Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane





télécharger 32.62 Kb.
titreManuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane
date de publication08.01.2017
taille32.62 Kb.
typeManuel
e.20-bal.com > loi > Manuel
Histoire Seconde Professionnelle Bac Pro 3A

Le premier empire colonial français XVI° – XVIII° siècles

Sujet n°3


Le premier empire français :
ses origines, ses caractéristiques, ses remises en cause.



  1. Pourquoi construire un empire colonial ? (1 heure)




  • motivations politiques

Il s’agit de montrer les rivalités de la France, au XVIème et au XVII° s., avec les autres puissances européennes (Espagne, Hollande, Angleterre) en Amérique et en Asie et la volonté affirmée de la France de concurrencer ces puissances colonisatrices plutôt que de conquérir de nouveaux territoires.

Aux Antilles, zone stratégique, il faut créer des colonies de peuplement à objectifs militaires pour rivaliser sur terre et sur mer avec les Espagnols et les Anglais

 Carte de l’empire colonial dans la mer des Caraïbes. Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane, Hatier International, p. 13.


  • motivations économiques et mercantiles

Au XVIIe siècle, la monarchie développe une vaste politique coloniale afin d’obtenir à bon marché ce que la France ne produit pas (sucre, café, bois et métaux précieux, épices …). De plus, une partie des productions coloniales est exportée et enrichit ainsi le royaume.

Pour mener cette politique, Louis XIV crée les Compagnies à charte, véritables sociétés d’état, aux multiples privilèges comme par exemple l’exemption des taxes, le monopole des relations commerciales entre la métropole et une région donnée, pour une production donnée, dans une période déterminée (exclusivité ou monopole exclusif).

 Carte de la politique coloniale de la France au début du XVIIIème siècle, Manuel Tout simplement Hist-Géo Education civique de 4ème technologique, Hachette Education, p. 14.

Ex : Contrat signé entre des actionnaires de la Compagnie des îles d’Amérique en 1635 qui prévoit l’obligation et l’exclusivité d’acheter tout le tabac produit en Guadeloupe pendant six ans à prix fixe.

L’océan Indien devient, dès 1664, le territoire de la Compagnie des Indes Orientales dont les objectifs dépassent la simple vocation commerciale ; l’océan Atlantique devient celui de la Compagnie des Indes Occidentales.

Ces compagnies ont aussi une mission civilisatrice.

Au XVIIIe siècle, les produits tropicaux venant des colonies deviennent à la mode en Europe (café, tabac, cacao, coton, plantes tinctoriales avec l’indigo).


  1. Comment s’organise l’empire colonial ? (3 heures ?)




  1. La plantation

Partir d’un exemple de colonie (Guadeloupe, Réunion, …).

Choix d’un plan d’habitation (ex : la plantation de canne à sucre Galbaud du Fort à Saint Domingue en 1753) pour montrer l’organisation manufacturière et sociale de l’habitation sucrerie.

L’organisation manufacturière a pour but de produire, de transformer et de vendre le produit fini en métropole.

- Voir les lieux liés aux différentes étapes de la transformation de la canne à sucre (moulins, chaudières, purgeries, étuves, distilleries). Economie de plantation.

- Plan de l’habitation organisé en fonction de la hiérarchie sociale (maîtres/esclaves) et en fonction des différents catégories d’esclaves (nègres-domestiques, nègres-jardins, nègres attachés à la production). L’organisation sociale de la plantation est le reflet de société coloniale (les propriétaires des grandes habitations sont des blancs, la main d’œuvre est essentiellement composée d’esclaves noirs).



  1. La traite des Noirs

Les Africains sont plus résistants que les Indiens, que les engagés.

 Jean Meyer, Esclaves et négriers, texte « Dans les plantations », Gallimard, 2007, p. 58. Annexe : Texte 1

De ce fait l’Afrique devient un réservoir de main d’œuvre favorable d’autant plus qu’elle est bien située géographiquement.

Comment s’organise la capture ? Par la guerre principalement : guerres localisées, opérations de conquête, rafles…

 Gravure « Captifs devant le roi », Le Grand livre de l’esclavage, des résistances et de l’abolition, Ed. Orphie, p. 17.

 Jean Meyer, Esclaves et négriers, texte « L’arrivée en Afrique (…) », Gallimard, 2007, p. 36.

Annexe : Texte 2

Qui sont les principales victimes ? Des prisonniers de guerre, des raflés, des criminels mais aussi des pauvres qui se vendent pour survivre

 Jean Meyer, Esclaves et négriers, texte « Des caravanes d’esclaves affluent vers les rades négrières », Gallimard, 2007, p. 37.

Annexe : Texte 3


  1. Le voyage

La traite française se fait dans le cadre du commerce triangulaire : Europe-Afrique-Amérique-Europe. Au XVIIIème siècle, le port de Nantes occupe la première place concernant la traite négrière dont il s’est fait une spécialité. Bordeaux, La Rochelle et Saint-Malo jouent aussi un rôle non négligeable. A cette époque, la France se situe parmi les principales nations négrières avec l’Angleterre, la Hollande et le Portugal.

 Carte de la Doc. Photo n° 8032, « Les traites négrières XVIème-XIXème siècles, p. 3, carte à simplifier, ôter les traites internes ; ou Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane, Hatier International, Carte p. 15.
La traversée (les conditions de vie à bord)

Nombreuses gravures présentant l’entassement des esclaves, les conditions de vie effroyables à bord des navires négriers.

 Gravures de Brooks (1789) : Doc. Photo n° 8032, pp. 44-45 ; Gravure de 1835, pp. 32-33


  1. Le statut de l’esclave

L’esclave est apparenté à une véritable marchandise, un animal, le « bois d’ébène ».

Le statut juridique des esclaves dans les colonies françaises est réglementé par le « Code Noir » de Colbert, Edit de mars 1685 promulgué sous Louis XIV. Ce texte est composé de 60 articles qui règlementent les conditions de vie et de travail des esclaves considérés comme de véritables meubles dans les plantations.

 Nombreux extraits, Jean Meyer, Esclaves et négriers, Gallimard, 2007, pp. 98-99.
3) Quelles sont les remises en cause au XVIIIe siècle ? (2 heures)

Etude de cas : Saint-Domingue 



Face à l’oppression des blancs, les formes de résistance sont multiples : travail lent, mal exécuté, sabotage ou la fuite souvent temporaire de l’habitation (marronnage). La forme extrême de résistance est la révolte. Les premières révoltes s’étant produites à Saint-Domingue dès 1754 sont conduites par des esclaves marrons. La deuxième révolte d’août 1791 s’est transformée en véritable guerre de libération et d’indépendance sous l’impulsion de l’ancien esclave affranchi Toussaint Louverture. Le mouvement profite alors de l’agitation créée par les idées héritées des philosophes des Lumières, des débats autour de l’abolition et de la convoitise des Etats-Unis, de l’Espagne et de l’Angleterre. Abandonnant les alliances contractées avec les puissances étrangères et ralliant la République française, TL met en place, en 1801, un petit Etat autocratique dans lequel néanmoins la servitude est abolie et l’égalité garantie pour tous. Mais ce pouvoir et l’homme déplaisent au premier consul Bonaparte. Celui-ci envoie, en fin 1801, le général Leclerc pour reprendre Saint-Domingue. Capturé en juin 1802, TL est emprisonné en France, au fort de Joux (Jura), où il meurt en avril 1803. Ses deux lieutenants poursuivent victorieusement la lutte armée. Le 1er janvier 1804, l’indépendance de Saint-Domingue devenue Haïti est proclamée.

Haïti est le seul Etat, alors, dans lequel l’esclavage est effectivement aboli. Cette conquête de la liberté étant avant tout le résultat d’une succession de révoltes d’esclaves.

Gravures extraites du Grand livre de l’esclavage, des résistances et de l’abolition, Ed. Orphie :

- Massacres de français à Saint-Domingue

- Pendaison d’un officier français

- Portrait de Toussaint Louverture

- «La fin » de Toussaint Louverture


4 ) Contextualisation :

Dans le reste des colonies, les révoltes d’esclaves n’ont pas conduit à la liberté. C’est le combat politique, philosophique et idéologique conduit en Europe et aux Etats-Unis depuis la fin du XVIIème siècle qui va conduire de manière plus lente aux lois d’abolition de la traite dans un premier temps, puis de l’esclavage.

Quelques dates à retenir :

1788 : Fondation, à Paris, de la Société des Amis des Noirs

1794 (4 février) : La Convention vote l’abolition de l’esclavage

1802 : Rétablissement de l’esclavage par le premier consul Bonaparte

1848 : Abolition définitive de l’esclavage dans les colonies françaises à l’initiative de Victor SCHOELCHER.

2001 (10 mai) : Loi Taubira : La traite et l’esclavage sont reconnus comme crimes contre l’Humanité.
ANNEXES
Texte 1 :

(…) Les planteurs avaient essayé les Indiens d’Amérique, mais ce fut un échec : ils ne résistaient pas au choc microbien brutal dû à l’arrivée des Européens. On fit ensuite venir des ouvriers ou des colons blancs en utilisant le système des « engagés » : des pauvres, recrutés par un marchand qui leur paie le voyage et quelques vêtements, s’engagent à travailler aux colonies pendant sept ans au service d’un maître. S’ils survivent, ils reçoivent une petite propriété. L’engagement est très proche de l’esclavage et la mortalité des engagés très forte, car les propriétaires, sachant qu’ils ne conserveront pas indéfiniment cette main-d’œuvre, l’exploitent jusqu’à la mort.

La dernière solution des planteurs se révélera être la « meilleure » et la plus rentable : utiliser un stock d’esclaves noirs africains, habitués aux climats tropicaux, peu chers et facilement renouvelables (…)
Texte 2 :

(…) Le capitaine se présente, rappelle qu’il est un sujet du roi de France. Il tend à l’Africain les présents qu’il lui a apportés : eau-de-vie, manteaux galonnés d’or, tricorne à plumet, parasols aux couleurs vives à franges d’or. On aborde ensuite les choses sérieuses. On débat du nombre d’esclaves, de leur prix. Le marin de service remet le nombre convenu de tonneaux d’eau-de-vie, d’étoffes, de fusils, de barils de poudre, de cauris (petits coquillages qui servent de monnaie). Alors le roi donne au yavogan l’ordre d’annoncer l’ouverture de la traite. Le gongon, une sorte de cloche, carillonne aux oreilles du peuple l’ouverture du marché aux esclaves(…)
Texte 3 :

(…) D’où viennent-ils, ces hommes et ces femmes à l’air hagard, promis à un si terrible sort ? La première source, c’est la guerre. Ou plutôt les razzias. Une tribu en attaque une autre, s’abat à l’improviste sur des villages endormis. Qui n’a pas été tué et emmené, encadré de guerriers l’arme au poing : les captifs sont amenés à la côte pour être vendus.

Après viennent les condamnés pour crime, vol, dettes, enlèvement, etc… Parfois même, des familles entières sans ressources, mourant de faim, s’offrent comme esclaves à un maître qui les nourrira en échange.

Les marchands noirs ou arabes sillonnent les terres, souvent à plusieurs centaines de kilomètres de la côte, leurs caravanes d’esclaves affluent vers les rades négrières où mouillent les prisons flottantes des Européens (…)

BIBLIOGRAPHIE
Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane, Hatier International, 2006.

Manuel Tout simplement Hist-Géo Education civique de 4ème technologique, Hachette Education

Jean Meyer, Esclaves et négriers, coll. « Découvertes », Gallimard, Novembre 2007

Le Grand livre de l’esclavage, des résistances et de l’abolition, Ed. Orphie

Olivier PETRE-GRENOUILLEAU, Les traites négrières, La Documentation Photographique n° 8032, 2003
Prolongements possibles :

Prosper MERIMEE, Tamango, Biblio collège, Hachette, N°66, 2007

similaire:

Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane iconBonjour à tous et une très bonne année à tous ceux qui ont fait le...

Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane iconSylvie schweitzer, Les inspectrices du travail, 1878-1974. Le genre...
«Hexagone». Les colonisés- des Antilles, de la Guyane et de la Réunion en passant par l’Afrique, la Nouvelle –Calédonie ou l’Indochine-...

Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane iconCalendrier prévisionnel 22
«valorisation touristique». L'application que nous devons produire aidera à la réalisation interactive de commentaires de textes...

Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane iconCalendrier prévisionnel 13
«valorisation touristique». L'application que nous devons produire aidera à la réalisation interactive de commentaires de textes...

Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane iconMexico : les contrastes de l’espace urbain (photographie manuel Belin...
Le développement des entreprises privées multiplie les emplois hauts et moyens, puisque ici se trouve à la fois la clientèle riche...

Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane iconHist ch1 Croissance et mondialisation

Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane iconConsultation du public sur la demande du permis exclusif de recherches dit «Permis Cigaline»
«Permis Cigaline», dans le département de Guyane, a été déposée par la Société de Travaux Publics et de Mines Aurifères en Guyane...

Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane iconConsultation du public sur la demande du permis exclusif de recherches dit «Permis Bernard»
«Permis Bernard», dans le département de Guyane, a été déposée par la Société de Travaux Publics et de Mines Aurifères en Guyane...

Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane iconLe manuel évoqué est le manuel Nathan Janin-Mathieu, édition 2011

Manuel Lycée Hist-Géo, Antilles Guyane iconProposition correction composition de geo du 11/02/2014






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com