Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme





télécharger 451.17 Kb.
titreBibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme
page9/34
date de publication14.12.2016
taille451.17 Kb.
typeBibliographie
e.20-bal.com > loi > Bibliographie
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   34

b) Le spirituel




Une spiritualité de Bostonien, sûr de lui


L’église unitarienne, la mentalité bostonienne : grande certitude de soi, sentiment de sa supériorité, sentiment d’être dans la seule voie possibles des solutions ; plus de grandes questions à se poser, nous avons les réponses (= une minorité qui a un sentiment de supériorité intellectuelle dans un pays qui a un sentiment d’infériorité intellectuelle)

 Emerson est « sentencieux », il forge des formules, il affirme plus qu’il n’argumente.

Il manifeste à un haut degré cette caractéristique américaine, dont il est aussi un théoricien : être sûr de soi. Il ne faut pas le recevoir comme une attitude d’arrogance, mais comme une sorte de courage théorique (qu’on peut teinter d’un certain mépris pour les discours qui se croient obligés de tout argumenter et d’afficher leur ouverture à la discussion permanente).

Un pasteur et ses sermons


Le premier mode d’expression de Emerson est le sermon. Le sermon est un genre quasi-philosophique dans le monde intellectuel et religieux bostonien.

Le sermon suppose une certaine rhétorique, une rhétorique de chaire, dont Emerson ne se départira jamais. Il suppose aussi une dimension « performative », agir sur son interlocuteur, le changer de l’intérieur. Officiellement, c’est de religion qu’il s’agit, donc ce changement est conversion, se tourner vers Dieu, une entité externe porteuse d’un message déterminé (la Bible). Mais de plus en plus nettement c’est de réforme de soi qu’il s’agit, de vision, tournée vers le soi et vers la nature plus que vers une divinité personnelle ou transcendante. Le sermon, appel à la conversion intérieure, devient appel philosophique à une autre forme, non religieuse, de conversion intérieure.  La « spiritualité » emersonienne émerge du religieux, en provient, en conserve les formes rhétoriques, mais en sort, pour devenir pensée.


  • Démission de l’église unitarienne

(officialisée en 1832) :

car ne croit plus en certains dogmes (l’immortalité personnelle, le sacrement de la communion, l’autorité et la valeur historique de la Bible)

— mais on lui explique qu’il ne faut pas prendre les choses comme ça… Quelque chose d’essentiel d’Emerson se révèle dans ce refus du compromis, cette mise en ligne non négociable avec sa propre authenticité — car il ruine sa carrière alors qu’il a un poste de choix à Boston…

Sermon (de démission) du 17 juillet 1831 in Myerson (biblio n°12) p. 62 : le rituel a pris le pas sur le spirituel, dans l’Église

c’est l’acte de naissance d’Emerson comme penseur

intègre l’herméneutique historique de la Bible, importée d’Allemagne (Göttingen) via Harvard, et qui bouleverse la lecture étroitement « littéraliste » des églises américaines, issues de petits mouvements fondamentalistes anglais

Emerson refuse un symbolisme matériel direct (le pain et le vin), cette matérialité imposée par l’institution est néfaste pour la vraie dévotion

= la transcendance n’est plus rituelle, symbolique communautaire, scripturale, elle devient intériorité libre… et de moins en moins religieuse.

Emerson imagine une sorte de « service » (= office) dans lequel il n’y a plus ni rituel ni institutionnalisation d’une autorité….  ce sera la conférence libre, ce qu’il va pratiquer toute sa vie…
= un « spirituel » philosophique émerge du spirituel religieux.

c) La réforme intérieure





  • Le lien essentiel entre idéalisme et pragmatisme est chez Emerson, toujours, l’entreprise de réforme intérieure :

- idéalisme car c’est au nom de très hautes exigences, une quête de perfection (on a appelé sa doctrine le « perfectionnisme » moral)

- pragmatisme car il faut agir, et agir sur soi n’est pas un moins-agir, au contraire, c’est le vrai agir (les actions collectives et institutionnelles étant des actions plus symboliques que réelles)
Emerson modifie le catéchisme traditionnel : le principal devoir de l'h est sa propre culture (et non l’adoration de Dieu)

MP : la notion de "self-made saint" (David M. Robinson) est excellente … (c’est une forme de self-made man)

Emerson, « Divinity School Address », 1838


(in LoA, biblio n°10)

Emerson fait scandale en donnant à la nouvelle génération des théologiens de Harvard, au lieu d’un conventionnel discours de fin d’année (= ne disant absolument rien sur rien) une image transcendantaliste de la religion.

La christianisme a été corrompu par le rituel, devenu de plus en plus important, ce fut sa première erreur.

Il a commis sa 2nde erreur capitale en considérant que la Révélation était un message figé venu du passé alors qu’elle est le sentiment moral vivant en chaque homme. Dieu existe et il parle, il faut cesser d’enseigner qu’il a existé dans le passé (Jésus) et parlé dans le passé (la Bible).
= la « réforme religieuse » sort du religieux en devenant simple « réforme de soi »

= le transcendantalisme est la perte de la transcendance religieuse et la conquête de la transcendance intérieure



Emerson, « The transcendentalist », 1841


(trad. Essais, biblio n°2, vol. 2)
Le transcendantalisme est un idéalisme, par opposition au matérialisme qui règne, qui a l’air si solide, et qui est très fragile en réalité.

Sa vision du monde et son système de valeurs :

  • self-dependence : l’autonomie du soi (ne dépendre que de soi) – c’est la dimension d’être et de divinité en l’homme ; le monde ne lui impose rien, tout dépend du mode d’être de chaque individu

  • acceptation du miracle, de l’inspiration, de l’extase (un idéalisme romantique, très proche du religieux)

  • la loi intérieure est plus forte que toute loi écrite  la nature divine de l’homme se manifeste lorsqu’il viole la lettre de la loi (= la réforme intérieure se définit presque par son opposition à l’institution en tant que telle)

  • inspiration bouddhique (renouvelle ces thèmes)


 des individus qui actuellement « se retirent » de la société, matériellement et spirituellement (solitude, vie dans la nature plutôt qu’en ville). Ce ne sont pas des asociaux mais au contraire des êtres très sensibles, parvenus à un degré supérieur de l’humain (enfants et sages à la fois, parfaitement authentiques, exigeants envers l’humain).
Mais ils ne participent pas à la société, ils ne s’y engagent pas, aucune cause ne leur paraît suffisamment authentique pour qu’ils s’y engagent.

 une philosophie perfectionniste de l’action : N’accomplir que les actions nécessaires et adéquates (parfaites). Elles sont des moments d’accomplissement total. L’inaction est préférable à une action inauthentique.



une opportunité de rénovation de l’humain et de sa place dans le monde, dans la nature, dans le tout, un recommencement de l’humanité (= idéalisme maximal)



Emerson, « Man the reformer », 1841


Conférence à Boston (LoA, biblio n°10)

Ns sommes en théorie pleins de forces et de potentiels, mais nous trouvons un monde bloqué par les « abus » et les « dérélictions » — auxquels nous participons au moins par consentement tacite.

Personne ne se sent en charge du vrai problème posé par cette situation de toute l’époque (« the times »), chacun gère au mieux ses intérêts, délègue au maximum.
Il faudrait commencer par faire les choses soi-même (cultiver son jardin, les travaux domestiques), sentir le poids du travail, de la transformation réelle, matérielle du monde… et la satisfaction qu’elle procure (l’expérience de l’action démontre la possibilité de l’action et fait ressentir la joie de l’action). Il faudrait surtout se mettre à penser au lieu d’accumuler des biens qui sont supposés combler symboliquement le manque de pensée (lorsque nous manquons d’argent nous manquons en fait de pensée).
= un programme de réforme radicale, fondé sur la réforme intérieure


1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   34

similaire:

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconUn rapport au monde ambigu entre idéalisme et pragmatisme

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconBibliographie Sur internet
«Nord et Sud entremêlés», Haïti, le tourisme durable, face à la puissance américaine et une très grande carte intitulée la Méditerranée...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconL’esclavage fut aboli par le Treizième Amendement de la Constitution américaine
«separate but equal» («séparés mais égaux»). Elle impose pendant de longues années (jusqu'aux années 1950 et 1960) une interprétation...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconBibliographie constitution italienne (Sénato della Républica)

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconHistoire
«pays des montagnes», 50 000 km² ont une tradition ancienne d’autonomie, et ce, dès les premières années de l’U. R. S. S. Ces républiques...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconParcours «Philosophie politique, juridique et sociale»
«Philosophie» de P1, ou diplôme jugé équivalent par le Conseil de spécialité. Mention ab exigée au minimum

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconBibliographie du dossier sur la philosophie : 21 Weber et le discernement...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconNote sur l’architecture des formations préparant aux métiers de l’enseignement...
«Philosophie et philosophie du langage» r- cohabilitée avec Lyon 3 et l’ens de lyon

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconCurriculum vitae
«L’espace et le temps dans la philosophie de Henri Bergson». Jury : Professeur Raymond Ruyer et Professeur Louis Vax. Certificat...

Bibliographie b La constitution d’une philosophie américaine : idéalisme et pragmatisme iconLa Constitution structure l’État. La Constitution grecque est un...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com