L’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité»





télécharger 112.56 Kb.
titreL’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité»
page1/3
date de publication13.02.2017
taille112.56 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3
Encyclique
« Caritas in veritate »

« l’Amour dans la vérité »

Guide de lecture

Antenne Sociale du Diocèse de Tarbes et Lourdes

L’Encyclique « Caritas in veritate » « l’Amour dans la vérité »

Guide de lecture
Le Pape Benoît XVI a publié le 7 juillet 2009 l’Encyclique « l’Amour dans la Vérité ». Il a voulu ainsi apporter sa contribution à la réflexion sur la situation mondiale dans le domaine social et économique. Il a voulu lancer à toute l’Eglise et aux hommes de bonne volonté une invitation à reprendre les pistes de travail qu’il nous ouvre.
L’Encyclique ne fournit pas des recettes ou des solutions toutes faites pour répondre avec justesse au développement des peuples. Elle invite à nous ouvrir à des questions qui, sur le plan tant humain que chrétien, sont essentielles dans le jeu des rapports sociaux de plus en plus mondialisés.

L’objectif est ici de porter un regard sur l’état des lieux ainsi que sur les comportements et les actions nouvelles pour un développement de tout l’homme et de tous les hommes. Nous sommes également invités à nous ouvrir à une vision spirituelle renouvelée de l’action humaine dans le service du monde.
Ce guide de lecture, que nous proposons, ne veut en aucun cas se substituer au texte lui-même de l’Encyclique. Il veut, bien au contraire, nous aider à y entrer. Nous présentons tout d’abord le plan général qui fait apparaître la dynamique du message. Par chapitre ensuite, nous avons listé divers extraits parmi les plus significatifs. Ils vous aideront, à travers les questions proposées à la suite, à faire vôtre (seul ou en groupe), les appels, les interrogations et les suggestions que nous lance aujourd’hui Benoît XVI.


Le texte intégral de l’Encyclique est à votre disposition (contact auprès de votre paroisse). Il est fait pour nous tous et non réservé à une élite ou un groupe d’initiés. Cette Encyclique (lettre circulaire) du Pape aux chrétiens et aux hommes de bonne volonté, nous appartient : à nous de la faire nôtre et de la faire connaître autour de nous.

Nous restons à votre service pour toute question complémentaire. Nous disposons d’un matériel audiovisuel pour une rencontre autour de l’Encyclique et une présentation du guide de lecture qui suit. Il appartient à chaque Secteur pastoral ou Ensemble paroissial, Service ou Mouvement d’Eglise, de nous faire signe.

Pour tout contact : Antenne Sociale Diocésaine

Maison Saint Paul

51 Rue de Traynès

65 000 TARBES

Sommaire

P 4 et 5 - Plan général de l’Encyclique

P 6 Introduction

P 7 Chapitre I Le message de « Populorum Progressio »


P 8 et 9 Chapitre II Le Développement humain aujourd’hui

P 10 et 11 Chapitre III Fraternité, Développement économique

et Société civile

P 12 et 13 Chapitre IV Développement des peuples, Droits et

Devoirs, Environnement
P 14 à 16 Chapitre V La Collaboration de la Famille humaine

P 17 et 18 Chapitre VI Le Développement des peuples

et la Technique
P 19 Conclusion

Plan général de l’Encyclique « Caritas in Veritate »

Introduction : (n°1 à 9)

- « La charité dans la vérité » : pourquoi ce titre quand il s’agit du développement ?

L’amour – charité est au cœur de toute relation humaine, de même que la vérité, laquelle inspire toute confiance pour une rencontre équitable.

- Deux priorités dans l’action pour le développement : la justice et le bien commun.
Chapitre I Référence  au message de « Populorum Progressio », (n°10 à 20)

Encyclique de Paul VI sur le développement des peuples, parue en 1967

Dans la tradition de Vatican II, la notion du développement humain intégral (tout

l’homme et tous les hommes) est reprise ici par Benoît XVI après Paul VI :

le développement est défini comme une vocation. Car, à ce niveau, il naît d’un appel

transcendant. Le fondement est ici posé.
Chapitre II L’état du développement humain aujourd’hui. (n°21 à 33)

  • Le point sur la situation mondiale et les questions nouvelles qui menacent l’humanité :- la progression des inégalités,

- la limite du pouvoir des Etats face à la mobilité croissante des capitaux

et des moyens de production.

Diverses conséquences en résultent :- l’affaiblissement des droits sociaux

- l’insécurité alimentaire

- l’uniformisation de la culture e.t.c

- Pour y remédier, invitation à la collaboration de tous (chercheurs, économistes,

théologiens, scientifiques) en vue d’alternatives à mettre en œuvre.
Chapitre III Fraternité, développement économique et société civile (n°34 à 42).

  • Invitation à retrouver dans nos sociétés et au sein de l’économie elle-même, le principe de gratuité et la logique du don.

  • Ouverture sur l’économie sociale et solidaire, ainsi que la responsabilité sociale de l’entreprise.

  • Vision ouverte de la mondialisation (phénomène multi dimensionnel et polyvalent) comme appel à la fraternité entre les peuples.



Chapitre IV Développement des peuples, droits et devoirs, environnement

(n°43 à 52)

  • Invitation à situer les relations entre personnes, groupes ou pays – plus

particulièrement lorsqu’il s’agit d’une action de développement – dans une logique de droit et devoir.

- Dans la crise économique et sociale, rappel de la dignité inviolable de la personne

humaine, ainsi que des normes morales naturelles. 

  • Dans le domaine de la coopération internationale, enjeu des microprojets qui responsabilisent les personnes et les populations.

  • Importance du respect de l’environnement et des ressources naturelles à partager équitablement. Ainsi se construit le présent et l’avenir de l’humanité.


Chapitre V La collaboration de la famille humaine (n°53 à 67)

- La fraternité entre les peuples (la famille humaine) : fondement du développement à

mettre en œuvre dans un cadre mondialisé.

  • La Trinité comme référence et fondement de la vraie fraternité pour les croyants.

  • Enjeu du principe de subsidiarité, allié à celui de la solidarité (respect de la responsabilité de chacun et de chaque peuple pour ne pas tomber dans l’assistanat).

  • L’Encyclique énumère ici quelques aspects de la situation actuelle, abordés dans cette logique en vue d’un développement humain intégral : l’aide au développement des pays pauvres, le tourisme international, les flux migratoires, le chômage et la pauvreté, les travailleurs isolés, les précaires et les organisations syndicales, la finance éthique, le pouvoir des consommateurs et les organisations internationales.


Chapitre VI Le développement des peuples et la technique (n°68 à 77).

- Ouverture à une notion positive de la technique comme maîtrise de l’esprit sur la

matière et résultat du travail et de la recherche de l’homme. Elle s’inscrit dans la mission de cultiver et de garder la terre (cf : Genèse II 15).

- Invitation à ne pas réduire la technique ou l’absolutiser, mais à la situer toujours au

service de l’homme.

  • L’Encyclique met en exergue quelques aspects de la réalité actuelle où la technique

risque de prendre le pas sur les aspirations de l’homme et des peuples : la paix entre

les nations, les médias, les excès de la bioéthique, la question sociale e.t.c.

Conclusion (n° 78 et79)

- Appel aux croyants : «  L’amour de Dieu, nous appelle à sortir de ce qui est limité et non définitif ; il nous donne le courage d’agir et de persévérer dans la recherche du bien de tous, même s’il ne se réalise pas immédiatement…C’est la conscience de l’amour indestructible de Dieu qui nous soutient. » (n°78)

« Le développement a besoin de chrétiens qui ont les mains tendues vers Dieu…conscients que l’authentique développement n’est pas produit par nous mais nous est donné. » (n°79)

Introduction (n°1 à 9)


Benoît XVI rappelle d’abord l’importance de l’amour-charité et de la vérité : « L’amour donne une substance authentique à la relation personnelle avec Dieu et avec le prochain. Il est le principe non seulement des micro relations : rapports amicaux, familiaux, en petits groupes, mais également des macro – relations : rapports sociaux, économiques, politiques ». (n°2)

Quant à la vérité : « …sans vérité, sans confiance et sans amour du vrai, il n’y a pas de conscience ni de responsabilité sociale et l’agir social devient la proie d’intérêts privés et de logiques de pouvoir qui ont pour effet d’entraîner la désagrégation de la société ». (n°5)
Ici, deux priorités se dégagent dans l’œuvre de développement : la justice et le bien commun :

  • « Non seulement la justice n’est pas étrangère à la charité, elle en est inséparable, elle lui est intrinsèque. Je ne peux pas «donner » à l’autre du mien sans lui avoir donné d’abord ce qui lui revient selon la justice ». (n°6)

  • « Il faut prendre en grande considération le bien commun…A côté du bien individuel, il y a le bien lié à la vie en société : le bien commun. C’est le bien du « nous-tous », constitué d’individus, de familles, de groupes intermédiaires qui forment une communauté sociale…C’est une exigence de la justice et de la charité que de vouloir le bien commun et de le rechercher ». (n°7)

Exemple concret : des décisions prises au sein d’une commune ou communauté de communes, concernant l’aménagement du territoire, peuvent porter préjudice aux biens fonciers d’un ou de plusieurs propriétaires, et pourtant contribuer au bien commun de la collectivité (voie de circulation, zone artisanale, déchetterie, e.t.c).
Ces exigences à vivre et à tenir dans « l’amour et la vérité » que sont la justice et le bien commun ne vont pas de soi dans nos sociétés. Les chrétiens ne peuvent les éluder : « L’amour dans la vérité est un grand défi pour l’Eglise dans un monde sur la voie d’une mondialisation progressive et généralisée…L’Eglise n’a pas de solutions techniques à offrir et ne prétend aucunement s’immiscer dans la politique des Etats. Elle a toutefois une mission de vérité à remplir en tous temps et en toutes circonstances, en faveur d’une société à la mesure de l’homme, de sa dignité et de sa vocation ». (n°9)

Questions à reprendre 

-Dans mes responsabilités familiales, sociales, professionnelles (ou autres…) comment j’essaie de vivre à la fois l’amour et la vérité ?

- Là où nous sommes, comment être acteurs d’un développement au service de la justice et du bien commun ?

-Comment l’Eglise locale peut-elle remplir cette « mission de vérité » en faveur d’une société à la mesure de l’homme, de sa dignité et de sa vocation ?

Chapitre I
Le message de « Populorum Progressio » (n°10 à 20)
Plus de quarante ans après sa publication « en 1967, Benoît XVI nous invite à relire l’Encyclique du pape Paul VI «  Populorum progressio » (« Le développement des peuples ). L’Encyclique « La charité dans la vérité » s’inscrit dans le sillage du Concile Vatican II et de l’enseignement des divers papes qui l’ont suivi.
Dans le message de Paul VI, Benoît XVI détecte deux grandes vérités :

  1. « Toute l’Eglise, dans tout son être et son agir, tend à promouvoir le développement intégral de l’homme quand elle annonce, célèbre et œuvre dans la charité. Elle a un rôle public qui ne se borne pas à ses activités d’assistance ou d’éducation, mais elle déploie toutes ses énergies au service de la promotion de l’homme et de la fraternité universelle ». (n°11)

  2. « Le développement authentique de l’homme concerne unitairement la totalité de la personne dans chacune de ses dimensions ». D’où l’enjeu d’une ouverture à l’absolu : « sans la perspective d’une vie éternelle le progrès humain demeure en ce monde privé de souffle. Enfermé dans l’histoire, il risque de se réduire à la seule croissance de l’avoir ». (n°11)


Le message du pape Paul VI donnant toute sa dignité à l’œuvre de développement est repris à partir de son exhortation sur l’annonce de l’Evangile (« Evangelii nuntiandi ») : « Le témoignage de la charité du Christ à travers les œuvres de justice, de paix et de développement, fait partie de l’évangélisation car, pour Jésus-Christ, qui nous aime, l’homme tout entier est important ». (n°15)
L’action de développement s’appuie sur des moyens matériels et humains. Elle fait appel à divers outils et services techniques, elle s’inscrit dans des programmes ou plans concertés. Mais, pour le croyant, elle reste d’abord une réponse à une vocation : « Dans le dessein de Dieu chaque homme est appelé à se développer car toute vie est vocation ».

(n°16), et : « …définir le développement comme une vocation, c’est reconnaître, d’un côté, qu’il naît d’un appel transcendant et, de l’autre, qu’il est incapable de se donner à lui-même son sens ultime…Il n’y a d’humanisme vrai qu’ouvert à l’absolu » (n°16)

Cette vision du développement (comme développement humain intégral), perçue comme une vocation

-suppose la liberté responsable des personnes et des peuples.

-exige qu’on en respecte la vérité.

-implique que la charité (recherche de fraternité entre les hommes et les peuples), y occupe une place centrale (n° 17.18et 19)


Questions à reprendre 

-Comment l’Eglise locale, dans tout son être et son agir contribue-t-elle à promouvoir le développement intégral de l’homme ?

- Comment l’Evangile nourrit-il concrètement nos engagements -dans nos vies personnelles, nos communautés, notre vie publique e.t.c…- en faveur d’une société de liberté et de justice ?

-Comprendre le développement comme une vocation : comment accueillons-nous cet appel et quel sens lui donnons-nous dans les lieux où nous intervenons ?

Chapitre II
Le développement humain aujourd’hui (n°21 à 33)
Plus de quarante ans après l’Encyclique du pape ¨Paul VI sur le développement des peuples (1967), Benoît XVI fait le point de la situation mondiale. Même si un certain développement s’est réalisé, il continue d’être meurtri « par des déséquilibres et des problèmes dramatiques…  qui ont un impact décisif sur le bien présent et futur de l’humanité » (n°21).
L’Encyclique nous invite pourtant à assumer la situation présente et à faire face à l’avenir : « La crise nous oblige à reconsidérer notre itinéraire, à miser sur des expériences positives, elle devient occasion de discernement, elle nous met en capacité d’élaborer de nouveaux projets. »(n°21)
Parmi les phénomènes les plus apparents le pape souligne :

  • les inégalités qui se retrouvent, et même progressent, tant dans les pays riches que dans les pays pauvres, alors que la richesse mondiale augmente en terme absolu (n°22)

  • les limites du pouvoir des Etats face à la mobilité croissante des capitaux financiers et des moyens de production au plan international.

Il s’en suit évidemment des fragilités nouvelles. La mobilité du travail liée à une déréglementation généralisée a conduit à un affaiblissement de la protection sociale et des droits des travailleurs dans le système économique mondial.
Benoît XVI n’hésite pas à reprendre ici l’appel du pape Léon XIII à la fin du XIX° :

«  Les organisations syndicales (ouvrières ou paysannes) éprouvent de grandes difficultés à remplir leur rôle de représentation des travailleurs…L’invitation, formulée déjà en 1891 dans l’Encyclique « Rerum novarum », à susciter des associations de travailleurs pour la défense de leurs droits, est aujourd’hui plus pertinente encore qu’hier, ceci afin de donner une réponse à l’urgence d’instaurer de nouvelles synergies au plan international comme au plan local » (n°25)

Il conclut en rappelant le sens de l’homme dans la pensée sociale de l’Eglise : « L’homme, la personne dans son intégrité, est le premier capital à sauvegarder et à valoriser. En effet, c’est l’homme qui est l’auteur, le centre et la fin de toute la vie économique et sociale » ( n°25)
Le développement des peuples s’articule sur leurs identités culturelles. Or, à ce jour, on assiste à un nivellement des cultures qui produit une uniformisation des comportements et des styles de vie : « Le risque existe de réduire l’homme à un donné purement culturel. Quand cela advient l’humanité court de nouveaux périls d’asservissement et de manipulation ». (n°26)

A ce jour encore un milliard d’êtres humains (soit une personne sur 6 dan le monde) souffre de malnutrition. L’Encyclique invite ici à l’action : « L’insécurité alimentaire doit être affrontée dans une perspective à long terme…en promouvant le développement agricole des pays les plus pauvres…en impliquant les communautés locales dans un souci de durabilité. Il est nécessaire que se forme une conscience solidaire qui considère l’alimentation et l’accès à l’eau comme droits universels pour tous les êtres humains, sans distinctions, ni discriminations » .( n°25)


Parmi les questions qui menacent le développement des peuples, le Pape souligne le non respect de la vie tant à l’origine (pratique tant de l’avortement que de la stérilisation) qu’à la fin (place des vieillards et de l’handicap lourd). Il en appelle à l’accueil et au respect de la vie. L’ouverture à la vie n’est-elle pas la base même de tout développement humain ?
En terminant ce chapitre sur l’état du développement aujourd’hui, Benoît XVI invite les scientifiques, les philosophes et les théologiens à œuvrer ensemble en confrontant leurs analyses et leurs perspectives :

« Les évaluations morales et la recherche scientifique doivent croître ensemble. La charité doit les animer en un ensemble disciplinaire harmonieux. La doctrine sociale de l’Eglise a une importante dimension inter disciplinaire Elle permet à la foi, à la théologie, à la métaphysique et aux sciences de trouver leur place en collaborant au service de l’homme » (n°31)

« Il s’agit d’élargir la raison et de la rendre capable de comprendre et d’orienter de nouvelles dynamiques dans la perspective de la « civilisation de l’amour » dont Dieu a semé le germe dans chaque peuple et culture » (n°33).
Questions à reprendre 

L’Encyclique évoque, dans ce chapitre II, de nombreux aspects de la réalité d’aujourd’hui, qui conditionnent, empêchent ou favorisent le développement des hommes et des peuples :
- d’après vous quels sont les plus importants et les plus marquants ? Dans quels sens ?
- y aurait-il d’autres aspects de la réalité actuelle qui ne sont pas mentionnés ? Lesquels ?
- face à ces diverses réalités, comment pouvez-vous intervenir seul ou avec d’autres ?
- que peut faire l’Eglise pour favoriser le développement de tout l’homme et de tous les hommes, soit au plan local soit plus largement ?
  1   2   3

similaire:

L’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité» iconLe Crépuscule des idoles Nietzsche From Wikisource Avant-propos
«La vérité ? Oh ! vous ne connaissez pas la vérité ! N'est-elle pas un attentat contre notre pudeur ?»

L’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité» iconBenoît XVI offre a l’eglise une encyclique sur l’esperance
«spe salvi facti sumus» dans l'espérance nous avons tous été sauvés, dit saint Paul aux Romains et à nous aussi

L’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité» icon2. Le voyage et mon séjour
«Dans ces temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire», Georges Orwell

L’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité» iconUne société sans conflits est-elle souhaitable ?
«amicale/hostile» à la production de la vérité qui ne s’obtient que dans l’épreuve de la réfutation. Voir aussi la sous-partie sur...

L’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité» iconLa vérité sur le programme du Front National
«Il n’y a aucune place, ni dans notre point de vue ni dans notre pratique, pour le racisme, la xénophobie, l’autoritarisme, la morgue...

L’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité» iconBibliographie du dossier sur la philosophie : 21 Weber et le discernement...

L’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité» iconRapport Juridique
«Le Pontife romain peut et doit se réconcilier et transiger avec le progrès, le libéralisme et la civilisation moderne» au motif...

L’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité» iconLe rire recueil de citations
«Tout, dans la vie, est une question de savoir rire. Le rire, c’est ma thérapie. L'amour, l'amitié, c'est surtout rire avec l'autre,...

L’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité» iconSynthèse du rapport de la Commission pour la vérité sur la dette grecque

L’Encyclique «Caritas in veritate» «l’Amour dans la vérité» iconRecherches 02 lacan textes et conferences
«Le Mythe individuel du névrosé ou poésie et vérité dans la névrose» est une conférence donnée au Collège philosophique de Jean Wahl....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com