Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques





télécharger 30.06 Kb.
titreLes modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques
date de publication03.01.2017
taille30.06 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
Histoire socio-économique

Chapitre 1 : Pourquoi et quand la gymnastique

entre-t-elle dans l’école

1880 – 1914



  • Hypothèse : L’évolution progressive du savoir de quelques privilégiés (de naissance) engendre dans la population un vif besoin d’acculturation. Dés 1880, le système scolaire s’organise afin de combattre et de défendre l’idée de la liberté du citoyen ou de citoyenne, libre d’apprendre et de se défaire de toute emprise (église).

Le système politique et les intellectuelles vont chercher à ce qu’on s’occupe de l’éducation et que l’on se détache de l’église. Cette volonté permet l’écriture des lois. En 1881, une loi rend l’école gratuite ; en 1882, une nouvelle loi la rend laïque et obligatoire jusqu’à 11 ans pour tous (garçons et filles).

Avec l’apparition de ces lois, l’école primaire se met en place et va être le lieu de passage de 4 millions d’élèves. Cette école doit donner des bases qui servirons à chacun de s’insérer dans la société Républicaine. Cette école primaire (obligatoire, laïque et gratuite) va cohabiter avec l’école secondaire (lycée) qui vont des petites aux grandes classes. Ces écoles sont payante et touche une classe bourgeoise. En 1880, l’école est organisé de manière bi encéphale. Cette organisation correspond à la société démocratique politiquement mais pas socialement : l’école est obligatoire jusqu’à 11 ans, si après 11 ans les parents d’un enfant ne sont pas capable de payer l’école secondaire, l’enfant ne vas plus à l’école.

Cet accès au savoir correspond bien aux idées nouvelles et surtout aux nécessités engagées par la seconde révolution industrielle.


  1. Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques




    1. Les effets de la révolution industrielle sur la scolarité



Révolution industrielle : Moment particulier où l’on a découvert de nouvelle source d’énergie pour fonctionner (charbon – pétrole – électricité). Ces nouvelles sources d’énergie ont permis à ce qu’on passe d’une société rurale à une société plus industrialisée.

Les différentes modifications apportée par une révolution industrielle sont :

  • On observe avec l’apparition de petites et moyennes entreprises que les structures sociales se transforment. On a l’apparition d’un nouveau groupe social : les ouvriers. Ils vont se réunir et former le prolétariat ouvrier, c’est à dire une classe sociale spécifique qui à conscience de ces intérêts et de ces droits et qui va donc s’organiser syndicalement.

  • Cette révolution industrielle va entraîner une modification du paysage géographique. Les villes se sont développées, l’urbanisation est la conséquence d’un exode rural massif.

  • Les entreprises elles-mêmes se modifient pour répondre au progrès technique, pour faire face à la croissance ; elles vont modifier leur système de travail (travail à la chaîne).

Ces 3 modifications, va amener, durant les années 1890, la France au rang de pays très important économiquement en Europe. Elle va devoir conserver sa suprématie. Pour que le progrès se poursuive, il est nécessaire de former des gens aptes à répondre à l’ensemble des modifications. L’école devient alors le seul lieu de cette réussite.

Certes la volonté humaniste (Rousseau, etc.) de former le plus grand nombre a été présente mais les changements économiques ont été un tournant dans la formation et le développement de l’école pour tous.

    1. Le poids des structures sociales dans la course à l’égalité des chances.



Avec l’apparition du prolétariat ouvrier, beaucoup d’enfant se retrouve dans les villes et les syndicats ouvrier vont œuvrer pour que ces enfants soit scolarisé et pour que des aides existes afin que les meilleurs d’entre eux puissent accéder à l’école secondaire. Les ouvriers vont être gênés par la classe bourgeoise. Des bourses vont être créées mais celle-ci reste dérisoire et l’accès à l’école secondaire pour les enfants d’ouvrier ne sait quasiment pas effectué.

    1. L’école comme vecteur de communication entre les peuples



Pour que l’école française soit de bon niveau et puisse faire valoir un savoir spécifique, le gouvernement va étudier les différents systèmes éducatifs européen. Ceci a été rendu possible grâce à la révolution industrielle puisque celle-ci à permis le développement des transports ferroviaires et maritimes.

L’écriture des programmes en France va découler de ce qui se fait de mieux en Europe. On met l’accent sur la lecture, associé à ce qui est lié à la littérature, les mathématiques, l’histoire ainsi que sur le corps (apparition de l’éducation corporelle).

La volonté de former le plus grand nombre est aussi une nécessité. En formant tout ces enfants, la France s’assure de la pérennité de sa présence dans les colonies. Ces colonies ont un statut juridique qui impose une soumission politique, économique et culturelle. Tant qu’il y aura des gens pour assurer la présence des hauts postes et tous les emplois de fonctionnaires, la France peut s’assurer de sa « domination ».

    1. Les choix politique pour l’école vont dans le sens d’une éducation partagée.



A la fin du 19e siècle, le gouvernement en place a pour but de maintenir et défendre les libertés individuelles qui avaient été acquise au 18e et au 19e siècle.

      • La liberté d’expression a été permise grâce à la liberté de la presse. Celle-ci à aidée à la communication. La liberté de culte et de réunion ont également été indispensable pour la liberté d’expression.

      • La reconnaissance des initiatives individuelles est également apparue, il est désormais possible pour n’importe qu’elle personne de créer une entreprise si elle en a les moyens.

      • La liberté politique apparaît également, il est désormais possible de créer un parti politique.

La liberté d’apprendre et de savoir trouve leur place dans ces orientations. Elles sont soutenues par les intellectuelles qui définissent une nouvelle place à faire à l’enfant (Rousseau), on valorise le statut de l’enfant. De plus, cette période est à associer aux sciences du développement à la fois mentale et moteur de l’enfant qui sont spécifique (ce n’est pas un adulte en miniature).

Conclusion



Parallèlement à ces dispositions scolaire, des débats s’organisent autour de la mise en place de l’éducation corporelle. Jusqu’à présent, le corps ne fait pas partie de l’éducation scolaire. A ce moment, l’intérêt porté à l’enfant couplé d’un rapport désastreux sur la jeunesse française, vont précipiter des mesures concernant l’entrée de la gymnastique à l’école.


  1. Introduction à la gymnastique militaire à l’école



Depuis la moitié du 19e siècle, on constate que la mortalité diminue fortement grâce à la médecine : campagne de vaccination – découverte de la pénicilline – mise en place de la césarienne - anesthésie dans les opérations. Mais la population reste en majorité rurale (56% de la population vie dans des villages) où les conditions de vie et d’hygiène sont déplorable (ex : pas de tout à l’égout ce qui entraîne un développement des bactéries). L’hygiène des enfants est relativement désastreux et la santé reste précaire.

V. Duruy va établir un rapport sur l’état de santé des enfant qui va permettre à ce que l’exercice corporel rentre à l’école. On se trouve dans une période d’organisation de l’exercice corporel qui va se développer sous forme de plans en fonction de l’état sanitaire des enfants.

Le constat qui est fait :

  • La gymnastique introduite à l’école doit répondre aux problèmes de santé. Il est important que les enfants deviennent fort pour assurer les modification entraînée par la 2nd révolution industrielle. Pour cela il faudra les « redresser » et les « oxygéner ».

  • La gymnastique doit être aussi un dérivatif au travail scolaire. On s’était aperçu d’un surmenage chez les lycéens, qui les empêchait de progresser. La gymnastique permettait de faire une rupture dans le travail.

  • La gymnastique permet de fournir de soldat fort et robuste.



  1. Les dispositions institutionnel




1-1880 – 1887





  • Les lois :

>Janvier 80 et septembre 82 : 2 lois sont créée qui rendent la gymnastique obligatoire dans tout les établissements de filles et de garçons. On parle alors de la construction d’un méthode adaptée aux élèves qui permettrait la formation des « petits soldats » et de laisser une place importante aux jeux.

>1881 : Le « manuel de gymnastique et d’exercice militaire » va être rédigé dans lequel toute les instruction sont données. Ce manuel a été mit dans les textes de lois.


  • Les textes :

Très peu présent et non coordonné par des équipes de chercheurs. Le seul objectif est la préparation militaire sans qu’aucune réflexion pédagogique ne soit menée.


  • Les faits :

Lorsque les cours de gymnastique ont lieu, dans le primaire ou le secondaire, ces cours sont organisé par des instructeurs militaire, la notion de jeux a donc disparu. De plus, aucune formation n’a été envisagée pour les enseignants. L’éducation corporelle n’existe pas à cette époque, on est dans une situation de « dressage » des corps. Durant cette période, le fort climat nationaliste a orienté l’organisation scolaire. Il y a eut une confusion entre l’école et la caserne. La gymnastique en 1880 correspond au culte du drapeau, l’idée de l’ordre et du respect plutôt qu’à une véritable éducation des corps.

2-A partir de 1887





  • Les textes :

Le manuel initial est remplacé par un autre manuel qui s’appelle « manuel de gymnastique et de jeux scolaires » qui laisse plus de place au jeu et au plein aire. L’organisation administrative et pédagogique est donnée aux enseignants. Il doit y avoir 2h30 d’activité physique par semaines. Une séance de gymnastique est divisée en 2 parties :

>La 1ère partie est dite éducative, c’est une partie de développement. On s’intéresse au grande fonction du corps humain : la respiration, la musculation, la circulation.

>La 2nd partie s’appelait partie d’application qui était destinée à la pratique d’exercice militaire.


  • Les faits :

On s’aperçoit que cette leçon se fait pendant les récréations et sans installation particulière. L’influence militaire reste très présente. Les physiologistes qui avaient permis l’écriture de cette nouvelle leçon ne parviennent pas à modifier les contenus. Les jeux ne sont pas présent lors de l’écriture de la nouvelle leçon parce que ces jeux sont trop souvent apparentés aux sports. Hors les sports tel qu’ils sont conçue dans cette société ne valorisent pas la notion de travail, ils véhiculent plutôt la notion de ludique, qui sont des valeurs qui ne sont pas partagées par l’école.

  1. Les débuts d’une rupture



Les militaires se sont largement installé dans l’organisation de la gymnastique à l’école. Tout les enseignants de la gymnastique étaient soit des instructeurs militaires, soit des sapeurs pompiers, soit des gymnastes qui provenaient des cercles de gymnastique. Mais ces formateurs n’avaient aucune notion en anatomie, en physiologie, etc. ; ils n’avaient aucune formation pédagogique si bien que les scientifique se sont regroupé dans des cercles de réflexion pour faire sortir les militaires de l’école. Il va y avoir jusqu’en 1890 de grande lutte dans les hémicycles politique entre les scientifique et les militaires concernant la gymnastique à l’école.


  1. Les réactions face à la militarisation de l’enseignement




    1. Les défenseurs d’une éducation laïque et universelle



Elle est défendue par les philosophe de l’éducation et les universitaires. Ils vont affirmer l’idée que l’école doit préparer à la vie (et non à la guerre) et que l’élève doit acquérir des savoirs faire et des techniques lui permettant une bonne insertion dans la vie sociale. L’exercice militaire n’est pas pour eux utile à la santé.

    1. Les défenseur d’une gymnastique médicale et hygiénique



Elle est défendue par des médecins, des gymnastes, des universitaires et des scientifique. Pour eux, la méthode scolaire doit être une méthode adaptée au développement de l’enfant.

Demeny et Tissié vont voyager en Suède notamment et vont y étudier la méthode suédois qui fait large part au mouvement qui doit régénérer l’individu ; il s’agit d’une méthode dit « douce ». Hébert, un ancien officier de marine, va quand à lui s’apercevoir que les peuples « sauvages » sont les peuples les plus robuste. Selon-lui, toute personne développant des méthodes de survie ont un endurcissement des corps. La méthode d’Hébert est à l’origine des parcours de santé.


  • Demeny (1850 – 1917) est considéré pour beaucoup comme le fondateur de l’éducation physique dite scientifique. Il suit des études de physiologie et des études de mathématiques. Il porte un intérêt croissant pour le mouvement et va être soucieux de former des enfants dans les proportions sont proches des athlètes antiques. Pour lui, la gymnastique doit être biologique et morale et doit permettre le bien être et l’épanouissement. C’est l’un des premier à parler d’économie du mouvement. La gymnastique doit permettre de trouver une harmonie organique. L’école doit rationaliser les pratiques d’interventions sur le corps. Demeny va écrire une méthode rationnelle de gymnastique et va proposer plusieurs ouvrages de vulgarisation à destination des enseignants.

  • Tissié (1852 – 1935) est également un scientifique. Ces bases sont les même que Demeny. Pour lui cependant, la gymnastique doit corriger l’erreur, redresser les corps. Il va chercher à obtenir la force par la santé et non l’inverse comme le faisait les militaire. Sa gymnastique est également respiratoire, il présente les exercice en inspiration et expiration forcée. Cette gymnastique doit proposer un dosage mécano-physiologique, tout exercice doit être réalisable par l’enfant en fonction de ces dispositions physiologique. Les exercices de Tissié permettent un dosage psychomoteur, c’est à dire que chaque mouvement est évalué en fonction de la fatigue qu’il produit.

  • Hébert (1875 – 1957) fonde une théorie sur la régénérescence du corps. Il va présenter dans exercices où il faut marcher, courir, sauter, ramper, soulever. On est autour des « actions motrices de base ». Sa méthode ne valorise pas la notion de performance mais celle de valeurs physiques de base. Tout ceci était fait dans des conditions extrême, sans chaussure, torse nu, etc. Pour lui, la santé et l’hygiène s’organise sur des fonction de la physiologie, mais celle-ci sont poussée à l’extrême.


Ces 3 personnes ont à partir d’environ 1887 vont investir les milieux politique pour faire valoir leur pensée. Et en 1903, Demeny va avoir une chaire à l’université, il va donc former des gens pour donner des cours de gymnastique.

    1. Les défenseurs d’une éducation corporelle sportive



Coubertin, grâce à ces voyages, va présenter en France un nouveau modèle concernant l’exercice corporelle inspiré des anglais. Cette éducation fait une large place aux jeux et aux activités sportives. Malheureusement les politiques français vont refuser ces propositions car :

>ces propositions ne sont pas validé scientifiquement

>la vision de sport était violent ce qui l’empêchait d’insérer le milieux scolaire

>le modèle est anglais et la France et l’Angleterre étaient en concurrence

>ce modèle est ludique et le ludique n’avait pas sa place à l’école.

En 1887, Coubertin a créé l’Union des Sociétés Française des Sports Athlétiques (USFSA). Il militait dans cette union pour une éducation rationnelle et sportive. L’USFSA est l’ancêtre des fédérations.

    1. Conclusion



Tout les opposants à la gymnastique militaire envisagent une amélioration du capital humain. Le capital humain pour ces défenseurs est la santé individuel des Hommes qui permet la notion de force physique. On ne considère plus le corps seulement comme une machine mais on observe ces capacités d’adaptation. On se situe à se moment dans une période où l’instruction civique et l’éducation physique vont souvent de pair pour construire un Homme social et équilibré. Cette construction de l’Homme doit passer par différentes phases : construction rationnel – construction doit permettre l’apprentissage social – construction doit permettre l’apparition de l’Homme d’action (choisir de faire avec ces possibilité). La gymnastique à l’école se trouve confronté à des difficultés d’existence, il va falloir harmoniser les méthodes, déterminer les objectifs de la gymnastique et déterminer qui va dispenser cette nouvelle discipline (armé, médecin, ou enseignant). Jusqu’en 1914, les oppositions sont très virulente mais les politiques vont laisser les militaires agir dans un soucis d’assurer la sécurité public et en vu du conflit qui va arriver.

similaire:

Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques iconRÉsumé. Cet article se propose de tirer un bilan d’étape sur les...

Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques iconPlus de 355 organisations de la société civile disent non à l’ «agriculture...
«agriculture intelligente face au climat» comme solution aux changements climatiques au sein de cet Agenda et de n’orienter aucun...

Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques iconTable des matières
«île aux fleurs» (Madinina) ou «île aux iguanes» (Jouanacaera) par les autochtones amérindiens, est bien plus qu’un paysage de carte...

Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques iconI. Quels sont les différents agents économiques et leur fonction principale ?
«reste du monde». Le reste du monde permet aux agents économiques de se procurer les biens qu’ils ne trouvent pas sur le territoire...

Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques iconBibliographie : Marie-Annick Barthe
«l’objectif principal du sebc est de maintenir la stabilité des prix. Sans préjudice de l’objectif de stabilité des prix, le sebc...

Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques iconBibliographie : Marie-Annick Barthe
«l’objectif principal du sebc est de maintenir la stabilité des prix. Sans préjudice de l’objectif de stabilité des prix, le sebc...

Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques iconLa balance des paiements
«erreurs et omissions», qui est un ajustement lié aux difficultés statistiques

Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques iconBilan des rar / janvier 2010
«vie scolaire», dans les écoles et les collèges ? (climat scolaire, décrochage, absentéisme, relations avec les familles, engagement...

Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques iconProgrammes mis en œuvre État de la recherche concernant la question du décrochage scolaire
«décrochage scolaire». Ensuite, la place occupée par la lutte contre le décrochage scolaire dans les dispositifs de la Politique...

Les modifications générales du paysage scolaire lié aux changements économiques iconQsv agro-environnementales et changements de société : Transition...
«late» modernité. La late modernité oblige à prendre quelques distances avec l’idée de progrès ou de rationalité et à considérer...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com