Course d’orientation Niveau 1





télécharger 2.41 Mb.
titreCourse d’orientation Niveau 1
page1/27
date de publication06.01.2017
taille2.41 Mb.
typeCours
e.20-bal.com > loi > Cours
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   27

DOSSIER




EXEMPLAIRE

N°:




N :



Académie

:

Ville

:

Etablissement

: Collège

Classe

: 5ème 4

APSA 1

: Relais Vitesse

APSA 2

: Course d’orientation Niveau 1

APSA 3

:

APSA 4

:






CHEMISE N°1 DONNEES SOCIO ECONOMIQUES
CHEMISE N°2 L’ETABLISSEMENT ET LES COLLECTIVITES TERRITORIALES
CHEMISE N°3 L’ETABLISSEMENT ET LES PARTENAIRES ECONOMIQUES ET SOCIAUX
CHEMISE N°4 L’ETABLISSEMENT ET L’ENVIRONNEMENT SPORTIF ET CULTUREL
CHEMISE N°5 L’ETABLISSEMENT SON ORGANISATION ET SON FONCTIONNEMENT
CHEMISE N°6 LA POLITIQUE DE L’ETABLISSEMENT
CHEMISE N°7 LE PROJET PEDAGOGIQUE D’EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE DE L’ETABLISSEMENT
CHEMISE N°8 ANIMATION ET VIE ASSOCIATIVE DE L’ETABLISSEMENT
CHEMISE N°9 DOCUMENTS PEDAGOGIQUES


CHEMISE N°1
DONNEES SOCIO ECONOMIQUES

Les données socio-économiques de la commune et sa région

1.1 Géographie et environnement



Mayotte (appelée aussi Maore en shimaoré) est un département d’outre-mer (DOM) français de l'océan Indien situé dans l'archipel des Comores, lui-même localisé dans le canal du Mozambique, et dont le chef-lieu est Mamoudzou.

Mayotte est constituée de deux îles principales, Grande-Terre et Petite-Terre, et de plusieurs autres petites îles, dont Mtsamboro, Mbouzi et Bandrélé. Son code départemental officiel est le « 976 ». Ses habitants sont appelés les Mahorais.
La commune de Mamoudzou est située sur Grande-Terre face à l'île Petite-Terre et s'étend sur 16km2, la plus grande ville du territoire et dont les habitants sont appelés les Mamoudzous.

Elle est à cheval entre un relief montagneux et le littoral, d'où partent les barges qui vont de Grande-terre à Petite-Terre.

La commune est composée de plusieurs villages : M'tsapéré, Passamainty, Vahibé, , Tsoundzou 1, Tsoundzou 2 et Cavani.






    1. Histoire





L'île est vendue à la France par le sultan Andriantsoly le 25 avril 1841.

En 1886, le reste de l'archipel composé de la Grande Comore, Mohéli et Anjouan forme un protectorat sous la direction du gouverneur de Mayotte.

En 1958, l'administration quitte Dzaoudzi pour Moroni ce qui provoque le mécontentement des Mahorais. Georges Nahouda fonde alors le Congrès des Notables qui réclame la départementalisation. Zéna M’Déré rentre à Mayotte en 1966 et prend la tête du mouvement des chatouilleuses.

Le 22 décembre 1974, la France organise aux Comores un référendum pour plébisciter l'indépendance de l'archipel mais les Mahorais votent pour le maintien de leur île au sein de la République française. Un second référendum est organisé le 8 février 1976 qui confirme ce choix par 99,4 % (82,3 % des inscrits). Néanmoins l'Union des Comores revendique toujours Mayotte.

À la suite de la consultation référendaire de la population du 29 mars 2009 (95,2 % de votes favorables), qui concernait la population locale, Mayotte est devenu un département d'outre-mer à assemblée délibérante unique de la République française le 31 mars 2011.

Mamoudzou est une localité qui se développe à partir des années 1860 pour seconder le chef-lieu Dzaoudzi. L'urbanisation a progressivement intégré d'anciens villages dont l'existence pour certains remonte à plusieurs siècles : il s'agit de (XIVème siècle), M'sapéré (fin XVIIIème siècle), Choa ou « pointe Mahabou », village fondé dans les années 1830 par les Sakalaves ayant accompagné Andriantsoly. et Kavani ont accueilli, dans la seconde moitié du XIXème siècle, deux plantations sucrières avec usines dont une partie des vestiges est encore visible.

    1. Activités économiques principales





La concentration des administrations, des commerces, indust en font la ville incontournable où se côtoient tradition et modernité.
Le secteur traditionnel :

Peu monétarisé et fonctionnant à l'écart de l'économie marchande moderne, le secteur traditionnel recouvre l'agriculture et la pêche. Les traditions y sont encore très prégnantes mais l'évolution vers des pratiques modernes est en marche, notamment en matière de pêche. Le canal du Mozambique et le lagon de Mayotte, très riches en poissons, ont permis un développement de la pêche hauturière et de l'aquaculture, dont les potentialités sont prometteuses. Depuis 2002, l'aquaculture est en effet devenue le premier poste d'exportation.

Son marché (le plus grand de l’île) à proximité de l'office du tourisme, est un lieu de convivialité important. On y vend pêle-mêle bassines, tapis de prière, vêtements, épices et bien sûr fruits et légumes locaux parmi lesquels bananes, ananas, mangues, papayes, manioc, fruits à pain.

Le secteur moderne :

Longtemps dominée par les secteurs du BTP et du commerce, une évolution des équilibres est constatée au sein du secteur moderne, services aux entreprises, à la personne, tourisme, aquaculture sont les filières en plein développement.

Les activités de service comprennent les services informatiques, ceux fournis aux entreprises (nettoyage, analyse technique, publicité, formation,...) les services de santé, les télécommunications,... Ce secteur dynamique emploie près de la moitié des actifs.

Le secteur de la distribution, actuellement en pleine réorganisation est en forte expansion, avec l'ouverture de magasins à grandes surfaces alimentaires et marchandises générales. Mais la plupart des commerces sont encore des "doukas" (petits commerces familiaux), présents partout sur le territoire.

Electricité de Mayotte (EDM) doit faire face à une demande croissante (142.000 MWh d’énergie délivrée en 1996 contre 237.000 en 2010) tout comme le syndicat des eaux et de l’assainissement de Mayotte ou les opérateurs de téléphonie mobile. Le parc automobile augmente constamment depuis quelques années avec, à titre d’exemple une croissance des immatriculations de 12% en 2008. En ce qui concerne le réseau routier : Mayotte compte 225 km de routes revêtues contre 20km en 1975 (dont 88km de routes nationales et 137 Km de routes départementales) desservant les villes et villages de l’Ile. Les transports routiers et maritimes sont satisfaisants, les échanges avec l'extérieur sont réguliers et en constante progression. Le port de Longoni ouvert en 1992 possède désormais deux quais. De 100.000 tonnes de marchandises manipulées en 1993, il a atteint les 724.000 tonnes en 2010. Après l’achèvement du second quai (en 2010), la prochaine étape semble être l’acquisition de grues mobiles afin de palier à l’absence de moyens de levage.

Le trafic aérien connaît depuis plusieurs années une forte croissance, passant de 57 384 passagers en 1994 à 280.000 passagers en 2010 ce qui représente une progression d’environ 390% en 16 ans. L’aéroport international géré par l’Etat jusqu’au mois de mars 2011 est désormais entre les mains d’un gestionnaire privé. Six compagnies desservent actuellement l'île : Air Austral, Corsairfly, Comores Aviation, Air Madagascar, African Express, Kenya Airways et la compagnie Inter îles. L’acquisition par la compagnie Air Austral d’un Boeing 777-200LR doit permettre à la compagnie de mettre en place des vols directs Dzaoudzi-Paris avant la fin de l’année 2011. Le tourisme est l'un des secteurs essentiels de développement en raison des emplois et des activités annexes potentiels. En 2010, près de 53.000 touristes ont séjournés dans l’île, essentiellement originaires de la France métropolitaine et de l’île de la Réunion.

    1. Emplois






    1. Evolutions démographiques





Évolution de la population des communes de Mayotte de 1997 à 2007

En août 2012, 212 645 personnes vivent à Mayotte.

La population de Mayotte a augmenté de 26 200 habitants depuis 2007, soit 5 240 habitants de plus en moyenne chaque année.






    1. Perspectives de développement





En complément des actions exercées dans le cadre de leurs compétences respectives, l’Etat et la Collectivité départementale de Mayotte ont engagé d’importants programmes d’investissements, ces dernières années, pour répondre aux enjeux du développement de l’île : contrats de plan (1994-1998, 2000-2006), conventions de développement, etc. Toutefois, des besoins significatifs demeurent. De nouveaux dispositifs ont ainsi été actés en 2008, dans le but de réduire les disparités entre Mayotte et l’ensemble national.

En outre, d’un point de vue européen, Mayotte fait partie des « Pays et Territoires d’Outre-mer » (PTOM) et bénéficie, à ce titre, des financements du Fonds européen de développement (FED). Enfin, afin de favoriser l’intégration de Mayotte dans son proche environnement géographique, la Préfecture a mis en œuvre depuis 2003 un Fonds de coopération régionale (FCR).

Le 13e contrat de projet Etat-Mayotte (2008/2014), signé le 28 mars 2008

Afin d’assurer un développement économique et social durable de Mayotte et répondre aux besoins essentiels de la population, l’Etat et la Collectivité départementale se sont engagés, au sein d’un cadre partenarial unique, à agir sur cinq axes prioritaires

  • ouvrir la Collectivité sur son environnement extérieur par la mise en place du haut débit,

  • favoriser un développement économique créateur d’emplois, en investissant notamment dans le secteur primaire (pêche, aquaculture, agriculture), dans les infrastructures portuaires, et en favorisant la formation, l’essor du tourisme,

  • permettre l’égalité des chances et valoriser l’épanouissement des individus, via la construction d’équipements culturels, sportifs et la prise en charge des personnes handicapées

  • mettre en œuvre un aménagement équilibré du territoire, par l’amélioration du réseau routier, le développement des transports collectifs et la satisfaction des besoins en logement,

  • consolider les bases d’un développement durable du territoire, notamment via des programmes d’assainissement, de gestion des déchets et de développement des énergies renouvelables


Le Contrat de projet 2008-2014, d’un montant de 550,7 millions d’euros, est financé à hauteur de 337 millions d’euros par l’Etat et 182 millions d’euros par la Collectivité départementale. Les secteurs de l’assainissement et du logement font l’objet d’efforts financiers particuliers.


    1. Contraintes et ressources





Educatif et scolaire : Parmi les contraintes figurent les problèmes liés aux manques de salles de classe devant accueillir une population en âge d’être scolarisés. La politique d’accueil des enfants dès l’âge de 3 ans a du mal à se concrétiser car nul ne peut contenir le nombre à scolariser à chaque nouvelle rentrée.
Déplacement et transport en commun : Il y a également le problème de congestion des routes. Mamoudzou reçoit du lundi au vendredi quasiment toute la population venant des 4 coins de l’île. Ce monde arrive en voiture malgré le manque d’infrastructure routière pour fluidifier le déplacement. La ville s’y attelle depuis 4 ans en vue de mettre en place un plan de transport en commun et de déplacement urbain raisonnable.
Ressources propres à la ville : en attendant la mise en place de la fiscalité locale, Mamoudzou n’a pas de ressource conséquente sinon très dérisoire. Elle dépend en grande partie, des fonds alloués par l’Etat : dotation globale de financement (DGF) et dotation globale d’équipement (DGE) et les quelques subventions octroyées par le Département, des fonds des ministères de l’Enseignements et de l’Equipement...



CHEMISE N°2
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   27

similaire:

Course d’orientation Niveau 1 iconLa formation aux métiers de l’orientation de niveau Master

Course d’orientation Niveau 1 iconDeroulement du debat d’orientation budgetaire
«notre» vient compléter le dispositif en accentuant le niveau d’informations contenues dans le dob

Course d’orientation Niveau 1 iconL’orientation dans le cadre de l’accompagnement personnalisé
«Mieux orienter» avec une orientation plus progressive, plus ouverte et plus juste

Course d’orientation Niveau 1 iconOrientation
«Orientation active en lettres, langues, sciences humaines: Veni, Vidi, Vici», Université de Paris 12, Université Paris XII créteil...

Course d’orientation Niveau 1 iconSix ans après l’accident de la centrale nucléaire
«Synthèse»; (3) «Orientation du gouvernement concernant le surgénérateur Monju» (décision de la réunion des Ministres concernés par...

Course d’orientation Niveau 1 iconCharte pour une Stratégie Régionale de l’Orientation en Alsace
«Mieux inclure l’orientation tout au long de la vie dans les stratégies d’éducation et de formation tout au long de la vie» du 21...

Course d’orientation Niveau 1 iconConcours national
«Niveau 1 ou 2»; en leur absence, le candidat n’est éligible qu’au classement en niveau 3

Course d’orientation Niveau 1 iconConnaissances linguistiques: (1 niveau excellent; 5 niveau rudimentaire)

Course d’orientation Niveau 1 iconConnaissances linguistiques (1 niveau excellent 5 niveau rudimentaire)

Course d’orientation Niveau 1 iconPublic cible : inspecteurs de l’éducation nationale information et...
«cuisine» ou «commercialisation et services en restauration». Les élèves sous statut scolaire sont dans l’obligation de le présenter,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com