Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves)





télécharger 25.84 Kb.
titrePistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves)
date de publication09.12.2016
taille25.84 Kb.
typeRecherche
e.20-bal.com > loi > Recherche

Science économique – Croissance, fluctuations et crises


Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves)

Niveau de vie, revenu/habitant.

Fonction de production (Cobb-Douglas).

Loi des rendements décroissants

Croissance extensive/intensive.

Recherche et développement (R&D)

Investissements matériels et immatériels

Les différents types d’innovations

Auteurs : Solow, Lucas, Barro, Romer.

Mesures et savoir-faire


Lire et interpréter un indice, un taux de croissance et un taux de croissance annuel moyen

Distinguer une évolution en valeur absolue d'une évolution en valeur relative (%)

Distinguer PIB nominal (en valeur, en monnaie courante) et PIB réel (en volume, en monnaie constante)

Lire des contributions à la croissance

Lire un graphique semi logarithmique


Mécanismes économiques à mobiliser

Axe 1

Le PIB permet de mesurer uniquement la production marchande et non marchande évaluable et déclarée. L’IDH, lui, propose une approche plus qualitative et multidimensionnelle, plus proche de la notion de développement (notion qui n’est pas au programme).

Axe 2

L’augmentation de la production résulte de la hausse de la quantité de facteurs de production utilisés (fonction de production).

La hausse de la quantité produite qui n’est pas expliquée par l’augmentation de la quantité de travail et de capital utilisés, est attribuée à la hausse de la PGF en partie issue du progrès technique.

Le rôle du progrès technique sur la croissance



Axe 3

Le caractère auto-entretenu de la croissance (croissance endogène)



Le rôle des institutions et des droits de propriété

Rôle incitatif des droits de propriété => obtenir les bénéfices de son investissement / innovation => incitation à investir / innover => hausse de la production

Importance d’un cadre institutionnel favorable : par exemple, cadre juridique et organismes permettant le respect des contrats, politique de recherche, politique de la concurrence, politique industrielle, stabilité politique, etc.

Les grands axes et problématiques


Axe 1 : Intérêts et limites du PIB

Le PIB est un des meilleurs indicateurs permettant d'étudier la croissance. Il permet d'étudier les séries longues et de faire des comparaisons internationales ; mais il présente des limites en tant qu'indicateur de mesure de la croissance.

Axe 2 : Le rôle des facteurs de production dans la croissance économique

Les facteurs travail et capital contribuent à la croissance sans l’expliquer totalement.

L'amélioration de la productivité globale des facteurs agit aussi sur la croissance.

Axe 3 : L’explication du caractère auto entretenu de la croissance

La croissance est endogène du fait de l’accumulation du capital et du progrès technique.

Elle s’explique aussi par l’existence de multiples institutions et des droits de propriété

Les notions du programme

Croissance économique : augmentation soutenue pendant une période longue de la production de biens et services. Elle peut être mesurée par le taux de croissance en volume du PIB sur du long terme.

PIB : somme des valeurs ajoutées réalisées par l’ensemble des unités de production sur un territoire.

IDH (indicateur de développement humain) : indicateur compris entre 0 et 1 construit à partir de trois indicateurs : économique (revenu par habitant), santé (espérance de vie à la naissance), éducation (durées de scolarisation).

Investissement : achat par une unité de production de produits durables permettant d’augmenter le stock de capital et/ou la productivité (mesuré par la FBCF). Pour les ménages, la seule dépense d’investissement est l’achat de logement.

Progrès technique : ensemble des transformations qui permettent d'améliorer la productivité et/ou la production.

Croissance endogène : approche selon laquelle la croissance s’auto entretient en permettant des investissements qui eux-mêmes génèrent de la croissance.

Productivité globale des facteurs (PGF) : mesure la part de la croissance de la production qui n’est pas expliquée par l’accroissement des facteurs de production et traditionnellement attribuée au progrès technique.

Facteur travail : facteur de production correspondant à la main d’œuvre.

Facteur capital : facteur de production correspondant aux moyens matériels et immatériels nécessaires à la production.

Acquis de première

Facteurs de production, production marchande et non marchande, valeur ajoutée, productivité, institutions, droits de propriété, externalités.

Éléments factuels


Axe 1

Forte croissance durant les Trente Glorieuses dans les pays occidentaux (environ 5 % en moyenne et en volume chaque année) Ralentissement depuis les années 1970.

Taux de croissance du PIB




2002

2009

2016

France

1,1

-2,9

1,4

États-Unis

1,8

-2,8

1,8

Zone Euro

1,0

-4,5

1,6

Chine

9,1

9,2

6,5

Source : OCDE, 2016.

PIB français en 2015 : 2132,4 milliards d’euros constants (base 2010) (Insee).

Axe 2

Les contributions à la croissance du travail, du capital et de la PGF sont très variables d’un pays à l’autre.

Contribution moyenne en point de pourcentage à la croissance du PIB, 1995-2014




Facteur travail

Facteur capital

PGF

PIB

(%)

France

0,2

0,7

0,6

1,4

Allemagne

0,0

0,4

0,8

1,2

Japon

-0,4

0,6

0,6

0,8

États-Unis

0,5

0,8

1,0

2,3

Source : OCDE 2016.

Lecture : En France, le PIB a augmenté en moyenne de 1,4 % par an entre 1995 et 2014. La productivité globale des facteurs de production, explique l’augmentation annuelle moyenne de 0,6 point de pourcentage du PIB de la France entre 1995 et 2014.

Axe 3

Dépenses intérieures en recherche et développement en % du PIB en France : 2.23% en 2013 (Banque Mondiale).

Question 1.1 : Quelles sont les sources de la croissance économique ?

Académie d’Orléans-Tours – Groupe de production Sciences économiques et sociales - 2016

similaire:

Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves) iconPistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves)

Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves) icon1ère année : Lettres Supérieures (ou Hypokhâgne)
«ens». En effet, la création de la «Banque Commune d’Épreuves Littéraires» (B. E. L.), en vigueur depuis la session 2009, permet...

Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves) iconArticle 10 Les épreuves correspondant aux différentes unités d'enseignement...

Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves) iconEt aux modalités d’inscription aux épreuves
«notice relative a l’organisation de la validation des acquis de l’experience (vae) des diplomes comptables superieurs – session...

Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves) iconC1 – Maîtriser des connaissances exigibles (Définir, illustrer, restituer une notion…)

Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves) iconCalendrier des inscriptions aux épreuves session 2015

Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves) iconLa dc a été une source d’approfondissement et d’enrichissement du dp
«L’application aux pouvoirs publiques de l’ensemble des règles de la concurrence issu de l’ordonnance du 1er décembre 1986 et des...

Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves) iconÉpreuves obligatoires Épreuves anticipées

Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves) iconLexique pour guider la lecture des programmes en eps
«découverte» ou «d’approfondissement» liés aux champs d’apprentissage. Des indications sont données pour le cycle 3 et sont à construire...

Pistes éventuelles d’approfondissement (non exigibles aux épreuves) iconDominante d’approfondissement






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com