il a semé ne s'est perdu.….
J'ai parlé des Parcs Naturels Régionaux, il faut aussi parler de l'Institut Claude Nicolas Ledoux, qu'il a présidé pendant trente-cinq années, et,
j'en suis témoin, jusqu'à ces tous derniers jours, car les derniers mots que j'ai échangés avec lui portaient sur l'avenir de cet Institut, installé à la Saline Royale d'Arc-et-Senans.
D'un monument vide qu'André Malraux voulait rendre à la vie, avec le concours du Département du Doubs qui en est propriétaire, en s'appuyant sur une pléïade d'hommes, parmi lesquels Paul Delouvrier, Claude Gruson, Yves Malécot, Michel Parent, Pierre Schaeffer, sur une kyrielle d'entreprises parmi lesquelles Peugeot, Solvay, Apple, sur des institutions comme EDF, la SNCF, le CNRS, le Crédit Foncier, la Caisse des Dépôts et Consignations, les Banques Populaires, pour n'en citer que quelques unes, avec la Région Franche-Comté et le Département du Jura, il fit un Centre de réflexion sur le Futur, l'architecture et l'utopie, de dimension européenne et mondiale, qu'avec l'appui précieux de Michel Parent, il avait fait inscrire au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.
Il faut parler encore de tous les organismes qu'il a créés dans le domaine de l'environnement et du développement durable, du Haut-Comité pour l'Environnement au Conservatoire du Littoral, du Plan Bleu à la Commission méditerranéenne du développement durable, au Comité 21, sans oublier tout ce qu'il a lancé ici, dans la vallée de la Bièvre …

Comment faisait-il pour faire tant de choses ? Je crois que ce qu'il aimait, c'était faire exister les utopies. Il aimait lancer des dynamiques, des bouillonnements, comme il le disait lui-même "passer de l'état gazeux à l'état solide."





Tu adorais faire s’entreconnaître tes amis, tes relations. Vous provoquiez, Aline et toi, de chaleureux dîners, où on se retrouvait, presque « en famille », venant de tous les coins du monde.
Au cours de ces soirées, tu te laissais aller à raconter des anecdotes qui mettaient en scène les personnalités politiques, médiocres ou brillantes, parfois un Grand, auquel tu étais attaché parmi ces Grandes figures…Et nous comprenions tous, que sans jamais tu n’en fasses étalage, tu avais traversé ce siècle avec la chance de côtoyer les yeux grands ouverts, ceux qui le faisaient, et d’y participer activement.

Tu as eu du mal à passer le cap de l’informatique tout en comprenant sa nécessité, alors tu l’as laissé à Aline. Toi, tu as continué à rendre ton culte aux petits papiers coupés-collés-scotchés et conservés dans les dossiers.
Les monceaux de dossiers que tu laisses à Aline…que tu nous laisses…dossiers qui renferment de l’origine à l’aboutissement, quelquefois aussi à l’échec, toutes les actions correspondantes à tes idées foisonnantes… Des idées et des actions qui allaient avec la même passion, sans aucune hiérarchie, de l’engagement local à l’avenir de la planète, des panneautages publicitaires rue du petit Bièvres au sommet de Rio ou de Johannesburg….
Il y a un an, je t’ai proposé que nous prenions le temps de parler de ton travail, ton engagement, tes analyses,  tranquillement, d’enregistrer nos entretiens au fil du temps pour faire à travers tes récits une histoire d’un demi-siècle de politique environnementale et de développement durable que tu incarnais. Tu as refusé sur le coup (il fallait passer au dessus de ta modestie) mais nous y serions parvenus…On a commencé, le temps nous a pris de court, tu savais peut-être que tu nous laissais pour cela, tes chers dossiers…
Tu nous quittes aujourd’hui, nous privant de ta voix, des petits gestes touchants émouvants du quotidien. Mais le souvenir de ta présence continuera de nous stimuler. Tu étais une véritable métaphore du futur avec tes 100 idées à l’heure, et gageons que ta projection croisera la route de plusieurs générations qui relèveront le défi qui était le tien : réaliser au présent en s’appuyant sur l’histoire, des rêves pour l’avenir.

F.P.L
.


L'essentiel, pour Serge, était de se mettre en route, et la construction, peu à peu, se faisait en marchant . Il y fallait du temps, mais cela n'avait pas d'importance "J'ai toujours dit que trente ans était le temps utile pour obtenir des résultats" disait-il, lors du Trentième anniversaire des Parcs Naturels Régionaux. Son regard était toujours tourné vers le futur, vers ce qu'il faut faire aujourd'hui pour libérer l'avenir .
J.F.T




Florence PIZZORNI-ITIE



Quelques mots pour Serge….Florence
J’étais toute petite quand Serge et mon père ont été compagnons de route pour mener d’ardus combats locaux à Bièvres et dans la vallée. Le nom de Serge revenait souvent au cours des dîners familiaux. Mon père admirait Serge, j’admirais mon père…C’est dire à quels sommets olympiens je le portais…
De printemps en printemps (traduisez en Serge : de nettoyage de printemps en nettoyage de printemps ou de marche de la Bièvre en marche de la Bièvre) tu m’as proposé de participer à certains de tes engagements : Bièvres et sa vallée, la Méditerranée la culture et le développement durable et encore la Vallée de la Bièvre… jusqu’à ta dernière idée, l’almanach qui t’a préoccupé jusqu’au dernier souffle. Plus qu’un travail en commun, j’ai alors bénéficié d’un véritable enseignement – tu aurais récusé mes paroles, tu n’as jamais tenté de professer quoi que ce soit - mais te voir faire était aussi formateur que des années d’université : la redoutable efficacité de l’alliance de la méthode, de la rigueur et d’une imagination jamais mise en défaut. La certitude que l’utopie n’est utopie tant que personne ne décide de lui donner réalité. Tu avais l’énergie de réaliser l’impossible et tu aimais communiquer cette énergie à ceux que tu choisissais pour être à tes côtés.
Certains te disaient hautain, fier, froid. Tu étais le contraire, mais cette impression venait de ton autorité naturelle au sens noble du terme qui, à ton corps défendant, tenait à distance, ceux qui ne te connaissaient pas.





Et puis, il n’y a pas longtemps, sur un catamaran skippé par son fils Christophe, il était le plus souvent dans le carré, entouré de dossiers et de rapports. Ecrivait-il sur cette Méditerranée qu’il aimait tant ? sûrement.

J.E.



Anita ROZENHOLC



Internet : outil révolutionnaire ou nouvel outil pour

l’aménagement du territoire ?
La société, l’économie dans laquelle nous entrons est-elle la résultante, le fruit de ce que l’on peut appeler une révolution technologique au regard de ce que fut dans le passé une révolution technologique ou, se situe-t-elle, dans la continuité de la société industrielle ?
Mais quelles sont les technologies qui autoriseraient à parler de nouvelle révolution technologique ?
Ce sont :

1 le langage numérique universel qui s’applique à tout type d’information (visuel, oral, tactile, olfactif,…) et qui est véhiculé par l’Internet : réseau planétaire d’humains, lieu de partage et d’échange donnant accès aux informations et savoirs mondiaux C’est aussi un outil de valorisation du capital humain, une capacité donnée à chacun de s’exprimer à l’échelon mondial et la source d’un nouveau territoire culturel : le cyberespace.
2 les réseaux de télécommunications planétaires qui permettent l’instantanéité des échanges immatériels
3 les processeurs et les mécanismes de traitement de l'information qui accentuent fortement les capacités d’automatisation de pans entiers de processus de productions et qui simultanément engendrent l’exter-nalisation permanente des fonctions cognitives de l’humain : mémoire, perception….

Jean ECOCHARD



Serge et la Méditerranée
Je ne pourrais jamais oublier les moments intenses que j’ai vécu avec Serge au bord et sur la Méditerranée.
C’était tout à la fois sa simplicité dans la résolution d’actions quotidiennes et sa puissance de réflexion lui permettant de se placer à l’échelle des problèmes des Etats riverains de cette mer.
Ainsi, à l’occasion de réunions à Split ou à Barcelone du Plan Bleu et du Programme d’Actions pour la Méditerranée où j’avais la chance de l’accompagner, il se retrouvait dans le maquis des rapports des pays invités et recadrait les interventions dans une série de mesures et d’objectifs simples, toujours en symbiose avec le développement durable qu’il ne cessait de défendre.
Plus lointain dans le temps, c’était les actions entreprises pour sauver l’île de Porquerolles en la mettant à l’abri d’une urbanisation sauvage par des acquisitions foncières, grâce à des amis comme Jérôme Monod alors délégué à l’aménagement du territoire.
Très récemment, dans le cadre du Contrat de baie des rades de Toulon, un des premiers sur la côte méditerranéenne, avec celui de l’étang de Thau, il fut nommé au Conseil scientifique de cette instance afin d’intégrer le développement durable dans les quelques 150 actions de ce Contrat.
Moi-même intervenant au titre des associations partenaires de ce Contrat, j’ai pu constater la clarté de sa vision dans une approche non seulement de développement durable mais aussi « prospective » de cette région toulonnaise.
La prospective à propos de laquelle il a beaucoup travaillé, il en avait fait le nom d’un de ses bateaux, car Serge aimait beaucoup naviguer sur cette Méditerranée. Son premier bateau, un petit « Vaurien » avait un nom formé des trois premières syllabes des noms de ces trois premiers enfants : « Chrismadel ». Ce fut ensuite un beau cotre breton le «St. Maël» avec lequel nous avons abordé quelques-unes des 1000 îles méditerranéennes, dont il parlait souvent. Une anecdote : lors d’une navigation nous traversons une nappe de fuel, un cargo venait de dégazer, Serge me dit alors de le rattraper pour lire son nom et le dénoncer, il savait que nous ne pouvions le faire allant 3 à 4 fois moins vite, mais cela c’était Serge.


  1   2   3   4   5

similaire:

La Lettre du Cercle iconLa Lettre du Cercle
«l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen» avait convié le Cercle à prendre connaissance des travaux et des réflexions...

La Lettre du Cercle iconLa Lettre du Cercle
«naître, grandir, apprendre, travailler et vivre au Pays». Notons que l’évolution des comportements des français fait que «mourir...

La Lettre du Cercle iconDirigeant – fondateur / formation supérieure dans la Défense – Président...

La Lettre du Cercle iconA2T1C2-Recueillir et contrôler les documents de transport
«Lettre de voiture», IL vous demande afin de vous occuper de la prochaine livraison, de repérer les différents éléments que constitue...

La Lettre du Cercle iconBrocas, Sophie Le cercle des femmes

La Lettre du Cercle iconVoyage du cercle a marseille
...

La Lettre du Cercle iconNous gagnerons parce que nous n’avons pas d’autre choix —
«penser l’impensable afin de rendre possible l’impossible», voilà ce qu’exigerait selon lui la situation de crise. Autant vouloir...

La Lettre du Cercle iconLettre de la Pédagogie

La Lettre du Cercle iconLa lettre de l'afc

La Lettre du Cercle iconLa lettre du cdi n°06






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com