Le point sur l’évaluation





télécharger 80.95 Kb.
titreLe point sur l’évaluation
date de publication23.05.2017
taille80.95 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos









COMPTE-RENDU DU CINQUIEME COMITE DE PILOTAGE DE MESANGE

JEUDI 18 D2CEMBRE 2003

9 HEURES 30 – 12 HEURES 30




Le cinquième comité de pilotage du projet Mésange porté par la Fédération des CIGALES (Clubs d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Épargne Solidaire) a eu lieu le

Jeudi 18 décembre de 9H30 à 12H30

Dans les locaux de la DATAR

Dans la salle Gérard Weil

1, avenue Charles Floquet

75007 PARIS

Étaient présents à ce comité de pilotage :


  • Nachida BABA AISSA, chargée de communication du GIP EPRA

  • Cécile COMBETTE-MURIN, chargée de mission à la DATAR

  • Céline CORVISY, chargée de projet à la Fédération des CIGALES

  • Jacques DUGHERA, responsable du projet MESANGE pour le compte de la Fédération des Cigales

  • Éric LARPIN, journaliste de l’Agence EPICES

  • Pascale Dominique RUSSO, rédactrice en chef de l’Agence EPICES

  • Vincent PIVETEAU, chargé de mission à la DATAR


Étaient excusés :


  • Armelle DUGUE, chargée de projet à l’OFQJ

  • Jean-Pierre DUMOULIN, président de la Fédération des CIGALES

  • Mathilde MANDONNET, secrétaire générale de FINANSOL

  • Caroline PERRIN, conseillère technique à la DIES

  • Jacques REMER, trésorier de la Fédération des CIGALES

  • Mbiye TSHITEYA, directeur du GIP EPRA


Le point sur l’évaluation



Les fiches d’évaluation ont été validées. Les fiches suivantes n’ont pas été modifiées : les fiches générale d’évaluation, de la Fédération des CIGALES et celle des résultats des impacts de Mésange. Par contre celles d’EPICES et du GIP EPRA l’ont été. Pour EPICES c’est dans la partie « A quelle période », qu’il faut supprimer la question « Combien de temps entre le premier envoi de communication et l’interview ». En ce qui concerne le GIP EPRA, dans la partie « Interviewés » il faut ajouter le terme « Fourchettes d’âges » et supprimer le prénom de la personne interviewée.
Les partenaires devront remplir l’ensemble de ces fiches et les retourner à la Fédération des CIGALES au fur et à mesure des actions pour la rédaction du rapport final des conventions.é que ces fichsl en mars et recevoir ainsi le solde la convention avec la DIES.

Le point sur les productions des partenaires du premier cercle



Un point sur les animations de la Fédération des CIGALES a été fait.
L’agence EPICES a remis lors de ce comité de pilotage, quatre articles supplémentaires :


  • « Création d’un atelier boutique par deux jeunes parisiens » (03.12.03)

  • « Création d’une junior association » (15.12.03)

  • « Montage d’une jeune compagnie de théâtre sous forme de SARL » (16.12.03)

  • « Mise en place de stages de formation pour des jeunes femmes immigrées de moins de 30 ans » (17.12.03)


Soit 17 reportages. L’agence de presse EPICES doit commencer la rédaction des portraits.
Le GIP EPRA a envoyé en tout depuis le début de Mésange 15 émissions radiophoniques dont 8 ont été retenues :


  1. Solidarisk : A Marseille, plutôt que de parler d’épargne solidaire, on y joue ! « Solidarisk » se partage dans les bars du Panier ou du Cours Julien, on y joue en équipe en fin d’après-midi, sur une initiative et collaboration des Clubs Cigales et d’Unis-Cité. On en parle avec Frédéric Maire, coordinateur d’Unis-Cité, Younès Hammache et Anne-Lise Marjac, volontaires, joueurs, animateurs, et Claire Gatabazi, APEAS pour la Fédération des CIGALES.


Nelly Fletcher, Radio Grenouille, 20’39


  1. La maison de l’initiative : Entretien avec Marie-Claire Baron, formatrice à la maison de l’initiative, et de deux créatrices d’entreprises, anciennes chômeuses avant d’avoir été formées à la maison de l’initiative de Toulouse. Ce centre accueille des femmes en demande d’emploi pour les aider à s’insérer et à créer leurs entreprises.


Driss Ben, Radio Occitania, 17’51


  1. Le Yatus : C’est dans la rue de Matabiau à Toulouse que Lucie, Isabelle et Nathalie mettaient sur les rails « Le Yatus », ce salon de thé au parfum de la Nouvelle-Orléans. Il cultive sa spécificité grâce au goût du voyage de ses propriétaires. L’aventure non sans déboire, où il a fallu embarquer dans un train de l’économie solidaire pour raccrocher les wagons et sortir du tunnel. Isabelle, initiatrice du projet, ainsi que Lucie, nous racontent leurs parcours.


Joseph Bassil, Fréquence Soleil Toulouse, 12’57


  1. Histoire de l’économie solidaire : L’économie solidaire représente-t-elle une troisième voie entre l’étatisme et le modèle libéral triomphant ? Quelle différence y a-t-il entre l’économie sociale et l’économie solidaire ? L’économie solidaire est-elle une alternative crédible ? C’est à toutes ces questions que Geneviève Azam, enseignante chercheuse en économie à l’université de Toulouse le Mirail et présidente d’ATTAC Toulouse, tente d’apporter des réponses.


Sébastien Claret, Radio radio, 17’32


  1. Les congés solidaires : « Les congés solidaires » est une initiative bénévole de la part des employés qui vont offrir de leurs temps pour former des hommes et des femmes dans leur pays afin de consolider leur développement local.


Claire Hédon, RFI, 19’58


  1. Unis-Cité et l’engagement solidaire des jeunes : Inspiré d’un modèle américain, le réseau associatif « Unis-Cité » se développe depuis 9 ans en France. Promouvoir l’engagement des jeunes en faveur de la solidarité, et réveiller leur sens citoyen, telles sont les missions principales du réseau. Entretien avec Quentin Grillet, co-responsable de l’antenne « Unis-Cité » Grenoble, et témoignage de Stéfano, jeune italien qui a tenté l’expérience de l’engagement solidaire.


Christophe Ogier, New’s fm, 19’22


  1. Les Cigales fêtent leur 20 ans : A cette occasion, un tour de France est organisé dans tout l’hexagone pour aller à la rencontre des spécificités régionales. A Montpellier, il existe depuis 1999, un Club Cigales pour les femmes. Pour sa fondatrice, pas question de parler de discrimination positive. Martine Viguier espère que sa Cigaline permettra de lutter contre la reproduction sociale et les inégalités.


L. Méravilles/B. Torrente, Radio Clapas, 21’00


  1. Economie sociale et solidaire et les jeunes au forum de Labège : Tous les acteurs du secteur de l’économie sociale et solidaire se sont réunis récemment au cours du 3ème forum de l’économie sociale à Labège en Haute-Garonne. Temps fort pour la promotion et la valorisation de cette nouvelle forme de l’économie où associations, entreprises et militants étaient là pour témoigner et convaincre qu’aujourd’hui il est encore possible de construire une nouvelle économie à visage humain.


Driss Ben, Radio Occitania, 20’22
Un total de bandes de 148 minutes et 21 secondes.


Le point sur les financements




Devant e manque de financements, plusieurs dispositions ont été prises lors du dernier conseil d’administration de la Fédération des CIGALES. Une réduction des objectifs ainsi que de fonctionnement ont été décidées pour pallier ce déficit.


  • L’agence de presse EPICES devra effectuées 21 reportages (au lieu des 32 prévus initialement) et 3 enquêtes. La dotation initialement prévue à 39 341 euros sera de 27 982,95 euros ;

  • Le GIP EPRA devra fournir à la Fédération des CIGALES 130 minutes de bandes d’émissions (au lieu des 180 minutes initialement prévues) la dotation initialement prévue de 8 097 euros sera de 5 772,83 euros (moins l’auto financement de 3 622,01 euros) ;

  • La Fédération des CIGALES enregistre une diminution quant à son fonctionnement (frais de structure, communication, intervention animations). Le budget initial était de 65 348,09 euros contre un montant de 53 773,95 euros aujourd’hui.


Il manque donc 4 reportages et 3 portraits pour l’agence de presse EPICES. Par contre, plus aucune production n’est demandée au GIP EPRA. Il a été décidé après consultation du trésorier de la Fédération des CIGALES de verser au GIP EPRA le solde de la convention (808, 50 euros). L’ensemble de ces versements sera effectué une fois que la DIES aura versé sur le compte de la Fédération des CIGALES le complément de la convention de 22 868 euros.
Deux demandes de subvention ont été faites auprès de la fondation d’entreprise Vinci et de la fondation Macifpésultats de la première étape de Mésange et annoncer une nouvelle étape. Aucune nouvell
Par rapport aux deux pistes proposées lors du dernier comité de pilotage :

  • L’association Nouvelle Economie Fraternelle a décidé de donner 3 000 euros (mais pour le moment aucune convention n’a été signée) pour Mésange.

  • Le Crédit Mutuel se positionnera en début 2004 par rapport à la note sur les perspectives de Mésange sur l’après mars 2004, note qui sera fournie par la Fédération des CIGALES.


Ces dispositions seront annulées si la Fédération des CIGALES par les pistes de recherches de financements qu’elle a explorées lors de ce dernier mois s’avèrent fructueuses.

Le point sur les perspectives



Un point sur la communication des résultats de Mésange a été expliqué, notamment sur les deux outils à savoir l’ouvrage et le colloque/rencontre.
Le deuxième point sur la poursuite du projet Mésange après mars 2004 est celui qui a pris le plus de temps. L’idée d’intégrer mésange notamment les animations débats autour du jeu Solidarisk, dans un module chaque année, serait une réponse aux désirs des professeurs. Ce jeu retrace parfaitement le parcours du combattant pour les créateurs d’entreprise et permet par une approche ludique, une connaissance réaliste des problèmes de création d’activités et donc de développement économique d’un territoire.
Un point a été fait sur la campagne Envie d’Agir 2004, notamment sur l’ouverture à la francophonie. Cette ouverture explique le partenariat développé avec l’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ) par rapport au module pédagogique « Mon entreprise d’été ». Il a été rappelé que Luc Ferry, qui est président du CA de l’OFQJ, a fait la demande précise auprès de l’OFQJ de mettre en lumière des projets français sur la culture de l’entrepreunariat qui pourraient susciter des échanges avec le Québec. Mésange est parfaitement dans cette thématique. L’idée serait d’apporter un éclairage de mésange lors des entretiens de Jacques Cartier en octobre 2004 à Québec. L’OFQJ, par l’intermédiaire de Jean Baudry et d’Armelle Dugué, pourrait financer une mission à Québec pour une identification et un repérage des structures québécoises qui sont dans ce dispositif.delàêtre.
Ce module pédagogique a aussi intéressé le Secrétariat d’état aux PME-PMI. La note qui a été remise à Xavier Denis porte sur « Mon entreprise d’été ». Si la réponse de Xavier Denis est positive en tant que soutien institutionnel de Mésange, alors les partenaires de Mésange auront toute légitimité pour participer aux entretiens de Jacques Cartier en octobre 2004.
La volonté de travailler avec le Ministère de la Jeunesse, de l’Education et de la Recherche (MJER) est de plus en plus d’actualité. Un rapprochement autant financier qu’institutionnel est donc à opérer, notamment auprès de l’équipe d’Envie d’Agir (Monsieur Capellier) et ce dès janvier 2004. Le colloque s’appuierait lui aussi sur les Journées de l’Engagement de mars 2004 (via l’ouverture des universités par la mise à disposition de leurs locaux aux associations locales). De plus, le MJER pourrait aussi financer les animations débats qui auraient lieu annuellement dans des lycées et universités. Des relations plus officielles et institutionnelles avec les rectorats sont à établir.
Une autre idée a été avancée par Jacques Dughera sur la régionalisation de Mésange qui s’appuierait sur les associations territoriales des Cigales en région. Ces associations territoriales pourraient être le fer de lance de la deuxième étape de Mésange d’après mars 2004. Cette idée reste encore à travailler notamment au sein du mouvement des Cigales.
Cécile Combette-Murin, qui n’a pris connaissance qu’à ce jour de Mésange ne comprenait pas le pourquoi du financement de la Datar. Jacques Dughera et Céline Corvisy ont expliqué tant les objectifs de Mésange que l’outil Cigales. Une explication du déroulement des animations et notamment du jeu solidarisk et des débats autour du listing recensant les structures d’aide à la création et de financements alternatifs sur un territoire a aussi eu lieu. Cécile Combette-Murin propose de présenter Mésange lors du comité des correspondants régionaux des SGAR en mars prochain. Pour ce faire, un rendez-vous d’approfondissement entre Cécile Combette-Murin et Céline Corvisy est à prendre dans le mois de février 2004.
Le prochain comité de pilotage dont la date n’a pas été définie pourrait rassembler les nouveaux partenaires publics et privés c’est-à-dire l’association NEF, OFQJ, etc. avec les ministères tels que le MJER ou le Secrétariat d’état aux PME-PMI.
ANNEXE
Note relative aux enseignements à tirer des programmes canadiens relatifs a création d’entreprise et jeunesse
Le programme canadien « Jeunes entrepreneurs », d’une valeur de 15 millions de dollars canadiens, (9 millions d’euros) a été lancé en octobre 2001 et ce pour une durée de 4 ans. Ce programme, dont l'objectif est de promouvoir l'esprit d'entreprise auprès des jeunes de 12 à 29 ans, est activement soutenu par la Banque Royale placé sous l'égide de la Fondation Canadienne des Jeunes Entrepreneurs (FCJE).
Il existe par ailleurs un programme « Je brasse des affaires » Il s’agit de camps qui offrent la possibilité aux jeunes de 14 à 17 ans de participer en équipe à la création d’une micro entreprise. Sur une semaine pendant les vacances d’été, 30 à 36 jeunes en équipes de six bénéficient d’un apport de fonds (avance remboursable) leur permettant la mise au point d’un service ou d’un produit qui sera vendu le dernier jour.
Grâce au programme « Mon entreprise d’été », les jeunes gens de l'Ontario peuvent recevoir des subventions pouvant s'élever jusqu'à 3 000 $(1 800 euros), acquérir des compétences et bénéficier d'une formation professionnelle pratique tout en exploitant leur propre entreprise d'été.

Maintenant dans sa deuxième année, le programme « Mon entreprise d'été » aide les étudiantes et les étudiants ayant l'esprit d'initiative à créer leur propre entreprise d'été en leur apportant un financement de démarrage et une formation dans les affaires. Les participants travaillent également avec des responsables du commerce et des affaires qui offrent bénévolement leur temps et leur expertise pour encadrer les jeunes entrepreneurs.



Le programme « Mon entreprise d'été » est coordonné et offert au niveau de la collectivité par les centres d’aide aux nouvelles entreprises du gouvernement1 par l'entremise de groupes de « bénévoles » à l’échelle communautaire (régionales en France). Ces groupes sont composés de quatre ou cinq conseillers commerciaux bénévoles de la collectivité locale (à l’échelle d’une commune ou d’un département en France).
S'il est accepté, l'étudiant reçoit :


  • Une subvention allant jusqu'à 1 500 $ (900 euros) en mai/juin pour les coûts de démarrage de l'entreprise, et une autre subvention de 1 500 $ (900 euros) en septembre dès la reprise des cours ;

  • Une formation commerciale d'environ 12 heures offerte par des chefs d’entreprises locales ;

  • La possibilité de rencontrer régulièrement un groupe de « bénévoles » local qui lui fournira soutien et conseils sur la façon d'exploiter son entreprise d'été.


Le programme « Mon entreprise d’été » financé par l’administration fédérale (développement des ressources humaines du Canada) est mis en œuvre dans la plupart des provinces sous l’égide du réseau déconcentré de la Banque de Développement du Canada. Dans certaines d’entres elles, comme l’Ontario et le Québec, l’administration du programme est directement confiée aux organismes locaux de développement. (comme les Centres d’Aides aux nouvelles entreprises et/ou les Centres d’Encadrement des Petits Entrepreneurs)
« Mon entreprise d'été » est une excellente occasion pour les jeunes entrepreneurs d'améliorer leurs connaissances et leur compréhension du fonctionnement d'une entreprise. « Un plus grand nombre de jeunes gens ayant des compétences en affaires aujourd'hui signifie plus d'entrepreneurs demain, pour une meilleure croissance et plus de création d'emplois pour l'Ontario »
L'an dernier, 180 étudiants ont terminé avec succès le programme « Mon entreprise d'été » en ayant exploité des petites entreprises dans divers secteurs, dont la technologie, la vente au détail, la fabrication, les services de restauration et le tourisme. Daniel Dale, l'un des participants de l'an dernier, a exploité Tridynamic Studio, une entreprise de développement de sites internet. « C'est quelque chose dont je peux être fier, déclare Daniel Dale. Cela m'a donné un sens réel d'accomplissement. »
« Mon entreprise d'été » fait partie intégrante de la stratégie du gouvernement de l'Ontario « Jeunes entrepreneurs », laquelle encourage les jeunes à envisager l'entrepreneuriat comme carrière. Cette stratégie vient complémenter le programme « Futurs entrepreneurs », lequel enseigne aux élèves des 7e et 8e années (en France cela correspond aux classes de 4ème et de 3ème) les aptitudes et compétences de l'entrepreneuriat.
Comment s’en inspirer ?
On sait que le goût d’entreprendre motive 55% des créateurs d’entreprise ou des français en France (enquête SINE 98). 10% d’entre eux affirment par ailleurs avoir été guidés par un exemple dans leur entourage. Selon la même enquête, 68% des créateurs ont d’ailleurs un chef d’entreprise dans leur entourage, ce qui apparaît dès lors comme un facteur favorisant la décision de création d’entreprise.
Cette donnée n’est évidemment pas seulement un déterminant sociologique de leur volonté d’entreprendre, elle renseigne aussi sur les chances de succès de l’entreprise.
La promotion des valeurs entrepreneuriales à l’école et la valorisation des succès d’entreprise, loin d’être des « gadgets », apparaissent donc comme un déterminant possible de l’augmentation des créations d’entreprises et de leur réussite. Elle apparaît d’autant plus opportune que la création d’entreprise est perçue comme difficile en France.
Les bonnes pratiques dont la transposition pourrait être mise à l’étude sont les programmes « Mon entreprise d’été » ou bien « Je brasse des affaires » Dans les deux cas, l’organisme public à l’initiative du programme fournit une petite dotation en capital et un encadrement professionnel à des jeunes pendant les grandes vacances.

La présente note prendra cependant davantage appui sur le programme « Mon entreprise d’été » car la perspective est davantage entrepreneuriale que simplement pédagogique et peut donc initier un début de parcours de création d’entreprise.2
En s’inspirant donc de ce programme canadien, le secrétariat d’Etat aux PME-PMI, avec l’appui des ministères des affaires sociales ,de l’éducation nationale et des affaires étrangères d’une part, des finances solidaires et réseaux d’accompagnement à la création d’entreprise d’autre part pourrait être à l’initiative d’une suite à l’actuel projet Mésange.
Il est bon de rappeler que Mésange, soutenu par la DATAR et la DIES, porté par la Fédération des cigales en partenariat avec le GIP EPRA (radios associatives) et l’agence de presse EPICES est un projet, d’initiative privée, qui vise à développer chez les jeunes de 16 à 25 ans l’esprit d’entreprendre autrement en s’appuyant sur les financements de démarrage et d’amorçage que représente l’épargne solidaire de proximité.
Développer cet esprit d’entreprendre autrement sous forme de créations d’activité d’utilité sociale peut se réaliser :

  • par la mise en situation en tant qu’investisseurs dans l’utilité sociale à travers un jeu pédagogique « solidarisk », jeu créé par la Fédération des cigales. Une vingtaine de séances d’animation ont lieu dans les universités et les lycées, notamment dans les cursus d’économie sociale.

  • par l’exemple : des reportages relayés par les radios associatives sont créés et diffusées par le réseau des 110 radios fédérées au sein du GIP EPRA.

  • par la capitalisation et l’évaluation de résultats produits par des jeunes créant leur entreprise à travers des fiches écrites par les journalistes de l’agence de presse EPICES et ce avec une dimension internationale3.


Ce projet se termine en mars 2004. Ces premiers résultats sont suffisamment probants pour considérer qu’il répond à un besoin des jeunes attirés par la création d’activités et d’entreprise dans le domaine de l’utilité sociale.
Le secrétariat d’Etat aux PME pourrait donc prendre l’initiative d’une réunion avec les partenaires précisés plus haut pour vérifier un accord autour des quelques principes suivants.
Le programme « sensibiliser les jeunes à entreprendre autrement » :

  • s’adresse à deux catégories de jeunes, les jeunes scolarisés et les jeunes ayant abandonné leur scolarité. La première cible est déterminée avec l’appui du ministère de l’éducation nationale, des repérages d’associations d’étudiants et en continuité des résultats acquis dans les animations Mésange. La deuxième cible est déterminée avec l’accord du réseau des missions locales/PAIO.

  • repose sur un partenariat public /privé pour construire à partir de cette première expérience d’entreprise un parcours de créateur d’entreprise et d’activité. Ce partenariat s’appuie en effet sur les réseaux privés de finances solidaire, les fondations privées et sur les réseaux parapublics et privés d’accompagnement à la création d’entreprise.

  • leur donne les moyens de vivre une expérience d’entreprise et d’activité économique en grandeur nature, dans le domaine de l’utilité sociale4, quelle que soit la nature juridique de portage, pendant les mois d’été (les vacances scolaires pour la première cible de jeunes dans le cadre des contrats éducatifs locaux- C.E.L.) en leur apportant un capital d’amorçage public et une formation gestionnaire.


Le gouvernement français a mis en place en 2000 des Contrats Educatifs Locaux5 (CEL). Ceux-ci privilégient les activités extra-scolaires. Les CEL sont nés de la volonté d'appréhender l'éducation des enfants et des jeunes dans sa totalité.
Ces contrats ont été mis en place pour mettre en cohérence tous les temps, scolaire, péri et extra scolaires. Il s'agit d'aborder l'éducation dans sa globalité, avec l'ensemble des partenaires concernés par ce qui est désormais défini comme une mission partagée : familles, Etat, et en particulier les enseignants, milieu associatif, collectivités locales, pour parvenir à une réelle continuité éducative.6
De même, cette expérience grandeur nature pourrait se faire au Canada par le biais d’échanges de jeunes entre les deux pays financés par le Ministère des Affaires Etrangères ou l’Office Franco Québécois pour la Jeunesse.
La répartition des rôles pourrait alors être la suivante :

Par rapport au projet d’entreprise ou d’activité économique d’utilité sociale





Expertise et accompagnement expérience

Financement public d’amorçage et de démarrage de l’expérience

Accompagnement entreprise

Financement entreprise

Formation jeune

- Ministère de l’éducation nationale à travers les CEL, Missions Locales et PAIO

- Animafac

- Secrétariat d’Etat aux PME-PMI et ministère des affaires sociales (DIES)

Ministère des Affaires Etrangères (financement d’échanges de jeunes avec les entreprise d’été au Canada )

- Ministère de l’Education nationale (direction de le vie associative et de la jeunesse/injep/défi jeune)

- Office Franco Québécois pour la Jeunesse (pour échange hors public scolaire)

Réseaux parapublics consulaires et réseaux privés d’aide à la création d’entreprise

- Réseaux de l’épargne solidaire et du financement solidaire
- CIVIS (dispositif EDEN pour une partie des jeunes)
- Fondations et associations de mécènes privées

Chambres consulaires, éducation nationale a travers les CEL


A ce jour, 2 589 CEL ont été signés et 2 300 000 enfants y participent directement.


Par rapport au programme «  sensibiliser les jeunes à entreprendre autrement »


Organisation/pilotage

Communication/valorisation

Gestion financière des apports de démarrage

évaluation

Comité des partenaires financeurs et gestionnaires de l’enveloppe publique

- Agence de presse EPICES

- GIP EPRA

- Autres

Possibilité de délégation à l’institution financière NEF ou possibilité d’une gestion mutualisée entre organismes de financement solidaire (Fédération des cigales, ADIE, sociétés de capital solidaire, NEF..)

Par financeurs et un organisme compétent à rechercher par appel d’offre


Une fois cette réunion faite pour vérifier les principes et les adapter aux besoins et logiques des différents partenaires, un premier budget opérationnel pourrait alors être réalisé par la Fédération des cigales.
La Fédération des Cigales met à la disposition de ce programme les acquis du projet Mésange en espérant qu’un transfert de savoir faire pourra être réalisé en 2004. Elle sollicite en ce moment des fondations pour une campagne de communication sur les résultats de Mésange au cours du deuxième trimestre 2004. C’est à l’occasion de cette campagne de communication que pourrait être alors annoncée l’initiative du secrétariat d’Etat aux PME-PMI et de ses partenaires.

Jacques Dughera & Céline Corvisy

Fédération des CIGALES
Lundi 15 décembre 2003


1 Les centres d'aide aux nouvelles entreprises offrent des renseignements gratuits et des services de consultation à quiconque désire lancer sa propre entreprise. Ils sont dotés d'une bibliothèque bien garnie en documents sur le démarrage des petites entreprises et offrent des consultations préliminaires sur la préparation des plans d'affaires, la gestion des nouvelles entreprises et les règles et règlements applicables, ainsi que des renseignements sur les programmes d'aide gouvernementale et d'autres sources d'assistance. En France, il pourrait s’agir des chambres consulaires et du réseau d’aide aux créateurs d’entreprise comme les boutiques de gestion. La création récente des CIEL (Comités d’Initiatives Economiques Locales) par le secrétariat d’Etat aux PME va dans ce sens.

2 Il nous est malheureusement impossible de vérifier à ce stade les obstacles éventuels d’ordre réglementaire ou juridique au sens large . Cette expertise demanderait des moyens financiers dont la Fédération des cigales ne dispose pas.

3 C’est grâce à cette agence et aux relations entretenues par la Bourse aux financements solidaires créée par la Fédération des Cigales avec le réseau des investisseurs sociaux québécois (RISQ) que le projet Mésange a pu connaître les initiatives canadiennes.

4 Cf. la revue alternatives économiques guide pratique de l’utilité sociale pour une compréhension du champ visé.

5 Circulaire interministérielle du 9 juillet 1998 qui précise les modalités de mise en œuvre des Contrats Educatifs Locaux, complétée par la circulaire interministérielle du 25 octobre 2000

6 C’est l’ensemble du territoire français qui est concerné, avec priorité aux zones urbaines ou rurales en difficulté afin de contribuer à l'égalité des chances. Sont concernés les enfants et les adolescents scolarisés à l'école maternelle et élémentaire, au collège et lycée, dans l'enseignement général comme professionnel.




similaire:

Le point sur l’évaluation iconNote d’étape sur l’evaluation au 31 décembre 2010 dossier : ap1 n°488...
«anticipant, prévenant et accompagnant les étudiants décrocheurs». L’évaluation doit permettre de se prononcer sur l’efficacité de...

Le point sur l’évaluation iconCentre d’études sur les réseaux, l’urbanisme, les transports et les constructions publiques
«catégories» d’évaluation que l’on peut être amené à conduire, et enfin quelles sont les différentes étapes que l’on rencontre dans...

Le point sur l’évaluation iconEvaluation de la mise en œuvre du programme de travail sur les aires...

Le point sur l’évaluation iconNote sur 20 (arrondie au ½ point supérieur)

Le point sur l’évaluation iconI point d’actualité sur les visites de conformité

Le point sur l’évaluation iconMise au point sur les cartes disponibles

Le point sur l’évaluation iconNote à reporter sur le livret d’évaluation

Le point sur l’évaluation iconPetit point historique sur les politiques du logement en France (cf chronologie en annexe)

Le point sur l’évaluation iconArticle de la rubrique «Le point sur »
«le plus grand bonheur du plus grand nombre», l’économie du bonheur se présente ainsi comme une réflexion ouverte sur les déterminants...

Le point sur l’évaluation iconDiscutions sur le rapport de conjoncture : Mise en forme du rapport...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com