Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique.





télécharger 369.7 Kb.
titreRésumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique.
page1/12
date de publication19.05.2017
taille369.7 Kb.
typeRésumé
e.20-bal.com > économie > Résumé
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

















Valoriser les publications scientifiques : rôle, enjeux et perspectives pour les bibliothèques universitaires














Résumé :

Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les SCD dans un environnement essentiellement numérique. Il aborde d’abord les enjeux économiques, politiques et institutionnels de cette valorisation, puis s’intéresse à la signalisation et à la mise en ligne des ressources et aux problèmes d’interopérabilité et de normalisation qu’elles soulèvent. Une troisième partie est consacrée à la façon dont cette valorisation s’inscrit dans la politique scientifique des universités ; enfin cette action de valorisation est replacée dans le cadre de la promotion d’une culture éditoriale et informationnelle par les SCD.
Descripteurs : bibliothèques universitaires - édition savante électronique – publications électroniques – édition en libre accès – bibliothèques et édition – métadonnées– information scientifique

Abstract :

This thesis deals with the way University Libraries enhance the scholarly publications of their universities in a digital area. It first adresses the economic, political and institutional issues of that valorisation, then focuses on resources’ signaling and web publishing and on the questions of interoperability and standardization it arises. A third part discusses  the role of  this resources valorisation within University global scientific politics, and finally scholarly works’ valorisation is considered in the broader context of promoting digital literacy and publishing knowledge.
Keywords : academic libraries – Scholarly electronic publishing – Electronic publications – Open access publishing – Libraries and publishing – metadata - Communication in science


Cette création est mise à disposition selon le Contrat :

Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France

disponible en ligne
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ ou par courrier postal à Creative Commons, 171 Second Street, Suite 300, San Francisco, California 94105, USA.
Introduction

La valorisation des publications scientifiques des chercheurs de leurs établissements par les bibliothèques universitaires intervient dans un contexte de transformation des modes traditionnels de diffusion des connaissances.
Dans le système qui a longtemps prévalu, les publications académiques sont le vecteur principal de la communication scientifique. La publication d’ouvrages (dans le cas des Sciences humaines et sociales) ou d’articles constitue la forme privilégiée de la circulation des savoirs au sein des milieux scientifiques et de leur diffusion dans le grand public. La procédure de soumission des articles aux comités éditoriaux des maisons d’édition savante ou des revues spécialisées permet de plus d’assurer la validation des contenus par les pairs et de conférer aux auteurs une reconnaissance symbolique. Les publications scientifiques occupent ainsi une place majeure dans l’économie cognitive de la recherche.

La valorisation des publications dans ce cadre est assurée traditionnellement par l’édition scientifique, faisant intervenir majoritairement des acteurs privés, mais également des acteurs publics ou semi-publics dans le cas des presses universitaire. Un modèle économique fermement établi s’est constitué à partir du milieu du XIXe siècle autour de la diffusion et de la valorisation des publications scientifiques. Les articles et les ouvrages sont produits majoritairement par des agents publics déjà rémunérés, chercheurs et enseignants chercheurs, et la publication en tant que telle n’est pas, ou marginalement, rémunérée, ce qui détermine des coûts de production relativement faibles. Le support éditorial est orienté pour la diffusion dans un réseau spécialisé, celui des chercheurs, public réputé « captif », et vise davantage les institutions, les bibliothèques universitaires au premier plan, que les particuliers. L’organisme qui paie le chercheur paie ainsi également pour avoir accès au produit de sa recherche. Ce fonctionnement diffère un peu en Sciences humaines et sociales dans la mesure où le public visé est plus large et qu’il est difficile de séparer un usage professionnel d’un usage privé, mais cependant de nombreuses convergences s’observent1. Le secteur de l’édition scientifique est ainsi très rentable pour les éditeurs et à première vue l’émergence d’Internet n’a guère ébranlé ses fondements. Les éditeurs scientifiques se sont adaptés aux mutations techniques et sont parmi les premiers à avoir introduit le numérique dans la chaîne de production et de diffusion. Les années 1990 ont ainsi vu la structuration de grandes bases de périodiques électroniques2 auxquelles les bibliothèques universitaires achètent un droit d’accès limité dans le temps sous forme d’abonnement. Les concentrations qui ont eu lieu dans le secteur de l’édition scientifique pendant ces mêmes années, répondant en partie à la nécessité d’investir dans le passage au numérique, ont contribué à créer une situation de monopole au profit de quelques grands éditeurs qui leur a permis d’imposer une augmentation exponentielle des tarifs difficile à absorber pour les institutions, malgré la constitution de consortia d’achat, et sans compensation financière pour les auteurs. Les logiques d’évaluation de la recherche fondées sur des mesures bibliométriques prenant pour corpus de base les fonds des grands éditeurs ont eu tendance à renforcer l’attrait et le monopole qu’ils exercent.
Toutefois le développement du Web a introduit des dynamiques qui à terme sont susceptibles de transformer en profondeur à la fois le modèle traditionnel de production et de diffusion des savoirs scientifiques, les modalités de leur valorisation, et en définitive le modèle économique de l’édition académique.

On observe dans le domaine de la publication scientifique un mouvement général de croissance des ressources disponibles en ligne, et la grande majorité des publications académiques, voire la quasi totalité en ce qui concerne les sciences techniques et médicales (STM), est désormais accessible, gratuitement ou non, sur la toile. Les publications scientifiques dans ce contexte sont concernées par les mutations profondes qui touchent l’économie des biens informationnels et culturels disponibles en ligne.
En premier lieu, la notion même de publication et les processus qu’elle recouvre évoluent sensiblement dans le cadre de l’Internet et de l’édition numérique, tandis que la communication scientifique expérimente de nouveaux paradigmes.

Le processus de démocratisation et de diffusion des outils d’édition et de publication des contenus qui a accompagné le développement du Web 2.0 a permis l’émergence de pratiques d’auto-publication et a entraîné une redéfinition des fonctions de médiation3. Dans le secteur scientifique, ce phénomène est manifeste dans le développement des archives ouvertes et plus largement dans le mouvement du libre accès aux productions scientifiques, mais également dans diverses pratiques innovantes de publication en ligne des chercheurs, notamment les blogs et les plateformes collaboratives. Si dans son acception usuelle la « publication scientifique » désigne encore une production académique qui a fait l’objet d’une validation par un comité éditorial, la notion de « publication » en elle-même tend à englober progressivement tous les actes consistant à rendre public et accessible un contenu sur le Web, comme en témoignent les expressions de « publier un billet de blog », où publier devient tout bonnement synonyme de mettre en ligne. Dans le champ scientifique, certaines formes de productions non validées comme certains comptes-rendus de colloques disponibles en ligne sont cités et font référence tout autant que les publications validées par les comités éditoriaux. La responsabilité intellectuelle des auteurs, et leur notoriété dans le milieu tendent à remplacer la responsabilité intellectuelle collective des comités de lecture pour attester du sérieux de l’information. Si la publication académique obéit toujours à des normes et à des contraintes qui fondent son caractère scientifique, la frontière tend à s’effacer entre la publication au sens traditionnel et la mise en ligne.

L’édition numérique correspond aussi à une transformation du contenu et de la forme des ressources qui obéissent moins à la matrice du texte clos4, mais admettent une pluralité de versions (le texte électronique est « réinscriptible »), et intègrent des pratiques d’écriture collaboratives. L’édition numérique correspond ainsi à une transformation des formes de la publication académique et des modalités de la communication scientifique qui emprunte désormais d’autres canaux que ceux de l’édition traditionnelle. La publication dans des revues à comité de lecture n’est plus la seule modalité de circulation des savoirs scientifiques.
En second lieu, on assiste à l’émergence et à la cohabitation de modèles économiques alternatifs à ceux de l’édition commerciale, et de nouveaux entrants investissent le champ de la valorisation des publications scientifiques5. Les compétences éditoriales de mise en valeur des contenus connaissent une évolution rapide, et favorisent d’autres types d’acteurs. Ainsi des grands agrégateurs d’information scientifique, des moteurs de recherche, ou des acteurs institutionnels, qu’il s’agisse de sociétés d’édition ou de mise en ligne financées par les fonds publics, ou d’universités, le plus souvent par l’intermédiaire des bibliothèques universitaires. A ces nouveaux acteurs de la valorisation scientifique correspondent de nouveaux modèles économiques qui désormais cohabitent avec le modèle traditionnel. L’archive ouverte ou la revue en open access financées par les institutions de recherche constituent l’un de ces modèles économiques alternatifs ainsi qu’un mode de production et de diffusion des savoirs désormais éprouvé.
L’environnement internet a ainsi conduit à une diversification des modèles économiques d’une part, des modalités de production et de diffusion des savoirs scientifiques d’autre part, des acteurs et des formes de la médiation scientifique enfin. C’est dans ce contexte renouvelé qu’il convient d’apprécier le rôle des SCD dans la valorisation des publications scientifiques, ainsi que les enjeux et les perspectives qui se dessinent de ce point de vue-là.
Ce mémoire portera plus spécifiquement sur la valorisation par les bibliothèques universitaires des publications scientifiques des chercheurs de leur établissement. On restreindra également le propos à la valorisation des publications dans un environnement numérique, car il s’agit d’un champ où les pratiques ont connu des évolutions profondes dans les dernières décennies. Les publications scientifiques sont entendues au sens de publication académique, mais le propos prendra en considération les mutations et les transformations qui affectent la publication dans le cadre de l’édition électronique. La valorisation des ressources pédagogiques, qui constituerait un sujet à part entière, ne sera pas abordée, d’autant qu’il s’agit certes d’une production de contenu par l’université, mais pas de productions de la recherche à proprement parler. Les thèses en revanche seront inclues dans le champ des publications scientifiques car elles constituent le premier acte de publication de la vie d’un chercheur, et que leur diffusion sur le Web par les SCD constitue bien souvent l’occasion d’expérimenter de nouveaux modes de valorisation et de diffusion numérique des ressources, et d’apprécier les problèmes et les enjeux qu’ils soulèvent.
La valorisation des publications prend des formes et des acceptions inédites dans le contexte de la mise en ligne des ressources.

Elle désigne alors en premier lieu les opérations tendant à les rendre davantage visibles et accessibles sur le Web.

En second lieu et corollairement, elle consiste à multiplier et à diversifier les usages et les appropriations dont les publications scientifiques peuvent être l’objet, en organisant leur accessibilité pour d’autres applications, en permettant leur interopérabilité avec d’autres ressources, qu’elles proviennent ou non de la recherche scientifique. Il s’agit notamment de développer une offre de services autour des ressources afin d’accroître leur valeur scientifique et économique.

En troisième lieu, et de façon plus traditionnelle, la valorisation consiste à enrichir les ressources par une mise en perspective, par l’insertion dans un corpus ou une collection. Dans le cadre du Web 2.0 cette pratique peut être renouvelée par l’organisation d’un accès personnalisé aux ressources.
Internet élargit le cercle des publics en direction desquels la valorisation s’opère, en rendant possible l’interconnexion et la mise en relation des ressources scientifiques avec l’ensemble des ressources disponibles sur le Web ; celles-ci peuvent être sollicitées dans une recherche au même titre que l’ensemble des contenus informationnels et culturels disponibles sur la toile. Le mouvement du libre accès aux résultats de la recherche et par ailleurs les théories de la croissance économique fondées sur une amélioration de la circulation de l’information scientifique et technique invitent à considérer non seulement les milieux académiques, mais également le grand public et les milieux industriels comme de potentiels destinataires de la valorisation.

L’intervention du SCD dans la valorisation des publications de son établissement s’ancre dans des logiques diverses. D’une part les bibliothèques universitaires, et plus spécifiquement les bibliothèques universitaires américaines, ont joué dès son émergence un rôle important dans le mouvement du libre accès aux résultats de la recherche en prenant en charge la création et la maintenance des archives institutionnelles ou en promouvant les offres de revues en open access. Cette implication était notamment motivée par des considérations économiques, dans la mesure où l’augmentation exponentielle du prix des abonnements aux périodiques électroniques grevait leurs budgets. D’autre part les bibliothèques universitaires sont sollicitées par leurs universités pour mettre en valeur la production de l’établissement et pour participer à sa politique scientifique de diffusion de la recherche.
La valorisation par les bibliothèques universitaires (BU) des publications des chercheurs de leur établissement prend des formes multiples : mise en place de plateformes de diffusion de revues électroniques en open access, mise en place d’archives ouvertes, numérisation des productions scientifiques de l’établissement pour créer des collections en ligne ou des bases disciplinaires, mais aussi la participation aux opérations de normalisation et de définition de standards d’interopérabilité conjointement avec d’autres communautés professionnelles, et notamment les acteurs du champ de la production et de la gestion des contenus informationnels et culturels. La participation des bibliothèques universitaires à ces travaux s’effectue par l’élection ou l’envoi de représentants dans des agences nationales spécialisées (par exemple l’ABES en France) ou dans des commissions de normalisation (IFLA, AFNOR). Il a paru important d’évoquer dans ce mémoire les enjeux théoriques et techniques de ces opérations de normalisation, dans la mesure où elles permettent de comprendre les perspectives qui s’offrent aux BU en matière de valorisation des publications scientifiques. Ce mémoire procédera par ailleurs à des études de cas : la plateforme Revel@Nice
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRésumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRésumé L’environnement national et international de la santé, de...
«équipes de recherche labélisées». Développer les interactions avec une recherche amont et accélérer le transfert des résultats de...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconAdresse complète de l’établissement de mise en œuvre du projet
«Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, le renforcement de la compétitivité des entreprises, leur développement et...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconL’impact des Systèmes d’Information Géographique (sig) sur les organisations de l’archéologie
«On trouve donc dans les pratiques scientifiques un noyau dur, celui des contenus scientifiques entouré d’un environnement social,...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRelations
«Relations» de mars 02 a été diffusée dans chaque établissement par courrier électronique; les professeurs qui n’en auraient pas...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconRésumé Le déploiement du libre accès est intimement lié au contexte...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. icon1. Zoom sur Bilan des Traam 2013-2014
«Utilisation des terminaux mobiles dans l'enseignement et dans l’accompagnement des élèves» (voir par exemple l'académie de Dijon...

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. icon1- sciences économiques et sociales – Principes fondamentaux de l’économie...
«l’affectation consiste à proposer une place dans un établissement en tenant compte des vœux exprimés par la famille»

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconPublications dans des revues scientifiques à comité de lecture
«tep et radiothérapie». Cancer/Radiothérapie, Volume 13, Issue 4, July 2009, Pages 313-317

Résumé : Ce mémoire traite de la valorisation des publications scientifiques de leur établissement par les scd dans un environnement essentiellement numérique. iconGuy : Quand on affirme que les Roms ont dans leur culture le vol,...
«carrière» : certains travaillent dans la construction ou l'agriculture; ils font des allers-retours dans leur périple migratoire....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com