Bureau du Premier Ministre





télécharger 362.54 Kb.
titreBureau du Premier Ministre
page1/6
date de publication27.11.2019
taille362.54 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6



INCLUDEPICTURE "http://www.ht.undp.org/_assets/fichier/article/2-4.jpg" \* MERGEFORMATINET
Bureau du Premier Ministre

Garry CONILLE
DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE

« PEP LA PA KA TAN’N ANKO »

  1. octobre 2011



TABLE DES MATIERES


  1. INTRODUCTION

  2. CAHIER DES CHARGES DES ELUS

  3. PACTE DU BIEN-VIVRE ENSEMBLE

  4. LES URGENCES DE L’HEURE

  5. LES QUATRE PILIERS DU PRESIDENT MARTELLY

    1. Education

      1. Les défis actuels

      2. L’urgence de la scolarisation universelle

      3. De nouvelles voies pour l’enseignement professionnel, l’enseignement supérieur et la recherche

    2. Etat de droit

      1. Instauration de l’Etat de droit

        1. Le Système Judiciaire

        2. La PNH

        3. Le Système pénitentiaire

        4. Ordre de route et calendrier pour les 100 premiers jours

        5. Défense et protection civile

        6. Renouvellement des institutions démocratiques

      2. Politique sociale

        1. La protection sociale

        2. La santé

        3. La politique de population et de développement

        4. Femme et Famille

        5. Jeunesse et Sports

    3. Emploi et création de richesse

      1. La stratégie

      2. Agriculture et milieu rural

      3. Tourisme

      4. Logement et reconstruction.

      5. Vêtement et industrie légère.

      6. Culture et industries créatives et culturelles.

    4. Environnement

      1. La fracture environnementale

      2. Les réponses à la vulnérabilité

      3. Le développement transfrontalier

    5. Energie

      1. Mines et ressources énergétiques

      2. Electricité




  1. POLITIQUE ETRANGERE




  1. VOIES ET MOYENS

    1. Reforme de l’Etat et Décentralisation

    2. Budget




  1. CONCLUSION


1-INTRODUCTION

Prezidan,

Manm biwo yo,

Onorab Palmantè,

Jodi-a, nan moman ke tout pitit peyi dayiti ap tan’n yon soulajman anba tribilasyon yap viv, ap tan’n ke yon gouvenman repon yo e di yo: nou la, nou avek yo, Mwen menm ke nou fèk aksepte bay konken chen responsabilite sa-a, mwem di nou tout Onè respè.
Se menm salitasyon sa a ke mwen voye pou tout ayisyen, fanm kou gason, nou reprezante nan chanm Depite a, kelke swa kote li ye nan peyi a, osinon tout lot kote yo ye sou la tè.
Ayiti manman nou ap tann yon chanjman ,

lap tan nou koupe fache avek jan bagay yo ap fet depi lontan,

Lap tan nou komanse refè figi’l pou pitit li ka viv byen

Nou tout ap tan’n devlopman sa-a kap fè nou santi nou fyè viv nan Ayiti sila
Sa map fè la jodi a ? Poukisa mwen vin pran la parol devan nou an  ?

Si mwen la jodi a, se paské Prezidan Repiblik mande’m pou m vin pote kole ak li pou pwomès li te fè pep Ayisyen nan kanpay elektoral la rive ateri nan kat kwen peyi a
Mwen se pitit peyi a tankou nou tout. Mwen pa ta kapab kanpe lwen lè Prezidan an mande’m vi’n pote kole ak li e avek tout lot otorite nan peyi a pou pep la ka ranpote la viktwa sou mizè ak malsite.
Avek eksperyans pa’m nan peyi a ak lot bo dlo, mwen aksepte bay Prezidan-an kout men sa-a.

Mwen aksepte sitou paske mwen toujou travay ak tout kè’m pou peyi’m, kelkeswa kote mwen ye, isit kou lot bo dlo, depi mwen sòti fakilte medsin nan lane 1993. Sèvi peyi’m se you vokasyon pou mwen, se sa fanmi’m te aprann mwen e se yon dewa apre tout sa peyi mwen fè pou mwen
Onorab palmentè,

Si mwen la jodi-a tou, se paske nou tout te kanpe doubout, jou ki te 16 septan’m pou nou di wi nou dako ak chwa sa a, paske nou konte sou gouvenman sa-a pou pwomès pa nou yo ateri tou nan tout sikonskripsyon peyi dayiti.
Nou tout nou konen e nou dako ke « pwomès se dèt ».
«ONORAB PALMANTE, PEP LA PA KA TAN’N ANKO».

Chay la lou, mwen kon’n sa; Men lè gen linyon ak bon volonte, « pa gen chay, ki pa gen twokèt »

Mwen konnen yon Premye Minis pap ka fè anyen, si Prezidan an pa avek li, si li pa gen nan palman-an depite ak senate avèk li pou akonpaye’l nan pran ansan’m tout bon lwa ak desizyon, pou kontrole sa gouvenman ap fè, si li pa gen yon bon ekip minis ki pral jwen’n bon fomil e ki pral aplike politik gouvenman-an deside .
Nou konen jan sa difisil lè 2 fanatik 2 ekip foutbol diferan ap diskite yon ak lot, alewè pou moun ki gen ideoloji diferan, ki gen visyon diferan kap eseye reflechi sou ki pi bon direksyon pou peyi-a pran. Men pou yon peyi avanse, li bezwen tout pitit li, ke li an’dan, ke li deyo.
Se nan chita ansan’m, nan brase lide, san lese frape, men’m lè nou pa wè bagay yo men’m jan, ke nap fini pa jwen bon jan solisyon, solisyon natif-natal pou nou repran’n dwa granmoun’n nou tout bon, e pou nou tabli lavi miyo nan peyi-a.
« ONORAB DEPITE, PEP LA PA KA TAN’N ANKO».
Mwen vini devan nou jodi-a pou mwen di nou sa mwen kwè ak sa mwen vle fè ansanm ak tout minis gouvènman an.
Mwen vini mande nou pou nou travay ansanm ak gouvenman-an, pou nou kwape grangou, kwape lamizè, kwape chomay, pandan nap fè tout sa nou kapab pou nou ankouraje kreye travay, voye tout timoun lekol, proteje pep la nan tout rakwen peyi-a ak remete leta sou pye li.
Mwen vini devan nou jodi-a pou’m di nou m’tande prezidan-an, m’tande nou, m’tande sosyete sivil la, m’tande pati politik yo, m‘tande konpatryòt mwen yo. Nou tout nou di’m men’m bagay :

« FOK SA CHANJE POU PEP-LA, PEP LA PA KA TAN’N ANKO».

Onorab Palmantè,
Mwen pwofite pandan mwen la devan nou-an pou mwen remèsye nou paske nou te fè’m onè asepte chwa Prezidan Repiblik la pou mwen te ka vini jodi-a prezante nou deklarasyon politik jeneral mwen-an.
Onorab depite, pep la pa mande nou anyen ki imposib : li mande nou Travay, sekirite, edikasyon gratis, bon swen lasante, bon jan wout ak lapwòpte, elektrisite, dlo potab, yon bann bagay lot peyi bay popilasyon yo depi digdantan .
Jodi-a fok chak ayisyen mande tet li pou kisa leta ak sosyete a pa rive fe sa.
Pou sa ka fèt, nou dwe gen lòd ak disiplin ; nou bezwen solidarite you’n ak lot, ak indepandans 3 pouvwa leta yo, nan respè you’n pou lot.

Mesdames, Messieurs les Parlementaires,
Je suis devant vous aujourd’hui, répondant à l’exigence d’un rituel constitutionnel et du protocole républicain. Je m’honore de me présenter en cette enceinte vénérable, témoin des grands débats nationaux sur la marche des affaires de l’Etat, pour faire l’exposé de ma déclaration de politique générale.
Cela fait pratiquement cinq mois que le nouveau Président a pris les rênes du Pays et la population attend toujours l’installation d’un gouvernement.
La Nation, la Classe Politique, la Société Civile, les organisations de base, la paysannerie, les commerçants, toutes les strates de la Société Haïtienne sont à bout de patience. Elles attendent que de nouveaux soleils se lèvent et luisent à l’horizon de leur vie, marquée trop longtemps par les pénuries, les insatisfactions, l’insécurité, la faim, la pauvreté, le chômage, bref les carences et les insuffisances de toute nature.
Si ces cinq mois représentent, certes, des opportunités manquées particulièrement dans un contexte post-crise, ils confirment ce que nous savons tous : Haïti, notre pays, souffre d’un déficit de dialogue social et d’outils modernes de résolution des grands problèmes nationaux.
Après deux essais infructueux qui ont creusé les impatiences et exacerbé les agacements, le Parlement a bien voulu me gratifier d’un vote favorable, ce qui me vaut l’honneur de me présenter devant vous, Honorables Parlementaires, pour ma déclaration de politique générale.
Je prends occasion de ce moment de communion avec la nation entière pour remercier publiquement à nouveau tous ceux et toutes celles qui m’ont accordé leur confiance et leur soutien au cours de la première phase du processus. La Nation leur saura gré de l’avoir aidée à sortir des affres de l’attente et éloigner le spectre d’une crise qui menaçait d’hypothéquer son avenir.
Du haut de cette tribune, j’adresse un remerciement particulier à Son Excellence le Président de la République, Monsieur Michel Joseph Martelly, pour le choix qu’il a fait de moi comme premier Ministre et le soutien sans faille qu’il m’a accordé tout au long du processus de ratification.

Avec son appui, je pars d’un pied ferme et assuré, dans l’accomplissement de cette mission patriotique en faveur du peuple haïtien.
Avec lui et conjointement avec vous, représentants légitimes des populations des différentes circonscriptions électorales du pays, je me lance avec enthousiasme dans la quête de lendemains meilleurs pour une nouvelle Haïti revivifiée et revigorée.
J’ai entendu beaucoup d’entre vous s’interroger sur les raisons qui ont pu porter un haut fonctionnaire international à laisser les garanties et la sécurité d’une vie professionnelle sans histoire, pour se lancer dans ce qui pourrait être qualifié d’aventure à l’issue incertaine.
A cela, j’ai une seule réponse : j’aime profondément, passionnément mon pays et je suis prêt à tous les sacrifices pour apporter ma modeste contribution à la construction d’un avenir meilleur pour mes frères et sœurs.
Depuis vingt ans, comme une plaie douloureuse et incurable, je porte dans ma mémoire et dans mon âme le regard de la petite Katia, une adolescente tombée enceinte à 14 ans, qui m’a dit à l’hôpital Deschapelles où je travaillais : « Docteur, mes parents sont morts, je n’avais pas le choix, j’avais faim et je ne pouvais plus payer mes études ». Ce regard de détresse et un sentiment d’impuissance n’ont cessé de me poursuivre, de hanter mes nuits.
Et pour elle, Katia, ainsi que pour des milliers de jeunes qui réfléchissent à leur avenir et perdent espoir face à la situation actuelle du pays, je ne pouvais me soustraire à cet appel à servir, cet appel auquel, en me précédant, vous avez répondu en sollicitant le vote et la confiance de vos mandants pour occuper vos postes de Représentants du Peuple aujourd’hui.
Le défi à relever est immense. Cependant, bien imbu des engagements électoraux du Président de la République et de sa volonté inébranlable de changement, et bien imprégné de vos profondes réflexions et positions sur la conduite des affaires de l’Etat, j’ai déjà le sentiment que je bénéficierai de tout votre soutien dans le cadre des orientations à imprimer à l’action gouvernementale, en concordance bien sûr avec les priorités nationales.
Je me présente devant vous pour vous exposer les grandes lignes de l’action gouvernementale qui seront mises en œuvre pour matérialiser l’AGENDA POLITIQUE sur lequel le Président de la République a gagné la confiance du peuple haïtien.

2-LE CAHIER DES CHARGES DES ELUS

Au cours de nos longues et fraternelles conversations, j’ai recueilli et confirmé le dramatique inventaire des problèmes et besoins exprimés par vos mandants. C’est sur la base de cet inventaire-diagnostic, de la prise en compte du panier de vos promesses, que j’ai établi, toujours avec vous, Honorables Parlementaires, le tableau et le chronogramme du traitement énergique qui convient aux maux du pays et que nous allons appliquer ensemble, jour après jour, dans les mailles d’une collaboration qui ne peut être que fructueuse, parce que étroite, honnête et sincère.
Avec vous, en effet, j’ai parcouru patiemment les départements et les circonscriptions dans une traque objective et minutieuse des déficiences et des priorités. Permettez-moi de vous rappeler brièvement ce qu’ensemble nous avons retenu.
Les Elus du Sud insistent sur plusieurs priorités en accordant une préséance absolue à la construction d’un port et d’un aéroport internationaux, capables de donner à ce département une nouvelle dimension touristique et commerciale, et même de servir de relais à d’autres installations portuaires, souvent trop encombrées, des pays voisins.
La deuxième priorité évoquée se réfère à un reboisement intensif et immédiat du Pic Macaya. Une telle entreprise peut constituer la panacée salutaire contre le ruissellement des eaux de pluie et les crues des rivières qui inondent périodiquement les plaines, engloutissent les récoltes, détruisent vies et biens. Une intervention urgente doit porter sur la rivière Les Anglais, la rivière de Port-à-Piment, la rivière Randel, la Ravine du Sud, qu’il importe d’endiguer en amont et sur lesquelles il faut construire des ponts pour assurer la perméabilité de la région en tout temps. C’est hier encore, les 8, 9 et 10 octobre, que d’immenses dégâts ont été enregistrés après seulement deux jours de pluie : il y a donc une action urgente à porter sur cet environnement.
On retient également la revendication tout à fait légitime et logique, partagée par les Elus du Sud et de la Grand’Anse, de désenclaver la côte occidentale de la presqu’île, en reliant les deux départements par la bretelle Port-à-Piment – Tiburon jusqu’à Les Irois, afin de rejoindre le tronçon Jérémie – Les Irois. Dans ce même ordre d’idée, l’attention est sollicitée sur l’axe routier de Carrefour-Joute Port-Salut en passant par St Jean – Aux Ananas – Roche Jabouin.
Les élus du Sud sollicitent également l’installation d’un campus universitaire pour fixer la jeunesse dans son terroir et soulager la bourse des parents. Ce souci rejoint d’ailleurs la préoccupation de la plupart des départements. Et bien entendu, un tel projet ne se conçoit pas sans électricité et autres services de base, sans une multiplication d’écoles au niveau du fondamental comme du secondaire. A cet égard, je m’engage tout de suite devant vous à réaliser le vœu du Président de la république de doter chaque section communale d’une école, chaque commune d’un lycée et d’une école professionnelle.
Le Sud ambitionne à bon droit de devenir un pôle touristique. A cet égard, un recensement des sites est envisagé. L’accent est mis sur l’escalier des 500 Marches, la grotte Marie-Jeanne de Port-à-Piment, Gelée, Ile à Vache, Port-Salu t...
De nos entretiens avec les Elus du Nord, il est ressorti les priorités suivantes :

  1. Un Aéroport international, à Madras ;

  2. La construction et l’entretien des tronçons de Route : Gonaïves – Cap-Haitien, Hinche - Barrière Batan ;

  3. La réhabilitation des barrages de Caracol (section communale de Grande-Rivière du Nord) et de Latanerie pour une électrification de tout le département.

  4. La mise en fonction du Campus Universitaire et du Parc Industriel, en chantier ;

  5. l’urbanisation et l’assainissement de Milot pour un tourisme rentable.

  6. L’accélération des travaux dans la Ville du Cap.

Le Nord, zone touristique indiscutable, a besoin d’agents touristiques bien formés, d’une protection accrue du patrimoine historique. Le Bord de Mer du Cap doit être aménagé et la ville nettoyée et assainie pour lui restituer son aspect attrayant d’antan.
Les Elus du Nord-Est n’ont pas cessé d’insister sur la nécessité

  • d’installer des Tribunaux de 1ère instance au Trou du Nord et à Ouanaminthe ;

  • de moderniser les infrastructures de services publics et d’urbaniser les villes frontalières considérées comme porte d’entrée du pays ;

  • de mettre en valeur les espaces agricoles disponibles en particulier les 39 000 hectares de Madras à la plantation Dauphin ;

  • de réhabiliter la route Ouanaminthe – Mombin Crochu – Pignon (par Mont Organisé, Carice, Vallières) – Perches – Terrier Rouge jusqu’à Fort Liberté.

Dans le Nord-Ouest, l’agriculture occupe 48% de la population alors que moins de 5% des terres sont irriguées. De plus, les paysans ne bénéficient d’aucun accès au crédit agricole, ni d’encadrement technique dans un département intensément affecté par la déforestation. 192 kilomètres de côtes sont livrées à une activité de pêche pratiquée de manière rudimentaire. Pas d’école professionnelle, mauvais état des établissements scolaires, pas de cantines, manque de centres de santé, de service ambulancier. Aucune implantation de l’ISPAN en dépit de l’existence de nombreux sites touristiques naturels et historiques.
Le Nord-Ouest doit devenir une zone-pilote pour l’exploitation de l’énergie éolienne. Le vent est une richesse naturelle, il ne s’achète pas et souffle en permanence sur ce département ouvert sur le Canal du Vent. Une telle expérience peut servir de modèle pour les autres régions du pays qui ont tant besoin d’électricité pour réussir la décentralisation et le développement durable. Nous retenons également :

  • La construction de la route nationale de Carrefour Joffre à Port de Paix, de Port de Paix à l’Anse à Foleur, au Môle Saint-Nicolas, à Jean-Rabel, à Baie de Henne ; ce projet inclut la construction de ponts, et cela fait trop longtemps que les populations et les Elus le demandent ;

  • La construction d’un port maritime au Môle Saint-Nicolas ;

  • La construction d’un barrage hydro-électrique sur les Trois Rivières à partir de Bassin Bleu pour l’électrification ainsi que pour l’arrosage des plaines des Moustiques, de Cabaret et de Lacoma ;

  • La réhabilitation des systèmes agricoles dans la vallée des Trois Rivières.

  • La construction de dispensaires, d’hôpitaux et d’écoles.

Au département du Centre, les distingués Elus se préoccupent à bon droit du développement frontalier, des infrastructures agricoles et surtout de l’électrification. Ce département possède un patrimoine énergétique incomparable : Péligre et Onde Verte. N’est-il pas légitime que la population de ces lieux se lamente de ne pas en jouir suffisamment ? C’est de bonne justice que le courant émanant du Centre éclaire le Centre d’abord.
85% des populations vivent de l’agriculture sur des terres qui s’érodent dramatiquement.
Les élus du Centre ont aussi attiré notre attention sur d’importantes déficiences à combler, entre autres, le faible niveau de scolarisation seulement de 37%, le manque d’infrastructures sportives, le manque de crédit agricole et la défaillance du système d’irrigation.
Les Elus du Sud-est ont noté le drame de la déforestation abusive, des inondations périodiques, un manque navrant d’encadrement technique aux paysans, pour la plupart planteurs de café. Les priorités de ce département ont été clairement identifiées par les parlementaires à savoir :

  • L’endiguement des rivières

  • l’appui aux structures locales de production

  • le désenclavement de la route côtière, des Côtes de Fer à Anse à Pitre, du tronçon Jacmel-La Vallée-Bainet

  • la construction de la nationale # 4 de la Croix des Bouquets aux Anses à Pitre

  • la construction du Centre universitaire du Sud-est,

  • la construction d’un barrage hydroélectrique sur la cascade de Pichon pour alimenter le Bas-Sud-Est, de Belle-Anse jusqu’aux Anses à Pitre.


D’autres priorités ont aussi été identifiées par les parlementaires :

  • le désensablement du port de Jacmel pour en faire une installation internationale.

  • La construction d’un pont sur la Rivière de Pérédo

Pour la Grande-Anse, nous avons noté comme priorité des priorités l’installation d’un système hydro-électrique, pour électrifier tout le département, pour soutenir la petite et moyenne entreprise, assurer la conservation des denrées alimentaires et agro-industrielles, dont la Grande-Anse, zone agricole par excellence, est grande productrice. Les Elus de ce département acquiescent aux vœux de la population de l’Anse-d’Hainault de voir le gouvernement utiliser cette région comme une zone-pilote pour l’exploitation de l’énergie solaire.
Pour les infrastructures à construire, nous avons retenu des ponts ainsi que des écoles, des lycées, des centres de formation professionnelle, des routes de pénétration.
Les Elus du Département des Nippes insistent particulièrement sur deux priorités. D’abord, les infrastructures routières. La route Miragoâne –Jérémie, malgré un bel effort, s’arrête à Petite Rivière ; plus que 16 km à construire pour atteindre Baradères : c’est un effort à faire. De plus, le désenclavement tant souhaité de ce département exige la construction d’un tronçon de 40 km reliant Vieux Bourg d’Aquin (Sud) - L’Azile – Arnaud – Anse à Veau. Trois communes fondamentales des Nippes méritent aussi d’être interconnectées : Fonds des Nègres, qui abrite le plus grand marché de la région, Paillant et Petite Rivière qui constituent le grenier en toutes sortes de produits agricoles. Pour ce qu’il s’agit d’infrastructures énergétiques, les Nippes sont le parent pauvre de la République. Le courant qui alimente pauvrement Miragoâne vient de Petit-Goâve. Les Elus croient qu’il faut utiliser le Saut du BARIL pour générer suffisamment de courant au profit de tout le département. Ils espèrent un renforcement de la Direction départementale des TPTC en vue de l’entretien des routes et du curage des rivières. Infrastructures sportives, eau potable, écoles, dispensaires, tels sont les besoins qui reviennent invariablement au cours de nos entretiens.

L’Artibonite, disent les Elus, est délaissé, malgré son statut de deuxième collectivité départementale en termes de population après l’Ouest et le plus grand producteur de mangues et de sel. Ils soulignent la nécessité de :

  • redynamiser les infrastructures agricoles pour la rétention d’eaux et pour l’arrosage ;

  • installer un centre de formation pour techniciens agricoles ;

  • créer un fonds incitatif pour encourager la transformation agricole (mangue, orange, chadèque, et le sel de Grande Saline et d’Anse Rouge).


Le curage des rivières doit se faire impérativement durant la saison sèche, de décembre à mars, afin d’éviter les dégâts à la survenue des pluies du printemps. Enfin, la population attend impatiemment un complexe universitaire pour accueillir la nombreuse clientèle scolaire. Nous avons aussi retenu l’urgente nécessité d’établir des pôles touristiques au niveau de l’Habitation Toussaint Louverture à Ennery, de la résidence de Jean-Jacques Dessalines à Marchand-Dessalines, du Palais des 365 portes à Petite Rivière de l’Artibonite, etc.
Je tiens ici à rassurer les élus et la population de l’Artibonite. Je prendrai toutes les dispositions pour que soit initié immédiatement le processus d’appel d’offres relatif au projet d’électrification des trois communes de Saint-Michel de l’Attalaye, Ennery et Gros Morne.
Au niveau de l’Ouest, les élus ont fait état de l’urgente nécessité de s’attaquer aux défis que posent la surpopulation, particulièrement à Port-au-Prince et ses corollaires que sont la bidonvilisation, l’insécurité, l’insalubrité et la pollution. Ils reconnaissent aussi que ces défis ne peuvent être surmontés que dans la mesure où les attentes des autres départements seront graduellement comblées.
La « République » entre guillemets de Port-au-Prince connaît des problèmes multiples et multiformes. Elle est menacée par le Morne L’Hôpital truffé sur ses flancs de bâtisses insalubres et mal implantées, par les ravines qui coulent rageusement vers le bas de la ville et emportent tout sur leur passage. L’insécurité s’y est installée comme un nouveau mode de vie et continue de battre tous les records régionaux; les rues sont encombrées de véhicules et d’étals de marchandises de toutes natures. Avec la réouverture des classes d’octobre, l’encombrement devient insupportable.
La vie de nos écoliers s’assimile à un véritable calvaire. Ils doivent se réveiller depuis 4 heures du matin pour être sûrs d’arriver à l’école aux environs de 8 heures. Dès 10 ou 11 heures, ils commencent à somnoler ; plus moyen de se concentrer.
Nous n’arriverons pas à améliorer la fluidité du trafic, si nous n’entreprenons pas de construire, à court terme, des marchés publics modernes, propres et bien aérés, dans plusieurs quartiers de la ville, pour loger convenablement les marchands et marchandes du secteur informel et débarrasser les rues et les trottoirs.
Nous ne dégagerons pas les chaussées si, dans un laps de temps relativement court, nous n’aménageons pas les routes transversales et les voies secondaires.
Nous devrons lancer un programme ambitieux, moderne et esthétique d’installation d’échangeurs auto-routiers et des bretelles dans les carrefours surchargés comme Nazon- Aéroport, Nazon- John Brown, Christ-Roi – John Brown, Carrefour Trois-Mains, Carrefour Gérald Bataille, Carrefour Fleuriot, Carrefour Clercine, Delmas-JJ Dessalines, Portail-Léogane, Delmas 33, Delmas 48, Delmas 60, Delmas 95 et 105, Rue Lambert- Sainte-Thérèse, carrefour Place Saint-Pierre – Route Laboule à Pétion-Ville… Bien entendu, un tel projet s’étendra à tout le réseau routier national
Honorables Parlementaires de la 49e législature,
A bien considérer, les demandes ne sont pas trop différentes d’un département à l’autre, d’une circonscription à l’autre, d’une commune à l’autre, que ce soit dans les domaines de l’Education, de la Santé, des Infrastructures ou de l’Agriculture et de l’Environnement … Partout, nous avons enregistré des requêtes pressantes d’écoles, de dispensaires, de lycées, d’écoles professionnelles, de ponts, de routes, d’endiguement de rivières, d’extension de réseaux électriques, de réhabilitation de canaux d’irrigation, d’assistance à la production agricole. Le lot de besoins prend une dimension alarmante. Mais nous n’avons d’autre alternative que de l’affronter vaillamment.

«ONORAB PALMANTE, PEP LA PA KA TAN’N ANKO».
Honorables Parlementaires,
Je ne fermerai pas ce chapitre de l’inventaire des attentes et besoins sans évoquer le dilemme quotidien de la mère de famille, où qu’elle se trouve à travers le pays.

Certes, il serait contre-indiqué, dans une économie de libre concurrence, de fixer les prix de façon arbitraire. Mais l’Etat ne peut se soustraire à l’obligation de veiller à l’équilibre des offres et des demandes dans un domaine aussi sensible que la sécurité alimentaire de la nation.
Ti mamit pwa koute 50 goud, ti mamit diri 50 goud, ti glòs luil 13 goud, yon ti gren magi 2 goud 50, yon men sel 2 goud, yon mamit chabon 30 goud, yon lot viann poul 100 goud, yon bokit dlo 2 goud edmi, yon ti lot twa gren bannann 25 goud, yon lot epis 50 goud.
Aucun salarié moyen ne peut manger à sa faim, encore moins nourrir une famille, payer son loyer, envoyer ses enfants à l’école, bref vivre une vie normale et digne. Ce drame ne peut plus durer.
«ONORAB PALMANTE, PEP LA PA KA TAN’N ANKO».
Cette revue des attentes par département est une démarche obligatoire pour comprendre les dimensions de la problématique du développement haïtien dans une perspective décentralisée afin d’y apporter des solutions ciblées.
La loi de finances que je compte soumettre bientôt à votre appréciation devra tenir compte de ces constats. Je m’engage déjà à travailler avec vous en vue d’augmenter de manière significative les allocations budgétaires des communes et à soumettre au Parlement dans les meilleurs délais la loi portant sur l’utilisation des ressources du Fonds de Gestion et de Développement des Collectivités territoriales.
Mesdames, Messieurs les Parlementaires,
J’ai élaboré à votre intention un document volumineux de Référence à ma déclaration de Politique Générale que je me propose de finaliser avec vous, avec les représentants de la société civile, les organisations de base, les organisations de femmes et les partis politiques, pour être présenté à la nation dans les prochains jours. Ce sera la feuille de route grâce à laquelle vous pourrez suivre le cheminement du gouvernement, mesurer ses résultats, identifier les retards et les lenteurs, et également noter les difficultés du parcours.
Honorables Parlementaires,
Je tiens à vous assurer que mon gouvernement est disposé à dialoguer, à écouter et à discuter. L’Exécutif et le Législatif sont des partenaires de tous les jours. Je prévois d’instaurer entre le Parlement et le Gouvernement des réunions régulières où nous pourrons débattre sereinement des questions d’intérêt commun. Ce dialogue s’étendra aux organes du Pouvoir Judiciaire ainsi qu’aux Institutions Indépendantes, toujours dans l’objectif d’une défense concertée de l’intérêt général.
Cette dynamique de communication s’adressera également aux organisations de base, à la paysannerie, à la société civile, aux médias, aux partis politiques, à l’ensemble des forces vives qui sont l’expression pluraliste de notre jeune démocratie. Elle engagera de même les Haïtiens vivant à l’étranger et pourtant si présents dans l’effort de relèvement national.
Elle s’adressera aux entrepreneurs haïtiens, qu’ils appartiennent au secteur formel ou informel. Ces derniers seront accompagnés et encouragés à investir pour conserver et générer les emplois, créer la richesse nécessaire à l’amélioration des conditions de vie de nos populations. Des canaux de communication avec la Communauté Internationale seront maintenus et élargis de manière à accélérer le rythme de déblocage des fonds destinés à la reconstruction et attirer les investissements étrangers et les capitaux externes.
En fait, l’équipe que je dirige choisit d’élever la communication gouvernementale au rang d’une véritable pédagogie. Elle pratiquera la transparence et se soumettra à l’exigence de la reddition de comptes.

3-LE PACTE DU BIEN-VIVRE ENSEMBLE
Honorables Parlementaires,
Quelque part dans le déroulement souvent tumultueux de notre vie de peuple libre et indépendant, nous avons perdu de vue l’idéal des ancêtres. Ils nous ont enseigné que seule « l’union fait la force ». Nous nous sommes laissé entraîner dans une course effrénée vers la satisfaction d’intérêts particuliers. Oubliant les grandes leçons de notre histoire, nous nous sommes laissé aller à cultiver les préjugés, attiser les querelles de chapelle qui ont malheureusement empoisonné nos relations et ralenti notre foulée commune sur les voies du progrès et de la modernité.

Il est venu le moment de mettre un frein définitif à cette dérive. L’heure a sonné pour nous de renouer les liens de cette fraternité infrangible qui a fait 1804 et qui nous permettra de conquérir des lendemains à la dimension de la vision de nos Aïeux et des aspirations profondes du peuple haïtien.
Dans cette perspective et conjointement avec le Président de la République, le Gouvernement que j’ai le privilège de conduire animera un processus devant conduire à la signature d’un « PACTE DU BIEN-VIVRE-ENSEMBLE». 
Dans les prochains jours, le Président de la République invitera des personnalités représentatives de notre diversité sociale et politique, connues pour leur engagement en faveur de l’avancement du pays, à prendre part à cette entreprise qui vise à créer une plus grande cohésion nationale.
Je souhaite, pour ma part, un débat contradictoire dans le respect de nos différences, un débat axé sur la recherche du bien commun, un débat susceptible de générer et d’enrichir les nouvelles idées qui construiront l’Haïti de demain par toutes les Haïtiennes et tous les Haïtiens, pour toutes les Haïtiennes et tous les Haïtiens.


  • Une Haïti vibrante, inclusive, moderne et ouverte sur le monde ;

  • Une Haïti dotée d’une économie diversifiée, verte, compétitive ;

  • Une Haïti qui crée de la richesse et des emplois stables et durables pour tous ses enfants;

  • Une Haïti qui croît à une cadence moyenne de plus de 9 % l’an ;

  • Une Haïti dont toutes les filles et tous les fils seront fiers, partout à travers le monde.



4-LES URGENCES DE L’HEURE
Mesdames, Messieurs les Parlementaires,
Avant d’aborder avec vous les grands axes de ma politique générale, permettez que je vous entretienne d’une urgence qui mérite notre action immédiate : celle de sortir nos compatriotes de dessous les tentes précaires et insalubres où ils mènent une vie à la limite de l’humaine condition. Il n’est pas opportun d’énumérer la liste des bonnes intentions, des projets et des plans qui adressent ce problème crucial et qui nous ont tout de même valu de réduire le nombre des personnes à reloger de 1.5 million à 600 000.
Voilà un effort qui sera poursuivi et accéléré dans le double but d’offrir un meilleur horizon de vie et d’espérance aux sinistrés du 12 janvier et de réaménager les espaces et les places publics afin de leur restituer leur aspect attrayant d’antan.
Le nombre de camps, jusqu’au 30 septembre 2011, dans tout le pays, s’élève à 894. De ce nombre :

  • 93% sont localisés dans l’aire métropolitaine et ses environs (Port-au-Prince, Carrefour, Pétion-Ville, Delmas, Cité Soleil et Croix des Bouquets)

  • 70% des camps accueillent moins de 100 familles (camps intermédiaires)

  • 40% des personnes déplacées résident dans 25 Camps (camps majeurs)

  • 62% des gens à l’intérieur des camps sont des locataires

  • 38% sont des propriétaires de maisons endommagées par le séisme

  • 92% de la population des camps y résident réellement (c’est-à-dire y dorment toutes les nuits).


Selon les données d’un sondage réalisé en mars 2011 sur l’intention des gens habitant les camps, 94% des déplacés se disaient prêts à partir.
Au terme du quinquennat du président Michel Joseph Martelly, la problématique des personnes déplacées sera complètement résolue. Nous posons comme prémisse à cette stratégie qu’il n’y aura pas de mesures d’expulsion sans solutions alternatives préalables. Les modalités de relocalisation se développeront à la fois sur le court et le moyen termes, dépendant de l’importance et de l’utilisation du site avant le séisme.
Sur le moyen terme, nous envisageons :

  • L’évaluation et l’adoption de mesures incitatives pour accélérer la réparation des dommages au niveau des maisons des personnes propriétaires qui se retrouvent dans les camps ;

  • L’extension des projets de logements - celui du 16/6 du Président Martelly en est un modèle - qui ciblera les 25 plus grands camps qui abritent actuellement 240,000 personnes.

On estime à environ 300 000 les besoins de nouveaux logements qui devront être construits suivant les normes modernes, parasismiques et anticycloniques. En tout cas, la vision qui sous-tend une telle politique ambitionne d’offrir un cadre de vie décent à l’ensemble de la population, avec eau et assainissement, drainage, électricité, police et sécurité, sans oublier les opportunités de gagner un revenu.

En préambule à la reconstruction des zones dévastées, il faut penser à finaliser l’enlèvement des débris, fixer les normes et règlements devant régir la chaîne de valeurs de (re)construction des bâtiments, appuyer et accélérer le Projet 16/6 visant à relocaliser les déplacés des six camps d’hébergement pour environ 30 000 personnes.

A cet égard, mon Gouvernement croit que la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) devrait être repensée, réaménagée et son mandat réorienté à travers un dialogue entre les parties prenantes. Certains parlent de rapatriement. Nous comprenons et partageons volontiers leur préoccupation basée sur un désir légitime d’appropriation des leviers de la Refondation nationale. Mon Gouvernement s’en remet à l’appréciation du Parlement qui devra bientôt s’y pencher et reste disponible pour fournir toute information utile à la prise de décisions.

«ONORAB PALMANTE, PEP LA PA KA TAN’N ANKO».


5-LES QUATRE (4) GRANDS PILIERS
Monsieur le Président,

Madame, Messieurs les membres du Bureau,

Honorables Membres de l’Assemblée,
Pour concrétiser ses orientations et objectifs, mon gouvernement ancrera son action sur quatre (4) grands piliers. Nous parlons des 4 E du président Michel Joseph Martelly, soit l’Éducation, l’Emploi, l’Environnement et l’État de droit.
La conjoncture actuelle impose un cinquième E pour l’Energie.
Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs les Parlementaires de la 49e Législature
5.1  - ÉDUCATION
5.1.1- Les défis du système éducatif

Dans le domaine de l’Éducation, mon Gouvernement, répondant aux promesses électorales et aux vœux du Président de la République de scolarisation universelle, se donne pour objectif global de prendre les mesures adéquates en vue de corriger les carences de l’état traditionnel haïtien. Force est de constater que notre système éducatif est injuste, archaïque et non adapté aux réalités et aux exigences du monde moderne.

Le Président Martelly a accédé au pouvoir environ 15 mois après qu’un tremblement de terre eut détruit plus de 5.192 bâtiments logeant des écoles tant publiques que privées, préscolaires, fondamentales et secondaires.
Des dégâts du même genre ont été enregistrés au niveau du sous-secteur de la formation professionnelle et technique. Des 74 centres reconnus par l’État et fonctionnant dans les Départements de l’Ouest et du Sud-Est, 15 ont été complètement détruits, alors que 25 autres ont été sévèrement endommagés. De même, plus de 80% des infrastructures d’enseignement supérieur ont été détruites.

Sur le plan humain, l’impact du séisme sur le système éducatif frise l’hécatombe : 4 000 élèves, 559 enseignants et 193 membres du personnel administratif sont morts sous les décombres.
L’enseignement supérieur et universitaire quant à lui a perdu plus de 200 professeurs et environ 3 000 étudiants. Le coût total des pertes et dommages physiques enregistrés au sein du secteur éducatif s’évalue dans l’ensemble à 630 millions de dollars USD.
Cette catastrophe naturelle n’a donc fait qu’aggraver l’environnement déjà précaire dans lequel fonctionnait le système éducatif haïtien depuis de nombreuses années où :

  • Environ 500 000 enfants âgés de 6 à 12 ans n’ont jamais encore fréquenté l’école;

  • Plus de la moitié des 2 200 000 enfants qui ont accès à l’école fondamentale font face chaque année à des difficultés économiques qui les empêchent d’y rester pour terminer le cycle avec succès; l’éducation est aussi une des premières causes d’endettement des ménages ; les jeunes filles sont retirées en premier de l’enseignement quand la famille fait face à des difficultés financières ;

  • L’offre scolaire publique ne répond qu’à moins de 10% de la demande;

  • Les disparités dans la structure de l’offre existante sont très marquées entre les Départements scolaires du pays et également entre les milieux rural et urbain;

  • La problématique des langues constitue un véritable obstacle à un enseignement et un apprentissage de qualité;

  • Les savoirs et les compétences enseignés à l’école sont systématiquement remis en question par les parents et la société et ne correspondent pas aux exigences du marché de travail ;

  • L’augmentation des enfants dans les rues et en domesticité est devenue de plus en plus inquiétante dans une société qui aspire à vivre dans un État de Droit;

  • Les ressources humaines formées quittent le pays au fil des années et celles qui ont choisi d’y rester sont de moins en moins disponibles pour exercer une carrière dans l’enseignement à un titre ou à un autre;

  • Le dispositif mis en place pour évaluer les apprentissages mérite d’être réformé en profondeur;

  • La problématique des coûts, du financement et de la qualité de l’éducation est une préoccupation majeure tant pour les parents que pour l’État;

  • La santé et la nutrition ne sont prises en charge au préscolaire et au fondamental que pour environ 16% des élèves issus des familles défavorisées;

  • Le taux de rendement interne du système éducatif est aujourd’hui de l’ordre de 43% au fondamental et de 35% au secondaire;

  • La structure de gouvernance du secteur mérite d’être renforcée à tous les niveaux.


L’éducation est un énorme pari sur l’avenir, mais c’est un pari que nous devons gagner. Ensemble, nous le gagnerons. A côté d’une redéfinition du cursus, de la multiplication des bâtiments scolaires, de la ré-institution d’un inspectorat rigoureux, le gouvernement sait qu’aucune amélioration des résultats de l’éducation en Haïti ne verra le jour si elle n’est pas suivie d’une révision de la politique traditionnelle à l’égard de l’enseignant.
Nous sommes sérieusement préoccupés par le statut de l’enseignant qui continue de subir le martyr du sacerdoce de l’éducation. Les réformes de l’éducation ne produiront aucun résultat dans un pays où l’enseignant n’est pas formé de façon continue, où il n’a pas un statut jugé honorable du point de vue social et économique. A ce sujet, le gouvernement entretiendra un dialogue constant avec les divers syndicats et organisations du secteur afin d’apaiser et de résoudre tout conflit, d’anticiper les revendications et de combler les aspirations compréhensibles et légitimes du monde des enseignants.
En ce qui a trait à la formation des ma
  1   2   3   4   5   6

similaire:

Bureau du Premier Ministre iconCentrafrique / Transition / Premier ministre
«Il me faudrait nommer mille ministres et encore, cela ne suffira pas pour satisfaire tout le monde», admet en souriant le nouveau...

Bureau du Premier Ministre iconLe ministre déLÉGUÉ auprès du premier ministre chargé de l'Économie et des finances
«contrat d'entreprise», apporte une précision complémentaire de nature à clarifier la situation

Bureau du Premier Ministre iconLe Premier ministre sous la 5ème République
«Le 1er ministre doit engager la responsabilité de son gouvernement sur son programme, et que l’obligation ainsi décidée s’impose...

Bureau du Premier Ministre iconRapport au Premier Ministre

Bureau du Premier Ministre iconRapport au Premier Ministre

Bureau du Premier Ministre iconMonsieur le Premier Ministre

Bureau du Premier Ministre iconRapport à Monsieur le Premier ministre

Bureau du Premier Ministre iconExaminateur à la fin de l’épreuve habitat
Le ministre de l'économie et des finances, la ministre de l'égalité des territoires et du logement, le ministre de l'intérieur et...

Bureau du Premier Ministre iconEt son premier ministre Abdi Farah Shirdon Said

Bureau du Premier Ministre iconComposition des membres du gouvernement 21 janvier 2009 Premier-ministre






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com