Pour aider a la lecture de





télécharger 39.07 Kb.
titrePour aider a la lecture de
date de publication13.02.2017
taille39.07 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
QUELQUES POINTS DE REPERE

POUR AIDER A LA LECTURE DE

L’ENCYCLIQUE DE BENOIT XVI

SUR LE DEVELOPPEMENT

Caritas in veritate

« Amour dans la vérité »

Père Jean BOUTTIER

14, Place de Herce

53000 LAVAL

02 43 53 05 76

bouttier.jean@neuf.fr

POURQUOI CE TEXTE  ? 2

Nous sommes tous concernés par le Développement :

Le nôtre

Celui des autres pays notamment ceux en voie de développement.

Les organisations dont nous sommes membres, je pense spécialement au CCFD-TERRE SOLIDAIRE et à l’ACI, mais peut-être peut-il rendre service à d’autres ? Elles nous invitent à cette attention au développement, mais l’encyclique nous paraît difficile à lire. Apparemment peu l’ont fait.

Une amie m’a fortement recommandé de ne pas en faire un « résumé » qui ferait penser inutile de lire le texte. J’espère que ce n’est pas le cas. J’ai repris les grandes articulations, indiqué les points traités, le plus souvent s&ans les détaillér et en laissant chacun réagir à sa manière. Un échange à plusieurs est toujours souhaitable.

J’y ai aussi, dans toute la mesure du possible, donné certaines clefs de compréhension de la manière de penser et de s’exprimer de Benoît XVI (par ex : vérité et loi naturelle). Nous pouvons ne pas être à l’aise, mais c’est important pour entrer dans sa pensée et nous situer par rapport à elle.

En toute amitié Jean BOUTTIER

REFERENCES DES TEXTES D’EGLISE :

RN Rerum Novarum (sur la condition des ouvriers) Léon XIII 1893 ; MM Mater et Magistra Jean X XIII 1961; PP Populorum progressio (le développement des peuples) PAUL VI 1967 ; CA Centesimus Annus (Centième anniversaire de RN) JEAN PAUL II 1991 ; DC Deus Caritas est (Dieu est amour) 2005,SS Spe Salvi (Sauvés dans l’Espérance) 2007, CV Caritas in Veritate L’amour dans la Vérité) 2009 BENOIT XVI.

Concile VATICAN II GS (L’Eglise dans le mons de ce temps) 1965

LE DEVELOPPEMENT :UNE VOCATION CV 16 20 3

« TOUTE VIE EST VOCATION » ! (PP 3,4,5) C’est ce qui donne raison d’être à l’intervention de l’Eglise dans les problématiques du développement : développement de la nature, qui elle aussi a une vocation (CV 48), développement de l’homme, personne et famille humaine.

Cette vocation s’enracine dans la création de l’univers, de l’homme et de la femme à l’image de Dieu, lui-même personnes et communion. Il leur a confié la gestion de ce monde et de l’humanité (Gen 8 27-31).

VOCATION C’est reconnaître que le développement « naît d’un appel transcendant… » et « qu’il est incapable de se donner par lui-même son sens propre ultime… L’idée vraie de la vie humaine » (cf PP 42). Avec PAUL VI, dont il reprend largement l’Encyclique PP, Benoît XVI voit cette vision du développement au cœur de ce texte, avec ses dynamiques : LIBERTE, VERITE, CHARITE (CV 16).

LIBERTE (17) « Les peuples de la faim interpellent aujourd’hui, de façon dramatique, les peuples de l’opulence » … « L4Eglise tressaille devant ce cri d’angoisse et appelle chacun à répondre avec amour à l’appel de ses frères » (PP 3) « appel d’hommes libres à des hommes libres » pour qu’ils prennent ENSEMBLE leurs responsabilités. Les STRUCTURES ECONOMIQUES ET LES INSTITUTIONS ont leur importance a mais sont des instruments au service de la liberté humaine.

VERITE (18) Pour être véritable le développement humain doit être INTEGRAL… La vérité, pour Benoît XVI, est de respecter et de promouvoir son ETRE PROPRE. Non PAS seulement AVOIR PLUS mais ETRE PLUS (PP 12),, tous les hommes et toutes les femmes… « jusqu’à l’humanité toute entière » (Jean PAUL II (Centesimus Annus CA 53-62).

CETTE CONCEPTION DE LA VERITE qui guidera Benoît XVI dans sa relecture de situations marquant à ses yeux la modernisation actuelle (CV 24-29).

Il invite plus loin au dialogue avec les partenaires de toute sorte. Ce dialogue exigera une écoute attentive de part et d’autre pour partager au mieux un sens commun de l’homme (CV 34-42).

CHARITE (CV 19) Elle occupe une place centrale dans la conception du développement comme vocation. Les causes du sous-développement ne sont pas d’abord matérielles mais plutôt le DESINTERET A L’EGARD DE LA SOLIDARITE entre les hommes et les peuples. Il faut des SAGES, de réflexion profonde, à la recherche d’un HUMANISME NOUVEAU (PP 66). La SOCIETE toujours plus GLOBALISEE nous rapproche MAIS ELLE NE NOUS REND PAS FRERES : « l’unité dans la CHARITE DU CHRIST nous appelle tous à participer à la vie du Dieu vivant, Père de tous les hommes » (PP 21). C’est vrai entre chrétiens mais aussi avec ceux qui sur d’autres chemins participent à cette sagesse.

La CHARITE nous fait sentir l’URGENCE (2 Cor 5,14) : mobilisons nous AVEC LE CŒUR pour faire évoluer les processus économiques et sociaux vers des formes pleinement humaines (CV 20).

LE DEVELOPPEMENT HUMAIN AUJOURD’HUI CV 21-33 4

Aux yeux de Benoît XVI nous sommes entrés dans une PERIODE TRES DIFFERENTE DE CELLE DE PAUL VI, celle de la MONDIALISATION. La CRISE ACTUELLE LE SOULIGNE AVEC FORCE .

Il en fait un descriptif en relevant un certain nombre de situations, leurs enjeux et leurs questions…

= LE ROLE DES ETATS. Le nouveau CONTEXTE COMMERCIAL ET FINANCIER INTERNATIONAL et les FACILITES NOUVELLES DE COMMUNICATION, limitent leur souveraineté, favorisant la MOBILITE DES CAPITAUX FINANCIERS ETE DES MOYENS DE PRODUCTION MATERIELS ETE IMMATERIELS ; La crise invite à une EVALUATION NOUVELLE du rôle des ETATS ET ORGANISATIONS INTERNATIONALES .

= DES SIGNES DE FAIBLESSE EN ECONOMIE : affaiblissement des systèmes de protection sociale, délocalisations en vue de bas prix et de favoriser la consommation, dérégulation du monde du travail et des syndicats, mobilité du travail, avec certains avantages, mais aussi plus d’insécurité. D’où le rappel d’une constante de l’enseignement social de l’Eglise : VALORISER LA PERSONNE DANS SON INTEGRITE, comme PREMIER CAPITAL A SAUVEGARDER POUR UNE ECONOMIE SAINE .

= DANS LES DOMAINES SOCIAL ET CULTUREL : favoriser les DIFFERENTS NIVEAUX DE SAVOIR DE L’HOMME, y compris la Foi et la Théologie, raison d’être de la doctrine sociale de l’Eglise.

OBJECTIF PREMIER POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRAL : L’ACCES AU TRAVAIL.

L’AMOUR DANS LA VERITE nous appelle ainsi à une TACHE INEDITE et CREATRICE, vaste et complexe.

(42) Il y a des attitudes fatalistes devant la MONDIALISATION. Mais derrière le processus visible, il y a la REALITE D’UNE HUMANITE DE PLUS EN PLUS INTERCONNECTEE/ PERSONNES ET PEUPLES ? dont la nature éthique fondamentale dérive de l’UNITE DE LA FAMILLE HUMAINE. ;

Pour le bien de l’homme nous avons à y favoriser une ORIENTATION CULTURELLE PERSONNALISTE ET COMMUNAUTAIRE, ouverte à la TRANSCENDANCE.

Malgré certaines de ses dimensions structurelles, la mondialisation n’est de soi ni bonne ni mauvaise. ELLE SERA CE QUE NOUS LA FERONS, sans en rester des VICTIMES, mais en en devenant des PROTAGONISTES, guidés par la CHARITE et la VERITE. Pays pauvres et pays riches y ont leurs responsabilités. La diffusion du bien-être à l’échelle mondiale ne doit pas être freinée par des projets égoïstes, ni dictée par des intérêts particuliers, mais PORTER DES OBJECTIFS D’HUMANISATION SOLIDAIRE, UNE HUMANITE EN TERME DE RELATIONALITE, DE COMMUNION ET DE PARTAGE .

FRATERNITE, DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIETE CIVILE DON ET GRATUITE CV 34-42 5

L’économie, comme l’ensemble des activités humaines est marquée par le mal. A se croire autosuffisant, l’homme a échoué. L’économie avec ses EXIGENCES D’AUTONOMIE a refusé les « influences de caractère moral ».

L’ESPERANCE chrétienne se dit au contraire « une puissante ressource sociale au service du développement humain INTEGRAL , recherché dans la liberté et la justice ». Elle est DON DE DIEU, absolument gratuit. Le don est surabondance… il n’exclut pas la JUSTICE : la charité dans la vérité est une force qui constitue la communauté, unifie les hommes sans barrières ni limites ...

La logique du DON n’exclut pas la JUSTICE mais pour être authentiquement humain le développement doit prendre en considération le PRINCIPE DE GRATUITE expression de FRATERNITE.

Le MARCHE lui-même est fondé sur une CONFIANCE RECIPROQUE qui permet la RENCONTRE des personnes sous forme de CONTRAT pour des échanges selon le PRINCIPE D’EQUIVALENCE, relevant donc de la JUSTICE COMMUTATIVE.

L’Eglise prône en outre une JUSTICE DISTRIBUTIVE ou SOCIALE, y compris dans l’économie de marché. Le principe d’équivalence ne parvient pas à lui seul à la COHESION SOCIALE dont le marché a lui-même besoin pour fonctionner. Aujourd’hui la confiance n’existe plus. C’est une grave perte.

PAUL VI dans PP 49 donne comme un bénéfice pour les pays riches eux-mêmes la « justice distributive » au cœur du marché. En servant la promotion des plus pauvres elle élargit le marché. Pour y parvenir la logique marchande doit viser en même temps la recherche du Bien Commun.

L’activité économique est « humaine » et relève donc de l’éthique. Au-delà des principes traditionnels (transparence, honnêteté, responsabilité) une LOGIQUE DU DON, principe de gratuité, doit entrer dans les relations marchandes elles-mêmes. En effet pour l’Eglise l’économie concerne l’homme . Il y a place dans l’économie à des espaces qui choisissent librement de ne pas conformer leur propre agir au seul profit, sans renoncer à la valeur économique. La vie économique a besoin de contrats mais tout autant de lois justes et de formes distributives.

Aujourd’hui dans la MONDIALISATION les managers risquent de se sentir solidaires du CAPITAL qui commande mais moins des autres facteurs de production (personnels, syndicats, consommateurs, fournisseurs) la RECIPROCITE FRATERNELLE doit donc être présente partout dans l’économie. Des entreprises sont actuellement plus sensibles à cette diversité des acteurs et à leurs liens.

JEAN-PAUL II, CA 35, reconnaît trois acteurs dans la vie économique : le marché, l’Etat… et la SOCIETE CIVILE comme cadre le plus approprié à une ECONOMIE DE LA GRATUITE et de la FRATERNITE, sans les exclure des autres acteurs (cf 38).

Dans la MONDIALISATION l’activité économique ne peut faire abstraction de la GRATUITE qui alimente la SOLIDARITE et la RESPONSABILITE pour la justice et le Bien Commun : TOUS RESPONSABLES DE TOUS … conformément à l’attente de PAUL VI d’un marché intégrant TOUS LES PEUPLES .

DEVELOPPEMENT DES PEUPLES, DROITS ET DEVOIRS, ENVIRONNEMENT CV 43-52 6

Sans devoirs, sans solidarité, les DROITS aboutissent à des CONTRADICTIONS : superflu et transgressions d’une part, droits humains essentiels écrasés d’autre part. Associés au DEVOIRS RECIPROQUES ne mobilisent-ils pas davantage ? Telle est la question posée. Selon les pays la croissance démographique a paralysé ou favorisé le développement. C’est toujours un appel à la procréation RESPONSABLE. L4Eglise y invite au respect de la réalité humaine « authentique ». Il faut reconnaître qu’il n’est pas toujours aisé de délimiter en toute circonstance cette « REALITE HUMAINE AUTHENTIQUE en tenant compte des personnes, des temps, des lieux, des circonstances.

Benoît XVI nous invite à reconnaître l’OUVERTURE MORALEMENT RESPONSABLE A LA VIE comme une richesse sociale et économique. Les expériences positives ou négatives des pays posent ces questions. La CRISE a mis en lumière le BESOIN D’ETHIQUE EN ECONOMIE, pour son bon fonctionnement. MAIS COMMENT ELABORER LES CRITERES VALABLES DE DISCERNEMENT ? Un simple accord entre négociateurs est, de soi, fragile.

ENTREPRISE ET ETHIQUE. La distinction classique entre « à but lucratif » - « à but non lucratif » ne suffit plus à Benoît XVI. Il se montre attentif à une « sphère intermédiaire » : les entreprises qui, sans exclure le profit, n’en font pas leur but exclusif, et se veulent INSTRUMENT POUR REALISER DES OBJECTIFS HUMAINS ET SOCIAUX . Parmi elles nous connaissons le COMMERCE EQUITABLE…

Des recherches de ce genre sont elles possibles DANS DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT ? OUI, nous le savons, pourvu qu’elles soient l’affaire des personnes du pays.

L’ENVIRONNEMENT, pour nous et pour les générations futures. La référence de Benoît XVI demeure « le respect des équilibres propres à la réalité créée ». Il y voit un DON DE DIEU, donc une vocation de la nature elle-même, à GERER EN VERITE, porteuse de lois fondamentales, d’une « grammaire » indiquant finalité et critère pour une bonne gestion sans exploitation arbitraire.

RESSOURCES ENERGETIQUES, souvent sources de conflits dans les pays « pauvres ». Pour une maîtrise et un partage il voit la nécessité d’une SOLIDARITE RENOUVELEE : diminution significative de la consommation chez les plus grands consommateurs, amélioration de la productivité énergétique, recherche d’énergie alternatives (et renouvelables), redistribution planétaire. N’y a-t-il pas un rapport entre la manière dont l’homme se traite lui-même et celle dont il traite l’univers et vice-versa… ?

L’Eglise a ses responsabilités en tous ces domaines. Benoît XVI revient sur le RESPECT DE LA VIE dans la nature et dans l’homme pour un DEVELOPPEMENT INTEGRAL. L’AMOUR ET LA VERITE nous montre la route. Nous pouvons en échanger … en discuter… les jalons ne sont pas toujours évidents.

LA COLLABORATION DE LA FAMILLE HUMAINE (CV 68-77) 7

La SOLITUDE est une des formes les plus profondes de la PAUVRETE tant des personnes que des peuples. Le développement des peuples dépend beaucoup de notre conscience de former « une seule famille », « toutes les personnes et tous les peuples » sur les bases de la justice et de la paix.

Dans la Foi Benoît XVI nous invite à redécouvrir la TRINITE, UNITE des trois personnes. Dieu valorise la relation : communion entre nous, la « famille humaine » ; et communion avec la TRINITE, DIEU COMMUNION, « pour qu’ils soient un comme nous sommes un » (Jn 12,22) (cf CV 54)

Pour la révélation chrétienne la relation est essentielle. Certaines religions et des incroyants servent eux aussi cette marche vers le « TOUT L’HOMME ET TOUS LES HOMMES ». Pour construire cette unité dans la diversité le pape insiste sur le PRINCIPE DE SUBSIDIARITE uni au PRINCIPE DE SOLIDARITE, aussi bien entre les ETATS que dans l’action des INSTITUTIONS INTERNATIONALES et les différentes formes d’ENTR’AIDES INTERNATIONALES, spécialement dans la société civile.

La société civile apparaît comme un endroit privilégié pour l’exercice de ce type de solidarité, les ETATS et ACTEURS ECONOMUQUES étant toujours plus intéressés par leurs propres perspectives.

QUELQUES OBJECTIFS DE CHANGEMENT POUR RENFORCER CETTE FAMILLE HUMAINE :

  1. La coopération au développement doit devenir une occasion de rencontre CULTURELLE ET HUMAINE dans la reconnaissance et le respect de ce qu’est chacun dans sa diversité.

  2. L’AIDE AU DEVELOPPEMENT des pays pauvres doit être considérée, non comme une charge, mais comme un véritable instrument de création de RICHESSE POUR TOUS.

  3. Promouvoir un meilleur accès à l’EDUCATION, formation complète de la personne.

  4. Le TOURISME INTERNATIONAL à transformer pour de véritables rencontres, au-delà de nos propres modes de vie et de loisirs . Encourager le TOURISME ALTERNATIF.

  5. Les MIGRATIONS, une POLITIQUE DE COOPERATION INTERNATIONALE forte et sur le long terme…

  6. La PAUVRETE a souvent sa source dans la VIOLATION DE LA DIGNITE DU TRAVAIL : sous-emploi et mésestime des droits des travailleurs.

  7. Promotion des ORGANISATIONS SYNDICALES, en s’adaptant à des situations nouvelles : ex : le conflit entre l’individu travailleur et l’individu consommateur, souvent le même ; le soutien des isolés et des travailleurs des pays en voie de développement….

  8. LES FINANCES : toute la finance et pas seulement quelques secteurs spécialisés attentive aux conditions favorables au développement de l’homme et des peuples.

  9. L AMOUR est INTELLIGENT : il invente des formes de solidarité financière : crédit coopératif

  10. Le nouveau POUVOIR POLITIQUE ET ECONOMIQUE des CONSOMMATEURS

  11. Avec Jean XXIII (PT 293 ; B XVI ONU 2008) souhait d’une réforme de l’ONU et d’une architecture économique et financière internationale.



LE DEVELOPPEMENT DES PEUPLES ET LES TECHNIQUES (CV 68-77) 8

Nous bâtissons notre MOI sur un SOI qui nous est donné. De même, analogiquement pour les peuples. Nous sommes appelés à une liberté vraiment humaine par la reconnaissance du bien qui la précède : ces normes morales fondamentales de la LOI MORALE que Dieu a inscrite en nos cœurs.

LE pape propose ces questions en cinq domaines de grande actualité et nous invite à la réflexion et au partage. 1) LA BIOLOGIE. La TECHNIQUE, MAITRISE DE L’ESPRIT SUR LA MATIERE, est une réalité PROFONDEMENT HUMAINE qui s’inscrit dans la MISSION DE CULTIVER LA TERRE (EN 2,15). Vu son développement on peut penser qu’elle SE SUFFIT A ELLE-MEME. En fait elle s’interroge sur les COMMENT et NON sur les POURQUOI, alors que le vrai développement est une INTELLGENCE CAPABLE DE SAISIR LE SENS PLEINEMENT HUMAIN DU FAIRE DE L’HOMME. D’où sa responsabilité ETHIQUE dans l’usage de la technique.

2) LA PAIX Il faut tout un travail pour la construire et la préserver, mais elle doit aussi s’appuyer sur des VALEURS ENRACINEES DANS LA VERITE DE LA VIE, L’ECOUTE DES POPULATIONS où tant de personnes sont à l’œuvre pour une COMPREHENSION RECIPROQUE.

3) LES MOYENS DE COMMUNICATION SOCIALE eux aussi sont une base anthropologique : la PROMOTION DE LA DIGNITE DES PERSONNES ET DES PEUPLES. En ce sens ils peuvent être une aide précieuse ou un obstacle pour le développement.

4) LA BIOETHIQUE : elle porte la question fondamentale : L’HOMME S’EST-IL PRODUIT DE LUI-MEME OU DEPEND-IL DE DIEU… ? Les découvertes scientifiques en ce domaine sont tellement avancées qu’elles imposent un choix qui les dépasse entre RATIONALITE TECHNIQUE et TRANSCENDANCE. Le REFUS de la TRANSCENDANCE LAISSE OUVERTE LA QUESTION du COMMENT L’ETRE A PU SURGIR DU NEANT, INTELLIGENCE ou HASARD … Foi et Raison ont BESOIN d’un APPORT MUTUEL. De « mondiale » avec Paul VI la question sociale devient anthropologique : on en est arrivés on racines de la vie, au risque de positions négatrices de la dignité humaine.

Cet état de fait a des conséquences NEGATIVES sur le DEVELOPPEMENT : une capacité de sélectionner arbitrairement ce qui AUJOURD’HUI est DIGNE DE RESPECT : le monde riche risque de « NE PLUS ENTENDRE LES PAUVRES QUI FRAPPENT AUX PORTES DE L’OPULENCE » (CV 75) leur conscience devenue INCAPABLE DE RECONNAITRE L’HUMAIN ;

5) LE PSYCHOLOGIQUE : LE MOI EST REDUIT AU BIEN-ETRE EMOTIONNEL alors que le développement de l’homme et des peuples est également lié à la solution des PROBLEMES DE NATURE SPIRITUELLE. LA SOCIETE DU BIEN-ETRE matériellement développé porte des traces de MORT : drogue, désespoir.

Nous expérimentons l’au-delà de ce qui s’explique par la simple matière par des expériences comme la CONNAISSANCE comportant toujours un DONNE au-delà de l’empirique, ou l’AMOUR où toujours quelque chose nous surprend… UN DON RECU qui NOUS ELEVE !

LE DEVELOPPEMENT DEMANDE DES YEUX ET UN CŒUR NOUVEAUX POUR ALLER EN VERITE.

similaire:

Pour aider a la lecture de iconMieux définir le vocabulaire spécifique à l’apprentissage
...

Pour aider a la lecture de iconPour avoir une déclaration accident à lecture correcte et claire,...
«Environnement/tri sélectif» peuvent être sélectionnés et agrandis pour une meilleur lecture

Pour aider a la lecture de iconDes informations pratiques pour vous aider à le remplir

Pour aider a la lecture de iconCe document proposé par l’omedit médico-Social de Franche-Comté et...

Pour aider a la lecture de iconPour vous aider à conjuguer objectifs économiques et équilibre environnemental

Pour aider a la lecture de iconVoici trois astuces pour vous aider à faire des économies au quotidien

Pour aider a la lecture de iconDes questions pour interroger un manuel de lecture au cp pour les enseignants

Pour aider a la lecture de iconAccompagnement scolaire
«papys» s’offrent pour vous accompagner dans vos devoirs et autres tâches scolaires. Cyber Papy offre également une liste de professeurs...

Pour aider a la lecture de iconRapports de lecture écrits pour

Pour aider a la lecture de iconRecommandations de lecture pour les vacances






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com