Ii – savoir mettre en œuvre une prise en charge





télécharger 173.42 Kb.
titreIi – savoir mettre en œuvre une prise en charge
page1/4
date de publication01.03.2018
taille173.42 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4
II – SAVOIR METTRE EN ŒUVRE UNE PRISE EN CHARGE

PLURDISCIPLINAIRE D’UN PATIENT RELEVANT DES SOINS PALLIATIFS

AU DOMICILE ET A L’HOPITAL
Thierry Marmet – Chef de Service CRASP-HJD



2.1. Le concept d’équipe pluridisciplinaire

Le modèle pluridisciplinaire appliqué à la prise en charge de la douleur est né aux États Unis vers les années 1960. On le doit à un pionnier de cette époque J.J. BONICA1 qui souhaitait, grâce à la mise en commun d’une réflexion pluriprofessionnelle, améliorer la situation de patients douloureux chronique pour lesquels l’ensemble des démarches somatiques et psychologiques était mis en échec.
La multidisciplinarité représente à l’heure actuelle une réalité organisationnelle et historique qui s’impose dans la gestion en santé publique. Elle trouve une implication logique dans la prise en charge de la douleur chronique, de l’accompagnement et des soins palliatifs.
La définition du dictionnaire Robert est la même pour pluridisciplinarité, multidisciplinarité, interdisciplinarité : « qui concerne plusieurs disciplines ou domaine de recherche ».
Lorsqu’on aborde le fonctionnement des équipes en tant que modèle d’action et de communication, il semble toutefois nécessaire de décrire les différents types d’équipes dites « pluridisciplinaires » :


  • Le modèle pluridisciplinaire figuré en 1 est dénommé modèle « atomique ». Le patient est certes au centre des actions, mais il s’agit d’une juxtaposition de compétences, les différents acteurs n’ayant pas réellement de communication directe. L’analyse de ce modèle fait apparaître des insuffisances dans le mode de communication de l’équipe.




  • Le modèle transdisciplinaire figuré en 2. Le patient y est également au centre des prises en charge. Il réunit autour de lui des professionnels ou acteurs qui assurent des actes. En matière d’action, on peut reprocher une segmentation de l’action des soignants qui n’ont aucun lien entre eux. Dans la communication, le patient assure la continuité entre lui et les soignants. Cette communication peut être de bonne ou de mauvaise qualité en fonction du patient (personnalité, compétences, motivations).




  • Le modèle interdisciplinaire est figuré dans le schéma n°3. Il représente un idéal d’actions et d’échanges entre le patient qui se trouve au centre d’un réseau de communication et les acteurs des soins qui sont en interactivité.


Figure 1 Modèle Atomique










Acteurs


PATIENT









Figure 2 Modèle Transdisciplinaire







PATIENT

Acteurs















Figure 3 Modèle Interdisciplinaire









PATIENT

Acteurs










L’interaction, la communication dans un groupe font partie des préoccupations de toutes les organisations socioprofessionnelles. Le groupe interdisciplinaire qui va se consacrer à la prise en charge de la douleur chronique ou de l’accompagnement et des soins palliatifs doit déjà se définir comme un véritable groupe et non comme une collection d’individus. A ce titre, il existe une interaction entre les membres, le partage de buts communs, des rôles, de normes bien définies et un réseau d’attractions interpersonnelles.
La coordination d’un groupe interdisciplinaire représente un élément important. Le « Leadership » doit répondre aux recommandations fonctionnelles suivantes :
1 – créer et encourager un bon climat,

2 – garder le réseau de communication ouvert,

3 – harmoniser les pratiques,

4 – proposer des compromis,

5 – aides à exprimer des sentiments,

6 – établir des standards et des critères,

7 – évaluer et soumettre les résultats pour atteindre un but.
La prise en charge de la douleur chronique, de l’accompagnement et des soins palliatifs en équipe pluridisciplinaire représente une réalité et un modèle qui infiltre peu à peu l’ensemble des pratiques dans ce domaine.

2.2. Les organisations d’équipe en hiérarchie de pouvoir

C’est un modèle pyramidal dépendant et figé qui se retrouve plus volontiers dans le modèle pluridisciplinaire atomique et/ou le modèle transdisciplinaire décrit dans le paragraphe précédent.
L’équipe est un ensemble de sujets soumis sous le contrôle d’un élément reconnu, accepté comme chef. Chaque élément de l’équipe est identifié :


  • par la compétence que lui prête l’élément dominant,

  • par la fonction que lui attribue l’élément dominant dans son système.


Chaque élément de l’équipe ne connaît pas bien la définition des autres qui est une définition par niveaux non individualisés. Il y a généralement méconnaissance du champ de compétences des autres éléments d’un niveau différent du sien.
Dans ce système, chaque élément se situe en fonction de l’échelon supérieur :


  • ce modèle comporte un outil relationnel hiérarchique de pouvoir sur les personnes par un mode d’échange fondé sur le pouvoir déterminé par l’élément dominant,

  • ce modèle est confronté à la difficulté de triage de l’information qui génère perte de temps, perte d’informations par la masse d’informations que chaque élément du groupe transmet de son niveau vers le niveau supérieur. La représentation graphique ci-après (figure 4) présente un exemple d’organigramme de type hiérarchie de pouvoir qui illustre l’atomisation des éléments et la faible probabilité d’une communication de bonne qualité.


Figure 4 : Représentation graphique

d’un organigramme de type

Hiérarchie de Pouvoir

  1   2   3   4

similaire:

Ii – savoir mettre en œuvre une prise en charge iconRésumé : L’activité se déroule en trois parties (les documents seront distribués successivement)
«Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence le rôle d’un catalyseur»

Ii – savoir mettre en œuvre une prise en charge iconQuelle réforme pour l'assurance maladie ?
«risque» doit-on envisager ? à quel échelon doit s’organiser cette prise en charge (Etat, région, communauté) ? quelle place doit-on...

Ii – savoir mettre en œuvre une prise en charge iconProfesseur chargé du suivi de l’élève : Mise en place d’un tutorat – professeur
«tuteurs» volontaires pour mettre en œuvre des actions de tutorat auprès de l’élève en vue de l’aider à se construire pour une orientation...

Ii – savoir mettre en œuvre une prise en charge iconPlanifier, concevoir et mettre en œuvre une action professionnelle répondant aux

Ii – savoir mettre en œuvre une prise en charge iconDifficultés de l’autonomie gouvernementale autochtone et perspectives de recherche
«bonne» gouvernance qu’aux conditions d’une prise en charge des collectivités par leurs propres moyens

Ii – savoir mettre en œuvre une prise en charge iconPrise en charge de la pandémie grippale à virus a (H1N1)

Ii – savoir mettre en œuvre une prise en charge iconPrise en charge psychologique d’un accident grave ou d’un décès au bloc opératoire

Ii – savoir mettre en œuvre une prise en charge iconPRise en charge medicale d’un chien atteint de maladie valvulaire dégénérative

Ii – savoir mettre en œuvre une prise en charge iconHistorique du cegeco
«réel», l’activité a progressivement glissé vers une prise en charge par le cegeco les personnels et les structures se sont ainsi...

Ii – savoir mettre en œuvre une prise en charge iconDans le cadre d’une mission d’intérêt général, collecte et prise...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com