Pib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes





télécharger 147.93 Kb.
titrePib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes
page2/4
date de publication12.02.2017
taille147.93 Kb.
typeDocumentos
e.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4

TXM= 1 – (sN) / p.PMRT.N) = 1 – (s / (p.PMRT)
Le taux de marge, permet de caractériser, les menaces et les rapports de force, qui existent entre nos 3 acteurs. La part de VA qui est ponctionnée par les AC, est une fonction croissante du prix, une fonction décroissante du taux de salaire nominal et une fonction croissante de la productivité moyenne réelle du travail.
*  1er exemple : La variable prix
Le partage de la VA se modifie en fonction des variations de prix. Ces prix sont eux mêmes contrains par la structure des marchés.

- En concurrence pure et parfaite, pas de variations de prix. Le taux de marge reste stable.

- Pour tes structures de marchés oligopolistiques voire monopolistiques les prix tendent a augmenter, le taux de marge augmente, le partage se fait en faveur des AC.

Ex: téléphonie mobile, avant 2005 les prix étaient très important, en 2005 le conseil de la concurrence pénalise SFR, Bouygues et Orange (534 millions d'euros?).Après 2005, le marché fait apparaître des prix plus bas et devient plus concurrentiel car les prix pratiqués sont plus basa avec l'entrée de Free. Par conséquent le TXM a diminué. L'intervention de l'État, permet de réguler les prix et donc atténue les transformations du partage de la VA.
*  2ème exemple : La variable salaire (baisse du taux de salaire nominal)
A partir de 2003 en Allemagne, il y eu une baisse significative tu taux de salaire nominal. A contrario, les syndicats peuvent faire diminuer le TXM avec leurs demandes.
*  3ème exemple : PMRT (Productivité)
En France, la productivité est très bonne mais a largement diminué, elle a longtemps bénéficié d'une forte PMRT. Elle a fortement reculé depuis 2008, la Chine étant en tête de liste des pays avec une très forte productivité.

Les stratégies des AC, sont d'embaucher une main d'œuvre efficace de manière à bénéficier d'une forme PRMT (délocalisation).
*  4ème exemple : Les compensations.
Le partage de la VA est parfois plus complexe car les 3 variables subissent simultanément des variations.


b) Les rapports de force.
Toutes les variables qui composent le TXM peuvent être caractérisées par des rapports de force.

- Le taux de salaire nominal « s », dépend des rapports de force entre syndicats d'une part et les AC et D d'autre part.

- Le vecteur prix « p », dépend de la concurrence au sein des entreprises d'une même branche.

- La PMRT, caractérise l'efficacité de la main d'œuvre mais elle dépend aussi de la manière donc les dirigeants contraignant les exécutants à obtenir des résultats toujours plus élevés.
Exercice

s= 2,55 - P=3 - PMRT= 1,25 - S= 102

1) Calculez le TXM de manière différente

2) Le taux de salaire passe de 2,55 à 2,8125, commentez le résultat obtenu en calculant le nouveau TXM.
c) Les TXM en France de 1860 à nos jours.
Forte baisse entre 60 et 82, ensuite entre 1982 et 2010 on a une augmentation assez constante mais avec des variations.

En France, le TXM, est passé, de 30% en 1960 à environ 25% en 1980. Sur cette même période, le taux d'investissement à suivi la même évolution. La désindexation des salaires, par rapport aux prix, à permis à partir de 1982, au TXM de remonter jusqu'à un maximum de 33% en 1989, pour se stabiliser ensuite jusqu'en 2010 à la valeur de 29-30%.

Entre 1982 et 2010 c'est l'influence exercée par P qui va permettre au TMX de remonter. Cette loi a été nécessaire au redressement du taux d'investissement.
d) TXM, investissement et bénéfices.
On ne peut pas savoir si un partage va être équitable ou non sans analyser les investissements et les bénéfices. La simple analyse du TXM ne permet pas de savoir si les AC ont vu leur situation se dégrader ou s'améliorer.

Est-ce que l'augmentation des prix traduit nécessairement une augmentation des rémunérations des AC ?

Non, il peut y avoir augmentation de la capacité d'autofinancement des entreprises. Ou des investissements. Le TXM donne juste une indication de ce que peux être le partage de la VA.

La réponse est négative, un TXM peut s'accompagner, d'une augmentation du taux d'investissements, une augmentation, des fonds propres (des capacités d'autofinancement). Une augmentation du TXM peut donc traduire ou cacher une détérioration des rémunérations des apporteurs de capitaux.
V – Partage de la VA et fonctionnement des marchés financiers.
En quoi le fonctionnement des marchés financiers peut avoir des impacts sur les rémunérations des individus ?
1) Actions et Dividendes.
Une action, ou un titre, représente, la plus petite part de capital; les entreprises étant cotées sur différents marchés, à valeurs industrielles, (cac40..) ou des marchés à valeur technologiques telles que le nasdac? aux USA. Les titres peuvent être achetés pas les AC, les D et les E. Chaque détenteur de titre, des dividendes tout dépendra de son statut actionnaire majoritaire ou actionnaire ordinaires.
2) Liquidités et Pulsions.
Un marché est fortement liquide lorsque les couts de transaction sont faibles, et lorsqu'ils favorisent l'achat et la ventre de titres, la liquidité est renforcée, par l'existence de marchés secondaires, et par la rapidité des ordres qui sont passés sur le marché. (Comparaison entre THROGMORTON Street et WALL Street)
Pulsion acquisitive → on est AC, et rémunéré par les dividendes, on essaye de faire des arbitrages de manière à pouvoir bénéficier de dividendes et d'en maximiser le montant. On veut constamment acquérir de nouveaux titres.

Les AC peuvent bénéficier d'un avantage, ils peuvent en effet se procurer plus de titres et par conséquent devenir actionnaire majoritaire. Ceci lui confère plus de richesses et la volonté de devenir plus riche, s'appelle pulsion acquisitive.
Pulsion de domination → ont poussé bcp à créer des empires. Elles ont été permises par la liquidité des marché financiers et peut permettre un partage qui sera égal ou pas. Dans les EMC la capacité des individus à créer de grands groupes, à créer de nouveaux projets ou des empires (Google, Microsoft..) peut ne pas avoir de limite. L'accroissement de la liquidité, favorise la manifestation de ces deux pulsions (transformation du partage de la VA).
3) Rapports de force D/E.
La croissance interne représente le processus d'augmentation des parts de marché, d'une entreprise par la mise au point de produits ou de projets innovants. Les dirigeants font donc pression sur les exécutants; ils exigent en effet une main d'œuvre efficace et innovante (PMRT). La croissance externe, repose sur un processus d'acquisition d'entreprise, de manière à créer des groupes ou des holdings. Ceci peut se faire par OPA (offre publique d'achat) ou par OPE, (offre public d'échange.

Considérons deux entreprises A et B :

- A souhaite racheter B. Supposons que A ne dispose pas de liquidités suffisantes pour cela. Elle peut racheter B par une OPE. Par exemple, si le K de B, s'élève à 5 action de 2 euros chacune, A va proposer d’émettre 5 titres neufs cotés 2,5 euros, de manière à proposer à B, d'échanger leurs actions. Cet échange est permis dans la mesure ou les actions de A valent plus que celles de B mais aussi parce que les marchés sont liquides. Par conséquent les possibilités d'OPA et d'OPE, les pulsions permettent de comprendre que les dirigeants sont sensibles à l'évolution du cours des titres des entreprises qu'ils achètent. Le cours d'un titre en effet, la bonne (Di)gestion, la qualité des projets, ou encore le montant des bénéfices. Le prix d'un titre, peut déterminer le statut d'un dirigeant, en faisant de son groupe soit une proie, soit un prédateur. La pratique des stock-options, que les apporteurs de capitaux peuvent décider de distribuer, accroit la sensibilité des dirigeants, et des exécutants, à l'évolution du cours des titres.
4) Rapports de force AC/D : WALL STREET WALK.
On utilise l’expression WALL STREET WALK pour désigner une procédure de sanction que les AC peuvent utiliser contre les D. Ce genre de menace est mise en œuvre en cas de mauvaise gestion ou lorsque les bénéfices n’ont pas atteints le montant escompter. Le WALL STREET WALK consiste à vendre les actions qui correspondent au bénéfice que les AC espéraient. En vendant leurs actions, les AC obtiennent une diminution du cours du titre et exercent donc une menace de sanction sur le dirigeant. Ce genre de sanction n’est possible que si la liquidité et la diversité des titres sont importantes. Si les AC peuvent vendre rapidement leurs titres, la sanction est immédiate. Les AC ont un avantage : premièrement revendre les titres pour les racheter plus tard, deuxièmement revendre les titres pour en acquérir de nouveaux.
VI – Partage de la VA et chômage.
1) La thèse néo-classique.
D’après le III (Productivité marginale), les économies de types orthodoxes ou néo-classiques donnent les conditions dans lesquelles le point d’équilibre est systématiquement atteint. Lorsque le salaire réel est supérieur au salaire réel d’équilibre, le chômage est de type volontaire car il provient de la volonté du syndicat d’augmenter les salaires. Au contraire, lorsque les conditions qui garantissent l’équilibre ne sont pas respectées (rapports de force, asymétrie d’information …) alors le chômage peut apparaître comme involontaire.
2) Le pouvoir des apporteurs de capitaux.
Dans les EMC, les AC ont un avantage, ils fournissent le capital dont les D et les E ont besoins. Si le fonctionnement des marchés financiers n’est pas perturbé, les AC ont un avantage. Contrairement au D et au E, ils sont menacés ni de baisse de salaire, ni de hausse de PMRT, ni de délocalisation. Cet avantage ne tient plus dès lors que l’esprit de spéculation l ‘emporte sur l’esprit d’entreprise (théorie keynésienne du chômage et du fonctionnement des marchés financiers).
3) Thèse de Keynes : marché financier et chômage.
Selon Keynes, le fonctionnement de marchés financiers est générateur de chômage. L’accroissement de liquidité peut provoquer des crises de confiance qui sont à la base de krach financiers. Selon Keynes, 2 types d’investissement son opéré sur les marchés, esprit de spéculation et esprit d’entreprise.
Esprit d’entreprise : il s’agit d’un comportement basé sur le futur lointain des intervenants sur les marchés investissent par rapport au projet que peut mener l’entreprise mais aussi par rapport à ses produits innovants.
Esprit de spéculation : il s’agit d’une procédure de sélection des investissements basée sur le futur proche. Ce mode opératoire consiste à acheter un titre à la période t et le revendre en t+1.
Pour Keynes la liquidité dépasse un certain seuil et l’esprit de spéculation l’emporte sur l’esprit d’entreprise. De ce fait les prévisions à court terme ne sont plus basées sur des calculs scientifiques mais résultent de la psychologie de masse. En d’autres termes, les intervenants sur les marchés essaient de prévoir ce que la majorité des intervenants pensent

Prenons le cas d’un mauvais signal (choc pétrolier…), les intervenants vont prévoir que la majorité des détenteurs de titres sera baissière (vendeuse de titres). Par conséquent, les intervenants vendent leurs titres. Lorsque l’offre des titres est supérieure à la demande, le prix des titres diminue. Ceci va contribuer une nouvelle fois à une prévision à la baisse. Cette prévision entraine à son tour, une vente de titres qui accélère, à son tour, la baisse du prix des titres. Cette baisse est parfois conséquente par exemple l’action société générale qui perd 68% sur l’année 2008.
Conclusion

Dans la théorie générale de Keynes, les rapports de force ne sont pas explicites. Cependant, il existe un lien très étroit entre le chômage involontaire, le fonctionnement des marchés financiers et les modalités de partage de la VA.
4) Crise monétaire, obligataire, bancaire.
*  1er exemple : Crise monétaire.
Après l’adoption des accords de l’ALENA en 1992, il y eu un afflux de capitaux au Mexique évalué à 180 milliards de $ dont 120 milliards à court terme. L’inflation est forte et le peso est légèrement surévalué. (3 pesos1$). Les exportateurs sont donc pénalisés, ils ont aussi augmenté leurs prix pour faire face à l’inflation mais les exportations reculent, la balance courante est évalué à – 8 milliards de $ (appréciation de peso de 60% entre 88 et 94).

Les intervenants à court terme anticipent plusieurs choses : crainte d’une accélération de l’inflation : on anticipe que le peso va être dévalué, on anticipe aussi une augmentation du déficit de la balance courante.

Par l’effet des comportements mimétiques, les détenteurs des titres à court terme vendent rapidement leurs titres pour placer leurs fonds sur des places plus sûres. La forte liquidité des marchés a permis la revente massive de titres, créant donc un manque de capitaux, une baisse des investissements et un taux de chômage de 25% en 95.
*  2ème exemple : Crise obligataire.
La note de l’Etat grec s’est dégradée passant de triple A à BB+ en l’espace de 2 mois. Le déficit public était publié à hauteur de 6% du PIB puis PAPANDREOU arrive au pouvoir fin 2009 et révèle le vrai déficit de 12,7% du PIB. Les obligations grecques sont revendues en masse, le prix du titre diminue, le taux d’intérêts passe à 18%. Tout ceci a été permis encore une fois par une excessive liquidité des marchés.
VII – Partage de la VA et autorité monétaire.
1) Banque centrale.
L’UE s’est construite sur une coopération entre les pays qui est passée par une coopération monétaire. La banque centrale est indépendante du pouvoir politique et elle a 3 rôles principaux : émetteur de billets, préteur en dernier ressort (lorsqu’une banque a besoin de liquidité instantanément avec un taux d’intérêt le plus élevé possible) et responsable de la politique monétaire. En émettant les billets, la banque centrale régule la masse monétaire. Le rôle de préteur en dernier ressort consiste à prêter de l’argent à n’importe quel moment aux banques de second rang (taux des facilitées permanentes de prêt marginal). Il est de 0,75%, c’est le plus élevé. Le taux des opérations principales est de 0,25% (taux directeur, même taux que la réserve fédérale aux USA).
Objectif prioritaire de la banque centrale est la maîtrise de l’inflation.

Objectif secondaire est celui de la croissance économique.

Afin d’atteindre l’un ou l’autre de ces objectifs, la banque centrale fait varier ses taux directeurs. Ainsi, les agents peuvent être bénéficiaires ou non de la hausse des taux.
2) Hausse des taux : bénéficiaires AC.
Graphique 1

La banque centrale décide d’augmenter ses taux directeurs. Elle augmente donc le coût d’obtention de la monnaie que les banques de second rang peuvent emprunter.
Graphique 2

Les banques de second rang répercutent cette hausse sur les taux auxquels elles prêtent aux agents non financiers. Autrement dit, les ménages et les entreprises feront face à un taux d’intérêts plus élevé.
Graphique 3

Les agents non financiers ont moins recourt aux crédits, ils dépensent moins, la demande globale de biens et services diminue. Le niveau général des prix tend lui aussi à diminuer.
Rappelons que les apporteurs de capitaux sont rémunérés par les dividendes auxquelles ils ont droit en fin d’année. Imaginons maintenant que le niveau général des prix passe maintenant de 20 à 10. Le pouvoir d’achat va donc passer de 100 sur 20 à 100 sur 10. Il peut donc être multiplié par 2. On comprend alors que les AC, et pour certains dirigeants rémunérés par stock option, l’inflation est une réelle menace.
Au même titre que les AC et les D, les exécutants peuvent bénéficier d’une hausse du pouvoir d’achat si les salaires restent constants. Attention, si la hausse des taux est brutale, la demande globale (de biens et services) diminue fortement, l’activité économique ralentie. Par conséquent, les bénéfices et donc les dividendes diminuent. Les exécutants peuvent quant à eux perdre leur emploi.
1   2   3   4

similaire:

Pib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes iconLexique Le pib est une mesure des richesses créées dans un pays donné...
...

Pib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes iconProgramme Social de Relogement (psr) de l’ Avenue du Président Wilson...
«Gournay» Renouvellement du bail avec Messieurs et Mesdames Guy et Xavier vimbert. 3-3

Pib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes iconDeux types de subventions peuvent être attribués

Pib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes iconL'économie de la culture
«progressifs» et le coût relatif de ces spectacles augmente donc sans que l'on puisse indéfiniment augmenter le prix des billets....

Pib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes iconIntroduction première partie : Les enjeux externes et internes du...

Pib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes iconIntroduction première partie : Les enjeux externes et internes du...

Pib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes iconReunion du conseil municipal du jeudi 27 novembre 2008
«L’Irlande» – Demandes de subventions auprès du Ministère de la Culture, Direction Régionale des Affaires Culturelles de Haute-Normandie...

Pib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes iconConcours externes, internes, troisièmes concours et recrutements réservés Session 2014 2

Pib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes iconNom : ali prénom : Mohamed Abdou e-Mail
«Quels sont les facteurs internes et externes susceptibles d’impacter négativement la qualité du contrôle interne bancaire ?»

Pib = vp – ci + tva + dd (Droits de douanes) – svb (Subventions internes) + Subventions externes iconL’Allemagne présidera l’osce en 2016 Berlin veut aller vers une «politique...
Le gouvernement va suspendre progressivement les subventions sur les produits de première nécessité tels que l’électricité, lait,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
e.20-bal.com