Le terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec





télécharger 0.57 Mb.
titreLe terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec
page14/17
date de publication08.10.2017
taille0.57 Mb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   17

La main d’œuvre ouvrière était considérée comme une marchandise, résiliable à faible échéance.

Avec l’apparition de l’industrialisation, la différence entre les deux s’est estompée.

Employés pas en lien direct avec la production, mais en lien direct avec l’employeur, rémunération par traitement plus prestigieuse que les salaires. Employés très inférieurs en nombre par rapport aux ouvriers.

La différence entre public et privé, entreprise cela dépend du marché alors que le fonctionnaire non, sécurité de l’emploi. Par contre la rémunération est meilleure dans le privé.

Il faut produire des biens et les vendre, comptables, secrétaire, sténographes, plusieurs sortes de métiers d’employés dans les différents services.

L’évolution de la catégorie des employés jusqu'à la seconde guerre mondiale

Les grandes administrations privées se développent et se complexifient. Les employés ont augmenté de 30 000 postes par entre 1976 et 1911.

Le développement industriel joue un rôle important. L’augmentation des employés revient à un essor du commerce, le nombre de fonctionnaires croit fortement. Dans le secteur du commerce, forte augmentation avec l’apparition des grands magasins, par exemple avec le Bon Marché, pareil dans le secteur bancaire et d’assurance.

Au 19ème siècle, l’image des employés de bureau est très masculine. Pendant longtemps bureau est un univers très masculin. On constate que les employés sont le plus souvent des femmes. Les femmes employées sont d’origine plus modeste et occupent de nouveaux postes. Millerand explique les raisons de la féminisation dans un rapport au président de la république : engouement en 1893 avec la féminisation avec la création d’un grand nombre d’auxiliaires. La division des tâches à permit la féminisation du métier d’employeurs. Aussi du à la grande guerre.

Est-ce qu’aujourd’hui encore n’y a t-il pas une confusion entre la situation de l’ouvrier et de l’employé ? (avec dans une optique de division des tâches, des hôtesses d’accueil qui travaillent à la chaîne)

Dévalorisation progressive du statut d’employé. Jusqu'à la fin du 19ème, l’employé de bureau est un homme qui a un pouvoir important puis ensuite il devient une femme qui effectue des tâches répétitives et de moins en moins qualifié

La féminisation accompagne une certaine dévalorisation de l’emploi. Ce ne sont plus des titulaires chez les fonctionnaires mais des auxiliaires, des vacataires. Il y a une sorte de dévalorisation des tâches

Qu’est ce qui se passe dans les années 1920-30 qui change le statut d’employé de bureau ?

Il ya un double phénomène de mécanisation du travail de l’employé avec l’introduction de la machine à dactylographier. On va séparer les tâches pour les rendre répétitives.

Comment distinguer ouvrier et employé ? Elle s’établit clairement au 19ème mais tend à se dissoudre au XXème siècle. Plus vraiment de distinction entre employés et ouvriers. Il ya toujours des emplois à la frontière entre les deux. Certains ouvriers travaillent de leur main.

Quand on parle des employés, on réfléchit souvent à l’émergence des classes moyennes. En anglais middle class désigne la bourgeoisie. On doit voir comment émerge cette classe moyenne qui est, à partir des années 20-30 menacée dans son statut social. Ya t-il une identité de la classe des employés ? Comment les évolutions du capitalisme vont amener à cette capitalisation des classes moyennes ?

L’identité se construit contre une extériorité ou à travers des entrepreneurs d’identité (comme les partis politiques ou les médias).

Il ya deux système d’identification différents en France et en Allemagne. La question du sentiment d’employé comme la condition ouvrière.

Sentiment d’une sorte de recul social, prolétarisation, rapprochement avec les classes ouvrières, idée qu’il peut y avoir des luttes communes. En Allemagne, volonté de se distinguer de la classe ouvrière, d’établir des liens différents, certains acquis sociaux, volonté de se constituer en forme de corps avec une identité culturelle et politique. Les employés, soutien particulier au nazisme, soutien à l’idéologie, identité de corps n’est pas en adéquation avec l’identité sociale, n’adhère pas du tout à l’idéologie socialiste, prolongement de cette volonté de distinction. Cas particulier de l’Allemagne allie une certaine vision sociale qui vient de l’ère pré moderne et la constitution d’une identité collective.

Le marché du travail et différence hommes-femmes depuis 1945 en Europe

Jusqu’au milieu du 20ème siècle, le travailleur est masculin. Il faut attendre WWII pour voir leur utilité, pourtant quand les hommes reviennent de la guerre, elles retournent à la vie domestique, la priorité des femmes revient au foyer.

Croissance pourtant ensuite dans les années 1960 de la population de travailleuses féminines

Le Code Napoléon est abolit en 1965, les femmes sont nombreuses à s’émanciper. Rôle de l’électroménager aussi. L’état peut dé-familiarisé la société, ou mettre la famille au centre de celui-ci

Les pays nordiques ; l’état incite les femmes à aller travailler, il y a beaucoup de crèches et une multiplication des aides parentales. Mentalités et l’état joue un rôle dans les différences hommes femmes. Mais plus important encore : la configuration du marché de l’emploi

Le secteur tertiaire pour les femmes représente une terre d’accueil. La tertiarisation de l’emploi va avec un salariat accru. Elle a de conséquences importantes. Elle permet d’acquérir une autonomie professionnelle. Cette féminisation s’explique par différentes raisons : compétence naturelle des femmes pour les travaux. Bourdieu dit que les femmes dans le tertiaire retrouveraient l’organisation familiale

Concernant les hommes, ils ont des métiers plutôt techniques. En 1975, une loi en France interdit les travails sexistes. Hommes nounous ou maîtres d’écoles, plutôt rares, certaines filières sexués l’orientation des filles reste modelé par des stéréotypes

II. la stratification sociale

En France depuis 1972 loi sur les rémunérations, 1983 réaffirmation de l’égalité professionnelle

Europe directive de 1976 sur égalité entre hommes-femmes. On impose des comparaisons de salaires. Les hommes commencent à râler, directive en France pour interdire le travail de nuit féminin effets pervers apparaissent cour européenne dit que transgresse l’égalité entre les sexes.

Women working poors

Quel est le véritable changement depuis la seconde guerre mondiale ?

Travail et emploi des femmes : il faut faire une distinction entre ces termes. Les femmes ont toujours travaillé, mais n’ont pas toujours bénéficié d’un emploi. Au 19ème siècle, on parle de travaux de femmes (lavandières, laveuses..). Les femmes n’étaient pas entrées dans la norme de l’emploi. Dans les usines quelle est la rupture avec la première guerre mondiale. Entrée des munitionnettes dans la métallurgie. Elles ne sont pas renvoyées chez elles après la seconde guerre mondiale mais renvoyées dans des activités les moins rémunérées. Comment dé-familialiser la société : mettre en place des crèches, des aides aux personnes âgées de tout mettre en place pour être travailleuse.

La vraie question : la mixité c’est une chose, mais on y retrouve à l’intérieur des clivages hiérarchiques

Peu de femmes chirurgien par exemple.

Cours de correction de la dissertation

Ne pas bâcler l’introduction. C’est une démonstration de notre analyse, il faut prouver notre réflexion

Il faut une accroche, ce n’est pas évident à trouver. Expliquer les bornes chronologiques

A partir de la WWI, l’imprimé est pris dans les mains de l’état, on entre dans la culture de guerre, puis remplacée dans les années 30 par d’autres vecteurs comme la radio et le cinéma.

Ne pas faire tomber la problématique comme une mouche dans le potage

Programme à réviser pour le galop d’essai : ne prendra pas en compte tout le XXème c’est sur.sur ce que l’on a vu, sujet à analyser selon les termes, à leur polysémie.

PLAN TYPE : une problématique, sur un cercle vertueux de l’imprimé vecteur, créateur de modernisation. La publicité et la disparition des freins politiques aux idées

La massification de la réception

L’alphabétisation, cercle vertueux car augmentation du public accédant à l’écrit

Les manuels scolaires, la production de masse

De nouveaux publics vont accéder à l’imprimé, les femmes, les ouvriers et de nouveaux publics

Stephan Zweig, le monde d’hier : Il avait l’habitude d’aller dans les cafés viennois pour y lire la presse européenne.

La case de l’oncle tom diffusion d’ouvrages au niveau international. Idée de Marshall Mac Luhan dans son livre la galaxie et Gutenberg, a réfléchit a cette culture

Modification du rapport à l’écrit a entraîné des modifications sociales et politiques. La création d’un espace public. Presse de masse. L’affaire Dreyfus montre a quel point la presse joue un rôle important de contre-pouvoir. L’imprimé est limité dans ses possibilités. La construction de la fabrique des nations et le rôle de l’imprimé dedans. Il ne faut pas confondre modernisation et progrès, il peut y avoir un lien mais éviter une vision linéaire. Il ne faut pas imaginer que nous soyons dans une société moderne et meilleure.

Sujet : les industries françaises pendant la seconde guerre mondiale

Soulever les idées importantes : la modernisation de l’industrie française durant la WWII, l’influence de l’occupation sur les méthodes de travail dans l’industrie

Aller contre la vision de la guerre comme parenthèse dans l’industrie, idée de la productivité et pensées de l’après-guerre, réflexion par exemple sur l’automobile du temps de paix. Quelles sont les entreprises qui ont collaborés comme Renault, quelles évolutions ont été engendrées sur le travail des femmes

La question de la collaboration économique. Il y a, d’une part le positionnement du patron qui peut avoir été de dire, j’arrête, je ne veux plus produire, refus total, acte de résistance. Il y a aussi eut la résistance cachée derrière la collaboration (Michelin et Peugeot). On se retrouve souvent avec la question de la marge de manœuvre. La débâcle, une partie de la main d’œuvre et prisonnière, une partie des matières premières et biens, pillée. A partir de 42, exploitation allemande à plus long terme, faire marcher l’industrie française mais cette fois-ci pour l’Allemagne.si on veut produire et faire marcher l’entreprise il faut produire des biens qui font partis du plan de guerre allemand.

Philippe Burrin : la majorité des français se sont accommodés aux conditions

La carte de travail pour la main d’œuvre étrangère est appliquée à toute la main d’œuvre durant les années de guerre. Il ya tout un éventail de positions dans la collaboration, avec la collaboration active, pour améliorer les profits, il ya aussi l’adaptation contrainte, l’accommodation et enfin la résistance, ouverte ou cachée. L’arénisation de l’entreprise française, la spoliation des entreprises juives, on les réquisitionne et on les vend au rabais. Henry rousseau estime à 10 000 le nombre d’entreprises aryanisées. Le politique est prédominant dans la période mais comment mesurer la collaboration, l’acceptation des règles du jeu, pour des raisons économiques ? Il peut y avoir une sorte de distinction entre le patron et le citoyen, comme une schizophrénie.

Le plan Marshall et l’industrie

Un paquet de cigarette américain est égal au sortir de la guerre à un mois de salaire pour un conducteur de tramway allemand. Au sortir de la guerre, il y a toute une série d’aides économiques et à partir de 48, la mise en place réelle du plan Marshall. Mise en place de certaines techniques de production américaine. Quels sont ces vecteurs ?

Barjot : Transfert vers l’Europe occidentale des méthodes de productions des consommations des cadres de pensée nés ou adoptés originellement aux us. Quels en sont les vecteurs ?

Disparition du modèle de l’entreprise familiale. Les voyages sont quelques choses de très important dans les transferts culturelles. Voyages organisés dans le cadre du plan Marshall avec les missions de productivité ; il y a des chefs d’entreprises, des ouvriers, des représentants syndicaux patronaux et d’administrations.

Comment améliorer les entreprises françaises ? La mécanisation de l’entreprise, mais aussi deux aspects importants avec l’introduction du management qui s’opposent à la direction patronale telle qu’elle était vue en Europe.

Article du 30 sept 50 : représentation de ce management comme discipline scientifique, pas quelque chose d’inné. Richard Kuisel : seducing the french : the dilemma of Americanization

Comment dans la propagande du plan Marshall vont s’opposer l’image du patron français ostracisé et du manager américain

Mise en place de cursus universitaires dans le management qui vient menacer les grandes écoles. L’INSEAD crée en 1957 (une business school)

Le marketing est aussi très important. Avant production au cœur de l’industrie française mais après on va davantage prendre en compte la question de la demande.

France, GB, Allemagne, trois modèles de syndicalisme et leurs évolutions (XIXème-années 30)

Au XIXème, la genèse du syndicalisme. Associations ouvrière comme les fraternités, les caisses de secours avant. À partir de 80 ; le syndicalisme s’étend et s’affirme. Il se fait face à l’hostilité de l’état et du patronat : fragilité. Concentration ouvrière dans les centres urbains et libéralisme éco qui livre les ouvriers à eux-mêmes. Création du Trade union Congress (TUC) en 1921

Le syndicalisme ne se développe qu’à partir des années 80/ il faut des conditions politiques : 1824 la loi reconnaît les trades unions et autorise la grève.

Le syndicalisme est dès l’origine étroitement lié à la politique

En France le monde ouvrier antimonarchique, anticapitaliste et ensuite républicain engagé

Guesde diffuse un marxisme ou le syndicalisme est subordonné aux partis politiques

1875, congrès de Gotha

Les années 1890 sont celles du développement de la grande industrie et du syndicalisme de masse

Au ru, idée d’un appendice parlementaire crée par le syndicat le TUC. Référence à la grève générale et grand soir, deux mythes révolutionnaires. Le syndicalisme se développe principalement en France.

Retour au questions et cours

Le mutualisme, qu’est-ce que c’est ?

Le mouvement est assez fort en GB et sert à mettre de l’argent en commun pour s’organiser en cas de chômage, maladie, pour la prise en charge des enterrements

Ce qui est noté par les historiens, c’est qu’on en vient à parler de travail, de revendications.

Cela rappelle les deux caractéristiques des syndicats : l’entraide et la revendication

Cela peut aussi servir pour rémunérer les grévistes, la prise en charge des enfants et des familles, lorsque l’on a plus d’argent et que l’on fait grève. Différence entre syndicalisme révolutionnaire et réformiste.

Qu’est ce que le réformisme ?

On voit ici le rôle de la gradualité, avec la présentation lors des élections politiques : réformisme socialiste. Autre réformiste, pas socialiste mais tout de même progressiste.

Le lien entre syndicat et parti politique est central : c’est ce qui différencie les trois modèles : le syndicalisme français s’oppose longtemps à la soumission à un parti, selon l’argument que le parti est une organisation bourgeoise, aussi question d’efficacité puisque l’on souhaite le recours à des moyens révolutionnaires, de plus le syndicat est souvent venu avant le parti enfin il ne faut pas diviser la classe ouvrière, donc seul les syndicats peuvent le faire. En Allemagne ; la relation avec le parti est au début conflictuelle mais ensuite, il y a relation complémentaire entre les deux, deux forces parallèles qui sont indépendantes mais peuvent avoir des revendications dans le même sens. A un moment ce qui adhère au syndicat était obligé d’adhérer au spdn, mais pas longtemps. Au ru le syndicat décide la création d’un parti et va le dominer pendant très longtemps.

La problématique ne doit pas être trop descriptive dans la dissertation. Il faut s’avancer dans la problématique, ne pas se contenter de décrire. Pas de problématique trop large ou vague, il faut montrer notre désir de prouver quelque chose. Il faut un angle, une position.

La première internationale anarchiste et syndicaliste mais qui se brise. Il ya des sortes d’internationales syndicalistes mais pas autant politisées que l’internationale socialiste. La FSI collabore avec la SDN. Ces organisations ne sont ni très forte, ni contraignante. L’international syndical rouge s’oppose à la jaune et les clivages sont très marqués. A la sortie de la guerre le syndicalisme est divisé.

Mode d’action de la grève au cours du XIXème siècle

On distingue trois temps à la grève :

  • celle de la première révolution industrielle où elle est interdite, se caractérise par la destruction de machines. En GB, et aussi en France. Ces mouvements de grèves sont spontanés, très peu organisés, décisions prises à la concertation. Il est difficile de répertorier ces grèves, peu de traces. Stéphane Sirot à travailler sur la grève en France. Michel Perrault a aussi travaillé sur la grève du début du XIXème siècle. Les ouvriers sont assez isolés, ils ne travaillent pas forcément dans des grandes usines, les révoltes peuvent aussi se faire par quartiers (révolte des Canuts à Lyon en 1831).



  • La prise de conscience du destin commun ouvrier au début du 19ème siècle par ces mouvements spontanés de l’époque qui sont assez marquants. Les syndicats ont un rôle très important dans la construction d’une identité de classe. C’est parce que les syndicats se crée qu’une identité se forme. Les syndicats : entrepreneurs d’identité. C’est aussi le moment de l’apparition des symboles du mouvement ouvrier comme tournant important de l’identité ouvrière. On va donner des préavis, avoir des revendications avant de faire grève.



  • Il ya plusieurs grands moments de grèves sur le continent européen, sur la question de la journée de 8h. Ce que démontre Sirot est que la grève n’est plus accidentelle, la revendication devient une institution et fait parti du mode d’action collective. Statistique annuelle de la France inclut la grève. En 1889 en GB. 1892 en Allemagne création de la commission pour les statistiques du travail. Années 1910-12 très important moment pour la grève.

La conscience se crée également car meilleure circulation de l’information, les dirigeants syndicats se rendent rapidement sur les lieux de protestation ouvriers

Au niveau de la représentativité des syndicats ;

Gb : le lieu ou les ouvriers sont les plus syndiqués, on dépasse les 40% d’ouvriers syndiqués. En Allemagne c’est 30%, en France 20%. Le moment fort en France sont les années 1920 et 1930, en 1920, 2 millions de syndiqués et en 1936, 4 millions

La période après 45 est un moment difficile, il faut reconstruire les syndicats après la guerre. Il y a une véritable institutionnalisation des syndicats et de la grève. Finalement il n’y a plus vraiment d’interdiction de grève par catégorie comme la police ou l’armée. Syndicats a part entière, exemple du 1er mai de 1947.

Négociation conciliation en Allemagne avec le principe de la cogestion, loi passe en 1951, pour les entreprises qui comportent plus de mille salariés, conseil d’administration, reconnaissance importante pour les syndicats. Au Royaume-Uni, pareil moins de conflits sociaux et plus de coopération. En France, le modèle conflictuel domine avec confrontation avec les syndicats. Scission CGT-FO en 1947. Création de la CFTC, le syndicalisme chrétien+ l’affirmation d’un syndicalisme des cadres. Alliance dans un organe centralisé, le DGB qui rapproche les syndicats au sortir de la guerre. C’est une preuve de démocratie, de négociation plus forte en Allemagne. Les périodes de grandes mobilisations (47 et 48), autres moments importants comme le début des années 60. Autre aspect important, entrée des fonctionnaires dans les syndicats en France.

On a cru qu’avec la crise de la grève donnait la crise des syndicats.

En temps de crise, on est moins amené à être revendicatif ?concurrence avec les NMS en mai 68 et sorte de renouveau du syndicalisme et de l’action ouvrière.

Mai 68

1968 le cas français s’inscrit dans un contexte international, contestation de la jeunesse. Mouvement parti des universités américaines de Barclay ; consommation guerre du Vietnam, c’est le modèle américain capitaliste qui est en guerre

Mao ho chi Minh Castro…

Le cas de l’Europe

Une révolution philosophique et universitaire

En all, mouvement très politisé, nébuleuse de groupuscules antiparlementaires. Ou va la RFA ? La fédération des étudiants socialistes allemands, 3000 militants gauchistes sur trois pôles. Berlin est l’épicentre du mouvement en Allemagne. Prôner un socialisme humain et libertaire.

Malthusianisme universitaire, main mise des milieux économiques que l’enseignement supérieur, consumérisme et autorité. Création de Kommun 1, Kommun 2, elles nt développer un marginalisme.la bande à bader. Le SDS revendique contre l’impérialisme, contre le pouvoir allemand et le shah d’Iran à la visite de ce dernier. Pas de projet politique concert mais volonté de transformation de la société.

11av 1968, SDS leader blessé grièvement. Manifestations violemment réprimées. Fin mai 68, les loiq d’urgence sont votées. La sauce descend.

Le cas français : le cas de la chienlit universitaire

Daniel Cohn-Bendit. L’originalité du mouvement est qu’il va dépasser le foyer initial de l’université

Contestation du capitalisme, du consensus étatique. Chronologie des évènements. L’été et les vacances universitaires vont avoir raison du mouvement.

L’Espagne et la France

Mouvement antifranquiste, combinaison de revendication universitaire, confrontation au régime. Mouvement qui durera jusque début 69. Le mouvement est encore plus social en France. Eclatement de la grève générale. Va regroupée dix millions de salariés. Profonde réformes structurelles dans le pays. Parti communiste et CGT dépassé. De gaulle disparaît a Baden-Baden le 30 mai. Il dissout l’assemblée nationale, manifestation pro-de gaulle.

Italie : le mai rampant

Trente : contestation politique

Heurts les plus sérieux à Rome et à milan à Turin plus tard et à pise dont la gare sera prise d’assaut en avril. L’agitation ouvrière déborde le syndicalisme classique. Evolution récente de la société italienne. A l’usine on va rejoindre le nord industriel. Le centre de gravité des luttes va se déplacer davantage vers les usines. Canalisation du mouvement. Législatives du 19 mai 1968 ne va pas provoquer de gros cataclysmes politique. Les anciens gauchistes des mouvements universitaires vont être retrouvés dans les brigades rouges.

Le printemps de Prague

Dubcek, libéralisation du régime sur pression du peuple. Doté la Tchécoslovaquie d’un socialisme à visage humaine. Peur de la contamination par l’URSS. Réaction en envoyant les chars, opération Danube préfigure la doctrine Brejnev

Une révolution culturelle

Protestation contre la guerre du Viêtnam en GB, violence raciale dans les dockers, première bande de skinhead font leur apparition. Mais pas un mouvement très politisé. Pas grande influence du marxisme. On peut se pencher sur le reste de l’Europe. le mouvement provo dans le reste de l’Europe. Belgique que l’université de Bruxelles connaît les contestations. Globalement les mouvements révolution des mœurs. L’esprit de 68 ; les slogans. Par la rupture que ces évènements imposaient, un avant et un après 1968. Au niveau politique, influence sur la gauche européenne. A posé les bases d’action de la gauche radicale en Europe. Exemple aussi de l’autogestion menée dans l’usine Lipp. 40 ans après. En France, ça n’est pas seulement un mouvement étudiant. Xavier Vigna, thèse sur les mouvements ouvriers, mouvement ouvriers rampants et mai 68, année pivot. Mouvements extrêmement liés à ce phénomène. Récupérer la production à leur propre compte. Commencerait cette période dès 65.

Aurélie Gillette

CM Histoire
1   ...   9   10   11   12   13   14   15   16   17

similaire:

Le terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec iconVient du grec et signifie «se coucher/être coucher, se pencher» c’est...
«clinique» est revendiquée par des courants de pensée différents, voire antagonistes sans revendiquer d’école et donnant à ce terme...

Le terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec iconPenser par soi-même, assumer l’humaine condition

Le terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec iconGroupe lvn de Rodez
«va de soi». Or une observation plus précise montre que ce talent de «convivialité» est lié à la prise en compte par lvn de la personne...

Le terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec iconLes jeux a fabriquer soi meme

Le terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec iconRapport au premier ministre
«d’évaluer la pertinence de la mise en place d’un service d’accompagnement professionnel de long terme, proposant des prestations...

Le terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec iconParcours : sciences du langage et didactique
«se perdre» dans une formation universitaire où l’on est «livré à soi-même» ? 10

Le terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec iconExam : question de cours  réponse précise Citation à commenter ...
«Physis» qui signifie «nature», et de «kratos» qui veut dire puissance. Ca repose sur l’idée de la puissance de la nature : la richesse...

Le terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec iconParcours Gestion : 310 Spécialités plurivalentes des échanges et de la gestion
«gestionnaire» (terme générique) assure un très grand nombre d’activités, selon le département auquel IL appartient

Le terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec iconPersuasion et rhetorique, creation des mythes
«Autre» parce qu’il participe à la définition de soi-même : sa présence nous indique les limites de notre identité

Le terme d’autogestion signifie «gestion par soi-même» : du grec icon’atelier «Esthétique et bien être»
«Bulle détente» afin de gommer le terme esthétique et de mette en avant la détente et un temps pour soi






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com