Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique





télécharger 51.64 Kb.
titreManuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique
date de publication12.02.2017
taille51.64 Kb.
typeManuel
e.20-bal.com > économie > Manuel
GEOGRAPHIE TERMINALE ES
Thème 1 : Un espace mondialisé

Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89

Problématique
Quels sont les flux, les lieux, les acteurs et les enjeux de la mondialisation dans l’organisation de l’espace mondial?
Notions
Mondialisation, flux, centres d’impulsion, métropoles, développement, développement durable, Etats, frontières, aires de civilisation.

Plan du cours

Introduction : la notion de mondialisation
I. Mondialisation et interdépendance


  1. Un monde caractérisé par la multiplication des flux (croquis)

  2. Acteurs et lieux de la mondialisation




      1. Les autres logiques d’organisation de l’espace mondial




  1. Plusieurs formes d’organisation de l’espace

  2. La montée des contestations : les altermondialistes

C. L’enjeu du développement durable
INTRODUCTION : Qu’est-ce que la mondialisation ?
La mondialisation : c’est avant tout un processus amorcé depuis plusieurs siècles (l’Empire romain était déjà une 1ere forme de mondialisation), en lien avec l’urbanisation, la diffusion du système capitaliste, les progrès du libre-échange (dès le XIXeme siècle mais surtout depuis les accords du GATT en 1947), la baisse du coût des transports (révolution des transports amorcée au XIXeme siècle avec les chemins de fer: le marché s’élargit).

Elle est donc inséparable de la monétarisation et de l’industrialisation. (acquis de la classe de 1ere : leçon sur l’Age industriel).

Le terme anglais « globalisation » est apparu aux EU au début des années 1980.

Dans les années 1990, avec l’effondrement du communisme, l’ouverture de la Chine et

l’essor des NTIC, la mondialisation a franchi un seuil : la contraction inédite de l’espace-temps et l’hégémonie du système libéral d’économie de marché (le système communiste d’économie collectivisée ayant atteint son terme)

.

- Aujourd’hui, la mond° résulte de nouvelles interdépendances entre de multiples acteurs (Etats, institutions et organismes internationaux, ensembles régionaux comme l’UE, FMN).

- Elle se déploie à la fois dans le champ de l’international (cad des relations entre les Etats. Ex : décisions prises à l’ONU) mais aussi dans le champ transnational (où les frontières des Etats tendent à disparaître. Ex : flux de capitaux passant directement par internet et non plus par les places boursières qui restent des lieux symboliques.


  • Les interventions des différents acteurs de la mond° se croisent, se combattent, s’additionnent et forment des réseaux (associant axes et nœuds de com° comme les villes) nécessaires à l’organisation des flux.


Illustration : Transparent des notions clé en géo au lycée = mise en système.

I. Mondialisation et interdépendance


  1. Un monde caractérisé par la multiplication des flux (croquis)


Etude d’un croquis sur transparent
1ere impression à l’oral : d’après ce croquis, comment s’organise l’espace mondial ?
ACTIVITE ELEVES
Q1/ Observez et décrivez les différents types de flux grâce à la légende et la taille des figurés.

Q2/ Identifiez les pays émetteurs et les pays récepteurs afin de comprendre où se situent les centres d’impulsion de la mondialisation.
1ere observation : les flux relient des espaces interdépendants qui fonctionnent en réseaux d’échanges.
Types de flux représentés ici : Penser à la critique du doc : Sélection pertinente des inf° ?

Comment cartografier la multitude des flux ? Il faut choisir des ex caractéristiques et insister sur les grandes directions de ces échanges.
Réponse
-1. Les flux majeurs Nord/Nord (marchandises, capitaux, hommes, technologies) mettent en évidence la polarisation des échanges au sein de la Triade.
Critique carte : ces flux sont représentés par des flèches de taille égale. Sauf pour les flux majeurs intra-asiatiques entre Japon, Taïwan et Singapour.
- 2. Flux Nord/ Sud : se sont surtout les capitaux (= les investissements directs à l’étranger) et les produits de hte technologie, à forte valeur ajoutée.
- 3. Flux Sud/Nord : matières 1eres = pétrole : Moyen-Orient = principal émetteur. Puis : Maghreb (Algérie, Libye), Afrique de l’Ouest (Nigeria, Soudan), Venezuela. Les migrants pour des raisons éco. Et les produits manufacturés (Chine = atelier du monde)
EU pour les migrants issus d’Asie et d’Amérique centrale

UE pour les migrants venus d’Afrique, du Maghreb et de la Turquie.

Pôle de moindre importance : Australie pour les migrants asiatiques du Vietnam et autres pays en dvt.


  • 4. Flux Sud/Sud : non mentionnés sur le croquis mais ils sont importants. Flux intra-zones : ex = dans l’ASEAN. Plus les flux de main d’œuvre vers les pays pétroliers du Sud. Ex : les E.A.U (Emirats arabes unis) comme Dubaï ou encore le Qatar, le Koweit, qui attirent une main d’œuvre peu qualifiée d’Afrique et d’Asie, dans le bâtiment et travaux publics.


Bilan 

1er constat : La dissymétrie des flux permet de souligner la dissymétrie des échanges entre Nord et Sud et la domination des échanges Nord-Nord, entre les 3 aires de puissance de la triade.
2d constat : la nature des flux a évolué depuis les années 1970. Avant : domination des sources d’énergie et matières 1eres dans les échanges. Aujourd’hui : davantage de produits manufacturés (75% du commerce des biens) et augmentation rapide des échanges de services (21% des transactions mondiales).


B. Acteurs et lieux de la mondialisation
a. Les acteurs de la mondialisation
1. Les Etats : Quel est le rôle des Etats dans la mondialisation ? Leur pouvoir est-il remis en question ?

Sont-ils encore des acteurs-clé ou bien ont-ils été marginalisés ? (dissolus dans les ensembles régionaux, effacés derrière le pouvoir du capital)
2. Les institutions et org° mondiales : le G20, le FMI, la Banque mondiale, l’OMC, etc.

Elles fixent des règles communes.
3. Les FMN : Michelin, Carrefour, Danone, Total, General Motors, Microsoft, les grandes banques et assurances, etc.

Ces firmes transcendent les frontières, : le pouvoir éco semble parfois plus fort que le pouvoir pol.
4. Les ONG : c’est la société civile. Elles dénoncent les politiques menées par les Etats, les grandes institutions, et les dangers liés au pouvoir éco des FMN. voir partie II du cours
5. Les organisations illicites : Sociétés fantômes chargées de blanchir l’argent sale dans les paradis fiscaux…suite aux trafics de drogues, d’armes, etc.

b. Les espaces « moteur » de la mondialisation 
Intro : L’organisation de l’espace mondialisé peut s’interpréter selon le modèle géographique « centres »/ « périphéries ». Ainsi, il apparaît plusieurs centres d’impulsion exerçant une influence sur des périphéries plus ou moins bien intégrées à la mondialisation.
1/ La triade
DEF Triade = désigne les 3 aires de puissance majeures du monde : Amérique du Nord, UE, et ensemble asiatique formé par le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, la façade littorale de la Chine et Singapour. Chiffre à retenir : avec slt 20% de la pop° mondiale, les pays de la triade contrôlent 81% du PIB mondial.
- Retenir : la triade est composée d’espaces à la fois interdépendants et concurrents.

Les échanges entre les 3 pôles donnent lieu à de fréquents différents ou conflits en matière de commerce. Ex : moratoire de l’UE sur les OGM américains jusqu’en 2004 au nom du « principe de précaution », boycott de l’UE des « bananes dollars » subventionnées par les EU. Autres contentieux avec les EU : concernant la PAC, ou Airbus (soutenu pas les Etats européens) face à Boeing.

2/ Les interfaces
Def° : Une interface : zone de contact et d’échanges entre deux systèmes ou espaces distincts.
CF transparent 5 (Hatier 2004): interfaces mentionnées en légende

Qst° élèves : Repérer les principales interfaces dans le monde
Ex1 : littoral = interface entre mer et terre. Rôle majeur de l’espace méditerranéen (depuis l’empire romain) et en Asie l’espace maritime entre Océan Indien et Mer du Japon

Ex 2 : Frontière mexaméricaine = interface entre Nord et Sud.

Les espaces frontaliers et littoraux profit et de la mond° avec la libéralisation des échanges et la baisse des droits de douane. Des complémentarités se tissent de part et d’autre des frontières. Ex : les maquiladoras (usines US) à la frontière mexaméricaine créent des emplois côté mexicain.

3/ Les métropoles de rang mondial ou ville-monde, jouent un rôle majeur dans la mond° 
CF livre : Le Produit urbain Brut des plus grandes villes du monde
Qst° élèves : Quelles sont les villes qui constituent les principaux îlots de richesse 

= Villes dont le PUB est entre 850 et 1500 milliards de dollars par an, ou plus ?
Asie : Tokyo, Séoul, Osaka, Nagoya.

Europe : Londres, Paris, Bruxelles + conurbation de la Rhur

EU : NY-Philadelphie, Washington-Baltimore, LA, San Francisco,
Ce sont les pôles décisionnels ainsi que les sièges des organisations internationale et des FMN (Ex : ONU à NYC, OMC à Genève). Dans les pays intermédiaires et du Sud, les métropoles joue un rôle de relais : Ex : Moscou, Dubaï, Sao Paulo, Johannesburg, Bombay, Mexico, etc
Retenir : La mond° renforce la concentration des fonctions stratégiques dans quelques grandes villes qui fonctionnent en réseau et forment l’archipel mégalopolitain ou métropolitain mondial. CF schéma 6 p 37

Ex : Réseau de relations étroites entre NYC, Tokyo, Londres (3 + grandes places boursières).

Conclusion : les effets de la mondialisation
On évolue désormais dans un monde rétréci, plus fluide mais aussi paradoxalement plus concentré et polarisé par la triade et les plus grandes villes.

Aspects négatifs : La mondialisation renforce les inégalités entre pays riches et pays pauvres. Les grandes puissances occidentales protègent leurs marchés intérieurs et subventionnent leurs productions agricoles. Tandis que certains pays du « Tiers-Monde » sont condamnés à exporter pour assumer le fardeau de leur dette et compenser la faiblesse de leur marché intérieur. Ils ont été soumis à des plans d’ajustement structurel imposés par le FMI et la Banque mondiale depuis les années 1980. CF extrait vidéo du DVD sur l’autre mondialisation

Aspects positifs : la mond° permet une diffusion des innovations et des progrès techniques.
Sous l’effet de la mond°, la mobilité des unités de production (= les délocalisations) engendre une nouvelle division internationale du travail : matière grise au Nord pour la conception, le marketing, la com°, et tâches d’exécution au Sud dans les pays ateliers, chargés de la fabrication. Mais ces derniers parviennent ainsi à une élévation progressive de leur niveau de vie (apparition d’une classe moyenne).

Les transferts progressifs de technologies des pays dvpés vers les pays émergents permettent une intégration et un rattrapage des Etats du Sud Est asiatique.
Remarque : les économies des Etats du Sud sont aussi fortement influencés par un certain nombre de flux illicites non mentionnés sur les cartes, car très difficiles à estimer.

Ex : le travail au noir, le plus répandu dans les pays en dvt, n’est pas pris en compte.

D’importants capitaux circulent dans l’ombre : le blanchiment de l’argent passe par des paradis fiscaux et masque les flux très lucratifs de marchandises telles que la drogue ou les armes.


  1. Les autres logiques d’organisation de l’espace mondial




  1. Plusieurs formes d’organisation de l’espace


1 : Les aires de civilisation

Définition : Une aire de civilisation est une entité géographique pouvant être considérée comme un espace culturel fondé sur un ensemble de caractères matériels, moraux, religieux, linguistiques, artistiques et sociaux communs à une société ou à un groupe de sociétés. Une aire de civilisation ne peut donc pas s’identifier à un seul trait culturel. C’est ce qui rend cette notion difficile à appréhender et explique la diversité des classements possibles. L’aire de civilisation est un produit de l’histoire, s’inscrivant dans le temps long, mais aussi un objet dynamique. Les aires de civilisation peuvent être plus vastes que leur foyer originel, avoir des frontières mouvantes, s’interpénétrer, se développer en des lieux discontinus. De plus, sur un même territoire, peuvent cohabiter plusieurs civilisations. Des groupes sociaux mêlent ainsi des traits culturels empruntés à des civilisations différentes.

Le mot « civilisation » date du siècle des Lumières : le XVIIIeme siècle. Du latin civis = citoyen, càd habitant de la cité, une société régie par des lois, donc homme civilisé.
Def° simple à retenir : Ensemble des sociétés comportant des traits communs : valeurs, pratiques, croyances, représentation du monde, etc. Elles ne s’arrêtent pas aux frontières des Etats, leurs limites sont floues. Elles sont avant tout le produit de l’histoire, plus que de la géographie.

Deux critères servent de repères : les religions et les langues. Mais une grande variété d’approches traduit la subjectivité de cette notion.

Fernand Braudel est le 1er à en parler. Récemment, Samuel P. Huntington a repris ce concept géographique. Il est l’auteur du Choc des civilisations  en 1997.

Ils distinguent entre 7 et 9 aires de civilisation dans le monde.

Certaines sont très anciennes : les civilisations Hindoue et chinoise ont plus de 3500 ans. D’autres sont plus récentes : la civilisation musulmane est apparue avec Mahomet au VIIeme siècle (l’Hégire : 622).

La civilisation occidentale est la plus étendue : elle est née en Europe au Moyen Age et s’est étendue sous l’effet de la colonisation, en Amérique et en Océanie (Australie + Nouvelle-Zélande). Ses limites sont controversées à l’Est de l’Europe (cultures slaves, nordiques) et en Amérique Latine (mélange de cultures précolombiennes, occidentales et africaines).
Rappel : Shintoïsme : religion officielle du Japon jusqu’en 1945. Polythéisme animiste se traduisant souvent par l’exaltation de l’empereur et de la race japonaise.

2 : Le retour des Etats
Postulat : les Etats continuent à organiser la mondialisation malgré l’effacement des frontières.

Pourquoi ?

  • La mondialisation est née de choix politiques et de stratégies économiques dirigées par les Etats capitalistes les plus puissants. Ils ont imposé leur point de vue libéral au reste du monde et renforcé leur domination par la dérégulation des marchés (suppression partielle ou totale des règles limitant la concurrence entre les entreprises d’un même secteur ou entre Etats).

  • L’Etat demeure un acteur central pour assurer la défense de ses intérêts, les besoins collectifs de sa population et de ses entreprises.


Exemple : actuellement dans le contexte du Krach boursier, l’Etat américain vient de sauver de la faillite AIG, le n°1 américain de l’assurance, ainsi que 2 grandes banques d’affaire : Merrill Lynch et Lehman Brothers, victimes de la crise du crédit (la crise des subprimes = crédits hypothécaires. Merrill Lynch a été sauvé par la Bank of America (35 milliards de dollars réinjectés cette semaine). Lehman s’est placée sous la protection de la loi sur les faillites. Depuis début septembre, 2 géants du financement hypothécaire ont été placés sous tutelle fédérale : Fanny Mae et Freddie Mac.
- L’Etat agit et rend l’espace national plus ou moins attractif par ses choix budgétaires ses lois, sa politique d’aménagement du territoire.

Ex : création de zones franches pour attirer les entreprises étrangères.
- La politique étrangère menée par chaque Etat peut bouleverser les relations internationales et les stratégies d’alliance.

Ex : la guerre en Irak = décision unilatérale des EU, contre l’avis du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Ex : Décision d’embargo envers un pays.
- Les Etats font cependant face à des réseaux dont le champ d’action dépasse leurs frontières. Ex : les ONG, les réseaux illicites = économie parallèle.
3. Les ensembles régionaux tels que l’UE, l’ALENA, le MERCOSUR et l’ASEAN.

CF croquis sur transparent.


Nom

Date de création

Type d’organisation

UE 

1957

Organisation la plus intégrée = accords éco et politiques (espace Schengen depuis 1995)

27 Etats mb.

ALENA

1994

Association de libre échange nord-américain en, entre Canada, EU, Mexique

MERCOSUR

1991


Marché commun des pays du sud (américain)

ASEAN ou ANSEA 

1967

Association des nations de l’Asie du Sud Est. Zone de coopération économique




  1. La montée des contestations : les altermondialistes


CF Etude du DVD « L’Autre mondialisation » : CF questionnaire

+ Etude d’un ensemble documentaire



  1. L’enjeu du développement durable


L’environnement n’a pas de frontières. La prise de conscience récente du changement climatique lié à l’émission massive de gaz à effet de serre depuis les années 1950 ouvre une ère nouvelle.

La notion de dvt durable : née dans les années 1980 afin de mettre en évidence les limites de certains modes de croissance et de dvt qui dégradent irrémédiablement le patrimoine naturel de l’humanité.

Def° simple de dvt durable: c’est un développement qui répond aux besoins présents d’un pays sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins.
Le dvt durable doit être pensé à l’échelle mondiale, non slt en terme de pollution et de climat mais aussi concernant la croissance démographique, la croissance urbaine, les migrations de populations. Le dvt durable se situe au point d’équilibre entre les sociétés, l’économie et l’environnement. Les 3 domaines sont en interaction constante.

Enjeu : cette notion est prise en compte dans les sociétés industrialisées qui ont atteint un certain niveau de richesse. Mais les pays en dvt n’ont pas les moyens de penser en terme de dvt durable. Quand il s’agit d’atteindre l’autosuffisance alimentaire, on cherche à accroître les rendements avant tout.
Illustration : Du protocole de Kyoto en 1997 à la Conférence de Copenhague en 2009
Quels acteurs ? Les ONG (Greenpeace), les Etats, les lobby, les organisations internationales (ONU : Sommet de la Terre en 1992 à Rio), les communautés (Inuits

Quels enjeux ? Divergence des intérêts entre les Etats, inégalités de dvt, l’environnement déjà dégradé et le climat modifié

Quel avenir ? La poursuite des négociations. L’UE tente de montrer l’exemple.

Le protocole a fixé des objectifs à atteindre entre 2008 et 2012. Ex : réduction de 8% des gaz à effet de serre pour l’UE. Mais après 2012 ? Que deviendront ces normes ? Il faudra simplifier les règles de commercialisation des émissions, pour permettre aux PED de vendre leurs excédents de quotas, s’ils ne les utilisent pas.

En Déc 2009, la Conférence de Copenhague a été un échec. On constate que les intérêts éco des grandes puissances comme la Chine ou les EU priment encore sur la dégradation de l’environnement.

Conclusion du chapitre
Face au processus accéléré de la mondialisation depuis les années 1990, plusieurs logiques se superposent : les logiques nationales (ex : assurer la protection sociale et la sécurité des citoyens) doivent désormais s’articuler avec les logiques régionales (Ex : directives européennes au sein de l’UE) et mondiales (Ex : règles fixées par l’OMC).

Dans ce contexte, les Etats continuent à jouer un rôle central (malgré la tendance à l’effacement des frontières) dans les accords multilatéraux. L’actualité démontre également leur importance dans la gestion de la crise financière mondiale, révélée en septembre 2008.

L’enjeu majeur posé aujourd’hui à l’échelle planétaire est la réduction des inégalités entre les Nord et les Sud (Ex : le rattrapage économique de l’Afrique permettrait de réduire les migrations clandestines).

Face à certaines dérives liées au libéralisme, on assiste à la naissance d’une conscience écologique et citoyenne, à l’échelle planétaire, qui tente de donner une dimension sociale et humaine à ce processus de mondialisation où le pouvoir économique semble être devenu le plus fort.
TRAVAIL MAISON ELEVES : FAIRE CROQUIS DE SYNTHESE à partir du livre de géographie (p 45).





similaire:

Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique iconManuel Hachette 2008 : p 200 à 253

Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique iconManuel Hachette 2008 : p 146 à 199

Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique iconManuel Hachette 2008 : p 200 à 253
«pays émergents» voisins de l’Asie du Sud-Est tels que : les Philippines, le Vietnam, l’Indonésie, la Malaisie ou la Thaïlande, débordant...

Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique iconSauf mention contraire, tous les documents cités proviennent du manuel...

Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique iconSauf mention contraire, tous les documents cités proviennent du manuel...

Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique iconManuel de ses ( Hachette 2012) Partie i-présentation du document
«utiliser une echelle semi-logarithmique sur l’axe des y revient à construire lny en échelle ordinaire»

Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique iconMacroéconomie I magistère première année S. Brana Plan
«Economie politique», vol. 3 «Macroéconomie», cinquième édition, Hachette supérieur, Les fondamentaux, 2008

Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique iconManuel Bordas page 233 Question
«Pratiques culturelles», données 2008, deps, ministère de la culture, 2011. Pour en savoir plus

Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique iconSauf mention contraire, tous les documents cités proviennent du manuel...
«jeune», les Etats-Unis, nés avec la déclaration d’indépendance de 1776, puis la proclamation de la plus vieille constitution démocratique...

Manuel Hachette 2008 : p 14 à 89 Problématique iconManuel Magnard ts : p. 118 à 144 Problématique
«nouvel ordre mondial». La fin de la guerre froide ne signifie cepandant pas la fin des conflits dans le monde. On assiste au contraire...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com