La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la





télécharger 27.53 Kb.
titreLa consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la
date de publication03.10.2017
taille27.53 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos




La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la consommation intermédiaire et la consommation finale.

  • Consommation intermédiaire : c’est l’utilisation intégrale d’un bien ou d’un service permettant de produire un autre bien ou de rendre un autre service.

  • Consommation finale : c’est l’utilisation d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin sans qu’il y est de production ultérieure.

Le SEC 95 distingue plusieurs types de consommation : la dépense de consommation, la consommation effective et la consommation collective.
Section 1 – L’analyse de la consommation
Paragraphe 1 – L’analyse de la consommation par fonction

On ne peut s’intéresser à l’analyse de l’ensemble des B&S et donc, on regroupe ces B&S consommés en grandes catégories homogènes répondant à la satisfaction d’un même type de besoin. Chaque catégories (chaque fonction) est affecté d’un coefficient budgétaire qui exprime la part relative de la dépense de telle ou telle catégories dans le budget total. Cela permet de connaître la part de chaque fonction dans le budget total et de suivre son évolution dans le temps.

Cette analyse par fonction est basée sur l’analyse effectuée par les lois d’Engel.

Paragraphe 2 – L’analyse de la consommation selon la durabilité des biens

On distingue trois grandes catégories de biens selon la durabilité :

  1. Les biens durables : ce sont des biens dont l’utilisation s’étale sur plusieurs périodes

  2. Les biens semi-durables : biens qui ne sont pas détruits par les premiers usages (ex : vêtements…)

  3. Les biens non durables : qui sont détruits par les premiers usages (ex : nourritures…)

Paragraphe 3 – Deux outils de l’analyse macroéconomique de la consommation

  • Les propensions à consommer

  1. La propension moyenne à consommer

C’est le rapport entre la consommation et le revenu : .

  1. La propension marginale à consommer

C’est le rapport .

Exemple : R1 = 1000, C1 = 800, R2 = 2000, C2 = 1500

Donc la consommation augmente mais à une vitesse moindre que le revenu.


  • Les lois d’Engels

L’analyse traditionnel des lois d’Engels est la suivante et distingue trois catégories de biens :

  • La catégorie 1 concerne les biens alimentaires : ce sont des biens inférieurs c’est-à-dire que lorsque le revenu augmente, la consommation de ces biens augmente en valeur absolue mais diminue en pourcentage

  • La catégorie 2 : habillement, logement, équipement du logement : on appelle cela des biens neutres. Lorsque le revenu augmente, la consommation de ces biens augmente dans les mêmes proportions que la hausse du revenu.

  • La catégorie 3 : santé, éducation, loisir, hygiène : ce sont des biens supérieurs. Lorsque le revenu augmente, leurs consommations augmentent à un rythme supérieur.



R1 = 1000

Poste 1 = 500 = 50%

Poste 2 = 300 = 30%

Poste 3 = 200 = 20%
R2 = 3000

Poste 1 = 600 = 20%

Poste 2 = 900 = 30%

Poste 3 = 1500 = 50%
Pour analyser les lois d’Engels, on utilise le coefficient d’élasticité de la consommation par rapport au revenu. C’est le rapport entre le taux de variation de la consommation et le taux de variation du revenu.

=

  • Les biens inférieurs ont une Elasticité inférieur à 1

  • Les biens neutres sont les biens dont l’élasticité est égale à 1

  • Les biens supérieurs ont une élasticité supérieure à 1


Section 2 – La fonction de consommation dans la théorie générale de Keynes
Paragraphe 1 – Les facteurs de la consommation

Keynes analyse principalement la consommation dans le livre 3 de la Théorie Générale et il y consacre trois chapitres.

1 – Le revenu

La fonction de consommation établie une relation fonctionnelle entre un montant de revenu global, appelé Y, et le montant de la dépense de consommation qu’il engendre.

Soit C = f(Y) ou C = f(R)

Keynes ne néglige pas les autres facteurs qui influencent la consommation. Il les classe en deux catégories : les facteurs objectifs et les facteurs subjectifs.

2 – Les facteurs objectifs

Parmi ces facteurs, on peut citer des variations imprévisibles de la valeur du taux d’intérêt, par les variations de la politique fiscale, et par les changements dans les prévisions concernant le rapport entre les revenus futurs et les revenus présents.

3 – Les facteurs subjectifs

Les motifs de précaution, prévoyance, calcul, ambition, indépendance, initiative, orgueil et avarice…Ces facteurs concernent plutôt l’abstention de consommation ; ces facteurs sont considérés comme stable à court terme. Le court terme (période de temps pendant laquelle les principales variables ne changent pas : le progrès technique…) étant le cadre de l’analyse de Keynes.

Keynes accorde aux facteurs subjectifs, que l’on appelle également facteur psycho socio culturel un rôle plus important qu’aux facteurs objectifs. La stabilité de ces facteurs subjectifs expliquerait que la part du revenu consacré à la consommation demeure relativement stable.

Pour Keynes, le revenu global est la variable principale qui détermine la consommation globale. On peut interpréter cela comme la volonté de Keynes de construire une analyse macroéconomique de la demande de consommation indépendamment de toutes considérations sur les comportements individuels des agents économiques. Il veut donner une signification économique à ces deux ensembles à savoir le revenu et la consommation, sans qu’il soit nécessaire de faire référence à une interprétation particulière des sous-ensembles individuels qui les constitue.
Paragraphe 2 – Les outils d’analyses, les propensions à consommer, et la loi psychologique

Le revenu est divisé en deux parts : la consommation et l’épargne. Chez Keynes, ce sont les facteurs objectifs et subjectifs qui déterminent la part de la consommation et de l’épargne dans le revenu. Pour Keynes, la communauté détermine d’abord la part qui va à la consommation puis elle épargne le reste. Pour Keynes, l’épargne n’est pas un acte passif mais un actif volontaire. Keynes utilise deux outils pour analyser la consommation : la propension moyenne et la propension marginale à consommer.

On peut donc déterminer les propensions moyennes et marginales à épargner car R = C + E.



C’est à propos de l’augmentation du revenu et de la consommation que Keynes a introduit la loi psychologique fondamental et la propension marginale à consommer.

La loi psychologique fondamentale « c’est qu’en moyenne et la plupart du temps, les hommes tendent à accroître leur consommation à mesure que leur revenu croit mais non d’une quantité aussi grande que l’accroissement du revenu ».

Keynes présente cette loi psychologique en affirmant que lorsque le revenu réel croit, la consommation globale augmente mais non du même montant que le revenu.
Section 3 – Discussion de la loi psychologique
Paragraphe 1 – Le fondement du principe de la loi psychologique

La loi psychologique trouverait son fondement dans le fait que pour les communautés riches la consommation serait un acte toujours recommencé. Dans ces communautés, on aurait atteint une certaine saturation des besoins notamment de rangs élevés et intermédiaires, qui se traduiraient par l’existence d’une situation d’indifférence entre consommation et épargne.

Le problème du partage consommation / épargne : stabilité ou instabilité de la fonction de consommation. Comment s’établit le partage du revenu entre consommation et épargne ? Chez Keynes, la clé du partage est la propension marginale à consommer.

Ce sont les éléments objectifs et subjectifs qui expliquent la propension marginale à consommer et donc qui explique que cette fonction peut être stable ou instable. La fonction de consommation, chez Keynes, est relativement stable car les facteurs subjectifs n’évoluent pas tellement.

Keynes s’appuie sur les travaux de Simon Kuznets qui montrent que la fonction de consommation est stable.
Section 4 – Le problème de la stabilité de la fonction de consommation et les fonctions de consommations dérivées de l’analyse de Keynes
Paragraphe 1 – L’analyse de la courbe de consommation keynésienne

Le revenu est le déterminant principal de la consommation. La fonction de consommation [C = f(Y)] indique quelles variations de la consommation résultent de variation donnée du revenu.

Les facteurs objectifs et subjectifs vont influencer la pente et les déplacements de la fonction. Les facteurs subjectifs sont des facteurs endogènes au système c-a-d qu’ils sont à l’intérieur même de l’explication du comportement de la consommation. Ces facteurs subjectifs déterminent la pente et la position de la fonction de consommation.


Les facteurs objectifs qui sont exogènes donc extérieur au système, peuvent être modifier et dans ses conditions, peuvent déterminer des déplacements de la fonction, donc de la droite.
Paragraphe 2 – La fonction linéaire C = c×Y et la stabilité de la propension marginale à consommer



On dispose . Lorsque l’on a une droite à 45°, cela signifie que la propension marginale à consommer est égale à 1 ; donc 1 > c > 0…donc la fonction linéaire est une droite inférieure à la droite de 45°.
Paragraphe 3 – La fonction affine C = cY + C0

Si c = 0.8 ; Y = 100 et C0 = 50

Alors C = 0.8×0 + 50 = 50

C = 0.8×100 + 50 = 130

C0 représenterait une sorte de consommation incompressible qui ne serait pas directement dépendante du revenu…cela pourrait correspondre au minimum vital analysé par Ricardo ou Marx.

Chez Keynes, la consommation serait dépendante non seulement du revenu présent mais aussi du niveau de consommation et des revenus des périodes précédentes.


Par définition, , la PMC et la Pmc ne seront pas égal.

Paragraphe 4 – La fonction concave, C = f(Y)




Section 5 – Les fonctions de consommations dérivés de l’analyse keynésienne et critique de l’analyse keynésienne
Paragraphe 1 – L’hypothèse du cycle de vie de Modigliani

On suppose que les agents économiques consomment tout au long de leur vie active et inactive. Pour cela ils vont, pendant leur période d’activité, épargner et constituer un patrimoine. Celui-ci sera utilisé lors de la période de retraite pour continuer à consommer le niveau prévu et cela jusqu’à la date du décès.

Ce modèle C = 2Y + 6W a pour but de déterminer une fonction de consommation
Paragraphe 2 – Le revenu permanent de Milton Friedman

A – Présentation de la problématique de Friedman

Friedman a présenté ses théories en 1957 dans un ouvrage appelé Théorie de la fonction de consommation. Friedman émet l’hypothèse que le consommateur construit des plans de consommation sur une période qualifié de périodes horizons et qui dépassent la période courante.

Pour déterminer sa consommation, le ménage prend en compte les flux de revenus qu’il espère obtenir tout au long de la période horizon. Le revenu permanent est un indicateur synthétique de ce revenu total présent et futur.

similaire:

La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la iconSéance 3 : Les grands bouleversements
«la fin justifie les moyens». La classe doit observer que le bien commun est moins mis en valeur que la conquête et le maintien du...

La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la iconProduction pour emploi final propre (pefp)
«impôts sur les produits» (tva ) sont dus par unité de bien ou de service produite ou échangée

La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la iconDirection régionale des entreprises, de l’emploi, de la concurrence, de la consommation
«la création, la consolidation, le développement de l’emploi, l’amélioration de la qualité de l’emploi, par le renforcement du modèle...

La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la iconDirection régionale des entreprises, de l’emploi, de la concurrence, de la consommation
«la création, la consolidation, le développement de l’emploi, l’amélioration de la qualité de l’emploi, par le renforcement du modèle...

La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la iconPartie : la notion de service publique
«bien commun»ne st pas absents dans la notion ancienne mais cet objectif n’est pas essentiel

La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la iconAvis du Conseil National de la Consommation relatif à la Protection...
«tout professionnel vendeur de biens ou prestataire de services doit, avant la conclusion du contrat, mettre le consommateur en mesure...

La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la iconLa non-utilisation des idéES
Faire des suggestions dans un service conforte le personnel dans l’idée suivante : IL faut que nous fassions des progrès. Cela facilite...

La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la iconSchéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu
«parfait». On peut donc confronter l’offre et la demande et trouver un point d’équilibre où sera fixé le prix et la quantité de bien...

La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la iconLe droit administratif c’est le droit applicable à l’administration....
«entre ces deux notion maitresse du droit administratif que sont le service publique et la puissance publique, c’est la puissance...

La consommation est l’emploi d’un bien ou d’un service permettant de satisfaire un besoin et cela implique la destruction du bien ou service. On distingue la iconJean-Philippe minier
Le processus correspond au regroupement d’activités qui ont un lien entre-elles et qui concourent à la production d’un bien, d’un...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com