Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique.





télécharger 369.7 Kb.
titreRésumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique.
page8/12
date de publication19.05.2017
taille369.7 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > économie > Résumé
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12
 »

Le CoStra a tranché en novembre 2006 en actant que, si l’Archive Ouverte n’a pas vocation à évaluer la recherche, elle contribue à l’évaluation105. Le groupe conclut cependant :  

« (…) il semble difficile, voire impossible, de s’appuyer uniquement sur un outil commun comme HAL pour l’évaluation et la production d’indicateurs propres aux établissements. L’existence de systèmes adaptés aux besoins de chaque organisme en matière d’évaluation et de suivi des publications est indispensable, HAL pouvant être un élément qui concourt aux dispositifs mise en place dans les établissements106. »

Les choix faits en matière de métadonnées à remplir dans la future archive ont en effet obéi à une autre logique.
Des choix stratégiques en matière de métadonnées

Les comptes-rendus des travaux du groupe soulignent que les choix à faire en matière de schémas de métadonnées sont largement conditionnés par les réponses qui sont apportées à des questions d’ordre stratégique : HAL est conçu dans une optique de valorisation de la recherche pour la recherche, et non dans l’optique de servir les logiques institutionnelles. Les métadonnées présentes dans HAL par conséquent sont les métadonnées utiles à la communication scientifique directe, en l’occurrence essentiellement des métadonnées bibliographiques. Seules certaines métadonnées sont obligatoires, comme les noms des auteurs ou la discipline de rattachement de l’article. D’autres données, utiles au pilotage de la recherche, sont optionnelles, comme la « référence interne »107 ; cette dernière, si elle est fournie, peut par exemple permettre à un laboratoire de classer sa production par équipe, par thème de recherche, ou par contrat. Or elle est seulement optionnelle. Les métadonnées de HAL ne permettent pas non plus de relier une publication à un projet de recherche, alors que les projets sont au cœur de la logique de pilotage de la recherche.

Ces choix en matière de définition des métadonnées relèvent de la volonté de servir la communication scientifique directe : les partisans de la définition d’un nombre restreint de métadonnées à remplir au moment du dépôt soulignaient que la qualité de l’archive dépendrait du développement des pratiques d’auto-archivage chez les chercheurs108. Or ceux-ci seraient rebutés par des métadonnées trop nombreuses et trop complexes à remplir. Ces questions, de façon significative, ont surgi notamment à l’occasion des discussions d’un groupe de travail qui s’intéressait à la possibilité d’enrichir les métadonnées de HAL pour définir un jeu de métadonnées « AO.fr »109. C’est là le signe que la question du signalement et du référencement, les choix techniques en matière d’opérabilité mais aussi de description des ressources renvoient in fine à des choix politiques et stratégiques sur les finalités de l’archive.

Plusieurs options étaient possibles, et notamment l’intégration de référentiels normalisés disponibles sous forme de menu déroulants et permettant de multiplier les métadonnées sans complexifier la procédure de dépôt – option qui suppose cependant que les référentiels soient à jour et exhaustifs. Une autre possibilité résiderait dans l’ajout, après le dépôt des chercheurs dans HAL, de métadonnées supplémentaires par des professionnels de la documentation. L’option choisie, celle d’un rapatriement vers le Système d’information des données présentes dans HAL, et donc le plus souvent du maintien de systèmes locaux de gestion des publications, vise donc à pouvoir les connecter à d’autres métadonnées utiles à la gestion de la recherche et notamment à la recherche de subventions. Ces métadonnées sont présentes dans les briques administratives des systèmes d’information, ainsi des applications Graal ou Sangria110.

Dès lors que les données concernant les publications sont connectées aux données administratives de pilotage de la recherche, elles peuvent servir à la production d’indicateurs sur la production des laboratoires, mais aussi pour l’évaluation individuelle des chercheurs. Débattue de longue date, la question de l’utilisation des archives ouvertes à des fins d’évaluation de la recherche et des chercheurs ravive l’opposition entre deux logiques, une logique de communication scientifique directe d’une part, et une logique institutionnelle et politique d’évaluation de la recherche d’autre part.
Valorisation des publications et Evaluation de la recherche

La question de la contribution des archives ouvertes institutionnelles à l’évaluation de la recherche est complexe. En premier lieu, les archives ouvertes ont vocation à mettre en valeur la qualité de la production d’un établissement, et les archives institutionnelles, notamment, se veulent des vitrines de leur activité de recherche. La logique de valorisation des productions scientifiques qui préside à la mise en place des archives ouvertes peut ainsi attester du souci de les diffuser plus largement vers les milieux de la recherche ou le grand public comme d’une volonté de fournir des atouts à l’établissement, à ses laboratoires et à ses chercheurs dans le processus d’évaluation de la recherche. Le souci d’améliorer la visibilité des productions et celui d’améliorer les indicateurs évaluant ces productions sont parfois confondus et difficiles à démêler. Ce d’autant que de nombreuses études soulignent l’impact positif du libre accès sur le taux de citation des articles dans la littérature scientifique, et que cela peut constituer pour les chercheurs une motivation à l’auto-archivage. La logique de valorisation de la recherche et la logique d’évaluation de la recherche ont ainsi parties liées dans certaines initiatives.

Les archives institutionnelles peuvent en second lieu constituer un outil de recensement de la production scientifique d’une institution et permettre de dégager des indicateurs bibliométriques, souvent avec une visée corrective. La production disponible dans les archives ouvertes n’est pour le moment pas prise en compte dans l’établissement des classements internationaux des universités ni dans l’établissement des principaux indicateurs bibliométriques. Toutefois des initiatives tendent à faire prendre en compte la littérature disponible en libre accès, dans les revues en open access ou dans les archives ouvertes, dans l’évaluation de la recherche111.

Enfin, le libre accès aux résultats de la recherche correspond à un nouveau mode de communication scientifique, désintermédié, qui bouleverse par certains aspects un système plaçant la publication dans les grandes revues à comité de lecture au cœur du système de reconnaissance symbolique propre aux milieux de la recherche, mais aussi au cœur de la logique d’évaluation112. Le mouvement pour cette raison peut déboucher sur des critiques plus fondamentales des modes d’évaluation actuels.
Les multiples rôles que peuvent être amenées à jouer les bibliothèques universitaires dans les initiatives de recensement des publications à des fins d’évaluation obéissent ainsi à des logiques multiples et complexes.

La question de l’affiliation des articles

Les impératifs de visibilité de l’établissement exigent que l’affiliation des chercheurs (le laboratoire et l’institution auxquels ils sont rattachés) soit correctement renseignée, en suivant un référentiel normalisé. En France, les insuffisances sont criantes concernant l’affiliation des publications scientifiques, et la fréquence des affiliations multiples, c’est-à-dire l’appartenance fréquente des chercheur à plusieurs laboratoires ou unités de recherche, rend le problème encore plus aigu. Le SCD a donc un rôle important à jouer dans ce domaine.

Les travaux du CoST, en 2007113, ont souligné que si le système de gestion des affiliations de HAL convenait pour une utilisation standard dans le cadre d’archives ouvertes destinées avant tout aux chercheurs, il devrait en revanche être enrichi dans le cas où l’archive serait utilisée dans le cadre de l’évaluation et du suivi des publications de chaque établissement. Le groupe de travail sur les métadonnées recommandait notamment de prendre contact avec l’AMUE114 pour que le référentiel en cours de modélisation puisse servir pour la future Archive Ouverte nationale.

HAL intègre un certain nombre de référentiels d’affiliation et a notamment récupéré les référentiels existants dans les établissements fondateurs, notamment l’INSERM, l’INRIA et le CNRS. Cette base de référentiels est peu à peu élargie, et elle est régulièrement corrigée par les directeurs de laboratoires sensibilisés à l’importance des affiliations dans l’évaluation de la recherche. Grâce à des web services interrogeant ces référentiels, le chercheur qui dépose un article et stipule qu’il appartient par exemple à l’INP de Lyon se voit proposer un menu déroulant avec l’ensemble des tutelles de cet établissement. La normalisation des référentiels intégrés par HAL reste cependant imparfaite dans la mesure où, lorsqu’un laboratoire n’existe pas dans la base, le déposant a la possibilité de le créer.

Les travaux du CoST115 soulignent que les archives ouvertes pouvaient être un moyen de faire de la pédagogie sur la normalisation des affiliations auprès des chercheurs. En effet si l’interconnexion des archives ouvertes avec des services terminologiques et l’interrogation de bases externes constituent une première solution, la sensibilisation des chercheurs au problème demeure fondamentale pour améliorer la visibilité de leurs établissements. La façon dont les chercheurs renseignent les affiliations lorsqu’ils publient dans des journaux à comité de lecture, en open access ou non, est un enjeu important. Le SCD peut donc prendre en charge un travail de sensibilisation des chercheurs de son établissement en diffusant par exemple des récapitulatifs adaptés à la situation de chaque laboratoire. Il peut s’appuyer pour ce faire sur les travaux de l’OST116 qui mène une réflexion sur la normalisation des adresses des publications. Il ne s’agit pas de produire un autre référentiel mais de travailler avec les organismes, les éditeurs scientifique et Thomson ISI (producteur du Web of Science) pour formaliser des recommandations sur l’écriture des adresses d’affiliations dans les publications. L’objectif visé est d’améliorer la manière dont les publications seront référencées dans le Web of Science, afin de servir à la bibliométrie et à l’établissement des indicateurs.

Le SCD peut par ailleurs contribuer à travailler à la normalisation des adresses. Ainsi à l’INSA de Lyon117, la bibliothèque se charge-t-il de faire apparaître l’affiliation exacte des publications dans HAL. Le SCD a dressé le constat de la rapide évolution des structures de recherche : ainsi est-il fréquent de voir un laboratoire disparaître, changer de nom, ou fusionner avec d’autres. Dans ce cas, le dernier laboratoire créé s’attribue en général dans HAL les publications de tous les laboratoires dont il est issu. Le SCD de l’INSA a donc reconstitué l’histoire de ces laboratoires et de leurs publications, et il est désormais possible de faire apparaître par une requête dans HAL les publications de chacun de ces laboratoires mais aussi les liens qu’il entretient avec les nouveaux laboratoires. Ce travail a été fait par le personnel du SCD à partir des affiliations figurant dans les articles. Dorénavant le SCD prend en charge le renseignement de l’affiliation dans HAL, à partir d’une liste en partie normalisée fournie par l’établissement mais que le SCD contribue à corriger et à enrichir en intégrant les données historiques. Il contribue ainsi directement à l’affichage de la production de l’établissement, mais aussi à la conservation de sa mémoire institutionnelle.
Outre ce travail de sensibilisation à la question des affiliations, les SCD peuvent être plus directement impliqués dans des entreprises à vocation bibliométrique.
SERVAL : l’exemple de la constitution d’une archive institutionnelle à des fins bibliométriques118

La base de données en libre accès constituée par la Faculté de biologie et de médecine au sein du serveur académique de Lausanne, SERVAL, lancé fin 2008, obéit à la volonté de disposer d’un outil pour construire des indicateurs bibliométriques fiables119. L’université de Lausanne octroie les financements sur la base des statistiques et des indicateurs fournis par son dépôt institutionnel. C’est dans ce contexte que la direction de la Faculté de médecine a chargé la bibliothèque médicale de veiller à la qualité des métadonnées déposées dans la base et d'explorer différents moyens de mesurer et d'évaluer les résultats de la recherche au niveau des laboratoires et des individus. Les indicateurs recueillis doivent permettre de motiver les décisions relatives au financement des projets de recherche et aux promotions individuelles accordées aux chercheurs.

L’archive en premier lieu devait permettre de recenser exhaustivement les productions des chercheurs. Ceux-ci soumettent des listes de publication, qui sont corrigées et enrichies par les bibliothécaires sur la base des renseignements fournis dans le corps des articles, mais aussi par l’interrogation de bases externes, avant d’être à nouveau validées par les chercheurs. En second lieu, les bibliothécaires ont exploré la façon dont les web services pouvaient être utilisés par les dépôts institutionnels pour collecter et agréger les informations concernant les citations des publications dans les différentes bases externes.

La première étape a ainsi consisté à implémenter les web services de PubMed et du Web of Science pour pouvoir extraire des informations bibliographiques sur les productions des chercheurs de l’établissement et les importer automatiquement dans l’archive institutionnelle. L’archive collecte les identifiants uniques fournis par les éditeurs scientifiques et les différentes bases de données, ainsi des DOI fournis par CrossRef, de l’UT du Web of Science, du PubMed Identifier de la National Library of Medicine. La récupération de ces identifiants facilite le transfert automatique et la mise à jour de métadonnées externes fiables dans l’archive ouverte institutionnelle, car ils permettent d’interroger automatiquement les bases bibliographiques, les catalogues des bibliothèques et les archives ouvertes.

Les mécanismes de citation linking et les mécanismes de collecte des données bibliométriques disponibles dans différentes bases comme le Web of Science et Scopus sont utilisés. Ces données sont ensuite agrégées grâce à des mashup. Beaucoup de problèmes se posent, et les auteurs de l’article soulignent que l’augmentation de la standardisation des référentiels, des protocoles d’accès (pour l’instant les archives institutionnelles utilisent OAI-PMH et les bases comme WoS et Scopus leurs propres API) et la structuration des informations bibliométriques sous des formats lisibles par les machines (XML) accroîtront l’efficacité des collectes par web services et faciliteront les analyses bibliométriques dans les dépôts d’archive ouverte.
L’intérêt de collecter et de d’agréger les indicateurs bibliométriques et de citation fournis par les différentes bases est de fournir au final des analyses plus fiables et plus fines concernant la production de la Faculté de médecine, laboratoire par laboratoire. Chaque notice est enrichie par les décomptes de citations tirées des différentes bases, et par des liens. Sont ensuite calculés le nombre et le pourcentage des références dans telle ou telle base, le total des citations, la moyenne de citation par article, etc. L’avantage de croiser les données du WoS, de Scopus et de PubMed Central est, selon les auteurs de l’article, de pouvoir prendre en compte le taux de citation le plus élevé et d’obtenir de nouveaux indicateurs plus fiables. Ce processus vise ainsi à réduire les biais propres aux différentes bases payantes et gratuites, mis en avant par de nombreuses études120.

Les ressources payantes (Scopus, WoS) présentent des biais liés aux corpus des journaux pris en compte, le choix des journaux et des actes de conférence pouvant favoriser telle ou telle sous-thématique, par exemple. Les sciences du vivant sont par ailleurs moins bien représentées dans le WoS que dans les bases biomédicales ; la couverture des domaines plus proches de la demande sociale ou de l’application (sciences de l’ingénieur) n’est pas aussi bonne que pour la recherche fondamentale dans cette même base. Scopus d’Elsevier a une couverture plus exhaustive que le WoS pour certains domaines, et ne présente pas le même biais «américain » (60% de ses tires ne proviennent pas des Etats-Unis). La confrontation de ces bases permet ainsi de corriger certains effets liés à la délimitation du corpus. Les problèmes présentés par les bases gratuites sont d’une autre nature : la prise en compte des sources Web et des archives ouvertes par Google Scholar permet de mieux prendre en compte les nouvelles habitudes de publication des chercheurs, et donc d’augmenter les citations, mais ni les sources ni les dates de couverture ne sont affichées. La récupération automatique de données via internet pose des problèmes d’identification des personnes (homonymies mal gérées, orthographe non normalisée), des articles (les différentes versions sont mal distinguées), des journaux (problèmes posés par l’abréviation fréquente des titres). Les indicateurs fournis sont donc peu crédibles. Les tableaux comparatifs établis dans SERVAL montrent que les h-index
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

similaire:

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRésumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRésumé L’environnement national et international de la santé, de...
«équipes de recherche labélisées». Développer les interactions avec une recherche amont et accélérer le transfert des résultats de...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconAdresse complète de l’établissement de mise en œuvre du projet
«Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, le renforcement de la compétitivité des entreprises, leur développement et...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconL’impact des Systèmes d’Information Géographique (sig) sur les organisations de l’archéologie
«On trouve donc dans les pratiques scientifiques un noyau dur, celui des contenus scientifiques entouré d’un environnement social,...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRelations
«Relations» de mars 02 a été diffusée dans chaque établissement par courrier électronique; les professeurs qui n’en auraient pas...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRésumé Le déploiement du libre accès est intimement lié au contexte...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. icon1. Zoom sur Bilan des Traam 2013-2014
«Utilisation des terminaux mobiles dans l'enseignement et dans l’accompagnement des élèves» (voir par exemple l'académie de Dijon...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. icon1- sciences économiques et sociales – Principes fondamentaux de l’économie...
«l’affectation consiste à proposer une place dans un établissement en tenant compte des vœux exprimés par la famille»

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconPublications dans des revues scientifiques à comité de lecture
«tep et radiothérapie». Cancer/Radiothérapie, Volume 13, Issue 4, July 2009, Pages 313-317

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconGuy : Quand on affirme que les Roms ont dans leur culture le vol,...
«carrière» : certains travaillent dans la construction ou l'agriculture; ils font des allers-retours dans leur périple migratoire....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com