Transcription intégrale du texte de l’édition originale arial 16





télécharger 184.81 Kb.
titreTranscription intégrale du texte de l’édition originale arial 16
page1/15
date de publication08.10.2017
taille184.81 Kb.
typeTranscription
e.20-bal.com > loi > Transcription
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15
afficher l\'image d\'origine

Regarde les lumières mon amour
ISBN 978-2-37021-037-1
Transcription intégrale du texte de l’édition originale – ARIAL 16

Service de Transcription et d’Adaptation de Documents

SITE du NEUHOF Centre Louis Braille – 80 Av. du Neuhof - 67100 Strasbourglogo adg.jpg

Ouvrage adapté pour une personne empêchée de lire

Copie Interdite




Regarde les lumières mon amour

Annie Ernaux
Raconter la vie, mars 2014


Il y a vingt ans, je me suis trouvée à faire des courses dans un supermarché à Kosice, en Slovaquie. Il venait d’ouvrir et c’était le premier dans la ville après la chute du régime communiste. Je ne sais si son nom - Prior - venait de là.

À l’entrée, un employé du magasin mettait d’autorité un panier dans les mains des gens, déconcertés. Au centre, juchée sur une plate-forme à quatre mètres de haut pour le moins, une femme surveillait les faits et gestes des clients déambulant entre les rayons. Tout dans le comportement de ces derniers signifiait leur inaccoutumance au libre-service.

Ils s’arrêtaient longuement devant les produits, sans les toucher, ou en hésitant, de façon précautionneuse, revenaient sur leurs pas, indécis, dans un flottement imperceptible de corps aventurés sur un territoire inconnu.

Ils étaient en train de faire l’apprentissage du supermarché et de ses règles que la direction de Prior exhibait sans subtilité avec son panier obligatoire et sa matonne haut perchée. J’étais troublée par ce spectacle d’une entrée collective, saisie à la source, dans le monde de la consommation.

Je me rappelais la première fois où je suis entrée dans un supermarché. C’était en 1960 dans la banlieue de Londres et il s’appelait simplement Supermarket. La mère de famille qui m’employait comme fille au pair m’y avait envoyée, munie d’une poussette de marché - ce qui me déplaisait -, avec une liste de denrées à acheter. Je n’ai pas le souvenir précis de mes pensées et de mes sensations. Je sais seulement que j’éprouvais une certaine appréhension à me rendre dans un endroit qui m’était étranger à la fois par son fonctionnement et par la langue que je maîtrisais mal. Très vite j’ai pris l’habitude d’y flâner en compagnie d’une fille française, au pair elle aussi. Nous étions séduites et excitées par la diversité des yaourts - en phase anorexique - et la multiplicité des confiseries - en phase boulimique - nous octroyant alors la liberté d’engloutir dans le magasin le contenu d’un paquet de Smarties sans passer à la caisse.

Nous choisissons nos objets et nos lieux de mémoire ou plutôt l’air du temps décide de ce dont il vaut la peine qu’on se souvienne. Les écrivains, les artistes, les cinéastes participent de l’élaboration de cette mémoire. Les hypermarchés, fréquentés grosso modo cinquante fois l’an par la majorité des gens depuis une quarantaine d’années en France, commencent seulement à figurer parmi les lieux dignes de représentation. Or, quand je regarde derrière moi, je me rends compte qu’à chaque période de ma vie sont associées des images de grandes surfaces commerciales, avec des scènes, des rencontres, des gens.

Je me rappelle : Carrefour avenue de Genève à Annecy, où en mai 1968 nous avons rempli à ras bord un chariot - pas encore « caddie » - parce qu’on craignait la pénurie totale de vivres. L’Intermarché de La Charité-sur-Loire, à l’écart de la ville, avec son panneau « Les Mousquetaires de la Distribution », la récompense des enfants l’été après les visites de châteaux et d’églises, comme l’était pour eux le passage au Leclerc d’Osny après la classe. Ce même Leclerc où j’ai rencontré plus tard d’anciens élèves que je ne reconnaissais pas tout de suite, où des larmes me sont venues en pensant que je n’y achèterais plus jamais de chocolat pour ma mère qui venait de mourir. Major au pied du rocher de Sancerre, Continent sur les hauteurs de Rouen près de l’université, Super-M à Cergy, enseignes dont la disparition accentue la mélancolie du temps. Le Mammouth d’Oiartzun où nous ne sommes jamais allés malgré notre désir d’y faire provision de chorizo et de touron avant la frontière - mais il était toujours trop tard - et qui était devenu une private joke familiale, le symbole du contretemps et de l’inaccessible.

Les super et hypermarchés ne sont pas réductibles à leur usage d’économie domestique, à la « corvée des courses ».

Ils suscitent des pensées, fixent en souvenirs des sensations et des émotions. On pourrait certainement écrire des récits de vie au travers des grandes surfaces commerciales fréquentées. Elles font partie du paysage d’enfance de tous ceux qui ont moins de cinquante ans.

Si on excepte une catégorie restreinte de la population - habitants du centre de Paris et des grandes villes anciennes -, l’hypermarché est pour tout le monde un espace familier dont la pratique est incorporée à l’existence, mais dont on ne mesure pas l’importance sur notre relation aux autres, notre façon de « faire société » avec nos contemporains au XXI e siècle. Or, quand on y songe, il n’y a pas d’espace, public ou privé, où évoluent et se côtoient autant d’individus différents : par l’âge, les revenus, la culture, l’origine géographique et ethnique, le look. Pas d’espace fermé où chacun, des dizaines de fois par an, se trouve mis davantage en présence de ses semblables, où chacun a l’occasion d’avoir un aperçu sur la façon d’être et de vivre des autres. Les femmes et les hommes politiques, les journalistes, les « experts », tous ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans un hypermarché ne connaissent pas la réalité sociale de la France d’aujourd’hui.

L’hypermarché comme grand rendez-vous humain, comme spectacle, je l’ai éprouvé à plusieurs reprises. La première fois, de façon aiguë, avec une vague honte. Pour écrire, je m’étais isolée hors saison dans un village de la Nièvre et je n’y arrivais pas. Aller « au Leclerc » à 5 km était un soulagement. Celui, en me mêlant à des inconnus, en « voyant du monde », de retrouver, justement, le monde.

La présence nécessaire du monde. Découvrant par là que j’étais pareille à tous ceux qui vont faire un tour au centre commercial pour se distraire ou échapper à la solitude. Très spontanément, je me suis mise à décrire des choses vues dans les grandes surfaces (Journal du dehors, Paris, Gallimard, 1993, et La Vie extérieure, Paris, Gallimard, 2000).

Pour « raconter la vie », la nôtre, aujourd’hui, c’est donc sans hésiter que j’ai choisi comme objet les hypermarchés.

J’y ai vu l’occasion de rendre compte d’une pratique réelle de leur fréquentation, loin des discours convenus et souvent teintés d’aversion que ces prétendus non-lieux suscitent et qui ne correspondent en rien à l’expérience que j’en ai.

De novembre 2012 à octobre 2013, j’ai ainsi relaté la plupart de mes passages à l’hypermarché Auchan de Cergy que je fréquente habituellement pour des raisons de facilité et d’agrément, dues essentiellement à sa situation à l’intérieur des Trois-Fontaines, le plus grand centre commercial du Val-d’Oise. Accessibles à pied par les voies piétonnes depuis la gare RER et en voiture directement depuis l’autoroute A15, les Trois-Fontaines sont implantées au cœur du quartier de Cergy-Préfecture. Là sont concentrés tous les organismes publics - préfecture, grande poste, C.A.F., hôtel des Impôts, gares RER et routière, Caisse d’Épargne, hôtel de Police, théâtre, médiathèque, conservatoire, piscine, patinoire, etc. -, nombre d’établissements d’enseignement supérieur (faculté de lettres, ESSEC, ENSEA, École nationale d’art) et de banques. Si bien que je définirais volontiers cet espace - appelé d’ailleurs Grand Centre - comme une addition, voire un emboîtement, de concentrations massives, qui ensemble créent une animation considérable durant la journée et un désert le soir. Le centre commercial occupe la plus grande surface de cette zone. Il faut se représenter une énorme forteresse rectangulaire en briques rouge brun, dont la grande façade, celle tournée vers l’autoroute, est en vitres-miroirs reflétant les nuages. La façade opposée, qui donne sur des immeubles et une tour d’habitation, est uniformément en briques, comme une ancienne usine du Nord. Depuis sa création en 1972, une aile perpendiculaire a été ajoutée à l’une des extrémités, où s’est installée, notamment, la FNAC. D’immenses parkings, pour moitié couverts et superposés sur plusieurs niveaux, l’entourent sur trois côtés.

On accède à l’intérieur par dix portiques dont quelques-uns, monumentaux, évoquent l’entrée d’un temple mi-grec mi-asiatique, avec leurs quatre colonnes surmontées de deux toits distants, en forme d’arc, le plus haut en verre et métal débordant avec grâce.

Le centre des Trois-Fontaines constitue un centre-ville d’un nouveau genre : propriété d’un groupe privé, il est entièrement fermé, surveillé et nul ne peut y pénétrer en dehors d’horaires déterminés. Tard le soir, quand on sort du RER, sa masse silencieuse est plus désolante à longer qu’un cimetière.

Ici sont rassemblés sur trois niveaux tous les commerces et tous les services payants susceptibles de couvrir la totalité des besoins d’une population - hypermarché, boutiques de mode, coiffeurs, centre médical et pharmacies, crèche, restauration rapide, tabac-presse-journaux, etc. Il y a des toilettes gratuites et un prêt de fauteuils roulants. Mais le seul café, Le Troquet, le cinéma Les Tritons et la librairie Le Temps de vivre ont disparu. On n’y trouve que peu d’enseignes haut de gamme. La clientèle appartient majoritairement aux classes moyennes et populaires.

Pour qui n’en a pas l’habitude, c’est un endroit désorientant, non pas à la façon d’un labyrinthe, comme Venise, mais en raison de la structure géométrique du lieu où se juxtaposent, de chaque côté d’allées à angles droits, des boutiques faciles à confondre. C’est le vertige de la symétrie, renforcé par la clôture de l’espace, même si celui-ci est ouvert à la lumière du jour par une grande verrière qui remplace le toit.

L’hypermarché Auchan occupe sur deux niveaux presque la moitié de la surface du centre. Il en est le cœur, irriguant de sa clientèle l’ensemble des autres commerces. Sa suprématie est lisible au fronton du centre où son nom s’étale en lettres gigantesques, éclipsant celles plus réduites de la FNAC et de Darty. Dans les parkings, les loges abritant les batteries de caddies portent toutes le logo de l’enseigne, rouge avec un oiseau. C’est le seul commerce à être ouvert aussi longtemps - de 8 h 30 à 22 heures - quand les autres ne le sont que de 10 heures à 20 heures. À l’intérieur du centre, l’hyper Auchan constitue lui-même une enclave autonome, proposant, en plus de l’alimentation, de l’électroménager, des vêtements, des livres et des journaux, également des services - billetterie, voyages, photos, etc.

Redoublant en quelque sorte l’offre d’autres commerces, tels Darty, quand il ne les a pas fait fuir hors du centre, où il n’y a plus de boulangerie, boucherie, marchand de vin, etc. Le niveau 1, non alimentaire, a la forme d’un rectangle profond. Un escalator le relie au niveau 2, d’une surface double, divisé en deux espaces communicants, mais décrochés à angle droit l’un par rapport à l’autre, ce qui, en réduisant l’horizon infini des marchandises, atténue l’impression de grandeur. Tous les accès sont gardés par des vigiles.

Voilà pour la physionomie des lieux que, à mon habitude, j’ai parcourus avec ma liste de courses à la main, m’efforçant simplement de prêter une attention plus soutenue que d’ordinaire à tous les acteurs de cet espace, employés et clients, ainsi qu’aux stratégies commerciales. Pas d’enquête ni d’exploration systématiques donc, mais un journal, forme qui correspond le plus à mon tempérament, porté à la capture impressionniste des choses et des gens, des atmosphères. Un relevé libre d’observations, de sensations, pour tenter de saisir quelque chose de la vie qui se déroule là.


  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

similaire:

Transcription intégrale du texte de l’édition originale arial 16 iconTranscription intégrale du texte de l’édition originale arial 16

Transcription intégrale du texte de l’édition originale arial 16 iconTranscription intégrale du texte seul de l’édition originale arial 16

Transcription intégrale du texte de l’édition originale arial 16 iconTranscription intégrale du texte seul de l’édition originale arial 16
«Bon ! une farceuse, pensa Claude, quelque gueuse flanquée à la rue et qui cherche un homme.»

Transcription intégrale du texte de l’édition originale arial 16 iconTranscription intégrale de l’édition originale arial 20

Transcription intégrale du texte de l’édition originale arial 16 iconTranscription intégrale du texte seul de l’édition originale arial 16
Vous m'aviez dit qu'il ne serait prêt que dans un mois ! s'étonna Charley en regardant à nouveau l'animal dans la boîte au milieu...

Transcription intégrale du texte de l’édition originale arial 16 iconTranscription intégrale du texte et des notes de l’édition originale arial 16
«je ne peux pas. Les phrases se dérobent, le "je" sonne faux. J'ai donc décidé de mettre de côté ce travail qui n'est pas mûr.» écrit-il...

Transcription intégrale du texte de l’édition originale arial 16 iconTranscription intégrale du texte de l’édition originale arial 16
«le pot de fer», «le pot de terre» n'a aucune chance et Zola rend compte de toute sa détresse. Cependant, IL se range du côté de...

Transcription intégrale du texte de l’édition originale arial 16 iconA introduction [Phrases 1-43]
...

Transcription intégrale du texte de l’édition originale arial 16 iconTranscription de l’intervention
«le retour des frontières». J’ai repris mon ouvrage Fronts et frontières : un tour du monde géopolitique (1ère édition en 1988) pour...

Transcription intégrale du texte de l’édition originale arial 16 icon10 recommandations pour soutenir l'édition en Midi-Pyrénées
«L’édition en Midi-Pyrénées» qui comporte dix recommandations destinées à réajuster le dispositif existant d’aides à l’édition






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com