Quelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne





télécharger 34.97 Kb.
titreQuelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne
date de publication23.05.2017
taille34.97 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Semaine 8 : Éduquer À l'environnement et au dÉveloppement durable

Ce document contient les transcriptions textuelles des vidéos proposées dans la partie « Les compétences » de la semaine 8 du MOOC « Environnement et Développement durable ». Ce n’est donc pas un cours écrit au sens propre du terme ; le choix des mots, l'articulation des idées et l’absence de chapitrage sont propres aux interventions orales des auteurs.

Quelles compétences pour quel développement durable ?

Didier MULNET
Responsable du master de formation de formateur en EDD – ESPE Clermont-Auvergne


Dans cette vidéo, nous allons traiter de deux aspects :

  • De quel développement durable parlons-nous ?

  • Et de quelle éducation parlons-nous ?

Les mots ont un sens.

  • Développement signifie transformation de ;

  • Croissance signifie augmentation de ;

  • Confondre les deux est grave.

  • Le sens de durable est discutable.

  • Sustainable en anglais avait un sens, durable ne veut pas dire grand-chose et si certains confondent les deux, ils considèrent que le développement durable c'est continuer de faire de la croissance comme avant.

  • Effectivement, nous ne parlons pas de la même chose.

L'exemple du pique-prune est historique, il a bloqué la construction de l'autoroute qui allait jusqu'à Nantes.

  • Pour protéger cette espèce vulnérable, selon un principe de durabilité forte, on considère que l’extinction de cette espèce - qui n'a par ailleurs aucun intérêt si ce n'est écologique, biologique -, ne peut pas être compensée par des bienfaits apportés par l'autoroute.

  • À l'inverse, et ça a été ce qui a été fait dix ans après, on est rentrés dans un principe de durabilité faible, à savoir que les bienfaits économiques et sociaux apportés par l'autoroute contrebalancent la perte de biodiversité.

  • En EDD, il importe donc de clarifier les valeurs qui sous-tendent les choix que nous opérons.

Consensus ou dissensus ?

  • L'exemple du loup est classique. Tant que le loup n'est pas là, on cherche le consensus et on croit toujours qu'on va s'arranger, à partir du moment où le loup est là, les vieilles guerres sont réattisées et automatiquement, les dissensus entre éleveurs et protecteurs du loup se mettent en place.

  • C'est l'erreur du développement durable que de croire que le développement durable est la recherche d'un consensus, non, c'est plutôt la gestion de situations de conflits ou de dissensus d'une façon générale.

Le schéma classique du développement durable, qui met une intersection entre ces trois domaines environnementaux, sociaux et économiques, a favorisé les échanges, c'est indéniable, mais il montre maintenant ses limites, à savoir qu'il n'a pas permis de s'attaquer aux valeurs sous-tendues puisqu'il n'en parle jamais.

  • Il a toujours cherché le consensus au lieu de gérer le dissensus, par ailleurs, il polarise sur les savoirs en prenant des savoirs sur l'aspect social, environnemental et économique au lieu de s'intéresser à la nature de ces savoirs, à leur typologie, à leur origine et, sur le plan purement pédagogique, il est peu opérationnel.

Alors, le développement durable peut être considéré comme l'accumulation de connaissances, un empilement de connaissances comme dans cette bibliothèque. Je n'ai pas du tout cette vision du développement durable.

  • Le développement durable, ce n'est pas aller prendre un petit peu de vert environnemental, un petit peu de social, un petit peu d'économique, à l'image de mon huile, de mon vinaigre et de ma moutarde, on mélange tout ça, on secoue, on secoue et à partir de ça, on obtient une vinaigrette, mais ça tout le monde est capable de le faire, et c'est d'ailleurs comme ça qu'on fait tout le hors sujet, toutes les erreurs sur cette question.

  • En fait, le développement durable est plutôt l'image de la mayonnaise où il faut un tour de main, c'est un savoir-faire.

  • Mais le développement durable n'est pas que cela. C'est oui, des connaissances, c'est oui, comme les engrenages des savoir-faire, mais c'est aussi des savoir-être, c'est-à-dire aussi bien des attitudes que des comportements.

  • Mais cela va au-delà. Si on n'agit pas, cela n'a aucun intérêt et donc le développement durable, c'est le devoir agir, le vouloir agir, le savoir agir et le pouvoir agir.

Le référentiel - qu'il vaudrait mieux appeler guide de référence -, « former les acteurs au développement durable », qui a été élaboré par la Conférence des Présidents d’Universités et la Conférence des Grandes Ecoles, met en avant cinq métacompétences :

  • avoir une vision systémique et la mettre en œuvre ;

  • avoir une vision prospective et la mettre en œuvre ;

  • articuler les compétences individuelles et collectives ;

  • articuler, permettre, favoriser l'émergence de changement ;

  • mais aussi exercer sa responsabilité dans un cadre éthique.

  • Voilà fondamentalement les cinq grandes compétences qui ont été organisées, décomposées en cinq leviers pour l'action.

  • Le premier levier, c’est les connaissances élémentaires, savoir/connaître.

  • C'est ensuite identifier les ressources mobilisées dans ces savoirs ;

  • c'est ensuite analyser et comprendre ;

  • se positionner et proposer ;

  • pour pouvoir agir et évaluer.

  • Avec des constantes interactions entre ces leviers, il n'y a aucune linéarité dans ces questions-là.

Quelques exemples pour mieux comprendre.

  • Si l'on veut comprendre les gaz à effet de serre, mais que l'on ne parle que de certains gaz à effet de serre, de leurs effets, on rend compliqué ce qui est complexe, on ne comprend plus rien si on ne prend pas tout en compte.

  • Si on se sert de l'émotion, de l'esthétique - comme dans l'image du milieu -, si on ne réfléchit pas aux vraies causes en remontant à l'investigation, sans réduire les problèmes, effectivement on tombera sur une solution toute faite style éolien qui n'est que partielle.

  • La réponse est beaucoup plus complexe.

  • On ne veut pas non plus considérer uniquement la consommation des ménages car vous voyez que ça ne représente que le quart de l'histoire.

  • On est obligés de raisonner en énergie grise globale.

  • Si maintenant je m'intéresse à cette histoire du gland, du chêne, le problème c'est simple : le réchauffement climatique remonte en France plus vite que les possibilités de migration du gland vers le nord en liaison avec les possibilités de dissémination par le geai.

  • C'est un problème de vitesse dans une perspective ou l’évolution se poursuit toujours au même rythme.

  • Si l'on revient au Facteur 4 (énergie en France), effectivement, on voit que l'on a des chiffres mais on ne comprend rien à ces chiffres.

  • La petite courbe, on a du mal à concevoir que l'augmentation d'un phénomène de 3 % par an conduit au doublement de ce phénomène en 25 ans.

  • Mais ce qui est possible dans un sens : une augmentation de, l’est aussi dans l'autre sens : une diminution de 3 % de la consommation conduit à une division par deux de la consommation à 25 ans.

  • Amplification dans le temps, amplification dans l'espace, mais c’est aussi des perspectives positives. En fait on y peut quelque chose, quand on va de l'individuel au collectif et vice et versa.

  • Concernant les objectifs de 2020, -18 % d'énergie, on y est à 20% d’énergie pour 2020, ça ne pose pas de problème, sauf que nos chiffres sont faux.

  • C’est lié en fait à l'idée qu’on oublie de prendre en compte le fait que le PIB est pratiquement nul.

  • Or, le PIB est corrélé à la consommation d'énergie, on oublie que l'on a exporté pratiquement toute notre production d'énergie et effectivement, ces chiffres sont des chiffres très tendancieux.

Changement, les changements sont les changements volontaires ou subis, progressifs, rapides, des changements qui sont positifs ou négatifs - encore que ça ne veuille pas dire grand-chose -, qui sont réversibles non.

  • En fait c'est la question à se poser.

  • On s'accommode aux changements ou on réagit à ces changements et on entre en rupture.

Effectivement, à partir de ça se pose la question du sens que l’on met sur éthique.

  • Ethique des vertus, c'est mes valeurs ;

  • Ethique des normes, c'est les normes que me donne la société ;

  • Ethique déontologique, il y a des trucs qu'on ne fait pas ;

  • Ethique conséquentialiste, tous les moyens sont bons pour.

  • Fatalement par rapport à ça, effectivement, nous avons des enjeux.

  • Vu la quantité d'énergie que l'on consomme convertie en euros, c'est 63 milliards d'euros par an, ça fait 280 milliards d'euros d'ici 2050.

  • On a là les possibilités de rentrer dans une simple transition ou on a la possibilité de rentrer dans une quasi révolution énergétique.

  • Là c'est une question de choix. Tout ceci est vraiment de notre responsabilité et de l'éthique l'on va adopter.

Pour résumer, ce guide de référence met en avant des compétences systémiques prospectives, collectives, responsabilités éthiques et changements mais il ne faut pas voir ça comme des compétences séparées, c'est l'articulation, c'est cette spirale d’évolution entre les trois qui importe.

  • Chacune de ces compétences a été subdivisée en cinq dimensions ou plutôt leviers pour agir, mais ces simples leviers ne sont pas linéaires, on peut commencer à une dimension 3, passer à la dimension 4, revenir à la dimension 1.

  • On a des retours en arrière, des sauts, des passerelles entre compétences, en fait c'est plutôt une spirale évolutive qui passe de compétence en compétence en repassant par chaque compétence.

Pour conclure, quels sont les enjeux éducatifs ?

  • Nous avons des compétences systémiques et prospectives, scientifiques, techniques, nous avons d'autres compétences individuelles et collectives en termes de changements qui sont plutôt dans le domaine des sciences humaines, de l'anthropologie, de la sociologie, de la psychologie. Tout ça, avec une finalité.

  • Tout ça pourquoi ? Pour exercer une responsabilité en fonction de valeurs éthiques.

  • En fait, ce guide de compétences nous propose une nouvelle façon de voir le monde : on ouvre différentes fenêtres et si on n’ouvre qu’une ou deux fenêtres, on ne voit le monde que par le petit bout de la lorgnette, si on ouvre simultanément toutes ces fenêtres, on voit le monde dans sa diversité.

  • Enfin, pour le voir en intégralité, il faut ouvrir toutes ces fenêtres et traiter simultanément l'ensemble de ces compétences.

Maintenant, quel est notre problème ? Notre problème, c'est que nous n'avons pas encore les outils de formation à ces différentes compétences systémiques, prospectives et autres et ces outils, il va falloir les créer.

  • Par ailleurs, il va falloir créer aussi des scénarios pédagogiques pour mettre en œuvre tout cela dans des situations en contexte.

  • Et enfin, se pose une question toute bête : continue-t-on de faire une éducation faible dans un type scolaire, dans une forme scolaire ou passe-t-on à une éducation forte avec de véritables changements de paradigmes d'un point de vue éducatif ?

  • Y sommes-nous prêts ? La question est ouverte.


Cinq compétence pour former
au monde de demain

Didier MULNET
Responsable du master de formation de formateur en EDD – ESPE Clermont-Auvergne


Alors, concrètement à quoi correspond cette compétence systémique ?

  • Si je prends le graphique de gauche, qui est issu du GIEC, où l'on présente les différents gaz à effet de serre et leurs différents effets, positifs et négatifs.

  • Chaque fois que l'on essaie concrètement de simplifier cela en supprimant tel gaz, en supprimant tel effet, on a toujours des problèmes car on est toujours obligés d'y revenir car on a rendu instable, compliqué quelque chose qui en fait est simple si on le prend dans la complexité en prenant tout ensemble.

  • La deuxième image, celle de l'ours blanc sur son iceberg, avec la vision des usines derrière. Là, on se sert de l'émotion, de l'esthétique mais on ne réfléchit pas aux véritables causes, on ne fait pas d'investigation.

  • En fait c'est une forme de réductionnisme qui est poursuivi par la petite image des éoliennes où on apporte là une solution partielle.

  • La réponse est beaucoup plus complexe : c'est dans le bouquet des énergies renouvelables que peut se trouver une solution possible, mais pas toute la solution.

  • Si l'on prend le diagramme en camembert, on se polarise toujours sur la question de la consommation énergétique directe d'électricité / combustibles fossiles des ménages.

  • Mais ça ne représente que le quart de la consommation des ménages.

  • En fait, on voit que 1/8 de la consommation des ménages est liée à l'énergie grise simplement liée à l'apport, à la maintenance de ces systèmes électriques et de la chaudière etc.

  • Mais c'est oublier que les deux tiers de la consommation énergétique des individus est liée à leur activité sur leur lieu de travail, lorsqu'ils sont en vacances, lorsqu'ils sont en déplacement, c'est-à-dire en dehors du foyer.

  • Donc on ne peut pas considérer la consommation directe des ménages de façon réductionniste, il faut prendre en compte toute l'énergie consommée partout, y compris l'énergie grise dans un cadre professionnel.

  • C'est la raison pour laquelle je mettais le steak en dessous avec la question du coût énergétique de l'énergie grise liée à cela.

  • Donc systémique, il faut prendre tout en compte dans sa complexité, quelles qu'en soient les conséquences.

L'exemple du gland, du chêne et du geai, nous permet d'illustrer le problème du passage de la compétence systémique à la compétence prospective.

  • Le gland tombe normalement au sol mais les geais les reprennent et les transportent à quelque distance, 300 mètres en moyenne.

  • La perspective de remontée du chêne vers le nord est donc d’à peu près de 300 mètres par an.

  • Or, la vitesse d'avancée des changements climatiques est supérieure à cette vitesse de progression des glands par les geais.

  • De ce fait, effectivement, nous sommes à un moment de rupture liée au fait que la vitesse d'évolution biologique est inférieure à la vitesse d'évolution climatique.

Parlons climat, le Facteur 4, c'est réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20 % en 2020 ou de 75 % en 2050 ce qui est une nécessité.

  • Concrètement, cela signifie 2 % de production en moins de gaz à effet de serre jusqu'en 2050.

  • Officiellement, c'est faisable. Concrètement aussi : c’est 4 tonnes actuellement, on passerait à 1,8 tonnes par an.

  • Mais ça, ça repose sur un problème qu'on a bien du mal à faire concevoir.

  • La courbe de gauche indique quoi ? Qu'une augmentation de 3 % par an conduit à un doublement du phénomène quel qu'il soit en 25 ans.

  • Mais ce qui est possible dans un sens de l'augmentation l’est aussi dans le sens de la diminution, une économie de 3 % par an de consommation, d'énergie conduit à une division par deux des quantités rejetées de gaz à effet de serre en 25 ans.

  • Ce phénomène que je viens d'expliquer dans le cadre de l'amplification dans le temps marche aussi dans l'espace, de l'individu au collectif.

  • Mais cela montre aussi, deuxième chose, c'est le côté positif. C'est possible, on n'y peut quelque chose.

  • Concernant la question de où en sera-t-on en 2020 et où en est-on actuellement ?

  • En 2012, on en était à -18 % de consommation énergétique globale en France.

  • Mais en fait, ces chiffres sont très critiquables, à savoir que ceci est vrai si on ne parle que d'énergie directe, que d'énergie première ?

  • C'est surtout lié au fait que notre PIB ayant diminué, s'étant stabilisé, notre consommation énergétique a diminué et donc, dès que notre PIB augmentera, notre consommation énergétique flambera. Ces chiffres sont donc purement factuels.

  • Deuxième chose, nous ne produisons plus notre sidérurgie, notre textile en France, nous le produisons à l'étranger, nous le faisons produire à l'étranger, et donc en fait, il faut prendre bien tout en compte, c'est-à-dire l'énergie grise que nous faisons produire à l'étranger.

  • Et si on regarde tout ça, effectivement, notre consommation énergétique a très nettement augmenté durant cette période.

  • Donc méfiance, méfiance sur la nature des chiffres, on ne fera pas sans illustrations avec des connaissances stabilisées.

C'est quoi cette bouteille de lait ? C'est du lait équitable. Lait équitable, mais pas forcément le lait écologique. Sur le plan du transport ce lait a fait en moyenne de 300 km. Donc un lait équitable mais à fort coût énergétique.

Les fruits sur la photo de droite qui viennent de partout, en toute saison, c'est un gouffre énergétique. Alors on pourrait dire, on arrête de consommer des fruits hors saison, des fruits de l'autre bout du monde, mais en fait c'est aussi un bienfait économique et social vis-à-vis de certains pays qui sans cela auraient d'énormes difficultés financières et sociales.

Envisageons les changements.

Le problème des changements est qu'on ne les prend pas du tout de la même façon selon qu'ils sont volontaires ou subis, selon qu'ils sont progressifs et là ils passent inaperçus ou rapides, crise, là on les voit, selon qu’on les considère comme positifs ou négatifs, selon qu'ils sont irréversibles ou non à condition de le savoir.

  • En fait tout ça pose un problème, c'est qu'on s'accommode ou on entre en rupture et effectivement, nous sommes là sur un véritable débat.

  • Débat qui est complètement d'actualité avec la COP 21, à savoir, nous devons exercer notre responsabilité dans un cadre éthique, responsabilité individuelle, collective, de là où on est, avec nos moyens et évidemment, nous n'avons pas tous les mêmes moyens, nous n'avons pas tous les mêmes leviers d'action selon notre âge, notre position, notre statut et notre origine géographique.

Sur le plan de l'éthique. L’éthique des vertus qui considère que ce sont les visions propres de l'individu, ces valeurs qui sont importantes. La vision de l'éthique des normes, c'est en fait que l'on se confère aux normes que l'on a votées : 25 mg de nitrates dans l'eau. On a aussi une éthique déontologique : il y a des trucs que l'on ne peut pas faire, qui ne se font pas. L'éthique conséquentialiste, c'est bon, en fait, peu importe les moyens, l'important c'est que ça ait des effets.

  • Évidemment, quand on parle de l’éthique, ça n'a plus aucun sens, il faudrait parler des différentes formes d'éthique.

Si l'on revient sur notre système de production énergétique français, depuis les années 73 à 85.

  • Tout notre système de production énergétique est en fin de vie et là on a un dilemme : soit on rentre dans un nouveau cycle de production de notre appareil de production énergétique, ça veut dire que l'on refait toutes nos centrales électriques et autres, mais le problème c'est que l'on a payé l'électricité pratiquement à un prix coûtant, on a, à l'inverse de ce qui se fait en économie, d'habitude on n'a pas fait de magot, on n'a pas fait véritablement de réserve, et donc on n'est plus capables de nous payer un nouveau système de production.

  • Donc là on est au pied du mur. On continue d'acheter 63 milliards d'euros d'énergie par an ou on considère qu'on peut réinsuffler ces 63 milliards d'euros pour faire autrement ?

  • Et dans ce cas-là, effectivement, on se donne les moyens de créer de véritables emplois verts, ce qui a été une fiction jusqu'alors, on se donne les moyens de réorienter la production énergétique vers des productions en énergies renouvelables, locales etc., on change complètement notre système.

  • Là c’est une vraie révolution énergétique.

Donc la question qui se pose, concernant l'exercice de notre responsabilité, c'est qu'il va falloir qu'on choisisse et qu'on assume notre responsabilité vis-à-vis des générations futures et de l'autre bout du monde.

Transition ou révolution énergétique ? Transition puis révolution énergétique ? Révolution énergétique brutale ? Ça pose le problème de la continuité ou de la rupture.

Alors, continuité ou rupture, ça ne s'enseigne pas du tout de la même façon. Les valeurs sous-tendues n'ont rien à voir et effectivement on est obligés de concevoir les choses de façon très différente sur le plan pédagogique.

Mrectangle 8OOC UVED EDD – Éduquer à l’EDD – Les compétences

similaire:

Quelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne icon«Intégrer la délégation Auvergne pour participer au salon ces 2015» Salon ces
«accompagnement des entreprises du numérique dans leur développement» et le 21 janvier 2014 avec Clermont Communauté autour de la...

Quelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne icon2015 «Projets d’Education au Développement Durable (edd)» dossier de candidature

Quelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne iconEthique, responsabilite sociale, audit social et developpement durable…...
«Il y a quelques années encore, IL était habituel de dire que le monde de la finance n’était pas concerné par le développement durable,...

Quelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne iconFormation de formateur : De la double dimension culturelle et professionnelle
«formateur» lui-même en position de facilitateur. Ce dispositif relève à la fois de l’acquisition de savoir par la recherche et par...

Quelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne iconPratiques de médiation et diagnostic territorial : quelles représentations...
«Le genre humain a parfaitement les moyens d'assumer un développement durable, de répondre aux besoins du présent sans compromettre...

Quelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne iconQuel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement...

Quelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne iconComment est-on passé de la problématique du développement à celle de développement durable ?
«développés» et d’autres «non développés»: mais développés selon quoi -quel critère? selon qui quel point de vue?

Quelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne iconUniversite blaise pascal – clermont-ferrand II
«enseignement» à l’intérieur des mentions de master. Le descriptif des ue se trouve au sein du tableau : contenu de la formation

Quelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne iconCursus universitaire
Compétitivité et développement durable : Quelles opportunités pour les entreprises

Quelles compétences pour quel développement durable ? Didier mulnet responsable du master de formation de formateur en edd – espe clermont-Auvergne iconAdresse Responsable de la proposition
...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com