Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe





télécharger 67.89 Kb.
titreDu grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe
page3/3
date de publication12.12.2016
taille67.89 Kb.
typeRecherche
e.20-bal.com > loi > Recherche
1   2   3

L’exode des capitaux, baromиtre de la confiance des possйdants
Les difficultйs qu’йprouve le monde arabe а йdifier un dйveloppement йconomique qui satisfasse les attentes de la population en se fondant sur une activitй saine et durable ne proviennent pas d’un manque de liquiditйs. On йvalue au bas mot а 400 milliards de dollars les sommes dйtenues par des nationaux arabes dans les banques occidentales. Cet exode de capitaux perdus pour l’investissement sur place n’est pas non plus gйnйrateur de revenus rapatriйs dans le monde arabe. Certes, des investissements йtrangers croissants ciblent le monde arabe, mais les deux phйnomиnes ne s’йquilibrent pas en quantitй et ne sont pas de mкme nature.

La fuite des capitaux arabes a en effet deux causes principales :

  • d’une part la constatation que l’absence d’Etat de droit rend tout investissement vulnйrable aux spoliations, quelle que soit la gйnйrositй des codes d’investissement adoptйs ;

  • d’autre part la crainte d’un bouleversement politique qui serait le fait non plus comme durant la guerre froide d’un basculement « socialiste », mais plutфt d’une subversion « islamiste ». D’ailleurs, dans ce contexte, les menaces les plus prйoccupantes sont celles de mesures de rйtorsion internationales contre les rйgimes hostiles aux intйrкts occidentaux.

Certes, la rentabilitй du capital investi dans ces conditions de distorsion du marchй est supйrieure а celle habituelle dans les pays soumis а une rйglementation (droit du travail, droit sur l’environnement…), assorti de contrфles et de prйlиvements fiscaux plus sйvиres ; mais les crйneaux ouverts а l’investissement sont limitйs par les contraintes йvoquйes. La prйoccupation majeure est le retour rapide sur investissement : il ne peut s’obtenir que dans des opйrations commerciales souvent spйculatives, des investissements dans le commerce de distribution, l’immobilier de location ou le secteur touristique.

On peut donc avancer que les possйdants du monde arabe sont souvent des exilйs virtuels, dont l’essentiel de la fortune est dйjа а l’abri, sous forme d’achats immobiliers ou de prises de participation dans des entreprises occidentales : les leзons des monarques dйchus finissant leur vie en exil, de l’invasion du Koweпt, de la Rйvolution Islamique en Iran ou mкme des krach financiers du souk Al-Manakh, de la BCCE ou de l’Intra Bank n’ont pas йtй oubliйes.
L’aprиs 11 septembre : une nouvelle donne pour l’йconomie arabe ?
Les йvйnements du 11 septembre 2001 ont eu pour effet d’introduire mйfiance et suspicion dans les relations entre l’Occident et ses partenaires arabes. Des contrфles approfondis des mouvements de personnes et de capitaux en provenance du monde arabe furent instaurйs en particulier aux Etats-Unis. La crainte de voir lever la discrйtion de mise sur l’origine et sur l’utilisation de certains fonds, l’angoisse du gel des avoirs dans les banques amйricaines et europйennes provoquиrent chez les possйdants arabes une panique. En quкte de havres sыrs, ceux-ci se repliиrent donc sur le monde arabe, oщ а tout prendre hommes et capitaux n’йtaient pas soumis а des mesures vexatoires de la part des autoritйs, mais au contraire bienvenus.

On vit ainsi Beyrouth retrouver son rфle d’antan comme place favorite des placements en provenance du Golfe, ce qui entraоna un regain du tourisme et des investissements immobiliers, jusqu’а la guerre de l’йtй 2006. Amman et mкme Le Caire bйnйficiиrent йgalement de ce redйploiement, tandis que dans le Golfe mкme, а cфtй de la place financiиre off-shore de Manama, Dubaп йmergeait enfin comme place financiиre d’envergure, avec l’ouverture d’un Dubai Stock Exchange au succиs fulgurant. La spйcificitй de cette place financiиre est qu’elle ne se contente pas de drainer des capitaux arabes, mais qu’elle ambitionne d’atteindre а une importance planйtaire, et que des fonds colossaux sont investis dans l’йconomie locale, en particulier dans l’immobilier et le secteur touristique en plein boom.

Mais les fonds arabes s’orientent aussi vers les nouvelles places des pays йmergents, de prйfйrence islamiques : la Malaisie fut ainsi une terre d’investissement privilйgiйe jusqu’а ce que la crise asiatique de 1998 mette un coup d’arrкt temporaire а cet engouement, dйmontrant que le climat des affaires n’йtait pas indiffйrent а un environnement culturel et religieux familier et accueillant. Les capitaux arabes s’investissent aussi massivement sur tout le pourtour mйditerranйen dans des projets immobiliers ou touristiques d’envergure, qui assurent une rotation rapide de l’argent investi et permettent aussi а l’occasion le blanchiment de fonds de provenance illicite.

C’est sur cette toile de fond oщ on a cherchй а mettre en relief les traits saillants de l’йconomie arabe, que s’inscrivent les volontйs tantфt concurrentes, tantфt conjuguйes de l’Union Europйenne et des Etats-Unis de stabiliser et de canaliser le destin du monde arabe par le biais de l’йconomie. Il est encore trop tфt pour prйdire l’issue de ces pressions qui s’exercent le milieu des annйes 90. C’est dans un contexte d’espoir de paix israйlo-arabe, au lendemain des accords d’Oslo et de la Confйrence de Madrid, que la communautй internationale s’est engagйe dans un processus de nйgociations avec les dirigeants arabes pour « normaliser » leurs systиmes йconomiques. Pour l’Union Europйenne, l’idйe sous-jacente а la Confйrence de Barcelone en 1995 йtait d’amarrer ces йconomies comme partenaires mineurs, dans le cadre d’accords de libre-йchange. Mais les programmes MEDA censйs rйformer les administrations, dynamiser le secteur privй, renforcer le rфle de la sociйtй civile, etc. sont restйs largement lettre morte. Quant aux pays qui, comme la Tunisie, ont signй un accord de libre-йchange, ils attendent avec angoisse la fin de la pйriode transitoire qui laissera leurs йconomies йmergentes sans dйfense face aux importations en provenance de l’Union Europйenne.

Avec des visйes plus modestes et plus pragmatiques, un dialogue s’est nouй autour de la Mйditerranйe Occidentale entre riverains du Nord et du Sud. La gйomйtrie de ces discussions est variable selon les circonstances politiques, autour du schйma de base 4 + 5. La coopйration йconomique reste cependant largement bilatйrale pour les quatre pays du Nord concernйs, Italie, France, Espagne et Portugal, et fortement empreinte d’enjeux politiques et sйcuritaires.

Les Etats-Unis, avec leur projet « Middle East and North Africa » (MENA), poursuivent la crйation d’une vaste zone de libre-йchange, intйgrant le monde arabe dans un ensemble incluant la Turquie et Israлl. L’idйe stratйgique de ce projet est de faire accepter Israлl par ses voisins, en suivant une approche йconomique, avec l’arriиre-pensйe, йmise naguиre par Shimon Pйrиs, d’un Marchй Commun entre Israлl et ses voisins, oщ Israлl reprйsenterait, selon son expression, « la tкte » et les pays arabes « les jambes ». Mais ces visйes aux relents racistes ne semblent pas prendre corps rapidement : les rйsultats concrets, en dйpit de la collaboration de la plupart des rйgimes arabes (confйrences de Doha, du Caire, de Rabat..) se font attendre, et les opinions publiques sont de plus en plus rйticentes devant toute initiative israйlo-amйricaine, depuis l’invasion de l’Irak et le dйmantиlement de l’Autoritй palestinienne. Entretemps, de nombreux pays de la rйgion ont adhйrй, en ordre dispersй, а l’OMC, mais avec souvent des mesures conservatoires en matiиre de libйralisation et d’ouverture de leurs йconomies et surtout de conformation aux normes exigйes de bonne gouvernance, de transparence et de dйveloppement durable.

Tant par ses modes de fonctionnement interne, que par sa prise en compte par ses partenaires internationaux, on peut donc bien parler d’une йconomie arabe. Mais celle-ci, loin de constituer un bloc dynamique en quкte d’homogйnйisation et de complйmentaritй, assis sur une volontй politique commune et un soutien dans l’opinion, n’est en aucune maniиre porteuse d’un projet, а la diffйrence des autres ententes rйgionales qui structurent de plus en plus la mondialisation йconomique planйtaire, de l’Asie du Sud-Est а l’Amйrique du Sud. Ce n’est pas lа le moindre des paradoxes que l’ensemble rйgional qui paraоt le plus soudй par son histoire, sa culture et la reprйsentation que s’en font ses habitants, soit le plus disloquй et incohйrent face aux dйfis de l’йconomie du XXIиme siиcle.
1   2   3

similaire:

Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe iconCours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l'uniformisation...
«L'exception française»: entre ignorance de la problématique de la mondialisation culturelle et engagement extrême 35

Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe icon«Le grand changement de paradigme : du capitalisme de marché aux...
«Le grand changement de paradigme : du capitalisme de marché aux communaux collaboratifs») (3)

Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe iconBibliographie D’histoire économique contemporaine de l’aquitaine
«bibliothèque de recherche» du Centre aquitain de recherche en histoire moderne et contemporaine, devenu au tournant du xxe siècle...

Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe iconL’ideologie en économie elle existe car on a deux paragdigme principaux...

Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe iconCongrès Marx International V section Etudes Féministes Atelier 7...

Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe iconLa nouvelle societe du cout marginal zero. Que retenir pour une education...
«Le grand changement de paradigme : du capitalisme de marché aux communaux collaboratifs») (3)

Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe iconNiveaux d’explications du «printemps arabe»
«Printemps arabe» fait référence au «Printemps des peuples» de 1848 auquel IL a été comparé. Ces mouvements révolutionnaires nationaux[...

Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe iconGdr cnrs «emma» (Economie Méditerranée Monde Arabe)
«Le partenariat euro-méditerranéen : construction régionale ou dilution dans la mondialisation ?»

Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe iconTraducteur et interprète de conférence, franco-espagnol-arabe
«une vie pour l’art» sur la vie et les œuvres de l’artiste peintre marocaine Meriem Mezian (espagnol-arabe, 250 pages) pour le compte...

Du grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine : а la recherche du paradigme de l’йconomie arabe iconLa science politique et le monde arabe : d’une relation problématique à un savoir problématisé
«naturelles». Afin que la science politique arabe, ou sur le monde arabe, complète son parcours, IL faudrait que les objets dont...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com