Manuel pages 74 à 95





télécharger 57.32 Kb.
titreManuel pages 74 à 95
date de publication13.02.2017
taille57.32 Kb.
typeManuel
e.20-bal.com > économie > Manuel

TES Chapitre 3 Progrès technique et croissance

201O-2011


Chapitre 3 Progrès technique et croissance

(Manuel pages 74 à 95)

  • Les objectifs du programme :

Notions que les élèves doivent connaître et savoir utiliser (déjà évoquées dans le chapitre précédent)

Notions essentielles

Notions complémentaires

  • Innovation




  • Innovation de procédé, de produit et organisationnelle

  • Recherche développement

  • Destruction créatrice

Indications complémentaires

  • Lien entre investissement, progrès technique, obsolescence économique pour saisir le phénomène de destruction créatrice

  • Reprise du progrès technique comme source de la productivité et de la croissance

  • Nature et origine du progrès technique

  • Rôle de l’état

  • Les sujets

  • En quoi l'innovation est-elle un facteur de compétitivité ?

  • En quoi le progrès technique est-il facteur de croissance économique ?

  • Vous expliquerez comment le progrès technique agit sur la croissance économique

  • Après avoir montré le lien entre innovation et croissance économique, vous exposerez le rôle des pouvoirs publics dans ce processus.

  • Après avoir mis en évidence l'importance de l'innovation dans la croissance économique, vous analyserez comment les pouvoirs publics peuvent agir sur l'innovation.

  • Après avoir présenté les différentes formes du progrès technique, vous montrerez les effets de celui-ci sur la croissance économique

  • Après avoir montré que l'innovation est source de croissance économique, vous expliquerez qu'en retour la croissance économique est favorable à l'innovation.

  • Le plan

Document d’amorce

Le progrès technique est au cœur du processus de développement économique. Mais il ne suffit pas d'inventer des produits merveilleux: pour que les innovations irriguent réellement la société et l'économie, encore faut-il que l'environnement institutionnel et les rapports sociaux soient favorables à leur diffusion. C'est ce qu'illustre l'histoire de l'invention de l'horloge en Chine au XIe siècle.

"La machine clé de l'âge industriel, ce n'est pas la machine à vapeur, c'est l'horloge, faisait remarquer fort justement l'historien Lewis Mumford (1). Aujourd'hui encore, aucune machine n'est aussi omniprésente." En Europe, la mise au point de l'horloge mécanique remonte au XIVe siècle, en ces temps obscurs qu'on nomme le Moyen Age et qu'on considère à tort comme une époque de glaciation sur le plan de l'innovation technique. Mais c'est en fait, semble-t-il, le Chinois Su Song qui construisit la première horloge mécanique, dès le XIe siècle de notre ère. Dans le contexte de l'Etat centralisé chinois, il n'existait qu'un seul exemplaire de cette horloge, jalousement gardé et réservé au service de l'empereur, car il était le seul habilité à établir un calendrier pour tous ses sujets. Mais du coup, le savoir-faire qui avait permis de mettre au point cette machine ne fut pas réellement transmis, ni a fortiori amélioré, puisqu'il était interdit de la reproduire. Et quand, en 1368, les Ming prirent le pouvoir après une période politique très agitée, l'horloge, qui n'était plus en état de fonctionner, fut tout simplement détruite. Et personne ne fut plus en mesure d'en construire une nouvelle. Si bien que, lorsqu'en 1600, le jésuite Matteo Ricci vint présenter des horloges européennes à la cour de Chine, personne ne savait plus, dans le pays, qu'il s'agissait pourtant à l'origine d'une invention chinoise.

Cet exemple montre, comme d'autres inventions chinoises d'ailleurs, combien l'innovation technique ne suffit pas à entraîner le développement économique. Et pourquoi le faible niveau de centralisation politique et le morcellement de l'Europe occidentale ont probablement joué un rôle déterminant dans l'essor du capitalisme sur ce continent.

Alternatives Economiques n° 293 - juillet 2010


  1. Nature et origine du progrès technique

    1. Qu’est ce que le progrès technique ?

    2. Quelle est la nature du progrès technique en sciences économique ?

    3. Quelles sont les origines du progrès technique




  1. Le rôle du progrès technique dans la croissance

    1. Le progrès technique à l’origine des gains de productivité

    2. Le processus de destruction créatrice




  1. Les interactions entre progrès technique et changement social

  • Le cours

Amorce :

Le progrès technique est au cœur du développement économique mais il ne suffit pas d’inventer. C’est ce que montre l’histoire de l’invention de l’horloge en Chine. La diffusion de l’invention et ses effets sur le développement dépend du contexte institutionnel et des rapports sociaux. Ainsi la centralisation extrême du pouvoir politique en Chine a empêché la diffusion de l’horloge. Cet exemple souligne à nouveau l’interaction entre le politique, l’économique et le social.

Pb : Quelle est la relation du progrès technique, du développement économique et le changement social ?

  1. Nature et origine du progrès technique

    1. Qu’est ce que le progrès technique ?

Progrès technique : Ensemble des innovations qui entrainent des transformations dans :

  • Les moyens et les méthodes de production

  • L’Organisation du travail

  • Les produits

  • Les marchés

  • La Structure de l’économie (taille des entreprises ou poids des secteurs par exemple)

Innovation : Application industrielle et commerciale d’une invention

  • Le progrès technique est le résultat d’un processus (= succession d’étape). Pour simplifier, on part de l’activité de recherche qui va mener à l’invention mais celle-ci ne suffit pas elle doit devenir une innovation pour produire des effets sur l’économie.

On distingue plusieurs types d’innovation :

  • Innovations de procédés  Transformation des méthodes et des moyens de production

  • Innovations de produit  Nouveaux biens et services qui entrainent le renouvellement des marchés.

  • Innovations organisationnelle  Organisation du travail.

    1. .Quelle est la nature du progrès technique en science économique ?

Pour la science économique, le progrès technique est un bien particulier.

Un bien est rival lorsque sa consommation par un agent interdit un autre agent de le consommer. Exemple : Un produit alimentaire est un bien rival.

Un bien est non rival lorsque son utilisation par un agent n’interdit pas à un autre agent de l’utiliser.

Exemple : L’éclairage public peut profiter à tous les passants d’une rue sans que l’utilisation par l’un réduise l’utilisation des autres.

Analyse économique du progrès technique

  • Le progrès technique est considéré comme un bien non rival car le fait d’utiliser une innovation n’interdit pas, à un autre agent de l’utiliser.

Exemple : Une nouvelle formule chimique. Elle peut être mise en œuvre par plusieurs entreprises en même temps. Ce caractère de bien non rival est permis aussi par l’absence de coût de reproduction. Une simple photocopie ou le téléchargement d’un fichier suffit pour reproduire la formule. Il n’y a aucun obstacle matériel et naturel à sa diffusion.

Il faut donc créer des obstacles artificiels, en particulier juridiques à sa diffusion. C’est, bien sur, le rôle des brevets.

  • Le progrès technique produit des externalités positives.

(Document 8 page 78)





Le texte montre qu’il y a des externalités positives et négatives du progrès technique.

  • Les externalités positives proviennent du fait que les connaissances présentes s’appuie sur le stock des connaissances passées (citation de Newton). Donc en plus des effets positifs de l’innovation pour celui qui la met en œuvre il faut tenir compte du fait que l’innovation sera le socle d’autres innovations dans le futur.

  • Les externalités négatives proviennent du phénomène de destruction créatrice qui sera étudié dans le point 2.2.

 Pour l’auteur les externalités positives l’emporte sur les externalités négatives.



    1. Quelles sont les origines du progrès technique ?




  • Origine exogène ou endogène du progrès technique

Une variable endogène s’explique par une cause interne du phénomène étudié.

Une variable exogène s’explique par une cause externe du phénomène étudié.

Pb : Le progrès technique a-t-il une origine interne ou externe à l’activité économique ?

Réponse à la question


Sphère représentant l’activité économique, c'est-à-dire l’investissement, la production, la consommation, la distribution de revenu…
Progrès technique exogène

INNOVATION

INVENTION





L’invention nait à l’extérieur de la sphère économique (un inventeur isolé) mais produit des effets dans le système économique : nouveau produit, nouveau marché, investissement etc …

Longtemps, l’analyse économique ne s’intéressait pas à l’origine du progrès technique mais aux effets économiques du progrès technique.

Progrès technique endogène


Activité économique




INNOVATION


INVENTION



Dans les années 70 de nouvelles analyses s’intéressent à l’origine du progrès technique : les théories de la croissance endogène. Elles ont renouvelé l’analyse de progrès technique en montrant que celui-ci avait le plus souvent une origine endogène. Il est le résultat d’une activité économique.

  • Les origines du progrès technique

Il y en a plusieurs :

  • Activité productive (« Learning by doing » par Smith) : Les travailleurs inventent des méthodes de production et de nouveaux produits dans leur activité quotidiennes de production.




  • L’investissement : la recherche et développement

Recherche-Développent (R&D): Ensemble du processus reliant la découverte l’invention et ses applications économiques.

(Document 22 page 85)



L’effort de R&D est souvent rapporté au PIB (%)

  • On constate une augmentation régulière de la R&D entre 1994 er 2002 dans tous les pays développés et une hiérarchie entre pays concernant cet investissement.

Comme tous investissements privés (par les entreprises), la R&D obéit à des déterminants c'est-à-dire qu’il faut avoir la capacité d’investir (problème du financement de l’investissement), et la volonté d’investir (profits anticipés).

  • Le rôle de l’Etat dans l’origine du progrès technique

Le progrès technique est un bien particulier qui est à l’origine d’externalités positives car il est cumulatif

  • Donc l’Etat doit favoriser le progrès technique.

Le processus d’innovation présente plusieurs étapes :

Exemple : Au niveau de la recherche :

  • Recherche fondamentale  But : découvertes élargissant le champ des connaissances scientifiques, pas d’innovation directement.

  • Recherche appliquée et développement  But : Inventions et innovations qui s’appuient sur les résultats de la recherche fondamentale.

  • Production et mise sur le marché

La recherche est un investissement (= Dépense) donc se pose la question de la rentabilité de cette dépense.

  • 1er rôle de l’Etat : Financer la recherche fondamentale car celle-ci a une rentabilité immédiate très faible mais est à l’origine d’importantes externalités.

  • 2ème rôle de l’Etat : Inciter les entreprises à investir dans la recherche et développement. Donc dans la phase de recherche appliquée dont découlent les innovations. Il y a plusieurs moyens d’aider les entreprises :




  • Subventions : L’état donne de l’argent à l’entreprise pour financer ses recherches




  • Les impôts : Incitation fiscale, baisse d’impôt pour les entreprises qui innovent




  • Faciliter le financement des entreprises innovantes avec le développement du capital risque (= Société financière qui investit dans une entreprise présentant des risques en raison de l’utilisation de technologie de pointe : achat d’actions) pour de jeunes entreprises innovantes

L’état incite les investisseurs à placer leur épargne dans ces sociétés


  • Protection des entreprises innovantes : La recherche est rentable si l’innovation permet à l’entreprise d’être dans une situation de monopole (= Marché où un offreur est face à plusieurs demandeurs, il n’y a donc aucune concurrence).

Cela permet de pratiquer des prix plus élevés et d’avoir des profits plus élevés. On parle de monopole d’innovation.

L’innovateur est confronté aux problèmes de l’imitation qui remet en question son monopole. Cela réduit la rentabilité des investissements dans l’innovation et décourage ce type d’investissement.

L’Etat va protéger le monopole de l’innovateur en créant des brevets. L’innovateur peut interdire l’utilisation de son innovation par d’autres entreprises ou en contrôler la diffusion en accordant des licences (sorte de location du brevet en échange d’une rémunération). Le système des brevets fait partie des institutions favorables à la croissance dans la mesure ou il protège le droit de propriété (voir chapitre 1).

Cependant, la concurrence est une situation économiquement plus efficace que le monopole. Une situation de monopole trop prolongée peut avoir des effets négatifs :

  • Empêcher la diffusion des innovations donc de ses bienfaits à cause de prix trop élevé ; Exemple des médicaments

  • Freiner le progrès technique. Si le monopole empêche l’innovation de se diffuser, elle ne pourra pas inspirer des innovations ultérieures (externalités)

 C’est pour ces raisons que la protection est limitée dans le temps.

  • Les transferts de technologie

Transferts de technologies : Ensemble des phénomènes de mobilité internationale du progrès technique donc de migration des innovations. Cette migration peut avoir différentes formes :

  • Achats de brevets

  • Investissements de firmes multinationales

  • Phénomène d’imitation

Questions principales posées par ces transferts :

  • Les PED ont-ils accès aux technologies leur permettant de se développer ? Négociation sur le climat et transfert des technologie dites vertes

  • Les pays industrialisés doivent ils transférer leur technologie à leurs clients des pays émergent au risque de perdre leur avance technologique ? Vente d’Airbus à la Chine




  1. Le rôle du progrès technique dans la croissance

    1. Le progrès technique à l’origine des gains de productivité




  • Comment est mesuré l’effet du progrès technique ?


Document 3 page 77



Il est mesuré par la productivité totale des facteurs. On cherche la contribution à la croissance de chaque facteur.

ATTENTION : Ce terme de contribution est aussi utilisé lorsqu’on analyse la croissance économique au niveau de la demande : contribution de la consommation des ménages, de l’investissement etc … Ici on s’intéresse à l’offre c'est-à-dire à la contribution des facteurs de productions.

Dans le graphique on détermine la contribution de la hausse de l’intensité capitalistique aux gains de productivité. La hausse de l’intensité capitalistique est la hausse de la quantité de capital par travailleur.

Mais il reste un résidu c'est-à-dire qu’une partie des gains de productivité n’est pas le résultat de l’augmentation de l’intensité capitalistique.

  • Ce résidu est le résultat de l’amélioration de la combinaison du travail et du capital  Progrès technique

  • Ce résidu est appelée productivité globale des facteurs et il mesure l’effet du progrès technique sur les gains de productivité et donc sur la croissance (sur l’origine de la croissance voir le schéma du document 4 page 77).

Lecture : Entre 1980 et 1990, la productivité a augmenté de 2.4 % en moyenne par an dont 1.16 point est du à la hausse de l’intensité capitaliste et 1.2 point est du à la hausse de la productivité globale des facteurs (donc au progrès technique). Cela représente la moitié des gains de productivité.

Attention : contrairement à la lecture faite dans le livre il vaut mieux faire

la lecture des contributions en point

Rappel sur l’origine de la croissance : réponse à la question 10 sur le document 4 page 77 :


 Il faut distinguer l’origine de la croissance. Elle provient des gains de productivité (croissance intensive) et de l’augmentation du volume des facteurs de productions (croissance extensive).

Les gains de productivité proviennent de l’innovation ou une augmentation de l’intensité capitalistique.

Innovation et augmentation de l’intensité capitalistique proviennent de l’investissement

Autre exemple d’analyse de la croissance :

Document 6 page 78



Entre 1985 et 1990 le PIB du Japon a augmenté de 4,5 % en moyenne par an. Cette croissance a été du pour 1,5 point à l’augmentation des facteurs travail et capital et pour 3 points à l’augmentation de la productivité globale des facteurs, autrement dit au progrès technique.

Ces exemples montrent l’importance du progrès technique comme source de la croissance

    1. Le processus de destruction créatrice




  • La notion

Elle a été introduite par Josef Aloïs SCHUMPETER, un économiste hongrois important de la 1ere moitié du 20ème siècle. Pour lui, les innovations sont à l’origine de l’apparition de nouvelles activités et de nouvelles techniques. Plus précisément, il distingue 5 types d’innovations :

  • Nouveaux produits

  • Nouveaux types d’organisations

  • Nouvelles méthodes de production

  • Nouvelles sources de matières premières et énergie

  • Nouveaux marchés

Elles sont à l’origine de nouvelles activités qui viennent renouveler le système économique

Mais en même temps, il y a un 2ème effet, elles détruisent des activités des techniques qui sont rendu obsolètes par l’arrivée des innovations.

  • La croissance économique dépend de l’équilibre de ces 2 effets opposés

  • Si la destruction domine dans le processus  Aucune croissance

  • Si la création l’emporte sur la destruction  Croissance économique.

Le capitalisme est un système qui est en perpétuel renouvellement en raison de l’action de ce processus de destruction créatrice.

Un exemple de l’effet de ce processus :

Document 18 page 83



40 % des entreprises américaines figurant parmi les 1 000 plus grandes entreprises mondiales en 1999 ont été créées après 1950.

On constate que le capitalisme américain est + dynamique que le capitalisme européens. Seule 21,6 % des entreprises européennes figurant parmi les 1000 plus grandes entreprises mondiales ont été créées après 1950.

Le processus de destruction créatrice joue de manière intense plus intense aux USA qu’en Europe. La capacité à innover y est plus forte. Donc le tissu d’entreprise se renouvelle plus rapidement.

  • Les cycles

Activité page 88

Cycle : Mouvement de l’activité économique récurrent (qui revient) d’amplitude et de périodicité régulière. Le cycle économique touche plusieurs indicateurs de l’activité économique : la croissance (PIB), les investissements, les prix, les emplois…..

Depuis le 19ème siècle, les économistes ont essayé à mettre en évidence l’existence de cycle en observant l’activité économique. Ils recherchent des régularités dans celle-ci.

Il y a beaucoup de cycle qui ont été mis en évidence et chaque cycle prend le nom de celui qui l’a mis en évidence.

Il peut avoir des cycles plus ou moins long : quelques mois … 8 ans, 50 ans


Point de retournement
Quelle que soit la durée du cycle, le cycle se représente de la même manière :


Phase de récession ou de dépression

Phase d’expansion


Point de reprise


Document 3 page 88 de l’activité



Konfratieff économiste hongrois a, pendant les années 20, mis en évidence l’existence de cycle de long terme (40 à 60 ans)  Cycle Konfratieff

  1. Oui ce sont des cycles réguliers lorsque l’on observe le schéma du document

  2. Ils sont cohérents avec l’histoire économique du 20e car on y retrouve la crise des années 30 dans la phase B du 3ème cycle ainsi que les 30 Glorieuses durant la phase A du 4ème cycle

Shumpeter va donner son interprétation des cycles de Konfratieff. Il va dire que l’origine de ces cycles se trouve dans le progrès technique.

Pourquoi le progrès technique produit des cycles non régularisés ?

Les innovations arrivent en vagues (= manière groupée)

Document 6 page 88



Il y a une différence entre la date d’invention et la date d’innovation. Les innovations apparaissent durant la phase de dépression du cycle précédent ( B) mais produisent leurs effets dans la phase d’expansion du cycle suivant (A)

Comment jouent ses innovations ?

  • 1ère : Phase  début de la phase A  Monopole d’innovation  Profit élevé

  • 2ème Phase   2ieme partie de la phase A Concurrence  Imitateurs attirés par les profits élevés

  • 3ème Phase  récession phase B  Baisse des prix et des profits, retournement et dépression

  • Les innovations arrivent par vague et il faut un intervalle de temps entre innovation et ses effets sur l’activité économique.


On retrouve cette idée dans la notion de système technique.

Système technique : Ensemble de technique qui sont cohérente entre elle avec au centre une technologie générique.

Technologie générique : Technologie qui a des applications diverses grâce auxquelles les effets se diffusent au reste de l’économie.

Le délai entre la mise au point de l’innovation et le moment ou elle a un impact sur l’activité est du à divers facteurs :

  • Délai de mise au point des applications qui découlent de la technologie nouvelle

  • Délai de diffusion des technologies de réseau qui ne peuvent produire des effets positifs qu’à partir d’un certain degré de diffusion Exemple : Téléphone et Internet.

  • Délai de mise en place d’autres innovations dans le cadre d’un système technique  certaines innovations ne peuvent produire leurs effets que si d’autres innovations sont mises en œuvre. Exemple : Automobile qui nécessité des autoroutes, des parking etc…

  • Délai de diffusion des innovations à travers les investissements en nouveaux équipements.

  • Délai d’apprentissage  Evolution de la qualification des travailleurs

  • Délai d’adaptation des organisations aux nouvelles technologies. Exemple : L’informatique a nécessité la modification de l’organisation du travail pour produire pleinement ses effets

  • Délai de changement des habitudes  Nécessité de changements culturels




  1. Les Interactions entre progrès technique et changement social

Rappels : ,

Changement social : Transformation plus ou rapide d’une partie ou de l’ensemble du système social au niveau de son fonctionnement. 

Quelle est la relation entre le progrès technique et le changement social ?

Le progrès technique est considéré comme un des facteurs du changement social.

Exemple : Transformation de la sociabilité

Sociabilité : Modes et formes de relation entre les individus caractérisés par un milieu social. Exemple : Sociabilité sur le lieu de travail, sociabilité familiale ou entre adolescents

ATTENTION : Ne pas confondre avec la socialisation

Les innovations transforment cette sociabilité. Exemple : Effet sur la sociabilité des individus :

  • De la télévision : elle supprime la tradition des veillées dans les villages

  • Des réseau sociaux : Msn, Facebook

Document 21 page 85



L’électricité répond à plusieurs attentes :

- Souplesse d’utilisation

- Meilleures qualités de la lumière

- Sécurité

Il répond à une demande qui vient de la société. Exemple : Besoin de sécurité.

Dans ce cas ce sont les changements sociaux qui sont à l’origine de la diffusion de l’innovation, on inverse donc la relation

On a vu dans le document d’amorce que les facteurs sociaux et politique peuvent empécher définitivement le diffusion d’une innovatione.

CONCLUSION :

Le progrès technique et le changement social ont donc des relations réciproques.


similaire:

Manuel pages 74 à 95 iconManuel pages 52 à 73

Manuel pages 74 à 95 iconManuel pages 96 à 117

Manuel pages 74 à 95 iconRéunion de rentrée du date classe de cp b de
...

Manuel pages 74 à 95 iconLe Manuel de combinaison de l’Agence des Participations de l’État...
Principes Comptables figurants aux pages 161 à 170 du rapport 2011, avec ceux retenus en France pour les sociétés cotées sur un marché...

Manuel pages 74 à 95 iconLe manuel évoqué est le manuel Nathan Janin-Mathieu, édition 2011

Manuel pages 74 à 95 iconManuel-barroso >José Manuel Barroso
«pantouflage». Aux États-Unis, la presse préfère l'expression plus imagée des «revolving doors», ces portes-tambour qui permettent...

Manuel pages 74 à 95 iconIntroduction pages

Manuel pages 74 à 95 iconIi – L’industrie nucleaire pages 10

Manuel pages 74 à 95 iconLe sujet comporte 3 pages numérotées de 1/3 à 3/3

Manuel pages 74 à 95 iconPresentation du porteur (3 pages maximum)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com