Bibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique»





télécharger 42.13 Kb.
titreBibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique»
date de publication03.07.2017
taille42.13 Kb.
typeBibliographie
e.20-bal.com > économie > Bibliographie

Page sur

Partie 2 : Entreprises et production.
Problématiques :

- Qui produit des richesses ?

- Qu’est – ce – que la production ?

- Quelles sont les organisations productives ?

- En quoi les entreprises se distinguent – elles des autres organisations productives ?

- Comment produire et combien produire ?

- De quoi l’entreprise a t – elle besoin pour produire ?

- Comment choisir la meilleure combinaison productive ?

- Qu’est-ce que la productivité et quels sont ses effets ?

Objectifs :

- Distinguer la production marchande et non marchande.

- Présenter la diversité des entreprises selon la taille, la nature de la production et leur mode d’organisation.

- Montrer en quoi le rôle économique spécifique des entreprises les distingue d’autres organisations productives (administrations, associations).

- Présenter les facteurs de production utilisés par l’entreprise pour réaliser sa production.

- Monter comment l’entreprise combine les facteurs de production en tenant compte de leurs coûts et de leur caractère plus ou moins substituable.

- Définir et mesurer la productivité.

- Analyser les différents effets de la productivité.
Vocabulaire à maîtriser :

Notions de base : entreprise, production marchande, production non marchande, valeur ajoutée, facteurs de production, coûts, productivité, progrès technique.
Notions complémentaires : capital fixe, capital circulant, facteurs de production, coûts fixes, coûts variables, excédent brut d’exploitation, investissement, combinaison productive, consommations intermédiaires.
Bibliographie :

  • Jean – Marc HUART «  Stratégies des entreprises et efficacité économique », éd Bréal 2002 Arnaud Parienty, «  Productivité, croissance, emploi. La France dans la compétition mondiale » ed A Colin, coll Circa 2005.

  • Jean Yves Capul et Olivier Garnier, «  dictionnaire d’économie et de sciences sociales » Hatier 2008.

  • Cahiers français n°315, « Comprendre l’économie ; concepts et mécanismes », la documentation française, 2003.

  • G Mankiw, «  Principes de l’économie », Economica 1998.

  • J Stiglitz, CWalsh et J-D Lafay, «  Principes d’économie moderne » DE Boeck, 2007.

  • Paul Krugman et Robin Wells, « Microéconomie », ed De Boeck 2009.

  • INSEE, compte nationaux.

Plan du cours :
I) Qui produit des richesses ?
A) Les organisations productives créent des richesses.
1) Les organisations productives produisent des biens et des services pour satisfaire des besoins humains.

2) Les services produits peuvent être marchands ou non marchands.

3) Les richesses créées se distinguent par leur durabilité et par l’utilisation qui en est faite.
B) La diversité des organisations productives.
1) Les administrations publiques produisent des biens ou des services non marchands.

2) Les entreprises (privées ou publiques) produisent des biens et des services marchands.

3) Les associations (loi 1901) produisent des services marchands ou non marchands dans un but non lucratif.
C) La diversité des entreprises.
1) Selon la taille.

2) Par secteur d’activité.

3) Par statut juridique.
II) Comment produire et combien produire ?
A) L’entreprise utilise des facteurs de production pour créer des richesses.

1) On distingue les facteurs de production qui correspondent au travail et au capital.

2) La combinaison productive dépend du coût relatif des facteurs de production.

3) La valeur ajoutée permet de mesurer les richesses créées par l’entreprise.
B) La productivité permet de mesurer l’efficacité de la combinaison productive.
1) Définition et mode de calcul de la productivité.

2) L’évolution de la productivité sur le long terme.

3) Les effets des gains de productivité.

I) Qui produit des richesses ?
A) Les organisations productives créent des richesses.
1) Les organisations productives produisent des biens et des services pour satisfaire des besoins humains.
Documents n°1 et 2 livre de seconde Nathan, p 42 questions 1 à 7.
Conclusion :
Complétez le texte en utilisant les termes suivants : production, bien, besoin, services.

La ……………. est une activité visant à satisfaire les …………..des individus par des …………. ou des …………………… Pour être considéré comme création de richesses, une ……………………. Doit être le fruit d’un travail rémunéré et déclaré. Ce n’est pas le cas de la production domestique (faire le ménage chez soi) et de la production souterraine (travail au noir et activités illégales).

Un …………….. est un produit matériel ; il peut servir à la consommation directe de l’individu (vélo, livres …) ou à une autre production ( robot, composants électroniques …). A côté des ……………., il y a des …………………., à savoir des produits immatériels dont la production et la consommation sont simultanées (repas dans un restaurant, séance de cinéma).
2) Les services produits peuvent être marchands ou non marchands.
Document n°3, livre de seconde Nathan, p 43 questions 8 à 9.
Conclusion :
Complétez le texte en utilisant les termes suivants : production, marchande, non marchande, marché, travail bénévole.

La …………………… se définit comme l’activité socialement organisée consistant à créer des biens et des services …………………. ou obtenus à partir des facteurs de production acquis sur le …………………. ce qui exclut la richesse créée par le ……………………………. au sein des ménages ou des associations. La production vendue sur un marché est qualifiée de …………………………  Les services sont dits ………………… car ils sont réalisés par des entreprises qui vendent ces services à un prix supérieur à leur coût de production. Une entreprise recherche le profit et crée de la richesse en ajoutant de la valeur aux consommations intermédiaires. On trouve également des services …………………………………… qui sont fournis gratuitement ou à un prix inférieur au coût effectif. Ces services peuvent être assurés par des administrations (enseignement dans un collège public….) ou des institutions sans but lucratif (aide aux devoirs dans une association…..).
3) Les richesses créées se distinguent par leur durabilité et par l’utilisation qui en est faite.
Documents  n°4 et n°5, livre Nathan seconde p 43 questions 11 à 15.
Exercice.

  1. Dans la phrase ci – dessous, soulignez les biens nécessaires à la production d’une automobile.

Pour produire une automobile, il faut de l’acier pour obtenir des tôles et des robots pour assembler les différentes pièces.

  1. Citez les biens qui ne peuvent servir qu’une fois au cours du processus de production.

  2. Complétez les phrases suivantes par les expressions : biens de consommation finale, biens de consommation intermédiaire, biens de production durables.

Les biens achetés par les ménages sont appelés…………………………………………….

Ils servent directement à satisfaire les besoins des ménages.

Les biens qui sont détruits ou transformés au cours du processus de production sont appelés …………………………………………………. Il peut s’agir de matières premières comme le phosphate ou le bauxite, d’énergie comme l’électricité ou de demi- produits comme des tôles ou des tissus.

Les biens qui permettent de produire d’autres biens sans être détruits immédiatement au cours du processus de production comme les machines sont appelés ……………………...

  1. Voici une liste de biens : une grue, le poste de télévision de Mr Martin, un tracteur, une moissonneuse - batteuse , du pétrole, une machine à coudre destinée à une entreprise d’habillement, le réfrigérateur de Mr Martin, l’électricité utilisée par Renault.


Remplissez le tableau ci-dessous :


Biens de consommation finale

Biens de consommation intermédiaire

Biens de production durables












Conclusion :

Complétez le texte en utilisant les mots suivants : consommation, production, durables.

Les biens de ……………………… sont destinés à une consommation immédiate. Les biens de …………………………. sont utilisés pour produire d’autres biens. Les richesses créées se distinguent par leur durabilité. Les biens non ……………. (ou périssables) ne peuvent être utilisés qu’une seule fois ou sur une période très courte. Les biens ……………… peuvent être utilisés plusieurs fois voire sur des périodes très longues par les consommateurs ou les producteurs.
B) La diversité des organisations productives.
Les organisations productives sont multiples.
1) Les administrations publiques produisent des biens ou des services non marchands.



Documents n°1 et 2 Livre de seconde Nathan p 48, questions 1 à 5.
Conclusion :

Les administrations publiques se composent d’administrations centrales, locales et d’administrations de sécurité sociale. Outre leur rôle de redistribution du revenu et de la richesse nationale, elles produisent des services non marchands (éducation, voirie….). Leurs ressources sont les prélèvements obligatoires ( impôts et cotisations sociales).
2) Les entreprises (privées ou publiques) produisent des biens et des services marchands.
Documents n°1, 2, 4 livre de seconde Nathan p 47 questions 1 à 5 et 9 à 11.
Conclusion :

La plupart des organisations productives sont des entreprises privées qui fournissent des biens et des services marchands et dont l’objectif principal est la recherche d’un profit. A ce titre, elles subissent directement la sanction du marché : sans vente de leur production, elles disparaissent.

Certaines entreprises sont contrôlées par l’Etat et sont donc des entreprises publiques. Elles peuvent avoir un objectif de réalisation de profit, comme les entreprises privées, mais ont pu faire l’objet d’une nationalisation pour des raisons diverses (situation de monopole, raison historique….). D’autres sont chargées de missions de service public et n’ont pas d’objectif de réalisation de profit, même si le service qu’elles fournissent est marchand.
3) Les associations (loi 1901) produisent des services marchands ou non marchands dans un but non lucratif.
Documents n°1, 2 et 3 livre de seconde Nathan p 50 et 51 questions 1 à 12.
Conclusion :

Les associations produisent à but non lucratif des services non marchands pour certaines catégories de ménages. Leurs ressources comprennent des cotisations volontaires, des dons et des subventions. Leur rôle est de promouvoir des activités culturelles, de défendre une cause, d’aider les plus démunis au niveau national et international.

L’économie sociale et solidaire est composée de coopératives de production ; de mutuelle et de diverses associations. Les coopératives et les mutuelles se caractérisent par des principes de solidarité et de coopération qui se démarquent des autres entreprises. Dans une coopérative, ce sont les salariés (coopératives de production) ou les clients (coopératives de consommation) qui possèdent le capital. La prise de décision repose sur un principe démocratique «  une personne = 1voix ».
Synthèse.




Document n°1 : Quelles sont les organisations qui produisent ?
1) Complétez le tableau suivant à l’aide du document n°1.





S’agit – il de la production de biens ou de services ?

Ces biens et services sont – ils marchands ou non marchands ?

Quelle organisation productive produit ces biens ou ces services ?

D’où vient l’argent permettant de couvrir les dépenses ?

Production de pommes par un arboriculteur.













Organisation d’une course par une association de lutte contre la muscovicidose.













L’apprentissage de la lecture en CP par un professeur des écoles.













Défense juridique assurée par un avocat














2) Précisez pour chacun des exemples suivants si il s’agit d’une entreprise, d’une administration ou d’une association :

Les pneus Michelin , les Hôtels formule 1, le lycée Théodore Aubanel, les Resto du cœur, les pâtes Lustucru, la caserne des pompiers, la Croix Rouge, la mairie de Bordeaux, une Boulangerie.

C) La diversité des entreprises.
Les entreprises diffèrent par leur activité (biens ou services, secteur d’activité) et par leur taille (micro - entreprise à la grande). Elles réalisent environ 70 % de la valeur ajoutée et de l’emploi.
1) Selon la taille.
Documents n°1 et 2, livre de seconde Nathan p 44 questions 1 à 6.
Conclusion :

On distingue les « grandes entreprises » de plus de 500 salariés, les « petites et moyennes entreprises » (PME) avec des effectifs allant de 10 à 499 salariés et les «  très petites entreprises » (TPE) dont les effectifs sont inférieurs à 10 salariés.

93% des entreprises ont moins de 10 salariés et 99 % moins de 50 salariés et 0,3 % des entreprises ont plus de 200 salariés, mais elles réalisent la moitié du chiffre d’affaires national. Une part importante des entreprises françaises sont artisanales. Elles contribuent à la création d’emplois et au dynamisme économique dans des secteurs variés. Leur création a été facilitée par l’évolution du droit français et notamment par le statut d’auto - entrepreneur.
2) Par secteur d’activité.
Document n°3 livre de seconde Nathan p 45, questions 7 à 9.
Conclusion :

Les entreprises sont classées par secteur d’activité en fonction de leur activité principale. Elles relèvent aussi bien du secteur primaire exploitation des ressources naturelles), du secteur secondaire (industries, bâtiment et travaux publics) que du secteur tertiaire (commerces, assurances, banques, tourisme, transport….). En 2008, on compte en France quelques 300 000 créations d’entreprises principalement dans les secteurs du commerce et des services aux entreprises et aux ménages.
3) Par statut juridique.
Document n° 4 livre de seconde Nathan p 45, questions 10.
Conclusion :

Le statut juridique d’une entreprise doit être adapté à sa taille liée à son capital social, son nombre d’employés, le volume de sa production…. Les artisans et petits commerçants sont généralement des propriétaires uniques et choisissent le statut d’entreprise individuelle (EI) ; les petites entreprises s’organisent en sociétés à responsabilité limitée ( SARL), ce qui permet de réduire les risques financiers pris par les propriétaires et de régler les relations entre plusieurs associés. Le statut de société anonyme (SA), dont le capital est divisé en actions, est plus adapté aux grandes et moyennes entreprises.

Cours seconde Martine Gosse Année 2010 /2011.

similaire:

Bibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique» iconPar Jean Marc Julien – Vice-président de Générations et Cultures
«relative disponibilité». La France avec ses villes moyennes de «province» offre des lieux urbains de très grandes qualité qui par...

Bibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique» iconJean-Marc benammar

Bibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique» iconB. Interview de Jean-Marc Roze, vice-président chargé des finances, rapporteur du budget 9

Bibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique» iconCours de psychologie cognitive jean-marc meunier

Bibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique» iconJean-marc roue à la tête d'armateurs de france

Bibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique» iconBibliographie Marc Blaug

Bibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique» iconRecherche Jean-Marc Lemaître, chercheur à l’Inserm, a réussi à inverser...

Bibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique» iconL’efficacité économique de la fiscalité
«coin fiscal». Ex : le prix du facteur travail est plus élevé pour les entreprises (coût du travail, charges sociales patronales...

Bibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique» iconJean-Marc Hovasse
«Jérimadeth» qui a déjà fait couler beau­coup d’encre2, la rime, chez lui, n’a jamais des raisons que la raison ne connaît pas

Bibliographie : Jean Marc huart «Stratégies des entreprises et efficacité économique» iconChapitre 13 : strategies internationales des entreprises intro






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com