Seminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet





télécharger 108.51 Kb.
titreSeminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet
page1/4
date de publication05.07.2017
taille108.51 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4











SEMINAIRE INTRODUCTIF A L’APPEL À MANIFESTATION D’INTERET

1er AVRIL 2016

COMPTE RENDU

# 1


Présents :

Gauthier Aubert (CERHIO, UR2), Fabrice Auvé (Collectif des Terreux), Patrice Barbel (Université Rennes 1), Rebecca Baudrier (Architecte), Pierre Blandin (Ent. Terre, Chaux et Décors), Anne-Elizabeth Bernocci (Maison Ecologique), Manon Bonnafous (ACCROTERRE), Annie Bras Denis (Archipel Habitat), Stéphane Chevrier (MANA), Dominique Chrétien (Au bout du plongeoir), Florence Collet (LGCGM, UR1), Fabrice Dalino (Conseil Régional de Bretagne), Marie Dano (ACCROTERRE), Loïc Daubas (ENSAB), Erick Deroost (Au bout du plongeoir), Samuel Dugelay (Collectif des Terreux), Pascal Dupont (INSA), Benoît Feildel (ESO-Rennes, UR2), Béatrice Feltmann (Ecoorigin), Solenn Follézou (IAUR), Ashmat Froz (Collectif d’Architectes), Solène Gaudin (ESO-Rennes, UR2), Catherine Guy (IAUR), Gilbert Gaultier (IAUR), Erwan Hamard (IFSTTAR), Béatriz Issigonis (Lycée P.M. France, GRETA), Jean-Pascal Josselin (IAUR), Johann Landry (Néotoa), Joël Laurent (Arts Plastiques, UR2), Christian Le Bart (MSHB), Rozenn Le Bouar (IAUR), Amélie Le Paih (Atelier Alp), Madeg Leblay (CRAPE), Nina Lemaire (EHESP), Blandine Lemercier (INRA), Matthieu Leprince (MSHB), Olaf Malgras (Coop de Construction), Yves-Marie Maurer (Collectif d’Architectes), Bernard Menguy (Collectif d’Architectes), Cécile Mescam (Onzième étage), Laurent Molez (INSA), Gérard Niay (ACCROTERRE), Arnaud Perrot (UBS), Marie-Laure Picard (ENSAB), Philippe Poullain (GEM), Gladys Poullain (ACCROTERRE), Sylvie Pretot (LGCGM, INSA), Maryvonne Rigourd (Collectif d’Architectes), Philippe Rius (Bureau de contrôle), Anna Robert (ACCROTERRE), Maxime Robin (Team Solar Bretagne), Marie-Pierre Rouger (Accroterre), André Sauvage (ACCROTERRE), Vincent Souquet (Archipel Habitat), Nicolas Thelys (MSHB), Michèle T’Kint (U-Team), Nathalie Travers (Au bout du plongeoir), Vincent Verlaine (Archipel Habitat), Victor Villain (ENTPE).
Excusés : Didier Favreau (Université Rennes 2), Marion Hohlfeld (Université Rennes 2), Dominique Ramard (Conseil Régional de Bretagne), Flavien Sorette (Université Rennes 2)

Déroulé :


  1. Faire connaissance et échanger sur le matériau

  2. Présenter la démarche et la discuter

  3. Présenter les propositions et les contributions à l’AMI

  4. S’organiser pour la suite




  1. Lancement du séminaire :


Catherine Guy : L’IAUR est un Groupement d’Intérêt Scientifique dont les membres fondateurs sont l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne, l’Institut Nationale des Sciences Appliquées Rennes, Sciences Po Rennes et l’Université Rennes 2, porteur du GIS. Au cours des années précédentes, plusieurs cycles de recherche ont eu lieu : d’une part sur la recherche concernant la participation citoyenne dans les projets d’aménagement et d’urbanisme, et d’autre part sur la transition énergétique sur des territoires diversifiés. Cette expérience s’inscrit dans la mission initiale souhaitée par les établissements d’enseignement supérieur qui est de développer la recherche en aménagement et urbanisme. Dans ce programme, l’objectif est bien d’opérer pour une transition énergétique à partir de l’objet de recherche de la terre crue, et ce pour trois ans.
Christian Le Bart : Ce projet s’inscrit dans la philosophie de la Maison des Sciences de l’Homme. Le monde de la recherche en sciences humaines et sociales a historiquement des faiblesses (logique de discipline) et elle a pour mission d’accompagner les projets interdisciplinaires. Une autre de ses missions est l’ouverture sur les acteurs et la société, d’être attentif aux attentes sociales, d’être capable d’ouvrir la recherche à des partenariats, des réflexions et animations collectives. Elle peut accompagner ce projet en: mobilisant le réseau, finançant potentiellement la recherche, et en mettant à disposition des ressources humaines ou techniques (futurs locaux). Ce projet pourra s’inscrire dans le pôle gouvernance dans les institutions publiques et privées.
Gilbert Gaultier : Ce projet étant programmé sur trois ans, il est important de travailler en confiance, tout en acceptant de décaler un peu son regard pour construire ensemble, de mettre de côté ses certitudes pour en construire de nouvelles. Trois points sont à retenir dans cet appel à manifestation d’intérêt :
1/ Il regroupe de nombreux chercheurs issus d’établissements et de disciplines académiques très différents ainsi que des associations notamment ACCROTERRE, associé à un collectif d’architectes, sans qui l’IAUR n’aurait pas lancé cet AMI. L’autre originalité est qu’il regroupe des maîtres d’ouvrage intéressés pour tester ces matériaux et s’engager financièrement.

2/ L’objet de l’AMI est de réinventer la pertinence d’un matériau biosourcé à base de terre crue, dans un contexte de transition énergétique avec la préoccupation fondamentale du bien-être des populations, d’où l’importance d’associer les sciences sociales et de poursuivre la recherche sur les liens entre urbanisme, architecture et santé.

3 / Ce projet vise à expérimenter grandeur nature une construction, en rassemblant les différents champs disciplinaires sur trois ans (durée ajustable), pour aboutir à des micro-constructions et à la réalisation d’un immeuble collectif R+3.
A ce stade, rien n’est écrit à l’avance. Du point de vue méthodologique, il est important de bien identifier les blocages au niveau des chercheurs, des concepteurs et constructeurs. Il s’agit de bouleverser nos certitudes, juridiques, constructives tout en réaffirmant ce que l’on sait afin d’échanger nos savoirs et en inventer de nouveaux.
Schéma N° 1 et 2 : Les intentions du projet AMI « Terre crue »






Cette co-invention mobilise plusieurs univers professionnels. Il va falloir inventer des matériaux à partir de la matière terre, les concevoir puis les expérimenter afin d’aboutir à une construction. L’histoire de cette invention et de cette innovation n’est pas figée, il faut la construire ensemble. L’idée est de travailler de manière itérative entre les chercheurs, les architectes et ingénieurs, les maîtres d’ouvrage mais aussi les constructeurs. Il sera possible de faire appel à des étudiants et des lycéens
Tour de table des participants au séminaire 



  1. Les attentes de la Maîtrise d’Ouvrage :




  • Archipel Habitat :

L’axe terre et lien social intéresse particulièrement Archipel Habitat qui aimerait que les habitants puissent participer sur des petites constructions comme des kiosques, dans un quartier tel que le Blosne par exemple. L’isolation phonique des logements est un enjeu fort, aussi des réflexions doivent être menées sur les performances acoustiques de la terre plutôt à l’intérieur du bâtiment qu’à l’extérieur. Il serait envisageable de construire une maison à destination d’un public fragilisé, ce qui pourrait être l’occasion d’un chantier école tout en faisant coopérer les habitants.


  • Conseil Régional de Bretagne :

Le projet a vocation à s’inscrire dans le groupe Matériaux du Plan Bâtiment durable breton. La volonté du CRB est de s’investir dans des projets concrets et de déverrouiller la règlementation. La terre a différents enjeux : à terme elle représente 5000 emplois locaux, des enjeux sociaux pour accueillir des nouveaux habitants (également dans les centres bourgs), valoriser les savoir-faire artisanaux, les enjeux de la transition énergétique et de la salubrité des logements. La réflexion du groupe porte sur la question de la hauteur, et tout en s’appuyant sur ce qui s’est fait dans le passé, il s’agit de faire de l’architecture contemporaine. La terre, abondante en Bretagne, a un potentiel très fort. Le Conseil Régional de Bretagne soutient ce projet.

  • La Coop de Construction :

Société coopérative d’intérêt collectif (Scic), le promoteur constructeur réalise entre 120 et 150 logements par an (4500 logements/ans sont construits sur Rennes Métropole et le Pays de Rennes) et développe des modes constructifs en développement durable. L’expérience formidable de Salvatierra, un beau bâtiment en terre réalisé en 2001 à Beauregard, peut permettre de tirer des conséquences. Elle souhaiterait expérimenter la construction les bâtiments en terre, comme elle a expérimenté la dissociation entre le bâti et le foncier, ou encore des questions sur la mobilité des usagers.

Les avantages du projet : aboutir à des constructions en terre à des prix normaux. Le but de la Coop est de permettre aux ménages aux revenus modestes d’accéder à la propriété. La question des coûts de construction (1100 à 1200 du m2) est importante à prendre en compte dans la recherche. Pendant deux ans, un doctorant les a aidé à réfléchir sur les problèmes de mobilités. Elle a participé à BMA (Bretagne mobilité augmentée). La Coop s’est lancée dans l’habitat participatif (Chevaigné, Rennes). Elle souhaite s’engager plutôt sur un bâtiment collectif dans une perspective de densification des communes.


  • Néotoa :

Les réflexions du bailleur portent sur les modes constructifs qu’il aimerait développer, une recherche sur les matériaux sains et la qualité de l’air, thème important pour les locataires ou primo-accédants, tout en travaillant avec les filières locales dans le cadre du développement durable. Néotoa s’engage sur la construction d’un bâtiment collectif en terre, R+3 minimum.


  • Université Rennes 1 :

La rénovation d’une extension a été réalisée à Rennes 1 avec un mur en terre (Maurer Architecture, prix d’architecture en 2011). Des capteurs ont été installés au moment de sa construction pour comprendre son comportement. Il faudra mettre des dispositifs techniques pour avoir les performances globales du dispositif. Le mur en terre a un fonctionnement différent selon la saison (capable de faire du transfert thermique du chaud vers le froid ou inversement. Pour que la ville et l’université puissent se régénérer sur elles-mêmes, les logiques de rénovation sont privilégiées. Chargé de mission développement durable à l’université Rennes 1, Patrice Barbel indique que l’enjeu est la rénovation du campus dans le cadre de la transition énergétique. L’analyse du cycle de vie est très importante, et à la fin du cycle de rénovation (30 ans), il faut espérer que le bilan global énergétique et économique soit optimal et atteindre le facteur 4. Des transformations sont possibles : envisager de faire un R+2 sur un R+1.

Le Workshop professionnel, organisé par l’IAUR au mois de juin, sur le thème de la rénovation des campus, peut être intéressant pour tisser des interactions entre les acteurs occupants, les professionnels, les étudiants et les chercheurs de l’université qui ont de l’expertise sur le sujet. L’enjeu est aussi celui de l’expertise d’usage avec le thème de l’acceptation de la transformation, qui ne peut se faire spontanément. Comment la temporalité peut être prise en compte dans cette logique d’appropriation.

Le choix d’innovation est incontournable. Un autre modèle économique de la rénovation est à trouver qui permette d’absorber les surcoûts liés à l’innovation, et pas seulement faire émerger un nouveau produit (innovation d’usage et organisationnelle).

Du lien avec le numérique est à faire. L’outil peut être un gain dans les liens de collaboration et les liens économiques, tout en étant imaginable à l’échelle de la rénovation d’un campus. La simulation thermique du bâtiment permettrait d’anticiper la problématique de l’usage et les économies d’énergie afin d’aider au choix des travaux à mener.


  • L’université Rennes 2 : Excusée



  1. Les attentes du Collectif d’Architectes :




  • Ashmat Froz :

Des R+2 existent déjà en Afghanistan, pays où 90% des logements sont en terre. Ashmat Froz fabrique des matériaux et construit des bâtiments en architecture de terre. Il cite le cas d’une maison qui résiste depuis 150 ans aux saisons, intempéries, séismes et aux variations de température. La terre, bauge et pisé y sont mélangés. Les briques de terre crue ou l’Adobe sont utilisés pour faire des éléments porteurs et non porteurs, du gros œuvre et second oeuvre. Un centre de Recherche Appliquée sur l’architecture de terre a été construit en terre à Kaboul, avec le soutien financier de l’Ambassade de France. Il travaille avec des étudiants et chercheurs, en laboratoire. La terre donne des possibilités pour construire différemment. La méthode est simple : la terre est tamisée, moulée puis séchée. Des moyens mécaniques sont utilisés. La terre est aussi mélangée avec de la paille, élément qui apporte multiples fonctions : allègement, liant (la paille dégage de la colle celluleuse qui renforce la terre). D’autres végétaux sont utilisables comme des roseaux, algues. La production nécessite beaucoup de monde et de surface d’où l’utilisation de machines, l’adobe est aussi produit de manière industrielle.
Description de systèmes constructifs :

  • Les arcs : dans les pays en voie de développement, les linteaux ne sont pas employés. Les arcs sont les éléments porteurs. Des bouts de bois sont disposés dans les arcs pour fixer la menuiserie. La chaux est ajoutée à la fin pour remplir les interstices. Il est donc possible de construire dessus, tout reposant sur les arcs. La terre est très lourde, raison pour laquelle, la paille est utilisée (ou fougères, algues) pour la qualité phonique et acoustique.

  • Les voûtains : accrocher des briques de terre crue entre des IPN (poutrelles à profil normal) en bois, métal ou béton. Il est possible de les fixer avec n’importe quel type de matériau (ex : plancher qui devient aussi porteur).

  • Des briques : une grande brique a été conçue à partir de 4 briques. Elles intègrent du roseau à l’intérieur, et peuvent devenir des éléments d’un plancher. Test réalisé jusqu’à 2500 kg/m2.

  • Des voûtes : réaliser des briques de terre crue sans coffrage (difficile de trouver cette forme). La voûte repose sur un mur, construit au préalable (jusqu’à 6-7 mètres de portée).

  • Des coupoles : des briques de terre crue carrées sans coffrage. Elles ne craignent pas forcément l’eau et l’humidité, mais le gel, ce qui est le même problème avec le béton.

  • Le placoterre : élément qui mesure 60 x 60 cm sur 8 cm d’épaisseur et ne pèse que 24 kg. Il peut s’utiliser comme élément en double mur. Il est composé de terre, paille et roseau (un échantillon circule dans la salle). A l’extérieur, on réalise un enduit à base de chaux et à l’intérieur un enduit à base de terre. Ce matériau recyclable s’emploie pour des planchers, des murs, des toitures en pente. Ces placoterres sont restés trois ans sous la pluie, la neige. Des bambous sont utilisés à l’intérieur du mur. Exemple d’un R+2 résistant aux tremblements de terre.

  • Enduits terre : Ashmat Froz présente des photos de son bureau à Kaboul, espace où différents enduits terre ont été utilisés, avec des pigments différents. La pose de carrelage ou faïence est possible. Il réalise des parements, des piliers de forme ronde, une toiture végétalisée, escalier en terre. En posant du marbre, l’espace intérieur est lavable.

Aucun déchet n’est produit. En Bretagne on trouve surtout la bauge, mais l’adobe peut être utilisé. L’adobe apporte des facilités de construction car ne nécessite pas de coffrage contrairement à la bauge et le pisé. Il faut donc réfléchir aux moyens de production et de manière semi-industrialisée ou industrialisée.
André Sauvage explique que la question qui se pose en direction des chercheurs est de se projeter vers des attentes pour demain : d’une part une construction en hauteur (R+3) et d’autre part comment faire pour que la terre, dont artisanalement est fait un matériau, soit allégée et fortifiée, en répondant aussi à des éléments d’observations qui posent problèmes (comme les conditions climatiques créant des fissures), pour faire que demain cette matière généreuse soit améliorée.


  • Yves-Marie Maurer :

L’architecte rappelle qu’en Bretagne, jusqu’en 1940, des constructions étaient réalisées en terre. Ce matériau présente beaucoup d’avantages dans ce climat océanique breton. Un bâtiment a été construit à Kerlann avec un mur présentant des qualités de masse thermique, accumulateur de chaleur. Le matériau n’a pas été utilisé comme élément porteur. Une structure métallique tient ce rôle et le mur est désolidarisé de la structure. Il peut être porteur mais le problème est d’avoir des agréments et les autorisations des bureaux de contrôle qui n’ont pas les éléments pour certifier que cela va tenir. Etant, dans cet exemple, dans un processus de bâtiment public (ERP), le choix est de prendre le moins de risque possible. Peu importe de construire en adobe, bauge ou pisé.

Samuel Dugelay fait remarquer qu’il a déjà fait passer des bâtiments ERP avec de la terre porteuse, il est possible de convaincre un bureau de contrôle.


  • Maryvonne Rigourd :

Elle a construit sa maison en terre il y a 25 ans avec les blocs de bauge de Jean Guillorel, et réalisé plusieurs autres constructions. Elle a arrêté mais reste passionnée. Pour construire en terre, il est nécessaire de l’adapter aux besoins actuels et à la culture contemporaine. Dans ses expériences sur maisons individuelles, il y a toujours des moments de tension. Lorsque les particuliers viennent visiter le chantier et désignent les défauts de finition. Il est important de travailler sur l’acceptabilité sociale d’un matériau non industrialisé. A la fois on aspire à vivre avec des matériaux sains et en même temps, on a du mal à accepter ses imperfections (fissure). On ne peut pas se passer de chauffage dans une maison en terre.
  1   2   3   4

similaire:

Seminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet iconEtape 1 : L’appel à manifestation d’intérêt

Seminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet iconAppel a manifestation d’interêt novabuild

Seminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet iconAppel a manifestation d’interet (ami)

Seminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet iconAppel à manifestation d’intérêt 2017

Seminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet iconPourquoi lancer un appel à manifestation d’intérêt ?

Seminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet iconAppel à manifestation d’intérêt à destination des territoires

Seminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet iconConseil régional d’Aquitaine Appel à Manifestation d’Intérêt

Seminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet iconAppel à manifestation d'intérêt sur l'Economie Sociale et Solidaire...

Seminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet iconAppel à Manifestation d’Intérêt
«filières d’avenir» normandes (le mix énergétique, les éco-industries, de l’industrie de la santé, le numérique )

Seminaire introductif a l’appel à manifestation d’interet iconAppel a manifestation d’interet
«campus d’innovations à la recherche des nouveaux modèles de territoires et de quartiers innovants aux plans économiques, juridiques,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com