Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde





télécharger 209.92 Kb.
titreSéance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde
page1/4
date de publication27.02.2018
taille209.92 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4
Histoire – 2°pro

Les Européens et le monde XVI°-XVIII°s.

Sujet d’étude : Humanisme et Renaissance

Plan de séquence et ressources documentaires (Nadir Teurki, Delphine Calin)

Présentation :

Il est fondamental de présenter l’idée d’un changement. En effet, les Hommes ont l’impression de vivre un changement, une « Renaissance ». D’où notre problématique :

Pourquoi les contemporains ont-ils le sentiment de vivre une époque nouvelle ?
La présentation d’un contexte général permettra d’expliquer que l’on entre à cette période dans un « temps de renouveau ». Au XVème siècle, les malheurs qui ont frappé l’occident depuis le milieu du XIVe siècle s’éloignent :


  • guerre de Cent ans fin 1453.

  • épidémies de peste ne sont plus aussi meurtrières.

  • les famines se font plus rares.

  • la population augmente et l’économie redémarre.

  • climat de confiance retrouvé en l’avenir.


Dans ce contexte plus favorable, des hommes réenvisagent la place de l’homme face à Dieu. Qui sont ces hommes ? Quelles sont leurs idées ?

Séance 1   Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde



Ce sont des penseurs, des philosophes qui placent l’homme et non plus Dieu au centre de la connaissance et de l’univers. (Rupture avec la pensée du Moyen Age).

Ces hommes vont redécouvrir l’Antiquité :

Pourquoi l’Antiquité ? En 1453, les Turcs prennent Constantinople. Les savants érudits grecs quittent la ville et se réfugient en Italie. Cela permet une redécouverte de l’héritage culturel par exemple Platon, philosophe du IVe siècle avant J.C largement ignoré du Moyen Age.


  1. La soif d’Humanités

Document 1 L'enseignement de Manuel Chrysolaras à Florence (1397-1400)

"Les lettres se développèrent en Italie de manière admirable. C'est alors que se répandit pour la première fois la connaissance de ces lettres grecques qui avaient cessé pendant 700 ans d'être en usage chez nos compatriotes. C'est à Chrysolaras de Byzance, (...) que nous devons cette restauration de la connaissance du grec. Sa patrie assiégée par les Turcs, il fit d'abord voile vers Venise, puis, invité et sollicité avec bonté, il vint à Florence pour communiquer aux jeunes gens toute la richesse de son savoir. J'étudiais à cette époque le droit civil, sans négliger pour autant les autres matières (...). L'arrivée de Chrysolaras me rendit perplexe : abandonner l'étude du droit me paraissait dangereux, négliger une telle occasion d'apprendre le grec me semblait un vrai crime. Je ne cessais de me répéter, de manière un peu juvénile : tu as la possibilité de voir Homère, Platon et Démosthène, de discuter avec tous ces poètes, ces philosophes, ces orateurs, qu'entoure une réputation exceptionnelle et si merveilleuse, de t'imprégner de leur admirable enseignement ; vas-tu les laisser et les abandonner ? Une occasion qui t'est si providentiellement offerte, tu vas la négliger ? Sept cents ans durant, personne en Italie n'a possédé les lettres grecques, et pourtant nous avouons que toute connaissance vient d'eux. Quel profit pour ta culture, quel éclat pour ta langue ! Des docteurs en droit civil, on en trouve partout, en grand nombre : l'occasion de s'instruire en la matière ne te fera jamais défaut. Lui, au contraire, est absolument le seul Docteur en lettres grecques ; s'il s'éloigne, tu ne trouveras après lui aucune personne auprès de qui t'instruire. Ces raisons finalement l'emportèrent. Je rendis les armes à Chrysolaras. Si ardente était ma joie d'apprendre que je remâchai toute la nuit ce que j'avais appris pendant la journée.

in Ch. de la Roncière, Ph. Contamine et R. Delort, L'Europe au Moyen Âge, Paris, A. Colin, 1971.






D

« Voilà maintenant ce qu'il faut que tu fasses. D'abord, insister auprès de Manuel [Chrysolaras: cf. texte précédent] (...). Et puis, pour combler notre attente et notre faim, (...) arriver aussi vite que possible. En troisième lieu, apporter autant de livres que tu peux. Fais en sorte que ne manquent aucun historien, aucun poète, aucun traité sur les fables poétiques. Fais-nous avoir des règles de versification. Je voudrais que tu apportes avec toi tout Platon, et tous les vocabulaires disponibles, indispensables pour résoudre les difficultés de compréhension. Achète-moi un Plutarque et un Homère sur parchemin en grands caractères. Si tu trouves une mythologie, achètes-la.»

in Ch. de la Roncière, Ph. Contamine et R. Delort, L'Europe au Moyen Âge, Paris, A. Colin, 1971.

ocument 2
 Coluccio Salutati écrit à son ami Jacopo da Scarperia à Constantinople (1396).



  1. Erasme

D

ocument 1
  Biographie d’Erasme


manuel seconde, coordination JP.Lauby, Magnard, page 144.

Document 2  Erasme admirateur de Cicéron (auteur latin 1er av J-C)


Cette lecture m’a tout embrasé pour la recherche du bien et de la vertu, au point que je n’ai rien ressenti de semblable à la lecture de certains de nos contemporains qui, bien que chrétiens, enseignent les mystères de la philosophie chrétienne et dissertent sur les mêmes sujets avec moins de subtilité que de froideur […] Je songeais en moi-même en lisant : voilà donc ce qu’un païen écrit pour des païens […] Et dans ces préceptes de vie, quelle équité, quelle sainteté, quelle sincérité, quelle vérité, comme tout est naturel, comme rien n’est falsifié ni amollissant ! […] Quelle figure aimable et admirable de la vertu il place devant nos yeux !

Erasme, Correspondance, 1519.




manuel histoire seconde, Les fondements du monde contemporain, Jérôme Grondeux, Bordas, 2005, p113


Document 3 : Une société humanisée.


Dans cet ouvrage écrit sur le mode du dialogue avec un narrateur, l'explorateur Raphaël Hythlodée, Thomas More prône la tolérance et la discipline au service de la liberté, à travers le portrait d'un monde imaginaire, proche de l'idéal de l'auteur.
« J’étais par hasard à sa table (le roi) le jour où s’y trouva aussi un laïque très ferré sur le droit anglais, lequel,à propos de je ne sais quoi, se mit à louer de tout son cœur l’inflexible justice que l’on exerçait chez vous à cette époque contre les voleurs ; on pouvait, disait-il, en voir ici et là vingt pendus ensemble à la même croix […] Je dis alors, car j’osais parler librement[…] Un vol simple n’est pas un crime si grand qu’on doive le payer de sa vie. D’autre part, aucune peine ne réussira à empêcher de voler ceux qui n’ont aucun autre moyen de se procurer de quoi vivre. Votre peuple et la plupart des autres me paraissent agir en cela comme ces mauvais maîtres qui s’occupent à battre leurs élèves plutôt qu’à les instruire. On décrète contre le voleur des peines dures et terribles alors qu’on ferait mieux de lui chercher des moyens de vivre, afin que personne ne soit dans la cruelle nécessité de voler d’abord et d’être pendu ensuite.

Thomas More, «  L’utopie ou le traité de la meilleur forme de gouvernement » , livre premier p 95, GF Flammarion 1997



Sur le plan politique, l’idéal humaniste est celui de la paix et de la concorde entre les hommes. Ils rejettent le recours à la violence et à la guerre.
Document 4 Une nouvelle vision de l'homme


"L'Architecte suprême a choisi l'homme, créateur d'une nature imprécise et, le plaçant au centre du monde, s'adressa à lui en ces termes : « Nous ne t'avons donné ni place précise, ni fonction particulière, Adam, afin que, selon tes envies et ton discernement, tu puisses prendre et posséder la place, la forme et les fonctions que tu désireras. La nature de toutes les autres choses est limitée et tient dans les lois que nous leur avons prescrites (...). Nous t'avons mis au centre du monde pour que, de là, tu puisses en observer plus facilement les choses. Nous ne t'avons créé ni du ciel ni de la terre, ni immortel ni mortel, afin que, par ton libre arbitre, tu puisses choisir de te façonner dans la forme que tu choisiras. »"

Pic de la Mirandole, De la dignité de l'homme, 1486




Document 4 bis L'humanisme veut promouvoir la liberté et la dignité de l'homme


"Dépendre de sa propre conscience plutôt que de jugements extérieurs (...) je ne t'ai donné ni lieu, ni délimitation, ni tâches fixes, afin que tu puisses assumer n'importe quelle oeuvre et occuper la place que tu désires (...) Quel grand bonheur pour l'homme! Qui n'admirerait ce caméléon que nous sommes ! (...) Cette liberté de l'homme, expression de sa grandeur comme du risque mortel qu'elle lui fait courir, peut s'entendre aussi bien dans l'enseignement du Christ que dans celui de Platon, comme dans celui de tous ces intercesseurs qui jalonnent cette chaîne ininterrompue de créatures humaines faites à l'image de Dieu." Pic de la Mirandole, Discours sur la dignité de l'homme, 1486


Le trait commun des humanistes est la foi dans la dignité et les possibilités de l’homme. En exerçant sa raison, l’homme peut devenir libre. Les humanistes de la Renaissance s’inscrivent dans un cadre chrétien. Ils veulent concilier le respect de la religion et la philosophie antique.

Cependant, ils souhaitent que l’église de leur temps évolue et n’acceptent plus sans examen l’héritage de la tradition.

Les documents choisis devront permettre aux élèves de répondre à la question « Qu’est ce qu’un humaniste ? »
C) l’enseignement humaniste
Document 1  Le contenu de l’enseignement humaniste


« J’entends et veux que tu apprennes les langues parfaitement, premièrement le grecque, […] secondement la latine, et puis l’hébraïque pour les saintes lettres, et la chaldaïque et arabique pareillement, et que tu formes ton style, quant à la grecque, à l’imitation de Platon, quant à la latine, à Cicéron ; qu’il n’y ait histoire que tu ne tiennes en mémoire présente […]. Des arts libéraux, géométrie, arithmétique et musique, je t’en donnai quelque goût quand tu étais encore petit, en l’âge de cinq ou six ans ; poursuis le reste […] Du droit civil, je veux que tu saches par cœur les beaux textes et me les confères avec philosophie. Et quant à la connaissance des faits de nature, je veux que tu t’y adonnes curieusement, qu’il n’y ait mer, rivière ni fontaine dont tu ne connaisses les poissons, tous les oiseaux de l’air, tous les arbres, arbutes et fruitiers des forêts, toutes les herbes de la terre, tous les métaux cachés au ventre des abîmes, les pierreries de tout Orient et Midi, rien ne te soit inconnu. Puis, soigneusement, revisite les livres des médecins grecs, arabes et latins, sans mépriser les talmudistes et cabalistes [les juifs], et par fréquentes anatomies, acquiers-toi parfaite connaissance de l’autre monde qui est l’homme.

François Rabelais, Pantagruel, Chapitre VIII, 1532


Document 2 Les méthodes de l’enseignement humaniste ou Erasme pédagogue


"Toutefois nous pouvons également veiller avec soin à ce que la fatigue soit réduite à l'extrême et que, par conséquent, le dommage soit insignifiant. C'est ce qui se produira si nous n'inculquons pas aux enfants des connaissances multiples ou désordonnées, mais seulement celles qui sont les meilleures et qui conviennent à leur âge, où l'agrément est plus captivant que la subtilité. En outre, telle manière douce de les communiquer les fera ressembler à un jeu et non à un travail. Car, à cet âge, il est nécessaire de les tromper avec des appâts séduisants puisqu'ils ne peuvent pas encore comprendre tout le fruit, tout le prestige, tout le plaisir que les études doivent leur procurer dans l'avenir. Ce résultat sera obtenu en partie par la douceur et la bonne grâce du maître, en partie par son ingéniosité et son habileté, qui lui feront imaginer divers moyens pour rendre l'étude agréable à l'enfant et l'empêcher d'en ressentir de la fatigue. Rien n'est en effet plus néfaste qu'un précepteur dont le caractère amène les enfants à haïr les études avant d'être en mesure de comprendre pourquoi il faut les aimer." in ÉRASME, Lettre à Guillaume, duc de Clèves, sur l'éducation, 1529



  1   2   3   4

similaire:

Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde iconSeance 3 : les cycles economiques
...

Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde iconLe développement «humain» : un mot lourd de sens éthique et politique
«d’un chemin révolutionnaire»3 «d’une nouvelle vision du progrès humain» ouverts par le recours à ce paradigme

Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde icon1. la vie et l’Œuvre de k. Marx
«marxisme» car IL s’agit d’une vision globale du monde entretenue par une réflexion permanente et pas simplement d’une pensée «philosophique»...

Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde iconPrisme-gspe
«opaque à elle-même»9 et l’historien Jochen Staadt a postulé qu’«une vision du monde idéologisée poussée à son paroxysme a immunisé...

Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde iconSéance 2 : un monde de flux et de réseaux Feuille 1

Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde iconProgramme : Création d’une nouvelle centralité de bourg avec construction...

Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde iconSéance 1 : L’Europe et le monde à la veille de la Première guerre mondiale

Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde iconPlace et rôles de la formation et de l'éducation, en vue d’une transition vers un monde durable
«Nous nourrir pour ne pas disparaitre» «Réussir la transition énergétique» puis «Une nouvelle histoire de l’éducation». Le film peut...

Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde iconDj : 9% // S&P : 9% // Nasdaq : 6% Les marchés us ont clôturé en...
«Dreamliner» et le second en annonçant qu'il allait se lancer dans une guerre des prix au cours de la saison des fêtes. La fin de...

Séance 1 Humanisme et Humanistes, une nouvelle vision du monde icon43HU09GO– Structures du Monde actuel
«ag de l’onu». A remettre au plus tard à la dernière séance = 1/3 de la note finale






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com