Hubert Bonin





télécharger 118.58 Kb.
titreHubert Bonin
page2/3
date de publication09.12.2016
taille118.58 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3
C. L'émergence d'une grosse banque commerciale
Portée par ses affaires de crédit foncier, la Compagnie algérienne développe de plus en plus sa clientèle, son renom, son assise.
a. La construction d'un réseau de guichets en Algérie

Des grandes villes (Alger, Bône, Oran, Constantine, agences léguées par la S.G.A.), elle essaime dans les villes moyennes : Bougie, Blida, Mascara, Médéa, Mostaganem, Sétif, Sidi Bel Abbès, Souk Ahras, où elle s'établit entre 1878 et 1906. Ses guichets se multiplient durant la première décennie du 20e siècle ; pour la seule année 1910, douze guichets sont ouverts10. Un énorme effort d'investissement est consenti à cette époque, en particulier pour résister à l'offensive des deux grands concurrents algériens et à celle, en préparation, de la Société générale.
b. L'essor des crédits commerciaux

Comme le pratique la Banque de l'Algérie, à la fois banque d'émission et banque de crédit, comme le fait de plus en plus le C.F.A.T., comme le font aussi le Crédit lyonnais puis la Société générale, la Compagnie algérienne s'insère dans les échanges commerciaux qui ont pris corps en Algérie et finance les mouvements saisonniers de l’agriculture algérienne. L'Algérie exporte ses ressources naturelles : du bétail ovin, des laines, des céréales, des vins, des minerais ; en 1907, sur les 336 millions de francs exportés, les céréales dominent avec 82 millions de francs et les vins avec 62 millions de francs ; en 1910, certainement à cause de la fluctuation des cours et des volumes produits, les 493 millions de francs d'exportations sont constitués d'abord par le vin (106 millions), loin devant les céréales (24), les huiles (11) et les bestiaux (4). Sans atteindre l'envergure des flux que connaît la métropole, de tels échanges offrent des occasions de crédit à une banque dynamique et désireuse d'accroître sa part de marché. L'installation d'une agence à Guelma (département de Bône) en 1909 s'explique parce que la bourgade est un gros marché aux bestiaux et parce qu'une ligne ferroviaire la relie à Bône.
Aussi la Compagnie algérienne se munit-elle de docks et d'entrepôts qui lui permettent de multiplier ses avances sur nantissement (sur le principe des warrants), gagées par les denrées en stock sous son contrôle : « L’accroissement de la production des céréales nous a décidés à donner une extension plus grande à l’exploitation de magasins généraux. Nous faisons ainsi une œuvre utile au pays puisque nos docks permettent aux colons de conserver leurs récoltes en attendant des cours favorables pour les vendre. D’autre part, ces opérations donnent lieu à la création de warrants, dont l’escompte nous assure un emploi rémunérateur et sûr de nos disponibilités. »11 De telles installations sont érigées par exemple à Blida, Bordj Bou Arreridj, Mascara, Saida, Saint-Arnaud, Sétif, Sidi Bel Abbès, Souk Ahras, Tiaret, notamment dans la première décennie du 20e siècle. En 1909, ils peuvent abriter quelque 140 000 quintaux de céréales.
c. La Compagnie algérienne en Tunisie et au Maroc

Une étape importante est franchie quand la Compagnie algérienne passe les frontières algériennes et s'établit en Tunisie12. Elle essaime également au Maroc13 - sans négliger Tanger (dès 1904). L'offensive marocaine débouche sur un équipement rationnel et systématique : elle a réagi avec vivacité à l'insertion du royaume dans la mouvance française (après la conférence d'Algésiras en 1906) et à la poussée de la concurrence.
d. La Compagnie algérienne et métropolitaine

Déjà présente à Marseille (depuis 1869) et bien sûr à Paris, elle entreprend de s'établir des deux côtés des flux d'affaires et implante des agences dans les contrées méridionales de la métropole. Elle peut ainsi financer les entreprises portuaires actives en Algérie, important des denrées algériennes ou exportant des marchandises et matériaux outre-mer. Elle vient aussi recueillir les dépôts que des épargnants algériens effectuent en métropole, les comptes que les retraités ayant travaillé en Algérie ouvrent après leur retour, les opérations qu'effectuent en métropole les touristes algériens (vacances sur la Côte d'Azur, villes d'eau, etc.). Elle déploie son enseigne à Nice (en 1911), où l'agence est complétée dès 1912 par deux bureaux de quartier ; à Antibes, Vence, Cannes - par l'achat d'un banquier local - et à Menton - par l'achat de la banque Isnard - en 1912.
e. La Compagnie algérienne marseillaise

Face aux grands établissements de crédit ou à la Société marseillaise de crédit, la Compagnie algérienne est devenue de plus en plus aussi une banque phocéenne, car elle draine autour du port nombre de firmes qui traitent des importations d'origine algérienne. Parmi la clientèle que l'on peut identifier14, malgré l'absence de dossiers d'archives, figurent logiquement des courtiers en grains et farines, des marchands de grains, des minotiers, des négociants en bois et merrains (pour la vigne), des marchands de bestiaux, et, bien sûr, des négociants en vins, comme Margnat, la grosse firme active des deux côtés de la Méditerranée. Ils sont rejoints par des fabricants d'huiles et de savons, des huiliers, etc. car l'Afrique du Nord constitue un débouché important pour ces productions marseillaises.
D. La Compagnie algérienne et les affaires financières
Parallèlement à ses activités agrariennes et bancaires, la Compagnie algérienne reste fidèle à ses missions originelles et entretient un portefeuille de participations financières, qui s'enrichit au fur et à mesure de l'essaimage du capitalisme métropolitain en Algérie. En fait, il s'agit plus de placements temporaires, de portage, en soutien d'opérations financières en cours de réalisation, ou en appoint pour placer quelques disponibilités. On ne peut pas vraiment prétendre que la Compagnie algérienne est devenue une compagnie d'investissement et se trouve à la tête d'un groupe financier - c'est-à-dire un groupe riche d'une banque et d’une compagnie holding d'investissements.
Néanmoins, elle entretient des placements en valeurs minières : Mokta - qui reprend contre ses propres titres les actions détenues par la Compagnie algérienne dans les Mines de Soumah & de la Rafina, héritées de la S.G.A., évaluées à 2,1 millions de francs en 1877 -, Gafsa (phosphates tuni­siens), Mines Bou-Thaleb, etc. ; Mines de Ouesta & Mesloula, par exemple, titres vendus en 1907). Elle aide à la création de la Société algérienne de produits chimiques & d'engrais en 1906 (usines à Bône, Oran et Alger) et de sa firme sœur, la Société tunisienne de produits chimiques & d'engrais (fabrication d'engrais phosphatés), en 1910, puis de la compagnie de l'Ouenza en 1913 (mines de fer). Elle s'associe en 1911 à l'augmentation de capital de la Société algérienne de produits chimiques & d'engrais et de la Compagnie marocaine (une firme de négoce proche de la B.U.P. et de Schneider) et y investit d'un coup 450 000 francs. Toutes ces sociétés, en échange, lui apportent leurs disponibilités et des affaires courantes de financement. Mais le portefeuille-titres de la Compagnie algérienne reste fort modeste par rapport à celui des grosses sociétés de portefeuille métropolitaines, puisque sa valeur n'atteint en 1913 que 1,750 millions de francs. Elle ne se veut pas une ‘holding’ et laisse cette mission aux groupes financiers ou industriels métropolitains qui ont commencé à prospecter l'outre-mer (autour de la B.U.P., de Paribas, de Mirabaud ou de Schneider, par exemple).
E. L'expansion d'une banque désormais réputée
Fondée sur les décombres d'une S.G.A. elle-même compromise par les frasques de son parrain, le Crédit foncier, la Compagnie algérienne a peiné à consolider son assise et à affirmer sa respectabilité. Toutefois, autant qu'on puisse en juger, elle modèle son crédit année par année et devient au début du 20e siècle une banque renommée, l'une des grandes spécialistes de l'outre-mer français - loin certes derrière la Banque de l'Indochine et la Banque de l'Algérie, mais au niveau de la Banque de l'Afrique occidentale, du Crédit foncier d'Algérie & de Tunisie, de la jeune Banque d'Etat du Maroc, par exemple.
a. La ‘surface’ immobilière de la Compagnie algérienne

Le réseau opérationnel de la Compagnie algérienne a enflé rapidement au tournant du 20e siècle : d'une dizaine d'agences au début du siècle, le nombre de guichets atteint 37 en 1909, 55 en 1910 et 67 en 1912. Le standing de la banque est symbolisé par ses immeubles eux-mêmes. A Paris, son Siège du 13 rue Neuve des Capucines déménage au 22, rue Louis-le-Grand en janvier 1908 ; mais l’événement clé est l'achat d'un terrain au 48 rue d'Anjou en janvier 1913, qui permet de lancer la construction d'un siège social prestigieux (alors de 1 300 m²), destiné à rester celui de la banque jusqu'au terme de son existence. Outre-mer, ses grandes succursales sont installées dans de beaux immeubles. Patiemment, la banque devient propriétaire des locaux de ses agences (Oran, Casablanca, en 1907, par exemple ; Tunis en 1909) ; celle d'Alger en particulier est transférée en 1910 dans un siège garant de la stature locale de la maison.
b. La ‘surface’ financière de la Compagnie algérienne

La stature de la Compagnie algérienne s'élargit financièrement : son capital s'accroît de plus en plus fortement. Le mouvement est d'abord modéré : les 10 millions de francs initiaux, deviennent 15 millions en 1899 et 25 millions en 1901 ; puis un bond est accompli à la Belle Epoque, tant les affaires mobilisent de capitaux ; le capital grimpe alors à 40 millions de francs en 1912 puis à 62,5 millions en 1913 ; en effet, lors de l'augmentation du capital de 50 à 100 millions de francs en octobre 1913, seuls 12,5 millions de francs sont alors versés sur ces 50 millions, tandis qu'une grosse prime d'émission vient gonfler les réserves - le titre est émis à 1 365 francs pour une valeur nominale de 500 francs. De 34,8 millions de francs en 1907, les fonds propres (capital + diverses réserves) glissent à 37,2 millions en 1911 mais soudain à 76,5 millions en 1912 et à 140,2 millions en 1913 !
Ce tournant s'explique par le désir de la banque de ne pas laisser passer l'occasion de développer ses affaires au Maroc ; désormais rattaché à la mouvance française, le protectorat devient un champ de compétition entre les groupes capitalistes métropolitains ; si Paribas y exerce désormais une influence décisive, nombre d'intérêts viennent s'y affronter ou s'y compléter. A l'échelle de l'Afrique du Nord, la Société générale entend elle aussi gagner quelques parts de marché et s'installe en Algérie ; l’essor de la Banque de l'Algérie et du C.F.A.T., l'arrivée de plusieurs maisons au Maroc, sont autant d'éperons à un renforcement des moyens d'action de la Compagnie algérienne. A son assemblée générale du 11 octobre 1913, au lendemain de l'établissement du protectorat au Maroc en mars 1912, un actionnaire grisé par l'enthousiasme proclame : « Il se trouve que l’Afrique est l’objet de développements fantastiques et que le Maroc suit : il faut des capitaux novueaux » !
Tous les indices concordent : la Compagnie algérienne n'a guère connu une histoire passionnante pendant son premier quart de siècle d'existence... La Grande Dépression entame même les postes de son bilan, et des pertes ont été subies dans les toutes premières années ; ses moyens financiers lui sont chichement comptés puisque ses fonds propres stagnent. Un frémissement apparaît ensuite dans les séries statistiques, à la fin des années 1890 : le bilan franchit résolument le seuil des 50-60 millions de francs en 1895-1900, et celui des 80 millions en 1901. Une troisième étape est celle de l'expansion puis même du boum : le bilan double entre 1901 et 1908, puis encore entre 1908 et 1913 ! La Compagnie algérienne change alors de stature et, pourrait-on dire, de nature : de firme moyenne, aux missions incertaines - gérer des propriétés foncières, accorder des crédits hypothécaires, faire de la banque et de la finance -, elle se transforme véritablement et ardemment en une grande banque commerciale, riche en dépôts, généreuse en crédits :  c’est une Belle Epoque !
c. La respectabilité de la Compagnie algérienne

Forte de cette expansion, la Compagnie algérienne connaît une vie sereine et son conseil d'administration devient l'un des hauts lieux du capitalisme français, puisqu'on y gère une croissance et une puissance intéressantes. Des noms prestigieux s'y rencontrent, tels Jules Siegfried (jusqu'en 1909), Philippe Vernes (à partir de 1909, administrateur de la B.U.P., de la Compagnie du Midi) ou Jean Boissonnas, ancien ministre plénipotentiaire (proche des Mirabaud)(en poste à partir de 1912).
Pourtant, l'on ignore tout de la conduite de la gestion de la banque elle-même, en particulier par le président Lucien Bordet et le directeur Matheron, grands méconnus de cette histoire... Or Bordet (1846-1926) est tout de même un ancien polytechnicien et un ancien inspecteur des Finances, donc un haut fonctionnaire de belle volée, même si sa carrière au sein de l'appareil d'Etat a été brève (de 1867 à 1882) et s'est achevée au sein des Contributions directes15, serait entré à la Compagnie algérienne dès 1890, avant de succéder à Tarbé des Sablons16 en 1893 à la présidence ; il fait partie des 48 inspecteurs des Finances qui, sur les 334 inspecteurs des Finances promus entre 1850 et 1914, ont choisi de pantoufler et qui ont réussi à accéder à un poste de président ou d'administrateur-délégué17, ce qui révèle soit son capital relationnel soit ses compétences soit un mélange des deux atouts... Quoi qu'il en soit, il conserve son poste présidentiel pendant 30 ans - jusqu'en 1923 ! C'est bien lui qui fournit l'impulsion décisive destinée à bouleverser la stratégie de la Compagnie algérienne et à la métamorphoser en une grande banque maghrébine et transméditerranéenne.
Grâce à la gestion de Bordet, la maison modeste, au destin cahotique, qui vivotait à la fin des années 1870 a laissé place à une banque désormais solide, à une entreprise moyenne-grande, avec presque 60 guichets, des parts de marché intéressantes, une stratégie claire de banque d'Afrique du Nord et de banque transméditerranéenne, et surtout une rentabilité satisfaisante. Située dans la mouvance des intérêts proches des Mirabaud, mais dotée d'un développement tout à fait autonome, la Compagnie algérienne n'est en aucun cas une ‘banque de groupe’ ; cependant, elle constitue un outil au service du développement des affaires algériennes, et, en cela, elle sert de levier à la prospérité ou du moins à l'expansion des sociétés qui sont, quant à elles, insérées dans les réseaux animés par les Mirabaud, ce qui constitue in fine l'un de leurs succès indirects.
3. La consécration de la Compagnie algérienne comme grande banque méditerranéenne dans l’entre-deux-guerres
Dans l’entre-deux-guerres, la Compagnie algérienne reste l'un des fleurons du patrimoine de la nébuleuse des Mirabaud. En fait, ils se contentent de veiller à ce que cet outil mis au point par plusieurs groupes d'intérêts réponde bien aux objectifs d'efficacité et de rentabilité. L'influence de Mirabaud se vérifie quand Lucien Bordet, président de la Compagnie algérienne de 1893 à 1923, prend sa retraite ; le gendre de Paul Mirabaud, Jean Boissonnas, gérant de Mirabaud depuis 1919, administrateur de la Compagnie algérienne depuis 1912, assume la présidence ; il côtoie ainsi au Conseil Albert Mirabaud, administrateur depuis 1886 jusqu'à son décès en 1930, date à laquelle lui succède Eugène Mirabaud.
Pourtant, la Compagnie algérienne sort de la période de guerre fortement affaiblie : sur 800 salariés mobilisés, près de 114 sont morts ou disparus ; deux dirigeants importants prennent leur retraite, Poirson, présent dans la maison depuis 1869 et directeur en 1917-1918, et Leloup, secrétaire général, salarié depuis 46 ans... Mais elle réagit aussitôt, dès 1918, par le choix de Gilbert Monès del Pujol, un inspecteur des Finances, pour la direction générale, jusqu'alors inspecteur général des services financiers des Chemins de fer Paris-Orléans ; un directeur adjoint est trouvé dans la société elle-même, avec Trichon, jusqu'alors sous-directeur, qui est remplacé par Bonnet, inspecteur, tandis qu'un cadre dynamique complète l'équipe à partir de 1919, Antoine Millagou. Notre connaissance de la direction de la firme reste gravement lacunaire ; bien qu'originaire du Sud-Ouest (de Haute-Garonne) et donc bien adapté au monde méridional de la Compagnie algérienne, Monès del Pujol18 la quitte dès 1920 ; or les rares documents à notre disposition ne nous fournissent aucune indication sur les causes de son départ, ni sur le recrutement de son remplaçant, Garbe, en poste jusqu'en 1934, ni sur l'équipe qui se constitue durant l'entre-deux-guerres pour gérer la grosse organisation bicontinentale qu'est devenue la Compagnie algérienne.
A. Une vigoureuse stratégie d'expansion géographique
Déjà trapue en 1914, avec une quarantaine de guichets en Algérie, mais aussi au Maroc et en Tunisie, avec quelques excroissances sur la côte méditerranéenne en métropole, la Compagnie algérienne poursuit une stratégie dynamique de développement dans les années 1920.
a. L'essaimage de l'enseigne de la Compagnie algérienne en Afrique du Nord
La Compagnie algérienne veut d'abord renforcer son assise clas­sique, afin de repousser l'offensive des grands établissements de crédit en Afrique du Nord, de la Banque d'Algérie & de Tunisie, de plus en plus solide, de son homologue parrainée par Paribas, la Banque d'Etat du Maroc, et enfin d'une autre banque commerciale, le C.F.A.T., fort agressif lui aussi. Les moyens financiers nécessaires sont constitués, grâce à une première augmentation de capital en 1919, à 100 millions de francs : la base de l'actionnariat est déjà solide, avec 6 334 souscripteurs.
Sa mobilité géographique reste constante et le mouvement enclenché avant guerre est poursuivi : le réseau devient encore plus dense en Algérie ; et aux agences et bureaux installés dans les villes importantes s'ajoutent désormais des bureaux forains situés dans les bourgades agricoles, qui fonctionnent le jour du marché. Finalement, en juin 1931, quelque 45 agences et sous-agences - placées souvent à la tête d'un mini-réseau de bureaux), 48 bureaux permanents et 5 bureaux ‘forains’ sont disponibles en Algérie, soit une centaine de guichets, dont la grosse succursale d'Alger. La Tunisie est moins riche en guichets, mais leur réseau se coule dans les spécificités géographiques du protectorat, avec sept agences et huit bureaux permanents en 1931.
Le Maroc,19« pays neuf où des capitaux considérables sont venus avec empressement s'investir depuis quelques années »20, est quant à lui systématiquement investi, comme on l'a décidé quand le protectorat a été institué : l'agence de Meknès ouvre dès 1919, et, au bout du compte, en juin 1931, ce sont 15 agences et sous-agences, six bureaux permanents et quatre bureaux forains qui jalonnent les grandes places et bourgades essentielles du pays ; des investissements permettent de disposer de sièges neufs et fonctionnels (comme à Casablanca en 1915-1918)21. « Nous tenons à vous signaler que nous sommes, de tous les établissements financiers du Maroc, les mieux placés et les mieux outillés pour soigner l’encaissement des effets dans les meilleures conditions de surveillance et de rapidité »22, peut se vanter la Compagnie algérienne dans un courrier au Crédit lyonnais. C'est que, pour la gestion des moyens de paiement, elle dispose de son réseau, mais aussi de correspondants particuliers qui complète ses outils d'encaissement des traites.
b. Une double stratégie d'essaimage en métropole
En métropole, une double stratégie se déploie : l'enseigne de la Compagnie algérienne flotte sur les places où se nouent des échanges avec l'Afrique du Nord : c'est le cas de Sète en 1922, puis à Lyon en 1930, car « les relations commerciales importantes existant entre cette grande ville et le Nord africain rendaient nécessaire cette création »23. Elle décide d'y construire en 1930-1934 un immeuble cossu, rue du Bât-d'Argent, digne d'accueillir les locaux d'une agence regroupant alors une cinquantaine de salariés - tandis que trois bureaux de quartier viennent l'épauler (Perrache, La Guillotière, Villeurbanne). La métropole marseillaise est quant à elle soigneusement défrichée : l'agence de la rue Saint-Ferréol fédère six bureaux, et des villes proches sont elles aussi équipées (Aubagne). Marseille devient un pôle d'affaires considérable pour la banque : chez elle, « la masse des opérations traitées laisse des bénéfices considérables. Très nombreuse clientèle »24. Dès 1919, la Compagnie algérienne s'installe à Bordeaux ; dans cette cité portuaire, elle se dote d'un siège prestigieux, juste en face du Grand Théâtre25.
Parallèlement sont prospectées les villes fréquentées par les Français d'Afrique du Nord en villégiature ou par des Français de métropole qui ont été actifs en Afrique du Nord et qui prennent leur retraite dans des contrées ensoleillées : les agences de Grasse et de Monte Carlo ouvrent ainsi en 1919, celle de Fréjus en 1923, celles d'Aix-en-Provence, de La Ciotat, de Salon-de-Provence et de Béziers en 1925 ; de Cassis et de Lambesc en 1926. En métropole, en juin 1931, une vingtaine d'agences (complétées par 21 bureaux de quartier ou bureaux intermittents) constituent une ossature légère mais pertinente, car adaptée à la stratégie duale mise en œuvre. Toutes sont situées dans le Midi, sauf le Siège parisien et l'agence de Vichy. Bordeaux une agence et deux bureaux, Nice deux guichets, etc. Une agence banalisée est enfin ouverte dans l'immeuble du Siège social parisien, en 1923.
Au bout du compte, la Compagnie algérienne rassemble 169 guichets en juin 1931 et 180 en décembre, au lieu de 95 en 1921 et 65 en 1912 : au prix d'un investissement constant durant une décennie, elle atteint la taille des grosses banques plurirégionales de métropole.
Guichets de la Compagnie algérienne :

en juin 1930 en juin 1931

Algérie 91 98

Tunisie 14 15

Maroc 26 25

Métropole 39 41
B. Le grossissement du fonds de commerce outre-mer
Le cœur des activités de la Compagnie algérienne est entretenu bien sûr en Afrique du Nord. Or aucune pièce d'archive actuellement disponible ne vient fournir de documentation sur leur évolution, et nous devons nous contenter de quelques fragments fort décevants...
a. La Compagnie algérienne banque agricole
Héritière des projets de colonisation agrarienne (‘à la Bugeaud’) du Second Empire, la Compagnie algérienne conserve en plein 20e siècle la propriété d'un vaste domaine foncier dans le Constantinois, qui dépasse les 70 000 hectares (70 497 en 1925 dont 4 987 exploités en direct). Mais elle en loue l'essentiel à des exploitants, ce qui lui procure des revenus réguliers et corrects, avec 3 millions de francs de bénéfices nets en 1925, par exemple. Néanmoins, le paradoxe réside dans le maintien d'un tel patrimoine terrien - dont la valeur est estimée à 70 millions de francs en 1925 - au sein des actifs d'une société qui s'est métamorphosée en une grande banque commerciale : comme nul débat ne ressort des maigres archives conservées, on doit se contenter de constater de telles pesanteurs historiques. D'ailleurs, tout à coup, devant « la prospérité de nos exploitations agricoles d’Aïn Regada », la firme décide « la mise en valeur par nos propres moyens d’une plus grande partie de notre domaine »26 : elle crée une nouvelle ferme de 506 hectares, consacré à la céréaliculture (avoine, orge, blé)...
Par contre, elle concilie sa vocation bancaire et son implantation rurale lorsqu’elle accompagne la mise en valeur des campagnes algériennes, généralement par les Algériens d'origine européenne. Celle-ci s'accentue encore dans les années 1920, avec la poussée de la viticulture autour de Meknès, etc. La pénétration plus profonde encore des voies ferrées et surtout désormais du réseau routier permet d'accroître les débouchés pour les exploitants. Ceux-ci profitent enfin de l'essor des ventes vers la métropole, en particulier pour les vins. « Elle s’est appliquée à répondre aux désirs variés de sa clientèle, apportant aux agriculteurs son appui au moment où les travaux agricoles, labours et moissons, exigent de plus larges disponibilités, n’hésitant pas à prolonger cet appui et à accorder des facilités de toutes sortes, lorsque, par suite de récoltes déficitaires, la situation de ses clients le commandait. »27 Avances sur récoltes, crédits saisonniers, crédits d'équipement, crédits de stockage, sont autant de prestations désormais classiques pour la Compagnie algérienne, qui reste donc un ‘crédit agricole’, qui, par surcroît, contribue souvent à refinancer les caisses locales du Crédit agricole mutuel. Enfin, « par des avances de plus longue durée, sous forme de crédits garantis par des hypothèques, elle a mis à disposition [des agriculteurs] les fonds nécessaires pour permettre des travaux de longue haleine indispensables pour assurer les défrichements, la mise en valeur des terres, les plantations de vignes, etc. »28
b. La Compagnie algérienne banque commerciale de crédit
Comme l'Afrique du Nord connaît un fort développement29, malgré les aléas conjoncturels et les variations des récoltes - ce qui ponctue souvent la conjoncture, comme en Algérie au début des années 1920, quand les récoltes s'avèrent déficitaires -, la Compagnie algérienne peut se tailler une part du marché du crédit et de la gestion des moyens de paiement des deux côtés de la Méditerranée (transferts de liquidités, encaissements d'effets, etc.). Or le seul commerce extérieur algérien représente quatre milliards de francs en 1923, et il porte sur des postes classiques, comme dans tout le Maghreb : produits agricoles, produits miniers (fer, phosphates, plomb, essentiellement), à l'export, biens de consommation courante et durable, biens d'équipement à l'import. Malheureusement, aucune analyse du développement des activités de la Compagnie algérienne n'est encore possible, faute de sources, et on doit se contenter de suppositions concernant le financement du monde du négoce, la satisfaction des besoins saisonniers des firmes minières ou des sociétés semi-industrielles qui émergent dans les agglomérations côtières principales. « La Compagnie algérienne a pu mettre progressivement à la portée des colons européens d’abord, puis peu à peu de l’élément indigène, avec les capitaux qui lui étaient nécessaires, un organisme bancaire dont les rouages s’étendaient et se perfectionnaient au fur et à mesure que s'accroissait la puissance économique des pays dans lesquels s'exerçait son activité. »30 De même, on ne dispose d'aucune information sur les activités métropolitaines, si ce n'est quelques indications sur la clientèle marseillaise, par exemple dans l’agro-alimentaire (oléagineux, négoce de primeurs, etc.).
C. La Compagnie algérienne banque d'intermédiation et de placement
Grâce à ses liens avec Mirabaud et la nébuleuse d'intérêts où elle se situe, qui lui procurent des lots de titres à placer, et grâce à son réseau, pour la distribution de ces titres, la Compagnie algérienne acquiert un savoir-faire certain dans le métier de banque de placement. Elle facilite la mise en valeur de liquidités par les épargnants d'Afrique du Nord d'origine européenne ; et, parallèlement, dans son réseau métropolitain, elle récupère la clientèle de retraités d'emplois en Afrique du Nord qui lui reste fidèle et se constitue une clientèle nouvelle ; l’insistance mise sur la création d'une grande et belle salle des coffres à l'agence de Bordeaux symbolise, à nos yeux, cette stratégie d'implantation sur le marché de la collecte de l'épargne, voire de la gestion de fortune.
On peut supposer qu'elle promeut tout particulièrement les titres des entreprises actives en Afrique du Nord ; mais elle contribue aussi à placer nombre de valeurs publiques (bons de la défense nationale en 1921, bons du Crédit national, etc.). Elle ne manque pas, dans ce domaine, de vendre des obligations Algérie émises en 1930 et en place 3,24 %, modeste part affec­tée à chacune des deux banques de dépôts actives en Algérie31. De même, la Compagnie algérienne n'obtient qu'une toute modeste part32 de l'emprunt A.E.F. de 1929. Et, de temps à autre, elle dispose de lots relativement importants de titres de sociétés privées, sans qu'on sache pourquoi, en telle ou telle occasion, elle est admise à figurer parmi les moins modestes des banques moyennes ; elle place ainsi 4,2 % des obligations des Aciéries de Pompey en décembre 1929 - sans qu'un lien évident unisse véritablement la nébuleuse Mirabaud et les Fould qui supervisent Pompey - sauf à imaginer que les mines de fer algériennes aient pu créer des relations entre les divers partenaires...
D. Un développement autofinancé et une bonne rentabilité
Malgré les lacunes de notre reconstitution historique, on peut prétendre que la Compagnie algérienne connaît une évolution sans secousses dans les années 1920, quelles soient les limites apportées par les effets des mauvaises récoltes algériennes au début des années 1920. Le développement semble s'appuyer sur la seule capacité d'autofinancement, puisque nulle augmentation de capital n'intervient - sauf pour de modestes 5 millions de francs en 1928 quand sont créées des actions à vote plural afin de mieux protéger le contrôle du capital par les actionnaires stratégiques... La Compagnie algérienne est devenue une grande banque maghrébine et, en métropole, une banque méditerranéenne (avec des antennes à Lyon, Bordeaux et Paris). Elle se sent si sûre d'elle qu'elle peut même esquisser un déploiement au Levant, contrôlé par les Français, et elle y ouvre une agence, à Beyrouth, en 1931. La crise générale la surprend avec un réseau de 180 guichets, ce qui fait d’elle une grosse banque moyenne à l'échelle de la France tout entière, à l’échelle des grands établissements plurirégionaux qui ont fleuri alors.
Une collecte de dépôts efficace permet à la Compagnie algérienne de faire face au gonflement de ses opérations de crédits. L'encours d'escompte évolue à peu près au même niveau que la collecte des dépôts, et la prise de risque s'effectue au niveau des découverts et avances sur garanties, qui se chiffrent à un montant d'environ 400 millions de francs dans les années 1924-1929 : c'est à leur propos qu'on peut se demander comment la banque les ‘nourrit’. Elle trouve certainement des refinancements en métropole, peut-être auprès de la B.U.P., à moins qu'une partie de ses escomptes soient réescomptés à la Banque d'Algérie & de Tunisie ou de la Banque d'Etat du Maroc. Mais les risques portés par la banque restent somme toute classiques, largement garantis par les actifs fonciers ou agricoles, ou par les stocks de denrées ou de matériaux. Ils ne sont guère dangereux, semble-t-il, et le Maghreb, exploité dans son ensemble avec dynamisme depuis le tout début du siècle, est emporté par une telle expansion - à son échelle, celle d'un peuplement encore faible, d’une maigre couche de population insérée dans l'économie bancarisée, d'une exploitation limitée souvent aux ressources naturelles et minières - que les courants d'affaires grossissent aisément. Grâce à eux, la Compagnie algérienne reste une banque d'escompte, mais entretient un volume de crédits durables qui lui permet apparemment de combler les besoins saisonniers de ses clients.
Avec une envergure bien moindre évidemment et avec une toute autre structure de l’économie, l’Afrique du Nord constitue pour la Compagnie algérienne un eldorado ! Le bilan triple de 1919 à 1930, de 651 millions de francs à 2 141 millions. La Compagnie algérienne est une ‘bonne affaire’33 ! En effet, pour des fonds propres officiels qui restent stables un peu en dessous de 200 millions, le dividende progresse peu à peu et procure une bonne rentabilité apparente aux actionnaires. De façon étonnante, aucun apport de fonds n'est donc effectué par les actionnaires ; or ceux-ci perçoivent un dividende abondant, dont le montant cumulé atteint, pour les années 1921-1930, 164 millions de francs, soit presque l'équivalent des fonds propres ! En tout cas, c'est pour ainsi dire deux tiers de plus que le capital qui sont remboursés ! Deux explications simples résident dans la bonne rentabilité de la société et dans sa politique de distribution d'une énorme majorité des profits nets.
On se demande dès lors comment une banque de dépôts telle que la Compagnie algérienne peut être aussi généreuse ou inconsciente, c'est-à-dire ne pas songer à étoffer ses réserves ; on peut penser que la possession d'un vaste domaine agricole, dont la valeur est estimée à 70 millions de francs, sans qu'on en trouve aucune trace dans le bilan, constitue en soi une ‘réserve’, une garantie permettant à la banque de recourir éventuellement à un secours d'urgence qui serait appuyé sur le gage représenté par cette énorme propriété foncière, aisément mobilisable par hypothèque, notamment. Il est évident, dès lors, que la Compagnie algérienne est une excellente affaire, solide dans sa gestion de banque commerciale de crédit et de banque de dépôts, dépourvue d'aléas contentieux dignes d'intérêt, et correctement rentable. Ses actionnaires ne versent aucun argent frais mais touchent bien plus que la valeur de leur capital : peut-on aller jusqu'à prétendre que la Compagnie algérienne est alors une ‘rente’ pour eux ?
E. La Compagnie algérienne heureuse de ses affaires transméditerranéennes
L’un des fleurons de la nébuleuse Mirabaud, la Compagnie algérienne34, préserve sa solidité. En effet, pendant la dépression des années 1930, la Compagnie algérienne bénéficie de la stratégie déployée depuis la première décennie du siècle et accentuée pendant les années 1920 : elle peut tirer parti du décalage qui marque la conjoncture économique dans chacun des territoires où elle est implantée. Quand la métropole se porte plutôt mal, plusieurs branches de l'économie algérienne redémarrent en exploitant les débouchés que constitue cette métropole, à laquelle elle est de plus en plus intégrée en tant que fournisseur de denrées et matières premières au nom de la ‘préférence impériale’, et en s'insérant dans les flux d'importations en provenance de cette même métropole, qui se renforcent grâce à l'abaissement de leurs prix relatifs par rapport à ceux des exportations. Le Maroc lui aussi vit à son rythme propre, ce qui permet de colmater tel ou tel manque à gagner ponctuel sur un autre front.
La banque est attaquée par la crise alors qu'elle est en bonne condition financière : dès 1930, elle a songé par prudence à développer ses liquidités et disponibilités, et leur excédent par rapport aux exigibilités immédiates atteint les 200 millions de francs. Cette solidité relative lui permet d'affronter le choc de la crise sans trop de déboires ; pourtant, le recul des ventes de phosphates marocains, la baisse des prix des céréales, etc. entraînent un repli du chiffre d'affaires. Certes, il faut prolonger les délais de paiement tant les clients des divers territoires sont éprouvés par la baisse des cours, et les créances s'immobilisent quelque peu dans la première moitié des années 1930. Toutefois, l'Etat apporte un vaste crédit de 800 millions de francs en 1935, en vue d'aider à la consolidation des dettes algériennes ; comme en métropole, il décide d'atténuer la surproduction de vins en achetant l'alcool, en distribuant des primes d'arrachage. Peu à peu, les marchés des vins et des céréales s'assainissent, tout comme en Tunisie ceux des vins et de l'olive. Cela permet de relancer les opérations de crédit par warrantage.
La banque ne vit par conséquent aucun changement déterminant et poursuit la mise en valeur de ses guichets. Elle continue à se situer dans la mouvance discrète de Mirabaud - Eugène Mirabaud succédant au Conseil à Albert Mirabaud après la mort de ce dernier en 1930 ; Edouard Odier remplaçant en 1937 Léon Odier, l'un des fondateurs de la banque - qui préservent leur dessein de contribuer à la mise en valeur globale de l’Afrique du Nord, l'outil bancaire n'étant que l'un des leviers indispensables. Ce sont eux qui, avec discernement, recrutent un nouveau directeur général à la mort de Garbe en 1934 : ils font appel à un polytechnicien déjà expérimenté dans le métier bancaire, Jean Pallier, qui se rattacherait lui aussi à la mouvance de la Haute Société protestante, mais d'origine languedocienne quant à lui. Il s'appuie sur un second, cadre de la banque depuis 1919 et promu directeur général adjoint en 1934, Antoine Millagou.
L’immobilisme ne prévaut pourtant pas ; dans le sillage des décisions prises antérieurement, la Compagnie algérienne s'installe au Levant, on l'a vu, à Beyrouth en 1931 et ouvre quelques guichets supplémentaires en 1931 (quatre) et 1932 (cinq), d’où un réseau de 185 bureaux. La maison est entraînée par la reprise des échanges en 1937-1938 : le commerce marocain s'accroît d'un tiers entre 1936 et 1937 (à 3 milliards de francs), celui de l'Algérie atteint les 10 milliards de francs en 1938 ; les échanges totaux de l'Afrique du Nord avec la France se chiffrent à 12 milliards de francs en 1938 ; c'est autant de grain à moudre pour l'activité de banque commerciale de crédit, même si une partie de cette hausse est seulement due à l'inflation. En outre, elle peut gagner de l'argent en plaçant dans son réseau des lots de titres des emprunts coloniaux, dont le Gouvernement général de l'Algérie, qui sont émis dans les années 1930.
Aussi la Compagnie algérienne parvient-elle à traverser la dépression des années 1930 sans secousses, sans gros contentieux, sans crise de confiance. Certes, le bilan perd 22 % de sa valeur entre le maximum de 1932 et le minimum de 1935, et le montant regagné en 1938 reste inférieur à celui de 1931, la même remarque portant pour les dépôts et les crédits. Mais les profits se maintiennent autour de 21 millions de francs en 1930-1935, et ce n'est qu'en 1936-1938 qu'ils s'effritent d'un quart. Toutefois, un montant total de 120,3 millions de francs de dividendes est versé aux actionnaires pendant les années 1931-1938, soit plus que le capital et le rapport de ces dividendes aux fonds propres atteint en cumulé 8,3 %, ce qui est honorable... Sans mise de fonds supplémentaire et alors que le capital avait déjà été potentiellement amorti dans les années 1920, une nouvelle injection de profits se répand parmi les actionnaires de la Compagnie algérienne, dont certainement de nombreux épargnants, investisseurs et grosses fortunes proches de la banque et des familles Mirabaud ; le ‘règne’ du président Jean Boissonnas (depuis 1923) se poursuit avec satisfaction !

1   2   3

similaire:

Hubert Bonin iconHubert Bonin

Hubert Bonin iconHubert Bonin, professeur d’histoire économique contemporaine à l’Institut...

Hubert Bonin iconHubert Bonin, professeur d'histoire économique contemporaine à l'Institut...

Hubert Bonin iconHubert Bonin, professeur d’histoire à l’Institut d’études politiques...
«districts industriels», puisque, contrairement à Limoges (Tarneaud), Cholet – comme l’a étudié Michel Lescure4 – ou Castres (Gheusi),...

Hubert Bonin iconHubert Bonin, professeur d’histoire économique contemporaine à l’Institut...
«le triptyque banque-industrie-diplomatie» –, soit pour relayer la force commerciale par des excroissances dans les pays mêmes (négoce...

Hubert Bonin iconHubert Bonin, professeur d’histoire économique contemporaine à l’Institut...
«banque universelle» nationale. L’on pourrait suggérer que Toulouse avait failli devenir une grande place bancaire, qu’elle y avait...

Hubert Bonin iconDiscours de clôture par Jean-Michel Hubert, Président de l’Autorité

Hubert Bonin iconMaître de Conférences en Sciences de Gestion à l’université de Lorraine. Iut epinal-Hubert

Hubert Bonin iconEquipe enseignante hubert Cochet, Gilles Bazin, Sophie Devienne,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com