Petit Manuel à l’usage de la France d’en bas





télécharger 458.52 Kb.
titrePetit Manuel à l’usage de la France d’en bas
page2/12
date de publication04.12.2019
taille458.52 Kb.
typeManuel
e.20-bal.com > loi > Manuel
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12


III) Les retraites 23

A- Passage au crible de la réforme Fillon ; public, privé, même combat 23


B- Quelques points de vue fort pertinents… 32

1- Cotisons dans la bonne humeur ! (J-P Piriou, économiste, maître de conférence à l'université Paris I Panthéon) 32

2- Voici pourquoi monsieur Raffarin, nous allons nous opposer à votre réforme. (Pierre Bitoun, sociologue et Anne Carpentier, journaliste et chef d’entreprise). 33

3- L’enjeu des cotisations patronales (Bernard Friot, professeur de sociologie à l'Université Paris X Nanterre) 34

ANNEXES

1- Un petit QCM pour se désintoxiquer, contrôler et compléter votre lecture… 35

2- Une page de science-fiction : une journée à l’école de 2010, si nous ne réagissons pas aujourd’hui 37

3- Le Canard enchaîne nos ministres de l’Education préféré dans leurs mensonges… 39

4- Préambule de la constitution et textes légaux sur le droit de grève 39

I) Le système éducatif en chiffres ou « qui veut noyer son chien l’accuse de la rage »

A- Le coût du système

I)1- La part de la Dépense  Intérieure d'Education (DIE) dans le PIB : pas si cher que cela !...

Chiffres et graphiques sont disponibles sur le site du ministère à la page : www.education.gouv.fr/dpd/etat/ind1b.htm.

La part de la DIE dans le PIB était la même (6,3%) en 1974 et en 1990, a augmenté d’un point de 1990 à 1992, et n’a cessé de baisser pendant les dix années suivantes ! Or est-il logique de laisser ainsi diminuer les dépenses alors que le nombre d’élèves scolarisés et le nombre de diplômés s’est considérablement accru ? De même, est-il logique de hurler au gaspillage, de prétendre qu’on dépense trop alors que manifestement ces dépenses n’ont pas été inutiles mais au contraire indispensables à une tentative d’absorption démocratique la massification ?

Enfin, notre système n'est vraiment pas le plus cher du monde! Nous ne dépassons même pas d’un point la moyenne des pays membres de l’OCDE, et le taux du Danemark est de trois points plus élevé que le nôtre ! Les Etats-Unis dépensent beaucoup plus que nous… Notre système éducatif doit affronter la massification ; on devrait donc dépenser plus qu'avant… Or les dépenses ont baissé malgré ce contexte ! C'est donc clair que l’on nous brade le système scolaire sans nous révéler vraiment pourquoi on veut nous faire croire -à tort- qu'il faut réduire les dépenses et que notre système est trop cher.

Il pourra être intéressant de mettre ces chiffres en perspective avec les résultats de l’étude récente de l’OCDE disponible dans la partie II. Y a-t-il corrélation entre les dépenses d’éducation et la réussite des élèves ?...

I)2) Massification et démocratisation : évolution du nombre d’élèves, d’étudiants, de diplômés.



Evolution du nb d'élèves et d'étudiants effectifs en milliers
Source : MEN in Données sociales 1999, Insee, 1999, p. 41
Cité dans Nouveau Manuel de SES, La découverte, page 378.






+9% de 80 à 97 dans le second degré

+28% de 75 à 97 dans le second degré

+78% de 80 à 97 dans le supérieur

+147% de 75 à 97 dans le supérieur



c'est indéniable le nombre de bacheliers a augmenté

source du graphique ci contre:


dernier numéro de "l'état de l'école" publiée annuellement   par la Direction de la Programmation et du Développement (dépendant du ministère de l'éducation nationale)

Or, une étude menée au Royaume Uni le prouve : Le nombre d¹élèves par classe est un facteur crucial de réussite scolaire. LA MASSIFICATION DOIT S’ACCOMPAGNER D’UNE DEMOCRATISATION IMPOSSIBLE A METTRE EN ŒUVRE SANS MOYENS
Les enseignants en sont convaincus : des classes moins nombreuses favorisent la réussite scolaire. Pourtant, cette évidence n¹en est pas une. Il existe très peu d¹éléments statistiques permettant de confirmer cette impression largement répandue. Les ministres, engoncés dans leurs carcans budgétaires, s¹empressent de mettre en avant les travaux des pédagogues pour nous dire : " la réussite dépend de la qualité du prof, pas de la taille des classes ". Sous la direction du professeur Peter Blatchford, une équipe de chercheurs britanniques vient de briser ce tabou. Leurs résultats, auprès d'enfants de l'école primaire, sont impressionnants: En mathématique, on observe une amélioration des résultats dès que le nombre d¹élèves passe en dessous de 25. En lecture, une réduction du nombre d¹élèves de 25 à 15 représente un gain d¹une année pour les enfants les ³moins bons² et un gain de cinq mois pour tous les autres. Cela signifie que la réduction de la taille des classes permet non seulement d¹obtenir de meilleurs résultats pour tous, mais aussi de réduire considérablement les écarts entre enfants. Dans la perspective d¹une démocratisation de l¹enseignement ce constat est évidemment d¹une importance extrême.
Une analyse plus détaillées ainsi que le texte complet en anglais sont disponibles sur le site Internet de l¹Appel pour une école démocratique. http://users.skynet.be/aped

La taille des classes est déterminante dans la réussite des élèves !
L'étude américaine STAR (Student Teacher Achievement Ratio), l'une des rares recherches réellement scientifiques sur l'impact des effectifs des classes sur la réussite des élèves (une cohorte de 11.000 élèves suivis durant plus de 12 ans)dévoile des résultats fracassants !
STAR établit de manière irréfutable trois faits essentiels.
1) La réduction de la taille des effectifs scolaires dans les premières années d'enseignement est bel et bien un facteur crucial de réussite scolaire (toutes choses restant égales par ailleurs).
2) Les effets d'une réduction de la taille des classes dans les trois premières années d'école sont durables et semblent même augmenter au fil des années d'étude ultérieures.
3) La diminution de la taille des classes permet de réduire considérablement les écarts entre enfants de différentes origines sociales (autrement dit ça rend le système plus démocratique).

Par exemple, STAR a montré que le passage de 25 à 15 élèves au début de l'école primaire réduisait de 54% la différence entre blancs et noirs dans les examens d'accès à l'enseignement supérieur.
Découvrez sur  http://users.skynet.be/aped une description détaillée de l'étude STAR, de ses conclusions ainsi que de nombreux liens vers des documents et des sites relatifs à cette recherche.

I)3) évolution du nombre des personnels… (source : ibid.)

Les chiffres le prouvent : les élèves sont de plus en plus nombreux dans le secondaire et le supérieur. C’est ce que l’on appelle la massification du système. Or, on constate qu'entre 1975 et 1998,  si le nombre d'élèves a augmenté de 28% dans le second degré et de 147% dans le supérieur, en revanche, celui des personnels a seulement augmenté de 15%. Signalons d’autre part que cette évolution du nombre d’enseignants s’est accompagnée d’un changement de leur nature. Ainsi les rectorats recourent-ils désormais massivement aux contractuels et vacataires pour remplacer les titulaires. Ceci évidemment s'associe à une déqualification et une précarisation croissantes des personnels que l'on peut voir à tous les niveaux, ATOSS, surveillants, enseignants...

Le journal de 20h sur TF1 le 27 mai 2003 faisait état d’une augmentation importante des personnels sur les cinq dernières années contre une réduction du nombre d’élèves dans le même temps. C’est un fait. Mais ce rattrapage ne fait-il pas figure de « miettes », en regard du retard accumulé que montrent les chiffres précédents ?

B- Art pédagogique : Prends quelques idées préconçues et tords-leur leur cou !

1- les absences des professeurs.

d'après: INSEE première n° 606 de septembre 98

http://www.insee.fr/FR/FFC/DOCS_FFC/ip606.pdf

Une étude de l'I.n.s.e.e. donne pour les professeurs un "taux d'absence pour maladie ou accident" de 1,6% contre 3% pour l'ensemble des salariés et 2,2% pour les "cadres de la fonction publique". Extrait du commentaire accompagnant le graphique ci après

"Parmi les professions intermédiaires, celles de la santé et du travail social sont les plus absentes pour cause de maladie ou d’accident alors que celles de la fonction publique et des entreprises se retrouvent au même niveau. En revanche, les instituteurs sont les moins absents "

"Globalement, il n’apparaît pas une grande différence entre le secteur public et le secteur privé."

pourcentage de salarié ayant travaillé moins que d'habitude pour maladie ou accident en 1998

public privé par secteur d’activité par catégorie socioprofessionnelle (public privé mélangé)

administrations nationales 2,5 cadres et professions intellectuelles supérieures 1,5

collectivités locales, hlm 3,5 professions intermédiaires 2,3

sécurité sociale 3,5 employés 3,2

entreprises nationales 2,7 ouvriers 3,5

privé 2,9
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Petit Manuel à l’usage de la France d’en bas icon2007, Eric Rémy, Les Tribulations d’un petit bourgeois chez Babou
«Les pauvres ont besoin des prix bas, les riches adorent les prix bas !» Trujillo

Petit Manuel à l’usage de la France d’en bas iconPetit manuel simplifié pour comprendre la mondialisation

Petit Manuel à l’usage de la France d’en bas iconRéunion de rentrée du date classe de cp b de
...

Petit Manuel à l’usage de la France d’en bas iconPetit point historique sur les politiques du logement en France (cf chronologie en annexe)

Petit Manuel à l’usage de la France d’en bas iconLe manuel évoqué est le manuel Nathan Janin-Mathieu, édition 2011

Petit Manuel à l’usage de la France d’en bas iconCahier des charges pour la location d'un immeuble communal à usage...

Petit Manuel à l’usage de la France d’en bas iconScript les hommes greniers
Bonjour et bienvenue c’est ici que nous habitons. C’est ici que j’habite avec mon fils et c’est tout petit. Mon fils et moi nous...

Petit Manuel à l’usage de la France d’en bas iconA les premières contestations pendant l’entre-deux-guerres
«indigènes» se rendent compte que la guerre a affaibli les «métropoles». Ex : en 1940, Belgique, France, Pays-Bas vaincus en quelques...

Petit Manuel à l’usage de la France d’en bas iconReich, L’économie mondialisée 10
«Considérer l'avenir non plus comme une chose décidée et qui petit à petit se découvrirait à nous, mais comme une chose à faire»....

Petit Manuel à l’usage de la France d’en bas iconAu lendemain de la seconde guerre mondiale, la situation économique...
«l’union occidentale» (France, Royaume Uni, Pays Bas). Cette alliance est déjà la base d’une démarche politique qui aurait pu aller...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com