Atelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre)





télécharger 66.8 Kb.
titreAtelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre)
date de publication15.11.2017
taille66.8 Kb.
typeAtelier
e.20-bal.com > loi > Atelier



Compte-rendu de l’atelier téléphonique du 27/10/2015

« Comment faire rimer réduction des déchets et climat ? »


Action commune de la SERD 2015 (21-29 novembre)


Participants

Excusées :

  • Laurie Girard d’Eure et Loir Nature (Morancez, 28)

  • Elodie Gérard d’IVINE, Ille-et-Vilaine Nature Environnement (Rennes, 35)

  • Mariette Vandbrugghe du GDEAM, Groupement de Défense de l’Environnement dans l’Arrondissement de Montreuil sur Mer (Attin, 62)

  • Maëlle Le Teuff d’Eau et Rivières de Bretagne (Quimper, 29)

  • Rachel Louiset du réseau éducation & sensibilisation à la Nature et à l’environnement de FNE (Paris, 75)

Objectifs de l’atelier

  • Faciliter la compréhension des enjeux climatiques liés au gaspillage alimentaire et à la durée de vie des produits ;

  • Réfléchir ensemble à des moyens concrets d'application de cette action commune pour vos animations de la SERD ;

  • Rechercher des approches pédagogiques adaptées aux publics de vos actions ;

  • Faciliter l'échange d'idées à travers vos retours d'expériences.


1. Tour de table 







Quelles actions prévues pour la SERD en lien avec l’action commune

Quelles attentes vis-à-vis de cet atelier ?

Verlin Vers l’Autre

Marie-Laure Joly



-22/11 : participation à l’exposition de la médiathèque de Lomme sur l’utilisation des ressources naturelles, le recyclage et la transformation des matériaux ;

-23 et 24/11 : animations dans les écoles primaires sur la réduction des déchets, le tri sélectif et le gaspillage alimentaire (expositions, jeux et quizz) ;

-24/11 : table ronde animée avec le collectif Alternatiba Lille suite à la projection du film Thulé Tuvalu à la médiathèque de Lomme ;

-26/11 : atelier de création de sacs à provisions durables avec le collectif Eau Equitable ;

-27/11 : rencontre débat sur le gaspillage alimentaire avec focus sur les enjeux du don alimentaire ;

-28/11 : théâtre d’intervention interactive sur les dérèglements climatiques suivi d’un petit débat pour trouver des solutions concrètes en agissant au quotidien.

Trouver d’autres idées et formats d’actions afin de s’en inspirer
Volonté de mettre en lien le festival de l’arbre avec le climat


PikPik Environnement

Eléonore Kubik



Sur la durée de vie des produits :

-Les 21, 22, 27, 28 et 29/11 : ateliers de réparation avec des professionnels spécialisés dans certains domaines (smartphones, couture, vélos, etc.).
Sur le gaspillage alimentaire :

-Les 23, 25 et 27/11 : animations dans des magasins de la grande distribution pour sensibiliser à la consommation responsable et aux gestes anti-gaspi’ (coaching frigo, quizz, chasse au trésor…) ;

-Les 28 et 29/11 : animations « smoothie party » qui consistent à cuisiner des jus à partir de fruits déclassés récupérés auprès de commerçants.

Découvrir les actions des autres structures, avoir plus d’informations sur le fonctionnement de FNE, contribuer à l’organisation collective de la SERD



CPIE Flandre Maritime

Nadège Lams


Actions prévues sur le compostage (pôle jardin de l’association) : sensibilisation des salariés d’un bailleur social (prévention et gestion du gaspillage alimentaire, alimentation et santé).

Trouver d’autres idées et formats d’actions afin de s’en inspirer
Volonté de faire le lien avec le projet d’Eco-Parlement des jeunes mis en place dans 10 classes du Dunkerquois, en partenariat avec Eco-Emballages

Sologne NE

Didier Roux


Beaucoup d’évènements mis en place tout au long de l’année, en lien avec la thématique de la prévention des déchets et des changements climatiques : Repair Café animations de rue, Salon du Champignon…
Pour la SERD, pas d’action spécifique sur le gaspillage alimentaire ou la durée de vie des produits. Volonté de mener une action Boule de Neige Stop Pub.

Trouver d’autres idées et formats d’actions afin de s’en inspirer
Recherche notamment d’un format d’action simple à mettre en œuvre (suggestion de FNE : pourquoi ne pas proposer de nouveau une projection de film, en lien avec le festival Alimenterre)

NE 77

Marie-Paule, Duflot

Nombreuses actions menées il y a quelques années, en stand-by actuellement.
Pas de projet spécifique en lien avec l’action commune pour la SERD.

Trouver d’autres idées et formats d’actions afin de s’en inspirer et de relancer une dynamique sur la durée de vie des produits au sein de la structure


SEPANLOG

Pierre Salane


Pour la SERD, pas d’action spécifique sur le gaspillage alimentaire ou la durée de vie des produits :

-Le projet de soirée d’échanges évoqué lors de l’atelier téléphonique du 22 septembre a dû être annulé ;

-L’association a également proposé à la municipalité de mettre en place une action en lien avec l’action commune de FNE, mais celle-ci semble davantage s’orienter vers une opération de nettoyage de site.
Par contre, l’association a décidé de mener une action Boule de Neige Stop Pub : commande de 1 200 autocollants auprès du syndicat départemental de gestion des déchets qui seront distribués dans des Biocoop et d’autres cercles associatifs.

Trouver d’autres informations complémentaires et des contacts


GDEAM

Mariette Vandbrugghe
(informations transmises suite à l’atelier car absence)

-22, 28 et 29/11 : ateliers EcoBloc pendant lesquels les enfants sont invités à réutiliser les faces vierges de papiers semi-imprimés pour produire des bloc-notes

-Du 21 au 29/11 : plusieurs trocs de livres organisés dans divers lieux (gares, établissement scolaire, associations, etc.)

-28 et 29/11 : Repair Café






2. Rappel des objectifs de l’action commune



Intérêts de l’action commune SERD 2015

  • Permettre aux actions associatives du mouvement FNE de gagner en visibilité et en cohérence ;

  • Favoriser le lien fédéral et le partage d’idées ou d’expériences entre les associations du mouvement et FNE ;

  • Inscrire la thématique de la réduction des déchets dans l’actualité (COP 21).

Descriptif global

Si le lien entre déchets et climat peut sembler évident, il n’est pourtant pas toujours traduit dans le plaidoyer et les actions associatives du mouvement FNE. Pour la SERD 2015, l’idée est donc de souligner :

  • D’une part, les impacts climatiques de la production et de la gestion des déchets (émissions de GES, consommation d’eau, d’énergie, de matières premières, etc.) ;

  • D’autre part, les leviers de lutte contre les effets du changement climatique que constituent les actions de prévention des déchets.

Il ne s’agit pas de créer une nouvelle action commune à proprement parler mais plutôt de s’appuyer sur celles qui ont été précédemment mises en place et sur les thématiques qu’elles ont permis d’aborder :

  • L’action « Gâchis-mètre », qui se rapporte à la thématique de la lutte contre le gaspillage alimentaire ;

  • Les actions « Consigne » et « Repair Café », qui coïncident avec la thématique de l’allongement de la durée de vie des produits (à travers les notions de réemploi, de réutilisation, d’entretien et de réparation).

L’objectif est donc de pouvoir accompagner les associations de mouvement FNE dans la mise en avant des enjeux climatiques de la prévention des déchets en co-construisant ensemble des outils et en réfléchissant à des formats d’animations permettant d’aborder le gaspillage alimentaire et la durée de vie des produits sous cet angle.

Outils à disposition (voir également les 2 mails INFO SERD en annexes)

2 fiches de synthèses ont déjà été réalisées sur les enjeux climatiques du gaspillage alimentaire et les enjeux climatiques de la durée de vie des produits. Vous y retrouverez des explications et des illustrations chiffrées qui vous permettront de mieux vous approprier le sujet.
L’idée est de s’appuyer sur la notion de cycle de vie (d’un produit ou d’un aliment) et de montrer qu’à chaque étape (extraction, production, transformation, conditionnement, distribution, consommation, destruction, etc.), des gaz à effet de serre sont émis et des intrants ainsi que des ressources, parfois rares, sont consommés.
2 infographies grand public (une sur le gaspillage alimentaire et une autre sur la durée de vie des produits) sont également en cours d’élaboration. Elles ne seront finalement disponibles que début novembre et n’ont pu être présentées aux associations du mouvement FNE lors de l’atelier téléphonique.

3. Questions diverses





  • Marie-Paule Duflot : Comment l’association PikPik Environnement parvient-elle à mobiliser des réparateurs professionnels dans le cadre de ces ateliers de réparation ?



  • L’association a obtenu un financement qui lui permet de faire appel à des réparateurs professionnels qu’elle rémunère donc pour leurs prestations. Il s’agit donc d’une logique différente des Repair Café ou autres qui consistent à faire appel à des personnes bénévolement afin qu’elles puissent partager leurs compétences.



  • Pierre Salane : Les prospectus publicitaires sont parfois distribués avec les informations municipales, notamment en milieu rural. Cette pratique freine les citoyens à mettre des autocollants Stop Pub sur leurs boîtes aux lettres. Que peut-on faire ?



  • Cette pratique est effectivement contradiction avec la démarche du Stop Pub. Les informations municipales devraient pouvoir être diffusées via d’autres canaux de distribution et il apparaît pertinent d’inciter les collectivités qui fonctionnent sur ce schéma à changer leurs pratiques.

Pour plus d’informations, merci de contacter Catherine Rolin (catherine.rolin@fne.asso.fr) et Dominique Carpio (stopub@fne.asso.fr) qui s’occupent de la coordination de l’action « Boule de Neige Stop Pub » au sein de FNE.

ANNEXE 1 : MAIL INFO SERD ENVOYE LE 12/10/2015


fnehttp://civicrm.fne.asso.fr/sites/default/files/civicrm/images/medium_serd_logo%281%29.jpg

>> INFO SERD : FOCUS SUR L'ACTION COMMUNE

LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE ET SES IMPACTS SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES
 

Si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le 3ème plus grand émetteur derrière les Etats-Unis et la Chine

Le gaspillage alimentaire est l’une des thématiques que nous vous proposons de mettre en avant dans le cadre l’action commune de FNE prévue pour la prochaine Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD). Une fiche synthétique des enjeux climatiques du gaspillage alimentaire est déjà à votre disposition et sera complétée d’une infographie en cours de réalisation que vous pourrez utiliser pendant la SERD.

Les différentes étapes du cycle de vie d’un aliment sont responsables de l’émission de gaz à effet de serre. Selon la FAO, l'empreinte carbone mondiale du gaspillage alimentaire est de 3,3 milliards d’équivalent CO2 par an, soit plus de 24 fois les émissions de gaz à effet de serre liées aux transports en France.

VOIR LA VIDEO DE LA FAO SUR L'EMPREINTE ECOLOGIQUE DU GASPILLAGE ALIMENTAIRE

L'agriculture, 3ème secteur qui émet le plus de gaz à effet de serre en France

Au niveau national, le secteur agricole est responsable de 21% des émissions de gaz à effet de serre et de 75% des émissions de méthane, dont la quasi-totalité est imputable à l’élevage. Produire de la nourriture qui sera gaspillée, c’est donc contribuer inutilement aux changements climatiques. La fabrication et l’utilisation d’intrants, tels que les engrais et les pesticides, sont également des sources non négligeables d’émissions de gaz à effet de serre. Le gaspillage alimentaire participe par ailleurs à la consommation de surfaces agricoles utiles (28% des terres agricoles au niveau mondial) et donc, indirectement, à la déforestation, à la perte de biodiversité et à la dégradation des sols.

1 kg de bœuf = 60 km parcourus en voiture

1 pain = l'éclairage d’une lampe de 60W pendant 32 heures

Tout au long de la chaîne alimentaire, de l’énergie est gaspillée : dans la production agricole (tracteurs, bâtiments d’élevage, serres, etc.), dans les transports (avions, camions, etc.), dans l’industrie agroalimentaire et la grande distribution (machines industrielles, infrastructures de stockage et de conservation, etc.), dans la restauration et chez le consommateur (frigos, congélateurs, plaques de cuissons, fours, etc.), puis dans les usines de traitement des déchets (procédés et installations d’incinération, de compostage, de méthanisation, etc.).

L’empreinte eau mondiale du gaspillage alimentaire équivaut à 3 fois le volume du Lac Léman chaque année

Le volume d’eau utilisé chaque année pour produire de la nourriture gaspillée est de 250 km3, soit 3 fois le volume du lac Léman et près de 5 000 fois la consommation annuelle moyenne d’un Français. Le gaspillage alimentaire engendre une surconsommation d’eau pour produire la nourriture, la transporter, la transformer, la conserver, la détruire… alors même que les ressources disponibles diminuent et que les phénomènes de pénuries d’eau, de sécheresse et de désertification s’accentuent avec l’amplification des effets des changements climatiques.

Pour en savoir plus

N'hésitez pas à participer au prochain atelier téléphonique de préparation de l'action commune "Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?" qui aura lieu le mardi 27 octobre, de 10h à 11h. Pour vous inscrire, il vous suffit de nous envoyer un mail à serd@fne.asso.fr.

À bientôt,

Héloïse et Rachel de l’équipe SERD de FNE

__________________________________

Sources :

Pour commander le livret "Des gaz à effet de serre dans mon assiette" du Réseau Action Climat, merci de contacter Emmanuel Bernard par mail à emmanuel@rac-f.org ou par téléphone au 01 48 58 83 92.

ANNEXE : Mail INFO SERD envoyé le 26/10/2015


fnehttp://civicrm.fne.asso.fr/sites/default/files/civicrm/images/medium_serd_logo%281%29.jpg

>> INFO SERD

LE CYCLE DE VIE DES PRODUITS ET LEURS IMPACTS SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

 

On produit, on consomme et on jette de plus en plus

Le saviez-vous ?

  • En 2009, l'extraction des ressources naturelles et des matières premières représentait 68 milliards de tonnes contre 7 milliards de tonnes en 1900 [1]. Les projections pour 2050 indiquent que ce niveau devrait atteindre 140 milliards de tonnes par an, soit 16 tonnes rapportées à chaque habitant de la planète [2].

  • 1,3 milliards de smartphones ont été vendus dans le monde en 2014, soit une augmentation de près de 30% par rapport à 2013. Pour la France, le chiffre s’élève à 18,2 millions d’exemplaires [3].

  • Dans 40 à 50% des cas, les gros appareils électroménagers sont remplacés alors qu’ils sont encore en état de fonctionner ou qu’ils sont techniquement réparables [4].

  • En 2014, le record mondial de déchets électriques et électroniques a été atteint. Et sur les 41,8 millions de tonnes de « e-déchets » produites, moins d’1/6e a été correctement recyclé [5].

De plus en plus de ressources sont extraites pour fabriquer des produits et les achats matériels des consommateurs augmentent à un rythme effréné. Et ces produits finissent souvent rapidement à la poubelle, soit parce qu’ils ne sont pas conçus pour durer (on peut difficilement les entretenir, les réparer et les recycler), soit parce qu’ils sont remplacés par de nouveaux équipements en vogue.

Des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie des produits

L’impact du cycle de vie des objets de notre quotidien sur le climat est l’une des thématiques que nous vous proposons de mettre en avant dans le cadre l’action commune de FNE prévue pour la prochaine Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD).

« Du berceau à la tombe », un produit consomme de manière directe et indirecte de l’énergie, principalement d’origine fossile : c’est ce qu’on appelle l’énergie grise contenue dans les produits. Le produit émet également des gaz à effet de serre à toutes les étapes : du dioxyde de carbone (CO2), du méthane (CH4), des gaz fluorés (hydrofluocarbures – HFC, perfluocarbures – PFC, hexafluorure de soufre – SF6), etc. Enfin, d’importantes quantités d’eau sont utilisées, ce qui accentue les effets des changements climatiques sur la raréfaction de cette ressource pourtant précieuse et vitale.

Prenons l’exemple d’un jean [6]. Pour le fabriquer, il faudra d’abord produire du coton, ce qui va nécessiter une importante quantité d’intrants (engrais, pesticides, carburant, etc.). L’agriculture cotonnière intensive induit par ailleurs une consommation d’eau particulièrement élevée, à tel point qu’elle a entraîné la disparition de la mer d’Aral en Asie Centrale. Les phases de filage et de tissage du coton sont aussi très consommatrices d’énergie électrique et fortement émettrices de gaz à effet de serre. De même, les divers traitements d’ennoblissement que subit le tissu (blanchiment, teinture, délavage, etc.) induisent l’utilisation de produits chimiques (soude, amidon, chlore, etc.) et sont gourmands en énergie. Ensuite, le jean fabriqué devra être transporté et distribué dans des magasins pour finalement arrivé jusqu’au consommateur. Pendant ces étapes, de l’énergie et de l’eau seront de nouveau consommés et des gaz à effet seront de nouveau émis. En fin de vie, le jean pourra au mieux être réutilisé ou recyclé mais la plupart du temps, il terminera dans une installation de stockage des déchets ou un centre d’incinération. Dans tous les cas, ces phases de traitement des déchets induiront de nouvelles consommations et émissions.

Sortir d’une logique linéaire en favorisant l’économie circulaire

Pour allonger la durée de vie de nos produits et réduire leur empreinte sur le climat, nous devons dépasser le système linéaire qui consiste à « extraire – produire – consommer – jeter » afin de tendre vers une économie circulaire. Celle-ci appelle à consommation sobre et responsable des ressources naturelles ainsi que des matières premières et privilégie en premier lieu la prévention des déchets et, à défaut, les modes de valorisation les moins impactants sur l’environnement.  

L’économie circulaire repose sur 3 piliers :

  • L’offre des acteurs économiques : éco-conception des produits, approvisionnement durable en ressources naturelles, écologie industrielle et territoriale et économie de la fonctionnalité ;

  • La demande et les comportements des consommateurs : consommation collaborative, entretien, réparation, réemploi, réutilisation des produits, etc. ;

  • La gestion des déchets : valorisation matière (recyclage), organique (compostage) et énergétique (méthanisation) des produits.

En 2013, les activités de réemploi et de réutilisation représentaient en France 940 000 tonnes de déchets évitées sur 9,3 millions de tonnes générées au niveau national, soit environ 10% du gisement de produits en fin d’usage [7].

Pour plus d’informations : voir le dossier « Economie circulaire : que se cache-t-il derrière ce terme ? Quels enjeux selon le mouvement FNE ? ».

Pour en savoir plus

N'hésitez pas à participer au prochain atelier téléphonique de préparation de l'action commune "Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?" qui aura lieu le mardi 27 octobre, de 10h à 11h. Pour vous inscrire, il vous suffit de nous envoyer un mail à serd@fne.asso.fr.

Vous pouvez également télécharger la fiche de synthèse sur les enjeux climatiques du cycle de vie des produits. Elle sera prochainement complétée d'une infographie que vous pourrez utiliser pour vos actions de la SERD.

À bientôt,

Héloïse et Rachel de l’équipe SERD de FNE

 

__________________________________

[1]  « Growth in global material use, GDP and population during the 20th century », Ecological Economics, 2009/2011.

[2]  « Decoupling natural resource use and environmental impacts from economic growth », Programme des Nations Unies pour l’Environnement , 2011.

[3]  Chiffres du cabinet de conseil IDC et de l’institut d’études GfK.

[4]  « Analyse de durabilité des appareils électrodomestiques », GIFAM et TNS-Sofres, 2011.

[5]  « The global e-waste monitor 2014 », Université des Nations Unies, 2015.

[6]  «  Carnet de vie d’un jean », ADEME, 2014.

[7]  «  Synthèse réemploi, réparation et réutilisation – Données 2013 », ADEME, 2015.



CR atelier téléphonique « Comment faire rimer réduction des déchets et climat ? » – 27/10/2015 -

similaire:

Atelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre) iconCommuniqué de presse – Novembre 2015
«Les stratégies sur le marché de l’épargne», à partir de 2 950 € ht 160 pages –Novembre 2015

Atelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre) iconRésumé : Le covoiturage connait une croissance exponentielle dans...
«plans climat» de réduction des gaz à effet de serre (ccee, 20061, They 20052, Réseau Action Climat-France, 20043)

Atelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre) iconDans le cadre du Plan Départemental de Prévention des déchets (2012 – 2015)

Atelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre) iconLa Commission européenne a dévoilé fin 2015 son «paquet 2030» consacré...
«refermer le cycle de vie» des produits, des services, des déchets, des matériaux, de l’eau et de l’énergie

Atelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre) iconAtelier de travail plu salle du Conseil 11 novembre, 11 h Commémorations...

Atelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre) iconRéflexions du codev
«2015-05-11 codev – notes de la réunion» les questions posées aux élus lors de la réunion du 05 novembre 2015 et les réponses tels...

Atelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre) iconNote de cadrage adoptée en conseil du collège doctoral du 13 Novembre...
«Formation» de l’idex. Le cadrage de l’appel à projet a été défini par le groupe de travail «Espace Doctoral» de l’idex, à partir...

Atelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre) iconDu lundi 9 novembre 2015

Atelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre) iconConseil municipal du 19 novembre 2015

Atelier téléphonique du 27/10/2015 «Comment faire rimer réduction des déchets et climat ?» Action commune de la serd 2015 (21-29 novembre) iconEtude de faisabilite pour l’implantation d’une recyclerie cahier des charges
«préparation au réemploi» a été identifiée comme la deuxième piste d’action prioritaire pour la gestion des déchets par la directive...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com