Benoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance





télécharger 180.3 Kb.
titreBenoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance
page1/8
date de publication23.05.2017
taille180.3 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8

« SPE SALVI »

BENOÎT XVI OFFRE A L’EGLISE UNE ENCYCLIQUE SUR L’ESPERANCE

La vie, l’amour, la mort : c’est de cela qu’il est question, en fin de compte, quand on parle d’Espérance.

Et c’est à ces niveaux fondamentaux, que Benoît XVI situe cette 2ème encyclique qu’il consacre à une vertu théologale.

La vie, parce qu’elle n’a de sens que dans une perspective qui la sauve des impasses qui menacent ; l’amour, qui constitue à la fois l’horizon et le chemin d’un tel salut ; la mort, dont le franchissement vers une vie en plénitude, offert par Dieu en son Fils, est au cœur de l’annonce chrétienne.
Dans ce texte dense mais accessible, le pape se souvent qu’il est théologien, mais n’oublie pas qu’il est d’abord pasteur.

Son premier souci n’est pas de démontrer un corpus d’idées dans l’abstrait, mais d’inviter chacun à une rencontre : la rencontre avec le Christ, en qui réside la clé du sens de notre existence.

Une clé en forme d’Espérance. Car l’homme peut compter être sauvé de tout ce qui l’empêche de vivre, mais « c’est en espérance », rappelle

Benoît XVI citant St Paul : la foi est certitude des choses que l’on espère.

De quoi avancer, dans la vie comme face à la mort, en sachant que l’accomplissement de ce don est au-delà de la mort, là où nos fragilités et nos infirmités seront dépassées.
Ces mots rejoindront-ils ceux de nos contemporains qui ne voient que de l’absurde dan leur condition ?

La belle conviction du pape fera-t-elle entrevoir une issue à ceux qui doutent, ou se réfugient dans des espérances séculières pour vaincre le néant ?

La réponse à ces questions-là, tout aussi centrales, est dans la grâce de se découvrir personnellement aimé de Dieu.

Un amour infini puisque, selon une affirmation forte de Spe salvi, « seul l’infini peut suffire à l’homme ».
Michel Kubler


LETTRE ENCYCLIQUE
SPE SALVI
DU SOUVERAIN PONTIFE
BENOÎT XVI
AUX ÉVÊQUES
AUX PRÊTRES ET AUX DIACRES
AUX PERSONNES CONSACRÉES
ET À TOUS LES FIDÈLES LAÏCS
SUR L'ESPÉRANCE CHRÉTIENNE

 

 
Introduction
1. « SPE SALVI facti sumus » – dans l'espérance nous avons tous été sauvés, dit saint Paul aux Romains et à nous aussi (Rm 8, 24). Selon la foi chrétienne, la « rédemption », le salut n'est pas un simple donné de fait. La rédemption nous est offerte en ce sens que nous a été donnée l'espérance, une espérance fiable, en vertu de laquelle nous pouvons affronter notre présent: le présent, même un présent pénible, peut être vécu et accepté s'il conduit vers un terme et si nous pouvons être sûrs de ce terme, si ce terme est si grand qu'il peut justifier les efforts du chemin. Maintenant, une question s'impose immédiatement: mais de quel genre d'espérance s'agit-il pour pouvoir justifier l'affirmation selon laquelle, à partir d'elle, et simplement parce qu'elle existe, nous sommes rachetés? Et de quel genre de certitude est-il question?
La foi est espérance
2. Avant de nous consacrer à ces questions, aujourd'hui particulièrement fréquentes, nous devons écouter encore un peu plus attentivement le témoignage de la Bible sur l'espérance. De fait « espérance » est un mot central de la foi biblique – au point que, dans certains passages, les mots « foi » et « espérance » semblent interchangeables. Ainsi, la Lettre aux Hébreux lie étroitement à la « plénitude de la foi » (10, 22) « l'indéfectible profession de l'espérance » (10, 23). De même, lorsque la Première Épître de Pierre exhorte les chrétiens à être toujours prêts à rendre une réponse à propos du logos – le sens et la raison – de leur espérance (cf. 3, 15), « espérance » est équivalent de « foi ». Ce qui a été déterminant pour la conscience des premiers chrétiens, à savoir le fait d'avoir reçu comme don une espérance crédible, se manifeste aussi là où est mise en regard l'existence chrétienne avec la vie avant la foi, ou avec la situation des membres des autres religions. Paul rappelle aux Éphésiens que, avant leur rencontre avec le Christ, ils étaient « sans espérance et sans Dieu dans le monde » (cf. Ep 2, 12). Naturellement, il sait qu'ils avaient eu des dieux, qu'ils avaient eu une religion, mais leurs dieux s'étaient révélés discutables et, de leurs mythes contradictoires, n'émanait aucune espérance. Malgré les dieux, ils étaient « sans Dieu » et, par conséquent, ils se trouvaient dans un monde obscur, devant un avenir sombre. « In nihil ab nihilo quam cito recidimus » (Du rien dans le rien, combien souvent nous retombons),[1] dit une épitaphe de l'époque – paroles dans lesquelles apparaît sans ambiguïté ce à quoi Paul fait référence. C'est dans le même sens qu'il dit aux Thessaloniciens: vous ne devez pas être « abattus comme les autres, qui n'ont pas d'espérance » (1 Th 4, 13). Ici aussi, apparaît comme élément caractéristique des chrétiens le fait qu'ils ont un avenir: ce n'est pas qu'ils sachent dans les détails ce qui les attend, mais ils savent de manière générale que leur vie ne finit pas dans le néant. C'est seulement lorsque l'avenir est assuré en tant que réalité positive que le présent devient aussi vivable. Ainsi, nous pouvons maintenant dire: le christianisme n'était pas seulement une « bonne nouvelle » – la communication d'un contenu jusqu'à présent ignoré. Dans notre langage, nous dirions: le message chrétien n'était pas seulement « informatif », mais « performatif ». Cela signifie que l'Évangile n'est pas uniquement une communication d'éléments que l'on peut connaître, mais une communication qui produit des faits et qui change la vie. La porte obscure du temps, de l'avenir, a été ouverte toute grande. Celui qui a l'espérance vit différemment; une vie nouvelle lui a déjà été donnée.
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Benoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance iconL’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité»
«l’Amour dans la Vérité». IL a voulu ainsi apporter sa contribution à la réflexion sur la situation mondiale dans le domaine social...

Benoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance iconJ’ai été durant les jours du Noël 2011 impressionné par le nombre...

Benoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance iconEn pleine lumière : carnets spirituels par Christiane Rancé, Albin Michel (2016)
«religion» qui serait associée à la violence et artificiellement séparée de la vie. Dialoguant avec les penseurs de la démocratie...

Benoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance iconJe voudrais seulement les alerter, et alerter tous les hommes de...
«principes non négociables» pour l’avenir de notre société (Cf. Benoit XVI, discours aux participants au Congrès du Parti populaire...

Benoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance iconOuvrages individuels et collectifs
«Crise rurale en Nouvelle Castille à la fin du xvi° siècle : le cas de Bargas, Cobeja, Orgaz et Los Yebenes» in Mélanges de la Casa...

Benoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance iconBenoit Mario Papillon, Ph. D
«Law and Finance» avec une attention particulière aux législations sur l’insolvabilité, avril, Industrie Canada (Bureau du surintendant...

Benoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance iconDossier de demande de subvention
«mobilité» qui structureront l’offre «mobilité» dans sa globalité sur notre territoire. Ces actions devront apporter une réponse...

Benoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance iconLe programme «Développement et amélioration de l’offre de logement»...
«Développement et amélioration de l’offre de logement» regroupe les aides dites «à la pierre», qui visent à favoriser la mise sur...

Benoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance iconB/ Théorie de la rente différentielle
«toute offre crée sa propre demande». IL dit : «une offre de produit est une demande simultanée de produits» (ce n’est pas la même...

Benoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance iconI. L’Eglise Orthodoxe et sa catholicité : points convergentes
«ne pas parler du tout». Historiquement, l’Eglise a commencé à l’utiliser dès le deuxième siècle, en relation avec les circonstances...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com