Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives





télécharger 53.6 Kb.
titreAnnexe 2 Fiches journalistiques comparatives
date de publication05.01.2017
taille53.6 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives.

Pour améliorer votre niveau d’anglais et ainsi vous permettre de progresser en thème et version, la lecture de quotidiens en anglais comme en français est primordiale. Il est indispensable de lire au moins 5-6 articles par semaine dans chaque langue.

En plus d’une lecture régulière de la presse, il vous est demandé de vous constituer des fiches journalistiques comparatives.

Ces « fiches journalistiques comparatives » seront le résultat d’un travail approfondi et détaillé sur 2 articles (un en anglais et un en français). En seconde année, les articles ne doivent pas être trop courts (ni trop longs) 40 lignes par exemple.

Ce travail doit vous aider à vous améliorer en compréhension dans la langue étrangère ainsi qu’en traduction.

Il s’agit d’un travail de détail sur les langues, de façon à mettre en lumière des caractéristiques constantes de ces deux langues.

Ce travail doit vous permettre de gagner du temps le jour d’une traduction, en particulier d’une traduction en classe – car grâce à elles, vous aurez acquis du lexique « réel », c’est-à-dire vu en situation et non dans une liste, et – grâce à elles vous aurez remarqué des caractéristiques (sur les majuscules, la ponctuation, les verbes déclaratifs, les temps, ou l’ordre des mots ) qui vous permettront de traduire très vite et sans dictionnaire.

Le travail en groupe peut être utile/: efficace : certaines parties peuvent être faites seul(e)s à condition de vous réserver une séance ou deux ensemble où il y a mise en commun et réflexion/discussion sur le travail des autres. C’est à ce moment là que vous allez remarquer que votre camarade a  visiblement mal choisi la traduction dans le dictionnaire car il n’y a aucun rapport avec le contexte.
Présentation d’une fiche journalistique comparative :

Travail préliminaire : Choisissez dans la presse, un article en anglais et un article en français (pris à un ou deux jours d’intervalle en général) qui traitent du même sujet. Tous les thèmes sont possibles, économie, politique, société, arts, culture, faits divers, sport…

Conditions :

ne prenez pas un article qui est la traduction de l’autre (comme c’est le cas dans certains quotidiens) d’une semaine sur l’autre, changez de quotidien (anglais /américain/ australien/…) et de tendance éventuellement, mais changez aussi de type de sujet. Il est très simple d’accéder à de nombreux quotidiens sur l’Internet.

En ce qui concerne les journaux français, évitez de prendre la presse type « Métro » ou « Vingt minutes » qui ne sont pas forcément bien écrits : n’oubliez pas que le but est de vous faire mieux traduire, donc mieux écrire !

Pour le travail, mais aussi pour la présentation et donc la lecture et la relecture : collez vos articles face à face sur une double page séparée. Ne collez jamais les articles dos à dos car vous devez pouvoir les voir en même temps. Vous n’écrirez rien derrière ces pages.

Numérotez les lignes.

Utilisez ensuite des codes couleurs différents selon ce que vous repérez dans l’article : lexique, structures grammaticales, sigles, ponctuation. N’utilisez pas la couleur pour faire joli mais pour repérer et faciliter la lecture. Ainsi, par exemple  : le lexique = souligné en bleu ; les structures grammaticales en vert ; les temps ou les verbes en rouge ; les points de détails (majuscules, ponctuation) entourés en noir, par exemple.

Vous n’écrirez pas le vocabulaire, les remarques et commentaires au dos des articles car votre lecteur doit pouvoir lire les explications en même temps que les textes.
Présentez votre fiche en trois parties : A ; B ; C

A) Article en anglais


A.1) Lexique. Pour les francophones, il s’agit d’un exercice de compréhension de détail.

Repérez dans l’article le lexique inconnu ou mal connu.

Relevez ces termes sur une feuille et cherchez en le sens. Interrogez-vous toujours sur la nature grammaticale du mot par rapport à la structure de la phrase. Bien avoir remarqué la nature grammaticale du mot vous permettra d’éviter un certain nombre d’erreurs de sens. Si un champ lexical (élections, judiciaire, etc., ) s’impose, notez tous les mots selon ces catégories.

Notez sur votre feuille ces mots, donnez la référence de la ligne : votre lecteur (y compris vous même) doit retrouver très vite les mots choisis.

Notez la nature grammaticale de chaque mot.

Notez sa prononciation : notez la transcription phonétique avec l’accentuation correcte, cela vous permettra d’apprendre à prononcer le mot nouveau.
Travaillez avec le bilingue, mais ATTENTION, la plupart des mots ont plusieurs sens  : comme pour une traduction, faites très attention au contexte ! (je repense aux traductions de « compound » dans « Arafat’s compound » par « adjectif composé ».) Si vous trouvez que ce mot est intéressant et vous souhaitez recopier plusieurs sens, il faut toujours mettre en premier le sens de l’article, et le souligner. Mais il ne s’agit pas de recopier toute la définition du dictionnaire ! Notez ce qui vous semble utile dans l’immédiat. Vous pouvez par exemple noter une expression idiomatique dans laquelle ce mot est utilisé. S’il s’agit d’un verbe, pensez aux différences de sens selon les particules.

Au bout de plusieurs fiches, essayez d’organiser votre lexique de façon intéressante, de façon thématique par exemple.

Note : si vous ne trouvez pas le sens du mot dans le dictionnaire bilingue, prenez un unilingue. Si vous ne trouvez toujours pas, dites-le, et proposez des sens possibles par rapport au contexte. Il ne vous sera pas tenu rigueur de ne pas trouver un mot nouveau ou inconnu du dictionnaire.

N’écrivez que ce qui vous semble logique. Si le sens proposé par le dictionnaire ne vous semble pas correspondre du tout, cherchez dans un autre dictionnaire plus complet.

The Republican candidate planned to duck a rally with Bush.

Le dictionnaire donne pour ce verbe « se baisser vivement », esquiver un coup », « plonger dans l’eau », précise « one’s head » : baisser vivement la tête ». Or, a rally  est, dans le contexte politique « un rassemblement », « un meeting », aucun des sens trouvés ne convient vraiment. L’unilingue apporte d’autres sens : to avoid a situation or duty or responsibility , ce sens convient mieux, ce candidat républicain a donc prévu de ne pas se rendre au meeting où le président doit parler.

Si le mot fait partie du thème majeur de l’article, il sera sans doute dans l’article français, vous pouvez laisser une ligne pour le mot français qui sera utilisé dans l’article en français si jamais il est différent.

Cette partie de l’exercice est un exercice qui fait appel à votre logique et votre bon sens. Vous verrez d’ailleurs que, très vite, si vous vous posez les bonnes questions, le dictionnaire ne sera plus là que pour confirmer vos déductions.

Profitez-en pour vérifier le sens des mots qui vous semblent transparents mais dont le sens « transparent » semble curieux d’après le contexte : It is aboslutely critical to make sure your students can see your mouth when you speak = est -ce que critical veut dire “critique” ?

Autre exemple : Former President Clinton campaigned for Democratic House candidates before flying to Virginia

Quels sont ces candidats? Democratic à première vue peut sembler vouloir dire « democratic » comme dans democratic elections, democratically elected, mais il y a une majuscule, on note aussi la majuscule à House = dans le contexte des élections américaines, il s’agit de The House of Representatives , la Chambre des représentants, il s’agit donc des candidats démocrates (du Parti démocrate) à la Chambre des représentants.
A.2) Structures et expressions.

*Repérez et relevez les tournures de phrases et expressions qui vous semblent difficiles à comprendre. Élucidez leur sens dans le texte et la/les structure(s) grammaticale(s) utilisées. N’hésitez pas à vous replonger dans une grammaire anglaise pour revoir ou approfondir certains points en particulier. Ne recopiez pas la règle pour l’enseignant mais notez les points essentiels pour vous. Interrogez vous sur les prépositions par exemple : la phrase suivante par exemple a été trouvée et comprise dans le cadre d’une fiche journalistique par des étudiants de seconde année mais est restée incompréhensible pour la majorité d’un groupe de troisième année qui n’a pas suffisamment réfléchi à la structure

Unemployment has surged to an 11-year high after the number of people out of work grew by 140,000 to 1.82 million during the three months to September.

Il fallait travailler sur la façon de presenter l’augmentation, voir que ‘to” n’avait pas le même sens que « by », comprendre qu’en anglais on peut donner de façon rapide le chiffre d’arriver et l’amplitude de l’augmentation dans une même phrase, et comprendre que « an 11-year high » comme « a 10-month low » permet de donner le contexte et le résultat dans la même structure le chiffre le plus haut en 11 ans/ le plus bas en 10 mois, en utilisant un adjectif (high/low) comme si c’était un nom. Structure inhabituelle à retenir.

*Relevez aussi les tournures, expressions, expressions idiomatiques qui vous semblent intéressantes, qui vous plaisent ou qui vous accrochent. Pensez à ce que vous pourrez réutiliser dans un thème.

Gardez toujours en mémoire le but de l’exercice  : vous améliorer en traduction, en thème et en version.

Par exemple

he was shot dead où le moyen est exprimé par le verbe, et le résultat par l’adjectif.


On the consumer side of the market = consumer qui renvoie aux consommateurs est placé en position d’adjectif, c’est pourquoi il n’y a pas de « s ».

Some 1,000 extra police were sent = en anglais, on désigne les policiers par un collectif, sans s, suivi du pluriel et on peut mettre un chiffre devant, et pour indiquer qu’il y a eu des renforts, on met extra entre le chiffre et police (en français cela ne serait pas le cas, bien sûr)

They were finding it difficult to understand On note la présence de “it” dans cette construction, qui ne renvoie à rien de précis, c’est une structure figée qui signifie «avoir du mal à faire qqchose » : to find it difficult /hard to do something. C’est une structure intéressante car, en thème, n’auriez vous pas envie de traduire « ils ont des difficultés à faire.. » par «they have difficulties » ?

*Les prépositions sont souvent très intéressantes :

He was acquitted for lack of evidence

His reactions to the news

Mr Malik, the MP for Dewsbury said

People remained divided over the verdict = quant au, au sujet de (et non “par dessus”)

an investigation into = une enquête sur

on medical grounds pour raisons médicales


B) Article en français


B.1) Lexique.

Procédez sensiblement de la même façon que pour l’article en anglais. Evidemment, le lexique et la structure poseront moins de problèmes aux Francophones. Mais attention à bien connaître le sens précis en français de tous les mots/ expressions de l’article. Une vérification n’est jamais du temps perdu. Notez aussi les mots qui sont des clichés car vous pourrez les utiliser en version.

Quelques exemples de vérifications/ mots intéressants à utiliser

 « après avoir achoppé à la dernière minute » = être arrêté par une difficulté, échouer.

« briguer la troisième place » = chercher à obtenir.

« s’est gardé de commenter la sentence »

« certains proches du présidents » = adjectif devenu un nom.

« le procès s’est tenu, à dessein, dans la zone verte de Bagdad »

« des positions diamétralement opposées »

« un train de mesures » = ensemble de décrets faisant partie d’une législation nouvelle dans un domaine déterminé »

« la dictature qui se solda par 3.000 morts » = se solder par qq chose = résulter

« M. Bush entendait réunir le même groupe ds les prochaines semaines » = entendre faire qq chose = avoir l’intention de faire qqchose
On peut également noter le souci du français de ne pas répéter les termes utilisés, ainsi ce « chef de l’armée britannique » transformé quelques lignes plus loin par « le patron de l’armée ».
Attention, en particulier pour les phrases françaises à ne pas transformer l’exercice de compréhension-repérage en thème suivi : Au besoin, cherchez le sens en anglais de quelques termes ou expressions idiomatiques (« un train de mesures ») mais ne traduisez pas systématiquement- il ne s’agit pas d’un thème !!

Vous pouvez par contre vous poser des questions : comment traduire par exemple «  les manifestants s’époumonaient dans la rue » = le journaliste a voulu faire de l’effet, mais ce terme signifie que les gens criaient, donc si vous aviez à le traduire, vous diriez simplement « crier ».

N’oubliez pas que vous trouverez dans l’article anglais des traductions pour les mots les plus importants de votre article.
B.2) Structures et expressions.

Relevez les tournures que vous trouvez intéressantes ou qui pourront vous être utiles par la suite. Certaines expressions vous paraîtront plus recherchées ou plus appropriées au style journalistique.

pour les structures anglaises, il s’agit de les comprendre et de voir comment elles sont construites, afin de pouvoir les ré-utiliser un jour pour les structures françaises, il s’agit de noter des expressions à réutiliser dans une version, donc proposez une explication en français, au second semestre, vous pouvez commencer à réfléchir aux problèmes des traductions mais il ne s’agit pas de les traduire  des phrases !

*Vous pouvez, par contre, vous poser des questions :

en français on peut commencer une phrase par un adjectif, peut-on faire de même en anglais ? ( « Convaincus que la composition du prochain Congrès américain dépendra de leurs efforts, les bénévoles… ») Si en français on pratique l’inversion sujet-verbe, peut-on faire de même en anglais ?

En français on peut avoir des phrases sans verbe, peut-on faire de même en anglais ?

En français on sépare souvent le verbe du COD par une date : « les bénévoles des camps républicains et démocrates donnaient, lundi 6 novembre, un dernier coup de collier » = peut-on faire de même en anglais ?

En français on trouve parfois « si » en début de phrase : « Si trois d’entre eux ont admis avoir eu …. aucun n’a admis… » quel est le sens de « si » ? Peut-il être traduit par «if » ?

*Quelques structures intéressantes / clichés journalistiques

 « le principal dit avoir pris cette décision dans l’intérêt des élèves »

« Dire avoir fait qqchose » et non dire que quelqu’un a fait quelque chose.

« Le principal s’est dit surpris de la réaction » : se dire+ un adjectif

« A quelques mois de la présidentielle » = on remarque que le mot élection n’est pas utilisé en français –cette omission est-elle possible en anglais ? comment traduira-t-on cette expression en anglais ?
C) Comparaison des deux articles. !!!! c’est la partie la plus importante !!!!!!!!

C.1) Lexique.

Vous allez retrouver des termes qui sont employés dans les deux articles. Faites un relevé parallèle de ces termes. Comparez-les, si besoin est, à ceux que vous avez cherchés dans le dictionnaire. Le terme utilisé en français et qui correspondra à un terme du texte en anglais ne sera pas forcément celui que vous avez relevé en premier dans le dictionnaire bilingue. Vous verrez par exemple que dans un article anglais on parlera de an activist / en français : un militant alors que le mot anglais miliatnt existe et le français « activiste ».

La « frontière » entre les Etats-Unis et le Mexique : le mot anglais n’est pas frontier mais border.

Voyez ce qui s’utilise en pratique.

Regardez ce qui se passe du côté des verbes déclaratifs, dans les deux langues.
C.2) Structures grammaticales.

Comme vous avez choisi 2 articles sur le même sujet, vous allez fatalement retrouver des phrases qui évoquent la même idée d’un article à l’autre. Mettez les expressions ou parties de phrases en regard l’une de l’autre. Ajoutez vos propres commentaires. Vous verrez sans doute à l’occasion de cette comparaison de structures la réalisation pratique de ce qui vous aura été dit de façon théorique pendant le cours : tel que la prédominance du nom en français, pour des phrases avec un verbe en anglais, ou bien encore le choix des expressions imagées en français et une façon plus simple ou directe de s’exprimer en anglais.
Quelques exemples concrets :

* quelques clichés :

to be sentenced to life : «être condamné à la prison à vie » : en anglais on est directement condamné à vie, la durée de la peine vient en premier, en français c’est le lieu.

« La tempête a fait 20 victimes » en français # vous ne trouverez jamais made 200 victimes en anglais mais vous trouverez un verbe 20 people died.

Le choix du preterit est commandé par le fait que tout ceci étant un événement il est daté dans votre article

A blackout in Germany leaves million in dark // « des millions de foyers allemands ont été privés d’électricité  lors d’une gigantesque panne» la structure anglaise choisit comme sujet du verbe leave la panne de courant alors qu’en français on commence par les victimes.

*Exemples d’étoffements :

President Bush signed a law authorizing 1,127 kilometres of new fencing along the US-Mexico border

une loi autorisant la construction d’un mur entre les Etats-Unis et le Mexique.

Il y a besoin, en français, d’avoir un mot en plus de « mur », et c’est donc « la construction de », ce n’est pas le cas en anglais.

Police responded with tear gas // « la police a répliqué en faisant usage de gaz lacrymocgènes » là où on ne trouve qu’une préposition en anglais, le français utilise une structure verbale « en faisant usage de »

* constructions

 « Déclaré coupable le 20 juin 2002, X sera exécuté le 30 mai de l’année suivante. »

X was found guilty on June 2O 2002, and was executed on May 30 2003.

La construction est différente, pas d’adjectif isolé en début de phrase en anglais # mais en français, un adjectif tout seul pour démarrer la phrase. Il faut réfléchir au temps du verbe à ajouter : le français n’a pas de verbe, l’anglais en a un, comme nous sommes en 2006, tout ceci a eu lieu dans le passé, l’auxiliaire est au prétérit (événement daté) Les temps sont différents, en français on utilise un futur pour raconter cet événement passé, en anglais, on continue dans la logique passée, et datée, donc prétérit.

Lexique : on note que le verbe est différent, en français on « déclare » quelqu’un coupable, en anglais, on s’intéresse au résultat : found.

Points de détail (à simplement entourer, pas besoin d’écrire quoi que ce soit, les majuscules sont différentes et en anglais britannique on ajoute on devant la date
*Notez les différences de temps : regardez le nombre de temps utilisés dans l’article français, par rapport à l’article anglais

Dans un article sur des fusions, on note en anglais un prétérit pour parler des événements qui se sont déroulés la veille comme des événements de l’année précédente : the companies agreed to merge on Wednesday […] a previous attempt to merge the two companies failed a year go, en français on marquera l’antériorité : «Il y a un an, le désaccord avait déjà porté sur les parités de fusion »

L’imparfait est fréquent en français : « les manifestations ont débuté en mai (…) les protestataires réclamaient la démission de », en anglais, un présent perfect : the demonstrators have been seeking to oust Gov Ruiz (on note en passant, que la structure anglaise est verbale = to oust alors qu’en français elle est nominale : la démission)
 La comparaison de la commémoration d’un événement montrera une différence ds l’emploi des temps : ainsi la décision « historique » de Rosa Parks de s’asseoir dans un bus sur des sièges réservés aux blancs a-t-elle été racontée au présent dans l’article français : « Rosa Parks est fatiguée, elle s’assoit au premier rang des sièges réservés aux Noirs…. » et au passé (prétérit) en anglais. Comparant ses deux articles, l’étudiant avait noté que le nombre de sièges était différent mais n’avait pas vu la différence d’emploi des temps, or, savoir qu’un événement raconté au présent en français peut être raconté au prétérit en anglais est un point important en traduction……
Temps et verbes/Adjectifs

« Plus de 23 Palestiniens et au moins un soldat israélien sont morts depuis mercredi »

more than 20 Palestinians have been killed since the offensive began

ce qui importe n’est pas la différence des nombres mais que l’idée en français est exprimée par le verbe « être » au présent et un adjectif, alors qu’en anglais on a une structure verbale, et un present perfect : have been killed
Comparaison de titres  :

Israeli troops open fire on women outside mosque

Affrontements meurtriers dans une mosquée de la bande de Gaza

Le titre français n’a pas de verbe, mais on remarque qu’en anglais la même idée est exprimées avec un verbe, au présent, ce qui est assez courant pour un titre. On remarque aussi dans le titre anglais l’absence d’article devant women et devant mosque , en français cela n’est pas possible, en traduction on devra rajouter « une »

C.3) L’importance du détail bien maîtrisé lors du passage d’une langue à l’autre.

Il sera essentiel pour vous de faire très attention à relever les différences ou similitudes concernant les points suivants  : vous n’avez pas besoin de commenter mais entourez simplement, pour montrer que vous avez vu ce qui était à voir

- Les noms propres (personnages de la scène politique, publique…), les noms de pays et adjectifs de nationalité, les noms de villes.

- L’utilisation des majuscules d’une manière générale.

Les différences typographiques, les guillemets, italiques…

- Les sigles et leur signification
Ne commentez que ce que vous ne saviez pas, afin de vous en souvenir par exemple le fait qu’en anglais on utilise des majuscules pour les adjs de religion, ou le fait qu’en français on privilégie le nom et non l’adjectif ds les noms composés : la Chambre des communes, le Parti socialiste….. sauf, bien sûr, pour le nom des mers et océans : océan Atlantique
Pensez à renoter, simplement en soulignant, les différences d’emploi des articles, qui vous posent tant de problème en thème : pas besoin de faire un discours, mais noter systématiquement, en entourant ou soulignant :

Poverty has become the world’s biggest issue  // “la pauvreté”

__Police responded with tear gas // « la police a répliqué en faisant usage de gaz lacrymocgènes » A noter qu’en anglais police est suivi d’un pluriel (singulier en français)

__ AIDS killed 5 m people in __South Africa // le sida a fait 5 millions de victimes en Afrique du Sud

ici on pourra noter la différence lexicale (faire/ kill) mais aussi la façon différente de donner les chiffres, avec une lettre seulement en anglais, et « millions » écrit en toutes lettres, noter aussi la construction différente : 5 million people # « 5 millions de victimes » , parce qu’en thème, on a toujours envie de rajouter of, sur le modèle du français….. et aussi le fait que AIDS s’écrit toujours en majuscules.
Quand rendre ces fiches : Au premier semestre, il vous sera demandé d’apporter au minimum trois fiches, qui seront ramassées en version ; au deuxième semestre, vous les rendrez en thème.

A quoi ces fiches peuvent-elles servir ?


- en version, à utiliser des temps et des mots variés pour les verbes déclaratifs, là où l’anglais choisit said ( et inversement, à ne pas paniquer devant « soupire-t-il » « a-t-il estimé » « soulignait » mais à traduire ces temps et verbes variés par he said en thème)

A ne pas calquer les structures de l’anglais, mais à étoffer les prépositions anglaises par des verbes a T-shirt with the words // « sur lesquels on peut lire » he has been fighting for a museum in Washington // « il se bat pour la création d’un musée », ou à inverser par une modulation( chassé croisé) les sujets/victimes et traduire the war left millions dead par « des millions de gens sont morts. »
En thème, à ne pas traduire mot à mot des structures typiquement françaises (« faire des morts ») ou à réfléchir avant de traduire « si » dans l’expression « si tous ont admis… » par if ; avant de traduire « patron » par boss dans l’expression « le patron de l’armée » puisque l’on sait qu’il s’agit d’une périphrase pour éviter de répéter « chef de l’armée », on se contentera donc de dire the general ; à savoir que à deux mois de la présidentielle, on sera obligé de « rajouter » elections car un adjectif ne peut s’employer seul en anglais.








similaire:

Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives iconAnnexe : Fiches individuelles Chercheurs et enseignants chercheurs

Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives iconRecherches institutionnelles et comparatives

Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives iconCalendrier du ccf page 8 Dossier jury de délibération  Annexe IV...

Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives iconNb : un exemple de tableau de suivi terrain est proposé en annexe...

Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives iconBilan du Groupement de recherches comparatives en droit constitutionnel,...
«travail de reconstitution des contextes», juridique bien sûr, mais aussi historique et politique

Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives iconLa note de synthese : objectifs et methode
«journalistiques» (par opposition à des extraits de presse spécialisée qui peuvent relever de 1 ou autre) : sont écrits par des journalistes,...

Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives iconRecherche 1 Compte-rendu de la réunion du mardi 17 juin
«brainstorming» où, au travers des possibilités d’application de procédures d’analyse automatisés à ces contenus spécifiques que...

Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives iconGroupement de recherches et d’études comparatives en droit constitutionnel,...
… le projet scientifique conduit par le greccap, issu de la fusion du cerccle, du cerdradi et du cereb, durant la période 2007-2010...

Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives iconFiches de présentation des structures partenaires

Annexe 2 Fiches journalistiques comparatives iconFiches de révisions bacpro / bma géographie






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com