La vie, Union de l’amour & de la sagesse 36





télécharger 0.85 Mb.
titreLa vie, Union de l’amour & de la sagesse 36
page13/20
date de publication14.11.2017
taille0.85 Mb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   ...   20
Le Bon

Samedi 2 juin 2007

« L'objet, quel qu'il soit, de l'appétit ou du désir d'un homme, est ce que pour sa part celui-ci appelle bon; et il appelle mauvais l'objet de sa haine ou de son aversion. Ces mots s'entendent toujours par rapport à. la personne qui les emploie car il n'existe rien qui soit tel, simplement et absolument»

Thomas Hobbes, Léviathan, Collection Folio, 2000

« Nous ne désirons aucune chose parce que nous la jugeons bonne, mais au contraire nous appelons bonne la chose que nous désirons; conséquemment, nous appelons mauvaise la chose que nous avons en aversion; chacun juge ainsi ou estime, selon ses affects, quelle chose est bonne, quelle mauvaise, quelle meilleure, quelle pire. »

Spinoza, L'Etique, Collection Folio, 1994

« Pour découvrir la bonté véritable, il faut savoir apprécier des expériences très simples. Nous ne parlons pas ici du sentiment de bien-être que l'on éprouve lorsqu'on gagne un million de dollars, qu'on termine ses études universitaires ou qu'on s'achète une nouvelle maison; nous parlons de ce qu'il y a de foncièrement bon dans le fait d’être en vie et cela ne dépend ni de nos réalisations, ni de l’accomplissement de nos souhaits. C'est une bonté qu'il nous est donné d'entrevoir à chaque instant, mais souvent nous ne la reconnaissons pas. »

Chögyam Trungpa, Editions du Seuil, 1990

Psychothérapie du corps, de la parole & de l’esprit

lundi 11 juin 2007

Dans le billet de vendredi dernier je parlais du blabla qu’il peut y avoir autour du bouddhisme, pour savoir si c’est une religion ou une philosophie. Il me semble qu’il est surtout une pratique, voir une praxis dont l’objectif ne serait pas tant de changer le monde, que de se changer soi-même au regard de sa pratique.

Voilà ce qu’en dit le Ven. Bhante Punnaji (cité par David Brazier dans Bouddhisme & psychothérapie, Editions Jean-Claude Lattès, 2000) :

« En 1978, le moine bouddhiste Punnaji publia un article dans lequel il écrivait: «Bien entendu, les bouddhistes des... pays bouddhistes ne considèrent pas le bouddhisme comme une psychothérapie. Ils le considèrent avant tout comme une forme de religion. Bien entendu, les érudits qui étudient l'enseignement du Bouddha... ont tendance à considérer cet enseignement comme une philosophie. Pourtant, je pense quant à moi que ces deux conceptions... sont sans doute extrêmes... Selon moi, le mieux serait d'éviter ces deux extrêmes et de choisir la voie du milieu, qui consiste à considérer l'enseignement du Bouddha comme une forme de psychothérapie... Je dirais que si le bouddhisme était introduit dans le monde moderne comme une psychothérapie, le message du Bouddha serait correctement interprété ».

Bhikkhu Punnaji pensait que le fait de considérer le bouddhisme comme une religion risquait de l'orienter vers le dogmatisme, le surnaturel et l'occulte. Le danger de le considérer comme une philosophie est qu'on l'éloigne ainsi de notre vie réelle. Aussi préférait-il le considérer comme une thérapie puisque« l'enseignement du Bouddha est une libération de la maladie mentale »

Je pense que Ven. Bhante Punnaji ne parle pas tant d’une psychothérapie classique (type analytique, ou systémique ou comportementale) qu’une psychothérapie qui inclurait le corps, la parole & l’esprit. En effet la psychothérapie nous amène classiquement à sortir d’un état mental pathologique pour aller vers un état mental considéré comme normalement névrosé par le corps médical. Or le bouddhisme nous donne les moyens de sortir de cet état « normal » pour aller vers un autre état que lui détermine comme naturel : l’Eveil, un état vigilant & attentif d’interrelation avec tout ce qui est.

Pour le Dalaï Lama (La voie de la félicité, les conseils de méditation du chef spirituel du bouddhisme tibétain, éditions Ramsay, 1997) cette « thérapie » est ouverte à tous, car tous nous avons en nous la capacité d’accéder à cet état car « comme le mentionne l'Uttaratantra (Le Continuum însurpassé), tous les êtres possèdent la capacité de se libérer des chaînes de la souffrance et de l'anxiété. L'existence de ce potentiel révèle la présence en eux de la nature de Bouddha, c'est-à-dire du germe de l'illumination inhérent à tout être. »

La chaîne & la corde

jeudi 28 juin 2007

« - J’aide les gens à trouver le bonheur leur dit le vieil homme. C’est à la portée de tous, pourvu qu’on en ait vraiment envie.

Du plafond où elles étaient accrochées tombaient une grosse chaîne et une corde épaisse.

- Considérez cette corde et cette chaîne. Peut être bien qu’elles ont quelque chose à vous raconter.

Ils regardèrent de tout leurs yeux et constatèrent que rien ne se produisait. Ils regardèrent de plus près. Chaque maillon de la chaîne, chaque brin torsadé de la corde, représentaient une notion importante écrite dessus. Leur hôte leur expliqua :

- La plupart des gens comment une redoutable erreur. Dans leur esprit, ils confectionnent une sorte de chaîne avec tout ce qu’ils estiment important pour leur bonheur & quand un des maillons vient à se rompre, ce qui n’est pas rare, toute leur chaîne se démantibule et leur bonheur est parterre ! Tous les autres maillons de la chaîne on t ne pas avoir craqué , ils n’ont plus aucune valeur. C’est pourquoi une telle personne qui est victime d’un minuscule incident, comme d’égarer une clef, à l’impression que le monde entier est pour lui en train de s’écrouler.

- Que faut il faire ?

- Il faut apprendre à tresser les cordes du bonheur, de telle sorte que si un brin vient à casser, & même si la solidité de la corde s’en trouve légèrement diminuée, rien ne lâche, ni ne s’écroule & c’est bien plus facile à réparer. »

Bernard Benson, Le Chemin du bonheur, Librairie Arthème Fayard, 1981

La raison du corps

mardi 3 juillet 2007

« Il y a plus de raison dans ton corps que dans l’essence même de ta sagesse. »

Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, Editions Gallimard, 1971

Ca vous fait oui ou ça vous fait non ?

mercredi 11 juillet 2007

Nous savons que le plaisir n’est pas égal au bonheur & pourtant nous sommes toujours confrontés dans la vie entre des choix difficiles pour nous.

Dans l’idéal nous devrions être capable par raison de trouver la voie qui nous mène à moins de souffrance. Car comme l’explique le Dalaï Lama : « Le bonheur le plus élevé est celui que l'on atteint au stade de la Libération, quand la souffrance s'annule. C'est cela, le bonheur authentique et durable. »

Quand je suis face à une situation où je dois faire un choix entre deux situations dont chacune peut m’apporter des satisfactions mais aussi des désagréments, je me mets mentalement dans les deux situations et je cherche à sentir dans mes tripes si cela « me fait oui ou cela me fait non ». Et j’ai toujours une bonne indication de ce qui me donne moins de souffrance, maintenant après il faut souvent avoir le courage de mettre ses ressentis en action.

Le psychiatre & psychothérapeute Howard Cutler dans son livre « L’art du bonheur » (Editions Robert Laffont, 1999) nous présente cela d’une manière différente dans l’exposé d’une situation d’une cliente qu’il reçoit :

«  Heather est une jeune femme célibataire, psychologue. Elle a beau aimer son métier, qui l'amène à travailler au contact de jeunes qui ont des problèmes, depuis un certain temps elle se plaît moins dans la région de Phoenix. fi y a trop de monde, trop de circulation, et en été la chaleur est oppressante. Elle s'est vu proposer un emploi dans une charmante petite ville de montagne, où elle a toujours rêvé de s'installer. Tout est donc pour le mieux. Seul problème, au poste qu'on lui propose elle ne s'occupera que d'adultes. Pendant des semaines, elle se débat avec elle-même, mais elle est tout bonnement incapable de trancher. Elle essaie de dresser la liste des avantages et des inconvénients, mais hélas ceux-ci s'équilibrent.

- Je sais, dit-elle, que ce poste-là ne me plaira pas autant, mais cela sera largement compensé par le vrai plaisir de vivre dans cette ville! A peine arrivée là-bas, chaque fois, je me sens bien.

Cette mention du terme « plaisir » me pousse à creuser un peu le sujet:

- Pensez-vous que déménager vous procurera un plus grand bonheur ou un plus grand plaisir?

Elle marque un temps de silence, ne sachant trop comment prendre cette question. Finalement elle me répond:

- Je pense que cela me procurerait plus de plaisir que de bonheur... Au bout du compte, je ne crois pas que je serais très heureuse de travailler avec des adultes. Je retire tellement de satisfaction de ce que je fais avec les gamins...

Le simple fait de reformuler ce dilemme en ces termes

- « cela me procurera-t-il du bonheur? » - a paru suffire à la décider. Elle est restée à Phoenix. A voir pris en toute conscience la décision de rester là, en se fondant sur ce qu'elle ressentait, l'a rendue plus heureuse. Et, du coup, la chaleur estivale lui est devenue plus supportable. »

La douleur par le petit bout de la lorgnette

lundi 16 juillet 2007

La souffrance physique ou morale, qu’elle soit aiguë ou chronique ou continuelle, fait voir la vie par le petit bout de la lorgnette, tout nous échappe.

« Le ciel bleu

Ne médisez pas du ciel bleu,

en le regardant

au travers d'une paille. »

Yoka Genkaku (Maître Tchan chinois - 665-713 auteur du « Chant de la réalisation de la Voie »)

Ce petit bout de la lorgnette est une aide passagère, car raccourcissant le contexte de vie, on en diminue les problèmes mais cela devient vite une prison qui manque d’espace & de grandeur. C’est un peu la peau de chagrin qui rétrécit au fur & à mesure qu’on la mouille et qui nous étouffe. C’est une façon rapide et accélérée de voir les effets ordinaires (hors souffrance exagérée) de l’ego sur soi.

Pour s’ouvrir à cet espace, il faut se poser, tranquillement, en silence, et observer.

« Merveille!

Derrière, les parois rocheuses,

Belles et massives.

Devant, la neige ,sur les cimes

De la chaîne majestueuse.

Aux quatre orients monte la brume,

Apparaissent les arcs-en-ciel. »

Shabkar (cité & traduit par Matthieu Ricard in Poèmes Tibétains de Shabkar, Calligraphies de Jigmé Douche, Editions Albin Michel, 2001)

Sujet délicat que sont la dépression et le suicide.

mardi 17 juillet 2007

On parle dans le bouddhisme de supprimer le désir qui crée du karma et de la souffrance, alors on pourrait penser qu’à contrario si on n’a plus aucun désir on serait libéré et sur le chemin de l’éveil. Mais de la même manière qu’il y a des techniques pour se libérer des désirs, (ainsi lutter contre le désir ne servirait à rien car cela reviendrait à le nourrir) il ne s’agit pas de se leurrer sur un manque de désir apparent.

En effet quand nous sommes dans un moment de déprime ou de dépression cela se caractérise justement par un manque de désirs, manque de projections possibles. Or on ne peut pas dire que l’éveil ressemble un tant soi peu à la dépression !

Ce qui est fondamental dans la démarche n’est pas tant le désir que l’attachement au désir.

Dans la déprime et surtout la dépression nous avons bien une « apparence de non-désir » comme le dit Jean-Pierre Schnetzler (La Méditation bouddhique, une voie de libération, Editions Albin Michel, 1994) « mais c’est un désir subtilement camouflé qui n’en porte pas moins des fruits d’attachement » .

C’est d’ailleurs pourquoi l’acte extrême de la dépression, le suicide, n’est pas non plus une solution en terme bouddhiste, au delà de tout jugement moral, puisqu’il est encore attachement extrême à une solution. Et pour avoir connu ces moments de désespérances on peut dire que ces moments ne sont pas tant rejet de la vie, qu’au contraire désespoir face à un attrait pour une vie qui semble inaccessible.

Savoir ouvrir les portes

lundi 3 septembre 2007

Pour accéder à la sérénité il y a de grandes lois (simples) comme celles ci données par Paul Wilson :

« Le premier secret pour accéder à la sérénité, c’est de ne pas laisser de petits problèmes vous empoisonner l’existence.

Le second secret, c’est de réussir à considérer tous les obstacles comme des obstacles mineurs. »

Mais le plus important est comment on « est » dans la vie quotidienne, dans les actes ordinaires comme avait su le remarquer Thomas Merton, le célèbre moine & mystique en voyant Thich Nhat Hanh la 1ère fois : « Sa compréhension est prouvée dans sa seule manière d’ouvrir une porte et d’entrer dans une pièce. »

Prendre soin de soi, comme base.

mercredi 28 novembre 2007

Nous vivons dans une société psychotique qui est remplie d’obsessions. C’est à dire de recherches avides de qu’elle ne possède pas. Le bien-être est alors supposé être assujetti à ce que nous aurons ou à ce que nous serons.. plus tard au lieu de vivre la plénitude de l’instant.

Les plantes nous offrent

En toute simplicité

Les différents âges de la vie.

Chacun de nous est aussi

L'enfant, l'adulte, le vieillard

Mais le plus souvent

L'enfant joue au grand

L'adulte fait l'enfant

Le vieillard...

Le vieillard...

Le vieillard...

...........

JT

Difficile dans ces conditions de vivre serein. Emportés par ce flot de désirs. C’est pourquoi lorsque j’évoque la méditation beaucoup de personnes me répondent la difficulté de pratiquer & d’être serin dans un tel environnement. Surtout quand on est investi dans le monde professionnel.

C’est pourquoi je dirais que le premier travail est d’assurer ses bases en prenant soin de soi-même Où dit avec humour par Lessing : « Paressons en toutes choses, hormis en aimant et en buvant, hormis en paressant. »

Apprenons à nous donner le temps, à prendre le temps.

rationalité

Courir, c’est aller plus vite vers la mort. Fort de cette constatation objective, le méditant…

Marc

Et prendre soin de soi n’est pas une finalité en soi (encore que si chacun prenait soin de lui , il serait peut être plus à l’écoute des besoins de l’autre) mais une base suffisamment stable pour aller vers l’autre, vers le partage.

Ressources personnelles

le ménage dans votre tête.

mardi 9 janvier 2007

« Lorsque vous étudiez le bouddhisme, il convient de faire le ménage dans votre tête.

Il faut sortir de la pièce chaque objet et le nettoyer.

Si nécessaire, vous pourrez ensuite les y replacer dans leur totalité.

Procédez par ordre et traitez une chose après l’autre.

Si un objet n’est pas indispensable, inutile de le conserver. »

Shuryu Suzuki Roshi

La rigide immobilité

jeudi 11 janvier 2007

Nos difficultés viennent le plus souvent de notre « rigide immobilité ».

Cette rigide immobilité se présente dans notre façon de voir le monde et d’attendre à ce qu’il réagisse. Position, bien sûre source de souffrance, le monde complexe ne cherchant pas à répondre à notre vision étriquée.

Voici deux exemples donnés par Jodorowsky dans son livre « La sagesse des blagues » (Editions Vivez Soleil, 1994) :

« A la sortie d'un spectacle, une dame supplie une chanteuse corpulente:

-J'aimerais tant avoir une photo de vous en pied!

- Je vais vous en donner une tout de suite! réplique la chanteuse flattée. C'est pour un album?

- Non, dit la dame. Je vais la coller sur la porte de mon réfrigérateur pour m' inciter à suivre mon régime.

Encore un exemple de points de vue différents. Avant une conférence, j'étais au café (Jodorowsky dans les deux heures qui précédaient les conférences qu'il donnait à la faculté de Jussieu, interprétait le tarot à qui veut, dans un café proche.) et une dame se présenta en disant:

- La dame aux cheveux grisonnants, qui tire les tarots est-elle arrivée?

- Vous voulez peut-être parler de Muriel?

- Non, pas elle.

- Christiane?

- Non plus. La personne que je cherche est petite avec les cheveux courts.

- Elle n'est pas là. Attendez dix ou quinze minutes. Il est trop tôt, mais ne craignez rien, dès que je la verrai, je lui dirai de vous lire un tarot.

- Je ne veux pas qu'elle me lise le tarot. Je la cherche parce qu'elle doit me rendre un stylo.

J’étais très à l’écoute de cette femme. Je voulais vraiment qu’on lui tire un tarot, qu’on l’aide à progresser… je croyais que sa question était spirituelle, alors je me suis tout de suite mis en « état de sainteté »… c’était inutile. Elle voulait simplement récupérer son stylo. J’étais frustré. Je ne pouvais pas lui faire du bien. Il y avait là différents points de vue en présence. »

Mais pour reprendre ce que dit Jodorowsky (je me suis tout de suite mis en « état de sainteté », la principale de ces rigidités, et la plus difficile à mettre en cause est celle qui nous concerne nous personnellement. Nous nous accrochons à l’image que nous avons de nous & que nous voulons offrir aux autres, comme une image fixe. Nous sommes joyeux quand les autres confirment cette image, et nous sommes malheureux quand ils la voient différemment.

Et souffrance aussi quand nous mêmes nous pouvons voir que nous ne sommes pas comme l’image (personnage) que nous voulons présenter, ou comme lorsque l’image de nous qu’on a voulu nous imposer (tu es moche, pas intelligent, digne de ton père etc…) ne correspond à celle que nous souhaitons donner ou à ce que nous ressentons au plus profond de nous.

Tout étant soumis à l’impermanence, nous changeons sans cesse et mourrons pour mieux renaître en chaque instant, il n’y a pas de moi fixe sur lequel s’accrocher, simplement un moment de vie, un moment d’être, suivi d’un autre et d’un autre…

1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   ...   20

similaire:

La vie, Union de l’amour & de la sagesse 36 iconNote de présentation géNÉrale
Donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive Tous les sacrements, et le sacrement de mariage pour sa part,...

La vie, Union de l’amour & de la sagesse 36 iconLe rire recueil de citations
«Tout, dans la vie, est une question de savoir rire. Le rire, c’est ma thérapie. L'amour, l'amitié, c'est surtout rire avec l'autre,...

La vie, Union de l’amour & de la sagesse 36 iconL’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité»
«l’Amour dans la Vérité». IL a voulu ainsi apporter sa contribution à la réflexion sur la situation mondiale dans le domaine social...

La vie, Union de l’amour & de la sagesse 36 iconTour d’horizon de l’Union européenne
«La Commission européenne représente les intérêts de l’Union européenne dans son ensemble. Elle propose de nouvelles législations...

La vie, Union de l’amour & de la sagesse 36 icon3 – regime feodal et moyen age – reforme
«Par une étonnante vanité, les hommes prétendent tirer d'eux-mêmes leur bonheur; mais la divine sagesse se rit d'eux»

La vie, Union de l’amour & de la sagesse 36 iconL’upa salue la suppression de la fiche individuelle de pénibilité...
«marqueur social» qui irait à l’encontre du développement de l’économie du pays

La vie, Union de l’amour & de la sagesse 36 iconL’espagne sur tous les tableaux
Qu’il a choisi les usa au détriment de l’Union européenne Le renversement des alliances traditionnelles, manifeste depuis la guerre...

La vie, Union de l’amour & de la sagesse 36 iconProgramme : L'Union européenne dans la mondialisation L'Union européenne,...

La vie, Union de l’amour & de la sagesse 36 iconQuelle est la place de l'Union européenne dans l'économie globale?...

La vie, Union de l’amour & de la sagesse 36 iconQuelle est la place de l’Union européenne dans l’économie globale ?
«Les défauts de construction de l’union monétaire : ce que la crise a révélé», in Cahiers Français n ° 387 (Crise de la zone euro...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com