C’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture





télécharger 49.29 Kb.
titreC’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture
date de publication19.05.2017
taille49.29 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
Schéma n°1


La croissance économique est instable : à des périodes de croissance soutenue (………………………), succèdent des périodes de forts ……………………………. voire de recul de l’activité productive pendant une période plus ou moins longue (………………………….. ou ………………………). La récession survient lorsque la croissance économique est négative pendant au moins six mois consécutifs. Lorsque la baisse de la production se prolonge, par exemple sur plusieurs années, on assiste à un phénomène de dépression économique. Au sens strict, le terme de « …………….. » désigne le point de retournement à la baisse de l’activité économique ; au sens large, il désigne l’ensemble de la période au cours de laquelle l’activité est déprimée, le chômage élevé, etc. ; la crise se termine alors grâce à la « …………………. ».
On appelle fluctuations économiques l’ensemble des …………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………
Le repérage des fluctuations s’opère grâce à des séries statistiques (annuelles, trimestrielles, mensuelles) qui portent sur le volume de la production, les prix, le chômage, le niveau des stocks, les carnets de commande des entreprises, etc. (par exemple en France les enquêtes de conjoncture réalisées par l’INSEE).
C’est l’économiste J. A. SCHUMPETR qui dans « Business cycles », (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. Il prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture.
Les cycles courts mineurs, dits aussi cycles de Kitchin (nom du statisticien J. Kitchin qui les a mis en évidence en 1923). Ces cycles durent ……………. ans. Ils sont dus aux variations ………………………………………. En période de croissance, les entreprises augmentent / réduisent leur production pour répondre à la demande mais elles constituent aussi des stocks /déstockent. En période de récession, elles augmentent / réduisent leur production et déstockent, ce déstockage accentue le ralentissement de l’activité dans la mesure où la baisse de la production est amplifiée / réduite.

Les cycles moyens, également appelés cycles des affaires ou cycles Juglar ont été mis en évidence par l’économiste français Clément Juglar en 1862. Essentiellement liés aux variations de ……………………………………, ils ont une durée de ……………………………. ans et comportent quatre phases : expansion, crise, récession et/ou dépression, et reprise.

Enfin, le statisticien N.Kondratiev va mettre en évidence en 1926 l’existence de cycles longs d’une périodicité de 40 à 60 ans , qui présentes une phase ascendante pendant laquelle, les prix, la production et l’emploi augmentent et une phase descendante pendant laquelle ces indicateurs baissent.

Pour Schumpeter, chaque cycle s’explique par l’introduction …………………………………… qui apparaissent par …… et entraînant dans un premier temps une phase d’expansion. Mais une fois ces innovations diffusées dans l’ensemble de l’économie leur effet dynamique s’épuise et on entre dans une phase de ralentissement prolongé jusqu’à ce que de nouvelles innovations apparaissent.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Schéma n°2


L’analyse des fluctuations économiques repose notamment sur l’étude des différences entre la croissance effective et la croissance potentielle.
La croissance économique potentielle est évaluée par le taux de croissance du PIB potentiel, c’est-à-dire du PIB …. …………………………………….. qui pourrait être réalisé grâce à la …………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………………………… Le PIB potentiel est donc une ……………………………………………………………………………………………………………………. qu’il serait possible de réaliser et ce sans tensions inflationnistes ; c’est une mesure des capacités d’offre de l’économie.
Les projections de croissance potentielle reposent sur des hypothèses qui reflètent les tendances passées observées (elles ne constituent donc pas des prévisions) de trois dimensions :

  • La croissance de la ………………………………………………………………………… qui dépend de la croissance démographique, du solde migratoire, du taux d’emploi, du taux de chômage…




  • La croissance du ………………………………………………………………….. (rythme des investissements, rythme de l’obsolescence du capital fixe…).


- L’évolution du …………………………………………………….. mesurée par celle de la …………………………………………….

………………………………………………, du rythme des innovations…

La croissance effective correspond à la croissance réellement obtenue par le pays. Elle dépend essentiellement des variations de la demande globale qui comprend :


  • La …………………………………………………………………………………………… qui dépend de l’évolution du pouvoir d’achat des ménages et de leur propension à consommer. On rappelle que la consommation effective des ménages regroupe la consommation finale des ménages (ensemble des biens et des services marchands que les ménages se procurent auprès des ………………………………………………… et des services non marchands quasi-gratuits que les ménages se procurent auprès des ……………………………………………………… , la consommation finale c’est donc l’ensemble des biens et des services que les ménages doivent ……………………………….. pour se les procurer) et la consommation individualisable des administrations c’est-à-dire les services non marchands gratuits produits par les administrations et dont on sait qu’ils sont exclusivement consommés par les ménages (…………………………………………………………..…………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….)


  • La ………………………………………………………………………………………………………… qui dépend des décisions de l’Etat en matière d’évolution des dépenses publiques. On rappelle que la consommation collective des APU regroupe l’ensemble des services non marchands gratuits qui sont consommés par tous les agents économiques sans que l’on puisse connaître avec précision la part consommée par chacun d’eux (…………………………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………………………….) Par convention on considère que les services sont donc consommés par les APU qui les ont produits.


  • …………………………………………………………………………………………………………… des entreprises, des administrations publiques et des ménages et qui dépendent pour les entreprises, de l’évolution de la demande, des profits réalisés et anticipés et de leur capacité à les financer.




  • ……………………………………………………………………………………… qui correspondent à la demande adressée aux pays par des non-résidents et qui dépend de la compétitivité des produits nationaux vis-à-vis des produits étrangers et de la croissance du pouvoir d’achat des non-résidents.


- De la variation des stocks : un stockage profite à l’augmentation de la production, un déstockage contribue à son ralentissement.


Schéma n°3

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------------------------------------------


Schéma n°5


Schéma n°6



---------------------------------------------------------------------------------------------------------


Schéma n°7

--------------------------------------------------------------------------------------------------------


Schéma n°8


Schéma n°9


--------------------------------------------------------------------------------------------------------


Schéma n°10




--------------------------------------------------------------------------------------------------------


Schéma n°11



Schéma n°12


--------------------------------------------------------------------------------------------------------


Schéma n°13

Schéma n°14




I. LES CHOCS DE DEMANDE A L’ORIGINE DES FLUCTUATIONS ECONOMIQUES
Introduction : Qu’est-ce qu’un choc de demande ?
Un choc de demande désigne une variation imprévue de la demande agrégée (globale) alors même que ………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Si la demande globale augmente ou baisse suite à une baisse ou une hausse des prix, il ne s’agit pas d’un choc de demande.
a) Choc de demande positif
Un choc de demande positif signifie que pour un même niveau de prix, les agents économiques acceptent d’accroître / de baisser leur demande de biens et de services, c’est-à-dire leur niveau de consommation, d’investissement, ou d’exportation. Le choc de demande positif peut se traduire par une accélération de la croissance effective et/ou une hausse des prix.




Pour un même niveau de prix, la demande …………
Le choc de demande est …………………….




b) Choc de demande négatif
Un choc de demande négatif signifie que pour un même niveau de prix, les agents économiques sont conduits à accroître / diminuer leur demande de biens et de services, c’est-à-dire leur niveau de consommation, d’investissement, ou d’exportation. Le choc de demande négatif peut se traduire par un ralentissement voire une baisse de la croissance effective et/ou d’une ralentissement de l’inflation ou même la baisse des prix.




Pour un même niveau de prix, la demande …………
Le choc de demande est …………………….



A. L’irrégularité de la croissance effective peut trouver son origine dans les variations de la demande


  1. Retour sur une équation fondamentale = l’équilibre Ressources-Emplois



Ressources = Emplois

PIB + Importations = Consommation effective des ménages + Consommation collective des APU + FBCF + Exportations

PIB = Consommation effective des ménages + Consommation collective des APU + FBCF + (Exportations – Importations)
La demande globale ou agrégé se compose donc dans une économie

de la consommation effective des ménages, la consommation collective des APU, de la FBCF et des exportations.

Un choc de demande est un choc qui affecte forcément l’une ou plusieurs de ces composantes,

alors même que le niveau des prix est resté constant.

II. LES CHOCS D’OFFRE A L’ORIGINE DES FLUCTUATIONS ECONOMIQUES
Introduction : Qu’est-ce qu’un choc d’offre?
Un choc d’offre désigne une variation imprévue de l’offre agrégée (globale) alors même que …………………..………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………

Si l’offre globale augmente ou baisse suite à une hausse ou une baisse des prix, il ne s’agit pas d’un choc d’offre


a) Choc d’offre positif
Un choc d’offre positif signifie que pour un même niveau de prix, les agents économiques acceptent d’accroître / de baisser leur offre de biens et de services, c’est-à-dire leur niveau de production. Un choc d’offre positif se traduit par une hausse de la croissance potentielle et éventuellement une baisse du niveau général des prix.





Pour un même niveau de prix, l’offre …………
Le choc d’offre est …………………….





b) Choc d’offre négatif
Un choc d’offre négatif signifie que pour un même niveau de prix, les agents économiques sont conduits à accroître / diminuer leur offre de biens et de services, c’est-à-dire leur niveau de production. Un choc d’offre négatif se traduit par une baissede la croissance potentielle et éventuellement une hausse du niveau général des prix.





Pour un même niveau de prix, l’offre …………
Le choc d’offre est …………………….








similaire:

C’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture iconA. La nature des fluctuations économiques Comment repérer les cycles ?
«Les cycles ne sont pas comme les amygdales, que l’on peut traiter séparément, mais ils sont comme les battements du cœur, l’essence...

C’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture iconCycles longs, cycles courts et déterminants
«événements» : la démonstration marxienne de la nécessité des crises dans le capitalisme et l’observation de la récurrence de périodes...

C’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture iconCrise agricole et crise industrielle : analyse et interprétation
«taches solaires», je vous renvoie à la fiche d’Estelle. La première analyse des cycles généraux de l’économie est donc fondée sur...

C’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture iconEntretiens Enseignants Entreprises 2014 : La croissance en question(s)
«grande modération» : la croissance économique est stable, les prix sont stables sans forte variabilité des taux d’intérêt, sans...

C’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture iconLa métaphore du cheval à bascule de Frisch : causes endogènes ou exogènes des cycles ?
«exogénéité» est soutenable, mais maintenant que les dépenses de R&D sont quasi structurelles, ça l’est moins (ce qui permet de faire...

C’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture iconLes cycles économiques et leurs interprétations dans le capitalisme libéral

C’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture icon1. Les cycles longs
«nouvelles technologies» est parfois comparé au développement de la société de consommation dans les années 1960

C’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture iconLes cycles longs depuis le debut du XIX

C’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture iconMatériels Les cycles Modes opératoires Doc fabricants Organisation

C’est l’économiste J. A. Schumpetr qui dans «Business cycles», (Les cycles des affaires) paru en 1939 qui va classifier les cycles. IL prétend que 3 cycles se superposent et expliquent pour l’essentiel l’évolution de la conjoncture iconEx : 2 conseils de cycles, 1 conseil de maîtres, un par trimestre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com