1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique





télécharger 144.36 Kb.
titre1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique
page1/5
date de publication21.10.2017
taille144.36 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5

EPP - 1° année - cours de J.G. OFFROY – 2005-2006 - 1° semestre : INTRODUCTION AUX SCIENCES HUMAINES

1 - Le paradigme biologique



INTRODUCTION


La naissance des sciences humaines dans le contexte du XIX° siècle, la situation sociopolitique

1 - LE PARADIGME BIOLOGIQUE





    1. La révolution darwinienne

Charles Darwin

La théorie de Darwin

les répercussions philosophiques et sociales

références



    1. La fondation des sciences humaines sur le modèle des sciences de la nature


en psychologie :

la psychologie « préscientifique »

la naissance d’une psychologie expérimentale : psychophysique et psychophysiologie

une bio-psychologie

dans les sciences sociales : L’organicisme



    1. Le darwinisme social


dans les sciences sociales : les théories de la race
en psychologie : l’eugénisme


    1. En somme




    1. Les courants actuels


Le néolibéralisme économique
la sociobiologie (E.O. WILSON)
Le retour du tout-biologique (J.P. CHANGEUX, J.D. VINCENT)

en psychologie : racisme et psychologie évolutionniste ;

les neurosciences, le « New Age »

1.6) Conclusion : Les dangers et les apports, l’éthologie (K.Z. LORENZ, B. CYRULNIK)

Le 19° siècle éprouve une véritable fascination pour la « physiologie » et l’idée d’évolution.
Le célèbre gastronome Anthelme BRILLAT-SAVARIN (1755-1826) publie en 1825

La Physiologie du goût ou Méditations de gastronomie transcendante.
Honoré de BALZAC, à travers sa Comédie humaine, veut réaliser une véritable physiologie des passions humaines ; il intitule un de ses ouvrages Physiologie du mariage et il dédie Le père Goriot au naturaliste Etienne GEOFFROY SAINT-HILAIRE(1772-1824), partisan du « transformisme » (les modifications des espèces sont dues à l’influence directe du milieu).
De la même façon, les premières explications des conduites humaines et sociales vont être d'ordre biologique. C’est à dire que les sciences humaines, qui émergent dans la deuxième moitié du 19° siècle, vont chercher leur modèle, non plus chez Newton comme le tentaient les philosophes du 18° siècle et de la première moitié du 19°, mais chez Darwin. Ce dernier opère une véritable révolution scientifique, qui va avoir des répercussions considérables sur le développement des sciences humaines.
Mais cette fascination pour l’explication biologique de l’homme et de la société précède les théories darwiniennes. Inversement, on peut donc penser que c’est plutôt cette fascination pour la biologie qui va expliquer le succès rencontré par Darwin. En fait, Darwin avait une formation de théologien et de philosophe et ses théories sont directement inspirées des modèles développés par la philosophie sociale de son époque, notamment les théories libérales.
« La théorie de Darwin était essentiellement une extension au monde animal et végétal de l’économie politique classique, et lui avait été suggérée par la théorie de la population de Malthus ». (RUSSELL, 1971, p. 55)1

    1. la révolution darwinienne




1.1.1.) Charles Darwin (1809-1882)



Né dans une riche famille britannique, il entreprend des études de naturaliste, avant de participer, de 1831 à 1836, à une expédition scientifique autour du monde sur le Beagle. Il effectue d'innombrables observations en matière de géologie et sur la variabilité des espèces fossiles et vivantes. En 1835, aux îles Galápagos, il observe que les pinsons qu’il répertorie, sur ces îles volcaniques relativement récentes (4 à 5 millions d’années), ont développé des caractères indigènes d’une île à l’autre.
1839 : Voyage d’un naturaliste autour du monde
1859 : De l'origine des espèces par voie de sélection naturelle, (Garnier-Flammarion, n° 685, 1992).


La biographie de Charles Darwin : http://www.infoscience.fr/histoire/portrait/darwin.html

1.1.2) la théorie de Darwin



Ce qui nous intéresse, dans le cadre de ce cours, ce n’est pas de développer les aspects techniques des théories darwiniennes, ni même d’entrer dans le débat des théories concurrentes de l’évolution, mais plutôt de comprendre l’influence qu’elles ont exercée sur les sciences humaines.
La notion d’évolutionnisme aurait été avancée pour la première fois par Pierre Louis Moreau de MAUPERTUIS (1698-1759), « le natif de St Malo », souffre-douleur de Voltaire. Il parle de « transformisme intégral » (Essai sur la formation des corps organisés).
Mais c’est LAMARCK2 (1744-1829) qui lui donne un tour décisif en formulant deux hypothèses :

1° hypothèse : besoin nouveau d’un animal apparition d’un nouvel organe

2° hypothèse : transmission héréditaire des caractères acquis.

(2 hypothèses scientifiquement discutables)
DARWIN rejette la première hypothèse et accepte la seconde, même s’il lui donne moins d’importance au sein de sa théorie.
L’essentiel de l’apport de Darwin ne réside pas dans la théorie de l’évolution, qui était déjà largement admise à son époque, mais dans celui de la sélection naturelle.

Il étaye la théorie de l'évolution sur l’hypothèse de la sélection naturelle.

« L’importance historique de Darwin tient à ce qu’il a proposé un mécanisme de l’évolution (la sélection naturelle) qui a fait paraître l’évolution plus vraisemblable » (RUSSELL, 1971, p. 54)
1) Les individus, plantes ou animaux, subissent des variations aléatoires (dues au hasard)

et beaucoup de ces variations sont transmises à leurs descendants

(hypothèse de la transmission héréditaire des caractères acquis reprise à LAMARCK).
2) Les variations qui sont conservées sont celles qui sont avantageuses à l’organisme.
 3) La nature opère une sorte de tri, de sélection qui, au bout d’un grand nombre de générations, produit l’adaptation de chaque espèce à son environnement.
Mais c’est un processus aléatoire, imprévisible, sans direction préétablie, sans téléologie.
Les théories de Darwin ont été critiquées, rejetées, affinées, complétées, par les biologistes, les généticiens, les paléontologues… comme il est normal de toute hypothèse scientifique. Elles ont été étayées depuis par les découvertes de la génétique avec le moine morave Gregori MENDEL (1822-1884). Mais il a fallu attendre 1947 pour avoir la première preuve directe de la théorie de la sélection naturelle avec la phalène du bouleau.
A la lumière de ces nouveaux éclairages, la nouvelle discipline intitulée génétique des populations (LEGANEY, Philosophie de la biologie, Belin) pourrait aujourd’hui reformuler ainsi la théorie darwinienne :

Dans le processus de la reproduction, des erreurs techniques, dues au hasard, peuvent se produire dans la transmission des gènes. Ces mutations peuvent être défavorables : elles vont donc entraîner une mort plus rapide de l’individu, un taux de reproduction plus faible, ce qui risque d’aboutir, au bout de nombreuses générations, à l’extinction de l’espèce. Mais si ces mutations sont favorables, elles permettent le développement et l’extension de l’espèce. Les espèces sont donc en concurrence pour leur survie (« struggle for life »). D’ailleurs les espèces sont condamnées à s’adapter en permanence aux changements sous peine de disparaître

(le théorème de la reine rouge dans Alice au pays des merveilles).

Le paléontologue américain Stephen Jay GOULD (1942-2002) avait apporté quelques précisions aux théories de l’évolution. Il rejetait l’idée darwinienne de processus lent et continu, au profit d’une alternance de changements brutaux et de périodes de ralentissement (concept d’« équilibre ponctué »)

1.1.2) Les répercussions philosophiques et sociales



Une controverse partage depuis toujours les spécialistes des sciences humaines, les historiens des sciences, les épistémologues, sur le véritable apport de Darwin, sur le scandale qu’il a causé à son époque et sur sa responsabilité dans les dérives sociales de ses théories. Le débat oppose encore actuellement les philosophes des sciences : Patrick TORT dédouane Darwin de toute responsabilité, contrairement à André PICHOT (2000)
Si l'homme est le résultat aléatoire de l'évolution progressive des espèces, c’est donc un animal parmi les autres, régi par l'instinct. Les sciences humaines peuvent donc être considérées comme une extension des sciences naturelles.
Les théories de Darwin vont provoquer de violentes réactions, reposant souvent sur des déformations de sa pensée, des incompréhensions et des contresens :
 hostilité des conservateurs qui défendent le « fixisme », notamment au nom de la religion, puisque les théories évolutionnistes semblent s’opposer au créationnisme.

Cette opposition va perdurer jusqu’à aujourd’hui. On note même ces dernières années un retour en force de l’opposition aux théories évolutionnistes qui semblent contredire le récit de la Genèse, dans certains états américains, notamment dans la «Bible Belt ». A l’été 1999, les théories de Darwin, comme d’ailleurs celles du Big Bang, ont été interdites dans les programmes scolaires de l’état d’Arkansas. On peut craindre que l’offensive actuelle des courants américains néo-conservateurs aille dans le sens d’un renforcement de cet obscurantisme.
Comme dit avec humour Yvon Corbeil, « Si la théorie de Darwin était vraie, il y a longtemps que les créationnistes auraient disparu ».
 enthousiasme et récupération par les progressistes.

Selon Freud, c’est une des trois grandes révolutions de la pensée humaine, après la révolution copernicienne et avant la sienne : Darwin porte une rude atteinte au narcissisme humain.

Pour Marx, la sélection remplace Dieu. Laplace s’était passé de « l’hypothèse Dieu » pour expliquer le monde physique. Darwin poursuit cette démarche avec le monde du vivant. Ce n’est pas Dieu qui a créé l’homme, c’est le hasard.
Cette opposition un peu simpliste entre la science et la religion semble largement dépassée aujourd’hui. Ce que les scientifiques appellent le hasard, c’est ce qui n’a pas de sens perceptible pour la science. La science ne peut pas s’intéresser à Dieu, qui n’est pas une hypothèse réfutable. Les chrétiens, dans leur immense majorité, acceptent la théorie de l’évolution et ne font pas de confusion entre science et religion.

Voir les dossiers réalisés par les revues La France Catholique et Résurrection

[evolution-France Catho_.html]






Pierre TEILHARD de CHARDIN (1881-1955), jésuite et paléontologue français, a tenté de concilier la religion avec un évolutionnisme optimiste, plan divin qui passe par la cosmogenèse, la biogenèse et la noogenèse pour aboutir à l’hominisation, la spiritualisation progressive de la matière qui part de Dieu et y retourne (l’alpha et l’oméga). cf. Le phénomène humain (1955), L’apparition de l’homme (1956), Le milieu divin (1957), L’avenir de l’homme (1959).
Cette théorie s’inscrit dans un courant plus large qu’on a appelé l’« intelligent design », qui réconcilie évolutionnisme et créationnisme, en rejetant la théorie darwinienne de la sélection naturelle : l’évolution n’est pas due au hasard, à l’adaptation aux conditions extérieures, mais à un moteur interne, qui serait encore actif et nous entrainerait vers de nouvelles évolutions. C’est l’hypothèse défendue actuellement par Anne DAMBRICOURT, en opposition à l’ensemble de ses collègues paléontologues. Sa théorie est présentée dans un film documentaire de Thomas JOHNSON (2005), Homo Sapiens, une nouvelle histoire de l’homme, diffusé le 29 octobre 2005 sur Arte.


Ce n'est pas l'homme qui a inventé la société

puisqu'il y a des sociétés animales qui précèdent les sociétés humaines.

Références :


  • www.arte-tv.com/evolution

  • l’ICDI – Institut Charles Darwin International, Romainville (dirigé par Patrick Tort) a entrepris l’édition des

Œuvres complètes en voie de publication par les éditions SYLLEPSE

  • La filiation de l’homme,1999

  • La sélection liée au sexe, 1999

  • Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, sous la direction de Patrick TORT, PUF, 3 vol.

  • Patrick TORT, Darwinisme et société

  • Un dossier très complet : « Darwin, les nouveaux enjeux de l’évolution », Magazine littéraire, n° 374, mars 1999

  • BOWLBY John (1995), Charles Darwin, une nouvelle biographie, PUF, 509 p. [par le psychanalyste]

  • BOWLER Peter J. (1995), Darwin. L’homme et son influence, Flammarion, « Figures de la science », 326 p.

  • BUICAN Denis, Darwin et le darwinisme, PUF, « Que sais-je ? », n° 2386.

  • BUICAN Denis, Charles Darwin, Critérion, 1992

  • CHAUVIN Rémy (1997), Le darwinisme ou la fin d’un mythe, Ed. du Rocher [remise en cause de la théorie de l’évolution].

  • CHRISTEN Yves (1982), Le dossier Darwin, Copernic

  • CONRY Yvette (1983) sous la direction de, De Darwin au darwinisme. Science et idéologie, Vrin.

  • COSTAGLIOLA Jacques (1995), Faut-il brûler Darwin ?, L’Harmattan.

  • GAYON Jean, Darwin et l’après-Darwin : une histoire de l’hypothèse de sélection naturelle, Kimé, 1992.

  • GAYON Jean, « Comment le problème de l’eugénisme se pose-t-il aujourd’hui ? », in L’homme et la santé, Seuil, 1992.

  • PICHOT André (2000), La société pure. De Darwin à Hitler, Flammarion, 458 p.

  • Bertrand RUSSELL, « L’évolution », in Science et religion, Paris, Gallimard, 1971, « Folio Essais », 3° chapitre, p. 38-61


  1   2   3   4   5

similaire:

1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique iconL’ideologie en économie elle existe car on a deux paragdigme principaux...

1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique iconCours de Madame Blanc-Noel 2008 2009 Le paradigme de l'uniformisation...
«L'exception française»: entre ignorance de la problématique de la mondialisation culturelle et engagement extrême 35

1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique iconLes standards privés dans le développement de l’agriculture biologique

1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique iconRégularités et intégration du «techno-push» et du «demand pull» dans...
«techno-push» et du «demand pull» dans l’approche en terme de paradigme technologique et de trajectoire

1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique icon«Le grand changement de paradigme : du capitalisme de marché aux...
«Le grand changement de paradigme : du capitalisme de marché aux communaux collaboratifs») (3)

1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique iconIntroduction : explorer le dépassement de la territorialité
«tout territorial» est un bel exemple de ces percolations fameuses qui, du social au scientifique, et du scientifique au politique,...

1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique iconGenie biologique et medical sur la

1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique iconCongrès Marx International V section Etudes Féministes Atelier 7...

1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique iconRésumé Depuis ses origines, l’agriculture biologique (AB) implique...

1 Le paradigme biologique introduction la naissance des sciences humaines dans le contexte du xix° siècle, la situation sociopolitique 1 le paradigme biologique iconDu grand commerce caravanier а la mondialisation contemporaine :...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com