Economie / Côte d’Ivoire





télécharger 9.05 Kb.
titreEconomie / Côte d’Ivoire
date de publication14.12.2016
taille9.05 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Economie / Côte d’Ivoire

Institutions financières internationales : Faut-il « continuer à aider la Cote d'Ivoire » ?
(MFI / 07.12.10) La Banque mondiale et la Banque africaine de développement font part de leur grande inquiétude face à la crise ivoirienne. Le Fonds monétaire international dit qu'il ne travaillera pas avec un gouvernement non reconnu par l'ONU. Et l'Union européenne menace la Côte d'Ivoire de sanctions.
La Banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD) ont été les premières institutions financières à s'inquiéter officiellement de la situation politique en Côte d'Ivoire. Dans leur communiqué publié dimanche, elles s’interrogent sur « l'opportunité de continuer à aider la Cote d'Ivoire » dans le contexte actuel. Les deux institutions affirment qu'elles vont continuer à surveiller de près les événements, et à réévaluer l'utilité et l'efficacité de leurs programmes.

Avec le Fonds monétaire international (FMI), elles apportent leur soutien au programme stratégique de réduction de la pauvreté élaboré en concertation avec la Cote d'ivoire. Le Document de stratégie a été présenté aux conseils d’administration de la Banque mondiale et du FMI en mars 2009, date à laquelle le pays a également atteint le point de décision de l’Initiative PPTE (pays pauvre très endetté). Au titre de cette initiative d’allègement de dette, le gouvernement a négocié et signé des accords d’allègement de dette avec le Club de Paris et le Club de Londres, ainsi qu’avec certains partenaires bi- et multilatéraux.
Le bureau de la Banque mondiale à Abidjan a fermé
La Banque mondiale a surtout travaillé avec le système des Nations unies et avec la Commission européenne sur les objectifs de stabilisation et de construction de la paix, et sur le programme macroéconomique du pays, et le soutien au programme de réformes en matière d’économie et de gouvernance. Le coût projeté de ce programme est d’environ 247 milliards de F CFA. Depuis janvier, le portefeuille de projets en Côte d’Ivoire consiste de 10 projets, pour un montant d’engagements financiers de 645 millions de dollars, dont 330 millions qui restaient à décaisser.

La Banque prépare actuellement une nouvelle Stratégie de partenariat-pays qui devait définir un nouveau programme de financement sur le moyen-terme (2010-2013) pour appuyer la mise en œuvre du programme stratégique de lutte contre la pauvreté. Autant de projets, qui, si l'on en croit le communiqué de l'institution, pourrait être remis en cause. En tout cas, le bureau de la Banque mondiale à Abidjan a fermé en raison des circonstances.

Du coté de la BAD, il n'y a pas de décaissement en cours. La Banque a néanmoins réuni son conseil lundi mais s'est refusé à toute déclaration. Abidjan espérait retrouver prochainement le siège de la Banque africaine de développement, qui avait quitté la capitale économique de la Cote d'ivoire après le début de la guerre civile en 2002. Elle s'était repliée sur Tunis. La dernière assemblée générale avait entériné le principe du retour à Abidjan, ce qui faisait la fierté des autorités ivoiriennes. Ce projet risque d'être mis à mal dans les circonstances actuelles.
L’allégement est estimé à 3 milliards de dollars
Le directeur général du FMI, Dominique Strauss Kahn, a souligné quant à lui que son institution ne travaillera pas avec un gouvernement non reconnu par l'ONU. Or, Abidjan attend du FMI un allègement important de sa dette dans le cadre de l'initiative PPTE. La dette publique extérieure contractée ou garantie par l’État ivoirien était estimée fin 2007 à 12,8 milliards de dollars. L’allégement au titre de l’Initiative PPTE est estimé à 3 milliards de dollars, soit 1 400 milliards F CFA. Mais cet effacement était lié à l'organisation d'élections fiables. La Côte d'Ivoire devait également bénéficier d'autres allègements, qui devaient avoir pour effet de ramener la valeur de la dette à 75 % des recettes budgétaires en 2011, contre 327 % en 2007.

Du côté de la communauté européenne, Catherine Ashton, la haute-représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères, a menacé de suivre « les procédures qui prévoient des sanctions, s'il n'y a pas une résolution rapide à cette situation de crise ». L'aide au développement actuellement programmée par l'Union en faveur de la Cote d'Ivoire, s'élève à 254,7 millions d'euros sur plusieurs années.
MFI / RFI

similaire:

Economie / Côte d’Ivoire iconPrésidentielle en Côte d'Ivoire Présidentielle en Côte d'Ivoire : L'économie dans l'attente
«La Côte d’Ivoire a perdu la moitié de (ses) entreprises : elles étaient 26 000 en 2002, et on est passé en 2008 à 13 000», a-t-il...

Economie / Côte d’Ivoire iconL'industrie du cacao secouée en Côte d'Ivoire
«pourriture noire» qui a touché le cacao de la Côte d’Ivoire», explique Sylvie Martin-Burellier, responsable des achats et de l’approvisionnement...

Economie / Côte d’Ivoire iconEconomie / Finance / Côte d’Ivoire

Economie / Côte d’Ivoire iconAfrique Economie
«fragiles» devraient l'être un peu moins l'an prochain. Ainsi, la Côte d'Ivoire dont le taux de croissance est de -5,8 pour 2011...

Economie / Côte d’Ivoire iconRépublique de Côte d’Ivoire

Economie / Côte d’Ivoire iconLa politique de la France dans la crise en Côte d’Ivoire

Economie / Côte d’Ivoire iconExportateurs de Côte d'Ivoire, Ghana et Nigéria en l'absence d'ape

Economie / Côte d’Ivoire iconLes frontières nord de la Côte-d’Ivoire dans un contexte de crise

Economie / Côte d’Ivoire iconDéfinition de la science économique
«La richesse des Nations» 1776 est toujours vivante et active; ainsi, l’ancienne économie et la Nouvelle économie vivent côte à côte...

Economie / Côte d’Ivoire iconRésumé : Le mouvement de la mondialisation n’épargne aucun pays....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com