Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique.





télécharger 369.7 Kb.
titreRésumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique.
page3/12
date de publication19.05.2017
taille369.7 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > économie > Résumé
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

D’autres analyses mettent en avant le statut de « biens publics32 » des biens informationnels. Philippe Aigrain relie dans Cause Commune33 le mouvement du libre accès et les débats sur les logiciels libres, sur le piratage musical ou sur les brevets sur les médicaments. Il souligne que l’arrière plan juridique de ces questionnements est l’extension à la propriété intellectuelle des accords commerciaux internationaux menés au sein de l’OMC au milieu des années 1990. Les débats sur la reconnaissance de l’information scientifique comme bien public sont particulièrement vivaces pour les recherches sur la santé, l’agriculture, qui peuvent avoir des implications sociales et politiques manifestes. Il s’agit ainsi d’assurer les conditions d’un accès pérenne au patrimoine scientifique et de créer les conditions d’une recherche scientifique indépendante des intérêts économiques. Au-delà même de cas extrêmes comme le secteur pharmaceutique et médical où de nombreux travaux sont financés par l’industrie pharmaceutique, les mouvements récents de concentration qui ont touché le secteur de l’édition scientifique ont abouti à l’émergence de géants comme Elsevier, Springer ou Wolter-Kluwers qui sont en position de force pour définir les conditions économiques d’accès aux ressources scientifiques mais également pour influencer le contenu éditorial des bouquets34.
L’engagement de longue date des bibliothèques dans le mouvement du libre accès aux résultats de la recherche relève donc dans une certaine mesure de leurs missions traditionnelles d’organisation de l’accès aux ressources. Il les amène toutefois à s’insérer dans un débat sur les conditions économiques de la circulation des publications scientifiques qui recouvre des enjeux bien plus larges.

On peut considérer que le « libre accès » est un principe qui anime de longue date l’action des bibliothèques, qui dans une certaine mesure consiste à soustraire les documents à la sphère marchande pour que les usagers y aient accès gratuitement. Jean-Michel Salaün35 explicite l’arrière plan théorique de l’engagement des bibliothèques dans le mouvement du libre accès et propose de reconnaître la « fonction patrimoniale de bien public global » des communications scientifiques, tout en soulignant l’importance de la rémunération de la prise de risque éditoriale. Il propose donc que les communications scientifiques soient libres de droit et de rémunération pécuniaire passé un délai de cinq ans. Le corollaire de cette position serait qu’Etats ou organismes non lucratifs mettent en place des bibliothèques en accès libre pour les publications.
De fait on observe une intervention croissante des acteurs étatiques ou des organismes publics tendant à favoriser l’émergence de modèles économiques alternatifs dans le domaine de la valorisation des publications scientifiques. Ces initiatives s’inscrivent dans une logique d’optimisation des financements publics de la recherche.
Optimiser les investissements publics

Le mouvement du libre accès aux résultats de la recherche scientifique conteste la légitimité d’un double financement public, en amont par le financement de la recherche, et en aval par le financement de l’accès aux résultats de cette même recherche via les abonnements que souscrivent les bibliothèques universitaires auprès des éditeurs36. Les motivations économiques ont leur part dans l’engagement des bibliothèques et des institutions publiques en faveur du libre accès : les archives ouvertes semblent constituer une alternative à un modèle économique imposé par les grands éditeurs scientifiques et dont elles sont captives. L’engagement d’institutions comme la Commission européenne en faveur du développement des archives ouvertes repose ainsi sur la volonté d’optimiser les investissements publics dans le domaine de la recherche en créant les conditions d’une circulation sans entrave des connaissances. Il motive une intervention croissante des Etats et organismes publics dans l’organisation de l’accès aux ressources.

L’institutionnalisation du mouvement

Les institutions de recherche et les instances publiques sont intervenues ces dernières années de façon décisive dans le financement d’initiatives de mise en Open Access des publications scientifiques. Cette intervention des organismes publics vise à construire des « cyberinfrastructures » de la recherche, d’échelle internationale, et transforme en profondeur le paysage de l’édition scientifique. Cette dynamique s’observe d’abord aux Etats-Unis, à partir de 2003 où la stratégie de soutien financier de la National Science Foundation vise à mettre en place un espace de communication sans barrière, reliant données, publications et autres matériaux utiles à la recherche37. Des initiatives semblables émergent à l’échelle de l’Union européenne où le projet DRIVER38 entend créer une infrastructure européenne de la recherche sur le même modèle. Les instances publiques assument dans ce processus le rôle de coordinateur des initiatives et tendent à créer des infrastructures d’échelle nationale ou internationale. La conséquence en est le financement sur les fonds publics de la mise en place de plateformes fédératives de grande envergure, comme HAL en France qui est maintenue par le CCSD39 et a vocation à réunir l’ensemble des publications en libre accès, ou encore le projet de très grand équipement Adonis40 qui vise à fédérer les données pour les sciences humaines.

Cette intervention publique croissante va de pair avec la mise en place d’un nouveau cadre juridique pour les publications scientifiques. Les licences « Creative Commons », récemment intégrées dans les revues Plos et BiomedCentral, se présentent comme les nouveaux instruments juridiques pour développer l’open Access et leur déclinaison dans les différents cadres juridiques nationaux est en cours41. L’ensemble de ces initiatives a profondément renouvelé la composition du paysage international de l’Open Access. Celui-ci s’affirme comme une des modalités majeures de la valorisation des publications scientifiques, qui cohabite avec les modes classiques de valorisation éditoriale.
Les SCD sont appelés dans ce cadre à jouer un rôle croissant dans la normalisation des applications et pour assurer les possibilités techniques d’une interopérabilité entre les différents systèmes locaux. La mise en valeur et le signalement des publications scientifiques par les bibliothèques universitaires s’inscrit ainsi dans le contexte d’une intervention publique affirmée en faveur du développement du libre accès. C’est cette même fonction de référencement et de signalisation du « patrimoine scientifique » qui leur est assignée par les textes concernant l’université numérique. Les universités en effet participent du mouvement général d’implication croissante des organismes publics dans la définition de mécanismes alternatifs de diffusion des connaissances.

Le contexte universitaire

Constituer une vitrine de la production universitaire

Le contexte international de compétition accrue entre les universités, marqué notamment par la publication de classements internationaux entre établissements42, impose aux établissements de valoriser l’activité et les publications de leurs équipes de recherche. D’une part, l’amélioration de la visibilité des publications scientifiques devient un des éléments centraux du processus de recherche de financements. D’autre part les publications, surtout dans les domaines scientifique et médical, sont au cœur d’une démarche d’évaluation43 de la recherche qui se fonde sur la production d’indicateurs chiffrés. Le pilotage de la recherche, processus administratif et scientifique consistant à définir des projets, à trouver des financements pour ces projets, et à les mener à bien, impose aux établissements de disposer d’indicateurs assez précis sur leur activité de recherche et celle des autres établissements. En France, la LOLF impose aux établissements de disposer de certains indicateurs concernant la recherche44.

En France, la loi LRU du 11 août 200745 accroît l’autonomie dont jouissent les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, notamment dans la gestion de leurs budgets de recherche et dans la définition d’une politique scientifique. Les SCD sont ainsi mobilisés au service d’une logique institutionnelle de valorisation de l’établissement et peuvent se positionner comme des acteurs dans ces politiques scientifiques.

Les textes législatifs français insistent de plus sur les conséquences organisationnelles du passage à l’université numérique et c’est dans ce contexte qu’il convient d’analyser l’impératif de mise en exergue de la production scientifique de l’établissement.

Le cadre législatif français : l’université numérique

Le plan numérique 201246, annoncé en octobre 2008, aborde le numérique à l’université et prévoit notamment « la numérisation de 100% des documents pédagogiques » et la construction d’une « bibliothèque scientifique numérique accessible à tous les usagers de l’enseignement supérieur et de la recherche ». Le rapport Isaac sur l’université numérique47 préconise le développement d’une « approche éditoriale du patrimoine scientifique dans chaque établissement » et d’une « stratégie de diffusion » de ce patrimoine. L’université y est considérée en tant que « productrice et éditrice de contenu », et les compétences des SCD sont mobilisées pour le valoriser.

Une approche éditoriale du de patrimoine numérique

La notion de « patrimoine numérique » invite à resituer les publications académiques dans un ensemble plus large intégrant les ressources pédagogiques mais aussi l’ensemble des documents produits par l’université, notamment les documents administratifs et de gestion. C’est dans ce processus éditorial que les SCD sont appelés à développer des compétences nouvelles et à occuper une place centrale de coordination. Les textes soulignent l’importance d’une maîtrise de son patrimoine par l’université. Cette politique doit garantir l’archivage pérenne et la conservation de la mémoire scientifique de l’établissement, fonder les bases d’un partage des ressources entre universités, et permettre la construction d’une vitrine de la production universitaire. Elle s’insère d’autre part dans des logiques économiques de rationalisation des coûts par la dématérialisation des procédures.

Le cadre de cette gestion éditoriale et de cette valorisation est fourni par le système d’information de l’université. L’usager accède aux ressources qui y sont stockées via un espace numérique de travail (ENT), interface personnalisée et unifiée. Les publications dans cette logique sont valorisées au sein d’un environnement local dans l’idée d’apporter à l’usager les ressources dont il a besoin.

Ces systèmes d’information et notamment la brique documentaire de ces systèmes, les systèmes documentaires, sont destinés à communiquer entre eux pour permettre l’échange des ressources et des savoirs et leur moissonnage par des plateformes nationales et internationales, d’où l’idée de constituer une « bibliothèque numérique scientifique unique. » Le caractère local de l’intégration des publications scientifiques a donc comme corollaire une interopérabilité renforcée qui garantit la valorisation à l’échelle internationale.

Un « Guide de l’Université numérique », réalisé par la CPU et la Caisse des dépôts, analyse le rôle conféré aux SCD dans ce nouveau contexte législatif :

« Le SCD est appelé, dans le cadre de l’autonomie, à renforcer son rôle « d’agence de services documentaires » au profit de la communauté universitaire dans son ensemble. (…) le SCD peut de façon pertinente être associé à toute réflexion portant sur la mise en œuvre d’un «guichet numérique unique », dont la complémentarité avec les services de référence en ligne est évidente. Au total, les services rendus par le SCD doivent s’inscrire dans la continuité de l’offre de services de l’université, sur place et en ligne48. »

« La  métamorphose des systèmes de référencement et d’indexation » 

Les maîtres mots de ce cadre législatif et conceptuel sont l’indexation et le référencement des contenus, pour les rendre visible et gérer l’image que l’université renvoie d’elle-même à l’étranger :

« Les SCD sont tout particulièrement au cœur des problématiques numériques, en étant à la fois : en charge du Système d’Information documentaire de l’établissement, destiné à s’intégrer au SI global, et s’adressant à tous les usagers de l’Université notamment à travers l’ENT , impactés par la numérisation des documents, dont ils peuvent avoir la charge ou bien sur laquelle ils peuvent apporter leur expertise en termes de collecte, de numérisation, d’indexation et d’archivage49. »

Le guide de l’Université numérique insiste donc notamment sur le repositionnement du SCD dans l’Université et sur l’importance de l’acquisition de compétences nouvelles :

« Aussi, la prise en compte des contraintes et de la valeur ajoutée des bibliothèques dans la politique numérique de chaque établissement est essentielle. La révolution numérique conduit à une véritable mutation de leur métier, avec l’extension de leur périmètre d’intervention, l’apparition de rôles jusqu’ici inconnus, la nécessité d’acquérir des pans entiers de compétences nouvelles50. »
La participation des SCD à la valorisation des publications scientifiques relève ainsi d’une mission traditionnelle d’organisation et de facilitation de l’accès aux ressources. Celui-ci est fortement déterminé par les conditions économiques et juridiques de la circulation des connaissances, et en l’occurrence par le modèle économique sur lequel repose l’édition scientifique commerciale. Les politiques publiques concernant l’IST ou l’université numérique prennent acte de ces enjeux. Elles assignent de plus aux bibliothèques universitaires un rôle essentiel dans un processus de diffusion des connaissances où le signalement et la mise en ligne des ressources jouent un rôle fondamental :

« Les SCD sont placés au cœur de la métamorphose des systèmes de référencement et d’indexation, dont l’interopérabilité avec l’environnement local, national et international devient un impératif. En effet, le référencement en réseau (en France piloté par l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur, ABES) permet à la fois une meilleure qualité de métadonnées et une visibilité accrue sur internet (par exemple via Google Scholar, Worldcat)51. »


Partie 2 : Signalisation et mise en ligne

Dans le contexte d’une économie de l’attention caractérisée par la multiplication des ressources disponibles en ligne, améliorer la visibilité et l’accessibilité des publications scientifiques devient un impératif. Le signalement et le référencement des ressources, compétences traditionnelles des professionnels des bibliothèques, s’inscrivent dans un contexte renouvelé par le développement de l’Internet et requièrent des savoir-faire nouveaux. Ils visent à améliorer l’accessibilité et la visibilité des ressources dans leur environnement local (le système d’information des établissements de recherche), national et international.

A ces trois échelles, l’interopérabilité entre les systèmes et les ressources est le maître mot, créant la possibilité de leur exploitation par une multiplicité d’acteurs et d’applications, et ouvrant la voie à de nouveaux usages. Les efforts de normalisation, de modélisation et de standardisation portant sur les métadonnées et les formats représentent à cet égard une plus-value essentielle pour les publications scientifiques. Ils permettent d’inscrire les productions académiques dans une offre de services novateurs et d’en démultiplier les usages.

Moteurs de recherche généralistes et bases de données spécialisees

Des mouvements divergents s’observent dans le domaine de la recherche d’information sur le Web. D’une part, les moteurs généralistes, celui de Google en particulier, prennent une place de plus en plus importante dans les pratiques de recherche des internautes, chercheurs y compris. Constatant que les moteurs de recherches sont « les principaux outils de cette économie de l’attention sur le Web, y compris dans le domaine scientifique », Jean-Michel Salaün
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRésumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRésumé L’environnement national et international de la santé, de...
«équipes de recherche labélisées». Développer les interactions avec une recherche amont et accélérer le transfert des résultats de...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconAdresse complète de l’établissement de mise en œuvre du projet
«Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, le renforcement de la compétitivité des entreprises, leur développement et...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconL’impact des Systèmes d’Information Géographique (sig) sur les organisations de l’archéologie
«On trouve donc dans les pratiques scientifiques un noyau dur, celui des contenus scientifiques entouré d’un environnement social,...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRelations
«Relations» de mars 02 a été diffusée dans chaque établissement par courrier électronique; les professeurs qui n’en auraient pas...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRésumé Le déploiement du libre accès est intimement lié au contexte...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. icon1. Zoom sur Bilan des Traam 2013-2014
«Utilisation des terminaux mobiles dans l'enseignement et dans l’accompagnement des élèves» (voir par exemple l'académie de Dijon...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. icon1- sciences économiques et sociales – Principes fondamentaux de l’économie...
«l’affectation consiste à proposer une place dans un établissement en tenant compte des vœux exprimés par la famille»

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconPublications dans des revues scientifiques à comité de lecture
«tep et radiothérapie». Cancer/Radiothérapie, Volume 13, Issue 4, July 2009, Pages 313-317

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconGuy : Quand on affirme que les Roms ont dans leur culture le vol,...
«carrière» : certains travaillent dans la construction ou l'agriculture; ils font des allers-retours dans leur périple migratoire....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com