Depuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe





télécharger 0.53 Mb.
titreDepuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe
page8/8
date de publication01.11.2018
taille0.53 Mb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > finances > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8
Ma petite fille a grandi. Quand son papa m’appelle de la maison, elle commence à me parler, elle a 6 ans puis 7 puis 8 et les conversations deviennent plus intéressantes bien que nous n’ayons pas grand chose à nous dire car nous ne nous connaissons pas.
Bientôt Noël, je lui demande ce qui lui ferait plaisir ; papa doit intervenir pour donner son accord et quand c’est OK, je vais pouvoir lui offrir son abonnement pour la revue équestre qu’elle reçoit chaque mois. Mon fils pourra prendre l’argent sur mon compte puisqu’il a la procuration.
La première fois, tout va bien se passer mais quand à une autre occasion nous convenons d’un cadeau, toujours avec l’accord de papa, je me rendrai compte, lorsque je recevrai les relevés bancaires, que rien n’a été prélevé, mon fils me fait croire que je fais des cadeaux à ma petite fille mais il n’en est rien et quand je demanderai « pourquoi » ? il me répondra qu’il règle toutes ses dépenses par internet et qu’il ne sait même plus faire un chèque !!!!!!!!

Fin 2007 mon fils m’annonce qu’il compte venir avec sa fille me voir quelques jours. Je suis très surprise mais je n’ose pas demander pourquoi ; les rapports entre nous sont tellement froids et distants que je ne comprends pas la raison de ce voyage mais j’accepte.

Ils arriveront un jour à 4h30 du matin et repartiront 5 jours plus tard à 2h30 du matin. A chaque voyage environ 15 h de vol car pour économiser quelques dollars, mon fils a pris des billets avec correspondance donc moins cher. Pourtant lorsqu’il me parle de lui, de sa famille, il me dit qu’il n’a aucun problème financier, qu’il possède autant de livrets « A » que la loi le permet et qu’ils « débordent » !!!! on dirait qu’il se sent obligé de faire ce voyage mais n’en a pas envie, pas plus qu’il ne souhaite dépenser beaucoup d’argent pour cela.

J’ai essayé de savoir la raison de cette venue mais je n’ai reçu aucune cohérente :

-1) pour que je vois ma petite fille !!! (comme ça ! subitement ?)

-2) parce qu’elle l’a demandé. (Je voudrais bien le croire mais comme on fabrique pour elle les questions et les réponses…….)

-3) parce que c’est surement la dernière fois qu’elle me voit (la première aussi car elle avait 2mois ½ lors de mon voyage et je ne pense pas qu’elle s’en souvienne) !!!!( là on interprète comme on veut)

J’ai devant moi une petite fille, belle, adorable, bien élevée, vive et pleine d’humour mais papa veille, il est toujours auprès de sa fille, il la protège, il la surprotège et assez souvent, il répond à sa place aux questions que je pose : un soir par exemple, je demande à Annabelle si elle a beaucoup d’amies d’école. Elle réfléchit un instant puis me répond :
-toute ma classe sauf 3.

- et qu’on-t-elles ces 3 filles ?

- elles ne sont pas comme les autres

-et qu’ont-t-elles de différent ?

-elles n’ont pas de maison
Le père alors intervient et m’explique qu’il s’agit de gitanes qui vivent dans un foyer alors je demande :
-mais est-ce une raison pour ne pas être amie avec elles ?

Ma petite fille ne sait pas quoi répondre alors papa une fois de plus prend la parole :
- ces gens là ne sont pas comme nous, la plupart sont des voleurs, je vois sur mes chantiers, ils dérobent le fer le cuivre et tout ce qu’ils peuvent.
Je tente d’expliquer à mon fils qu’en France, il y a des lois qui prévoient de mettre à la disposition des gens du voyage des lieux où ils peuvent s’installer provisoirement et que ceux-ci doivent être aménagés de telle sorte que les voyageurs y trouvent eau, électricité, sanitaires etc…. mais que très souvent, rien n’est fait ou si peu qu’il ne permet pas de satisfaire les besoins les plus élémentaires.

De plus une vieille peur ancestraes rend cette population suspecte si bien qu’on ne lui donne pas de travail et là, comment vivre sinon en s’emparant de ce qui traîne ici et là ?
Alexandre coupe court à la conversation car il n’a aucune réponse à me fournir.
Et puis, le lendemain, le drame éclate :

J’ai fait une réflexion à la petite a qui j’avais demandé avant sa venue, ce qu’elle aimait boire et manger et je vois qu’elle n’a pas touché à différentes boissons et menus et je lui explique que c’est dommage car cela va rester, l’enfant n’a pas le temps de me répondre que déjà le père le fait : :

-« mais on va les boire et les manger tes trucs !! »

et quand la petite part dans la pièce à côté il me demande si je n’aurais pas pu m’abstenir de ces commentaires, vu qu’ils sont là pour si peu de temps.

De fil en aiguille le ton monte et j’éclate :

-cela fait 10 ans que je souffre de la situation dans laquelle nous sommes, -

-10 ans que je me pose des tas de questions,

-10 ans que je me tais et là s’en est trop.

Bien sûr je vais être la seule à parler, mon fils va attendre « que cela passe » quelques heures après, ils repartent pour la France.

Là encore je vais mettre un certain temps pour me remettre de cette venue qui ne m’a rien apporté, de tous ces changements qui sont arrivés durant leur présence qui m’ont beaucoup fatiguée, et toujours cette éternelle question : pourquoi ?????

Je ne sais pas s’il y a un lien entre la venue de mon fils et internet mais quelques semaines après leur retour, je vais décider de voir  ce que c’est que ce truc dont j’entends parler et que je ne connais pas. Je vais prendre des cours, puis recevoir mon appareil, puis être raccordée à internet et là, ma vie va changer et prendre un tournant à 180 degrés.

Au début c’était très difficile tous ces « icones » ces manipulations inconnues, pourtant j’étais aidée par le fait que je sais taper à la machine.

Alors je vais m’accrocher, faire des centaines d’exercices, certains ratés d’autres réussis sans que je comprenne pourquoi et en Février 2008 internet entre chez moi.

Au moment où j’écris ces lignes (17 janvier 2009) je maitrise suffisamment bien les principaux éléments pour dire que j’ai complètement réussi. J’ai 2 blogs, je décore mes textes par des photos que je sais prélever et poser sur le post. Sur le premier blog qui s’appelle « BA » je me suis fait des amies virtuelles certes mais quelles amies !!!!!!! amitié, sincérité, aide sont nos mots -clés et le virtuel offre cet avantage d’être beaucoup moins déçu par le correspondant car on ne montre que le meilleur de nous-mêmes donc il n’y a pas de déception. J’ai enfin trouvé le moyen de faire entrer le monde chez moi, sans me déplacer et sans recevoir personne et c’est pour moi l’idéal.

Bêtement, j’ai crû que cela allait arranger les choses entre nous, que grâce à ce moyen rapide nous allions communiquer sur d’autres bases, ma petite fille a son propre appareil ; pour elle j’avais appris à colorier mes textes, à utiliser des caractères différents à faire des décorations et j’ai commecé à lui envoyer des e-mails. Elle a répondu au premier, au deuxième aussi peut-être et puis…..

Pour mon fils, je lui envoyais aussi des courriers des diaporamas beaux ou drôles, il répondait à certains, n’avait paraît-il pas reçu les autres, était très occupé ……une fois encore je m’étais complètement trompée mais comme entre temps j’avais de plus en plus d’amies sur mon blog l’un compensait l’autre.les 2 + 08/10/2012

2http://ts2.mm.bing.net/th?id=I.4573629806412057&pid=1.9 nouv. Illustr. Debut de texte livre ouvert

http://ts2.mm.bing.net/th?id=I.4740222993105753&pid=1.9 nouvel illustr. Fin de texte pot de fleur
39eme (38)
2008 année de rupture. Pourtant elle avait bien commencé ; j’avais retrouvé deux vieilles copines perdues de vue depuis des années, Linda et Yvonne, je me gavais d’informations, de recherches sur le web et pour la première fois, j’avais la quasi certitude de ne pas mourir idiote. Linda qui avait les coordonnées de mon fils ainé lui avait téléphoné, lui avait appris que j’avais internet et lui avait demandé s’il acceptait d’échanger avec moi, de temps en temps quelques petits mots et il avait dit oui.

Guy, mon ex mari est décédé fin juin d’un cancer de la langue qui avait récidivé. C’est Alex qui s’est occupé de tout : de l’enterrement (incinératon) du déménagement des quelques meubles de son père afin de libérér les lieux, moment très difficile pour lui car c’était la première fois qu’il était confronté à la mort.

Un peu avant la mort de son père Alexandre m’avait fait savoir que j’aurais droit à une partie de sa pension, n’étant pas remariée, puis un peu plus tard il m’avait demandé si je pensais pouvoir renoncer à la dite pension au profit de Nelly, la seconde épouse.

Guy et Nelly ont divorcé en  2004. Nelly n’avait jamais été une personne très équilibrée, très nerveuse, semblant toujours en colère, elle a, en vieillissant, accentué ses tendances et le divorce n’a surement pas arrangé les choses. Toujours est-il qu’après la séparation, elle a commencé à divaguer, à dilapider l’argent qu’elle avait reçu en partage, pour être retrouvée dans la rue, hagarde ayant tout perdu.

Hospitalisée en psychiatrie un certain temps, elle a fini par en sortir pour aller vivre auprès de sa sœur qui est devenue sa tutrice. Bien sûr, elle a tout perdu ; elle a été aidée par les services sociaux, à reçu un petit studio, vit du RMI alors qu’elle menait grande vie du temps de sa splendeur.

Sans réfléchir j’ai répondu à Alex que j’étais prête à renoncer à ce qui me revenait mais quand j’en ai parlé à mes différentes amies, je me suis fais remonter les bretelles : « comment ! tu vas donner ce qui te reviens à une personne qui non seulement t’a pris ton mari mais en plus a mené la grande vie, et a tout perdu par sa faute, qu’a-t-elle fait pour toi ne serait-ce qu’une fois ?  qu’essayes tu de prouver, que tu es bonne ? tu es conne oui !!! »

Mes amies étaient tellement unanimes que je me suis demandée effectivement pourquoi j’avais donné mon accord alors que j’aurais dû au moins réfléchir.

Des mois ont passé, je n’ai toujours rien touché car la procédure est longue, les fonctionnaires sont surchargés de travail c’est bien connu ! mais effectivement, si je touche quelque chose, je le garderai pour moi quitte à le donner à une œuvre quelconque. Mais je me suis aussi demandé comment mon fils avait-t-il pu formuler une telle demande, voulait-il annoncer une bonne nouvelle à son père avant sa mort ? s’est-il senti investi de la mission de patriarche ?

Je n’en sais rien, par contre ce que je sais c’est qu’il ne porte pas particulièrement dans son cœur la dame Nelly alors ? on ne comprend plus bien là non plus mais à quel moment a-t-on compris quelque chose dans cette histoire ?

Et là, les choses vont s’accélérer.Mon fils m’envoie par mail les différents documents à remplir pour la « reversion de pension »mais comme il me manque  pas mal de renseignements et que de l’étranger c’est assez difficile de les obtenir, s’engage entre nous une correspondance « emailique » ; au début je reçois une réponse mais il s’avève quelle est incomplète alors j’écris de nouveau, pas de réponse, nouvel essai : rien ; je  m’adresse à Linda qui en 1 heure me trouve les renseignements désirés et je m’aperçois qu’une fois de plus mon fils a « décroché » le sujet ne l’intéresse déjà plus et il est passé à autre chose de bien plus intéressant qu’un père mort et qu’une mère lointaine et vieillissante. Et là, la colère va, pour la dernière fois se manifester en moi.

Je n’accepte plus la situation telle qu’elle est et je veux y mettre fin une bonne fois pour toutes : ou bien mon fils comprend qu’il exagère et fait amende honorable, ou bien il s’entête et là c’est simple : je romps les ponts ; je veux continuer de vivre et mourir en paix.

Je commence par écrire sur mon blog un texte qui reflète mon état d’esprit du moment et en continuant j’écris un e-mail à mon fils que je lui envoie à la première occasion.

 

22/08

TELEX POUR MON FILS ALEXANDRE   : écrit le vendredi 15/08/2008 
Alexandre,

Je suis fatiguée d’attendre tes réponses,
Je suis fatiguée de te relancer,
Je suis fatiguée de douter de toi. 

J’ai donc pris la décision de t’annoncer que cet e-mail sera le dernier du genre, je ne prendrai plus l’initiative de t’écrire.  Par contre, je répondrai TOUJOURS à ceux que tu m’enverras donc, si tu m’adresses du courrier et que tu ne reçois pas de réponse ou de confirmation de moi, dans de brefs délais, tu pourras commencer à te demander si j’ai bien reçu ce que tu m’as envoyé et à toi alors de m’adresser,ou non, une copie du courriel auquel je n’ai pas répondu,   

détestant plus que tout le doute et pour être bien sûre que ceci  te parviendra d’une façon ou d’une autre : 

1)      je t’envoie ce courrier à ton adresse e-mail de ton bureau

2)    je t’envoie ce courrier à ton adresse personnelle,

3)    je t’envoie ce courrier sur l’ordinateur de ta fille,

4)    j’envoie une copie de celui-ci à Linda à qui je ne cache rien,

5)    j’envoie une copie de celui-ci à Yvonne qui elle aussi sait tout,

6)    je le passe sur mon blog même si je sais que tu ne t’y rends jamais

7)    je voulais envoyer également une copie à Nicolas Sarkosy au cas où, mais comme il est encore plus occupé que toi, je m’abstiens. 

p.s.- j’ avais un fils qui s’ appelait Alexandre
c’ était un fils merveilleux jusqu ‘a ce qu’ il se marie et que son épouse coupe les ponts entre nous car possessive de façon maladive, elle ne pouvait pas supporter ma présence, même de loin,              

et ce fils qui aimait tant sa mère a laissé  faire.                                   

depuis, c’est devenu un monsieur très important qui se consacre uniquement à sa carrière et à sa réussite et le programme étant très chargé, (60h de travail par semaine), il ne reste pas beaucoup de place pour les sentiments ; dans ces conditions, ceux qu’il éprouve pour son entourage proche ne peuvent  être que de piètre qualité.                                                       

j’ espère qu’ il réalisera , avant qu’ il ne soit trop tard, que cette façon de vivre et d’ aimer ne conduit à rien si ce n est qu’ a finir sa vie seul comme un con  . . .

il y en a déjà eu un comme ça  dans la  famille , cela ne suffit pas ?les 2 + 09/10/2012

2http://ts2.mm.bing.net/th?id=I.4573629806412057&pid=1.9 nouv. Illustr. Debut de texte livre ouvert

http://ts2.mm.bing.net/th?id=I.4740222993105753&pid=1.9 nouvel illustr. Fin de texte pot de fleur

40eme (39)

La réponse est arrivée quelques jours après :
Un mail très long et surtout très confus dans lequel tout est mélangé mais qui me prouve surtout que nous sommes aux antipodes l’un de l’autre et que nous sommes devenus des étrangers ; il est même difficile de croire que nous avons vécu les mêmes évènements, que nous sommes de la même famille et qu’un jour il y a eu cet amour fusionnel que pourtant je n’ai pas rêvé.
Mais ce que j’ai compris par contre c’est que mon fils, de par son travail, est devenu un « chef » qui commande d’une main de fer ses ouvriers, souvent des étrangers, et pour lesquels il semble avoir plus de mépris que d’estime (comme son père). Il règne aussi sur sa famille comme le ferait un patriarche sur-protégeant son petit monde et ne laissant que peu de place pour la liberté de pensée de chacun.
L’argent qu’il a gagné a fait de lui un matérialiste qui ne mesure sa réussite que par l’ampleur de son compte en banque autant de choses que je déteste.
J’ai eu deux fils, je les ai perdus, suis-je coupable ?
J’ai reçu une vie, qu’en ai-je fait ?
Et si c’était à refaire ?
Je crois pourtant avoir compris quelque chose et si je ne me trompe pas cela pourrait servir à toute personne qui me lira.
Je l’ai dit déjà, dans les grandes lignes, notre destin est tracé mais pour le réaliser nous devons agir et pour cela, comprendre certaines choses et surtout entendre et traduire les messages que nous recevons comme par exemple ceux de cette petite voix qui……C’est pour cela que parfois il est difficile d’exprimer ce qui se passe quand nous les recevons car ils ne se traduisent pas avec des mots, notre vocabulaire n’est pas adapté à cela ni assez riche pour cela.
Mon erreur n’a pas été de rentrer en France pour voir mes enfants et découvrir ma petite fille mais de faire le projet de revenir y vivre donc de quitter Israël.
Ma venue dans ce pays appartient à un projet venu d’ailleurs, un projet qui est lié à quelque chose de mystique et que j’ai réalisé grâce à l’aide d’entités supérieures et repartir aurait été comme annuler tout ce que j’avais fait et par voie de conséquence tourner le dos à mon destin.

Or, pour mon bien, ces entités ne l’ont pas voulu, sachant que je commettais une erreur et comme je ne comprenais pas, ou encore ne voulais pas comprendre, elles m’ont envoyé des épreuves qui m’ont obligée à abandonner mon projet. Ce qui veut dire que si j’avais fait l’effort de raisonner avec bon sens et non de me laisser emporter par la passion qui anime une grande partie de mes actes et qui brouille mes raisonnements, je n’aurais pas eu à souffrir, ma belle fille n’aurait pas eu peur de moi, elle n’aurait pas monté son mari contre moi et beaucoup de chagrin de part et d’autre aurait été évité.
Ce qui pourrait paraitre comme étant une punition était tout simplement une leçon et les pierres sur lesquelles je trébuchais devaient me faire comprendre que je n’étais pas sur la bonne route.

Je viens de comprendre cela, au moment où j’écris ces lignes (27/09/2012) mais je suis sure qu’ont été mis sur mon chemin des problèmes qui empêchaient la réalisation de mon projet qui n’était pas conforme à ce qui était prévu pour moi, projet que j’avais commencé à réaliser et que j’allais anéantir à cause d’un raisonnement humain dénué de toute réflexion spirituelle.
De penser ainsi, enfin ! me fait du bien car si on souffre pour une raison qui en vaut la peine, celle-ci devient moins difficile à supporter et avec le temps, elle devient un atout qui à permis de rester sur le chemin tracé qui est prévu pour nous.
Alors merci à vous que je ne connais pas mais que je sens si proches de moi d’être restés à mes côtés et de m’avoir permis de sentir votre présence dans les bons comme dans les mauvais moments.

https://fbcdn-profile-a.akamaihd.net/hprofile-ak-ash4/202995_100000079745636_6678084_n.jpg ma petite fille Anaelle
http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQvjdtNbqXEAQeNXure3LoFNutqEWA91gu8JLKxgbwykTipDazo rose sur un livre donéo

http://ts4.mm.bing.net/th?id=I.4837997887816983&pid=1.9

la rose de salvador dali

EPILOGUE
La passagère du dernier train. 

Dans ce train qui roule à douce allure, elle regarde par les vitres le paysage défiler. Comme on le lui a conseillé, elle n’a pris avec elle qu’une petite valise dans laquelle elle a mis ses meilleurs souvenirs : deux têtes blondes, de bons danseurs, des voyages, des odeurs, des amis au pelage soyeux.

Elle ne sait pas combien de temps dure le voyage, il paraît que personne ne le sait, mais il ne faut pas qu’elle s’inquiète, il en va de même pour tous les voyageurs ; lorsqu’elle devra descendre on lui fera signe.

Elle sera alors accueillie par ceux qui l’ont connue, par ceux qui l’ont aimée. Avec eux, elle visitera sa nouvelle résidence, se familiarisera avec cette vie qui ne sera pas comme avant mais pourtant elle trouvera  la-bas des choses dont elle a toujours rêvé : la beauté,  l’harmonie.

Lorsqu’elle aura séjourné suffisamment de temps dans ces lieux de délices, elle fera alors partie de ceux qui, à leur tour, accueilleront les prochains voyageurs pour leur souhaiter la  bienvenue et les aider à visiter leur nouvelle demeure.

En attendant, il faut profiter du voyage, en laissant derrière soi ce qui n’a plus d’importance.

Elle vient de franchir une frontière, maintenant elle le sait, elle est partie pour un long voyage au bout duquel il y a la paix. Yaël

29/09/2012

Je dois tout d’abord remercier ceux et celles qui ont aimé me lire.

Je croyais que cet épisode de ma vie était enfoui à jamais et que la cicatrice était bien refermée et à peine visible mais il n’en est rien, même si maintenant, je peux facilement contenir la tristesse qui m’envahie.

Perdre ses enfants de cette façon n’est pas une réussite et la responsabilité qui m’incombe est certainement très grande mais je ne vois pas comment j’aurais pu faire autrement. Je me suis battue avec mes moyens qui n’étaient peut-être pas les bons mais qui étaient les seuls que je possédais.

Tout au long de cette re-lecture, je me suis dit que si une autre personne avait vécu la même vie, elle l’aurait surement ressentie et racontée différemment sans pour autant être une menteuse. C’est que tout simplement dans une vie il n’y a pas une vérité mais des vérités.

Je me suis toujours sentie responsable de mes actes, mais pas pour autant coupable car ce sentiment ressemble trop à des menottes qui entravent et qui empêchent d’avancer.

Je n’ai rien fait et ne ferai rien pour essayer de renouer avec mes enfants car non seulement je n’en ressens pas le besoin mais en plus, je pense que ce serait une erreur ………..et là encore si je me trompe, mes amis invisibles sauront bien me le dire.
Réponse au com. de meva sur article 7 du 07/09/2012

Lorsqu'on vit l'évènement au jour le jour, on n'a aucun recul et à moins d'avoir une chance extraordinaire, on ne comprend pas bien ce qui arrive, on sait seulement que quelque chose ne va pas. C'est la rupture entre mon second fils et moi qui m'a poussée à écrire "ma version" de ce que j'avais vécu, vu par moi bien sûr mais il est bien évident que mes enfants qui ont vécu la même histoire, auraient une version bien différente s'ils la racontaient.Une des plus grandes différences entre mes fils et moi c'est que je parle, je dis, j'essaie d'expliquer alors qu'eux vivent dans les non-dits et très souvent dans le déni. David, mon fils aîné, a été submergé par ses souffrances et n'a jamais pu faire résilience ; il s'est enfermé dans un mur de silence ce qui semblerait vouloir dire que sa peine est tapie très profondément et pour toujours en lui. Pour Alexandre, c'est le résultat d'un travail de sape fait consciencieusement par son épouse qui a fait le vide autour de lui pour qu'on ne lui prenne pas ce qui est à elle. (et je suis sûre qu'il ne s'en est pas rendu compte) A-t-elle subi un traumatisme dans le passé qui l'a rendue ainsi ? je ne sais pas mais il faut bien une raison pour agir ainsi et comme Alexandre est un être de compromis poussés à l'extrême, il a préféré rompre avec moi pour avoir la paix chez lui. Ce qui me fait être certaine de ce que je dis c'est que le dernier mail que j'ai reçu de lui semble être une leçon apprise, souvent qui n'a ni queue ni tête, les évènements y sont complètement déformés alors que c'est lui qui les a vécus, au fur et à mesure qu'il écrit on dirait que quelqu'un lui souffle les phrases. Quoi qu'il en soit, je pense que les choses ne s'arrangeront jamais entre nous, d'abord parce que je ne le veux pas car si cela devait être le cas, il s'agirait encore de compromis ce que je déteste mais en plus, comme je n'aurais plus confiance, je vivrais dans le doute, dans la crainte d'un mot, d'un silence et ça ! je ne le supporterais pas. Je veux finir ma vie tranquille et seule car même entouré, on est toujours seul et dans les moments de douleurs, et aussi pour le grand voyage.
Read more at http://www.beaute-addict.com/blog-beaute/commentaire-testament-pour-mes-fils-la-vie-d-une-femme-eme-partie-674547-0.php#8KQlx0pCQ7uYASIC.99

 

 

 

 Nous sommes le 22 Aout, il est 10 h00 et j’arrive au bureau, j’allume mon ordinateur, importe mes messages et en commence la lecture, il y a depuis Mardi soir quelques 50 messages à lire, je lis et je réponds ou classe suivant les informations qui me sont communiquées, et puis j’ouvre ton message, je le lis une fois, deux fois, je l’imprime et le relie, enfermé dans mon bureau pour être sur d’être isolé.

D’une certaine façon, j’évite ainsi les agressions possible du bureau, je suis calme et quelques peux étonner, mais pas choqué. A ce stade je ne sais pas quoi répondre, aucune colère ne m’habite, j’ouvre Word, et mes doigts se mettent à tapoter le clavier. Je n’aime pas les réactions à chaud, qui sont souvent synonymes d’incompréhension, de jugement hâtif, sévères et quelques fois peu objectives.

 lundi 1er septembre 2008

Tout compte fait ta réaction n’est pas grave, je ne sais pas si ton désir était que je réagisse, mais si c’est le cas tu pourras croire que d’une certaine façon tu as encore gagné. Mais gagné quoi, je ne sais pas, et je crois tous compte fait que cela ne m’intéresse pas.

Tu dis être fatigué d’attendre mes mails, cela fait maintenant dix ans que j’essaye de préserver un contact téléphonique environ une fois par trimestre (c’est toujours moi qui appelle) . Ce simple contact à permis  il y a maintenant 10 mois que tu puisses rencontre ta petit fille.

A la suite de ce voyage, et après avoir discuté d’ordinateur et d’internet, avec toi, tu m’as   appris fin 2007 que tu avais acquis cet appareil quelques peu difficile à maîtriser : un ordinateur.

Il faudrait maintenant qu’après sept mois d’utilisation, de courriel, de la création de ton blog, et je ne sais quoi d’autres je sois pendu devant et que je doive te répondre immédiatement, je crois que nous ne plaçons pas cet outil au même rang. Internet, est je te l’accorde, une grande ouverture vers le monde extérieur, mais il s’ajoute à tout les autres médias, loisirs, et obligations  d’éducation, sociales et professionnelle qui sont toujours notre quotidien.

Bien que l’ordinateur et internet soit comme tu le dis une ouverture vers l’extérieur, cela reste pour moi une machine, je travaille avec parce que contraint, mais pour le reste, je te rassure je communique très peu avec, et contrairement a ce que tu peux penser ou imaginer, je privilégie le contact humain qui est aussi riche et moins un mur de façade derrière lequel il est parfois facile de se cacher , alors tu vois je crois qu’effectivement tu t’es tromper en pensant, un jour peut-être que cela nous rapprocherai. De plus, je pense qu’il te faudrait prendre du recul avec cette machine, il n’y a que quelques mètres entre toi et ton ordinateur, alors effectivement ton attente doit quelques fois être longue.

Je souhaite seulement te rappeler quelques faits ; cela fait maintenant 28 ans que tu à décider de t’installer en Israël. Moi et David sommes restés en France et depuis 28 ans, notre vie a évoluée, a subi des remouds, des rebondissements que ce soit d’ordre affectifs, sentimental, ou professionnel quelques fois. Beaucoup de choses bien ou mal, heureuses ou malheureuses nous sont arrivées sans que tu sois vraiment au courant. Et au vue de la famille qui nous entour, ou qui nous à entouré, nous n’avons pas eux souvent vers qui nous tourné. David en a très certainement beaucoup plus souffert, car je pense que contrairement à lui j’ai eu un entourage parental plus tôt, ce qui m’a évité de faire trop de connerie. David (Mon « grand frère » à qui je souhaite, toutes les plus belles choses d’une vie amoureuse avec sa femme « Sylvie »), a été ce week-end un très beau marié, gai et tout souriant, son mariage fut d’une grande beauté, beau, et émouvant pour moi et Anna. Riche de rencontres humaines et de retrouvaille. Vois-tu ces événements sont pour moi beaucoup plus intéressant qu’un écran d’ordinateur.

Je pense également, que j’ai construit  ma vie telle que je l’entendais, cela fait maintenant quinze ans que je suis avec ANNA, et vois tu notre histoire est toujours aussi belle. Je crois également, que cela fait bien longtemps que je ne t’appartiens plus, j’ai fait le deuil de pas mal de chose durant ces années, les choses importantes sont devant moi et non derrière, nos enfant, Yann et Anaëlle font partie de nos préoccupations. Notre vie reste après quinze ans encore riche en projet. Ton attitude a l’encontre d’ANNA est stupide incompréhensible, elle dénonce de ta part une amertume, une jalousie et une méchanceté gratuite. tu lui reproche d’être maladivement possessive, je te laisse tes impressions et sentiments.

Je sais également avec l’âge et la réflexion, que je tiens beaucoup de toi, par certain traits de caractère, certaine attitude, cette capacité à analyser les situations, et quelques fois les « hommes ». Mais comme souvent, nos jugements sont personnel, et contrairement à toi, je n’ai jamais essayé de les imposer, ni essayé de les dicter à Chacun quelqu’un. est libre en son âme et conscience d’agir comme il l’entend.

Pour ce qui concerne ta petite fille, je pense qu’il serait de bon ton que nous la laissions en dehors de tout ça, tout d’abord parce que le souvenir qu’elle peut garder de toi lui est personnel, que si elle souhaitait réellement dialoguer avec toi, elle le ferait (contrairement à se que tu pourrais sous entendre, aucune restriction d’internet ou de téléphone lui est faite te concernant). N’oublie pas qu’elle n’a que 11 ans, est sans vouloir lui trouver d’excuse, apprendre à connaitre sa grand mère,  via des messages mail, ne me semble pas idéal pour une fille de onze ans. Je te rassure également concernant ces éventuelles questions sur notre famille, à 11 ans elles sont de plus en plus précise, les réponses sont clair, sans apriori et jugement. C’est souvent à  moi que sont posées ces questions. Et vois-tu il me semble que les attitudes d’abandon que tu me reproche, ressemble  étrangement à vos attitudes envers vos propre parents  (il suffit de regarder comment finisse leurs vies pour ce convaincre que notre chemin ne sera pas celui la). Vous voudriez, que vos enfants ne ce comporte pas comme vous, mais vous n’avez jamais essayé de nous montrer l’exemple. Vois tu cette lettre que je t’écris en ce moment, ressemble beaucoup à celle que tu écrivais un temps à ta propre mère, et oui je m’en rappel encore ta lecture.

Et juste pour finir, quand on regarde notre famille (à moi et à Anna) il apparait un immense vide, sans présence, sans sentiments. Et à cela il ne sert à rien d’ériger un « mur de défense ». Nous avons vu tout les deux nos proches se déchirés, s’humiliés, se faire battre, vouloir avoir une emprise sur l’entourage, est très tôt nous nous sommes rendu compte que la fuite était notre seule moyen de sauver notre couple, et nous n’avons pas hésité une seconde à partir de Saint MALO. Pour vivre heureux, vivons caché.

Je me suis toujours refusé de juger vos vies, vos choix, et ce malgré les pressions ou interrogations. Le décès de mon père, m’a d’un certaines façons libère d’une emprise qu’il avait sur moi, elle n’était pas méchante, mais été la quand même.

Ma mère me dis que je suis devenu une personne importante, elle en sait des choses, avec son ordinateur .Que cette même importance ne me permet plus de m’occuper de ma mère. Moi aussi je préfère l’action, m’occuper de chose proche, et toutes voies sans issue ne m’intéresse plus. Je te confirme que je travail beaucoup, mais ne me considère pas important, comme tu le sous entend.

L’importance donné aux choses, ce retrait de procuration en est un exemple ; On est également devenue des « voleurs potentiels », avec à la barre du bateaux Anna, mon épouse, quelle tableau !!!!, effectivement, le ménage de nos vie respective doit être fait. On à cessé de voir certaines personnes, pour des raisons plus futiles que cela.

Merci d’informer ta banque, de ne plus m’envoyer de correspondance à mon domicile, cela économisera un peu de papier pour la planète. De plus pense à changer tes codes, et oui nous les avons donc il pourrait nous arriver, dans un élan de malhonnêteté, de vidé ton compte via internet. Une information qu’il est cependant nécessaire que je te donne, nous allons déménager de Bordeaux très prochainement, alors j’espère pour toi que tu ne pourras tout régler avec internet.

Voila, beaucoup de chose encore pourrait être écrite sur cette lettre, mais à quoi bon, je n’ai pas besoin d’un rempart pour me protéger.

Je n’attends pas de réponse de ta part, je n’enverrai pas ce message à Linda, à Maryvonne,  sur mon site, ou sur n’importe qu’elle étalage comme tu l’as fait sur ton blog (et oui je suis allé vérifier si tu l’avais fait). Je ne sais pas si tu auras le courage de l’envoyer à tes deux bonnes amies. Cela m’est maintenant égal. Je vais demander à ma femme de lire cette lettre, mais je crains que cela ne l’intéresse même pas. Je n’attendrais cependant pas la confirmation de ma femme pour t’envoyer ce message, et comme il est dis à chaque grand départ de marins « Bon vent ».
   


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 


 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Depuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe iconFidélisation : comment garder le contact avec l'usager Construire...
«bookmarker» le site, utiliser l’internaute comme prescripteur auprès de nouveaux publics («recommander ce site à vos amis»)

Depuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe iconTranscription de l’intervention
«le retour des frontières». J’ai repris mon ouvrage Fronts et frontières : un tour du monde géopolitique (1ère édition en 1988) pour...

Depuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe iconComment utiliser le tableau de bord prospectif ?
«prospectif». Dans cette optique, le tableau de bord prospectif servait surtout à mesurer la performance. IL était essentiellement...

Depuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe iconAffaire Volkswagen : le couple franco-allemand ébranlé ? (Cercle des économistes)
«Chronique psa est consultable sur le blog andrechatelot unblog fr Le livre d’André Chatelot : «Peugeot, un empire» est téléchargeable...

Depuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe iconA rendre pour le 3 janvier : réaliser l’un des deux sujets (au choix)....

Depuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe iconÉnoncé : Étudiez le document de façon critique en insistant en particulier...

Depuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe iconLe mythe est donc l’histoire de ce qui s’est passé
«création» : on raconte comment quelque chose a été effectué, a commencé d’être. Voilà pourquoi le mythe est solidaire de l’ontologie...

Depuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe iconIl convient donc de comprendre en quoi le territoire des Etats-Unis...
«superpuissance» depuis la fin de la Guerre Froide. Ils cumulent en effet les aspects de la puissance à la fois sur un plan quantitatif...

Depuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe iconLa théorie du chaos est pour les mathématiciens une théorie comme une autre, née au XX e
«détermine» le lieu précis où le ballon va tomber, I e., par expérience, IL analyse deux instants passé et présent du ballon et IL...

Depuis que j’ai commencé mon journal, je me demandais comment je pourrais l’utiliser et à quoi surtout ? J’ai un blog sur un autre site, dans lequel je passe iconScénario «Blog pédagogique»
«Blog pédagogique» Insérer un environnement numérique choisi dans un scénario de pédagogie embarquée






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com