Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais





télécharger 156.19 Kb.
titreRésumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais
page1/8
date de publication19.05.2017
taille156.19 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > économie > Résumé
  1   2   3   4   5   6   7   8






La difficulté à nommer le nouveau régime de croissance.


Un difficile adieu à la référence du fordisme

CEPN/MSHPN
Mickaël Clévenot

Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais l’ensemble de ses représentants n’était pas d’accord sur l’idée que l’économie américaine aurait présentée toutes les caractéristiques nécessaires. Cette divergence de point de vue est apparue comme une opportunité pour comprendre précisément ce que les différents auteurs plaçaient derrière le concept de régime de croissance. Il nous est apparu que ces divergences portaient essentiellement sur les phases de développement à laquelle les auteurs régulationnistes se référaient implicitement : TR1, TR2 et TR3. Ce papier donnera lieu à un éclaircissement sur ces différences grâce à l’analyse du régime de croissance américaine. Dans une première partie, on présentera les éléments qui sont favorables à l’existence d’un régime de croissance dominé par la finance. Dans la seconde partie, nous évoquerons les facteurs limitatifs ou défavorables à son existence. Dans la troisième partie, on reviendra sur sa petite crise de gouvernance et sa régulation. Fort de ces éléments, on tentera de tirer quelques enseignements sur la TR.

Mots clés : Théorie de la régulation, régime d’accumulation, mode de régulation, financiarisation, régime vertueux/régime excluant.
Abstract : The American growth of the 1990’s has aroused the interested of the Regulation Theory. This theory at first was convinced to be in presence of the rightful successor of the fordism regime but not all authors of this school agreed because the American economy would not, for some of them, present all the necessary characteristics. This divergence of appreciation appears to be an opportunity to assess the concept of growth pattern of the various authors of the Regulation School. It appeared to us that these divergences related primarily to the phases of development to which the regulationnists authors referred implicitly: TR1, TR2 and TR3. This paper will give place to an explanation on these differences thanks to the analysis of the mode of American growth. In a first part, one will present the elements which are favorable to the existence of a mode of growth dominated by finance. In the second part, we will evoke the restrictive or unfavourable factors with its existence. In the third part, one will reconsider his small governance crisis and his regulation. Extremely of these elements, one will try to learn some lessons on the TR.
Keywords : Regulation Theory, accumulation regime, regulation pattern, financialization, excluding/virtuous regime

Les fondateurs de la Théorie de la Régulation (TR) après avoir largement admis l’existence du fordisme ont connu des difficultés pour s’accorder sur l’existence aux États-Unis d’un régime de croissance dominé par la finance (M. Aglietta [1998, 2000] et R. Boyer [2000]). Si les positions semblent s’être rapprochées (M. Aglietta et A. Rebérioux [2004]), ce rapprochement a été réalisé sur la base de l’absence d’un mode de régulation alors même que les crises successives qui s’y sont produites (2001, Enron) n’ont pas entraînées de transformations institutionnelles majeures (Sarbanne-Oxley). Situation qui marque donc la présence de régulations robustes tendant à démontrer l’existence même de ce régime. Dès lors, comment interpréter la difficulté qu’ont R. Boyer et M. Aglietta à identifier le nouveau régime de croissance Outre Atlantique ?

Nous entendons par régime de croissance l’adéquation provisoire mais effective entre un régime d’accumulation et un mode de régulation. Le régime dominé par la finance aux Etats-Unis constitue un régime de croissance comme nous allons nous efforcer de le montrer car le régime d’accumulation bien que déséquilibré n’en est pas moins régulé par divers procédures institutionnelles marquant la dominance du pouvoir financier. Dès lors, on tentera de saisir les raisons pour lesquelles il semble si difficile de nommer le nouveau mode de croissance.

L’impossibilité à nommer le nouveau mode de croissance parait ressortir simultanément à des éléments normatifs et théoriques. Les éléments normatifs concernent la nature excluante du régime dominé par la finance. Ces considérations normatives ont des implications théoriques, la plus importantes consistant à retarder l’avènement de la nouvelle phase des travaux régulationnistes résumée sous le terme de TR3. Les éléments théoriques résident dans l’incapacité des concepts qui ont permis d’identifier la diversité du Capitalisme (TR2) à repérer les innovations institutionnelles que représente le nouveau régime. Cette innovation institutionnelle majeure réside dans la subordination du rapport salarial acceptée dans le cadre de TR3. Cet élargissement analytique est contrarié par des considérations normatives. S’il est possible de voir se maintenir un régime de croissance avec un rapport salarial comme variable d’ajustement du régime, le régime ne peut plus posséder les vertus de cohésion sociale du fordisme.

Dans une première partie on présentera les éléments qui sont favorables à l’existence d’un régime de croissance dominé par la finance. Dans la seconde partie nous évoquerons les facteurs limitatifs ou défavorables à son existence. Dans la troisième partie on reviendra sur sa petite crise de sa gouvernance et sa régulation. Fort de ces éléments on tentera de tirer quelques enseignements sur la TR. Avant d’entrer dans le cœur de la question nous rappelons les définitions respectives de TR1, TR2 et TR3.

Le courant régulationniste en France existe depuis les années 1970. Le travail de référence est constitué par l’ouvrage de M. Aglietta Crise et régulation du capitalisme (1976). On peut définir les trois phases de la TR à travers trois questions qui ont structurées ces travaux. La première aura été comment la période des « trente glorieuses » a pu exister alors que le Capitalisme est censé aller de crise en crise s’accompagnant d’une paupérisation croissante de la population devant conduire à la crise finale ? Aussi, la question posée par la TR n’aura pas été pourquoi la crise, mais pourquoi la stabilité avant la crise (A. Lipietz [1995]) ?

La seconde question aura pu être comment des pays dont les histoires sociales et politiques différentes peuvent néanmoins disposer du même régime d’accumulation ? La troisième question est construire sur la surprise générée par le maintien d’une croissance forte et stable aux Etats-Unis alors que la finance semble occuper une place prépondérante dans l’économie et que celle-ci est historiquement associée à une instabilité structurale ? Autrement dit, comment la finance est susceptible de générer un mode de régulation capable de canaliser les contradictions du régime d’accumulation ?

Ainsi TR1 s’appuie sur des travaux de macroéconomie appliquée pour souligner l’enchâssement des relations économiques, le régime d’accumulation, dans des relations institutionnalisées, le mode de régulation qui permet de réguler l’instabilité produite par le fonctionnement du capitalisme. Avec TR2, on se rend compte qu’il peut exister des pays dont les régimes d’accumulation sont proches mais dont les modes de régulation peuvent être nettement différents. Enfin TR3 renforce l’importance du mode de régulation dans le régime de croissance. Malgré l’existence de déséquilibre au niveau du régime d’accumulation, le mode de régulation peu surcompensé ces contradictions. Nous préciserons dans les sections suivantes, les conditions économiques qui permettent au mode de régulation de surplomber les relations économiques, car si pour l’usage théorique, il est utile de diviser ces deux notions dans la réalité des relations économiques, elles sont lovées les unes dans les autres. En résumé, la TR qui constitue à sa naissance une rupture vis-à-vis du structuralisme (A. Lipietz [1995]) tend à travers le temps à affirmer la dimension idéelle des rapports sociaux. Cette articulation entre le mode des idées et objets matériels dont la séparation est également difficile à réaliser (M. Godelier [1984]) constitue le programme de recherche de TR3. Quel est le rôle des idées, des représentations dans la stabilité ou la dynamique des institutions dans la diversité du Capitalisme.
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais  iconRésumé Durant les années 1990, la croissance de l'économie colombienne...
«Mondialisation économique et gouvernement des sociétés : l’Amérique latine, un laboratoire ?»

Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais  iconL’esclavage fut aboli par le Treizième Amendement de la Constitution américaine
«separate but equal» («séparés mais égaux»). Elle impose pendant de longues années (jusqu'aux années 1950 et 1960) une interprétation...

Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais  iconRésumé Au milieu des années 1990, la modernisation du paysage urbain...

Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais  iconThèse de l’œuvre: La figure du citoyen ne disparaît pas mais elle...
«forme spécifique de division du travail politique, historiquement datée et géographiquement située, née de l’incorporation des classes...

Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais  iconPrésentation générale
«folles années 1990», essayant d’analyser les erreurs qui ont conduit l’économie américaine (et par là le reste du monde) à l’éclatement...

Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais  iconA- les sources primaires de la croissance; la croissance dépend du...
«La croissance des années 60 fut une sorte de miracle économique; la véritable question n’est pas de savoir pourquoi les choses vont-elles...

Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais  iconLes rythmes de l’innovation expliquent-ils fondamentalement les rythmes...
«paradoxe de Solow». Depuis 1995, on décèle certes une accélération de la croissance américaine, mais celle-ci ne se diffuse pas...

Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais  iconRésumé La croissance des aires périurbaines a dépassé depuis des...

Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais  iconRésumé : Comment la première république de la péninsule Arabique...

Résumé : La théorie de la régulation s’est intéressée de près à la croissance américaine des années 1990. Elle a cru y déceler un successeur au fordisme mais  iconDissertation : Dans quelle mesure la baisse des taux d'intérêt permet-elle...
«leader» du policy mix jusqu'à la fin des années soixante-dix, c'est depuis la politique monétaire qui l'est devenu






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com